Messages d’animaux décédés 2017

///Messages d’animaux décédés 2017
Messages d’animaux décédés 20172018-01-24T12:27:32+00:00

Voslo m’attendait sur un chemin rocailleux, il y avait des broussailles de partout, il était assis là et semblait m’attendre. Je me suis présentée, je lui ai expliqué que sa gardienne avait des messages pour lui et il m’a répondu :

Je sais, j’étais à côté d’elle lorsqu’elle te les a écrit. J’ai même essayé de me frotter contre ses jambes mais je passais au travers et elle n’a rien ressenti. Seule ma sœur peut me voir et pour elle c’est très perturbant, elle aimerait s’approcher de moi et me toucher, mais elle n’y arrive pas non plus. C’est traumatisant pour elle de me savoir entre deux et pas accessible, elle sait qu’ici ce n’est plus ma place et cela la peine beaucoup pour elle et pour moi.

Je sais tout cela Voslo et après t’avoir lu le message de ta gardienne, je t’aiderai à rejoindre le jardin des animaux.

J’en suis très heureux, toi au moins tu peux me voir, toi au moins tu peux me parler et j’avais très peur de rester là pour l’éternité. J’aspire tant à rejoindre ce haut lieu féérique où ne règne qu’amour, paix et bonté.

Je lui ai lu les messages :

Je souhaite lui demander si j’ai choisi le bon moment pour la transition et s’il a souffert ? je lui demande pardon de l’avoir laissé à la clinique pendant 4 jours pour la perfusion, de ne pas l’avoir montré au vétérinaire avant que cette foutue maladie s’installe, l’avoir forcé à manger à la seringue, lui dire que c’est l’amour de ma vie, que je l’aime, que nos câlins me manquent, qu’il est partout dans la maison, je le remercie pour tout l’amour qu’il m’a donné, pour son intelligence, sa douceur, sa beauté . Je voulais attendre encore un peu, car un guérisseur devait l’aider sur une photo, hélas reçue trop tard. Tu me manques terriblement, j’espère t’avoir rendu heureux, c’est un grand vide à la maison et ta sœur Béliza te cherche. Auras tu envie qu’on se retrouve ?   tu es dans mon cœur à jamais, et le plus dur c’est de ne pas te toucher, te couvrir de bisous. Je t’aime VOSLO, merci pour tout l’amour que tu m’as donné. Je dois récupérer tes cendres, mon chéri, est-ce que sur la commode de la chambre te convient ? Mille bisous

Oui c’était le bon moment, qu’elle ne doute pas Malgré la perfusion, il n’y avait plus rien à faire, blocage total, c’était le moment pour moi de partir. J’étais sur mon chemin depuis un bon bout de temps et j’avais déjà préparé mon départ. C’est elle qui n’était pas prête, c’est elle qui n’avait pas compris qu’il fallait accepter ma maladie et me laisser remonter pour me reposer et me ressourcer.

Dis-lui que ses regrets, ses doutes, sa culpabilité et surtout sa souffrance m’empêchent de faire la transition, et qu’à ce jour je suis toujours dans son entourage, toujours avec elle et que je puise leur énergie et que, elle ma maman, je l’empêche de faire son deuil.

J’étais son petit garçon et elle était ma maman. Une maman d’amour empreinte de douceur et de beauté. Elle a la beauté de l’âme qu’un certain nombre d’humains peuvent envier. Moi aussi je l’aime profondément et c’est aussi cruel pour elle et encore plus pour moi d’être à ses côtés et de ne plus pouvoir se câliner. Je fais des tentatives pour m’approcher tout près, pour la toucher, me frotter à elle, mais je peux à peine l’effleurer.

J’ai vécu toutes ces années choyé, câliné, que du bonheur. Mes problèmes de santé se sont manifestés à un moment où les anciennes peurs (de l’abandon) bien ancrées dans mes mémoires d’une autre vie, ont ressurgie et qu’elles se sont densifiées et cristallisées dans mon corps physique. C’était un moment difficile de sa vie aussi et cela a fait miroir avec une chose du passé qu’elle n’a pas réglé.

Ma mission consistait à lui apporter l’amour, l’amour qu’un enfant, qu’un petit garçon lui aurait donné. Maintenant qu’elle peut en prendre pleine conscience, elle peut pardonner à son petit enfant intérieur de l’avoir fait souffrir et démarrer son travail de deuil qui l’aidera à se libérer de toute entrave du passé.

Dis-lui que le moment était venu pour moi de la laisser, afin qu’elle puisse en comprendre le sens en faisant appel à toi et que mon âme est éternelle et souhaite après un passage au paradis des animaux, lui revenir pour une autre mission. Je serai toujours son bébé, son petit garçon et je l’aiderai cette fois-ci à se reconnecter à sa source pour avancer sereinement sur son chemin et lui faire découvrir sa mission de vie.

J’étais un chat de type « timbre-poste » et je lui ai appris le détachement affectif, cette mission je la reprendrai aussi, car sentimentalement il y a beaucoup de dépendances d’ordre affectif. Elle ne doit plus avoir de regrets, je sais que ce qu’elle a fait c’était pour mon plus grand bien, pour m’aider à guérir, mais ce n’était pas mon choix, d’où la raison aussi que je sois parti avant l’intervention de ce guérisseur, ce n’est pas un hasard non plus.

Faire un petit passage au jardin des animaux sera bien plus bénéfique pour moi que n’importe quel soin. Après je te reviendrai dans un corps physique en bonne santé.

Pour mes cendres, je te laisse le choix, pour moi ce n’est que les poussières de mon corps physique et elles n’ont aucune importance. L’âme, mon âme est toujours là et c’est ce qui compte. Les cendres tu les poseras à l’endroit que tu estimeras le plus approprié pour toi. C’est à toi de ressentir ce qui te fait le plus de bien.

Mais ne t’attardes pas sur ces détails, pense et crois à mon retour qui ne sera pas très long et nous aurons tous les deux le plaisir de nous câliner et de nous faire des bisous à nouveau. C’est cette vision de la vie que tu dois avoir, pas celle d’une petite urne posée sur la commode.

Je lui transmettrai notre échange Voslo, es-tu prêt maintenant à rejoindre le pont des fleurs où je pourrai t’y accompagner ? Et lorsque je m’arrêterai n’aie pas peur, continue ton chemin et tu pourras gravir les marches de l’escalier de l’arc en ciel.

Je n’ai pas peur, je suis prêt.

Il s’est avancé à mes côtés, il en a allègrement profité pour tournoyer autour de moi et se frotter à moi, je l’ai caressé, il s’est mis à ronronner de plaisir et nous avons emprunté le chemin, au départ très escarpé et rocailleurs, mais qui s’est très vite transformé en un chemin recouvert d’un épais tapis de mousse avec des petites fleurs blanches et qui s’est illuminé de plus en plus.

Arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée, il m’a regardée et m’a remerciée :

Dis-lui merci, merci de m’avoir permis de faire cette belle transition, merci pour tout l’amour qu’elle a en elle et que je suis pressé de la retrouver.

Puis il a continué sa route et s’est noyé dans les lumières de l’arc en ciel.

Au revoir Voslo et à bientôt.

Ice m’attendait tristement sur le chemin, assis sur le train arrière. Avant que je ne m’adresse à lui, il m’a dit :

Que je suis heureux que tu viennes me voir avant Noël, car j’ai compris que tu vas m’aider à rejoindre le jardin des animaux et j’aspire tellement à m’y retrouver et encore avant les fêtes. Tant que je reste ici, je leur puise leur énergie et ils ne peuvent commencer leur deuil.

Oui Ice je t’aiderai à rejoindre le jardin des animaux après t’avoir donné le message et les questions de tes gardiens :

Ice me manque beaucoup car nous étions très proche
peut-on avoir des derniers messages?
pour calmer la douleur de la séparation

Je sais que je leur manque et à moi aussi ils me manquent. J’étais son petit garçon, elle était ma maman et elle m’a choyé et aimé comme son bébé. J’ai été très heureux, je me suis senti aimé et câliné et moi aussi je les remercie pour ce grand bonheur.

Je suis content qu’ils me donnent un dernier adieu, cela va m’aider aussi à enfin faire ma transition. Je sais que ce départ est très cruel pour eux et surtout à la veille des fêtes, mais dis-lui que je lui reviendrai. Mon passage dans l’au-delà sera très court, quelques semaines à peine pour me ressourcer et je lui reviendrai dans le corps physique d’un petit chiot sous la même forme pour continuer ma mission.

Celle-ci n’est pas terminée, je dois l’aider à se reconnecter à sa source pour l’aider à faire table rase du passé, de ce qui pourrait encore entraver son épanouissement. L’aider à s’aimer et à s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Je suis parti, certes trop tôt, mais ici je ne souffre pas, ici je me sens léger, je me sens bien et prêt à me ressourcer pour préparer mon retour.

Dis-lui que je l’aime, que je les aime, et que mon court passage dans leur foyer fut synonyme de pur bonheur et bien-être. Elle est une personne exceptionnelle, dotée d’une grande empathie et mérite qu’on le lui dise, car elle a parfois des états d’âme où elle se trouve en quête d’identité, où elle a besoin de savoir qui elle est et quelle est sa mission, quel est son chemin de vie sur terre.

Moi je lui ai été envoyé pour la guider (ancêtre) et lui faire comprendre que même si la mort est douloureuse, après la mort il y a la renaissance. La perte d’un être cher est toujours très difficile mais fait partie d’un cycle de vie qu’on ne peut éviter. Mais avec la foi de savoir que l’âme est éternelle, qu’on peut continuer de communiquer, d’échanger avec elle, de savoir qu’elle peut vous revenir, qu’on peut se retrouver, doit lui permettre de faire son deuil et d’avoir du baume au cœur.

Même si le manque physique est très présent, de savoir que je suis en paix et très serein au paradis des animaux, doit la remplir d’amour et de joie. Ce ne sera pas mon premier passage et je sais que l’endroit est magnifique.

Si tu te sens prêt Ice, je peux t’accompagner un petit bout de chemin ?

Oui maintenant que tu vas lui laisser mes messages, je peux tranquillement penser à  rejoindre ce haut lieu magique.

Il est venu à côté de moi et nous avons emprunté ce chemin très austère au départ, qui s’est au fur et à mesure de nos pas illuminé, plus on avançait, plus la lumière devenait très vive. Il y avait des milliers d’étoiles qui scintillaient autour de nous, des petites étoiles dorées, argentées et il m’a dit :

C’est vrai Noël c’est demain.

Dis-lui d’être attentive, même si elle ne peut me voir, elle pourra me ressentir, je me manifesterai à elle pour lui souhaiter un joyeux Noël. Qu’elle ne soit pas triste, qu’elle ne pleure pas, que son cœur au contraire soit rempli d’amour et de joie.

Je me suis arrêtée au pont des fleurs et avant de le traverser, il m’a dit :

Dis-lui merci pour tout, merci de m’avoir aidé à faire la transition, merci de m’emmener vers le paradis des animaux avant la nuit sainte. Celle-ci est célébrée majestueusement et la bénédiction vient de la source pour tout le travail que nous accomplissons auprès de vous sur le plan terrestre.

Puis il s’est empressé de traverser le pont des fleurs et s’est dépêché de monter l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Ice, merci à l’univers de m’avoir permis d’aider Ice à rejoindre le paradis des animaux avant Noël.

La rencontre avec Nico s’est faite au milieu d’un chemin très tortueux et très ombragé. Il était allongé sur ses 4 pattes et me regardait comme s’il n’avait jamais vu un humain avant moi. Je lui ai expliqué que ses gardiens m’envoyaient vers lui pour lui donner des messages et aussi parce qu’ils avaient des questions à lui poser.

Je suis au courant, tu vois que je suis toujours là, tu vois que je ne suis pas bien parti et ils n’arrivent pas à trouver la paix, ils se demandent ce qui a pu m’arriver et s’ils ont bien fait de m’aider à partir. Cela les empêche de faire leur deuil et tant que je reste dans leur entourage, je puise dans leur énergie. Dis-leur qu’il n’y avait plus rien à faire d’autre que de m’aider à partir.

Ces plaies sur mon nez et dans ma bouche m’ont beaucoup fait souffrir et je ne pouvais plus ni manger, ni boire. C’était trop douloureux, je ressentais de vives brûlures. Le feu était en moi, je me sentais oppressé et je n’avais plus de forces pour me défendre.  Plus aucune immunité pour combattre cette infection. Celle-ci a été affaiblie, fragilisée avec des défenses amoindries. La manifestation brûlante montrait qu’il y avait de l’irritation, de la colère, une surcharge d’énergie émotionnelle négative. Il n’y avait pas d’autre choix que de m’aider à partir et vous avez pris la bonne décision.

Je n’aimais pas cette nouvelle demeure, où règnent de nombreuses énergies négatives. Cette maison est nocive pour vous et pour vous protéger je me suis chargé l’été dernier d’absorber une énergie, une entité particulièrement mauvaise. C’est la raison pour laquelle je ne pouvais plus rester avec vous  dans la maison et les miaulements étaient des miaulements de désespoir parce que je n’arrivais pas à m’en défaire ; Je me suis battu mais il n’y avait rien à faire, pas moyen de m’en débarrasser et l’arrivée de Nina a encore amplifié la situation.

Je suis devenu agressif, manipulé par ces forces maléfiques et il fallait coûte que coûte que je ne la laisse pas prendre ma place. Je suis désolé, je n’y pouvais rien, c’était plus fort que moi et les médicaments que vous me faisiez prendre et que je détestais ont complètement annihilé mes défenses immunitaires.

Mon corps, tel une explosion a réagi de suite et s’est exprimé de manière violente. Maintenant je me sens bien, je me sens à nouveau plus léger, je n’ai plus de douleurs et je suis de nouveau moi. De l’autre côté du voile, je ne peux plus sentir ces forces maléfiques et elles m’ont libéré, mais tant que je reste ici entre deux, je ne peux me reposer et me ressourcer. Ici ce n’est plus ma place et j’ai besoin d’aide pour partir au jardin des animaux.

Je suis là pour ça Nico, je dois d’abord encore te demander si ta vie a été heureuse avec tes gardiens et aussi te donner un message d’amour de leur part.

 Ce mois de décembre, cela fera deux ans que nous avons emménagé dans cette maison à Peralada. On savait que tu n’étais pas complètement heureux comme ces dix dernières années (peut-être pour la maison, peut-être parce qu’on sortait plus) mais tu continuais à te comporter comme d’habitude avec nous, avec amour et tendresse. Puis vint le mois de juin où ton comportement a changé radicalement. Tu passais toutes les journées et les nuits dans le garage.  Pendant la nuit, tu miaulais sans cesse, comme de souffrance. . Tu ne venais presque plus nous voir. Nous t’avons emmené chez le vétérinaire pour te faire un examen général afin de savoir si un mal physique ou psychique était à l’origine de ton comportement. Tu étais en pleine forme. Nous avons alors pris la décision au mois de juillet d’adopter Nina, une chatte de 4 ans pour te tenir compagnie. On pensait que tu te sentais seul. Malheureusement, c’est la goutte qui a fait déborder le vase.

Tu nous as très vite fait comprendre que tu ne voulais pas partager l’amour que nous avions avec Nina. Nous avons fait venir une comportementaliste pour essayer de résoudre la situation. Mais malheureusement elle a échoué. Les trois mois qui ont suivi, nous avons tant bien que mal vécu au jour le jour, protégeant Nina de tes attaques. Tu t’es alors réfugié dans les combles pour éviter les confrontations avec la nouvelle venue jusqu’à cette dernière semaine de novembre où tu n’arrivais plus à contrôler ton agressivité envers Nina. Nous avons alors décidé après une longue consultation avec notre vétérinaire et un diagnostic du trouble du comportement, de te faire médicaliser. Nous savons que tu as fait un effort considérable en prenant des cachets, toi qui les a toujours rejetés auparavant. Tu as tenu un mois et puis des plaies purulentes sont apparues sur ton nez et dans ta bouche rapidement. Tu n’arrivais plus à manger ni à boire. Et tu as décidé de partir. Mamie a respecté ta décision de t’en aller et de t’aider à le faire.

Aujourd’hui, l’émotionnel a pris le dessus sur le rationnel. La peine que nous ressentons a fais surgir le doute. Avons-nous fait le bon choix, y avait-il une autre solution. Nous avons besoin de savoir si nous avons bien agi ou non à t’aider à partir?

Y a t-il quelque chose que tu voudrais nous dire et que nous avons pas pu résoudre concernant ton changement de comportement?

Peux-tu nous dire si c’est la minette qui est venue te chercher?

As-tu atteint le haut astral et comment te sens tu?

As-tu eu une vie heureuse avec nous?

Messages:

L’ambiance à la maison est des plus tristes. Ta présence nous manque énormément et même Nina n’a plus la joie d’auparavant. Mamie a une angoisse constante qui revient chaque soir, le doute d’avoir fait une erreur la ronge et l’empêche d’avancer. Moi je n’ai plus d’énergie.

Malgré cela, sache que l’on t’envoie tout l’amour que nous avons et que tu resteras à jamais dans nos cœurs et nos esprits.

On te remercie mille fois de l’amour inconditionnel que tu nous as donné pendant toutes ces années.

Et si un jour tu te réincarne, retrouve nous pour que l’on puisse refaire un bout de chemin ensemble si tu le souhaites bien sûr. Voilà “mi niño” comme te disait mamie. On t’aime profondément et tu nous manques énormément.

N’ayez pas de doutes, j’ai été très heureux avec vous, mais cette maison est- particulièrement néfaste et j’ai eu beaucoup de travail pour transmuter ces énergies chaque jour, jusqu’à me faire prendre et ne plus arriver à m’en défaire. Merci pour votre message, vous aussi vous me manquez et je suis triste de vous voir tristes et malheureux. Je vous pompe votre énergie tant que je reste là et c’est très perturbant et inconfortable pour Nina.

J’ai essayé de vous protéger tant que j’ai pu, mais maintenant que vous savez ce qui se trouve ici, faites svp venir quelqu’un pour nettoyer ce lieu. Il y va de votre santé physique et psychique. Nina elle seule ne pourra vous rendre ce service.

Ne t’inquiète pas Nico, je leur transmets tes messages et si tu te sens prêt maintenant, je vais t’accompagner jusqu’au pont des fleurs.

Oui je le suis et mon âme n’aspire qu’à cela. Dis-leur merci aussi pour ces belles années de pur bonheur et surtout dis-leur que si la maison est zen, j’aimerais leur revenir lorsque je me serai reposé et ressourcé.

Puis il s’est mis debout, est venu à mes côtés et nous nous sommes doucement avancés sur ce chemin, au départ très ombrageux bordé d’ombres très bizarres, et au fur et à mesure que nous nous sommes rapprochés du pont des fleurs, le chemin s’est illuminé. Il y brillait mille lumières, des petites étoiles dorées et argentées et des petits cœurs rouges. L’ambiance devenait féérique et il m’a dit « j’adore les petits cœurs ».

Je me suis arrêtée juste avant le pont des fleurs, et il l’a traversé sans hésitation. Arrivé de l’autre côté, il était attendu par un autre chat et ensemble ils ont pris l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Nico, paix à ton âme.

Vick m’attendait sur le chemin, il avait l’air perdu, il m’a regardée avec des yeux très tristes et quand je lui ai expliqué que ses gardiens avaient un message pour lui, son regard s’est illuminé et il s’est rapproché de moi :

Vick on t’aime énormément. On a été heureux avec toi. Merci d’avoir été un merveilleux compagnon. On a passé des moments inoubliables avec toi  (jouer, balade en montagne etc…) mais maintenant il faut que tu ailles au paradis des animaux. On pense à toi, On t’aime et Glider t’aime aussi.

On t’accompagne de tout notre cœur sur ce chemin que tu dois à présent parcourir.

Que je suis heureux qu’après tout ce temps ils ont compris qu’ici ce n’est plus ma place et que tu sois venue me libérer, que tu sois venue pour m’aider à partir au jardin des animaux.

Moi aussi je les aime et j’ai des souvenirs merveilleux avec eux. J’ai été heureux d’être élevé avec les enfants, de les voir arriver et de vivre ces naissances avec beaucoup de joie. Je me suis senti être leur garçon aussi, malgré la différence, ils m’ont considéré comme leur enfant et ce fut le grand bonheur.

Maintenant j’aspire à me reposer et me ressourcer. Je leur reviendrai, mais un petit peu plus tard, j’ai besoin d’un peu plus de temps.

Puis il est venu à mes côtés et nous nous sommes avancés vers le pont des fleurs. Lorsque je me suis arrêté, il s’est arrêté aussi et m’a dit :

Merci pour ce que tu fais, merci à eux

Et il a traversé le pont et s’est dépêché de monter les marches de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Vick, paix à ton âme, repose et ressource toi.

La rencontre avec Sushi s’est faite sur un chemin de terre très austère, il m’attendait et m’a regardée avec des yeux empreints d’une immense tristesse. Je me suis présentée, je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui et il m’a répondu :

Oui je sais, impossible pour elle de faire son deuil tant que je suis dans son entourage et impossible pour moi de partir tant qu’elle est dans cette souffrance. J’en suis triste et malheureux pour elle et cela m’empêche de rejoindre le jardin des animaux.

Je lui ai expliqué que je savais tout ça et que je l’aiderai après lui avoir donné le message de sa gardienne et posé quelques questions, à passer le pont des fleurs et accéder au paradis des animaux.

Je suis heureux, ça fait trop de temps que j’attends ce moment car même si elle n’a pas voulu le reconnaître, si elle n’a pas voulu l’accepter, j’étais sur mon chemin depuis presque un an et mon état physique s’était vraiment dégradé ces dernières semaines.

J’ai eu la chance de pouvoir passer tant d’années auprès d’elle et j’ai eu une vie remplie d’amour. C’était parfois un peu difficile lorsque les enfants étaient plus petits car ça chahutait beaucoup, mais je me suis toujours considéré comme leur grand frère. Oui j’étais son petit garçon aussi, le premier, et ma vie dans leur famille fut synonyme de bonheur.

Qu’elle ne s’inquiète pas, j’étais sur mon chemin,  j’avais bien préparé mon départ et le moment était venu pour moi de faire le grand saut. De partir dans un dernier souffle dans ses bras, était une joie immense car c’était mon souhait. Je n’avais pas envie qu’on m’aide à partir, je souhaitais faire la transition à mon rythme et j’ai eu la chance, grâce à ce vétérinaire qui manque grandement d’empathie, de partir sans euthanasie. Il n’y a pas de hasard, dis-lui que si cet homme a refusé de nous recevoir la première fois, c’est, j’en suis certain, parce que mon vœu était de partir sans la contraindre à prendre cette terrible décision qui lui coutait tant.

J’étais ton petit garçon, c’était un peu comme si tu m’avais donné la vie, et c’était trop difficile pour toi de me l’enlever. Je l’avais compris depuis fort longtemps et j’ai bien géré les douleurs. C’était supportable même la dernière nuit que tu as passé à mes côtés, et mes gémissements n’étaient pas des gémissements de souffrance physique, c’était plus des pleurs, des pleurs pour toi, des pleurs de savoir que tu étais en grande souffrance psychique et que tu paniquais et avais du mal à gérer la situation.

Mais n’aie aucune crainte, tu as fait ce qu’il fallait faire. Tu étais à mes côtés pour partir de l’autre côté et je sais que tu m’aimes et moi aussi.

J’aimerais Sushi te lire son message et ses questions :

Mon petit Sushi avait 16 ans quand il est parti le 26 novembre dernier.

Etait-ce son heure ? Le savait-il ? Aurais-je dû faire le scanner et l’opération mais je ne voulais pas qu’on le « charcute » pour un petit répit ?

Mais cela l’aurait-il sauvé finalement ?

 Pourquoi errait-il parfois dans la maison comme s’il était perdu, il se dirigeait vers le grand miroir et le fixait puis je le voyais me regarder dans le miroir. Y avait-il une signification ? Voyait-il quelqu’un / l’invisible ? Il se dirigeait souvent vers les murs / dans l’encoignure des portes.

La nuit de son agonie, comment l’a-t-il vécue ? A-t-il souffert ? Il a gémi au matin. Sont-ce ses organes qui ont lâché ?

 A-t-il su que je n’arrivais pas prendre la décision de l’euthanasie.

L’ai-je retenu ? A-t-il eu un sursis (après détresse respiratoire où j’avais été chez la veto de garde le 16 oct.), aurait-il dû partir quelques semaines avant déjà ?

Encore une fois, je sais que tu m’aimes et je l’entends lorsque tu me parles, lorsque tu m’appelles. Cela te fait du bien, mais te fait aussi du mal. Tu dois accepter de me laisser partir pour que je puisse me reposer et me ressourcer. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste là, je puise votre énergie et je vous empêche de faire votre deuil. Surtout toi ma maman d’amour.

Tu as bien fait de refuser toute investigation supplémentaire ; J’avais un bel âge et je mérite maintenant, que ma mission est terminée, de remonter me reposer et me ressourcer quelque temps avant de te revenir pour un nouveau travail auprès de toi. Tu as su, par ta grande détermination, me garder encore quelques semaines de plus et fort heureusement refusé l’euthanasie car mon heure était venue. Aussi bien mon cœur que ma tête et tout mon corps ont lâché.

Oui j’ai souffert d’un problème à la tête et je me sentais souvent perdu. J’avais des absences et par moment des difficultés à savoir où je me trouvais. Ces problèmes neurologiques (tumeur) m’ont perturbé et j’avais l’impression de ne plus être moi-même. Ce n’était pas douloureux mais ça me créait des peurs et des angoisses. J’avais du mal à reconnaître les lieux, à te reconnaître, je voyais des formes, des ombres et je cherchais des repères (murs, encoignure des portes). Cela n’a rien à voir avec des êtres invisibles rassure-toi, ils en passent mais ne restent pas.

Ma mission consistait à la protéger, à l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur et le chérir lorsqu’elle me câlinait. J’étais là pour qu’elle arrive à faire la paix avec elle-même et l’aider dans son rôle de mère, l’aider à élever et éduquer ses enfants. J’ai bien réussi cette mission et je lui reviendrai sous la même forme pour reprendre ce travail et l’amener à les rendre indépendants et voler de leurs propres ailes lorsque le moment sera venu.

Lorsqu’elle se mettra à ma recherche, elle n’aura aucun doute, elle saura qui je suis au premier regard et qu’elle ne doute pas, c’était bien mes cendres, c’était bien moi dans la petite urne. J’étais là à ses côtés dans ce dernier recueillement, cette dernière étape et de me voir froid et recroquevillé sur le chariot l’a énormément choqué.

Dis-lui que ce n’était que mon corps physique, mon vieux corps usé, endolori et malade qui était couché là. Mon âme, elle est éternelle et restera toujours reliée à elle. Qu’elle y croit, c’est important, car mon âme lui restera toujours fidèle et se réincarnera dans le corps d’un autre chien qu’elle aimera et chérira tout autant et encore plus car il y aura le plaisir, la grande joie des retrouvailles. C’est important de le savoir, cela doit lui permettre de commencer son deuil et d’attendre mon retour.

Je lui transmettrai tes messages et tes réponses Sushi. Es-tu prêt maintenant à rejoindre le paradis des animaux ?

Oui je le suis, de là-haut je pourrai lui envoyer des signes.

Puis il s’est mis debout à côté de moi et ensemble nous avons emprunté le beau chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Arrivés au pont des fleurs je me suis arrêtée et il l’a traversé d’abord très lentement, puis de plus en plus vite, attiré par ce magnifique escalier de l’arc en ciel qui l’attendait de l’autre côté. Il s’est arrêté juste avant et m’a fait un salut de la tête et s’est empressé de gravir l’escalier et s’y est noyé.

Au revoir Sushi, profite de ce havre de paix pour te reposer et te ressourcer.

Ma rencontre avec Charly s’est faite dans cette belle prairie qui se trouve juste après le pont des fleurs et juste avant le paradis des animaux. C’est un endroit extrêmement agréable avec des herbes vert fluo et des petites fleurs de toutes les couleurs. Il était debout sur ses 4 pattes et se promenait un peu par ci un peu par là d’un air nonchalant et heureux. Ses yeux pétillaient et lorsque je me suis présentée et que je lui expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui, il m’a répondu :

Je m’en doutais, je savais qu’elle se manifesterait d’une manière ou d’une autre, et j’attendais ce moment avec impatience.

Tu veux donc bien répondre à quelques-unes de ses questions Charly ?

Charly as-tu été heureux près de moi et de mes petites chéries ?

 

– Depuis plus d’un an, tu déclinais (aveugle, sourd, cœur fatigué…), mais j’avais l’impression que tu étais heureux malgré tout. Tu me montrais ta joie quand je rentrais du travail, nous partagions de grands moments de câlins. J’ai tout fait pour te rendre la vie agréable et facile… enfin, je crois. Ai-je bien agi en faisant tout pour te garder près de moi le plus longtemps possible ?

 

– Tu es parti à la maison et malgré ma douleur, j’ai l’impression que tu es parti sereinement.  Est-ce que c’est le cas ? Tu étais si calme, si tendre pendant cette dernière heure. J’ai l’impression que tu m’as fait un merveilleux cadeau juste avant de partir en m’offrant ce moment de tendresse incroyable. As-tu été accueilli à ton arrivé par des êtres aimés ? Ils sont nombreux, humains et animaux, à t’avoir aimé et à être partis avant toi.

 

Enfin, si tu le peux ou si tu le veux, s’il te plait, envoie moi un signe (dans un rêve ou autre).

Bien sûr que je vais y répondre, je sais combien mes réponses sont importantes pour elle. C’est ma gardienne d’amour et ma mission comme celle de la précédente était de l’aider à se reconnecter à sa source, à son petit enfant intérieur pour l’aider à avancer sur son chemin et surtout l’aider à prendre confiance en elle.

Elle sait au plus profond d’elle que j’ai été très heureux avec elle et dans sa demeure. Et elle a malgré tout besoin que je la rassure, que je le lui confirme et j’en profite pour lui dire que je n’ai pas terminé ma mission et que je lui reviendrai pour la continuer et la guider, plus sur un autre plan spirituel.

Avant de lui répondre, je dois lui dire que j’étais déjà chez elle, même si elle ne peut le croire, elle a quand même du comprendre que Wasp c’était moi. Elle m’a adopté et se turlupinait l’esprit car elle n’arrêtait pas de penser à son croisé labrador et lévrier et les doutes l’ont envahie, elle s’est demandé si elle a bien fait, si elle arriverait à m’aimer. Pourtant dès le premier regard nos âmes étaient en connexion et je croyais qu’elle avait compris que même si je n’avais plus la même enveloppe physique, mon âme était reliée à elle et de retour chez elle.

Pour moi, tout est très rapidement revenu comme avant et j’étais heureux de retrouver ma maman d’amour. Elle me l’a bien rendu, la relation a vite repris un sens un peu plus fusionnel et j’étais comblé.

Elle aussi, je le sais, tant de fois nous nous sommes câlinés et elle a retrouvé son double, son enfant intérieur en moi. Quelle quiétude de pouvoir s’ouvrir à tant d’amour, ce qui rend mon départ d’autant plus difficile pour elle. Les moments de tendresse que nous passions ensemble dépassaient toute forme ou autre nature.

J’étais sur mon chemin, c’est exact et cela depuis plus d’un an. J’avais en effet des problèmes de santé, j’étais aveugle et sourd et le cœur fatigué, mais malgré cela, toujours heureux d’être à tes côtés et surtout j’avais le souhait de faire la transition à mon rythme à la maison et de t’accompagner le plus longtemps possible. Cette joie m’a été donnée, tu l’avais compris, tous les deux nous avions besoin de temps et surtout nous souhaitions un départ dans la lumière avec beaucoup d’amour et de tendresse.

J’étais prêt et j’ai eu de l’aide. Oui les êtres de la Nature étaient là, nombreux à me tendre la patte, des humains aimés et adorés et d’autres animaux aussi. Je n’avais pas peur, j’étais en totale confiance et surtout je me sentais serein et apaisé et j’ai passé cette dernière heure avec toi dans l’amour et la compréhension mutuelle. Plus d’un de mes congénères aimerait vivre un tel départ. J’ai été accompagné dans la lumière et il me suffit à présent de pousser la porte du paradis pour me reposer et me ressourcer. Ce ne sera pas long car toutes les conditions étaient réunies pour que je parte et accède très vite à ce haut lieu magique où ne règne que paix et harmonie.

Oui je peux t’envoyer des signes, je t’en ai déjà envoyés, comme l’autre jour lorsque tu as eu l’impression de me sentir, oui c’était ma présence que tu percevais et il y en aura d’autres. Mais n’oublie pas que nous sommes reliés et que je veux te revenir. Dès que tu te mettras à ma recherche, je serai comme par le passé, fidèle au rendez-vous. Même si cela ne fait pas partie de tes croyances, la réincarnation existe et je suis pressé de te retrouver.

Je t’aime, tu es ma maman d’amour.

Lorsque je suis arrivée sur le chemin, Jackpot, assis sur son arrière train, m’attendait. Je me suis présentée à lui et il m’a regardée d’un air penaud. Il a baissé la tête et semblait ne pas comprendre la raison de notre rencontre. Je lui expliqué que sa gardienne m’avait envoyée vers lui pour lui donner un message et qu’elle souhaitait aussi par mon intermédiaire, lui poser quelques questions. Il a relevé la tête, il avait un regard perdu et ses yeux exprimaient une grande tristesse. Je lui ai lu le message et les questions :

Mon Jackpot. 

Tu m’as comblée d’amour, de tendresse, de présence, de soutien pendant ces 3 ans et 8 mois. Tu m’as tellement apporté et j’ai beaucoup appris sur moi. Je t’en remercie. Merci d’avoir partagé ma vie. Tu me manques tellement. Tu laisses un vide en moi et autour de moi. Je te sens et te vois partout. Le moindre fait et geste, tu es là. Je sais que tu es encore là, pas loin. Tu étais un chien extrêmement gentil et affectueux. 

Tu es et tu resteras à tout jamais dans mon cœur. L’univers a décidé que nos chemins devaient se séparer. Le plus dur, pour aujourd’hui, est de l’accepter mon titoune. Tout ce que j’aimerais, c’est que tu passes de l’autre côté avec sérénité. Si tu te sens mieux maintenant, je serai rassurée et j’irai mieux. Je t’aime tellement, ne l’oublie pas. 

 

Questions : 

– les vétérinaires m’avaient dit qu’ils avaient tout fait. Mais je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser mon Loulou. Lorsqu’ils t’ont apporté, tu étais dans un tel état d’excitation que j’avais peur que tu sois entrain de souffrir !!!  Ai-je tout fait pour ta maladie ? Ai-je bien fait ? Ai-je bien fait de les écouter ?

– quelle était ta mission auprès de moi pour être parti aussi tôt ? 

– comment te sens-tu maintenant ? 

– est-ce que tu te plais là où tu es ? 

– est-ce que tu reviendras, un jour, auprès de moi ?

Je t’aime ♥♥♥♥

 Lorsque j’avais terminé, il m’a regardée et cette fois-ci son regard s’est illuminé. Ses yeux reprenaient vie et je pouvais y apercevoir des petites étoiles qui y brillaient. Il m’a dit :

Merci, dis-lui merci, je n’ai pas compris ce qui m’arrivait, je n’avais pas préparé mon départ et j’ai pris cela comme un abandon. Dis-lui merci pour ce beau message d’amour, dis-lui que moi aussi je l’aime et que même si je suis toujours dans son entourage,  elle me manque aussi.

Ensemble nous avons vécu ces années avec beaucoup d’amour l’un pour l’autre. Nous étions très fusionnels, ce n’était pas ma gardienne, c’était ma maman et j’étais et je resterai toujours son petit garçon.

Bien sûr que je reviendrai chez elle, mais pour cela je dois d’abord partir, tant que je reste là à puiser son énergie, tant que je ne suis pas monté pour me reposer et me ressourcer, je ne peux pas lui revenir.

Je suis là pour ça Jackpot, je te guiderai jusqu’au pont des fleurs après notre échange, mais acceptes-tu de répondre à ses questions ?

C’est nécessaire car le doute et la culpabilité se sont installés en elle. Dis-lui que je n’étais pas prêt, je n’avais pas compris ce qui m’arrivait, je n’avais pas préparé mon départ. Mais même si on me l’avait expliqué, je ne l’aurais probablement pas compris davantage. J’étais très malade depuis bien longtemps et ces crises (épilepsie) ont bien et pratiquement totalement détruit les cellules de mon cerveau. Je n’avais presque plus de répit, les attaques s’enchaînaient les unes après les autres et j’en souffrais beaucoup.

D’avoir pris la décision de m’aider à partir a été une sage décision, je dois le lui dire, car maintenant je n’ai plus de douleur, je me sens bien et j’attends de pouvoir rejoindre le jardin des animaux, car ici ce n’est plus ma place.

Je pouvais partir depuis un moment, ma mission auprès d’elle était terminée depuis près d’une année, et je souhaite cette fois-ci lui revenir avec une nouvelle mission. J’étais chargé de l’aider dans un moment difficile de sa vie. J’étais là pour lui montrer que la dépendance et la co-dépendance (le sens exact de notre relation) dans cette incarnation étaient des états, des fonctionnements néfastes qui l’empêchent de vivre, qui l’empêchent d’être bien dans sa tête et dans son corps, qui nuisent terriblement à sa santé et altèrent et détruisent toutes les cellules de son corps, mais aussi les relations avec les autres.

On vit, on s’enferme à l’intérieur de soi et plus rien n’est cohérent et logique. Et puis il y a la peur, la peur de l’abandon, car notre esprit ,lorsqu’il est lucide, a bien conscience qu’à un moment ou un autre, on risque d’être abandonné et inconsciemment on va chercher des êtres qui ne sont pas dignes de nous et nous mettent dans cette situation… Tout cela se traduit par un processus très difficile à dénouer et j’étais là pour te mettre en face de tes responsabilités.

J’ai réussi ma mission et j’en suis très heureux. Tu as réussi à trouver la voie, ta mission de vie et à travers celle-ci, tu vas aider de nombreux humains en difficulté, mais aussi toi à te reconnecter à une existence qui mérite d’être vécue dans l’amour, la joie et la confiance. Et je veux revenir chez toi pour t’aider à avancer sur ton chemin spirituel aussi, et vivre une relation d’amour inconditionnel à tes côtés. Je veux t’aider à construire une relation durable empreinte de respect et d’amour.

Je me charge de lui transmettre tes messages Jackpot, es-tu maintenant prêt à rejoindre le paradis des animaux ?

Oui plus que jamais.

Il est venu tout frétillant à mes côtés, nous avons commencé à marcher sur ce très beau chemin de lumière qui s’ouvrait à nous et il a traversé le pont des fleurs en courant et aboyant. Arrivé de l’autre côté, il faisait des grands sauts de joie. Il était content et s’est dépêché de gravir l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Jackpot, ton âme a trouvé la paix.

Opale assise sur son arrière train m’attendait sur un chemin en béton. A mon approche elle s’est levée et elle est venue vers moi. Je me suis présentée et elle m’a dit :

Que je suis heureuse de savoir que tu me vois et que tu sais que je ne suis pas encore partie au jardin des animaux et j’espère que je pourrai le rejoindre après.

Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui poser quelques questions et je l’ai rassurée que j’allais l’accompagner au pont des fleurs après notre échange.

Mon départ lui est très difficile, plus qu’elle ne pouvait se l’imaginer. Sa souffrance et sa culpabilité m’empêchent de partir, elle n’était pas prête et elle a peur de ne pas avoir fait le bon choix.

Dis-lui que je ne lui en veux pas, elle a pris la bonne décision, il n’y avait plus rien à faire pour moi et m’aider à partir a été un réel soulagement. S’acharner à m’opérer ne servait à rien sauf à te faire dépenser de l’argent pour rien. J’aurais gardé un handicap. Maintenant je n’ai plus aucune douleur, mais je ne suis pas heureuse ici. Je ne peux l’être, ce n’est plus ma place ici et tant que je reste dans leur entourage elle ne peut trouver la paix et faire son deuil et Even en est perturbé. Je pompe leur énergie et ils ressentent une grande fatigue, une grande lassitude.

Dis-lui que je l’aime, que je suis tout le temps à côté d’elle, que je l’entends lorsqu’elle me parle mais que tant que je suis entre deux je ne peux pas lui envoyer de signe. Et c’est traumatisant pour Even car ici ce n’est plus ma place et je ne pourrai communiquer et leur envoyer des signes que lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux.

Dis-lui que j’étais sur mon chemin, je préparais mon départ et de pouvoir me reposer et me ressourcer quelques semaines avant de lui revenir dans un corps physique en pleine forme, est nécessaire. Mais pour cela elle doit me laisser partir et comprendre que même si parfois on se trouve dans des situations désespérantes, on n’est pas seul, qu’il suffit de chercher de l’aider, de regarder autour de soi, d’oser exprimer sa peine et son désarroi et on trouve une solution et quelqu’un qui vient à votre secours.

Elle est d’une nature très cartésienne et assez méfiante. Elle a peur de croire en ce qui n’existe pas et pourtant cela existe vraiment.

Dis-lui que nous les animaux nous sommes entre deux, le monde visible et le monde invisible. Nous pouvons voir ce que vous voyez, mais nous pouvons aussi voir de que vous ne voyez pas. Even me voit mais sait qu’ici ce n’est plus ma place et elle ressent beaucoup de peine. Le manque de ma présence physique, mais aussi de la tristesse de me savoir bloquée ici. Lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux, vous ressentirez un mieux-être et vous serez apaisés.

Mirabelle, je ne pourrai la rencontrer de l’autre côté, Mirabelle c’était moi, oui nous étions déjà ensemble et je croyais que tu l’avais compris. Jody elle, elle m’attend, je sais qu’elle se trouve de l’autre côté du pont pour me guider dans l’au-delà. Elle est souvent venue me voir mais ta peine et ta douleur m’empêchaient de la suivre.

J’avais une mission auprès de toi, celle de t’aider à avancer sur ton chemin et à t’ouvrir à l’amour inconditionnel. Je ne l’ai pas terminée cette mission, je t’ai aidée à te reconnecter à ton petit enfant intérieur mais tu n’as pas encore eu le temps de faire la paix avec lui, de lui demander pardon de le faire toujours encore manquer d’amour. Tu es un être sensible et tu dois prendre confiance en toi et en la vie et l’univers te le rendra.

Moi je te reviendrai en « golden » bien entendu. Tu n’attends que cela et je me mettrai sur ton chemin lorsque tu te mettras à ma recherche, et je serai très heureuse de reprendre mes services auprès de toi, car toi aussi tu as le droit d’être heureuse et de vivre la vie, la vraie vie dans le présent, dans l’ici et maintenant et pas dans le passé. De vivre avec des bagages que l’on refuse de déposer nous empêche d’évoluer et d’avancer sur son chemin et elle a besoin de reconnaissance et de savoir quelle est sa mission sur cette terre. Je serai là pour l’accompagner, l’aimer et la soutenir. Je l’aime, c’est ma maman et je suis reliée à elle et oser dire qu’on aime aussi, exprimer ses sentiments et ce que l’on ressent nous libère et nous ouvre la porte pour faire entrer le soleil dans notre cœur. Qu’elle ose l’ouvrir cette porte, cela changera bien sa vie.

Je lui transmets tes messages Opale, es-tu maintenant prête à partir ?

Oui je le suis.

Elle est venue à côté de moi, elle a tourné autour de moi et de sa tête me donnait des petits coups dans les fesses, je l’ai caressée, elle n’attendait que ça, l’expression de ses yeux en disait long, elle a poussé des petits soupirs de satisfaction et ensemble nous nous sommes avancées sur le chemin. Celui-ci très triste au départ s’est transformé en un magnifique chemin avec des petites lumières de partout, et elle m’a dit :

J’espère que mon départ lui rendra la joie et le sourire. De là-haut je pourrai lui envoyer de bonnes énergies et je lui ferai des petits coucous qu’elle n’aura aucun mal à reconnaître, il faut juste qu’elle y soit un peu attentive.

Arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée et elle m’a dit :

Merci, merci à elle, à toi

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans ce magnifique arc en ciel.

Au revoir Opale, tu es précieuse et tu portes bien ton nom !

Communication du 23/12/2017 :

La connexion avec Opale s’est faite au jardin des animaux. Elle était couchée sur son ventre et m’a regardée d’un air très reconnaissant.

Encore merci de m’avoir accompagnée jusqu’au pont des fleurs, après c’était facile, je me suis sentie aspirée et je me suis dépêché de gravir l’escalier de l’arc en ciel.

Dis-lui qu’ici je suis bien, tout est tellement beau et harmonieux et que j’essaye de lui envoyer des signes, mais elle ne les reconnaît pas. Elle n’est tellement pas bien qu’elle est fermée à tout ce qui se passe autour d’elle et elle ne voit rien. Et pourtant, le nombre de fois qu’elle pouvait me voir dans le ciel, dans les nuages, cette silhouette de Golden, oui c’était bien moi.

Et on communique avec Even depuis que j’ai rejoint le paradis des animaux et elle va mieux, sauf qu’elle est inquiète pour notre gardienne et qu’elle se fait du souci pour elle.

Dis-lui que lorsqu’elle ira mieux, Even ira mieux aussi.

Dis-lui aussi de penser à mon retour et de ne pas douter lorsqu’elle se mettra à ma recherche. Je me mettrai sur son chemin et elle saura me reconnaître. La confiance n’est pas son fort, elle n’a confiance ni en elle ni en la vie et j’ai  encore beaucoup de travail auprès d’elle.

Dis-lui que si je ne me suis pas réincarnée dans le corps physique de Jody c’est parce que je ne le pouvais pas. Lorsque Jody est arrivée, j’étais encore là car la souffrance qu’elle a ressentie à la mort de Mirabelle était aussi très vive et douloureuse et il n’y a qu’avec l’arrivée de Jody qu’elle a pu faire son deuil et moi ça m’a libérée et j’ai pu rejoindre le jardin des animaux. Voilà la raison pour laquelle Mirabelle n’a pas pu lui revenir tout de suite, voilà pourquoi elle a été obligée d’attendre jusqu’au départ de Jody.

Si à travers notre 1er échange elle n’a pas su me reconnaître, c’est tout simplement parce qu’elle n’a toujours pas accepté mon départ, c’est parce qu’elle n’est pas elle et qu’elle a des doutes. Nous étions très fusionnelles toutes les deux et j’adorais me coucher à ses pieds.

Elle était ma gardienne d’amour et j’étais là pour lui donner tous les câlins et l’amour dont elle avait besoin et je lui reviendrai pour ça aussi.

Néo m’attendait assis sur son arrière train. Il m’a regardée avec des yeux tristes et lorsque je me suis adressée à lui, il m’a dit :

Je sais pourquoi tu es là, je suis toujours encore là à ses côtés, sa culpabilité m’empêche de partir et je suis ici entre deux. Ce n’est plus ma place et je commençais à croire que j’allais encore y rester très longtemps, car elle m’a aidé à partir mais elle n’était pas prête, moi non plus, ce qui fait que j’ai du mal à faire ma transition et partir au jardin des animaux.

Je suis très content que tu sois venue jusqu’à moi et j’espère que tu m’aideras à rejoindre le pont des fleurs. Je le connais, ce n’est pas ma première incarnation et mon 1er départ, je suis déjà passé de l’autre côté du pont et je sais que l’endroit est merveilleux.

Je t’accompagnerai jusqu’au pont Neo, mais j’ai d’abord des messages et des questions de la part de ta gardienne.

Je souhaiterai que vous lui disiez que je regrette ce que j’ai fait et qu’il me manque énormément que je n’étais pas prête à notre séparation. Que je ne me rendais pas compte de la place et l’amour qu’il apportait à ma vie


Demandez-lui comment il va, est-il en heureux, en paix et est ce qu’il me pardonne pour ce que je lui ai fait.


Dites-lui que je l’aime et qu’il sera toujours dans mon cœur.

Je sais que tu n’étais pas prête, d’où cette grande souffrance et cette culpabilité. Moi aussi j’aurais aimé mieux préparer mon départ, mais les choses sont ainsi et il ne faut pas vivre dans les regrets. Il faut toujours assumer ses choix en cœur et âme, sinon on vit dans le passé, dans les regrets et on n’avance plus dans la vie. Je sais que tu n’avais pas conscience de la place que j’occupe dans ton cœur parce que justement tu ne vis pas toujours dans l’ici et maintenant, tu n’es pas centrée et reliée à la terre.

Trop de stress ? Trop d’angoisses ? Peut-être… mais ma mission consistait à te ramener à toi, à ta source, à ton petit enfant intérieur pour te permettre de vivre dans le présent. Je n’ai pas terminé cette mission et lorsque je me serai reposé et ressourcé, je pourrai te revenir pour la continuer.

Moi aussi je t’aime et il m’importe que tu prennes conscience qu’il faut toujours trouver et garder un équilibre dans la vie. C’est incontournable pour pouvoir avancer sur son chemin. Tu n’as pas encore compris quel est ton chemin de vie et je reviendrai aussi pour te montrer la voie. J’étais là pour te permettre de chérir ton petit enfant intérieur, mais tu n’en as pas compris le sens et mon départ doit justement t’aider à comprendre qu’il est important d’être aligné avec son cœur et son esprit. Lorsqu’on ne l’est pas on ne vit pas les choses, on les subit et on ne peut trouver le bonheur et le bien-être. Je ne vais pas mal, je n’ai plus aucune douleur mais je reste ici à pomper ton énergie et tant que je suis là tu ne peux faire ton deuil.

Surtout ne reste pas dans les regrets et pense que si tu le veux bien, je peux te revenir. Nous les animaux pouvons, après avoir fait un passage là-haut, vous revenir très vite. Et lorsque tu te mettras à ma recherche, je saurai me mettre sur ton chemin. Nous pourrons cette fois-ci, tous les deux, nous retrouver pour vivre une nouvelle aventure ensemble et mon aller/retour t’aura permis de comprendre bien des choses.

Je me charge de transmettre les messages Néo. Es-tu prêt à partir maintenant ?

Je n’attends que ça depuis tout ce temps, j’étais dans son ombre et je puisais dans ses ressources. Mon départ lui permettra de se sentir mieux, de lâcher prise avec sa culpabilité et de retrouver la paix dans son cœur et son esprit.

Il s’est mis debout, il est venu à mes côtés, et ensemble nous avons emprunté le chemin qui s’ouvrait à nous. Celui-ci tout d’abord austère s’est transformé en un joli chemin de lumière avec des  petites fleurs de toutes les couleurs. Arrivés au pont des fleurs, il s’est arrêté et m’a dit :

Merci, merci pour ce que tu fais pour nous et dis-lui surtout  que je ne lui en veux pas. Je l’aime et je n’ai qu’une seule envie, c’est de la retrouver après mon passage dans l’au-delà.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans cette magnifique lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Néo, paix à ton âme !

La connexion avec Uchamakan s’est faite dans un immense pré avec des herbes hautes d’un vert et jaune presque fluo. Il était entouré de lumière, d’une lumière d’un jaune pâle avec des rayons dorés et oranges. Il gambadait dans ce pré, il avait l’air heureux et s’est arrêté lorsque je l’ai appelé. Il s’est retourné apparemment surpris de me voir dans ce lieu magique et je lui ai expliqué que sa gardienne et sa maman avaient des messages pour lui et des questions à lui poser :

Nos messages et questions pour lui:

-Uchamakan nous n’avons pas voulu nous débarrasser de toi, nous t’avons envoyé pour te faire soigner. Mais tu étais très malade, ils n’ont pas réussi à te soigner.

-Ta maman aimera savoir si tu savais que tu allais partir? Si tu as eu mal et peur?
-Ton Dadou t’aime, tu lui manques beaucoup, mais il est très courageux et accepte de rester seul au pré et au box.

-Ta maman: «  Je te remercie pour tous les merveilleux moment que tu m’as fait vivre. Merci d’avoir été ce cheval si compliqué mais aussi si facile avec un cœur énorme. Merci de m’avoir fait grandir et amené dans une équitation plus belle. Merci de m’avoir fait devenir une jeune femme équilibré et tournée vers la compréhension de ce monde. Merci de m’avoir fait rêver en me donnant autant. Merci de m’avoir pardonné mes erreurs pour lesquels je m’excuse encore du font du cœur. Tu es parti de ma vie aussi vite que tu y es entré, mais tu l’auras changé à jamais en lui donnant un sens. Tu as été le maitre de vie dont j’avais besoin. Je ne te l’ai surement jamais assez montré mais je tenais énormément à toi. Tu seras gravé dans mon âme pour toujours. C’est surement égoïste mais j’aimerai que tu me reviennes vite. Pourtant je sais que tu as surement à faire auprès d’autres personnes. Tu es un être rempli de bonté et de sagesse. J’espère que ceux qui auront la chance de croiser ta route sauront t’écouter, afin de découvrir la réalité dure et merveilleuse que tu pourras leur apporter. Je suis si fière de toi. Je t’aime mon magnifique petit ange, sois heureux. »

-Ta deuxième maman: «  Je t’aime, tu me manques beaucoup. Je te souhaite beaucoup de bonheur et de bien être là où tu es. Je garde dans mon cœur les bons moments où nous avons ri ensemble. Là bébé là. Vas bébé vas. »

-Choupy t’aime aussi. Les ânes et Trésor te font coucou et t’aiment.

-Est-ce que tu reviendras avec nous bientôt? Fais-nous un signe alors que l’on sache.

Après lui avoir lu les messages et questions, il est venu à moi et plus il se rapprochait, plus il devenait gigantesque de par sa taille. J’ai tout de suite saisi que j’avais affaire à un cheval pas comme les autres et il a pris la parole :

Oui je ne t’attendais pas dans cet endroit, cette dimension qui n’est pas la tienne, mais si tu y as accès, c’est que ton âme est pure et ton cœur rempli d’amour et d’empathie. Je suis heureux de te recevoir dans ce havre de paix.

Dis-leur que je sais très bien qu’ils n’ont pas voulu se débarrasser de moi et je suis bien triste pour elles, mais ma maladie n’était pas une maladie en soi, elle s’est manifestée parce que j’avais terminé ma mission auprès de toi (Manon) et que je devais remonter pour me reposer et me ressourcer quelque temps afin de pouvoir redescendre pour un nouveau travail. C’est vrai je suis un sage, un être de lumière envoyé (homme âgé ancêtre) et que j’étais chargé de veiller sur toi et t’aider à grandir. Je savais que j’allais partir et mon départ était préparé depuis bien longtemps, depuis presque un an. Ma douleur était tout à fait supportable, j’ai placé mon esprit au-dessus des souffrances et je n’avais pas peur.

Ne vous inquiétez pas pour moi et ne culpabilisez pas. Vous avez fait ce que vous deviez faire pour moi et je vous remercie de m’avoir aidé. J’ai été rappelé, car pendant quelques semaines on a besoin de moi là-haut pour une mission très particulière et qui touche le monde animal sur un plan terrestre bien maltraité à l’approche de ces fêtes (volailles, oies, canards…)  De là-haut je serai plus efficace pour leur venir en aide.

Je suis triste et navré de vous causer de la peine, mais je n’avais pas le choix, il fallait que je parte, mais où que je sois, je reste relié à toi car envoyé par ton ange gardien.

Moi aussi je t’aime et c’est moi qui suis heureux et fier de la jeune femme que tu es devenue. C’était ma mission, c’était mon travail et je l’ai réussi sans trop de difficultés car même si tu as eu des doutes, tu sais qui tu es et tu as très vite pris confiance en toi. Comme les grands maîtres, mon énergie auprès de toi t’a entourée et noyée avec beaucoup d’humilité et de bonté, et ton cœur aujourd’hui est aussi rempli d’amour et d’empathie.

Tu as bien compris que je vibrais sur un autre plan et cette énergie t’a empreinte d’une grande maturité et sagesse. Je sais que je manque à Dadou, mais il n’est pas le seul, physiquement oui, mais tu sais que nous les âmes du règne animal communiquons avec l’au-delà et nous nous parlons souvent. Il m’arrive aussi de venir le voir et vous aussi, même si vous ne l’avez peut-être pas compris. Pareil pour Choupy et Trésor. Ils savent que je suis bien et heureux et surtout eux ils savent tous que je vais vous revenir.

J’ai accompli mon travail en partie, celui de t’aider à grandir et entrer dans la vie, mais tu auras encore besoin de moi et je serai heureux de t’accompagner dans ta vie et encore plus t’enseigner la coopération et t’ouvrir à l’amour inconditionnel. Ma 2e maman comme elle le dit si bien est aussi présente dans mon cœur, je l’adore et ne l’oublie pas.

Dis-leur que je leur ferai un joli signe pour les fêtes le soir du réveillon, ils auront un magnifique signe de ma part et que j’espère qu’elles se mettront à ma recherche après les fêtes car je compte bien leur revenir. Je suis un guide et je pourrai leur envoyer de bonnes ondes de là-haut, mais ma mission consiste à partager du temps avec elles et surtout d’apporter à ma gardienne cette relation fusionnelle dont elle a besoin lorsque nous sommes ensemble. Cela la rempli de force et de courage.

Je les aime.

La connexion avec Sophia s’est faite sur un chemin très accidenté. Elle était allongée sur son flanc droit et m’a dit, après m’être présentée à elle :

Je suis très heureuse qu’on m’envoie quelqu’un capable de me comprendre et de m’entendre car j’ai besoin d’aide pour faire mon passage dans l’au-delà. Ici ce n’est plus ma place mais les souffrances accumulées au cours de ma courte vie terrestre m’empêchent de partir au jardin des animaux.

Je t’aiderai Sophia à faire le passage, mais dis-moi si tu es au courant de ton adoption prévue en France chez une gardienne avec un cœur rempli d’amour et d’empathie pour les animaux et surtout les chats ?

Oui je le savais, mais je ne voulais pas y aller. J’ai tellement souffert de la cruauté humaine que la pauvre aurait eu beaucoup de mal même avec un cœur rempli d’amour, de me mettre en confiance et surtout mon handicap (incontinence) aurait été très difficile pour elle. J’ai préféré partir (blocage des reins) pour me reposer et me ressourcer afin de pouvoir peut-être un jour lui revenir dans le corps physique d’un chat en bonne santé.

Dis-lui que c’est tout à son honneur de vouloir s’occuper de chats handicapés, mais Dieu sait que ça reste une tâche difficile à assumer et elle n’a pas à se sacrifier pour un chat qui n’a, pour être honnête, aucun lien spirituel avec elle. Celui-ci se serait créé et se peut encore, car de là-haut je pourrai la guider et l’accompagner sur son chemin de vie.

Amour et gratitude à cet être empreint d’une grande générosité, capable du don de soi pour le monde animal. Si son action pouvait servir d’exemple et donner une leçon de vie aux humains, l’univers le lui rendra.

Je transmettrai ton message Sophia, es-tu maintenant prête à partir ?

Elle est venue à côté de moi et je l’ai accompagnée jusqu’au pont des fleurs. Elle l’a traversé sans se retourner. Arrivée de l’autre côté, elle m’a dit merci à elle, merci à toi et s’est noyée dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Sophia, retrouve la paix dans ton âme.

Sans grande surprise, Gaya m’attendait sur le chemin, un chemin tortueux avec des herbes très hautes et des ronces. Elle m’a regardée et m’a dit :

Oui l’endroit ici n’est pas très avenant, et j’ai hâte de rejoindre le jardin des animaux.

Je suis là pour t’accompagner Gaya, mais j’ai d’abord un message de ta gardienne et elle souhaite aussi te poser quelques questions :

Je suis vraiment désolée de ne pas avoir compris pendant toutes ces années qu’elle avait un problème de reins et que c’est pour cela qu’elle faisait pipi dans la douche ou sur les tapis. Je m’en veux terriblement car c’était vraiment mon bébé d’amour, ma petite princesse et je l’aime de tout mon cœur. J’ai l’impression de ne pas avoir été une bonne maman. Je ne sais pas comment me pardonner à moi-même. J’espère qu’elle est soulagée maintenant. Elle me manque terriblement et à mes parents aussi. J’ai très mal, c’était très dur de la laisser partir et maintenant d’imaginer le futur sans elle. Je la remercie de m’avoir choisie il y a 6 ans et grâce à elle j’ai ouvert mon cœur. J’espère la recroiser même sous une autre forme.

 Question à lui poser :

A-t-elle été heureuse avec moi ?

Quel moment elle a préféré dans son incarnation?

A-t-elle réussie à aller au bout de sa mission de vie ? 

 A-t-elle un message pour moi ?

Comment puis-je surmonter son absence ?

Oui je sais que mon départ est très difficile pour toi, tu n’étais pas vraiment prête, alors que moi ce départ je l’avais préparé depuis début de cette année. Moi j’étais sur mon chemin et tu l’as bien compris, on ne pouvait pas me soigner, je suis née avec cette grave insuffisance et l’heure de tirer ma révérence était venue pour moi.

Seulement la douleur et la culpabilité m’empêchent de partir vers le paradis des animaux. Je comprends ton profond désarroi, tes questions, mais tu dois comprendre aussi qu’ici ce n’est plus ma place et tant que je reste dans ton entourage, je ne peux me reposer et me ressourcer et toi tu ne peux trouver la paix. Tant que je reste là, tu ne peux commencer ton travail de deuil et je pompe ton énergie.

Je ne t’en veux pas, sois rassurée, tu ne pouvais savoir qu’étant aussi jeune, je puisse être malade, mais l’énergie de mes reins, à la naissance, était déjà quasi nulle, et comme mon tempérament était plutôt de nature craintive et anxieuse cela n’a pas arrangé les choses, car j’ai cristallisé ces énergies de peurs dans mes reins. Le tout conjugué, mes reins étaient très malades et mes pipis souvent bien involontaires.

Mais tu ne dois pas t’en vouloir, tu ne pouvais deviner que c’était de nature physique et non comportementale. Je sais que j’ai été ton bébé d’amour et malgré tous les regrets que tu as aujourd’hui, je te rassure, tu as été une bonne maman pour moi et moi aussi je t’aime. J’ai été très heureuse avec toi, une vraie petite vie de princesse et je n’ai jamais manqué de rien.

La santé oui, mais celle-là tu ne pouvais pas me la donner, c’était une anomalie que j’ai ramenée d’une autre vie et pas guérissable. Je suis venue à toi car guidée par un de tes ancêtres pour t’aider à grandir, à t’affirmer, pour calmer tes peurs et tes angoisses et prendre confiance en toi et en la vie. J’ai réussi cette mission et je l’avais terminée. Je pouvais donc préparer mon départ et songer un retour au paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer.

J’aime beaucoup la belle personne que tu es devenue et la compassion et l’empathie que tu as dans ton cœur et j’aimerais que tu continues à la développer et la mettre au service de ceux qui en ont besoin.

Je sais que je te manque, que mon absence t’est difficile, mais tu dois aussi apprendre le détachement, avoir la foi qu’on peut aimer et souffrir du manque de l’autre sans se morfondre dans des regrets et des culpabilités. Il est important de pouvoir faire son deuil lorsqu’on perd un humain ou un animal.

Moi, si tu le désires aussi, j’aimerais, après quelques semaines de passage là-haut, te revenir pour une nouvelle mission et t’apprendre le détachement affectif qui permet de mieux gérer ses émotions, ses peines de cœur et ce en toute humilité. Cela te permettra aussi d’ouvrir encore plus ton cœur sans appréhensions, sans peurs de devoir en souffrir.

Les meilleurs moments que j’ai passé dans cette incarnation sont les moments où nous étions toutes les deux, où nous partagions des moments très fusionnels. J’étais toi, tu étais moi et inversement. Tantôt je me suis sentie être ton bébé, tantôt j’ai ressenti que c’était toi mon bébé et cet état d’être a rempli mon cœur d’amour.

Je ne veux pas que tu souffres de mon départ, je voudrais que tu te réjouisses que je sois bien, d’être soulagée, et que je puisse me ressourcer pour te revenir. N’oublie pas, je suis ta petite princesse et tu es ma maman d’amour.

Je transmettrai tes messages et tes réponses Gaya, es-tu prête maintenant à partir ?

Oui je le suis

Et toutes les deux nous avons suivi le chemin qui s’est transformé en un joli chemin bordé de fleurs avec des herbes très vertes et lorsque je me suis arrêtée au pont des fleurs, Gaya l’a traversé sans se retourner et a gravi sans hésitation l’escalier du pont de l’arc en ciel.

Au revoir Gaya, profite de ce magnifique havre de paix pour te reposer, te ressourcer et préparer ton retour !

Ma rencontre avec Mymie s’est faite sur une route très mouillée, il y avait des flaques d’eau et elle était en train de boire cette eau glacée. Je me suis présentée à elle et expliqué que sa gardienne avait besoin, par mon intermédiaire de lui poser quelques questions et de lui dire qu’elle l’aime, qu’elle lui manque énormément et qu’elle laisse un grand vide dans son cœur.

Oui je sais, je suis consciente du choc et du traumatisme que mon accident a créé et j’en suis très triste pour elle. Moi aussi je l’aime et ne voulais pas lui occasionner cette peine, mais je n’ai pas eu de chance, j’étais dans les nuages, très émoustillée par cet oiseau qui me narguait et après qui je courais lorsque cette voiture est arrivée et  que je n’ai même pas entendue et évidemment pas pu l’éviter. C’était très violent et je suis aussitôt sortie de mon corps.

Je me suis vue comme je me vois toujours encore, allongée, mon corps physique sans vie et mon âme elle au-dessus de ça, et je savais qu’il me serait impossible de le réintégrer. Je n’ai pas souffert, c’était beaucoup trop rapide, je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qui m’arrivait, je suis aussitôt sortie de mon corps. Qu’elle ne s’inquiète pas pour ça et qu’elle ne culpabilise pas, elle n’y est pour rien. Physiquement je me sens bien, je n’ai aucune douleur, mais je reste là entre deux et ici ce n’est plus ma place.

C’est difficile de faire la transition correctement lorsqu’on n’a pas pu préparer son départ et lorsqu’on n’a pas pu se dire au revoir. Moi ça m’empêche de partir, et elle, elle n’arrive pas à faire son deuil. Tant que je reste là, à végéter, tant que je suis dans son entourage et que je lui puise son énergie, elle n’arrivera pas à trouver la paix.

J’ai besoin que tu m’aides à rejoindre le jardin des animaux, car un passage là-haut me permettra de lui revenir très vite. Je sais qu’elle attend mon retour mais pour cela je dois d’abord partir.

Dis-lui qu’elle est ma maman d’amour, je me suis sentie sa petite dernière et j’ai eu quelques années de pur bonheur avec elle, câlinée et choyée. Je lui reviendrai, ce ne sera pas long, car je n’ai pas terminé ma mission auprès d’elle. Je suis chargée de la nettoyer énergétiquement, mais aussi de lui apprendre à aimer d’un amour inconditionnel sans rien attendre en retour.

J’étais déjà chez elle (chien noir et blanc) et nos âmes sont reliées où que je sois, et mon retour doit lui permettre de s’ouvrir davantage à la vie, aux autres et de les aimer sans à priori ni jugement.

Elle me manque aussi, et de la voir dans une telle souffrance me fend le cœur. Dis-lui que je souhaite qu’elle se mette à ma recherche très vite après mon arrivée au jardin des animaux et je tâcherai de me mettre sur son chemin. Elle saura qui je suis, qu’elle n’en doute pas.

Je lui transmets tes messages, Mymie, es-tu maintenant prête à partir ?

Oui, depuis tous ces jours où je rêve de passer le pont des fleurs, je n’attends que ça.

Elle est venue à mes côtés, elle m’a regardée avec yeux pleins d’espoir, et toutes les deux nous avons marché quelques instants sur un trottoir de bitume noir qui s’est très rapidement transformé en un magnifique chemin avec des lumières qui scintillaient, des milliers de paillettes, d’étoiles dorées et argentées. Arrivées au pont des fleurs, je me suis arrêtée et avant de la traverser, elle m’a dit :

Vous rentrez, vous les humains, dans cette féérique magie des fêtes de fin d’année où brillent mille lumières. Au jardin des animaux, cette magie et ces lumières brillent ardemment toute l’année. Vous pouvez imaginer la splendeur des lieux, et nous les animaux, parce que nous vous aimons, nous faisons des aller/retours pour vous aider à avancer et à évoluer dans votre vie spirituelle.

Puis sans hésitation, elle a traversé le pont des fleurs et s’est rapidement noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Mymie, paix à ton âme en attendant ton retour !

Ma rencontre avec Sherkhan s’est faite dans une jolie prairie d’un vert fluo. Il y avait des coquelicots et des marguerites partout. Il m’a regardée et m’a dit avant même que je ne me présente à lui :

Heureusement que j’étais en paix avec moi-même, heureusement que j’avais préparé mon départ depuis bien longtemps, car elle m’a aidé à partir et se pose tout de même des questions à savoir si j’étais prêt.

C’est très juste Sherkhan, elle aimerait savoir si tu avais encore envie de vivre quelque temps auprès d’eux ?

Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision, j’étais sur mon chemin depuis bien longtemps et je souhaitais qu’on m’aide à partir. J’avais terminé ma mission depuis l’arrivée de la petite puce et remonter pour me reposer et me ressourcer et lui revenir avec une nouvelle mission, était nécessaire.

J’étais chargé de l’aider et on m’avait envoyé vers elle (femme âgée ? grand-mère aux cheveux blancs) pour l’aider à faire un travail sur elle qui lui permettrait de lâcher prise avec son mental, afin que cette petite puisse avoir la chance de voir le jour dans son foyer. Elle a été très attendue et moi j’étais chargé de veiller à ce que toutes les conditions soient réunies pour permettre cette arrivée.

Qu’elle ne pense pas que j’ai souffert de son arrivée ou que j’ai pu en être jaloux, pas du tout, c’est bien le contraire, j’avais accompli mon travail et mon énergie s’est de plus en plus cristallisée dans mes reins afin de pouvoir partir, et s’ils ont encore envie de m’accueillir dans leur maison, pouvoir leur revenir avec cette fois-ci une mission auprès d’elle (petite fille), pour la protéger et l’aider à grandir. Veiller à son bien-être, à son éducation et surtout lui permettre de se sentir aimée et de trouver un équilibre qui lui apportera de la force et du courage et rendra son avenir plus facile et plus serein.

Ta gardienne me charge aussi de te remercier d’avoir partagé toutes ces années auprès d’eux.

C’est à moi de les remercier pour leur présence et leur amour. Je me suis senti un membre de la famille et j’étais longtemps leur petit garçon. Comme tout petit j’ai grandi à leur côté et me suis préparé à mon envol. Celui-ci a eu lieu et je me sens bien et heureux ici dans ce beau jardin. Je les vois et je sais que c’est une famille unie et heureuse. Ils sont fiers des avancées de la petite, ils sont heureux et cela me remplit de bonheur pour eux.

Je suis fier de moi aussi car j’ai bien accompli mon travail. Après notre échange, je pousserai la porte du paradis des animaux et me reposerai et me ressourcerai. Dis-lui que je serais très heureux de leur revenir et attendrai cette occasion avec beaucoup de patience, cela pourrait être un petit chien aussi pour la mission future.

Elios m’attendait, assis au pied d’un canapé couleur foncé (gris anthracite ou chocolat). Il m’a regardée et m’a dit :

Je sais qui tu es et pourquoi tu es là, il est encore tellement dans la douleur, dans l’incompréhension, il n’a toujours pas encaissé mon départ si brutal, et moi ça m’empêche de partir. Je ne me sens pas le droit de le laisser, de l’abandonner, je l’ai tant de fois consolé et montré que la vie est belle et que je l’aime. Je n’ai pas non pluseu le temps de préparer mon départ. Je n’étais pas prêt, c’était brutal et violent (rupture d’anévrisme) et cela aussi m’empêche de partiJe suis là pour t’aider

Elios, mais je dois d’abord te transmettre un message et ton gardien a aussi quelques questions à te poser :

« Mon Elïos, tu ne portais pas ce nom par hasard, tu étais mon petit rayon de soleil et je t’aimais énormément. Je suis très triste depuis ton départ, tu tenais une telle place dans ma vie… j’essaye de tenir bon et de m’occuper au maximum de Scratch et Nouby, de profiter au maximum de leur présence comme j’aimerais encore profiter de la tienne. Merci mille fois d’avoir été dans ma vie, je n’aurais pas pu rêver d’avoir un chat plus adorable que toi, il n’y en avait pas deux comme ça, si fidèle, si craquant ! J’ai beaucoup de gratitude pour les moments que nous avons passé ensemble pendant toutes ces années, j’aurais aimé en vivre tellement d’autres avec toi… J’espère que tu le sais mais je te le redis, je t’aimais du plus profond de mon cœur, même lorsque je te disputais (monsieur était un filou et pas le dernier à faire des bêtises pour s’amuser). Tes câlins et ton amour vont énormément me manquer. Ta joie de vivre également. Tu  étais le premier à me consoler lorsque j’avais des passages à vide, un vrai pilier, et maintenant que la peine provient de ta disparition, c’est d’autant plus dur, mais je garde ce que j’ai appris de ta présence à mes côtés et je vais m’y tenir : la vie est un jeu, une aventure, un émerveillement. Il faut la vivre pleinement. J’espère que maintenant tu pourras épancher davantage ta soif de découverte du monde, des autres mondes. Je te souhaite une belle exploration, mon loulou »  


En questions, j’aimerais surtout m’assurer qu’il va bien de son côté, qu’il n’a pas trop souffert, qu’il n’est pas trop déboussolé face à cette transition brutale et qu’il parviendra à s’élever paisiblement (car je ne pense pas qu’il a pu préparer son départ…). Quelqu’un l’attend-t-il de l’autre côté pour l’aider ? 


Pour l’instant j’ai l’impression qu’il est toujours présent dans l’appartement, il me semble encore le sentir. Si c’est le cas pourrait-il se manifester, tout du moins auprès de son demi-frère Scratch ? Ce n’est pas simple pour lui. Ils ont toujours été ensemble, depuis tout bébé, et Scratch est perdu en ce moment. Il miaule et cherche beaucoup son frère, il est en manque de jeux et de câlins et je ne sais pas comment lui faire comprendre qu’Elios ne reviendra pas. Sa sœur Nouby est aussi perturbée, mais elle le montre moins. C’est une femelle, plus distante, qui préfère vivre sa peine à l’écart. 


Elïos voulait toujours profiter au maximum, il n’était heureux que lorsqu’il avait des bisous, des câlins, qu’il était dans les bras ou sur les genoux… Il aurait voulu qu’on s’occupe de lui 24/24h ! Savait-il que sa vie serait si courte et voulait-il que nous profitions un maximum l’un de l’autre avant qu’il ne soit obligé de partir ?

 

J’aimerais enfin comprendre, un peu, pourquoi cette séparation a été si brutale et rapide. C’est comme si on l’avait rappelé d’un coup… pour quelque chose de plus important que d’être avec moi ? Parce que je ne le méritais pas ? Pour m’apprendre une leçon ? Je suis perplexe et désemparé. Avait-il une mission ici, auprès de moi ? Avait-il « terminé » ? Nos routes se recroiseront-elles ?

Dis-lui merci pour son message rempli d’amour et d’espoir. Ses mots me rendent heureux, ils sont la preuve que j’ai bien rempli ma mission. Je suis un chat timbre-poste et je n’étais pas comme les autres, il l’avait bien ressenti. Je vibrais sur un autre plan et on m’avait envoyé vers lui. J’étais un guide et j’étais chargé de lui apporter de l’amour, beaucoup d’amour, il en avait énormément besoin car il en a beaucoup manqué. Ma mission accomplie, on m’a rappelé pour remonter me reposer et me ressourcer avant de lui revenir pour une autre.

Cela peut lui paraître incompréhensible et très cruel, mais c’est réel. Lorsqu’on vibre sur un autre plan, on peut être rappelé après un court temps, parce qu’on a besoin de notre énergie, de notre puissance pour aider ailleurs et de là-haut c’est ce qui m’est arrivé, ayant terminé ma mission. Mais cela ne signifie pas que je ne lui reviendrai pas, bien au contraire, je suis un guide envoyé par sa maman, je suis relié à lui et le resterai toute la vie.

Seulement pour pouvoir lui revenir, il est impératif de faire un petit passage au paradis des animaux. Tant que je reste assis là à attendre, je puise leur énergie et Scratch et Nouby en souffrent.  Surtout Scratch qui a envie de me voir monter dans la lumière.

Et puis je préfère pouvoir m’asseoir, me coucher confortablement sur le canapé ou jouer, m’amuser avec mes compagnons plutôt que de végéter ici. Lorsque je serai parti, ils iront mieux. Je savais qu’une fois ma mission accomplie, je serai rappelé pour un petit laps de temps et j’ai mis le paquet pour lui donner tout l’amour et tous les câlins dont il avait besoin.

Dis-lui que je l’aime et que nos routes se croiseront à nouveau bientôt, mais que cette fois-ci ma mission sera de l’aider à comprendre que la mort et la renaissance existent chaque jour et que chaque étape de notre vie correspond à une fin de quelque chose pour entreprendre autre chose. Cela nous permet, même si parfois c’est difficile parce qu’on est obligé de lâcher quelque chose, quelqu’un à qui l’on tient, d’évoluer et de changer de plan (peur de la mort).

Ma mission sera cette fois-ci de l’aider à se reconnecter à sa source pour lui permettre de trouver son chemin de vie et d’avancer sur celui-ci. Lorsque je serai au paradis des animaux, je pourrai lui envoyer des signes qui lui montreront que mon âme est éternelle et que je veille et pense à lui.

Je me charge Elios, de lui transmettre tes messages, et si tu es maintenant prêt, je vais t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs.

Je le suis, amour et gratitude à toi et à mon gardien d’amour d’avoir fait appel à toi. J’aspire à faire un aller/retour et j’espère qu’il m’acceptera à nouveau dans son cœur et sa maison.

Puis il est venu à mes côtés et nous avons pris le chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Elios était très impatient, il faisait des petits bonds tel un cabri et au passage s’amusait à attraper des mouches, lorsque est apparu un énorme nuage de papillons blancs qui l’ont entouré et l’ont mené jusqu’au pont des fleurs. Se sont rajoutés des centaines de papillons dorés et ensemble ils ont traversé le pont des fleurs et ont pris l’escalier de l’arc en ciel.

Elios avait trouvé son chemin et s’est noyé dans la lumière. Au revoir Elios !

Dragibus m’attendait assise sur un caillou, je pouvais à peine l’apercevoir. Elle me semblait très craintive et je m’en suis approchée avec beaucoup de précautions. Lorsqu’elle m’a aperçue ou entendue, elle a eu un moment de panique et je la sentais prête à prendre la fuite. Tout doucement je lui ai dit :

Ta gardienne Aurélie m’envoie vers toi pour te donner un message. Elle s’est figée et ses petits yeux me regardaient avec une grande curiosité, je voyais son museau et ses oreilles frétiller et j’ai senti que je gagnais sa confiance. Je lui ai expliqué qui j’étais et que sa gardienne voulait lui transmettre un message.

Je sais, elle est en grande souffrance, pour elle la vie n’est pas facile, elle a du mal à se trouver un équilibre et a plutôt tendance à s’autodétruire que de s’aider à aller mieux. Cela m’empêche de partir, cela me retient et si son message pouvait me libérer, j’en serais bien heureuse.

Dragibus, tu as rendu ma vie meilleure, tu m’as apporté un amour fort fusionnel et sincère. Un lien fort nous unis et je penserai toujours à toi comme au premier jour et je t’aimerai infiniment de tout mon cœur pour toujours. merci d’avoir apaisé mes chagrins juste en regardant ton doux visage et tes yeux innocents, Merci pour tes attentions, ta bonté et ta gentillesse tu as un grand cœur et ton âme est pure, tu es mon meilleur cadeau que le Ciel  m’a accoré.  J’ai une chance immense de t’avoir oui car je suis sûre que je ne t’ai pas totalement perdu, tu veilles sur moi et me protège mon ange, une dame a prié pour moi aujourd’hui car mes crises d’angoisses sont dures, Elle demande à Dieu de m aider.VA vers La Lumière et la paix que tu mérites dignement et j’unis tout l’amour que J’ai et que J’aurai à jamais pour toi mon jiji

J’espère que tu as été heureux avec moi et que tu le seras également dans ton nouveau monde.  Je voulais te sauver Je te voyais vieillir mais pas malade. J’ai eu un choque quand Elle m’a dit on ne peut pas te guérir.  Excuse-moi pour L’euthanasie tu connais ma sensibilité et te voir souffrir m’était insupportable je souffrais en même temps  Je ne voulais pas te voir agoniser même pour être prêt de toi car je pense à toi avant de penser à moi et excuse-moi pour L’incinération  je n’aurais pas supporté voir ton corps Mort ET de cette façon. C’est pour ça que Je suis sorti de LA pièce après t’avoir répété combien je t’Aime.

Je fais attention aux enfants même si J’ai Du mal avec Andrew j’espère que Alvin est près de toi je L’Aime aussi le bout d Chou. Le jour où viendra Mon tour ce sera toi Qui me cherchera et je pourrais te rendre visite et communiquer avec toi

En attendant J’essaie de faire ma vie au mieux comme tu m’as aidée et apprit à faire .j’ai Vu une étoile filante aujourd’hui pour la première fois c’est bon présage 😊prends soin de toi Mon amour tu mérites le meilleur tu es le meilleur parfait à mes yeux

Je t’Aime Fort très Fort et pour toujours Mon grands roi Dragibus.❤ Des milliers de bisous passionnels et éternels pour toi et alvin

Tu comprends à présent combien elle est tourmentée et se morfond dans une douleur qui l’empêche d’avancer sur son chemin et de trouver la lumière. J’ai eu de la chance d’avoir passé ces années avec elle et d’avoir pu l’aider à calmer et soulager ses angoisses. J’ai été très heureux à ses côtés et il me tarde de la retrouver à nouveau mais pour cela un passage au jardin des animaux est nécessaire.

Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision, j’étais sur mon chemin et j’étais prête à partir. Je souhaite me reposer et me ressourcer pour pouvoir lui revenir dans un corps en forme physiquement afin de l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur et lui permettre de se pardonner de lui infliger toutes ces souffrances et surtout l’aider à faire un travail sur elle qui l’aidera à prendre conscience qu’elle mérite et a le droit de vivre, d’aimer et d’être aimée. Elle doit se reconnecter à sa source pour pouvoir avancer sur son chemin.

J’aimerais qu’elle prenne soin de mes petits, ils l’aideront dans ce passage difficile en attendant mon retour, car je compte bien revenir chez elle et sur un plan terrestre.

Je me charge Dragibus de lui transmettre tes messages. Es-tu prête à partir ?

Oui je le suis.

Elle est venue à mes côtés et je me suis sentie devenir toute petite et très humblement je l’ai conduite jusqu’au pont des fleurs. Elle l’a traversé très rapidement et s’est noyée dans cette magnifique lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Dragibus.

Figaro était complètement esseulé, triste et m’a regardée avec des yeux remplis d’espoir.

Je suis heureux que tu sois là, je voudrais que tu dises à ma gardienne qu’elle ne doit plus être dans la souffrance, qu’elle ne doit plus culpabiliser, et me laisser partir. Ici ce n’est plus ma place et j’ai très envie de partir au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Je lui transmets ton message Figaro, et je dois de sa part te dire qu’elle t’aime très fort et qu’elle est désolée de t’avoir empêché de partir vers la lumière. Elle me demande de t’accompagner et si tu es prêt je vais venir avec toi jusqu’au pont des fleurs. Tu pourras le traverser et rejoindre l’escalier de l’arc en ciel. N’aie aucune crainte, tu ne seras pas seul, de l’autre côté on viendra t’accueillir pour te guider.

Je n’ai pas peur, depuis tout le temps que je reste là à leur pomper leur énergie.

Il est venu à mes côtés et ensemble nous avons emprunté un chemin qui s’ouvrait à nous et devenait au fur et à mesure de notre avancée, de plus en plus blanc. Arrivés au pont des fleurs je me suis arrêtée et il m’a remerciée :

Je retrouve la joie et je suis si heureux de pouvoir enfin me reposer. Excuse-moi si je suis un peu pressé de traverser le pont maintenant, mais j’aperçois l’escalier de l’arc en ciel et il me tarde de le gravir. Dis merci à ma gardienne, moi aussi je l’aime et de là-haut, je pourrai enfin veiller sur elle et lui envoyer de bonnes énergies.

Puis très souplement, il a rapidement traversé le pont et s’est noyé dans l’arc en ciel.

Au revoir Figaro, paix à ton âme !

Ma rencontre avec Baxter s’est faite dans une très jolie prairie remplie de lumière. Il y avait de l’herbe d’un vert fluo éblouissant et des petites fleurs de toutes les couleurs. Baxter était couché de tout son long dans les herbes et s’amusait à regarder les papillons blancs, jaunes, oranges tournoyer autour, et c’était très rigolo à observer car sa tête tournait dans tous les sens. Je lui ai expliqué que sa gardienne me demandait de lui donner un message et lui poser quelques questions.

Tu peux la rassurer j’ai passé le pont des fleurs entouré d’êtres de la nature, ils m’ont accompagné jusque-là et si je n’ai pas encore poussé la porte du jardin des animaux, ça ne va pas tarder. J’avais envie de faire un petit arrêt ici car l’endroit est magnifique et il y règne une grande paix. Je sais qu’au paradis des animaux c’est encore mille fois plus beau avec encore beaucoup plus de lumière, de la paix et beaucoup d’amour, mais j’avais envie de profiter de ce lieu car je sais qu’elle t’a contactée pour communiquer avec moi.

S’il n’y avait qu’un mot à te transmettre, ce serait Un immense Merci pour ces presque 11 années passées avec toi. Une énorme boule d’amour, de tendresse et de gentillesse qui font de toi un géant pacifique au cœur tendre ! Tu nous manques terriblement et nous croyons te voir à chaque coin de la maison. Nous te souhaitons une transition tout en douceur vers cet autre plan et espérons reconnaitre bientôt des signes de ta manifestation. Ton souvenir  restera gravé à tout jamais dans nos cœurs et nous  t’envoyons tout notre amour.

Voici quelques questions:

 -les vétérinaires t’avaient déjà condamné il y a 5 ans à cause d’une insuffisance cardiaque sévère mais tu as réussi à maintenir ton cœur en état de marche pour nous donner ces 5 magnifiques  années supplémentaires, nous espérons que tu n’as pas souffert ces dernières semaines: quelle était ta mission auprès de nous?

 – comment est ton nouvel environnement, es-tu avec d’autres êtres, animaux ou humains?

 – nous enverras-tu des signes ou reviendras-tu parmi nous ?

Merci et beaucoup de gratitude pour ce merveilleux message d’amour. Vous m’avez grandement aidé dans ma transition grâce à votre amour et votre immense compassion. J’étais sur mon chemin depuis quelques mois et ces derniers temps je ressentais une grande fatigue, une énorme lassitude. Je n’ai pas trop souffert mais souvent je sentais mon cœur et mon corps complètement usés. J’ai préparé mon départ cette fois-ci, alors qu’il y a 5 ans je ne voulais pas partir. Et pour preuve, j’ai vécu encore de très belles années avec vous et j’en suis très heureux.

Vous avez compris que cette fois-ci j’étais prêt à partir et je vous dis merci de m’avoir permis de faire cette belle transition. Comme chaque animal, j’étais au service à Dieu, à la source et j’avais une mission auprès de toi. Oui c’est toi ma maman, ma gardienne de cœur et d’amour. J’étais là pour te protéger et t’ouvrir au monde et te guider sur ton chemin spirituel. J’étais très proche de tous mais c’est auprès de toi que j’avais un rôle, une mission à remplir et je suis fier d’avoir accompli ce travail, car je t’ai aidée à te reconnecter à ton petit enfant intérieur pour lui permettre de supprimer et d’éliminer les souffrances du passé. Tu étais souvent dans tes pensées, nostalgique tout en n’en comprenant pas la raison ni le sens. De t’être reconnectée à la source te permet aujourd’hui de vivre en paix et en harmonie avec toi-même.

Je ne tarderai pas à pousser la porte du jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer, car je souhaite bien évidemment vous revenir dans quelques semaines. Ca ne sera pas très long et je n’ai pas peur, je sais que vous saurez me reconnaître. Je me mettrai sur votre chemin et le doute ne vous assaillira pas. Ce sera une évidence et nous pourrons nous retrouver pour une nouvelle aventure. Je vous aime et aspire à vous retrouver pour une nouvelle mission.

Vous avez de la chance vous les humains, car nous les animaux avons la possibilité de faire plusieurs passages dans votre vie et tu l’avais bien ressenti, nous sommes liés l’un à l’autre et étions déjà ensemble (chien). Je sais que je vous manque et pourrai, dès que j’aurai accédé au paradis des animaux, vous envoyer des signes. L’escalier que je souhaitais tant emprunter c’est l’escalier de l’arc en ciel. Je le voyais avec ces lumières si éblouissantes et il me tardait de le prendre pour faire le grand saut. Je sais que tu ne pouvais pas comprendre, mais pour moi il était magique et rempli d’espoir. L’espoir que de partir dans de bonnes conditions, me permettrai de vous revenir très vite. La lumière et l’énergie qui s’en dégageaient était très puissantes et très tentantes et je ne me suis pas privé de le gravir après le passage du pont des fleurs.

Ici tout est beau et je me sens bien, plus aucune douleur, plus aucune fatigue mais malgré tout cela c’est sur le plan terrestre que j’aimerais vous retrouver très vite.

Merci à vous pour toutes ces années de bonheur et celles qui sont encore devant nous.

Communication du 07/12/2017 :

J’ai rencontré Baxter au jardin des animaux. Il était allongé de tout son long sur le ventre et regardait autour de lui avec beaucoup de curiosité.

Ici tout est tellement beau et harmonieux qu’on se sent vraiment très bien. Ici c’est le paradis des animaux et j’adore observer tout ce qui se passe autour de moi. Il y a des anges blancs et oranges, mais aussi des papillons, beaucoup de papillons de cette couleur et des animaux de toutes les races. Ici tout le monde vit en harmonie et l’espace-temps n’est plus le même que sur la terre. Je me sens en forme et je peux à nouveau, quand l’envie me prend, gambader comme une jeune gazelle à travers ce havre de paix et j’en suis très heureux. Je me repose et me ressource et comme promis je ne tarderai pas à vous revenir.

Même si l’endroit ici est magique, c’est auprès de vous que je souhaite vivre avec une nouvelle mission et toujours auprès de ma maman d’amour. Oui je peux vous voir et viens de temps à autre vous faire un petit coucou. Ce sont les moments où lorsque tu penses à moi, tu ressens une pointe de douleur et de nostalgie.

Mais rassure toi, ce ne sera pas long, je te reviendrai en chien avec bien entendu une mission de chien, celle de t’ouvrir à l’amour inconditionnel. T’aider à te détacher du passé est une mission que j’ai bien réussie et t’apprendre maintenant à t’ouvrir davantage à la vie et aux autres avec beaucoup d’amour inconditionnel sera le prochain travail que je t’aiderai à accomplir. Cela se fera en douceur et avec beaucoup de parcimonie, n’aie crainte. J’endosserai le costume d’un grand chien car tu as besoin de l’énergie d’un chien puissant de par sa taille aussi. Et à vrai dire, tu as envie de me retrouver sous la même forme, alors cherche sans hésitation aucune de ce côté-là.

J’étais déjà avec elle (chien blanc poils longs) et j’adorais me baigner avec elle. J’étais à ses côtés dans les moments de joie mais aussi de peurs et de tristesse et je l’ai consolée et chérie de tendresse dans les moments difficiles.

Le message que je souhaite leur faire parvenir est celui de se faire confiance. De faire confiance à la vie et en Dieu. Rien n’est perdu en Dieu et une solution quelconque est toujours trouvée. Je les aime et je veillerai toujours sur eux et je leur montre la voie en cas de doutes.

Des signes il y en a souvent et parfois aussi dans le ressenti et l’odeur. Ils ne peuvent pas dire qu’ils ne ressentent pas de temps à autre ma présence. Je fais des aller/retours mais je reviendrai définitivement  dans un corps incarné que lorsqu’ils seront prêts.

Dis-lui que la maison sans moi et une maison sans âme et que mes passages doivent justement ressourcer les lieux. J’ai eu la chance d’être entouré d’êtres de la nature pendant toutes mes incarnations terrestres et elle aussi en est entourée depuis toute petite. Qu’elle n’hésite pas à leur demander de se manifester à elle. Dis-lui qu’ici il y a des animaux de toute sorte et j’ai croisé des humains pendant ma transition, mais ils n’ont pas pu traverser le pont des fleurs. Ils sont restés dans la 4e dimension.

Tes gardiens Baxter t’envoient à nouveau tout leur amour.

Merci et moi aussi je leur envoie tout l’amour dont je suis empreint de la tête jusque dans mes pattes. Je les aime.

Ma rencontre avec Séthy s’est faite sur un chemin bordé d’arbres de chaque côté. Il était couché sur son flanc droit et semblait m’attendre. Lorsque je lui ai expliqué que sa gardienne m’avait envoyée vers lui et que tous les deux avaient un message pour lui, il m’a répondu :

Je sais, je suis à leur côté à chaque instant, leur immense souffrance m’empêche de partir, je ne m’en sens pas le droit. Ma présence leur manque et ils sont totalement désemparés. Ils n’arrivent pas à faire leur deuil et tant que je suis dans leur environnement, ils ne pourront y arriver. Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le jardin des animaux.

Dis-leur que je les aime, que je comprends leur douleur mais pour retrouver la paix et l’harmonie dans le cœur, il est nécessaire que je parte dans l’au-delà. Ici je vais bien, je ne souffre plus, je me sens léger mais souhaite aller au paradis pour me reposer et me ressourcer.

Je t’aiderai Séthy à faire le passage mais je dois d’abord te donner un message et te poser quelques questions. Acceptes-tu d’y répondre ?

Oui si cela peut alléger et soulager leur douleur, je répondrai à toutes les questions, espérant qu’ils retrouveront la paix dans leur esprit et leur cœur.

Petit Séthy, tu le sais déjà, mais je tiens à le redire, nous t’avons aimé et t’aimons énormément, profondément.
Pendant toutes ces années, presque 16 ans, tu as été la joie de notre vie, le centre de toutes nos attentions, tout tournait autour de toi.
Il est vrai que tu étais un petit chien tellement beau, intelligent, gentil, drôle et têtu…comme tous les cairns ! Tu méritais bien notre affection, car tu étais vraiment un amour, notre « Petit Grand Amour »
Merci petit Séthy, d’avoir rempli notre vie de bonheur et de plein de moments de joies.
Tu étais notre « petit garçon », notre « enfant »… unique ! Car il n’y en aura pas d’autres.
Le vide que tu as laissé est immense ! Et ne plus te revoir ici-bas, une épreuve déchirante. Quelque chose s’est brisé en moi depuis ton départ, mon petit bonhomme, mais fort heureusement, je sais que là où tu es, tu ne souffres plus, c’est notre seule consolation.
N’oublie pas, petit Séthy, que Philippe et moi t’aimons et t’aimerons toujours; Et notre désir, notre souhait le plus profond, est de pouvoir un jour…. te revoir, te retrouver

QUESTIONS:
1) La dernière fois que nous t’avons laissé en garde, 8 jours, QUE S’EST-IL PASSÉ ? Pour que tu nous reviennes TOTALEMENT AVEUGLE ? (sans explication aucune, mais en plus avec dissimulation de la gardienne)
2) As-tu beaucoup SOUFFERT de cette CÉCITÉ soudaine ?
3) As-tu ressenti un ABANDON de notre part ?
Comme je culpabilise, mon petit Séthy ! nous avions confiance en cette personne, que tu connaissais déjà et qui t’aimait je crois ? nous serions revenus immédiatement, si elle nous avait prévenus, nous étions toujours tellement attentifs à tes moindres besoins et problèmes de santé !
4) Le hasard n’existant pas, cet « épisode douloureux » était-il dans l’ordre des choses ? Karma pour toi et Karma pour nous, car nous en avons terriblement souffert.
5) Lorsque nous t’avons emmené à l’hôpital pour la dernière fois le 24/11/2016, est-ce que tu SAVAIS POURQUOI ?
6) Le dernier jour tu ne t’alimentais plus, étais déshydraté…… et cet AVC ? te faisait-il SOUFFRIR ?
7) Tu sais petit bonhomme, nous n’avons assisté qu’á ton « anesthésie », et non à l’injection fatale d’euthanasie, afin de garder un souvenir de toi « vivant », tu L’AS BIEN COMPRIS ainsi ?

8) QUI t’a ACCUEILLI de l’autre côté ?
9) QUE FAIS-TU ? ES-TU HEUREUX là où tu es ?
10) Est-ce que tu NOUS VOIS et NOUS ENTENDS ? (Nous pensons à toi, et parlons de toi tous les jours, nous te voyons dans tous les chiens que nous rencontrons !)
11) Avons-nous été de BONS « PARENTS » pour toi ?
12) Depuis que tu es parti, je ne te vois pas en RÊVE (2 ou 3 fois seulement) POURQUOI ?
13) QUELLE MISSION as-tu eu avec nous ?
14) Peux-tu nous faire des SIGNES que l’on comprenne bien, de ta présence auprès de nous ?
15) A notre âge (74 ans), nous n’allons pas reprendre un autre chien, aussi pas de réincarnation possible avec nous, alors ? QUAND et COMMENT nous REVERRONS-NOUS ?
16) Tous les jours, surtout le soir nous avons un petit « RITUEL » avec toi, est-ce que tu le vois ? Tu aimes ?
17) Tes cendres sont dans notre oratoire, le 24 novembre, cela fera un an que tu nous auras quittés mon petit Séthy, nous allumerons une bougie et prierons pour toi, est-ce que tu pourras te JOINDRE À NOUS ? Et nous FAIRE UN SIGNE

Oui je sais que c’est très difficile pour vous de vivre sans votre petit garçon. Je sais combien vous m’étiez attachés, combien je comptais pour vous et que sans moi, vous ressentez un grand vide et que vous vivez depuis dans un foyer sans âme. Avec mon départ vous avez perdu la joie de vivre et vous vous sentez complètement désemparés, perdus.

Dis-leur que moi aussi je les aime et que j’aspire à rejoindre le jardin des animaux parce qu’un passage là-bas est obligatoire pour pouvoir revenir. Oui j’ai bien entendu leur message et leur question, mais explique-leur qu’à leur âge tout est encore possible. Dis-leur que nous les animaux, à partir du moment où on est bien parti, nous avons la faculté de nous réincarner et de vous revenir dans le corps physique d’un animal qui vous plaît et qui peut aussi avoir un certain âge. Même si c’est difficile à croire pour vous, sachez qu’il peut y avoir un transfert d’âme et que s’ils le souhaitent je peux leur revenir dans le corps physique d’un petit chien qui a déjà quelques années. Et puis ils sont encore jeunes et pourront encore longtemps apprécier ma présence.

Si malgré tout ils s’obstinent à rester sans compagnon, je serai là le jour où ils partiront et les accompagnerai un petit bout de chemin, mais ce serait bien dommage, car ils ont tous les deux besoin de l’énergie d’un chien dans leur maison.

Dis-leur de ne pas se tourmenter et de ne pas culpabiliser. J’avais un bel âge et j’ai vécu une vie de prince auprès d’eux. J’étais leur petit bonhomme et ils me câlinaient et me choyaient. J’ai vraiment été très heureux de partager tous ces moments de bonheur avec eux. J’étais sur mon chemin depuis presque un an et je préparais mon départ. J’avais beaucoup de tensions dans la tête, je me sentais souvent terriblement oppressé, une vive et très forte pression dans la tête et dans les yeux. La lumière et le soleil surtout m’étaient très difficiles à supporter les dernières semaines et l’accident que j’ai eu alors que j’étais en pension me serait peut-être arrivé à la maison.

J’ai senti une très vive douleur dans l’œil et puis plus rien, le noir total. Je n’ai pas compris tout de suite et me suis senti enfermé dans le noir, c’était angoissant et je crois bien qu’elle ne s’en est pas rendue compte tout de suite. Lorsqu’elle a compris ce qui m’était arrivé, elle a eu peur des conséquences et a préféré ne rien dire. Elle a eu peur de ne pas avoir su réagir à temps mais très honnêtement ? il vous serait arrivé la même chose. Vous vous en seriez aperçu tout de suite mais c’était déjà trop tard. J’ai de tout temps eu des pressions oculaires (depuis l’âge de 5 ans) et ça n’a rien à voir avec le karma.

Ne soyez pas tristes et n’ayez pas de regrets, les choses se sont faites comme elles devaient se faire et j’étais prêt lorsque vous m’avez emmené pour m’aider à partir. Je savais que vous le faisiez par amour pour moi et combien cette décision était difficile pour vous. Je ne pouvais plus manger et les pressions dans ma tête étaient douloureuses. Maintenant je ne souffre plus, je me sens léger et pourrai être heureux quand j’aurai rejoint le paradis des animaux. J’ai bien compris qu’ils ne pouvaient me voir mourir, mais explique leur que seul mon corps physique n’est plus, mon âme elle est éternelle. Elle est reliée à elle et le restera toujours.

Ils ont été des parents adorables, remplis d’amour et de compassion pour leur petit garçon et je suis heureux d’avoir réussi à la faire se reconnecter à son petit enfant intérieur afin d’y trouver la paix et s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Ils m’ont choyé comme la prunelle de leurs yeux, peut-être trop, car complètement dépendants et co-dépendants de moi.

Aujourd’hui mon absence pèse terriblement, ils parlent de moi, je les entends et je suis omniprésent dans leur quotidien. Cela aussi m’empêche de partir et tant que je leur puise leur énergie, ils ne seront pas bien. Je suis avec eux chaque soir et les assiste pendant leur rituel (bougie à côté de l’oratoire) mais ne peux leur manifester ma présence tant que je suis entre deux. Lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux, je pourrai leur envoyer des signes et je pourrai venir les voir et faire des allers/retours et bien sûr que je viendrai le jour anniversaire.

Ma mission a été aussi de les protéger, de les aider à faire le passage de la vie professionnelle à celle d’aujourd’hui et je pourrai à nouveau veiller sur eux. Mais encore une fois, réfléchissez et laissez-vous tenter par une autre aventure avec moi, où que vous me cherchiez je serai fidèle au rendez-vous.

Je me charge de leur transmettre tous les messages Sethy, es-tu prêt maintenant à rejoindre le jardin des animaux ?

Plus que jamais, je sais qu’ils pourront enfin retrouver la paix et commencer leur deuil.

Puis il est venu à côté de moi et ensemble nous avons emprunté le chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Lorsqu’elle est devenue trop vive, je me suis arrêtée. Il a continué son chemin, s’est arrêté juste avant le pont des fleurs et m’a dit :

Merci, merci de m’avoir accompagné et merci à mes gardiens d’amour pour tout le bonheur qu’ils m’ont donné chaque jour. Je veillerai sur eux quoi qu’ils décident.

Puis il a traversé le pont des fleurs et s’est noyé dans la lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Séthy, paix à ton âme.

J’ai rencontré Stumpf au jardin des animaux. Il était allongé sur ses 2 pattes avant et s’est laissé approcher sans crainte alors que d’habitude il était plutôt d’un tempérament peureux et réservé. Je lui ai expliqué que sa gardienne avait des messages et quelques questions à lui poser :

Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis

Aujourd’hui tu n’es plus près de moi, et je suis anéantie.  Tu étais si sensible, si affectueux, tu faisais la sieste avec moi, tu venais vers moi quand je t’appelais, un vrai petit chat chien.  Avec ta jolie bouille ronde et ton petit nez aplati tu étais si mignon.

Et puis tu es tombé malade et ce fut un vrai calvaire pour toi et pour moi. Toute cette souffrance, cette hospitalisation, cette opération, tout ça pour rien. Je m’en veux de t’avoir fait subir tout cela. J’ai tellement de regret…

La veille de ton départ tu es allé dans le jardin, te reposer à cet endroit que tu affectionnais tant et lorsque je t’ai cherché une larme a coulé sur ta joue. Tu savais que c’était la dernière fois. Et la nuit suivante tu m’as appelé et tu es venu mourir dans mes bras. C’est le dernier cadeau que tu m’as fait et je t’en remercie de tout cœur.

Que dois-je retenir de tout cela ? Quel est le message que tu veux me transmettre ?

Pourquoi a-t-il fallu que tu partes si jeune, pourtant tu t’es battu pour rester en vie ?  J’ai prié pour toi pour que tu guérisses et reste encore quelques années près de moi. Pourquoi… ?

Java, Lilou et Cheyenne se relaient auprès de moi, ils comprennent ma détresse. Joy est plus indépendant mais également présent.

J’espère que tu as pu rejoindre Apache et le paradis des animaux malgré ma souffrance, et que tu es heureux dans la lumière.

Au revoir mon petit ange, mon Bisounours adoré.

Et il m’a tout naturellement répondu :

Je t’attendais et je suis heureux de pouvoir aujourd’hui te dire et te confirmer tout ce que tu savais, tout ce que tu pressentais mais que je ne voulais pas que tu lui dises pendant ces quelques semaines, où j’ai certes souffert physiquement, mais qui m’a fait tellement de bien, qui m’a tellement conforté dans le fait d’avoir réussi ma mission, malgré qu’elle fut courte.

Je sais qu’elle est en grande souffrance et ne comprend pas cette injustice. Pour elle, m’avoir vu souffrir, avoir vu que je me battais pour elle, car je savais que mon départ allait l’anéantir, rend toute logique, toute raison complètement incompréhensible. Elle souffre, elle a des regrets, elle pense m’avoir fait subir cette opération pour rien et m’avoir fait souffrir encore plus physiquement, mais dis-lui qu’elle a fait tout comme elle devait le faire. Elle a fait les bons choix et pardon à toi si je t’ai poussé à lui dire que je ne voulais pas partir.

Je savais que tu avais compris le grand besoin que j’avais de me faire accompagner et que je voulais partir tranquillement à la maison. Tu avais très vite compris le contrat d’âme qui me reliait à Haïti et si je suis venu chez elle, c’était pour rendre à l’univers ce qu’il fallait lui rendre. Même si elle croit aujourd’hui que le ciel la fait souffrir, qu’elle a perdu toute confiance en la vie, explique-lui qu’à travers son accompagnement, sa présence, elle a permis à Haïti de partir comme elle le souhaitait.

Tout l’amour qu’elle m’a donné, tous les bons soins (même les gavages et les médicaments que je détestais), elle les a donnés avec son cœur et elle s’est enfin reconnectée à sa source, à son essence. Je ne leur étais pas destiné, ce n’est pas chez eux que je devais venir, même si j’ai eu de leur part beaucoup de tendresse et d’amour. Le hasard a fait qu’ils sont repartis avec moi, et craintif, peureux et anxieux que j’étais, j’ai mis un peu de temps à m’intégrer. C’est une gardienne au grand cœur et elle a vite su me mettre en confiance et je l’aime et je l’adore.

Je n’avais pas vraiment de mission auprès d’elle, elle était déjà bien entourée et n’avait pas besoin d’aide ou de protection de ma part. C’est plus moi qui avait besoin d’elle, et sa ténacité à veiller que je sois bien et heureux dans leur foyer a porté ses fruits et il y a eu un transfert d’âme au bout de presque un an, l’âme de Strumpf est remontée pour laisser celle d’Haïti revenir dans mon corps physique, avec cette fois-ci la mission de l’aider à se reconnecter à sa source.

C’était une mission très difficile car plus on aime et plus on souffre lorsque la maladie s’acharne et qu’on est impuissant. Mais avec beaucoup de courage, beaucoup d’amour, de compassion et d’empathie, elle a su s’accrocher et elle m’a accompagné tous ces jours.

La larme qui a coulé était une larme de grande tristesse pour elle, je savais que mon départ allait l’anéantir et en même temps elle doit se sentir heureuse et rassurée d’avoir eu la force d’aller jusqu’au bout. Justice m’a été rendue et je peux à présent me reposer et me ressourcer en paix. Même si ça lui semble très cruel, l’univers lui a donné quelque chose dont elle se serait sentie incapable. On lui a ouvert d’autres portes, elle ne sera plus jamais la même personne et en comprendra les bienfaits mais beaucoup plus tard.

Aujourd’hui elle à mal, je lui manque, mais si elle le souhaite je peux lui revenir avec une mission beaucoup plus légère, celle de l’aider à rire et à redevenir une petite fille insouciante, mais qui à présent sait ce qu’elle a, ce qu’elle porte en elle. Dis-lui que je suis bien ici et que je veille sur elle et sur eux tous.

Apache est venu me chercher lorsque j’ai traversé le pont des fleurs. Il m’a accompagné jusqu’au paradis des animaux quelques jours. Puis il est reparti vaquer à ses occupations. Ne crois pas qu’il t’a abandonné, cette terrible épreuve t’a reconnectée à ton âme avec beaucoup d’amour, de gratitude et c’était ma mission de t’aider dans ce travail.

Ne sois pas triste, la vie est belle, et même dans le deuil, nous devons la louer pour soi, ses proches et tout le cosmos.

Ma rencontre avec Ulis s’est faite dans un pré vert/jaune. Il était assis et me regardait comme s’il savait que j’allais venir à lui. Je me suis approchée, je l’ai salué, il m’a dit :

Oui je sais que ma maman t’envoie à moi, j’étais à ses pieds lorsqu’elle t’a écrit et d’être encore et toujours dans son entourage ne lui fait pas de bien et à Mimine non plus. Je leur pompe leur énergie et cela les perturbe beaucoup, surtout la chatte car elle me voit et sait qu’ici ce n’est plus ma place. Elles ne sont pas bien, aucune des deux n’arrive à faire son deuil et leur moral en prend un coup. Ma gardienne n’arrive pas à passer à autre chose. Je suis constamment dans ses pensées et elle en souffre, mon absence, ma présence physique lui manque et elle doute, elle a peur que la décision de m’avoir aidé à partir n’était pas juste pour moi et que je puisse lui en vouloir.

Dis-lui que non, j’avais des douleurs et je me réfugiais bien souvent dans l’astral pour supporter les souffrances. Et plus je m’y réfugiais, plus j’avais du mal à revenir dans mon corps. J’étais sur mon chemin depuis presque un an et j’avais préparé mon départ. M’aider à partir a été pour moi un acte d’amour de sa part. Je sais combien ce choix lui a été difficile et l’est encore et je lui suis reconnaissant pour le courage, la compassion et l’amour qu’elle a eu pour moi.

Dis-lui que je l’aime et que j’avais terminé ma mission auprès d’elle. Il était temps pour moi de remonter et de me ressourcer afin de pouvoir lui revenir dans le corps physique d’un petit chiot et remplir une nouvelle mission auprès d’elle. Seulement sa douleur, son manque m’empêchent aujourd’hui de partir alors que mon souhait le plus cher est d’accéder au paradis des animaux. C’est un passage obligé si je veux me réincarner dans un corps en bonne santé.

Ne t’inquiète pas Ulis, après notre échange, je t’aiderai à partir et tu pourras retrouver le jardin des animaux.

Je te remercie, dis-lui que ma mission a été de l’aider à traverser des moments difficiles, de l’aider à surmonter des passages de sa vie où elle avait grand besoin de ma présence pour me choyer et me câliner. En me protégeant, en me nourrissant de tendresse c’était elle, son petit enfant intérieur qu’elle chérissait et cela lui faisait beaucoup de bien et l’aidait à garder la tête haute.

Ma prochaine mission sera de l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur pour régler et éliminer, supprimer toutes les souffrances du passé afin qu’elle puisse avancer sur son chemin et s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Mimine est là pour la soutenir en ce moment, elle la colle pour la nettoyer énergétiquement et lui apprendre le détachement affectif. Elles sont très fusionnelles toutes les deux et je suis bien heureux qu’elle soit là pour elle. Ma maman sait que mon âme est éternelle, que je n’ai quitté que mon vieux corps malade, fatigué et usé et que je vais certainement me réincarner. Pourtant elle n’arrive pas à lâcher prise, se torture toujours encore l’esprit et ressent un vide énorme dans sa tête et dans son cœur, et la chatte est là pour l’aider dans ce passage difficile.

Dis-lui que lorsque j’aurai rejoint l’au-delà elle se sentira elle aussi libérée et elle pourra commencer son deuil avant mon retour qui sera très rapide. Je sais qu’elle a besoin de moi et ce ne sera pas long, je reviendrai sous la même forme physique et ces quelques semaines où elle ne pouvait me câliner seront très vite oubliées et remplacées par des moments de rire, d’extase, de pur bonheur. Elle ne peut vivre sans la compagnie d’un chien, et elle et moi nous sommes reliés depuis très longtemps, depuis d’autres vies déjà et notre aventure ne s’arrêtera pas là. Elle n’a pas de doute à avoir, je me mettrai sur son chemin et elle saura me reconnaître. Je l’aime, je suis son petit garçon et c’est ma maman d’amour.

Merci pour la bougie qu’elle fait brûler pour moi, lorsque je serai parmi les anges, elle pourra continuer à l’allumer et la flamme prendra toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Je lui transmets les messages Ulis et si tu es prêt, je vais maintenant t’accompagner jusqu’au pont des fleurs. Il s’est mis debout, il est venu à mes côtés et nous avons emprunté un magnifique chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée et Ulis, sans aucune hésitation, a continué sa route. Il était pressé car il s’est mis à courir comme un jeune chien, il aboyait tellement il était heureux de traverser le pont, et arrivé au pied de l’escalier de l’arc en ciel, il s’est précipité sur les marches et les a gravit très rapidement pour se noyer dans cette lumière si intense.

Ulis était parti au jardin des animaux.

Au revoir Ulis, paix à ton âme.

Nunuche était allongée de tout son long dans de l’herbe d’un vert fluo et ce juste après le pont des fleurs.

Oui tu peux leur dire que j’ai pratiquement terminé ma transition malgré le choix qu’elle a fait de m’aider à partir, alors que je voulais partir à mon rythme. Mais les douleurs étaient très vives et même en me réfugiant dans l’astral, je n’arrivais plus à me soulager. Elle a donc pris la bonne décision et je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi.

Dis-lui que je l’aime et qu’elle ne doit pas avoir de regrets ni de culpabilité, elle a pris la bonne décision et je lui en suis reconnaissante. D’ailleurs ma transition s’est faite dans de bonnes conditions et si je n’ai pas encore poussé la porte du jardin des animaux, c’est parce qu’avec ses angoisses, son stress je savais qu’elle allait faire appel à toi.

Dis-lui que j’ai été très heureuse dans leur foyer, j’ai vraiment eu une belle vie de furette et j’étais juste triste lorsqu’ils se sont séparés. Ils étaient fusionnels, ils allaient si bien ensemble et leur séparation m’a fendu le cœur. J’ai trouvé ça injuste, pour moi ils étaient âmes sœurs et c’est la raison pour laquelle je t’ai adoptée de suite.

J’avais une mission auprès de lui qui était mon gardien, j’avais la mission de le protéger contre lui-même car il prenait parfois des décisions trop hâtives, pas réfléchies et je devais m’occuper de canaliser son tempérament. Lorsque tu es arrivée, tu lui as apporté beaucoup de bien-être et un équilibre qu’il n’avait pas connu jusque-là. Vous représentiez pour moi le couple idéal et je regrette profondément que vos chemins se soient séparés.

J’étais sur mon chemin depuis quelques mois et je préparais mon départ, mais je devais rester encore pour toi, tu n’étais pas prête et j’avais très envie de t’accompagner encore un peu. Pour toi ce n’était pas très facile et lorsque je me serai reposée et ressourcée, c’est chez toi que je veux revenir. Toujours en furette de préférence et avec une mission auprès de toi dans cette nouvelle vie terrestre.

Ce sera un peu une mission de type « chat timbre-poste » et je serai là pour t’apprendre le détachement affectif et d’aimer et vivre les relations avec les autres, et surtout les hommes, d’une manière plus fluide. Je serai là pour te permettre de te reconnecter à ton petit enfant intérieur et l’aider à s’aimer tel que tu le mérites.

Je n’ai pas eu peur chez le vétérinaire, je savais qu’il allait m’aider à partir et Jerry était là. Il est venu me chercher et m’a accompagnée jusque-là. C’était très réconfortant et rassurant pour moi. Il est à présent reparti au paradis des animaux et m’y attend.

Après mes échanges avec Christiane, j’irai le rejoindre et j’espère que lorsque tu seras prête, tu nous accueilleras tous les deux, car bien entendu nous voulons te revenir tous les deux.

J’ai aussi un message pour toi Nunuche de la part de tes gardiens :

As-tu été heureuse avec nous ?

– Pourquoi as-tu accepté Lison dans ta vie avec Eloi avec autant de facilités ?

– Avais-tu une mission vis à vis de Lison ou d’Eloi ou même du couple ?

– Pourquoi t’es-tu battu jusqu’au bout malgré ta grande fatigue ? Tu aurais pu partir le week-end       dernier mais tu as lutté de toutes tes forces.

– Souhaites-tu te réincarner ? Et si oui, auprès d’Eloi ou de Lison ?

– Ou bien peut-être souhaites-tu rester à nos côtés d’une autre manière et dans ce cas, comment savoir quand tu seras là ?

-As-tu compris ce qu’il s’est passé (chez le vétérinaire) ? As-tu eu peur ?

– Jerry (mon chat décédé il y a un mois) est-il avec toi ?

– As-tu un message à nous faire passer ?

Notre message : 

On a tout fait pour te rendre heureuse car tu nous as donné autant d’amour qu’on peut en recevoir. Tu es la preuve qu’un petit être peut détenir en lui une force incroyable. Merci d’avoir été à nos côtés jusqu’au bout. Je (Lison) souhaitais que tu partes par toi-même. Mais ta souffrance m’a décidée à t’aider à partir. Pardonnes-moi si ce n’était pas ton choix. Nous t’aimons très fort et tu nous manques terriblement. 

Merci pour ce message rempli d’amour, moi aussi je les aime et donnerai tout pour les retrouver ensemble tous les deux. Eux aussi ont une grande force en eux et peuvent s’ils le veulent vivre heureux et en toute harmonie avec eux-mêmes.

Cela mérite réflexion !

Ma rencontre avec Charlie s’est faite dans un tout petit espace vert. Il était assis sur son train arrière et semblait m’attendre. Il m’a regardé et m’a dit :

Elle est en souffrance, je lui manque, sa peine et sa culpabilité sont immenses, elle a des regrets et pense ne pas avoir été à la hauteur, de ne pas m’avoir protégée, elle se torture l’esprit et moi ça me retient, ça m’empêche de partir.

Dis-lui qu’elle ne doit pas culpabiliser, qu’elle ne doit pas me demander pardon, c’est moi qui ai choisi de partir. Pas parce que je n’étais pas heureux chez elle, au contraire, moi aussi je l’ai aimé et je sais qu’elle débordait d’amour pour moi. Pour qu’elle puisse trouver la paix dans son cœur et son esprit, il faut que tu lui expliques que j’étais un chat de type sentinelle et guérisseur et que mon rôle, ma mission sur terre était de m’occuper des gens qui avaient besoin de moi mais aussi et surtout de nettoyer les alentours et tout l’environnement. Il y avait de quoi faire chez elle et je suis resté très longtemps, peut être trop et elle s’est beaucoup trop attaché à moi. Mais c’est normal, je te donnerai la raison mais je dois d’abord lui dire que je suis navré, je suis désolé de la voir autant se morfondre dans le chagrin.

Je suis parti parce que j’ai été appelé ailleurs pour un autre travail et dans un autre lieu. Pas à côté et donc impossible pour moi de faire des allers et retours. J’ai beaucoup marché, c’est quand même le désert ici et je me suis retrouvé devant un parc où était garé un van qui venait de ramener un cheval. Pour moi ce fut une opportunité et je suis monté et on m’a amené je ne sais trop où. A un moment, il s’est arrêté et j’en ai profité pour descendre, seulement, il est reparti aussitôt et je me suis retrouvé sur l’asphalte mouillé lorsqu’une voiture est arrivée et n’a pas pu m’éviter. C’était fini pour moi, le choc fut violent mais je n’ai pas souffert. Et cela m’empêche aussi de partir alors que si tu m’aides à rejoindre le jardin des animaux, je pourrai après quelques jours redescendre là où je dois aller pour remplir ma mission.

C’est finalement grâce à elle et ton intervention, la solution la plus simple pour moi. Qu’elle ne s’en veuille pas de m’avoir enlevé le collier « gps », j’attendais qu’elle me l’enlève avant de partir. Je ne voulais pas qu’elle me retrouve. Elle doit accepter et comprendre ma raison d’être sur terre et même si c’est cruel pour elle, elle doit être fière et heureuse de m’avoir à nouveau rencontré.

Oui, nous nous sommes déjà connus dans une autre vie et nous étions des humains tous les deux. J’étais son compagnon et nous nous sommes beaucoup aimés. Nous avons également été séparés à cause d’un accident de voiture. Le destin ne nous aura pas épargné ni dans cette autre vie, ni dans celle-là. Nous nous sommes beaucoup aimés et de revenir la voir quelques temps m’a permis aussi de faire la paix avec moi-même et de revivre quelques temps aimé et choisit à en mourir. Pour elle, même si elle ne le comprend pas aujourd’hui, ce retour lui aura aussi été très bénéfique. Il lui a permis de prendre conscience qu’elle pouvait aimer à la folie. L’univers l’aidera et lui apportera à présent ce dont elle a besoin pour avancer sur son chemin.

Rien ne me dérangeait à la maison, mon départ était obligé et lorsque j’aurai rejoins le jardin des animaux, mes amies se sentiront elles aussi apaisées et en paix. Dis-lui que je les adore et qu’elles me manquent aussi mais que le contact avec elles n’est pas coupé. Dis aussi à ma bien aimée que j’ai adoré sa présence mais que je me dois de partir lorsque je suis appelé ailleurs. Merci pour tout l’amour qu’elle m’a donné, merci d’avoir à nouveau ouvert son cœur et merci pour sa compassion et son empathie envers tous les chats morts.

Je lui transmettrai les messages Charlie. Es-tu toi à présent prêt à rejoindre le pont des fleurs ?

Oui je le suis et il me tarde de retrouver l’escalier de l’arc-en-ciel.

Nous nous sommes avancés tous les deux et un chemin s’est ouvert à nous. Il était d’une beauté époustouflante avec des couleurs très vives. Lorsque je me suis arrêtée au pont des fleurs, il l’a majestueusement traversé sachant que c’était un passage obligé pour pouvoir redescendre et continuer ses missions « être au service, au service à Dieu, à la source, et à nous ».

Merci Charlie pour le formidable travail que tu accompli…

La rencontre avec Petit Chat s’est faite sur un chemin de terre sec avec des buissons très sauvages, des haies de ronces de chaque côté. Il m’a regardé très curieusement et je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour lui donner un message et lui poser quelques questions. Il m’a répondu :

Oui mon départ la met en doute, elle culpabilise. Cette année a été difficile pour elle avec des remises en question, une séparation et elle était souvent pas dans le présent, dans le ici et maintenant. Complétement dépassée par ses problèmes personnels, elle pense qu’elle n’a pas fait ce qu’elle aurait dû faire pour moi et qu’elle ne m’a pas accompagné comme il se doit. Cela m’empêche moi de partir et je suis là depuis tout ce temps à attendre que quelque chose se passe et qu’elle m’aide à partir au jardin des animaux.

Je suis là pour ça Petit Chat, je vais t’aider à passer le pont des fleurs tu pourras rejoindre le jardin des animaux. Voici les messages et questions de ta gardienne.

Est-ce que tu as été heureux ?

J’ai essayé de prendre des logements qui te donnaient un accès à l’extérieur, parce que je savais que tu n’aimais pas être enfermé, mais ça n’a pas été possible à chaque fois, et je suis désolée…

Est-ce que tu m’en veux de t’avoir laissé avec Steph en avril quand je ne faisais que passer à l’appartement, et de t’avoir envoyé chez mes parents quand on a plus eu d’appartement fin avril ?

Tu me manquais et je m’en veux terriblement… Mais je ne pouvais pas faire autrement, cette année a été très chaotique pour moi

Peux-tu me confirmer que tu étais d’accord qu’on t’aide à partir en t’emmenant à la clinique ?

Est-ce que tu as souffert à la fin ?

Oui j’ai été très heureux à tes côtés, n’aie aucun doute et je sais aussi que tu as fait ton possible pour me permettre d’avoir accès à l’extérieur. J’étais un chat de type nettoyeur et pouvoir sortir et me ressourcer avec les énergies thermiques de la terre me permettaient de me débarrasser, de supprimer toutes les mauvaises énergies qui ne m’appartenaient pas Lorsque ce n’était pas possible c’était plus difficile et on me pompait souvent mon énergie. Je ressentais aussi une grande frustration mais je sais que tu as fait attention à cela mais que ce n’était pas toujours faisable.

Ne t’en veux pas de m’avoir laissé chez Stéph et mes parents. J’ai bien compris que tu ne pouvais faire autrement. Cela m’a bien entendu beaucoup affectait, toi aussi tu me manquais et j’étais très triste de passer ces dernières semaines de ma vie sans toi à mes côtés. J’étais sur mon chemin depuis mi/fin de l’année dernière et je préparais mon départ. J’aurais aimé que nous puissions nous y préparer ensemble tous les deux. Toi tu as été absorbée par tes problèmes affectifs et tu n’étais souvent pas connectée au présent. Je comprends combien cela est difficile pour toi et je ne veux surtout pas t’accabler encore davantage. Je t’aime et ne souhaite pour toi que la paix et le bonheur. Tu as aussi à ta part de bonheur et ta décision a été la bonne. J’étais sur mon chemin et j’en ai profité pour partir. Je n’ai pas trop souffert. Lorsque c’était le cas, je me réfugiais dans l’astral et cela me permettait de me détacher de  la douleur physique. Ne t’inquiètes pas m’aider à partir a été un bon choix pour toi et pour moi, seulement, avoir des regrets et croire que tu es passé à côté, que tu ne m’es pas accompagné comme il se doit m’empêche maintenant de rejoindre l’au-delà et tant que je suis ici-bas, je ne peux me reposer et me ressourcer. Le temps de l’autre côté du voile n’a rien à voir avec l’espace-temps que nous connaissons sur terre mais tant que je reste entre deux, c’est très long et je désespère d’être libéré. Mon âme aspire à rejoindre ce havre de paix où je pourrais me reposer et me ressourcer avant de te revenir.

Oui, j’avais une mission auprès de toi, j’étais chargé de te nettoyer énergétiquement ainsi que les lieux de vie. Je compte bien te revenir dès que tu seras posée pour une nouvelle mission et cette fois-ci t’apprendre le détachement affectif afin que tu gères mieux les relations affectives, que tu saches t’affirmer, faire les bons choix et te permettre de vivre libre sans aucune dépendance ou co-dépendance. Cela est plus que nécessaire pour avancer sur ton chemin car bien des choses concernant le relationnel, les relations avec les hommes ne sont pas intégrées. Je t’aime et souhaite te retrouver dans une vie stable et équilibrée.

Je me charge de lui donner tes messages Petit Chat. Es-tu toi maintenant prêt à partir dans ce lieu magique ?

Je le suis, de voir ces touffes de végétaux et ces mûriers ! Ces noirceurs me rappellent trop le « bordel » de ces derniers mois et de ce qu’elle peut ressentir et je suis pressé de voir un paysage chaleureux et accueillant.

Nous nous sommes avancés sur le chemin ensemble et après quelques mètres le cadre s’est totalement transformé. De jolis petits buissons fleuris remplaçaient les noirceurs et de l’herbe et des petites fleurs, des pâquerettes sortaient de terre. Petit Chat tel un félin continuait très délicatement sa route prenant la précaution de ne pas les piétiner. La lumière devenait très vive et lorsque je me suis arrêtée il m’a dit merci, merci de m’aider à rejoindre l’escalier de l’arc-en-ciel. Je l’aperçois derrière le pont et je suis très heureuse de le gravir. Merci à maman, même si elle ne l’a pas toujours compris, j’étais son petit garçon et j’ai eu beaucoup de joie et de plaisir d’être aimé par elle. La vie ne l’a pas toujours ménagée et elle mérite elle aussi d’être heureuse.

Dis-lui que je l’aime et que je suis très heureux de rejoindre le paradis des animaux maintenant.

Puis il s’est dépêché de passer le pont des fleurs et de monter rapidement les marches de l’escalier de l’arc-en-ciel.

Au-revoir Petit Chat, paix à ton âme.

Mia debout sur ses 4 petites pattes m’attendait sur un chemin sombre avec des cailloux et des galets de partout. Elle m’a dit :

Heureusement que tu viens me voir, j’ai tellement besoin que tu m’aides à partir car ici l’endroit est très inconfortable, je ne peux même pas me coucher, je reste là planté dans son entourage et sa peine et sa souffrance m’empêchent de faire la transition. Elle est très malheureuse sans moi et j’en suis très triste mais ici ce n’est plus ma place et si je ne peux pas partir au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer, je ne pourrai lui revenir.

J’aiderai ton âme à te libérer Mia, mais j’ai d’abord un message pour toi :

Dite à ma fifille quand vous ferez la connexion qu’elle nous manque énormément et que je l’aimerai toujours, demandez-lui si elle est bien là où elle et  si elle se sentait partir, si ma fifille ne se sent pas trop seule, s’il y a d’autres chiens avec elle et des humains aussi. Je sais que mon père prendra soin d’elle au paradis et si elle me fait des signes, si oui lesquels et aussi qu’elle manque aussi beaucoup à mamie et qu’on est perdu sans elle surtout maman.

J’étais à côté de toi lorsque tu me l’as écrit et je sais que de pouvoir me le faire transmettre t’as fait beaucoup de bien. Cela t’as mis du baume au cœur et t’as apaisé un peu. Moi aussi je t’aime, être à tes côtés sans pouvoir te le faire comprendre est difficile à vivre et j’aspire maintenant à partir vers la lumière et de là-haut je pourrai vous envoyer des signes pour vous montrer que mon âme est toujours là et qu’elle reste reliée à toi.

Je lui transmettrai ton message Mia, es-tu maintenant prête à partir ?

Oui je le suis car ici ce n’est plus ma place et je leur pompe leur énergie et les empêche de faire leur deuil.

Elle est venue à côté de moi et ensemble nous avons marché sur ce chemin très difficile et qui se transformait au fur et à mesure de nos pas en un magnifique chemin avec de l’herbe et des jolies fleurs avec des milliers d’abeilles qui se posaient sur elles pour les butiner. Dès que nous nous sommes rapprochés du pont des fleurs je me suis arrêtée et très pressée de le traverser elle a continué sa route sans se retourner. J’ai pu apercevoir des êtres de lumière qui l’attendaient de l’autre côté et elle est partie dans l’escalier de l’arc en ciel.

Paix à ton âme Mia, repose-toi et ressource-toi, tu le mérites.

A mon arrivée sur le chemin, Chipie appelée Bébé m’attendait, assise sur son arrière train, et avant que je ne lui explique que sa gardienne m’envoyait vers elle, elle m’a dit :

Tu es vraiment la bienvenue, j’attendais qu’elle fasse appel à quelqu’un car le départ brutal et sa souffrance m’empêchent de faire la transition, je reste là dans son entourage et je lui pompe son énergie. Tant que je suis là, elle ne peut faire son deuil, elle est triste, elle me pleure et elle culpabilise de ne pas m’avoir protégée de cet accident, mais dis-lui qu’elle n’y est pour rien, c’est ce qu’on appelle pas de chance, mais je n’étais pas à ce moment précis dans mon corps et la douleur m’a assommée un peu plus, et plus moyen d’y revenir.

C’était doux et agréable de se réfugier dans l’astral et j’avoue que je n’avais plus envie de revenir. Mais voilà, après plusieurs semaines je suis toujours là et je n’arrive pas toute seule à partir au jardin des animaux.

Je vais t’aider Bébé à faire le passage, mais je voudrais d’abord te lire le message d’amour de ta gardienne :

Est-ce que tu vas bien là où tu es ?

Comment es-tu décédée, que s’est-il passé ? Est-ce que tu as souffert ?

As-tu eu une vie (malgré courte) heureuse et comblée avec moi ?

Est-ce que tu reviendras me voir dans le corps d’un autre petit chat, si oui dans combien de temps et comment savoir que c’est toi ?

Y’va-t-il quelque chose qui te déplait dans la maison depuis que tu n’es plus là ?

Est-ce que si j’arrive à donner de l’amour à un petit chat en t’attendant cela te blesserait ?

Qu’est ce qui te manque le plus ?

Est-ce que tu peux me décrire un souvenir que tu as le plus aimé avec moi ?

Et pour me rassurer peut tu me dire qu’est-ce que tu aimais descendre de ma chambre qui m’appartenais pour le mettre en bas et qu’on rigolait à chaque fois ?

Ps : kevin et Léa demandent si tu les aimais bien

 

Message d’amour:

Tu sais tu as été l’élue de mon cœur, dès que nos regards se sont croisés je savais que toi et moi ce serait un amour fusionnel, tu es mon bébé ma petite fille, ton absence est insurmontable pour l’instant car je t’aimais plus que tu ne pourrais l’imaginer.

Je ne voyais pas ma vie sans toi, tu me manque et je m’en veux terriblement de ne pas t’avoir protégée de la mort, qui est pour moi injuste. Tu n’étais encore qu’un bébé, c’était trop tôt pour moi, je n’étais pas là pour te dire au revoir.

J’ai peur de t’empêcher d’aller en paix avec ma peine, je tenais tellement à toi, on faisait tout ensemble. A chaque fois que je partais chez des amis je t’emmenais, quand je partais au travail tu m’attendait à la fenêtre et maintenant c’est moi qui t’attend, je suis vraiment triste que tu ne sois plus avec moi, j’ai du mal avec Brandon maintenant parce que je me dis que quand tu étais là avec moi, il ne venait pas à table pour réclamer à manger, je sais qu’il n’y est pour rien et qu’il et surement triste que tu ne sois pas là mais ça me fait mal de ne plus être avec toi.

Je t’aime tellement mon bébé j’aimerais tellement comprendre ce qui c’est passé pourquoi on t’a retiré la vie, je m’en veux surtout de ne pas avoir été à tes cotés à ce moment-là. Toi mon bébé tu étais comme mon enfant c’est vraiment dur, j’aimerais que tu ailles bien et te dire que tu me manques énormément.

J’espère te revoir un jour car tu étais l’amour de ma vie je t’aime et je t’aimerais toujours ma princesse prend soin de toi et si tu veux me faire un signe n’hésite pas j’essayerais de faire attention. (Tu manques beaucoup à ta mamie aussi)

Si tu veux laisser un message à quelqu’un dans la maison dis le moi et je le ferais je t’aime ma ptite puce, j’espère te revoir

Ta maman  qui t’aime bisou mon bébé

Tu comprends dans quelle détresse elle se trouve. Elle se torture l’esprit, se pose 1000 questions, et moi ça m’empêche de partir. Dis-lui que moi aussi je l’aime et que même si je suis tout le temps auprès d’elle, nos jeux et nos câlins me manquent. J’aimais tellement l’accompagner partout tel un petit chien. D’ailleurs j’étais un petit chien avant, et nous avons déjà vécu ensemble. Et c’est bien la raison de cette relation tellement fusionnelle ; Je lui suis revenue avec la mission de l’aimer passionnément et de l’ouvrir à l’amour inconditionnel, une mission de chien en quelque sorte, ce qui était hélas pas possible d’accomplir dans le corps physique d’un chat. D’où la raison aussi de ce départ très prématuré, mais remonter et redescendre dans le corps physique d’un chat avec une mission de chat, comme t’apprendre le détachement affectif est nécessaire et mérite que tu comprennes le sens très subtil de ce détachement.

J’ai eu la chance d’avoir une vie pleine, oui je me sentais pleine à l’intérieur de moi, heureuse et comblée. J’ai eu la chance de la retrouver et je sais que si tu m’aides à partir au paradis des chats, je pourrai, après quelque temps à nouveau la retrouver dans le corps physique d’un chat avec une mission de chat. Elle saura me reconnaître. Dis-lui de ne pas douter, notre amour était très fusionnel et je sais qu’elle me reconnaîtrait parmi des dizaines de chats. Qu’elle n’en doute pas, lorsque nos regards se croiseront, ce sera le coup de foudre, un grand moment d’émotion et surtout d’amour.

Je ne peux pas dire que quelque chose me déplaît dans la maison, je suis toujours là, et d’avoir gardé mes cendres l’empêchent aussi de trouver la paix dans son cœur et dans son esprit.

Je ne serai pas triste, ni jalouse si elle donne de l’amour à un autre petit chat, mais ce serait dommage d’en prendre un car moi je compte lui revenir très vite.

Ce qui me manque le plus c’est de la voir rire et chanter, de retrouver l’insouciance et la légèreté de nos jeux et nos moments à nous rien qu’à nous. Il n’y a pas un souvenir, il y en a probablement plusieurs, mais je ne me rappelle pas. Nous les animaux vivons dans le présent, dans le ici et maintenant et le meilleur souvenir c’est toujours le dernier, c’est celui qui prend de l’importance.

J’aimais qu’elle m’emmène, je n’aimais pas rester seule et j’ai eu de la chance, elle m’a beaucoup gâtée en me trimbalant partout. Sa petite peluche (objet noir ?) je l’adorais et avais un peu envie de la materner.

Dis à Léa que je l’aime aussi et Devin aussi, mais c’était toi ma gardienne, ma maman de cœur, c’est à toi que j’étais reliée et c’est toi que j’aime par-dessus tout. La mamie me manque aussi, j’aimais la nettoyer énergétiquement et pour elle aussi je me dois de revenir très vite même si elle n’y croit pas.

Je transmets tes messages Bébé, es-tu prête à partir au jardin des animaux maintenant ?

Oui plus vite j’y serai, plus vite je me serai ressourcée pour lui revenir.

Elle est venue à mes côtés et ensemble nous avons pris le beau chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Lorsque je me suis arrêtée, elle m’a dit :

Merci pour ton empathie et merci à ma maman pour tout ce bonheur qu’il me tarde de retrouver très vite.

Elle a passé le pont des fleurs et s’est noyée dans les rayons de l’arc en ciel. Au revoir Bébé, à très bientôt.

A mon arrivée sur le chemin, Chipie appelée Bébé m’attendait, assise sur son arrière train, et avant que je ne lui explique que sa gardienne m’envoyait vers elle, elle m’a dit :

Tu es vraiment la bienvenue, j’attendais qu’elle fasse appel à quelqu’un car le départ brutal et sa souffrance m’empêchent de faire la transition, je reste là dans son entourage et je lui pompe son énergie. Tant que je suis là, elle ne peut faire son deuil, elle est triste, elle me pleure et elle culpabilise de ne pas m’avoir protégée de cet accident, mais dis-lui qu’elle n’y est pour rien, c’est ce qu’on appelle pas de chance, mais je n’étais pas à ce moment précis dans mon corps et la douleur m’a assommée un peu plus, et plus moyen d’y revenir.

C’était doux et agréable de se réfugier dans l’astral et j’avoue que je n’avais plus envie de revenir. Mais voilà, après plusieurs semaines je suis toujours là et je n’arrive pas toute seule à partir au jardin des animaux.

Je vais t’aider Bébé à faire le passage, mais je voudrais d’abord te lire le message d’amour de ta gardienne :

Est-ce que tu vas bien là où tu es ?

Comment es-tu décédée, que s’est-il passé ? Est-ce que tu as souffert ?

As-tu eu une vie (malgré courte) heureuse et comblée avec moi ?

Est-ce que tu reviendras me voir dans le corps d’un autre petit chat, si oui dans combien de temps et comment savoir que c’est toi ?

Y’va-t-il quelque chose qui te déplait dans la maison depuis que tu n’es plus là ?

Est-ce que si j’arrive à donner de l’amour à un petit chat en t’attendant cela te blesserait ?

Qu’est ce qui te manque le plus ?

Est-ce que tu peux me décrire un souvenir que tu as le plus aimé avec moi ?

Et pour me rassurer peut tu me dire qu’est-ce que tu aimais descendre de ma chambre qui m’appartenais pour le mettre en bas et qu’on rigolait à chaque fois ?

Ps : kevin et Léa demandent si tu les aimais bien

 

Message d’amour:

Tu sais tu as été l’élue de mon cœur, dès que nos regards se sont croisés je savais que toi et moi ce serait un amour fusionnel, tu es mon bébé ma petite fille, ton absence est insurmontable pour l’instant car je t’aimais plus que tu ne pourrais l’imaginer.

Je ne voyais pas ma vie sans toi, tu me manque et je m’en veux terriblement de ne pas t’avoir protégée de la mort, qui est pour moi injuste. Tu n’étais encore qu’un bébé, c’était trop tôt pour moi, je n’étais pas là pour te dire au revoir.

J’ai peur de t’empêcher d’aller en paix avec ma peine, je tenais tellement à toi, on faisait tout ensemble. A chaque fois que je partais chez des amis je t’emmenais, quand je partais au travail tu m’attendait à la fenêtre et maintenant c’est moi qui t’attend, je suis vraiment triste que tu ne sois plus avec moi, j’ai du mal avec Brandon maintenant parce que je me dis que quand tu étais là avec moi, il ne venait pas à table pour réclamer à manger, je sais qu’il n’y est pour rien et qu’il et surement triste que tu ne sois pas là mais ça me fait mal de ne plus être avec toi.

Je t’aime tellement mon bébé j’aimerais tellement comprendre ce qui c’est passé pourquoi on t’a retiré la vie, je m’en veux surtout de ne pas avoir été à tes cotés à ce moment-là. Toi mon bébé tu étais comme mon enfant c’est vraiment dur, j’aimerais que tu ailles bien et te dire que tu me manques énormément.

J’espère te revoir un jour car tu étais l’amour de ma vie je t’aime et je t’aimerais toujours ma princesse prend soin de toi et si tu veux me faire un signe n’hésite pas j’essayerais de faire attention. (Tu manques beaucoup à ta mamie aussi)

Si tu veux laisser un message à quelqu’un dans la maison dis le moi et je le ferais je t’aime ma ptite puce, j’espère te revoir

Ta maman  qui t’aime bisou mon bébé

Tu comprends dans quelle détresse elle se trouve. Elle se torture l’esprit, se pose 1000 questions, et moi ça m’empêche de partir. Dis-lui que moi aussi je l’aime et que même si je suis tout le temps auprès d’elle, nos jeux et nos câlins me manquent. J’aimais tellement l’accompagner partout tel un petit chien. D’ailleurs j’étais un petit chien avant, et nous avons déjà vécu ensemble. Et c’est bien la raison de cette relation tellement fusionnelle ; Je lui suis revenue avec la mission de l’aimer passionnément et de l’ouvrir à l’amour inconditionnel, une mission de chien en quelque sorte, ce qui était hélas pas possible d’accomplir dans le corps physique d’un chat. D’où la raison aussi de ce départ très prématuré, mais remonter et redescendre dans le corps physique d’un chat avec une mission de chat, comme t’apprendre le détachement affectif est nécessaire et mérite que tu comprennes le sens très subtil de ce détachement.

J’ai eu la chance d’avoir une vie pleine, oui je me sentais pleine à l’intérieur de moi, heureuse et comblée. J’ai eu la chance de la retrouver et je sais que si tu m’aides à partir au paradis des chats, je pourrai, après quelque temps à nouveau la retrouver dans le corps physique d’un chat avec une mission de chat. Elle saura me reconnaître. Dis-lui de ne pas douter, notre amour était très fusionnel et je sais qu’elle me reconnaîtrait parmi des dizaines de chats. Qu’elle n’en doute pas, lorsque nos regards se croiseront, ce sera le coup de foudre, un grand moment d’émotion et surtout d’amour.

Je ne peux pas dire que quelque chose me déplaît dans la maison, je suis toujours là, et d’avoir gardé mes cendres l’empêchent aussi de trouver la paix dans son cœur et dans son esprit.

Je ne serai pas triste, ni jalouse si elle donne de l’amour à un autre petit chat, mais ce serait dommage d’en prendre un car moi je compte lui revenir très vite.

Ce qui me manque le plus c’est de la voir rire et chanter, de retrouver l’insouciance et la légèreté de nos jeux et nos moments à nous rien qu’à nous. Il n’y a pas un souvenir, il y en a probablement plusieurs, mais je ne me rappelle pas. Nous les animaux vivons dans le présent, dans le ici et maintenant et le meilleur souvenir c’est toujours le dernier, c’est celui qui prend de l’importance.

J’aimais qu’elle m’emmène, je n’aimais pas rester seule et j’ai eu de la chance, elle m’a beaucoup gâtée en me trimbalant partout. Sa petite peluche (objet noir ?) je l’adorais et avais un peu envie de la materner.

Dis à Léa que je l’aime aussi et Devin aussi, mais c’était toi ma gardienne, ma maman de cœur, c’est à toi que j’étais reliée et c’est toi que j’aime par-dessus tout. La mamie me manque aussi, j’aimais la nettoyer énergétiquement et pour elle aussi je me dois de revenir très vite même si elle n’y croit pas.

Je transmets tes messages Bébé, es-tu prête à partir au jardin des animaux maintenant ?

Oui plus vite j’y serai, plus vite je me serai ressourcée pour lui revenir.

Elle est venue à mes côtés et ensemble nous avons pris le beau chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Lorsque je me suis arrêtée, elle m’a dit :

Merci pour ton empathie et merci à ma maman pour tout ce bonheur qu’il me tarde de retrouver très vite.

Elle a passé le pont des fleurs et s’est noyée dans les rayons de l’arc en ciel. Au revoir Bébé, à très bientôt.

 

 

 

Zull couché sur son flanc droit m’attendait sur le chemin. Dès que je me suis approché de lui, il s’est levé et est venu vers moi. Il m’a regardé et m’a dit :

J’attendais ta venue depuis quelques jours déjà. J’étais à côté d’elle lorsque le cœur déchiré elle t’a écrit pour te charger d’un message pour moi et aussi pour avoir réponses à ses questions. J’étais là, juste à côté, presque couché sur son clavier et elle n’a pas ressenti mon énergie. Shogun et Twiggy eux me voient et ma présence les perturbe. Ici ce n’est plus ma place, elle a fait ce qu’elle devait faire pour moi, elle a enfin pris la bonne décision car elle savait que j’étais en souffrance et que je détestais les traitements et pourtant, le manque, mon absence la font douter.

J’aimerais te lire son message Zull et ses questions :

« Mon didi, c’est à contre cœur et avec beaucoup de difficultés que j’ai pris la décision de ton départ, mais émotionnellement je n’arrivais plus à supporter de te voir comme ça. J’avais l’impression que tu étais malheureux et que je te faisais endurer toutes ces privations et ces traitements pour rien, sauf par égoïsme pour te garder le plus longtemps possible avec moi. Pendant 1an 1/2 on a lutté, toi et moi, pour te soigner. J’ai préféré que tu partes comme cela plutôt que de prendre le risque de continuer, sans garantie de résultat d’amélioration pour toi ….
Tu me manques énormément. Toutes nos habitudes me manquent, ta présence, tes roucoulades, tes câlins, le petit tour de parking (que je ne t’ai pas accordé assez souvent)…Tu manques à Shogun également. Twiggy, elle, ne laisse rien paraître.
Je culpabilise d’avoir pris cette décision, mais j’essaie de transformer la peine en amour, pour que tu puisses être bien là où tu te trouves maintenant.
Je te remercie pour tout ce que tu m’as apporté et je suis sûre que tu y es pour beaucoup dans la guérison de mon pied.
Tu seras toujours dans mon cœur mon didi d’amour »
Merci.

Concernant les questions

– Si Zull comprend ma décision et me pardonne ?
– Si Zull ne souffre plus ? – S’il est bien là où il est ?
– S’il compte revenir un jour ?
– S’il peut nous voir de là où il se trouve ?

Dis-lui que j’étais sur mon chemin depuis tout ce temps, il était impossible de me guérir, et j’ai eu le temps de préparer mon départ. C’est très difficile pour elle car elle avait l’espoir, avec les soins, de me guérir. Elle s’est battue pour moi, elle a persisté dans ses efforts et la déception de ne pas arriver à me sauver la fait souffrir et culpabiliser.

Dis-lui que malgré les apparences, je suis un chat de type guérisseur et que une fois la mission accomplie, on nous rappelle pour nous reposer et nous ressourcer, avant de vous revenir pour une autre mission. Je l’ai aidé pour son pied parce-que c’était ma mission, parce que je suis en service, au service de Dieu, à la source et que j’avais été envoyé pour cela.

Je n’ai pas fugué, je n’ai pas été abandonné, je ne suis pas arrivé chez elle par hasard, on m’avait envoyé vers elle et j’ai passé des moments merveilleux avec elle et les autres compagnons.

Dis-lui que je la comprends, que je sais combien la décision de m’aider à partir a été difficile pour elle et qu’elle l’a fait par amour pour moi. Je n’ai rien à lui pardonner, je dois bien au contraire la remercier pour ce choix cruel, pour son courage et surtout son amour pour moi.

Maintenant je ne souffre plus, je me sens très léger et je vis un peu en léthargie, en lévitation. Ce n’est pas ma place et je suis heureux que tu sois là pour m’aider à monter là-haut, car cela va libérer mon âme, mais l’aidera aussi à retrouver la paix dans son cœur et son esprit. Elle se sentira apaisée et pourra commencer son deuil.

Dis-lui que je l’aime, que je suis tout le temps avec elle, mais qu’en même temps c’est mauvais pour moi et pour elle parce que je leur puise à tous leur énergie. Lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux, je pourrai continuer à les voir et même faire des allers et retours, mais ce sera dans la joie et bénéfique pour tous. Et après quelque temps si elle le souhaite, si elle aimerait et serait prête à de nouveau ouvrir sa porte, oui je pourrai lui revenir. Ce sera elle qui décidera de ce moment. Moi, après quelques mois de repos je serai ressourcé. D’ici là je leur enverrai de bonnes ondes pour continuer à avancer sur leur chemin et être en bonne santé.

Dis-lui qu’elle est une gardienne d’amour avec beaucoup de compassion pour tous les êtres de la terre et son pied ne l’empêchera plus d’avancer sur son chemin. Elle trouvera la voie à prendre et je veillerai sur elle.

Puis il est venu se frotter à mes jambes et j’ai su qu’il était prêt à traverser le pont des fleurs pour rejoindre le paradis des animaux. Lorsque nous avons emprunté le chemin qui s’est transformé en vrai chemin de lumière, sont apparus des êtres de la nature, des oiseaux, des papillons de toutes les couleurs.

Voilà un départ en grande festivité, je ne m’attendais pas à autant de joie et je peux à présent tirer ma révérence avec beaucoup d’amour et de gratitude. Merci à toi, merci à elle, merci à tout l’univers.

Puis accompagné de tout ce petit monde, il a traversé le pont et a pris l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Zull, profite de cette belle expérience pour te reposer.

J’ai rencontré Tanguy couché sur un sol aride. Il ressemblait à son ombre. Il était maigre et ses yeux tristes et ternes étaient éteints. Plus aucune lueur, plus aucun espoir ne reflétait dans son regard.

Lorsque je lui ai expliqué que c’était son gardien qui après toutes ces années il ne trouvait la paix intérieure et n’arrivait à faire son deuil m’envoyait pour le libérer et aider son âme à partir au paradis des animaux il m’a répondu :

« Je sais que sa souffrance est toujours très présente et active, elle m’a toujours empêché de partir et j’aspire plus que jamais à rejoindre le jardin des animaux.

Ci-après le message que je dois te donner Tanguy.

Tanguy, mon compagnon je veux avant tout que tu saches que je ne t’ai jamais oublié et que tu me manques si fort encore aujourd’hui après toutes ces années. 

Je regrette de ne pas avoir été là au moment où TOI tu en avais besoin mais je ne savais pas que tu allais quitter les plans terrestres. Tu as été un compagnon extraordinaire et je suis dans la gratitude de t’avoir eu à mes côtés. Tu m’as transmis ta force et ton courage et cet Amour bienveillant et désintéressé. Je ressentirai éternellement pour toi un Amour d’une puissance sans limite. 

Mais tu es libre et tu ne dois pas rester dans des plans inférieurs. Ta place est dans la lumière ou tu pourras retrouver la paix, la sérénité et le confort du bien-être. 

J’aimerai vraiment te retrouver un jour peut-être….

Je t’aime mon chien et je t’envoie tout mon Amour. 

Dis-lui merci pour ce magnifique et tendre message. Je sais qu’il n’a pas voulu m’empêcher de partir dans la lumière mais sa douleur était telle qu’elle a pris le dessus sur tout le reste et qu’il n’a pas réussi à me laisser.

Ma présence dans son entourage l’a aussi empêché de faire son deuil et j’ai beaucoup pompé son énergie.

Dis-lui que moi aussi je l’aime et je ne l’oublierai jamais et que j’espère bien qu’il aura dans quelques temps à nouveau le courage et la force de reprendre un compagnon.

Moi j’ai besoin d’un peu plus de temps que d’ordinaire à me reposer et me ressourcer, c’est normal après tant d’années d’errance.

Mais si un jour il est prêt à reprendre un compagnon, je serai très fidèlement présent au rendez-vous.

Qu’il se rassure aussi à présent et retrouve le sourire et la joie lorsqu’il pense à moi. Je serai tellement heureux de le voir rire et sourire lorsqu’il voit mon image, quand mon souvenir revient dans son esprit.

Je lui transmets ton message Tanguy.

Es-tu toi maintenant prêt à partir ? Oui je le suis.

Il s’est mis debout très difficilement, il est venu à mes côtés et j’ai senti qu’après toutes ces années il avait envie d’un contact, d’une caresse humaine et je lui ai fait un petit câlin. Ses yeux reprenaient espoir, il m’a dit : merci, merci à vous, amour et gratitude.

Puis nous avons avancés sur le chemin de la lumière qui s’ouvrait à nous. Arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée et il a continué son chemin sans aucune hésitation. Il a traversé le pont et c’est noyé dans cette lumière de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Au revoir Tanguy, paix à ton âme

J’ai rencontré Becat au jardin des animaux. C’est elle qui est venue à ma rencontre, elle m’a dit :

« Avec tous les animaux qui se trouvent ici, je sais que c’est moi que tu viens voir en ce moment précis ».

Je l’ai regardé assez surprise par sa réflexion et surtout de la personnalité qu’elle dégageait. Elle s’est à nouveau adressée à moi et me dit :

« Oui ma maman pense beaucoup à moi tous les jours et j’étais tellement présente dans ses pensées lorsqu’elle t’a écrit le message que je savais que tu ne tarderais pas à venir me voir ». Tu vois, ta présence était attendue une fois de plus car les gardiens ont souvent besoin de toi pour enfin arriver à faire leur travail de deuil et je ne peux que te remercier du travail que tu fais.

Merci à toi Becat pour cet accueil et oui j’ai des messages à te donner et des questions à te poser.

– comment as-tu vécu tes 2 derniers jours, quand tu n’arrivais plus à manger, et ne miaulais plus ? Savais-tu que tu allais partir ?

– avais-tu une mission particulière à mes côtés ? Si oui, laquelle ?

N’aie aucun regret quant à mon départ soudain. C’est vrai que j’étais sur mon chemin depuis plusieurs mois, que je préparais mon départ et que depuis deux jours je n’étais déjà plus dans mon corps. Mon âme avait décidé de partir et je me sentais très légère dans mon corps, je ne souffrais pas, c’est juste dommage que tu ne l’avais pas compris et que tu n’as pas pu vraiment t’y préparer. Les signes étaient pourtant évidents mais tu n’as pas voulu les voir. C’est ainsi et peux être mieux comme ça.

Pour moi, l’essentiel a été que tu sois là à mes côtés et que j’ai senti et vu ta présence lorsque on m’a aidé à faire le grand saut. Et ma transition s’est faîte dans de bonnes conditions. J’ai eu la chance d’être accueillie par (ta mère) et elle m’a guidée jusqu’au pont des fleurs et je n’ai pas eu peur, je me sentais en toute confiance et je l’ai traversé attirée par toutes ces couleurs et cette lumière.

J’ai pris l’escalier de l’arc en ciel, la montée à durée quelques jours mais c’était à mon rythme et en toute sérénité. Cela explique aussi la paix intérieure que tu as pu ressentir malgré la douleur, le chagrin de mon départ.

Ici, je suis bien. Je me repose et me ressource. Oui j’avais une mission particulière auprès de toi. J’étais ton bébé, ta fille et ma présence t’as permis de te reconnecter à ton petit enfant intérieur pour le rassurer, le câliner et le choyer. Lorsque tu me câlinais, tu jouais avec moi, c’était ton petit enfant intérieur que tu chérissais et que tu amusais. Tu en comprendras le sens et la raison.

T……………., je l’ai aimé et adopté tout de suite et je l’ai nettoyé énergétiquement lorsqu’il fallait le faire mais je n’avais pas de rôle particulier pour lui. C’était toi ma gardienne, je l’aimais parce qu’il t’aime et avec réciprocité, lui il m’aimait parce que tu m’aimes.

Son arrivée dans notre vie ne m’a donc nullement perturbée bien au contraire c’était l’élément d’un nouveau départ pour toi. Oui j’ai beaucoup aimé cette maison et comme dans toute maison, il y a énergétiquement toujours du travail et des transmutations à faire.

Je propose de reprendre ce travail dès que je me serai ressourcée car même si ici c’est idyllique, je veux revenir chez toi. J’ai encore beaucoup de choses à vivre avec vous et surtout j’ai envie de te retrouver.

Tu t’es toujours posé la question pour ma petite queue tordue. Rassure-toi ce n’était pas de la maltraitance, c’était plutôt de la maladresse. J’étais la plus petite et la petite dernière de la portée. Ma génitrice n’avait plus assez de force pour m’expulser et on m’a maladroitement aidé à sortir et cassé un morceau de ma queue. Oui j’ai eu peur, oui ça m’a fait mal mais sans cette aide je ne pouvais sortir. Je suis restée craintive, pas sociabilisée c’est juste mais c’est ma maman qui n’a pas vraiment fait son travail. J’étais la petite dernière, trop chétive et un peu mise à l’écart. J’en ai souffert mais tu as été là pour me donner et remplacer tout l’amour, toute l’attention dont je manquais pendant ma période de sevrage. Et tu as fait un travail formidable parce que je suis devenue une chatte au tempérament affirmée et bien dans sa tête et sa peau.

Merci à toi pour tout cet amour. Moi aussi je t’aime et il me tarde de te retrouver. Ce ne sera pas très long. N’hésite pas à te mettre à ma recherche dans quelques temps car je n’attends que ça et que tu le veuilles ou pas, tu ne peux vivre sans chat, sans moi.

La connexion avec Scarlett s’est faite dans cette jolie prairie après le pont des fleurs et juste avant le jardin des animaux. Elle était couchée dans l’herbe d’un vert extraordinairement fluo et il y avait des petites fleurs blanches et violettes. Lorsque je me suis approchée d’elle, j’ai humé leur odeur et j’ai senti et vu que c’était des violettes. Elle m’a tout de suite regardé et m’a dit :

Oui j’aime les violettes et j’adore Violette, pour moi c’est une petite fleur sacrée qui annonce le printemps, le renouveau, la renaissance. Je reste un peu ici car je sais qu’elle a besoin de communiquer avec moi, de comprendre pourquoi je suis partie et surtout de savoir si je suis bien ici.

Dis-lui que oui ici c’est que du bonheur, je me repose et me ressource et tantôt je tente l’aventure et fait le tour de toute la clairière. Le paysage est magnifique, il y a des couleurs, toutes les couleurs de l’arc en ciel et beaucoup, beaucoup de lumière. C’est un endroit qui donne envie d’y rester mais le passage au paradis des animaux est quand même nécessaire si l’on veut vous revenir. Ici c’est comme dans une banque (il comprendra S…), on se trouve un peu dans le sas avant de faire une entrée dans un autre lieu spirituel, dans la 5ème dimension où ne règne qu’amour, paix et sécurité. Donc même si cela fait penser à un endroit où il y a une espèce de filtrage ça n’a rien à voir. D’ailleurs le sas est d’une beauté et d’un espace majestueux.

Ta gardienne, Scarlett, me charge de te donner des messages mais comme tu le sais a aussi besoin de réponses à quelque unes de ses questions.

S’il te plaît demande-lui de me pardonner, j’étais responsable d’elle et je n’ai pas pu la protéger. Je suis tellement désolée, je serai dans un regret éternel. Dis-lui que c’est mon bébé chéri, c’était notre princesse à Sylvain et moi, que nous l’aimerons de toutes  nos forces jusqu’à notre dernier soupir. Qu’elle était une fille formidable, sans égal, et que nous avons vécu 7 années de bonheur à ses côtés.

C’est vrai que j’étais leur princesse et c’est d’autant plus injuste et cruel de m’avoir perdu. Je sais que c’est incompréhensible pour eux et que leur souffrance est immense. Leur chagrin et leur détresse à tous mes compagnons aussi me font de la peine alors que moi je profite d’un endroit merveilleux, eux ils sont plein de désarroi. Dis-lui merci pour sa déclaration d’amour, je sais que j’étais son bébé, c’était ma maman et bien sûr que leur présence physique me manque aussi. Je peux les voir, je peux les entendre mais je ne peux plus me faire câliner par eux. Je ne peux plus jouer et faire la fofolle avec eux mais malgré tout je me sens bien et en paix avec moi-même.

Je n’ai pas eu de chance. J’ai sans doute lapé quelque chose que je ne devais pas, je n’ai pas ressenti le danger mais le mauvais sort lui ne m’a pas raté. Des soignants pas assez vigilants et le tout conjugué, me voilà de l’autre côté du cercle avec tout le malheur que ce départ engendre autour de moi.

C’est vrai que j’ai souffert, je me suis battue, je n’avais pas terminée ma mission et je ne voulais pas encore partir. Mais là-haut, le créateur lui, a préféré me rappeler pour que je puisse me reposer et me rassurer. C’était trop violent et j’en aurais gardé des séquelles. Ca aurait été trop difficile pour eux et pour moi car j’étais trop jeune pour le supporter. Dis-lui que je sais qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait faire pour moi. Dis-lui que c’est impardonnable pour elle de ne pas être restée à mes côtés jusqu’à la fin mais explique lui que pour moi ça ne changeait rien. Je l’ai senti à mes côtés depuis le départ de la clinique et jusqu’au lendemain matin de mon départ. Elle était, son être divin était avec moi et je ne me suis à aucun moment sentie seule et abandonnée.

J’ai ressenti pendant cette transition tout son amour, son dévouement et je voudrais la remercier avec beaucoup d’amour et de gratitude. Qu’elle ne culpabilise pas, au contraire, de m’avoir emmené dans cet autre hôpital lui aura permis de comprendre qu’elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour m’aider et me sauver. Le créateur en a voulu autrement et j’ai fait le passage sans crainte, sans aucune peur. Je n’étais pas seule, son être divin était avec moi. Il y avait le Deva des animaux, des Etres de la nature. Ils étaient nombreux et surtout elle était là sa mamie , sa protectrice, et ses gardiens mais aussi tous les copains qui sont déjà et encore au jardin des animaux qui sont tous venus m’accueillir. Cela s’est fait dans la joie avec beaucoup de lumière et d’amour. Je me sentais très légère, je volais, je m’envolais vers d’autres cieux.

Si j’ai rencontré Tigrou ? Oui, il est venu aussi et je sais que je vais le revoir lorsque j’aurai pressé la porte du jardin des animaux. Dis-lui que je l’aime et que je souhaite lui revenir. Dis-lui que je dois continuer mon travail auprès d’elle et encore plus maintenant car mon rôle est de l’ouvrir à l’amour inconditionnel, de l’aider à pardonner à ceux qu’elle juge incapables ou incompétents ou trop dans leur égo. Je dois veiller à ce que sa colère, sa rancune ne prenne pas le dessus pour ne pas nuire ou détruire la beauté de son âme.

Je suis son bébé et je reviendrai comme son bébé, sa princesse car elle a besoin de ma présence et de mon énergie pour garder, pour retrouver son âme d’enfant dans son cœur. Sans cela, elle ne pourra plus remplir ou continuer sa mission. Elle a trouvé son chemin de vie et elle se doit très fidèlement de le suivre. Elle ne peut pas et n’a pas le droit de s’arrêter maintenant.

J’aimerais aussi dire à S… que c’est le pilier de la maison, que je l’aime et que sans lui elle n’aurait pas la force de faire le merveilleux travail qu’elle fait. Je lui dis merci pour sa présence, son ouverture d’esprit et son soutien même si elle ne peut pas toujours le palper. Dis à Violette aussi que je l’adore et que je suis fière de la jeune femme qu’elle est devenue. Elle aussi a des protectrices, des guides qui veillent sur elle.

Moi aussi en attendant leur retour, je veillerai sur eux et dès que tu m’auras laissée, j’irai faire un petit saut chez eux pour parler à Flavia, à Jade, pour les rassurer et leur dire que je les oublie pas.

Merci Scarlett pour cet échange et bonne continuation à toi, repose-toi et envole-toi.

La rencontre avec Huggy s’est faite sur un chemin aride avec des pierres et des cailloux de partout. Il était assis très inconfortablement sur son arrière train et m’a jeté un regard plein de détresse. Lorsque je me suis présentée à lui il m’a regardée en dressant ses oreilles et le regard plein d’espoir.

Ca fait déjà si longtemps que je suis ici entre deux à attendre qu’on vienne m’aider à rejoindre le jardin des animaux et je suis si heureux aujourd’hui que tu sois là. Mon départ n’était pas programmé, je me suis fait percuter, le choc a été violent, je n’ai pas souffert, je suis aussitôt sorti de mon corps et il m’était impossible de le réintégrer. J’ai eu peur, je savais que j’étais passé de l’autre côté et je savais surtout que cela allait être terrible pour eux. Surtout pour Maxence, c’était mon petit frère, mon jumeau et de me perdre allait être une douleur intense, incommensurable, la fin de ses jeux et rêves de petit garçon. J’aurais tant voulu être encore de ce monde pour lui, pour l’aider à grandir et surtout pour qu’il continue de choyer, de câliner son petit enfant intérieur.

De savoir qu’il allait être en grande souffrance, de savoir qu’il allait avoir du mal à s’en remettre, mais aussi la brutalité de mon départ que je n’ai pas préparé, m’ont empêché de partir. Impossible de faire ma transition pour ce monde meilleur, je suis toujours là dans leur entourage, même si eux ne peuvent pas me voir, moi je les vois, je les vois me pleurer et leur chagrin, surtout celui de Maxence me peine et me fait beaucoup souffrir. C’est mon petit frère et je l’aime plus que tout, je donnerai tout pour être encore en vie à ses côtés. Mais pour cela je sais que je dois hélas faire un court passage au jardin des animaux avant de pouvoir redescendre et lui revenir dans un corps physique d’un petit chien à la même apparence.

Je t’aiderai à faire ce passage Huggy, mais j’ai d’abord un message et des questions pour toi de la part de ton petit frère.

Huggy m’a regardé avec des yeux remplis de désespoir, des larmes coulaient, les miennes aussi, il poussait des petits feulements de douleur et lorsqu’il s’est calmé il m’a dit :

Dis-leur que mon corps physique va bien, dis-lui que je n’ai mal nulle part, seul mon cœur est en grande détresse pour lui. Je sais combien ses rêves de petit garçon sont anéantis à jamais, je sais que je lui manque cruellement et que sa vie ne sera plus jamais comme avant. Le choc de me perdre le met dans une situation, dans un état de souffrance qu’un enfant ne devrait pas connaître. Dis-lui que moi je ne l’oublierai pas non plus, je suis relié à lui et je lui reviendrai. Ici ce n’est plus ma place et lorsque j’aurai enfin pu faire le passage, il se sentira mieux. Il se sentira plus apaisé, la maman aussi et ils pourront commencer à faire leur deuil. Tant que je suis à leurs côtés, je leur pompe leur énergie et ils ressentent de la tristesse et du désespoir.

Lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux je pourrai leur envoyer de bonnes ondes et aussi des signes. Lorsque j’aurai passé l’escalier de l’arc en ciel il pourra parfois me voir dans le ciel. S’il est très attentif, il pourra voir la forme de mon petit corps de chien dans les nuages.

Le chat qui vient le voir, ce n’est pas moi, mais c’est moi qui le lui ai envoyé. Il a en ce moment besoin de l’énergie d’un chat, un chat qui lui apprend le détachement. Pas le détachement au sens où il m’oublie et ne pense plus à moi, non le détachement qui lui permet de continuer à grandir tout en sachant que la vie est mort et renaissance et que lorsqu’on est parti rejoindre les étoiles, notre âme est toujours là, elle existe et que pour nous les animaux il est possible de vous revenir très vite. Ce chat est venu à lui pour l’aider à passer ce moment difficile, mais c’est de la présence, de l’énergie d’un chien dont il a besoin et c’est moi qui vais très vite lui revenir.

Je sais que je manque aussi à sa maman et que malgré mes aboiements, elle aussi a besoin de ma présence et surtout pour son bébé.

Je n’ai pas eu de chance, il n’y a aucune raison à ce départ si jeune, j’ai encore tant à faire auprès de lui, ma mission étant justement de l’aider à grandir dans l’amour et la joie, l’amour et la présence du père n’étant pas toujours très actifs. Dis-lui que moi je l’aime et que je lui reviendrai et l’aiderai à ce que son petit enfant intérieur retrouve le plaisir et la confiance en la vie. Si petit qu’il soit, si grande est sa souffrance et il ne la mérite pas. Ce chauffard, je ne sais qui c’est, une voiture grise anthracite m’a percuté et ne s’est même pas arrêtée. Sans doute la peur de prendre ses responsabilités, la peur aussi des conséquences malheureuses de son acte. L’être humain est ainsi fait et mon petit frère, aussi petit qu’il soit, se retrouve aujourd’hui déjà confronté à la lâcheté, le manque de compassion de l’être humain.

Peux-tu aussi donner un message pour sa maman ?

Dis-lui d’adopter ce chat, ou un autre, peu importe. Ils ont tous besoin de l’énergie d’un chat pour transmuter les énergies négatives du lieu. Dis-lui aussi de ne pas porter le chagrin de son garçon sinon elle n’arrivera pas à le rassurer et le consoler et il perdra confiance en lui. Dis-lui aussi qu’un chat l’aiderait à se détacher affectivement afin qu’elle vive ses relations un peu plus sereinement, sans dépendance ou co-dépendance. De pouvoir regarder les choses en face et d’agir en toute conscience permet souvent de tourner la page et de se préparer une meilleure existence. Je n’aimais pas le papa, il est souvent pas présent et vit un peu dans son monde (égoïste)…

Dis à Maxence, mon petit frère que je l’aime, que je l’adore et que même si le père est contre, je lui reviendrai maintenant très vite. Cela peut être très, très rapide si je pars maintenant au paradis des animaux. Ce sera la même race et lorsqu’il me verra il n’aura pas de doute, il me reconnaîtra, il saura que c’est moi. Nous sommes tellement fusionnels tous les deux qu’au premier regard il aura capté que c’est moi et tous les deux nous vivrons encore une belle aventure et histoire d’amour. Je l’aiderai à réparer son petit cœur blessé.

Si tu es prêt maintenant Huggy je vais t’accompagner jusqu’au pont des fleurs. L’es-tu ?

Oui il le faut pour sa survie et aussi pour permettre à mon âme de se ressourcer et lui revenir.

Ensemble nous avons commencé à marcher sur ce sol caillouteux et après quelques pas s’est ouvert à nous un chemin très vert avec de l’herbe et des petites fleurs, des pâquerettes et des coquelicots, de jolis pavots rouges et Huggy s’est mis à aboyer et m’a dit :

C’est ma manière à moi de m’exprimer, de dire que je suis heureux, que je suis rempli de joie et dans le moment présent, je suis très content de faire le passage car je sais qu’après nous pourrons nous retrouver.

Dis-lui que je l’aime et que je serai très vite de retour pour le faire rire à nouveau.

Je me suis arrêtée juste avant le pont et sans aucune hésitation, il l’a traversé et s’est dépêché de sauter et de grimper l’une après l’autre, toutes les marches de l’escalier de l’arc en ciel et se noyer dans cette magnifique lumière.

Au revoir Huggy, à bientôt.

La connexion avec Lana s’est faite au jardin des animaux. Elle était entourée de pleins d’autres petits chatons approximativement de son âge et elle est venue vers moi avec un de ces chatons qui n’était autre que Snow. Tous les deux, ils tournaient autour de moi, ils jouaient et s’amusaient beaucoup. A un moment, Snow est reparti vers sa fratrie et Lana m’a dit :

Tu peux leur dire que je vais très bien, je me sens bien ici entourée de tous ces compagnons de jeu. Ils sont tous venus m’attendre, peut-être trop heureux de retrouver le Deva des animaux et les Etres de la nature et ils m’ont aidé à trouver le pont des fleurs et gravir les marches de l’escalier de l’arc en ciel. Cela se serait moins fait dans la joie, le rire et l’amusement s’ils n’avaient pas été là.

Je me suis sentie très légère, je n’avais plus aucune douleur et tous ensemble nous nous sommes trouvés dans cette magnifique lumière. Dis-lui, dis-leur de ne pas culpabiliser. Ils ont fait ce qu’il fallait faire et ce n’est pas de leur faute si je n’ai pas réussie à m’en sortir.

Ils sont très seuls sans toi Lana, ils étaient tellement heureux que tu sois là, que leur Kiara, malgré qu’elle leur avait dit qu’elle ne pourrait leur revenir était revenue et ils n’arrivent pas à comprendre pourquoi tu es repartie aussi rapidement et dans de telles souffrances.

Je dois te donner un message et ta gardienne a aussi quelques questions à te poser.

* si on avait laissé Lana à la clinique, est ce qu’elle aurait tenu jusqu’à l’arrivée du nouveau médicament et est-ce que ça l’aurait sauvée ?
*est ce que le fait de lui avoir donné des pipettes de charbon actif, l’a encore plus affaibli et c’est ce qui lui a créé des douleurs ?
* pourquoi nous avoir envoyé SIMBA, pour finalement arrivée elle-même, et repartir aussitôt ?
* a-t-elle contracté le typhus chez nous ?
* pourquoi Elle a été touchée et pas SIMBA qui était arrivé avant Elle ?
* pourquoi nos chats sont revenus mais n’arrivent pas à rester chez nous ? Alors que SIMBA lui résiste ?
* et est ce qu’elle arrivera à revenir finalement ?

Moi aussi j’étais heureuse d’avoir pu redescendre et revenir chez eux pour leur aider à faire leur deuil du départ si brutal de Snow (Choupi) mais le destin en a voulu autrement.

Dis-leur que ça n’aurait rien changé s’il m’avait laissé cette nuit-là à la clinique, c’était pire, je serai partie aussi et ils n’auraient pas été à mes côtés pour m’accompagner. C’était important pour eux d’être là et je les remercie et leur en suis reconnaissante.

Je ne suis restée que quelques jours chez eux et pourtant c’était chez moi et j’étais sereine d’y être à nouveau. Le charbon actif n’a rien à voir, au contraire. J’ai admiré son courage de me donner les pipettes mais c’était bien trop tard. Il n’y avait plus rien à faire pour moi. J’étais bien fragile en déficience immunitaire lorsque je suis arrivée chez eux et ce typhus qui laissait encore des traces ne m’a pas loupée.

Je leur avais envoyé Simba pour leur aider à traverser cette période difficile (départ de Kiara) et Simba leur a bien fait comprendre qu’il avait sa place chez eux. Simba est un petit chat beaucoup moins vulnérable comme le sont les chats de gouttière. Moi, j’étais fragile de constitution et le virus ne m’a pas raté.

Qu’ils ne pleurent pas et ne culpabilisent pas, si cela s’est passé ainsi c’est que ça devait se passer de cette manière. Pourquoi ? Sans doute tout simplement pour me laisser la possibilité de me ressourcer et me reposer quelques temps. Je leur étais revenue trop vite et mon corps physique revenait avec tous les soucis de santé de Kiara et même si eux ni moi ne le méritaient. C’est peut être un malheureux concours de circonstances mais c’était nécessaire pour pouvoir repartir et me reposer et leur revenir dans quelques semaines dans le corps physique d’un chat en très bonne santé.

Si je ne suis pas restée chez eux, ce n’est pas en rapport à eux, c’est parce que je suis revenue alors que je ne le devais pas et que je n’ai pas pris les précautions pour revenir en forme. C’est moi qui lorsque j’ai vu leur détresse, me suis précipitée dans le corps physique de Lana et sans au préalable en demander la permission au créateur. C’est moi qui n’ai pas respecté les mesures d’usages, c’est moi qui aurai dû faire la demande express. Ce n’est aucunement leur faute et je leur demande pardon. J’ai bien compris qu’ils ont besoin tous les deux de ma présence physique. De pouvoir me caresser, me câliner et jouer avec moi.

Avant de leur revenir, je demanderai cette fois-ci la permission de le faire et aussi d’être missionnée pour un travail auprès d’elle plus « terre à terre » que « divin » et de lui apprendre le détachement affectif. Dis-lui aussi que Choupi ne tardera pas à leur revenir, qu’ils fassent bien attention à Simba qui dans très peu de temps adaptera son comportement (Choupi) car il y aura un transfert d’âme. Tu pourras toi le constater lorsque tu n’arriveras plus à te connecter à Choupi mais eux l’auront constaté bien avant toi. Et ils auront la chance et le bonheur de nous retrouver tous les deux et cette fois ensemble.

Rien est dû au hasard, l’univers nous joue parfois des tours mais sait aussi nous gratifier lorsque nous le méritons et pour eux ce sera un cadeau extraordinaire.

La connexion avec Lalie s’est faite dans ce magnifique havre de paix où ne règne que paix et harmonie. Lalie était en train de courir et de sautiller dans tous les sens. La lumière de l’arc en ciel y brillait et ses rayons se déversaient sur elle et beaucoup d’autres animaux. Lorsque je lui ai expliqué qui j’étais et qui m’envoyait, elle m’a dit :

Dis-leur que je vais bien ici, tout est beau, tout est tellement lumineux et il y circule d’autres animaux, qui comme moi, font un passage pour se reposer et se ressourcer, mais aussi des anges blancs et oranges, ils sont magnifiques et dégagent beaucoup d’amour. J’ai eu beaucoup de chance, mon départ rapide sur le chemin du vétérinaire aurait pu tellement le choquer et le traumatiser qu’il aurait pu ne pas l’accepter et avoir du mal à me laisser partir. Mais heureusement il n’en fut rien, mon petit être et mon petit cœur étaient fatigués et j’avais commencé à préparer mon départ depuis quelques mois et mes gardiens avaient bien ressenti que c’était hélas déjà le moment pour moi de remonter quelque temps, et ils m’ont, avec foi et amour, accompagnée dans la lumière.

Lorsque la porte s’est ouverte, j’ai été accueillie par une dame aux cheveux blancs très âgée qui m’a tendu la main et m’a dit « je suis sa grand’mère et je veille sur lui. T’aider à traverser le pont des fleurs t’aidera à rejoindre très vite le paradis les animaux et l’aidera lui et eux tous à mieux te laisser partir et à faire leur travail de deuil plus facilement. Ils se sentiront plus vite apaisés et rassurés et moi je suis leur protectrice et veille à leur bonheur et leur bien-être. »

J’ai un message pour toi Lalie et aussi quelques questions :

Nous l’aimons très fort et ce lien doit continuer.

Nous avons été à la messe et qu’en priant pour elle,  avons bien reçu ses signes.

Questions : 

– Est-elle triste ?

– Nous ne lui manquons pas trop ?

– Si nous lui manquons, est-elle autorisée par le ciel à revenir parmi nous en trouvant

   son chemin ?
– ce retour pourrait s’organiser dans quels délais ? (un rdv programmé ?)

– A-t-elle vu la lumière de notre bougie lors de nos prières ?

– Nous reconnaitra-t-elle quand nous appellerons son prénom devant une portée ?

– Par qui a-t-elle été accueillie en arrivant de l’autre côté ?

 Moi aussi je les aime très fort et je n’ai aucune crainte, je suis reliée à lui, c’est lui mon gardien et je sais que ce lien ne sera pas coupé et que je lui reviendrai après quelques semaines de repos et de ressourcement. Je sais qu’ils ont été à la messe, qu’ils ont prié pour moi, pour la paix de mon âme et je les en remercie. Leur foi les a aidés et m’a guidée moi avec la guidance de la mamie vers la lumière.

Dis-leur que je les aime aussi et de me retrouver là où je dois être me permet de leur envoyer des signes et je suis heureuse qu’ils savent les reconnaître. Moi aussi je les aime et je ne suis pas triste. Je me sens très bien ici, je me sens légère, pas de douleur et je peux de nouveau courir, jouer et me promener dans un endroit où tout est tellement beau, avec des fleurs, des animaux de partout et personne ne se sent seul et abandonné. Nous sommes là pour nous ressourcer avant de vous revenir.

Bien sûr qu’ils me manquent, que leurs caresses, leurs câlins me manquent mais je peux les voir, je peux les entendre parler avec nostalgie de moi et de savoir que je vais leur revenir me remplit le cœur de joie. Bien entendu que le ciel m’autorise à leur revenir, nous les animaux sommes en service à Dieu, à la source et sommes envoyés pour des missions bien précises.

Ma précédente était terminée (l’aider à lâcher prise avec son mental, écouter son intuition et son ressenti, s’ouvrir à la foi) et ma prochaine mission sera de l’aider à s’ouvrir à l’amour inconditionnel, pour aider ceux qui en ont besoin et sont dans le besoin. Ils sont souvent dans les prières et elles les aident à avancer sur leur chemin. Je suis là maintenant même si pour eux je suis dans l’au-delà, mais je peux veiller sur eux et les assister et les entourer de bonnes ondes. La bougie attire la lumière et les êtres de lumière.

Dis-leur de ne pas s’inquiéter, je leur reviendrai très vite. Dès qu’ils se mettront à ma recherche je saurai me mettre sur leur chemin. Le prénom pour nous les animaux n’a pas tellement d’importance, mais lorsqu’ils me verront, ils sauront que c’est moi, je me manifesterai à eux et ils ne passeront pas à côté. Ce sera une évidence pour eux, pour moi, c’est plus que certain. Dis-leur qu’il me tarde d’être à nouveau un membre de leur famille et leur petite dernière. Je les adore, c’est ma famille d’amour.

A mon arrivée sur le chemin, Sally m’attendait assise sur son arrière train. Elle m’a regardée et je voyais dans ses yeux une belle lueur d’espoir. Je lui ai expliqué que j’avais des messages pour elle :

Je l’aime très fort et l’aimerai toute ma vie

Ses deux autres maîtres qui sont mes parents l’aiment beaucoup également.

Elle me manque beaucoup, je pense sans cesse à elle

(je ne veux pas dire de choses qui pourraient l’attrister)

Ma vie passée avec elle rassemble que de bons souvenirs

J’en ai plein et commence à me remémorer tous ces moments passés ensemble

Je vais aux endroits où nous nous promenions tous les deux,

Je regarde ses peluches et tout ce qui lui appartenait.

Son départ laisse un grand vide dans ma vie et dans la maison,

Mais j’aime à croire qu’elle va bien là où elle est.

J’aimerai savoir comment s’est passé son départ, si elle a peur

Si elle a besoin que je lui parle plus, que j’aille à un endroit pour le faire ou toute autre chose.

Je pense qu’elle a aimé vivre avec nous, elle a toujours été adorable, de bonne humeur, affectueuse, intelligente, je regrette de ne pas avoir profité encore plus de sa présence, de ne plus pouvoir lui faire de câlins.

Redites lui que je l’aime très fort, qu’elle me manque.

Je connaissais le contenu de ces messages, j’étais là, j’étais à ses côtés, tout près, s’il avait mis la main à sa droite à côté de sa jambe, il aurait peut-être ressenti ma présence et aurait pu me caresser. Je sais qu’il m’aime très fort et que je lui manque, que je leur manque à tous. Je sais combien mon absence lui est difficile et le sera encore plus à chacun de ses retours, mais j’étais sur mon chemin et je préparais mon départ depuis quelques mois. J’ai vécu une belle vie de chien dans leur famille, à ses côtés et je suis reliée à lui et le resterai toujours.

J’avais la mission de l’accompagner pendant son adolescence et surtout de l’aider à grandir et à faire les bons choix professionnels. J’ai réussi mon travail et mon corps méritait de se reposer et se ressourcer afin de pouvoir lui revenir pour une nouvelle mission car il a son avenir devant lui et se trouvera en face d’autres choix à faire pour sa vie affective et je serai là pour l’accompagner et l’entourer d’amour.

Il a beaucoup d’empathie dans son cœur et n’est peut-être pas toujours armé pour trouver un équilibre entre ce qui est juste pour lui ou ce qui ne l’est pas et je veillerai sur lui. Dis-lui que je n’ai pas eu peur de faire le grand saut, le moment était venu pour moi de le faire, mais que sa douleur et sa tristesse m’empêchent d’aller plus loin et de passer le pont des fleurs. Je ne ressens plus aucune douleur et j’aspire à rejoindre le jardin des animaux car ici ce n’est plus ma place et je leur puise leur énergie. Tant que je serai dans leur entourage, ils ne pourront pas faire leur deuil. Ils se sentiront aussi tous apaisés lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux. Il pourra continuer à me parler mais ce sera différent car je pourrai moi aussi lui envoyer des énergies et des signes qu’il saura reconnaître et saura que c’est moi qui rentre en contact avec lui.

De là-haut, en attendant ma réincarnation, je pourrai lui envoyer de la lumière et l’accompagner dans ses déplacements à n’importe quel moment sans que cela m’empêche de me reposer, de me ressourcer et de préparer mon retour. C’est un être sensible, il croit à la réincarnation et je lui en donnerai la preuve. Dis-lui que quelques semaines me suffiront pour mon passage obligé au paradis des animaux et après je lui reviendrai sous exactement la même forme. Il a besoin de sentir qu’il n’y a pas vraiment de fin, que je suis toujours reliée à lui et que la vie et notre aventure continuent.

Ce sera aussi plus facile pour lui car il ne pensera plus à sa Sally d’avant, il saura que sa Sally est là devant lui dans le corps physique d’une jeune chienne. Son cœur est rempli d’amour et de joie et sera à nouveau très léger. Aujourd’hui encore, en ce moment même il est lourd et plein de chagrin, mais dès que j’aurai franchi le pont, il ressentira aussitôt un mieux-être et pourra commencer son travail de deuil.

Sally, je lui transmets tes réponses, es-tu prête maintenant à partir ?

Oui mon âme aspire à être libérée pour aller profiter quelques semaines de ce havre de paix où seuls l’amour et la paix règnent.

Puis elle est venue à côté de moi et toutes les deux nous avons emprunté le magnifique chemin qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée, elle a continué sa route sans se retourner et a fait un grand saut pour grimper l’escalier de l’arc en ciel. Je l’ai vue agile comme un petit singe gravir les marches et elle s’est noyée dans cette belle lumière.

Au revoir Sally, paix à ton âme et à bientôt.

Communication du 16/10/2017 :

La connexion avec Sally s’est faite au paradis des animaux. Elle m’a accueillie avec le sourire aux babines, celles-ci se rehaussaient et je pouvais apercevoir ses petites dents, ses petites quenottes blanches.

Elle m’a dit “oui, tu peux lui dire que je me trouve maintenant dans ce magnifique havre de paix où malgré la présence de centaines d’animaux de toutes les races, je me sens en paix et en harmonie.

Je lui dirai Sally mais il m’envoie vers toi pour te donner encore d’autres messages.

J’aimerais une nouvelle fois lui dire que je l’aime très fort que je pense à elle et me remémore plein de souvenirs passés ensemble.

Demandez-lui comment elle va si elle est bien heureuse là où elle est si elle entend quand je lui parle, si elle veut que je lui parle plus. Je vais près de son corps régulièrement mais c’est pour mieux me recueillir.

Quand un rayon de soleil arrive je lui envoie des pensées d’amour de lumière et de chaleur.

Je lui offre des fleurs.

Merci pour ce beau message d’amour. Moi aussi je l’aime très fort et me ressource pour lui revenir très vite. Je ne peux et ne veux pas non plus être privée de sa présence physique et je reviendrai le voir dans quelques semaines pour reprendre une nouvelle mission auprès de lui.

Dis-lui que je suis bien ici, que je suis heureuse mais je sais que je le serai encore plus à mon retour dans la famille. Je lui manque, je leur manque à tous et ils ont besoin de ma présence, de mon énergie et depuis mon départ leur maison est sans âme et leur cœur est vide et en détresse.

Oui j’aime lorsqu’il me parle, je l’entends et j’entends ses pensées. S’il a besoin lui en attendant nos retrouvailles de me parler encore plus, il peut le faire, c’est lui que ça aidera. Pour moi, ce n’est pas nécessaire puisque je reste liée à lui et je vois, j’entends tout ce qu’il fait et ce qu’il pense.

Se recueillir près de mon corps physique c’est important pour lui, cela lui fait du bien mais ne change rien pour moi. Ce n’est que mon enveloppe terrestre, mon âme, elle, elle se trouve dans ce magnifique jardin des animaux.

Il y a des fleurs de partout, mais aussi des anges blancs, rouges et dorés. Ils naviguent entre vous et nous, aident à nous reposer et nous ressourcer. Leur présence est magique et il y pousse des fleurs de toutes les couleurs. Merci pour celles qu’il m’offre.

Je l’aime, c’est un gardien rempli d’amour et d’empathie qui a besoin de me câliner et de m’embrasser pour se délivrer de ce trop-plein d’amour. Je veillerai à ce qu’il trouve très vite une âme sœur humaine.

Il mérite beaucoup d’amour et d’affection et il faut que ce soit une personne qui comme lui vibre dans l’énergie du cœur et soit en alignement total avec son cœur et son esprit. Je l’aiderai dans cette recherche si je puis dire ainsi car la vie fait souvent bien les choses et met les bonnes personnes sur leur route.

Pour moi les choses sont claires. J’ai entendu son message et je serai prête et fidèle au rendez-vous dans cette petite famille de bichons qui naîtra à la fin du mois. Répète-lui aussi que je l’adore et qu’en attendant je veille sur lui et ses voyages.

A très bientôt et pleins de léchouilles à toi et à papa et maman.

La connexion s’est faite avec Snow au jardin des animaux. Il y avait une lumière resplendissante et il était entouré de sa maman et de ses frères et sœurs. Sauf urgence telle que ce fut pour lui pendant son hospitalisation à la clinique vétérinaire afin de savoir s’il voulait qu’on l’aide à partir, je n’accepte jamais de faire une communication avec les animaux de moins de 7 mois (l’âge lunaire) car ils me parlent trop de leur vie passée et cela fausse totalement les échanges. La souffrance, la culpabilité, le doute d’avoir fait un mauvais choix et le grand désarroi de Jimmy m’ont poussé à le faire afin de pouvoir répondre du moins je l’espère à ses questions.

J’ai commencé par donner son message à Snow :

Il est resté si peu de temps chez nous (que 5 jours) et pourtant on l’a déjà tellement aimé.

QUESTIONS :

* pourquoi SNOW (CHOUPS) n’est resté que si peu de temps chez nous ? Que s’est-il passé ?

* qui est le chaton à poils courts qui a été trouvé et ramené chez maman le soir même ou SNOW a été euthanasié ?

* est ce que le chaton à poils longs qu’on nous a montré à TRAENHEIM pourrait être CHOUPS ?

* si ce n’est aucun de ces 2, va-t-il finalement revenir ? Saurons-nous le reconnaître ?

 Il culpabilise de m’avoir choisi, de ne pas m’avoir emmené le même soir pensant qu’il pouvait m’éviter d’être contaminé, de m’avoir offert que 5 jours d’affection et d’amour et tout un week-end à la clinique seul et séparé de ma maman et frères et sœurs, mais dis-lui qu’il n’en est rien. Le typhus je l’avais déjà en moi et j’étais déjà condamné en arrivant chez eux mais quel bonheur, quelle chance j’ai eu d’être adopté et choyé, câliné pendant ces 5 jours, les autres n’ont pas eu cette chance et cette grande énergie d’amour.

Ils n’ont pas non plus eu le bonheur de faire leur transition dans la lumière. Moi grâce à eux j’ai eu de l’aide et les êtres de la nature m’ont directement fait traverser le pont des fleurs et guidé jusqu’au paradis des animaux. J’étais un petit ange, avec les anges. De partir dans de si bonnes conditions m’a permis de les solliciter pour m’aider à accueillir toute la fratrie,  à leur tendre les pattes pour eux aussi leur permettre une transition dans l’amour et la lumière. Nous sommes tous ensemble maintenant et nous ressourçons pour préparer notre retour, qui sans aucun doute se fera dans une même portée.

Dis merci à Jimmy, merci, amour et gratitude, grâce à lui nous sommes tous partis dans les meilleures conditions. Sans lui nous serions restés accrochés entre 2 et notre âme n’aurait jamais trouvé la paix.

Le message que Kiara vous a donné concernant le retour de Choups disait que c’était lui que vous aviez entendu miauler derrière la fenêtre, cela signifiait qu’il était déjà incarné dans le corps physique d’un petit chat et pas d’un chaton. Vous êtes passés à côté, vous ne l’avez pas retrouvé et son âme est remontée pour s’incarner dans le corps de Snow car il savait qu’il serait accueilli et que surtout grâce à lui et à votre générosité, vous aideriez toute cette famille à rejoindre l’au-delà dans les meilleures conditions. C’est un acte d’amour inouï, aussi bien de la part de Choups que de ses gardiens, et cela l’univers vous le rendra, croyez-moi.

Jimmy se doit d’avoir des pensées positives car son cœur est énorme et plein d’empathie envers les animaux. La communication animale l’aidera à se reconnecter à soi et lui ouvrira bien des portes. Dis-lui que Choups a compris maintenant qu’ils ont plus envie d’un chaton et qu’il sera fidèle au rendez-vous lorsqu’ils se mettront à sa recherche. Ils sauront le reconnaître, mais ce n’est aucun des deux. Celui qui a été ramené le soir même a été envoyé par Kiara pour vous aider vous aussi à faire le passage et celui de Traenheim n’est pas relié à vous. Faites confiance à l’univers, Choups n’est pas très loin et reviendra très vite chez vous.

Vajra m’attendait tristement sur le chemin. A mon approche il a levé la tête, c’était difficile de voir ses yeux, ses poils partaient dans tous les sens et il m’a dit, avant que je ne m’adresse à lui :

Je suis très heureux et soulagé de te voir. L’espoir revient, je sais qu’il va enfin se passer quelque chose pour moi. Depuis tout ce temps que je reste ici, que je leur pompe leur énergie et personne ne me voit, personne ne se rend compte de rien.

Ne t’inquiète pas Vajra, je suis là maintenant et je vais te donner un message de ta gardienne et t’aider à rejoindre le jardin des animaux.

Tu nous as tous surpris de partir aussi brutalement. Tu resteras le prince de notre vie. Sache que ton amie Cécile pense toujours à toi. Pars libre et tranquille dans la lumière.

Aucun chien ne te remplacera. « 

Merci pour ton message, je sais que vous ne m’oublierez jamais et que mon départ brutal auquel vous n’étiez pas préparé (moi je l’étais), vous a empêché de me laisser partir. La souffrance, le manque ont été trop douloureux, mais ici ce n’est plus ma place et je suis heureux qu’on m’aide à faire le passage. Je sais aussi que ce n’est pas ce que vous vouliez pour moi, j’ai toujours vécu une vie de prince et vous ne vouliez que le meilleur pour moi. Je suis soulagé de savoir que l’arrivée de Namasté et de ses petits problèmes de comportement vous ont incité à faire appel à Christiane et qu’elle va libérer mon âme.

Ne dites pas qu’aucun chien ne me remplacera, c’est vrai que je prends une grande place dans votre cœur, mais vous allez voir que vous allez aussi beaucoup vous attacher à Namasté qui se sentira beaucoup mieux lorsque je serai parti. Vous pourrez enfin faire votre travail de deuil pour moi et vous commencerez à la voir et à l’aimer de manière différente.

Si tu es prêt maintenant Vajra, je vais t’accompagner un petit bout de chemin.

Si je suis prêt ! Mais je n’attends que ça depuis si longtemps.

Il s’est empressé de venir à côté de moi et tel un jeune chien, il s’est mis à galoper, à aboyer, il était tout joyeux. Arrivé devant le pont des fleurs, il s’est arrêté et m’a dit :

Dis-leur merci, moi aussi je les aime et je leur reviendrai. Pas tout de suite, beaucoup plus tard, mais je reviendrai chez eux et ils retrouveront leur prince.

Merci à toi pour ton aide.

Et il s’est dépêché de traverser le pont des fleurs et de gravir les marches de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Vajra, paix à ton âme. Amour et harmonie au jardin des animaux.

La connexion avec Ulka s’est faite juste avant le pont des fleurs. Elle était assise sur son arrière train et regardait tantôt vers l’avant vers le pont, et tantôt vers l’arrière avec un air nostalgique, un air qui en disait long quant à la décision à prendre, à savoir si elle revient en arrière, ou si elle traverse le pont des fleurs. Lorsque je lui ai expliqué que j’étais là pour l’aider à faire le passage, pour la libérer et rejoindre le jardin des animaux, elle m’a dit :

J’aspire à y aller, j’ai très envie de partir, ici ce n’est plus ma place mais j’ai du mal, sa douleur et sa culpabilité m’en empêchent encore et puis j’ai peur. J’ai peur de traverser ce pont, il me semble long et je crains de ne pas en voir le bout. C’est une drôle d’impression, mais on me retient toujours ici et j’ai peur de faire le saut.

Je l’ai rassurée et lui ai dit qu’elle peut partir en toute quiétude, son gardien ne souhaitait que ça afin qu’elle puisse se reposer et se ressourcer, et bien entendu lui revenir si elle le souhaitait.

Bien sûr que je veux lui revenir, qu’il n’ait aucun doute à ce sujet, c’est juste que j’ai du mal à partir et qu’il m’est donc impossible de préparer mon retour.

Tu pourras très vite le préparer ton retour Ulka, je vais t’accompagner un petit bout de chemin, mais je dois d’abord te donner un message :

« J’espère que tu vas bien mon gros gros, ici c’est dur sans toi, la vie n’a plus le même sens mais ça ira car je sais qu’on se retrouvera. Je pense à toi tout le temps, n’oublie pas, si tu peux revenir fait le, je t’attendrai, toujours. Je t’aime tant mon kaka »

Gros, gros, c’est vrai que je suis un peu grassouillet, mais gros, c’est un peu exagéré. Dis-lui que je l’aime aussi et que j’ai bien entendu très envie de lui revenir. Nous avons encore un travail à faire ensemble.

Ce sera fait Ulka, en attendant si tu es prête je t’accompagne un petit bout de chemin, et lorsque je m’arrêterai tu continueras d’avancer, n’aie pas peur, plus tu avances dans la lumière, plus tu te sentiras attirée par cette belle énergie d’amour qui règne de l’autre côté, et tu pourras veiller à ce que ton gardien trouve enfin la paix dans son cœur et son âme.

Oui je lui enverrai des signes et de bonnes énergies, et je me sens du coup prête et pressée de partir.

Nous nous sommes avancées jusqu’au pont des fleurs et je l’ai encouragée à continuer sa route. Elle m’a regardée et m’a dit merci, merci pour tout, je me rends compte combien il est important de rejoindre l’autre côté et je n’ai plus peur, je me sens en paix à présent.

Puis elle a continué son chemin, il y avait des fleurs de partout. Sont apparus des dizaines d’êtres de la nature qui l’ont guidée de l’autre côté et elle a pris l’escalier de l’arc en ciel et s’est noyée dans cette magnifique lumière.

Au revoir Ulka, à bientôt.

Milou m’attendait très tristement sur le chemin et m’a regardée avec des yeux chargés d’espoir. Lorsque j’ai pris contact avec lui il m’a demandé si j’étais venue pour le libérer, pour l’aider à partir au jardin des animaux. Je l’ai rassuré et lui ai promis de l’aider à faire le passage, mais que j’avais d’abord un message pour lui de la part de sa gardienne et qu’elle avait aussi l’une ou l’autre question à lui poser.

J’étais sur mon chemin depuis quelques mois et j’ai eu le temps de préparer mon départ, mais pour eux ce fut difficile. Il y a eu aussi les regrets, la culpabilité du manque de patience parfois car j’étais très entreprenant et j’avais plus un comportement de chien très possessif.

J’ai tellement souffert de maltraitances, de ne pas être reconnu et aimé que j’ai toujours eu des angoisses, des peurs d’être à nouveau abandonné et j’avais le besoin de me coller constamment à elle. Je la suivais comme un petit soldat, mais plutôt un petit soldat apeuré que prêt à se battre pour garder sa place. Je suis désolé, notre relation a été, à cause de la souffrance du passé, quelque peu trop dans le trop, j’ai toujours été sur le qui-vive et la peur ne m’a jamais quitté. C’est dommage, car au fond de moi je savais que je n’avais rien à craindre, je me suis senti aimé par elle et par Lucas, mais ces mémoires sont restées présentes et ancrées en moi.

Ta gardienne, Milou me charge justement d’un message pour toi :

Pour Milou : est-il bien parti ?

– est-il heureux et va t il se réincarner

– lui dire MERCI  pour sa fidélité et parce qu’il m’a fait grandir, m’a permis d’être plus à l’écoute des autres en m’oubliant davantage et aussi PARDON si quelquefois je perdais patience à cause de son état de santé et sa possessivité.

–  demandez-lui s’il est mon guide et s’il a un MESSAGE pour moi ou mon fils Lucas pour nous aider.

Dis-lui que je lui pardonne, je la comprends, mon attitude n’a pas toujours été simple à gérer pour elle. J’avais ce besoin vital de me coller, de me scotcher à elle et je n’étais parfois pas très propre, ce qui la mettait encore plus en désaccord avec moi. Cela m’a aussi empêché de bien partir, car malgré que je fusse sur mon chemin et que j’avais préparé ce départ, j’avais l’impression d’un travail mal fait, un travail pas terminé.

Ma mission a été justement de l’aider à grandir et de l’ouvrir à l’amour inconditionnel afin de l’aider à voler de ses propres ailes. Lorsqu’on est ouvert à l’amour inconditionnel, on peut s’ouvrir et aller vers les autres. Pour son métier elle en a besoin.

Dis-lui que j’ai été très heureux avec elle et qu’elle ne m’en veuille pas si mon comportement a été conditionné par mon expérience précédente.

Chez eux je me suis senti un membre de la famille, et lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux, je me reposerai et me ressourcerai, et de là-haut je pourrai lui envoyer des messages pour l’aider dans la mission qu’elle vient d’entreprendre.

Oui je serai son guide, tant que je reste là ce n’est pas possible, mais du paradis des animaux, je pourrai lui envoyer les énergies positives qui lui ouvriront le chemin et lui montreront les failles à éviter car il y en a quelques-unes.

Mais elle a raison, elle est sur son chemin et doit être en confiance, le doute ne lui est pas permis. Dis à Lucas que je l’aime que c’est un garçon très sensible qui a de l’avenir dans un métier où il pourra montrer son art et ses talents. Je leur reviendrai mais pas tout de suite, un petit peu plus tard et toujours sous la forme d’un chien, car je dois reprendre mon travail auprès d’elle. Ma mission sera de l’aider justement à se fixer dans son domaine d’activité. L’autre chienne est plus reliée à Lucas et l’aidera à grandir et à passer la période un petit peu difficile de l’adolescence.

Je leur transmettrai tes messages Milou, es-tu prêt maintenant à passer le pont des fleurs ?

Oui maintenant je peux et je dois le faire, cela aidera aussi la petite, car ma présence la perturbe.

Puis il est venu à mes côtés et ensemble nous avons pris le chemin de lumière qui s’est ouvert à nous et lorsque je me suis arrêtée, il m’a dit :

Dis-leur que je les aime et que je ne les oublierai pas. De là-haut je veillerai sur eux.

Puis il s’est noyé dans les magnifiques lumières de l’arc en ciel. Au revoir Milou, repose-toi et ressource-toi, tu le mérites.

Paix à ton âme !

Angel m’attendait sur le chemin, un chemin de cailloux blancs et gris, elle était assise sur son arrière train. Elle m’a regardée avec des yeux tristes, las et fatigués. Lorsque je me suis présentée à elle, elle m’a dit d’un ton très morne :

Pas la peine de me dire qui tu es, cela fait au moins 15 jours qu’elles parlent de toi et espèrent que tu pourras les aider à retrouver un peu de sérénité et de calme, mais aussi qu’à travers toi je réponde à toutes leurs questions, et moi j’espère qu’après notre échange, tu m’aideras à passer le pont des fleurs.

Je l’ai tout de suite rassurée sur ce point et lui ai lu les messages de C.. et de M… ainsi que les questions. Dès que j’avais terminé, elle a pris la parole pour me dire :

Ce n’était pas la peine de tout me lire, je suis encore 24h/24 avec elles et je sais tout ce qu’elles t’ont demandé. Mon départ est cruel pour elles, incompréhensible et choquant. Elles ne s’y attendaient pas et je suis très triste de les voir autant pleurer et se morfondre de chagrin. Cela m’empêche de partir. Explique-leur que la souffrance dans laquelle elles se trouvent, me font rester ici à leurs côtés. Mais tant que je serai dans leur entourage, elles ne trouveront pas la paix et ne pourront faire leur deuil. Tant que je suis dans leur entourage, je leur puise leur énergie et elles se sentent déprimées, sans envies et traînent leurs vies. Et c’est aussi difficile pour Tiger et les autres qui me voient, à qui je m’accroche et cela les perturbe beaucoup. Dis-leur qu’ici ce n’est plus ma place et que j’aspire à rejoindre le jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Physiquement je vais bien, plus aucune douleur due à l’âge et plus aucun souci de santé. Je me sens si légère que je pourrais gravir des montagnes. Mais c’est l’escalier de l’arc en ciel que je souhaite gravir et pour cela j’ai besoin de ton aide. Dis-leur que vu mon âge, j’étais sur mon chemin et de pouvoir partir aussi rapidement pendant que je dormais a été une vraie aubaine pour moi. J’étais malade depuis quelques mois, depuis le début de l’année, mais je ne souffrais pas trop. C’était supportable mais devenait une douleur omni présente au fil des jours. Je savais que j’étais condamnée et allais partir et cette opération m’a permis de mourir en toute dignité et je n’ai pas eu peur.

Je sais que c’est dur à accepter pour vous, mais ça a été mon choix de profiter de cette anesthésie pour partir et laisser mon pauvre cœur fatigué se reposer. Ne m’en voulez pas, je sais que vous n’avez pas eu le temps de vous préparer et j’en suis désolée pour vous. Mais croyez-moi, c’est mieux pour nous tous car le mal me rongeait de l’intérieur et cette opération n’y aurait rien changé. Ce que vous pouvez maintenant faire pour moi c’est me laisser partir afin que je puisse me reposer et me ressourcer et vous revenir très vite.

Oui bien sûr que je ne resterai qu’un court temps dans l’au-delà, puis je reviendrai te voir, vous voir avec une nouvelle mission. Croyez-moi, seul mon corps physique se trouve dans le jardin, mon âme elle est éternelle et va vous revenir bientôt. J’ai été très heureuse avec vous, tu as été ma maman et tu m’a gâtée et choyée plus que de raison. Et toi M… c’est vrai que je me suis considérée comme ta petite sœur, et je sais que sans ma présence tu te sens amputée d’une partie de toi. Ma maman de cœur aussi, sans ma présence physique, elle se sent totalement inutile et désœuvrée.

Moi j’ai vécu de merveilleuses aventures avec vous et me dois de te revenir pour accomplir une nouvelle mission auprès de toi. La première a été de t’aider à avancer dans la vie sans peurs et sans regrets. De savoir prendre les décisions nécessaires au bien-être de la famille, de tous les membres de la tribu. Je pense avoir réussi ma mission car l’équilibre au sein de notre famille a toujours été stable et juste. Lorsque je te reviendrai, et ne t’inquiètes pas tu sauras me reconnaître lorsque tu te mettras à ma recherche, car je serai là sur ton chemin et plus aucun doute ne sera dans ton esprit, tu sauras me reconnaître tout de suite, mais lorsque je reviendrai te voir, je viendrai pour une nouvelle mission et toujours auprès de toi. Cette fois-ci ce sera celle de t’aider à évoluer sur ton chemin spirituel et t’ouvrir à l’amour inconditionnel. Ce sera encore une fois une mission de chien car tu as besoin de cette énergie pour te reconnecter à ta source.

Comme un chacun, la vie ne t’a pas toujours épargnée et l’amour et la fidélité d’un compagnon chien te sont nécessaires pour te permettre d’avancer. Tu es une personne merveilleuse, pleine de joie de vivre et mon départ ne doit pas te laisser dans cette peine.

Quant à ma grande sœur, je l’adore, nous étions très complices telles des jumelles et je me suis sentie membre de la famille à part entière. Et pour B… je ne peux que le remercier d’avoir toujours été là, d’être un pilier dans la famille. Et Mielle je l’aime c’est mon autre moitié. Moi aussi je vous aime tous et remercie ma jumelle pour la jolie chanson, cela me met du baume au cœur car je sais que nous nous reverrons très vite.

Si tu es à présent prête Angel, je t’accompagne un petit bout de chemin pour rejoindre le paradis des animaux et après je me chargerai de transmettre tes messages et tes réponses.

Je le suis, je n’attends que cela.

Puis elle s’est levée, elle est venue à côté de moi et nous avons emprunté ce chemin caillouteux qui s’est transformé en un confortable chemin de terre avec des herbes de toutes les couleurs, des petites fleurs blanches dont le parfum embaumait tout l’environnement, et à l’approche du pont des fleurs, je me suis arrêtée et Angel a continué son chemin, l’a traversé et s’est mise à gravir les marches de l’escalier de l’arc en ciel. A mi-chemin, elle s’est arrêtée et m’a fait un salut de la patte avant gauche, la patte du cœur.

Au revoir Angel, profite de ce havre de paix pour te reposer et te ressourcer. A très vite.

Fidji, lorsque je me suis connectée à lui, était couché dans l’herbe vert fluo de la jolie clairière juste après le pont des fleurs. Avec ses 2 pattes avant, il essayait au passage d’attraper les papillons jaunes, rouges et blancs qui virevoltaient et il semblait beaucoup s’amuser. Lorsqu’il m’a vue, il s’est mis sur son arrière train et m’a dit :

Je sais qui tu es et pourquoi tu viens me voir. Ma petite gardienne, ma sœurette, ma moitié a du mal à faire son deuil et trop de questions la hantent. C’est vrai que j’étais jeune et que j’avais encore quelques années devant moi, mais on ne choisit pas sa date de départ. Personne ne peut la choisir, ni vous les humains ni nous les animaux. Et moi, même si cela peut leur paraître difficile à comprendre, j’étais sur mon chemin, et cela depuis quelque temps et j’ai eu beaucoup de chance qu’on vienne m’accueillir, qu’on me tende la main pour passer le pont des fleurs, car sans cela leur douleur, leur incompréhension auraient pu m’empêcher de partir. Mais il n’en est rien et je suis heureux d’être dans cette jolie clairière juste avant le jardin des animaux que je m’en vais retrouver après notre discussion.

Dis-lui que j’ai ramené chez eux des croyances, des peurs qui étaient en moi depuis la naissance, voire avant. Sans doute que ma mère génitrice était très peureuse et elle m’a transmis ses peurs et ses angoisses. Ces peurs et ces angoisses ont signé la cristallisation, la fixation dans les reins. Cela a affecté l’énergie des reins et ces vieilles mémoires m’ont vulnérabilisé les reins d’où cette forte insuffisance. Cela n’a rien à voir avec vous, ce n’est pas de votre faute, ces peurs étaient profondément ancrées en moi depuis ma naissance et vous n’y êtes pour rien. Cette insuffisance rénale était aussi douloureuse, l’arrière train me faisait très mal, la région des lombaires était douloureuse et appuyait sur tout le côté et j’avais souvent une patte ankylosée.

C’est la raison pour laquelle tu descendais souvent les marches sur 3 pattes ?

Oui

Souvent aussi le soir tu faisais 3 tours dans un sens puis 3 tours dans l’autre, pourquoi ? Voyais-tu des esprits dans la maison ?

Des esprits il y en a comme dans toute maison mais ce n’est pas la raison de mon comportement. Non, c’est plus dans la tête que ça se passait, une espèce de toc que je ne peux pas expliquer clairement. Un peu comme si mon cerveau était atteint d’une déficience, un peu comme lorsque je marchais sur 3 pattes pour vous montrer que quelque chose ne tourne pas rond. Mentalement j’étais éprouvé et ce mental m’a joué des tours au moment de l’euthanasie. J’étais inquiète, j’avais peur de mal partir et de rester dans les ténèbres, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher prise, mais fort heureusement ils étaient là, ils m’ont ouvert la porte et ils m’ont aidé à traverser le pont des fleurs.

Qui ils ?

Des compagnons animaux et humains que j’ai connus dans cette vie mais aussi déjà dans des vies passées, car tu l’as bien compris, je suis une vieille âme et j’ai fait plusieurs passages, plusieurs allers et retours.

Etais-tu déjà dans leur famille Fidji ?

Oui plus d’une fois et sous différentes formes et je reviendrai encore les voir car je n’ai pas terminé ma mission.

Auprès de qui et laquelle ?

Auprès de ma moitié, car on peut vraiment parler de moitié, nous nous sommes déjà connues dans une autre vie et j’étais sa sœur jumelle. Si je lui suis revenu en tant que chien c’est pour remplir une mission de chien auprès d’elle.

Peux-tu m’en dire plus ?

J’étais chargé d’être à ses côtés, d’assister à son entrée dans la société et surtout de la protéger contre elle-même car elle est une personne très fragile et très vulnérable et qu’émotivement elle a un peu de peine de gérer. On peut facilement lui faire du mal et j’étais là pour l’aider à aller vers les autres et à s’ouvrir avec beaucoup plus d’affirmation de soi. Je n’ai pas terminé mon travail, loin de là et je lui reviendrai pour l’aider à se construire et à avancer sur son chemin avec beaucoup de fidélité  à elle-même. Elle a sa personnalité, une belle personnalité, une personne très sensible, parfois trop et elle a besoin de l’énergie d’un compagnon chien. J’étais très heureux chez eux pendant toutes ces années malgré qu’il me manquait cette assurance, cette certitude que rien ne peut vous arriver lorsqu’on est socialisé correctement. Cela a été un énorme handicap pour moi dans cette vie-là et aussi pour le travail que je devais accomplir et je suis bien content d’avoir été rappelé pour me reposer et me ressourcer quelque temps afin de pouvoir lui revenir dans le corps physique d’un chien en forme bien dans sa tête et son corps.

Lorsque je suis partie, je suis restée un jour dans votre entourage et on est venu me chercher (autre chien brun) nous avons aboyé tous les deux pour vous saluer, pour vous dire au revoir. Depuis que je suis dans cette jolie clairière, je vous voie, je pense à vous et vous envoie des signes. Soyez un peu plus attentifs et vous comprendrez. Je vous aime et ne vous oublie pas et quelques semaines me suffiront pour me ressourcer.

Dès que vous vous mettrez à ma recherche, je saurai me mettre sur votre chemin et crois-moi, tu sauras me reconnaître, n’aie aucune crainte, aucun doute à ce sujet. Ce sera une évidence et une surprise pour toi.

J’ai encore un message pour toi Fidji de la part de ta maman qui t’aime :

Tu resteras pour l’éternité ma biquette d’amour, mon pioupiou que j’aime toujours. Tu m’as apporté tellement de bonheur. Je t’en suis infiniment reconnaissante. Je t’aime mon petit cœur. Merci pour tout.

Je pense souvent à toi, tu me manques.

A très bientôt ma bic bic. Tu es le plus beau de tous les Fidji du monde. 

Dis-lui merci pour ce message d’amour. Moi aussi elle me manque et j’ai hâte de la retrouver. Pourquoi ils n’ont pas réussi à me guérir ? Parce que je devais retourner là-haut, même si c’est cruel pour lui avec tous les soins et efforts qu’il a fait, c’était nécessaire pour moi, pour me permettre aussi de leur revenir bien dans ma tête sans aucune peur ni crainte. J’étais souvent sur le qui-vive et j’ai étouffé la joie de vivre dans l’énergie de mon rein. Je sais qu’il pense à moi et je sais qu’il sera très heureux de mon retour. Je sais qu’elle (femme âgée décédée) lui manque aussi mais elle ne l’oublie pas, elle était là pour moi et sera toujours là pour eux. Dis-leur que si la vie nous paraît parfois triste et injuste, elle prend ce que l’univers lui donne et l’univers, si on est en alignement avec le cœur et l’esprit, il ne nous oubliera pas et nous donnera ou rendra toujours ce qui est juste pour nous.

Il faut un peu de foi et de confiance, beaucoup de confiance. Je vais maintenant rejoindre le paradis des animaux mais juste pour un petit moment.

Puis il s’est éloigné en sautillant dans tous les sens.

A bientôt Fidji.

La connexion avec Eva s’est faite dans cette verte et ensoleillée clairière juste après le pont des fleurs et avant le paradis des animaux. Elle m’a accueillie très joyeusement et lorsque je lui ai dit que je venais pour lui transmettre un message, elle m’a répondu :

Oui je sais, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir un tel gardien qui m’a accompagnée avec beaucoup de bonté, d’amour et de lumière et j’ai hâte d’entendre son message.

Le 5 Juillet 2017 j’ai fait euthanasier ma Pepette, que j’aime plus que tout je viens de perdre une partie de moi, ma tristesse est immense …..Mon Eva !!!
 Eva ma bergère des landes familières, Animal doué de raison autour de toi sous tes pattes fraîches et légères s’élevaient comme une oraison ,mais il faut se méfier du paraître de nous deux qui était le maître …nous ne l’avons jamais bien su ma petite Eva…. mais je crois bien que c’était toi, et jour après jour il faut l’admettre voir ceux qu’on aime disparaître c’est ce qui fait vieillir trop tôt , ton petit museau humide a la fenêtre Eva tu m’accueilleras bientôt ,vole ! Vole ! Mon Eva ma petite Bergère sauvage comme au temps de tes vertes années et merci pour tout l’Amour que tu m’as donné, je t’aime très fort pour toujours.
Ton fidèle Ami Serge.

Dis-lui merci pour ce magnifique témoignage d’amour. Grâce à sa grande générosité et conscience, j’ai réussi ma transition dans de très bonnes conditions et je ne vais pas tarder à pousser la porte du paradis des animaux.

J’ai fait une petite halte là parce que l’endroit me plait et que je m’y sens bien. C’est vrai que je me sens très légère et que je me déplace telle une hirondelle, tel un papillon, oui je me sens des ailes et c’est très agréable.

Dis-lui aussi que je l’aime et le remercie pour toutes ces années de bonheur et que je veillerai sur lui et serai là pour lui lorsque  ce sera le moment.

Nous sommes et nous resterons éternellement reliés.

J’ai rencontré Pepette au jardin des animaux, elle se prélassait au milieu des fleurs. Ils y virevoltaient des dizaines de papillons et des anges blancs et dorés. Lorsque j’ai pris contact avec elle, elle m’a tout de suite dit :

Cela fait un moment que je suis ici à me reposer et me ressourcer et je sais combien mes gardiens m’aiment et pensent encore tous les jours à moi. Mais je suis heureuse, j’ai bien rempli ma mission car même s’ils étaient en grande souffrance, ils m’ont aidée à partir et leur amour et leur générosité m’ont permis de faire la transition correctement pour rejoindre ce magnifique havre de paix.

Ici tout respire l’harmonie et la paix. Il y règne une grande quiétude, et les animaux viennent et vont à leur guise. J’en croise des nouveaux qui arrivent tous les jours, heureux d’avoir pu passer le pont des fleurs et d’autres, qui après une période plus ou moins longue, font le tour de cet oasis de paix pour s’imprégner des énergies puissantes qui s’en dégagent avant de repartir vers le plan terrestre pour une nouvelle mission. Je sais que bientôt ce sera à mon tour de prendre congé pour quelques années et leur revenir pour une nouvelle mission.

Si j’ai tant attendu, il y avait déjà la raison qu’ils cherchent à communiquer avec moi, je pensais qu’ils le feraient plus tôt, et que j’attendais ce moment pour leur dire combien je les aime et que je souhaite leur revenir. Oui la réincarnation existe et même si on fait un passage dans l’au-delà, rien ne nous empêche de vous revenir car nous restons reliés à vous et moi j’étais reliée à mon gardien J.P.

Pepette je dois te faire part de tout leur amour, de leur immense reconnaissance pour tout le bien que ton arrivée a occasionné dans leur vie alors que tu n’avais que 6 ans. Sais-tu comme tu les as transformés ? Sais-tu tout le bonheur que tu leur as apporté dans leur vie ? Ils souhaitent savoir comment tu vas et si veux leur dire quelque chose.

Oui je sais tout ça, je suis et je resterai relié à mon gardien, et depuis plus de 2 ans je veille sur eux. Dis-leur que je vais très bien et que moi aussi je pense à eux et leur suis très reconnaissante pour toutes ces années de bonheur et surtout de m’avoir soignée, bichonnée et accompagnée avec amour malgré leur grande peine.

Ma mission auprès de mon gardien consistait à l’aider à travailler le détachement, le détachement aussi bien d’ordre professionnel qu’affectif. Je l’ai aidé à vivre les relations d’une manière plus zen et cela a transformé sa vie et par ricochet celle de ma gardienne. Ensemble ils ont su trouver un juste équilibre pour avancer dans la vie avec une grande sérénité malgré que ce n’était pas facile tous les jours, ni pour lui, ni pour elle. Mais c’est un couple uni qui s’aime et j’ai réussi à les souder et renforcer ce lien puissant qui existe entre eux. Dis-leur que j’aimerais à présent leur revenir avec une nouvelle mission auprès de lui, mais aussi auprès d’elle pour les aider à évoluer encore plus sur le plan spirituel et divin. Cela passe par la reconnexion à leur petit enfant intérieur et je serai là pour les guider avec amour et gratitude.

J’ai eu la grande tristesse de rencontrer Apy sur un chemin de terre très sec, la terre étant tellement sèche qu’elle craquelait et Apy était assis là, le regard triste, morne, il avait l’air d’être abandonné et semblait avoir peu d’espoir de pouvoir accéder à une vie meilleure. Lorsque je lui ai expliqué que Noémie souhaitait lui donner un message et lui poser 2 questions, il m’a répondu :

Tu ne peux pas savoir combien cette demande me rend heureuse, car je sais que notre échange l’aidera à faire enfin son travail de deuil et que moi tu vas certainement m’aider à partir. Aider mon âme à passer le pont des fleurs, me libérer enfin après plus de deux ans.

C’est juste Apy, je t’aiderai et t’accompagnerai un petit bout de chemin pour partir au jardin des animaux, mais voici d’abord son message :

Avons-nous su te rendre heureux et épanoui à nos côtés ?

Pourquoi m’avoir lancé ton dernier regard à moi, Nohémie ?

J’aimerai que tu saches que malgré ces deux ans et demi sans toi, la douleur ne s’estompe pas. J’ai grandi avec toi et eu la chance de t’avoir comme meilleur compagnon toute mon enfance. Tu nous manque énormément, à tous. Personne ne t’oublie et j’espère que tu le sais. Tu étais un chien exemplaire avec beaucoup d’amour à revendre. J’espère qu’on a su te rendre heureux, c’est tout ce que tu méritais. J’espère que tu vas mieux où tu es. 

J’ai toujours eu la sensation que tu étais parti trop tôt à cause de moi, que si 2 semaines auparavant on n’avait pas joué tous les deux et que tu ne t’étais pas blessé à la patte, ça t’aurais demandé moins d’efforts pour ta guérison. Je m’en veux, je me sens tellement coupable.

Tu as été et tu seras toujours le chien de ma vie, je te le promets. Merci pour toutes ces belles années et ces beaux moments. Tu m’as marqué à tout jamais. Je t’aime infiniment, vraiment, je t’aime tellement. Tu nous manque à tous énormément. 

Repose en paix mon bonhomme. 

Son message d’amour mais aussi de regrets et surtout empreint d’une grande culpabilité me donne envie de pleurer.

Il s’est mis à pleurer, c’était très triste de le voir dans cet état et j’ai pleuré avec lui. Malgré ces multiples connexions, malgré tout le bonheur et la joie que j’ai pu ressentir en aidant un animal et son gardien, la douleur et la souffrance de ces derniers m’affectent toujours énormément. Après quelques instants, Apy m’a regardée et m’a dit :

Je suis désolé de te causer de la peine, tu es venue nous aider et voilà que je te fais pleurer aussi. Mais c’est sa souffrance, son chagrin, sa culpabilité et ses tourments qui me font rester.

C’était elle ma gardienne, c’était auprès d’elle que j’avais une mission, celle de la protéger, de l’aider à grandir et de passer en toute quiétude son adolescence. Je l’aime et j’ai été très heureux dans leur famille. Je me suis tantôt senti être son petit frère et tantôt son petit garçon. Elle était parfois ma maman et moi j’étais parfois son papa. La protéger contre toute agression extérieure, lui donner de l’amour, me faire câliner et chérir et en même temps chérir son petit enfant intérieur.

J’ai bien rempli ma mission, mais celle-ci n’est pas terminée et mon dernier regard voulait lui dire « Ne t’inquiètes pas, ce n’est pas ta faute si mon corps n’a pas eu la force de combattre ma maladie, ce n’est pas de ta faute si je me suis blessé à la patte, j’étais sur mon chemin et j’avais commencé à préparer mon départ. Mais voilà, ta souffrance, ta culpabilité m’empêchent de partir et tant que je suis dans ton entourage, je te pompe ton énergie et je t’empêche de faire ton deuil.

Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le pont des fleurs et le paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer. Ici sur le plan physique je me sens léger, plus aucune douleur, mais pour pouvoir te revenir et remplir une nouvelle mission, celle de t’aider à avancer d’un pas serein et avec beaucoup de confiance dans ta vie de jeune adulte, je dois faire un passage au jardin des animaux. J’aspire à le rejoindre très vite, cela fait trop longtemps que j’attends ici et sans ce passage, il m’est impossible de revenir. Je t’ai marqué mais ce n’est pas terminé, nous avons encore de belles aventure à vivre ensemble et lorsque tu seras prête à m’accueillir de nouveau, je saurai me mettre sur ton chemin.

Je t’aime et espère très vite avoir la joie et le bonheur de me serrer contre toi et monter sur tes genoux. La vie est trop belle auprès de toi et toute la famille ma manque.

Je me chargerai Apy de lui transmettre ton message, es-tu prêt maintenant à faire le passage.

Oui je le suis et t’en suis très reconnaissant  pour moi mais aussi pour elle. Tu es une gentille fée et je ne t’oublierai jamais.

Puis toutes les deux nous avons emprunté ce chemin aride et tortueux qui s’est très vite transformé en un magnifique chemin de lumière avec des fleurs et des herbes de toutes les couleurs. Lorsque je me suis arrêtée, il m’a encore une fois remerciée et s’est empressé de continuer sa route jusqu’à se noyer dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Apy, ton âme a enfin trouvé la paix et tu peux à présent te reposer, te ressourcer et peut-être bientôt préparer ton retour.

J’ai rencontré Lily dans cette belle clairière illuminée d’un vert fluo avec des petites fleurs de toutes les couleurs. Elle était couchée sur ses 2 pattes avant et m’a regardée droit dans les yeux. Son regard était profond, perçant et j’en ai eu quelques frissons.

Je ne suis pas surprise de te voir ici, depuis quelques semaines qu’elle cherche à me contacter, a beaucoup hésité, s’est ravisée mais a finalement quand même opté pour le choix de te contacter toi et j’en suis bien heureuse.

J’ai un message pour toi et aussi quelques questions :

J’aimerais que vous lui disiez que je l’aime tellement, qu’elle me manque énormément et que j’aimerais tellement la serrer encore une fois dans mes bras. Je la remercie pour ces 12 belles années où nous avons partagé de belles choses, des choses très difficiles aussi.

Voici les questions que j’aimerais que vous lui posiez :

Comment te sens-tu à l’endroit où tu es rendue?

Es-tu seule ou avec d’autres animaux ou bien avec des humains? Si oui, avec qui es-tu?

Que s’est-il passé dans ton corps le matin du 24 juin dernier?

Étais-tu prête à partir, savais-tu que c’était la fin?

Si tu te réincarnes, reviendras-tu dans ma vie et comment je saurai que c’est toi?

Est-ce que tu m’as envoyé des signes depuis ton départ et si oui, lesquels?

Est-ce que tu aurais quelque chose à me dire?

Est-ce que tu aurais un message pour Mélodie?

Dis-lui merci pour son chaleureux message d’amour, moi aussi je l’aime et je sais que ma présence physique lui manque énormément, d’où aussi la raison pour laquelle je n’ai pas encore poussé la porte du jardin des animaux. J’ai eu pendant ces quelques semaines, le temps de faire ma transition, elle n’était pas instantanée, mais avec l’aide d’autres compagnons et aussi d’un couple d’humains (ancêtres) j’ai réussi à traverser le pont des fleurs et à accéder à ce merveilleux endroit où je suis seule pour le moment mais où je me sens bien, très légère avec des envies de galoper à travers les prairies. Lorsqu’on fait le grand saut, c’est magique car on ne ressent plus aucune douleur, plus aucun bobo dû à l’âge et on a juste envie d’en profiter pour se reposer et se ressourcer.

Dis-lui que je me sentais prête à partir et que je préparais mon départ depuis quelque temps. Le jour de mon départ, j’ai senti comme une forte pression dans tout mon corps, dans ma poitrine, mais aussi dans ma tête et mon estomac et je savais que j’allais faire le grand sauf. Mon âme n’était déjà plus dans mon corps et n’avait plus aucune envie de le réintégrer. Je n’ai donc pas souffert, j’avais juste beaucoup de tristesse pour elle, je savais que ce serait très difficile à accepter.

Dis-lui que j’avais terminé ma mission auprès d’elle et pour qu’on me renvoie vers elle avec une nouvelle mission, un passage au paradis des animaux était nécessaire afin que je puisse me ressourcer et lui revenir dans le corps physique d’une jeune chienne sous la même apparence et elle n’aura aucun doute, elle saura au premier regard, mon regard est très cristallin car il reflète l’amour de mon âme et de la sienne et la joie de vivre. Le doute ne lui sera pas permis. Oui  je lui ai envoyé des signes depuis mon départ, les papillons mais aussi les plumes et les images dans le ciel. Et puis l’ambiance, l’harmonie qui règne dans son cœur malgré la peine de mon départ elle sait que c’était le moment pour moi de partir et qu’elle devait me laisser partir.

J’ai eu la belle mission de l’accompagner pendant toutes ces années et surtout de l’aider à cette douloureuse séparation. De l’aider à passer ces moments difficiles tout en gardant confiance en elle, tout en ayant la foi que c’était pour aller mieux après. J’ai été très proche d’elle et je l’ai soutenue avec beaucoup d’amour pour permettre à son corps de garder un équilibre et ne pas sombrer dans la maladie. C’est une gardienne merveilleuse avec beaucoup d’empathie et toujours prête à tendre la main aux plus démunis ou défavorisés.

Je l’ai ouvert à l’amour inconditionnel afin de trouver son chemin de vie et y rester fidèle. Ma prochaine mission auprès d’elle sera plus spirituelle pour l’aider à avancer sur son chemin et se rapprocher du divin.

Si j’ai un message pour Mélodie ? Oui, un seul, celui de lui dire que je l’aime aussi et qu’elle a un caractère fort, qu’elle est dotée d’une personnalité puissante qui lui ouvrira bien des portes. La vie sera plus facile pour elle et elle doit en remercier ses ancêtres qui sont des guides et la protègent.

Je peux à présent m’en aller pousser la porte de ce havre de paix pour me ressourcer car je compte bien lui revenir très vite. Dis-lui de faire l’effort de se mettre à ma recherche d’ici quelques semaines.

Ma rencontre avec Palma s’est faite dans une très jolie clairière. Elle était couchée et dormait à l’ombre d’un chêne où des milliers d’oiseaux gazouillaient. Lorsque je me suis approchée d’elle, elle a levé la tête vers moi et son regard exprimait beaucoup d’amour et de douceur. Je lui ai expliqué que son gardien m’envoyait vers elle et qu’il avait quelques questions à lui poser.

Je suis partie depuis si longtemps et il s’interroge encore à savoir si je suis bien partie et si je ne lui en veux pas de ne pas être resté avec moi jusqu’à la fin. Heureusement qu’on est venu me chercher, sinon je serai toujours encore à ses côtés, dans son entourage.

Tu es donc bien partie Palma ?

Oui de l’autre côté, lorsque la porte s’est ouverte, se sont présentés des humains (ancêtres) mais aussi des animaux qui m’ont montré qu’il ne fallait pas avoir peur. Ils m’ont tendu la main et m’ont aidée à traverser le pont des fleurs. Juste après le pont des fleurs se trouve cette magnifique clairière et j’y suis depuis. Je reste là et je me sens bien mais après notre discussion j’irai quand même pousser la porte du paradis des animaux car ici ce n’est pas vraiment ma place non plus, et tant que je n’aurai pas poussé la porte du paradis des animaux pour me ressourcer je ne pourrai pas lui revenir.

Dis-lui que je ne souffre plus, que je me sens à nouveau comme un jeune chien et que souvent je me mets à courir et à faire la folle comme du temps où il me connaissait en bonne santé.

As-tu souffert lors de ton départ ?

Oui mais tout cela est oublié depuis très longtemps car nous les animaux vivons dans le moment présent. J’aurais aimé qu’il reste à mes côtés jusqu’à la fin, car cela m’aurait beaucoup aidée et rassurée, mais je le comprends et ne lui en veux pas. Qu’il ne s’inquiète pas, je sais qu’il a beaucoup souffert de devoir me laisser partir et qu’il a encore aujourd’hui beaucoup de mal à faire son deuil. Comment pourrais-je lui en vouloir ? Je l’aime tant et j’ai eu une belle vie de chien chez lui. J’étais heureuse de l’accompagner toutes ces années et me suis souvent sentie comme sa fille. Je sais qu’il est à présent prêt pour me retrouver et je vais donc faire un passage au jardin des animaux pour pouvoir redescendre très vite. Il a besoin de l’énergie d’un chien, lorsqu’il est couché à ses pieds où lorsqu’il le promène il est en fusion totale avec lui et cela lui permet de chérir son petit enfant intérieur qui s’est fait du mal pendant sa petite enfance. La présence d’un chien à ses côtés lui permet de faire la paix avec ses souffrances pour avancer sur son chemin.

Dis-lui que je reviendrai dans le corps physique d’un chien de même gabarit et que ce serait bien qu’il se mette bientôt à ma recherche. Après quelque temps passé dans ce havre de paix, je peux lui revenir pour continuer ma mission auprès de lui. C’est mon souhait le plus cher car ma mission n’est pas terminée et même si le lieu est magnifique, qu’il n’y règne qu’amour et paix, c’est sur le plan terrestre que je me dois de l’accompagner.

Chonchon semblait m’attendre de pied ferme sur le chemin. Il était assis sur son arrière train et me regardait. Un regard qui en disait long, un regard à la fois empli de tristesse et de lassitude. Je lui ai expliqué que sa gardienne me demandait de communiquer avec lui pour lui donner un message et aussi lui poser quelques questions.

Ce n’est pas trop tôt, je sais qu’elle est dans la souffrance et la culpabilité et qu’elle se tourmente quant au choix qu’elle a fait pour m’aider à partir et cela m’empêche de partir. Ici ce n’est plus ma place, tant que je suis ici je ne peux pas me reposer et me ressourcer et elle, elle ne peut pas trouver la paix et commencer son travail de deuil. De plus je me nourris de son énergie et si tu ne m’aides pas à rejoindre le jardin des animaux, elle va finir par tomber malade et faire une dépression.

Ne t’inquiètes pas Chonchon je suis là et après notre échange, je t’aiderai à passer le pont des fleurs. Je vais maintenant te lire ses messages et ses questions.

Ce que j’aimerais lui dire :

– que je suis désolée de l’avoir fait euthanasier, mais il était si malade et je le sentais tellement souffrir malgré les médicaments

– que je me sens si coupable même si je l’ai accompagné jusqu’à la dernière minute. J’ai l’impression de l’avoir abandonné alors qu’il a toujours été là pour moi quand je n’allais pas bien

– que cette décision a été un déchirement et que je donnerais n’importe quoi pour l’avoir auprès de moi aujourd’hui

– qu’il me manque terriblement tous les jours depuis sa disparition et que j’ai beaucoup de chagrin

– que je pense tout le temps à lui et j’aimerais tellement l’avoir dans mes bras pour lui faire des câlins

– que je l’aime tellement fort

Les questions que je souhaiterais lui poser :

– est ce que j’ai pris la bonne décision d’arrêter ses souffrances ?

– est ce qu’il m’en veut ?

– que signifiait ce petit miaulement quand il m’a regardé droit dans les yeux juste avant la piqûre du vétérinaire ?

– est ce qu’il souffrait pendant sa maladie ? Et est ce qu’il a souffert pendant l’euthanasie ?

– est ce qu’il a été heureux comme il le souhaitait avec moi pendant ces 15 ans de vie commune ?

– comment va-t-il maintenant ? 

– est ce qu’il me fera un signe un jour pour me dire qu’il est toujours près de moi ?

Moi aussi je l’aime tellement fort et pour moi aussi c’est difficile de voir qu’elle est en grande souffrance, d’être dans son entourage, d’être à ses côtés, de la voir me pleurer et de ne pas pouvoir lui faire comprendre que je suis là, que je suis triste, que j’ai beaucoup de peine pour elle.

Dis-lui merci pour ce merveilleux message d’amour et dis-lui qu’elle n’a pas à être désolée de m’avoir aidé à partir. Au contraire, j’ai beaucoup souffert pendant ces derniers mois, et même lorsque je me réfugiais dans l’astral pour ne plus ressentir les douleurs de mon corps physique, je n’arrivais pas à me sentir soulagé. Qu’elle ne doute pas, elle a pris la bonne décision et qu’elle ne culpabilise pas,  elle était là à mes côtés jusqu’à la dernière minute et elle m’a accompagné jusqu’au bout. Je ne me suis pas senti abandonné, au contraire, j’ai ressenti sa grande détresse et son amour pour moi, car je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi. Je sais combien cette décision lui a été difficile et je ne peux lui en vouloir et je voudrais que tu lui dises merci, merci d’avoir eu le courage de prendre cette décision.

J’ai essayé de lui dire merci juste avant la piqûre, mais elle n’a pas compris. Mon regard était pourtant rempli d’amour et de gratitude pour elle.

Je sais que ma présence physique, nos câlins lui manquent mais pour pouvoir les retrouver, il faut me laisser partir. Dis-lui que je n’ai pas souffert pendant l’euthanasie, la piqûre avait fait son effet et je me sentais en paix avec moi-même. J’ai été très heureux avec elle, une vie de pacha malgré les moments difficiles qu’elle a pu avoir, je me suis toujours senti aimé, choyé et câliné.

J’étais là pour l’aider à avancer sur son chemin, pour l’aider à se détacher affectivement, car sentimentalement elle n’a pas toujours été gâtée. De par son enfance, l’affection n’était pas en équilibre, plutôt en dent de scie et cela l’a traumatisée et ne l’a pas mise en confiance. Elle manque encore de confiance en elle, aux autres, en la vie tout court. J’étais là pour lui faire comprendre qu’on ne peut forcer les choses et qu’on doit parfois lâcher prise afin de vivre les relations d’une manière plus fluide, qui fasse moins souffrir. J’ai vécu des années merveilleuses avec elle, j’étais tantôt son petit garçon, tantôt son compagnon et seule la dernière année commençait vraiment à poser problème.

Qu’elle comprenne que j’étais sur mon chemin et que je préparais mon départ. Maintenant comme je ne me trouve plus dans mon corps physique, je me sens léger et ne ressens plus aucune douleur, mais ici ce n’est plus ma place et je veux rejoindre le paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer quelques semaines afin de pouvoir lui revenir. Tant que je suis là je ne pourrai pas lui revenir et je pourrai lui faire un signe lorsque je serai dans l’au-delà, ici je ne peux que lui pomper son énergie.

Je dois te donner un autre message Chonchon et après je t’accompagne un petit bout de chemin.

« Tu as été un chat extraordinaire, tu étais mon ami le plus cher j’ai adoré passer des moments avec toi quand on se parlait, quand on faisait la sieste ensemble et quand on se faisait des câlins. Merci d’avoir toujours été là pour moi, c’était toi qui me réconfortais le plus. Tu manques également énormément à Maxens ».

Merci aussi pour cette belle déclaration d’amour, je sais que je leur manque, Maxens était mon petit frère. Mais explique lui qu’il ne tient qu’à elle pour pouvoir bientôt de nouveau me serrer dans ses bras et faire la sieste ensemble et je leur reviendrai avec une nouvelle mission, celle de l’aider à avancer sur son chemin, à se reconnecter à sa source.

Tes messages Chonchon lui seront très fidèlement transmis et si tu es prêt je vais t’accompagner un petit bout.

J’attends cela depuis presque un mois et je suis pressé de passer le pont et emprunter l’escalier de l’arc en ciel.

Puis il s’est avancé à mon côté, il semblait très impatient et il m’a dit :

Dis-lui merci, elle a été une maman, une compagne merveilleuse pour moi et je suis impatient de faire le passage pour pouvoir lui revenir en pleine forme dans le corps physique d’un chat. Qu’elle se fasse confiance, elle saura me reconnaître.

Puis il a passé le pont et s’est noyé dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Chonchon, à bientôt !

La connexion avec Yuki s’est faite sur une route, elle était assise près du trottoir et m’a regardée avec des yeux très craintifs. Je lui ai expliqué qu’on m’avait envoyée vers elle pour lui donner un message et aussi pour l’aider à partir, car la violence de ce départ brutal n’avait sans doute pas pu être préparé, et que Estelle qui devait s’en occuper et la garder pendant les vacances de sa gardienne était très mal et que je devais lui dire qu’elle est désolée, qu’elle regrette beaucoup que les choses se soient passées ainsi et qu’elle ne soit pas en vie lorsque sa gardienne reviendra la chercher. Qu’elle est aussi tellement mal de devoir lui annoncer cette terrible nouvelle, ainsi qu’aux enfants.

Oui je suis ici entre deux, assise toujours à cet endroit où je me suis vue partir et cela me fait encore très peur. J’ai du stress et des angoisses car j’ai peur de devoir rester ici pour toujours. Ma gardienne me manque, je ne comprends pas ce qui m’arrive, mais je n’arrive pas à me relier à elle. Il y a un grand blocage alors qu’avant cet accident je sentais sa présence et je pouvais capter ses pensées et ses ressentis.

Depuis cette terrible nuit, le fil est coupé et je végète au bord de cette route.

Je vais t’aider à partir Yuki, je t’aiderai à rejoindre le paradis des animaux, ne t’inquiètes pas. As-tu un message pour Estelle ?

Oui, dis-lui de ne pas culpabiliser, dis-lui que ce n’est pas de sa faute, que je devais partir, j’avais très envie de retrouver ma gardienne et que j’ai guetté le moindre instant pour m’échapper. Elle n’y est pour rien si je n’ai pas eu de chance et que cette voiture m’a percutée de plein fouet. C’était d’ailleurs peut-être mieux comme ça, car j’aurais eu d’énormes difficultés à retourner chez moi et le stress aurait été encore plus grand. Nous les chats sommes très attachés à nos gardiens auprès de qui nous avons une mission, mais aussi à notre territoire et c’est très inconfortable pour nous d’être délocalisés ailleurs. J’en assume l’entière responsabilité et elle n’a pas besoin de culpabiliser et de douter d’elle.

Cela devait se passer comme ça, ma gardienne ayant quelque chose à apprendre de cette triste expérience. Lorsque je serai au jardin des animaux, j’espère à nouveau être reliée à elle et je pourrai lui envoyer des messages.

Si tu es prête maintenant Yuki, je vais t’accompagner un petit bout de chemin.

Je le suis.

Et elle est venu à côté de moi, elle s’est frottée à mes jambes et ensemble nous avons marché sur un trottoir au bord de l’eau qui s’est petit à petit transformé dans un magnifique chemin de lumière bordé de fleurs de toutes les couleurs. Lorsque nous nous sommes approchés du pont des fleurs, je me suis arrêtée, elle aussi. Elle m’a regardée avec beaucoup de gratitude et m’a dit merci.

Merci à toi, merci à Estelle de m’avoir permis de rejoindre le pont des fleurs et le paradis des animaux. Je lui en suis tellement reconnaissante, elle est dotée d’une grande bonté et générosité et ne mérite pas cette épreuve.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Yuki, paix à ton âme !

A mon arrivée sur le chemin, Bianca m’y attendait. Elle était assise sur son arrière train et me regardait tristement. Lorsque je me suis présentée à elle et que je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui remettre un message et lui poser quelques questions, elle m’a tout de suite répondu :

Je suis au courant, comme tu le vois je suis toujours là et dans son entourage et j’étais à côté d’elle lorsqu’elle t’a écrit le message. C’est difficile pour elle de me laisser partir, elle culpabilise et regrette de ne pas avoir été là la nuit de mon départ. Dis-lui que j’étais sur mon chemin depuis un bon bout de temps avec ma maladie qui me faisait souffrir, je préparais mon départ et j’ai choisi cette nuit-là pas parce que je voulais mourir sans elle à mes côtés, mais parce que je ne voulais pas être emmenée et hospitalisée chez le véto. Mon heure était venue et pour lui éviter la terrible souffrance de me voir partir, j’ai préféré qu’elle ne soit pas là. C’est par amour pour elle, pour la ménager. Qu’elle ne culpabilise pas à présent et comprenne que lorsque le moment est venu pour nous, il faut nous laisser partir.

Nous les animaux avons la faculté de sortir facilement de notre corps lorsque la douleur devient trop vive et la nuit de mon départ j’étais déjà dans l’astral et je suis partie sans peur. J’étais prête et je suis désolée si Mickaël a été choqué et a eu peur. Je ne voulais pas lui causer de peine. Mais ici maintenant ce n’est plus ma place et je suis bien contente que tu sois là pour m’aider à passer le pont des fleurs.

C’est ce que ta gardienne te souhaite Bianca et je vais maintenant te lire son message.

1) Ce qui s’est passé avant, pendant et après ton décès est-ce que cela a été douloureux,  n’as-tu pas eu trop peur, ne t’es-tu pas trop senti seule et abandonnée de partir sans personne qui te réconforte et à quelle heure es-tu partie ? Je souhaite que tu m’explique sans m’épargner comment tu as ressenti, mon absence, l’intervention de Mickaël  à ce moment-là (car il n’avait pas compris) et le regrette profondément.

2) Comment vas-tu et te sent-tu maintenant ? Es-tu en paix, en sécurité ?
3) Ou te trouves tu ? Es-tu sur le pont de l’arc en ciel ou pas encore, es-tu coincé entre 2 mondes ?
4) Es-tu accompagnée ? Par qui ? As-tu là où tu es retrouvé tes parents, tes frères et sœurs ?  Y-a-t-il eu quelqu’un qui est venu de chercher au moment de ton décès ?
5) Sais-tu ce qui va se passer maintenant pour la suite (où tu vas aller ? ce que tu vas faire ? avec qui ?
6) N’as-tu pas trop peur ?

7) Lydia, Mickaël, Berlioz et moi t’aimons très très fort et nous nous excusons  de la façon dont se sont passé tes derniers instants. Si tu es d’accord Lydia et moi souhaiterions te retrouver quand notre heure sera venu ?

8) Tu te grattais tout le temps après la prise de tes comprimés et même à d’autres moment était-ce de l’anxiété, du stress, ou y avait-il autre chose ?
9) Après ta dernière hospitalisation tu ne t’allongeais presque plus sur moi quand je regardais la télé le soir et cela m’a beaucoup manqué. Prends-tu tes distances pour que je souffre moins à ton décès ou est-ce à cause que Berlioz  prenait de plus en plus de place ?
10)As-tu déjà vécu près de moi avant et si oui sous quel forme ?
11) Quand tu es venu chez nous, ta famille d’accueil était-elle gentille et ta vrai famille n’as-tu pas trop souffert d’avoir été séparé d’eux ? Et t’es-tu senti aimer avec nous ?

12) Quel est ton nom de naissance, celui que ta maman (génitrice) t’avait donné ?

13) Est-ce que ce sont les mauvaises ondes qui t’ont rendu malade ou étais-ce génétique ? Et est-ce les mauvaises énergies que l’on dégagé parfois n’ont pas aggravé ta maladie ? Et à la fin cette autre maladie étais-ce à cause de l’environnement ?  Quand as-tu compris que tu allais mourir ?

14) Pourquoi ce besoin de mâchouiller que tu avais, étais-ce à cause du tartre de tes dents ou autre chose ?

15)  Pourquoi Berlioz  te faisait mal parfois, pourquoi te mordait-il ? Et pourquoi miaule-t-il en regardant les fenêtres ?

16) As-tu 1 message ? Dis- nous ce que tu as envie,  que peux-t-on faire pour toi pour t’aider là-bas ?
>

Message : Bianca je suis désolée et si triste de ne pas avoir été là pour toi dans tes derniers instants, au moins pour te rassurer, te tenir la main (la patte), te soulager un peu. Tu m’as apporté et à notre famille tellement d’amour et de joie, je t’ai tout de suite aimé et j’ai eu tellement d’amour pour toi, tu étais mon petit rayon de soleil, mon ange, mon bébé tellement douce et gentille, je ne t’oublierai jamais. Tu m’as transformé, à toi je ne pouvais presque rien refuser. Quand tu m’accueillais en rentrant du travail cela me faisait chaud au cœur,
Si parfois cela devenais dur de te soigner 2 et parfois 3 fois par jour, ou que tu rejetais les comprimés, que je rouspétais, tu n’as jamais été une charge pour moi,  je te comprenais et je t’ai toujours trouvé très courageuse et je suis et serais toujours fière de toi. Ce qui me faisait souffrir c’est le fait de te voir toi souffrir en t’obligeant à les prendre et de ne pas savoir si tu voulais que je te laisse déjà partir ou si tu voulais rester encore malgré tout. La nuit de ton décès j’avais trouvé un traitement pour t’enlever les douleurs et t’aider à  partir en dormant, seulement je suis arrivé trop tard. Je pensais qu’il nous restait encore un peu de temps. Pardonne-moi pour toutes mes erreurs, et pour t’avoir interdit certaines choses.

J’ai souvent rêvé de t’emmener faire des ballades avec mon vélo dans la campagne, mais tu avais si facilement peur, j’avais peur de te faire plus de mal que de  bien. J’ai aussi toujours regretté qu’on est pas vécu dans une maison plutôt qu’un appartement pour que toi et Berlioz puissiez aller au jardin, courir après les papillons, regarder les oiseaux et manger de l’herbe et peut-être rencontrer l’amour. Je regrette aussi d’avoir du vous faire opérer (castré), alors que si vous aviez pu aller dehors ce n’aurais pas été nécessaire et tu aurais pu connaître les joies de la maternité. Je t’ai toujours imaginé avec des bébés, toi tellement douce, tu aurais été heureuse et une merveilleuse maman. Je tiens donc à m’excuser pour cette vie ennuyeuse et difficile que tu as été forcé de vivre. Pardonne moi pour toutes mes erreurs et de t’avoir interdit tellement de choses.
Tu es le grand amour de ma vie, j’espère que tu le sais et tu le resteras à jamais. Je te suis très reconnaissante de tout ce que tu as fait pour moi, pour nous.  J’ai toujours adoré en plus de ton merveilleux caractère (gentille,  drôle, marrante) , ta douce voix, ta façon de marcher, de sauter sur les meubles, tes queues de poisson,  ton magnifique pelage (tes couleurs). Tu es d’une telle beauté intérieure et extérieure. Partout où je regarde, je te vois, tout me fais penser à toi, tu savais me faire oublier mes soucis, tu as comblé le vide qu’a laissé dans mon cœur le départ de Lydia.. Tout en toi n’est que musique. Malgré ta maladie tu restais d’humeur gaie et câline.  Tu as tellement souffert et tu t’es tellement battu, jusqu’au bout comme la brave petite Poupette que tu étais. Quand on pensait qu’il n’y avait plus d’espoir, toi tu réussissais à braver la mort tant et tant de fois qu’on finissait par penser que tu resterais définitivement avec nous (pour toujours). Oh Bianca tu me manques tant, jamais on ne pourra t’oublier.
Je veux que tu saches que Lydia ça lui avait arraché le cœur de ne pouvoir vous emmener toi et Berlioz au Japon vivre avec elle, à cause des conséquences (voyage, déracinement, attachement profond que l’on avait l’une pour l’autre) et qu’elle a toujours pensé à vous malgré la distance et que la plupart des cadeaux (diffuseur) et friandises que vous mangiez, venaient d’elle. Elle cherchait continuellement des choses qui pouvaient te soulager ou te plaire. Elle m’a souvent conseillé quand tu allais très mal. C’est pour toutes ces choses que notre souhait à tous est que tu trouves la paix, l’amour, la sécurité et le bonheur que tu mérites tant. Tu peux rejoindre le paradis sans te retourner, même si on a beaucoup de peine, fonce et soit heureuse. On se retrouvera plus tard, j’espère que tu viendras m’accueillir.
 Lydia garde en sa mémoire tout ce que tu étais, une petite puce hyper-dynamique, bavarde, à la queue en point d’interrogation, à la bouche en cœur et aux yeux débordant d’amour. On t’embrasse tous.

Dis-lui merci pour ce merveilleux message d’amour et pour l’amour et les soins qu’elle m’a donnés. J’ai vécu de belles années auprès d’elle et je l’ai épaulée du mieux que j’ai pu lorsque Lydie est partie alors que j’avais beaucoup de mal avec son départ moi aussi. Mais j’ai bien compris la raison de son départ et malgré tout l’amour que j’ai pour elle, ne voulait pas qu’elle me délaisse et Berlioz non plus.

J’avais bien compris que c’est elle qui nous gâtait avec toutes ces friandises. Dis-lui merci aussi et je sais que dans la vie on doit parfois faire des choix difficiles et de partir sans nous emmener a été dur pour elle. Mais qu’elle vive en paix, je voulais rester ici et je n’ai jamais manqué de rien, bien au contraire.

Après son départ, les liens avec ma gardienne se sont encore renforcés et nous nous sommes consolées mutuellement. J’étais là pour elle, pour l’aider dans cette période pas facile pour elle.

C’est V… ta gardienne Bianca ?

Oui c’est à elle que je suis reliée et le resterai toujours quoiqu’il arrive. Ma mission dans sa vie a été de l’aider, de la soutenir affectivement et de lui apporter tout l’amour qui lui manquait, et je suis désolée de ne plus m’être souvent allongée sur elle après ma dernière hospitalisation. Mais c‘était nécessaire car je me sentais affaiblie et ne pouvait plus remplir ma mission et faire mon travail correctement, mais aussi pour qu’elle arrive à se détacher plus facilement de moi.

J’étais sur mon chemin et savais que j’allais partir depuis le début de l’année. Et elle l’avait bien compris, je n’avais plus envie de prendre les comprimés, et ne peux pas te répondre je ne sais pas ce qui m’a rendue malade.

C’est vrai que les énergies ne sont pas toujours top dans l’appartement et que ça mériterait de faire un nettoyage, mais te dire d’où viennent mes maladies, c’est impossible pour moi. Mâchouiller me faisait du bien et soulageait mon appareil digestif et j’aurais aimée pouvoir manger de l’herbe et me nettoyer avec les énergies telluriques de la terre, c’est toujours plus facile pour un chat de vivre en maison et avoir accès au jardin qu’à l’intérieur, mais je n’ai jamais regretté de ne pas avoir eu de bébés. Cela ne m’a jamais manqué quoi que tu penses.

A Berlioz non plus, qu’elle soit rassurée, lorsqu’on fait le nécessaire pour nous enlever le désir sexuel ou reproductif, nous ne sommes pas malheureux, bien au contraire. Pourquoi il me mordait ? Parce que ces derniers temps surtout, je portais des énergies qui ne m’appartenaient pas et que cela le perturbait. Et d’être encore ici alors que ce n’est plus ma place et que je vous pompe votre énergie le perturbe aussi. Lorsque je serai au paradis des animaux, ce sera plus serein pour lui et elle aussi se sentira apaisée et pourra commencer son deuil.

J’étais déjà chez elle (chat) et après quelques semaines de repos je pourrais, si elle le désire, lui revenir. Je préfère qu’on se retrouve encore sur le plan terrestre, mais si son choix c’est de ne pas reprendre un autre chat, je serai là pour elle lorsque ce sera le moment.

Je n’ai pas trop souffert d’être séparée de ma famille de naissance et ma famille d’accueil était très gentille et prévenante. Quand je suis arrivée chez vous, c’était un juste retour et j’ai eu une très belle vie de chat d’où aussi mon souhait de lui revenir encore, reposé et ressourcé dans le corps physique d’un chat en bonne santé. Mon nom est Bianca mais j’en ai déjà eu plusieurs autres, le seul dont je me souviens c’est celui-là, mais peut-être bien que demain je ne m’en rappellerai pas, ce n’est pas important pour nous, c’est un détail auquel nous ne faisons pas attention.

Ce qui nous importe c’est l’amour et le respect que vous avez pour nous. De savoir aussi et de reconnaître que nous sommes là pour vous, que nous sommes à votre service et heureux de l’être. Si tu acceptes mon retour, je reviendrai avec la mission de t’aider à te détacher affectivement afin que tu puisses vivre les relations d’une manière un peu plus zen et sans souffrir.

Je me sens prête maintenant à rejoindre le pont des fleurs, je n’ai pas peur, comme je n’ai pas eu peur de partir, bien au contraire, il me tarde de rejoindre ce haut-lieu magique où tout est amour.

Puis elle est venue à côté de moi et nous avons emprunté ensemble le chemin qui s’est transformé très vite, avec des milliers de petites fleurs de toutes les couleurs, elles recouvraient tout le pont et Bianca, très curieuse en le traversant, avançait très doucement pour ne pas les abimer. Elle soulevait ses pattes, c’était très amusant à voir, et les reposait très délicatement pour ne pas les piétiner. Lorsqu’elle s’est retrouvée de l’autre côté, elle m’a fait un signe avec sa patte avant droite pour me faire comprendre que tout est OK pour elle et elle s’est noyée dans le pont de l’arc en ciel.

Au revoir Bianca, repose en paix.

La connexion avec ICY s’est faite dans cette belle clairière d’un vert fluo avec des fleurs, des papillons, des abeilles et des oiseaux de partout. Un endroit féérique presque irréel. Elle était couchée sur ses 2 pattes avant, le ventre au sol et ses 2 pattes arrières étaient allongées vers l’arrière, la position de la grenouille. Lorsque je me suis présentée à elle, elle m’a regardée d’un air complice et à retroussé ses babines pour me faire un sourire.

Ne dis rien, je sais qui t’envoie, je sais que tu as un message pour moi et je suis bien contente de pouvoir répondre à ses questions. J’ai eu beaucoup de chance qu’ils m’ont tous accompagnée avec amour dans la lumière, cela m’a permis de faire ma transition dans les meilleures conditions et me voilà déjà, après quelques jours, à la porte du jardin des animaux.

Oui Icy, on m’a chargée d’un message pour toi et j’ai aussi quelques questions :

Mon message vers elle :

Tous les jours, je dirige vers toi des énergies d’amour, de libération, d’apaisement. Tu nous as tellement donné d’amour !

Cette dernière année a été difficile. J’aurais aimé pouvoir communiquer avec toi pour t’aider davantage et accomplir ce qu’il y avait de mieux pour toi. J’ai fait au mieux que je pouvais

Les 3 derniers jours ont été les plus difficiles et j’espère que tu es libérée désormais dans un lieu de paix et entourée d’amour.

Tu resteras dans nos cœurs.

Je laisse ton panier dans la salle de yoga, tu aimais tant t’y installer.

Cat, Mimi, Pris, loulou se joignent à moi pour te souhaiter le meilleur.

Mes questions :

Y-a-t-il des choses que tu voudrais me/nous communiquer ? Qu’est-ce qui t’a fait arriver chez nous ?

Est-ce que Tom t’a aidé ?

Quels étaient les liens  que tu avais avec Priscille ?

Si tu avais une mission, qu’elle était-elle ?

Cette nuit plus demi-journée t-ont-elles été suffisantes pour te détacher physiquement ?

Y-a-t-il quelque chose que nous puissions-faire à part diriger vers toi toutes nos énergies d’amour ?

Dis-lui que j’étais sur mon chemin comme elle le dit, la dernière année a été difficile, mais j’ai malgré tout réussi à bien préparer mon départ et ils m’ont beaucoup aidée. Merci pour tout, merci de m’avoir permis de passer le pont des fleurs, merci de m’avoir laissée partir malgré votre chagrin et merci de continuer à m’envoyer de l’amour et de la lumière. Ici je suis bien, je me sens très légère et dès que je le peux je vole vers vous. Vous avez dû le ressentir, d’ailleurs c’est la raison même inconsciente pour laquelle tu laisses mon panier dans la salle de yoga. C’est vrai qu’à chaque passage je m’y installe quelques instants. Vous m’avez laissé partir et j’ai la chance de ne pas être bloquée et de pouvoir faire des aller/retour.

Après, quand j’aurai poussé la porte du paradis des animaux, je me reposerai et me ressourcerai car je compte bien vous revenir dans le corps physique d’un petit chien et sur le plan terrestre. Lorsque la porte s’est ouverte, il y avait ta mère, elle m’attendait et m’a guidée jusqu’au pont des fleurs. Je l’ai traversé sans aucune crainte et j’ai gravi en toute légèreté l’escalier de l’arc en ciel. Le passage a été très beau et je n’ai pas eu peur, absolument aucune appréhension, mon âme était libérée de ce corps physique en souffrance et je me suis envolée vers la lumière.

Vous avez tout fait pour cela et la seule chose qu’il vous reste à faire, c’est attendre mon retour. Même si vous n’y croyez pas trop, nous les animaux nous avons la possibilité de vous revenir très vite lorsque nous avons la chance d’avoir rejoint le jardin des animaux. Et ne doutez pas, vous saurez me reconnaître lorsque vous vous mettrez à ma recherche car je suis reliée à toi et si je suis venue chez toi « incognito » c’est parce que j’étais déjà chez toi.

En tant que chien ?

Non chat. Oui je ne suis pas arrivée par hasard, il m’a fallu un peu de temps car j’étais d’abord dans une autre famille, mais ça ne collait pas entre nous. Normal je ne leur étais pas destinée, je n’avais aucun lien avec eux et ils ne se sont pas gênés de me déposer à l’entrée de la ville dans une rue déserte. Je n’en ai pas souffert, pour moi c’était une libération, je savais que j’allais enfin te retrouver et ma mission auprès de toi a plus été une mission de chat que de chien.

J’étais là pour t’apprendre le détachement affectif. Pour t’apprendre à aimer sans lien de dépendance ou de Co dépendance. J’ai bien réussi ma mission et comme elle était terminée, j’ai pu préparer mon départ et te reviendrai avec cette fois-ci une mission de chien, t’aider à te reconnecter à la source pour t’ouvrir à l’amour inconditionnel. J’ai été très heureuse avec vous et me suis sentie un membre entier de la famille, votre petite fille, la sœur jumelle (dans une autre vie) de Priscille. C’est un lien qui existe et qui ne sera jamais coupé car empreint de beaucoup d’amour et d’affection. C’est ma moitié. Et avec Tom je partageais également quelque chose de très fort et il m’a beaucoup aidée, oui il arrivait à me soulager et m’apaiser.

Merci à vous tous pour votre bienveillance, votre amour, j’ai beaucoup de gratitude pour vous et espère vous revoir très vite. Je m’en vais maintenant pousser la porte du jardin des animaux.

A très bientôt.

La connexion avec Gustave s’est faite dans ce magnifique havre de paix au jardin des animaux. Il m’est apparu très serein, très paisible et m’a dit :

Je sais qui tu es et qui t’envoie et je suis très heureux de pouvoir te donner un message pour elle. Dis-lui que je l’aime et combien je les remercie pour toutes ces années de bonheur. Ils m’ont accompagné avec amour et m’ont laissé partir vers la lumière. Grâce à leur bienveillance, à leur amour et grande ouverture de conscience, j’ai pu faire ma transition dans de très belles conditions. J’étais sur mon chemin depuis une bonne année et j’ai eu le temps de préparer mon départ. Les dernières semaines je me sentais au bout du rouleau et les crises me faisaient sortir de mon corps. C’était très fatigant d’y revenir mais nécessaire jusqu’à ce qu’ils intègrent que le moment était venu pour moi et qu’ils acceptent de me laisser partir.

Par amour pour moi, ils ont pris la décision de m’aider et j’étais bien entouré. Depuis quelques jours j’étais entouré d’êtres de la nature et c’était très rassurant de savoir que je n’étais pas seul et qu’on m’aiderait à traverser le pont des fleurs. Je n’ai pas eu peur quand le vétérinaire est venu à la maison, je savais qu’il allait me libérer de toutes ces souffrances que l’on rencontre et ne connaît que dans la vie terrestre. Ici tout est amour et harmonie, on se sent léger, on ne ressent plus aucune douleur et je peux de nouveau me déplacer sans difficulté, courir, sauter et jouer. Mon âme se sent libérée de toute entrave et peut se reposer et se ressourcer.

Ta gardienne me charge d’un message pour toi Gustave et a aussi quelques questions à te poser si tu veux bien y répondre.

Mon mari et moi sommes dévastés. Gustave était notre « deuxième fils » un chien très courageux qui affrontait une maladie de cœur et de l’arthrose  sans jamais lâcher prise et dont la bonté était immense. Nous étions fusionnels. Nous l’avons accompagné jusqu’au bout. Les derniers jours ont été difficiles car il a fait plusieurs crises d’épilepsie  et finalement notre vétérinaire est venu hier soir à la maison pour aider Gustave à partir et cela c’est fait avec beaucoup de douceur de respect et de paix. 

Comment le passage s’est fait et qui l’a accueilli et comment il se sent. Je suis fière de lui et de son courage. Il est allé au bout de ses forces.

Peut-il me donner en exemple un objet ou un signe  que moi seule connaît et qui sera un signe pour moi de sa présence

Dites-lui  bien combien je l’aime et que je prendrai toujours soin de son maître.

A-t-il un conseil à me donner maintenant qu’il est de l’autre côté ? Quelque chose que je dois faire ?
Dites-lui d’aller sans crainte vers la lumière. 

Mon passage s’est effectué en présence des élémentaux, mais lorsque la porte s’est ouverte, juste avant le pont des fleurs, il y avait aussi un monsieur, un grand homme (ancêtre) son père ? Il m’a tendu les mains et ensemble nous avons traversé le pont des fleurs. Inutile de te dire que s’il a pu passer le pont des fleurs, c’est parce qu’avec sa forte personnalité, il vibrait sur un autre plan et qu’il a, comme moi, accès à ce lieu magique. Ici je suis heureux et je vais pouvoir apporter mon amour avec beaucoup de reconnaissance et de gratitude aux êtres de la terre.

Je suis leur deuxième garçon et resterai toujours relié à eux, mais ils l’ont bien compris. Moi aussi je vibre sur un autre plan, je suis un sage et vais pouvoir dans quelque temps accéder à une autre dimension. De là je pourrai leur apporter de la protection divine et ne manquerai pas de les entourer de cette énergie. Moi aussi je les aime et leur ferai des signes qu’ils n’auront aucun mal à reconnaître. Le soleil reviendra dans leur cœur et leur foyer et mon doudou (objet gris perle) qu’elle affectionne particulièrement gardera éternellement mes odeurs. Elle le sent et à travers lui, mon odeur, ma douceur et ma présence. Je sais qu’elle veille sur mon gardien et lui apporterai mon grand soutien pour lui donner de la force et du courage.

Dis-lui qu’elle aussi a quelque chose d’unique, d’exceptionnel en elle et qu’elle doit veiller à développer son ouverture spirituelle. Pour cela un retour à la source sera nécessaire afin d’être en paix avec elle-même et en alignement avec le cœur et l’esprit. Elle comprendra ce que je veux lui dire comme message, car seule une connexion à son petit enfant intérieur lui permettra d’évoluer sur son chemin dans l’amour et la lumière et sans frustration aucune. C’est cela que ça signifie « être en alignement avec le cœur et l’esprit ».

Je serai son guide et lui enverrai un autre petit compagnon qui l’aidera à s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Nous étions très fusionnels et ce lien fort ne sera jamais coupé, qu’elle me fasse confiance. Je les aime et sera toujours là pour eux.

A mon arrivée sur le chemin, Rose m’attendait tristement. Elle était couchée sur un chemin très aride, sur des cailloux et sa position semblait très inconfortable. Lorsque je me suis adressée à elle, elle m’a tout de suite dit :

Je ne peux pas partir, je ne peux pas traverser le pont des fleurs, elle est dans une telle détresse et éprouve tellement de culpabilité qu’il m’est impossible de la laisser. Je dois rester ici mais ici ce n’est plus ma place et j’en suis triste. Je ne suis pas bien (pas physiquement, de ce côté-là tout va pour le mieux, je n’ai plus de douleurs et je me sens très légère, mais émotionnellement, ses énergies sont tellement négatives que ça m’empêche de partir au jardin des animaux.

Dis-lui que je l’aime aussi et qu’elle ne doit plus se tourmenter et culpabiliser. Cela ne nous apporte rien, ni à elle, ni à moi, au contraire cela m’oblige à rester fixée ici sur ces cailloux, et elle ça l’empêche de faire son deuil. Tant que je suis dans son entourage je lui puise son énergie et pas qu’à elle, à toute la famille. Je sais que je leur manque à tous et leurs larmes me font souffrir aussi. Leur chagrin me fait bien plus de mal que la douleur physique que mon corps me faisait ressentir.

Dis-lui que même si j’étais encore jeune et avait encore de nombreuses années devant moi, j’étais malade et on ne pouvait me soigner. C’était un mal incurable qui me rongeait de l’intérieur et j’étais sur mon chemin. Je savais que j’allais partir et que les soins, hormis que ça lui coûtait de l’argent ne serviraient à rien. D’où la raison aussi pour laquelle je ne voulais pas me laisser soigner. Elle n’a donc aucun regret à avoir. Elle ne pouvait pas m’aider si ce n’est que ses visites me faisaient beaucoup de bien et m’ont aidée malgré tout au moment où j’ai fait le grand saut.

Je sais qu’elle m’aime plus que tout et qu’elle a du mal à lâcher prise, qu’elle se tourmente énormément. Mais explique-lui que nous les animaux nous avons facilement la faculté de pouvoir vous revenir si on nous aide à rejoindre le jardin des animaux. Moi je n’ai pas terminé ma mission auprès d’elle, cette maladie m’en a empêché et je dois lui revenir pour continuer mon travail. Mais la condition sinéquanone est de me libérer, de m’aider à rejoindre le paradis des animaux pour que je puisse me reposer et me ressourcer quelques semaines. Après je pourrai lui revenir dans le corps physique d’un chat en pleine santé (m’a montré un chat d’environ 1 an ?) et j’en serais très heureuse, car eux aussi me manquent et que je sais que c’est difficile pour elles de se lever le matin sans ma présence physique. Nos câlins leur manquent mais ce n’est que pour une période très transitoire. Après nous rattraperons le temps perdu et nous pourrons continuer notre belle aventure ensemble.

Ma mission consistait à nettoyer énergétiquement le lieu et les personnes, pas simple ce travail car l’endroit mériterait un grand nettoyage, qu’elle y songe… Et ma mission toute particulière auprès d’elle consistait à lui apprendre le détachement affectif. L’aider après toutes ces années à faire enfin le deuil de ce qu’elle aurait aimé avoir, de ce dont elle a souffert sans forcément pouvoir y mettre des mots, mais d’alléger, de soulager ce mal être qui tantôt pouvait la plomber jusqu’au plus profond d’elle-même.

Ces états d’âme sont dus à des souffrances du passé, qui viennent d’une autre vie et pour pouvoir s’en détacher, elle doit se reconnecter à sa source et faire un petit travail de pardon avec son enfant intérieur. Je l’aiderai à faire ce travail et elle apprendra à se détacher et vivre dans cette vie-là des relations saines et affectueuses, des relations qui lui apporteront le bien-être et l’équilibre.

Je lui transmettrai les messages Rose, es-tu prête à présent à traverser le pont des fleurs ? Te sens-tu le droit de le faire ?

Oui maintenant que j’ai pu te donner des messages d’espoir pour elle, je peux partir. Merci à toi et dis-lui merci pour cette communication qui me permettra de rejoindre le paradis des animaux pour me ressourcer et lui revenir très vite.

Nous nous sommes avancés sur le chemin qui changeait de couleur et de paysage, tout devenait plus vert, plus chaud avec des petites fleurs et des rayons de soleil enrobaient toute cette vue. A la vue du pont des fleurs je me suis arrêtée et Rose très stoïquement l’a traversé sans aucune hésitation et s’est noyée dans le magnifique escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Rose, à bientôt !

Freyja m’attendait sur le chemin, assisse sur son arrière train.

Je suis heureuse de te voir, je sais que tu m’aideras à traverser le pont des fleurs pour me permettre de rejoindre le jardin des animaux. Ici ce n’est plus ma place mais la brutalité de mon départ et leur incompréhension m’empêchent de rejoindre l’escalier de l’arc en ciel. Je leur manque, ils me manquent aussi, je n’ai pas eu le temps de préparer mon départ et maintenant je me trouve là à attendre qu’on libère mon âme.

Je t’aiderai à partir Freyja, mais je dois d’abord te donner un message de tes gardiens et te poser quelques questions :

J’espère que tu n’as pas souffert et j’aimerais savoir pourquoi tu nous as quittés si jeune et tôt? Avais-tu une mission auprès de nous?
Reviendras-tu auprès de nous? En chat?
Message: Freyja, petit bout d’amour, ton départ nous a beaucoup attristés mais sache que tu nous as comblés pendant cette merveilleuse année, merci pour être toujours arrivée à nous faire sourire. Tu as été une chatte tellement pétillante et adorable. Tous ces magnifiques moments resteront gravés dans notre mémoire: les léchouilles sur le front de Thomas, les gros ronronnements quand tu venais sur nos genoux, tes moments de folie quand tu jouais avec le plumeau ou avec Dita (notre autre chatte)…
Tu nous manques beaucoup.
On t’aime de tout notre cœur, tu resteras à jamais notre bébé. Nous te souhaitons de trouver la paix et la lumière.

Dis-leur merci pour ce merveilleux message d’amour. Oui je sais que j’étais leur bébé et elle, elle était ma maman. Mais voilà que l’univers lui enverra un autre bébé et que ma mission a été de l’accompagner jusque-là pour l’aider à faire un travail de détachement par rapport aux souffrances du passé qui l’empêchaient d’avancer sur son chemin et de construire sa vie.

Dis-lui que je n’ai pas souffert, je suis sortie de mon corps et à partir de là tout était gérable mais impossible d’y revenir.  Ma mission auprès d’elle était terminée et il faut que je remonte quelque temps avant de pouvoir lui revenir avec une nouvelle mission, celle de l’aider à se reconnecter à sa source, celle de l’aider à pardonner à son petit enfant intérieur d’avoir souffert et d’avoir été en colère contre ses géniteurs. Il faut qu’elle comprenne qu’elle les a choisis, même si cela peut lui sembler complètement absurde. Mais la réalité est telle qu’elle a aujourd’hui l’occasion de comprendre bien des choses en se reconnectant à son petit enfant intérieur. Ce travail l’aidera à faire table rase du passé, à mettre toutes les pensées poubelle au panier et à accueillir ce que la vie nous offre avec beaucoup d’amour et de gratitude.

Moi de mon côté, lorsque j’aurai fait le passage, je me ressourcerai afin de redescendre cette fois-ci dans un corps bien centré et ancré. Cela m’a un peu manqué, j’étais souvent dans l’astral et avais du mal à remplir ma mission correctement. Ils l’ont bien remarqué, j’étais pleine de vie avec des moments de folie, mais aussi d’imprudence.

Lorsque je leur reviendrai dans le corps physique d’un autre chat, je veillerai à descendre dans le corps d’un minou qui vit dans le présent dans le ici et maintenant, afin de l’aider dans le moment présent aussi. Je les aime et Dita aussi et ne resterai pas longtemps au paradis des animaux, je suis bien trop pressée de les retrouver et de continuer un travail auprès de ma gardienne.

Si tu te sens prête Freyja, je vais t’accompagner un petit bout de chemin, et lorsque je m’arrêterai tu continueras la route sans crainte car de l’autre côté tout est amour.

Oui je le sais bien, je suis déjà passée par là et je n’ai pas peur.

Elle est venue à mes côtés et ensemble nous avons pris le chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Lorsque je me suis arrêtée, elle m’a dit :

Merci, dis-leur merci pour cette belle année de bonheur, de respect et d’espoir. Je ne suis pas partie pour longtemps, je suis juste de l’autre côté pendant quelques semaines, mais dès qu’ils le souhaiteront, je serai prête à leur revenir.

Puis elle a continué sa route, elle a traversé le pont des fleurs et s’est noyée dans le magnifique arc en ciel.

Au revoir Freyja, paix à ton âme et à bientôt.

dav

Ma rencontre avec Kiara s’est faite au jardin des animaux. Elle était installée telle une princesse sur une magnifique pierre dorée dont la forme ressemblait à un cœur. C’est elle qui m’a parlé en premier :

C’est très bien d’être venue me voir, c’était nécessaire car comme tu le vois, malgré les souffrances avant mon départ, malgré leur douleur et leur chagrin, je suis partie correctement, ma transition s’est faite aussitôt et j’ai pu rejoindre le jardin des animaux car on m’y attendait. Je n’étais pas un chat comme les autres, ils l’ont bien remarqué, je ne vibrais pas sur le même plan qu’un chat ordinaire et j’ai été guidé et envoyé chez eux par Choups pour les aider à faire leur deuil et à dépasser ces moments extrêmement difficiles après son départ.

Seulement et c’est bien triste pour eux, en tant que « Sage » j’étais programmé sur le plan terrestre pendant une période bien définie. Lorsque notre mission, toujours de courte durée est terminée, nous sommes rappelés pour nous reposer et nous ressourcer et repartir vers quelqu’un qui a besoin de nous.

Kiara, avec tout mon respect, permets-moi de te donner leur message et de te poser leurs questions.

Je suis d’accord, bien que j’en connaisse parfaitement le contenu. Même si je suis de l’autre côté du voile et dans une dimension autre que celle qu’ils connaissent, je continue et continuerai toujours de veiller sur eux.

« PARDON KIARA pour cette unique fois, où J’AI manqué de réactivité au boulot, où JE n’ai pas mesuré le degré d’urgence et où NOUS avons fait le mauvais choix qui a causé ta perte.

ET MILLE MERCI POUR TOUT CE QUE TU NOUS AS APPORTE

 Nous t’aimons tellement, tu nous manques…

 QUESTIONS

Est-ce que KIARA a été envoyée par CHOUPS pour une mission ? Laquelle ?

 Est ce qu’on aurait pu la sauver encore une fois ?

 Pourquoi JIMMY qu’elle enlaçait beaucoup devait être spectateur de cette scène de souffrance qui la emportée 

 Est-ce que KIARA est repassée dans l’appartement après sa mort, parce que je n’ai rien remarqué contrairement avec CHOUPS ? Est-elle allée voir JIMMY qui habite chez les grands parents à présent ?  

 Est ce qu’elle nous en veut de ce mauvais choix ?

 Est ce qu’elle est aussi malheureuse que nous qu’on ne soit plus ensemble ?

 Pourquoi elle nous enveloppait la tête avec son corps et ses pattes ?

 Est ce qu’elle va revenir chez nous ? Si oui quand et sous quelle forme ? »

J’étais leur ange et le resterai toujours, et si j’ai été rappelé, même si c’est douloureux et incompréhensible pour eux, c’est pour la raison que je t’ai expliquée. Choups m’avait envoyé vers eux pour les aider à dépasser leur souffrance après son départ et j’ai été très heureux d’être en mission à leur côté pendant ces 4 années. J’ai vécu une belle vie malgré mes problèmes de santé et l’univers leur rendra tout cet amour et cette tendresse et dévouement envers moi.

Si j’avais des problèmes de santé, c’était justement parce que je ne devais pas rester longtemps et j’étais sur mon chemin depuis un bon bout de temps. Si je suis partie dans de telles souffrances, ce n’est pas pour les faire culpabiliser, au contraire, c’était plus pour leur permettre de comprendre que c’était mieux pour moi et mieux accepter mon départ.

Dis-leur et dis surtout à Jimmy qu’il a pris la bonne décision. Le vétérinaire de garde de la clinique habituelle n’aurait rien changé, c’était prévu que je parte ce jour-là. Qu’ils ne doutent pas, il n’était plus possible de m’aider, j’ai été rappelée parce que j’avais terminé ma mission auprès de ma gardienne qui est aussi sur son chemin pour une nouvelle vie, une renaissance affective après toutes ces années de galère et de tristesse. Cela peut leur paraître à la fois incompréhensible et cruel, mais ils comprendront dans quelque temps, car même si moi je ne pourrai leur revenir, Choups est à présent prête à reprendre sa place. Elle était à nos côtés pendant ma transition et elle est pressée de les rejoindre pour une nouvelle mission auprès d’elle, pour l’accompagner dans sa nouvelle vie.

Tout comme eux, je suis triste que nous ne soyons plus ensemble, même si je vibre sur un autre plan, je ressens les mêmes envies et émotions. Lorsque je leur enveloppais la tête avec mon corps et mes pattes, c’était pour les nettoyer énergétiquement et ce sur tous les plans et leur apporter la protection divine. Ils sont à présent protégés tous les trois et n’ont rien à craindre. De là où je suis j’y veille et encore une fois qu’il ne culpabilise pas, il a fait le bon choix.

Dis-leur merci pour toutes ces années de bonheur et dis-lui que ce n’était pas moi qui ai miaulé la nuit après mon départ derrière la fenêtre. Je suis partie directement au paradis des animaux, ma transition s’est faite dans de bonnes conditions même s’ils se torturent l’esprit et pense le contraire. Le chat qui se trouvait derrière la fenêtre, c’est le chat qui attend que l’âme de Choups vienne s’incarner dans son corps. Dis-leur qu’il est important de ne pas trop tarder et qu’ils acceptent très rapidement son retour, qu’ils se mettent dès à présent à sa recherche. Je les aime pour toujours.

Tintin était assis et semblait m’attendre. Lorsque je suis arrivée sur le chemin, je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour lui donner un message :

Mon merveilleux Tintin était  un formidable petit chat,

Câlin affectueux, et il me manque et je n’ai pu être totalement avec lui parce qu’il y avait les 4 pattes  et bipèdes  dont je devais m’occuper ….je lui demande pardon de n’avoir pu être efficace pour lui. Il aimait aller dans le jardin, malheureusement séparé des autres. Et je ne digère pas d’avoir dû lui infliger toutes ces souffrances … Il est arrivé malade de son élevage   et cela s’est déclaré 5 mois plus tard …. Et donc  ISOLEMENT pour le plus gentil des petits Somalis 

J’aimerais avoir de ses nouvelles s’il veut bien. Je lui fais plein de caresses et je lui brosse sa belle fourrure surtout sous le menton comme il aimait.

Que je suis content qu’elle ait pris cette initiative, cela va faire un an que je suis parti, mais toujours à ses côtés, toujours dans leur entourage. Cela est très mauvais pour les autres compagnons car je leur pompe leur énergie et a elle aussi, et pour leur santé à tous c’est très néfaste. Dis-lui que je l’aime et qu’elle me manque aussi, mais rester ici entre 2 est une punition que je ne mérite pas. J’aurais aimé tant de fois pouvoir être avec les autres, dormir avec eux, sortir dans le jardin avec eux, mais ma maladie m’a mis en quarantaine et m’a isolé d’eux et souvent d’elle aussi, ce que je comprenais parfaitement bien, mais qui ne m’a pas empêché de ressentir de la frustration et de l’amertume.

Pour elle ce ne fut pas facile non plus et elle a beaucoup regretté et culpabilisé de ne pas avoir pu s’occuper plus de moi. Dis-lui que j’en ai conscience et que je sais très bien qu’elle ne pouvait faire plus pour moi. Ce qu’elle peut faire aujourd’hui c’est de m’aider à partir au jardin des animaux et je trouve que c’est un cadeau, un geste d’amour formidable de sa part. Qu’elle ne culpabilise pas, ce n’est pas tant elle, c’est aussi moi qui voulait rester avec eux pour pouvoir enfin profiter de toute la fratrie.

Cela les a un peu perturbés et affaiblis et j’en suis désolé. Je suis à présent prêt pour partir au paradis des animaux, le temps commence à devenir long et je ne reçois plus suffisamment de lumière pour y arriver tout seul.

J’avais bien une mission auprès d’elle, mais impossible de la remplir. J’étais un chat de type ‘timbre-poste » et pour pouvoir mener ma mission à bien et l’aider à prendre du recul et se détacher affectivement afin qu’elle sente, qu’elle ressente ce qui lui fait du bien et ce qui lui fait du mal, j’aurais dû passer plus de temps et surtout les soirées scotché à elle.

En même temps ce n’est pas un hasard que je sois arrivé chez elle et dans cet état. C’était aussi pour lui montrer que parfois, malgré son bon cœur, il faut reconnaître et accepter ses limites. Nous étions très attachés l’un à l’autre et elle a mal vécu cette séparation et de devoir prendre la décision de m’aider à partir. Et c’est pourtant ce qu’il fallait faire, qu’elle n’en doute pas. Elle se couperait en quatre pour s’occuper de ses chats au risque de passer à côté de l’essentiel, l’essentiel étant aussi de penser à elle, de s’occuper un peu plus d’elle. Elle s’oublie malheureusement trop souvent.

Dis-lui merci pour ses caresses sous mon menton, elle y pense souvent et j’adore cette marque de tendresse. Dis-lui aussi que je lui reviendrai, j’étais déjà chez elle et lui reviendrai de nouveau mais pas tout de suite. Il faut laisser le temps au temps et cela se fera naturellement. Elle saura me reconnaître et je n’ai aucun doute, je saurai lui faire comprendre qui je suis.

Je me charge de lui transmettre tous ces messages Tintin, et si tu es prêt je t’accompagne un petit bout de chemin.

Je le suis à présent et me réjouis de traverser le pont des fleurs. Qu’elle comprenne mon désir d’avoir voulu rester et profiter de toute la tribu, mais je me sens maintenant prêt à rejoindre ce havre de paix pour me reposer et me ressourcer.

Ensemble nous avons suivi le chemin qui s’ouvrait à nous et lorsque je me suis arrêtée, il s’est frotté à ma cheville droite et me regardait avec des yeux qui en disaient long. Tintin voulait encore une fois que je le caresse sous le menton et je n’ai pas hésité à glisser mes doigts dans cette magnifique et douce fourrure. Au bout de quelques instants il m’a dit merci et a traversé le pont des fleurs. C’était un petit chat et bientôt plus qu’un minuscule point dans cette féérique lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Tintin !

A mon arrivée sur le chemin, Harry était couché de tout son long dans l’herbe. Il a levé la tête et m’a dit :

Que je suis heureux de te voir, je vais pouvoir te donner un message pour ma gardienne et j’aimerais que tu m’aides à partir au jardin des animaux.

Promis Harry, après notre échange, je te montrerai la route pour faire le passage, mais ta gardienne a elle aussi un message pour toi.

Moi aussi je l’aime et elle me manque, mais qu’elle n’en soit pas désolée, elle n’y est pour rien dans ma maladie. C’était quelque chose de grave, de douloureux et de hélas pas soignable. Je sais que j’étais tout pour elle, elle l’était pour moi aussi et de devoir vivre cette perte, de devoir subir ce deuil alors qu’elle est si jeune, entre en résonnance avec une vie passée.

Oui nous étions déjà ensemble dans une autre vie et j’étais son petit garçon mort de la même maladie. Ni elle ni moi n’avions en ce temps réussi à vivre, son deuil pour elle, et moi à partir. Et si je lui suis revenu avec la même maladie c’est parce que aujourd’hui elle a de l’aide pour enfin faire son deuil et pour moi de m’aider à libérer mon âme et j’en suis très heureux. Je vais enfin pouvoir me reposer et me ressourcer lorsque je serai au jardin des animaux et je pourrai dès qu’elle sera prête, lui revenir pour remplir une mission, la mission de l’aider à grandir, de l’aider à évoluer sereinement. Je sais que ce message sera difficile à comprendre pour elle, elle est si jeune mais elle le comprendra un peu plus tard, car elle est douée d’une grande sensibilité et d’une très grande intuition et elle sera amenée à communiquer avec les animaux afin de trouver sa voie.

Je suis prêt maintenant à rejoindre le pont des fleurs et je suis pressé de monter l’escalier de l’arc en ciel. Dis-lui merci aussi pour ces belles années et très bientôt nous pourrons à nouveau nous retrouver et continuer notre aventure ensemble. Elle saura me reconnaître au premier regard, je n’ai aucun doute.

Puis il s’est levé et j’étais presque obligée de courir derrière lui tellement il était pressé de traverser le pont des fleurs. Lorsque je me suis arrêtée il a fait un grand saut et s’est noyé dans cette belle lumière.

Au revoir Harry, paix à ton âme.

A ma grande surprise Nuggets m’attendait de pied ferme dans ce magnifique havre de paix entouré d’êtres de la nature et d’anges blancs et orange. Il m’a adressé la parole en premier avant même que je lui explique la raison de ma connexion et m’a dit :

Je suis tellement content et heureux d’avoir pu, grâce à toi, à ma gardienne et tous ces êtres qui m’entourent, faire la transition dans de très belles conditions. Je n’ai pas eu peur, j’étais prêt, elle l’était aussi et d’être relié elle et moi et au Deva des animaux et êtres de la nature m’a grandement aidé à faire le passage en toute sérénité, accompagné avec amour dans la lumière. Lorsque j’ai traversé le pont des fleurs, je n’étais pas seul, des centaines d’éléments étaient présents et de l’autre côté les anges blancs et oranges que tu peux voir sont venus m’accueillir. Ce fut une très belle expérience et ici encore une fois j’ai la chance d’être considéré comme le petit « roi ». L’avantage ici c’est que tous les animaux sont traités comme tels et nous sommes tous empreints d’une belle énergie d’amour.

Ta gardienne Nuggets me charge aujourd’hui de te transmettre un message :

« Je voudrais juste savoir s’il va bien et s’il est heureux là-haut, s’il ne souffre pas, si sa transition s’est bien passée, s’il a été bien accueilli. Si vous arrivez à lui parler, dites-lui qu’il nous manque beaucoup, qu’il a été notre premier chat avec toutes les découvertes et émotions que cela suppose et redites lui combien on l’aime et combien il a été important pour nous. Il est entré par hasard dans nos vies et est devenu le centre de la famille. Notre petit roi Nuggets. Nuggets 1er on disait d’ailleurs. Je pleure de temps en temps en voyant une photo, son bol et son tapis chats dans la cuisine, tous les différents endroits de la maison et du jardin où il aimait se prélasser mais je retiens essentiellement ces 9 ans de bonheur partagés. De nouveau remerciez-le pour tout comme je lui ai dit. : C’était mes derniers mots. Merci pour tout mon Nuggets. Et tu es à jamais dans mon cœur. »

Oui je sais que, malgré qu’ils m’ont laissé partir et accompagné avec amour, je leur manque beaucoup. La reconnaissance c’est moi qui la leur dois, car malheureusement nous n’avons pas tous les animaux, la chance d’avoir des gardiens aussi compatissants et remplis d’amour pour nous. J’étais leur garçon et je me sentais un peu leur petit dernier. Ce fut extrêmement agréable et cela leur a permis de créer une énergie d’amour dans leur maison, de la sentir pleine même lorsque les enfants se sont envolés. Mon arrivée chez eux, quoi qu’elle en pense, n’était pas un hasard, ce n’étais qu’un juste retour des choses et je souhaite bien évidemment lui revenir encore.

Dis-lui que dès qu’elle aura la volonté de se mettre à ma recherche, je serai prêt pour remplir une nouvelle mission auprès d’elle et l’aider à évoluer sur bien d’autres plans. De par la même occasion, tout son entourage et tout l’univers en profitera.

Ici je me sens bien, je ne souffre plus, je me repose et me ressource. Et de par ma belle transition, je peux être prêt pour une nouvelle incarnation terrestre dans peu de temps. Qu’elle y songe car nous sommes reliés et amenés à nous revoir. Je l’aime avec beaucoup d’amour et de gratitude.

La communication avec Mina s’est faite dans un jardin. Elle était au milieu de 4 autres chats. Elle m’a regardée et m’a dit d’un air très triste :

Je suis très triste de leur causer autant de peine. J’étais à leurs côtés lorsqu’ils t’ont écrit la lettre que tu dois me lire et leur douleur, leur souffrance m’ont énormément perturbée. Je les aime tant et les voir souffrir autant m’empêche de partir au jardin des animaux. Continuer à vivre à leurs côtés leur pompe leur énergie et surtout celles des autres compagnons, ce qui leur nuit et les empêche de faire leur deuil.

C’est juste Mina et c’est aussi une des raisons pour laquelle ils ont fait appel à moi et je vais maintenant te lire leur message.

Ce que nous voulons te dire.

De la part de  Vincent (Ton Papa), ton gardien :

Oh ma Mina comme je suis triste de ce qui s’est passé ce soir du 26.06.2017. Je devais veiller sur toi et sur vous cinq,  je faisais très attention à toi. Je regardais toujours où tu étais, tu le sais bien et tu savais qu’il ne fallait pas aller sur cette route, je t’ai dit de ne pas dépasser l’enrochement. Tu avais encore une marge entre l’enrochement et la route. Pourquoi ce soir-là es-tu allée là-bas?  Que devais-tu faire là-bas. Pourquoi nous n’avons pas eu une deuxième chance ? Je ne t’ai jamais vue de l’autre côté de cette route, c’est la seul fois ce soir-là et c’est pour te ramener sans vie.

Je m’en veux d’être rentré ce soir-là, de vous avoir donné à manger et ensuite d’avoir arrosé les fleurs, je n’ai pas pris le temps de m’occuper de toi, de te caresser dans le jardin, de te parler.
J’ai pris plus soin des fleurs et du jardin que de toi durant l’absence de Maman, je m’en veux et je te demande pardon. Je dis vous aimer et j’ai le sentiment de ne pas assez m’occuper de vous, je n’arrive pas à être qui je veux être, je ne suis que moi, un être humain stupide et qui croit être animé d’intention divine.

Ensuite je parlais avec Maman (Qui était en Turquie) quand le téléphone a sonné. Les voisins du bas m’ont prévenu, j’ai tout de suite compris que c’était toi.

Maman devait rentrer le 29.06.2017 et je te l’avais dit quelle rentrerait dans 3 jours. Aujourd’hui elle s’en veut aussi de ne pas être rentrée plus tôt, on s’était promis de ne jamais faire plus long que 10 jours sans vous  cinq, mais j’étais là et je n’ai pas su te protéger assez. C’est aussi de ma faute et je suis tellement désolé, tellement désolé de ne plus t’avoir à nos côtés. Tellement désolé parce que Maman est tellement triste. Elle s’en veut et moi aussi.
J’ai vu des signes et je n’ai pas été assez attentif, je n’ai pas su prendre le temps de te parler et de te rassurer, que Maman profitait un peu de se reposer et de voir sa famille qui est loin. Maman a sans doute  raison, tu t’es ennuyée, sentit seule et tu  t’es sentie abandonné peut être…
Je me rappelle  t’avoir vue au coin de la maison des voisins du bas, tu semblais triste et seul, c’est ce que j’ai ressenti. Je t’ai appelé et tu es venue vers moi en me parlant, je t’ai parlé, caressé et j’ai ensuite continué à faire des choses pour le jardin, la maison et tu t’es retrouvée seule à nouveau sans réconfort.

Excuse-moi ma Mimi je n’ai rien pu faire, je n’ai pas pu te réanimer. Je pense que le choc a été très violent et que tu es directe