Voslo m’attendait sur un chemin rocailleux, il y avait des broussailles de partout, il était assis là et semblait m’attendre. Je me suis présentée, je lui ai expliqué que sa gardienne avait des messages pour lui et il m’a répondu :

Je sais, j’étais à côté d’elle lorsqu’elle te les a écrit. J’ai même essayé de me frotter contre ses jambes mais je passais au travers et elle n’a rien ressenti. Seule ma sœur peut me voir et pour elle c’est très perturbant, elle aimerait s’approcher de moi et me toucher, mais elle n’y arrive pas non plus. C’est traumatisant pour elle de me savoir entre deux et pas accessible, elle sait qu’ici ce n’est plus ma place et cela la peine beaucoup pour elle et pour moi.

Je sais tout cela Voslo et après t’avoir lu le message de ta gardienne, je t’aiderai à rejoindre le jardin des animaux.

J’en suis très heureux, toi au moins tu peux me voir, toi au moins tu peux me parler et j’avais très peur de rester là pour l’éternité. J’aspire tant à rejoindre ce haut lieu féérique où ne règne qu’amour, paix et bonté.

Je lui ai lu les messages :

Je souhaite lui demander si j’ai choisi le bon moment pour la transition et s’il a souffert ? je lui demande pardon de l’avoir laissé à la clinique pendant 4 jours pour la perfusion, de ne pas l’avoir montré au vétérinaire avant que cette foutue maladie s’installe, l’avoir forcé à manger à la seringue, lui dire que c’est l’amour de ma vie, que je l’aime, que nos câlins me manquent, qu’il est partout dans la maison, je le remercie pour tout l’amour qu’il m’a donné, pour son intelligence, sa douceur, sa beauté . Je voulais attendre encore un peu, car un guérisseur devait l’aider sur une photo, hélas reçue trop tard. Tu me manques terriblement, j’espère t’avoir rendu heureux, c’est un grand vide à la maison et ta sœur Béliza te cherche. Auras tu envie qu’on se retrouve ?   tu es dans mon cœur à jamais, et le plus dur c’est de ne pas te toucher, te couvrir de bisous. Je t’aime VOSLO, merci pour tout l’amour que tu m’as donné. Je dois récupérer tes cendres, mon chéri, est-ce que sur la commode de la chambre te convient ? Mille bisous

Oui c’était le bon moment, qu’elle ne doute pas Malgré la perfusion, il n’y avait plus rien à faire, blocage total, c’était le moment pour moi de partir. J’étais sur mon chemin depuis un bon bout de temps et j’avais déjà préparé mon départ. C’est elle qui n’était pas prête, c’est elle qui n’avait pas compris qu’il fallait accepter ma maladie et me laisser remonter pour me reposer et me ressourcer.

Dis-lui que ses regrets, ses doutes, sa culpabilité et surtout sa souffrance m’empêchent de faire la transition, et qu’à ce jour je suis toujours dans son entourage, toujours avec elle et que je puise leur énergie et que, elle ma maman, je l’empêche de faire son deuil.

J’étais son petit garçon et elle était ma maman. Une maman d’amour empreinte de douceur et de beauté. Elle a la beauté de l’âme qu’un certain nombre d’humains peuvent envier. Moi aussi je l’aime profondément et c’est aussi cruel pour elle et encore plus pour moi d’être à ses côtés et de ne plus pouvoir se câliner. Je fais des tentatives pour m’approcher tout près, pour la toucher, me frotter à elle, mais je peux à peine l’effleurer.

J’ai vécu toutes ces années choyé, câliné, que du bonheur. Mes problèmes de santé se sont manifestés à un moment où les anciennes peurs (de l’abandon) bien ancrées dans mes mémoires d’une autre vie, ont ressurgie et qu’elles se sont densifiées et cristallisées dans mon corps physique. C’était un moment difficile de sa vie aussi et cela a fait miroir avec une chose du passé qu’elle n’a pas réglé.

Ma mission consistait à lui apporter l’amour, l’amour qu’un enfant, qu’un petit garçon lui aurait donné. Maintenant qu’elle peut en prendre pleine conscience, elle peut pardonner à son petit enfant intérieur de l’avoir fait souffrir et démarrer son travail de deuil qui l’aidera à se libérer de toute entrave du passé.

Dis-lui que le moment était venu pour moi de la laisser, afin qu’elle puisse en comprendre le sens en faisant appel à toi et que mon âme est éternelle et souhaite après un passage au paradis des animaux, lui revenir pour une autre mission. Je serai toujours son bébé, son petit garçon et je l’aiderai cette fois-ci à se reconnecter à sa source pour avancer sereinement sur son chemin et lui faire découvrir sa mission de vie.

J’étais un chat de type « timbre-poste » et je lui ai appris le détachement affectif, cette mission je la reprendrai aussi, car sentimentalement il y a beaucoup de dépendances d’ordre affectif. Elle ne doit plus avoir de regrets, je sais que ce qu’elle a fait c’était pour mon plus grand bien, pour m’aider à guérir, mais ce n’était pas mon choix, d’où la raison aussi que je sois parti avant l’intervention de ce guérisseur, ce n’est pas un hasard non plus.

Faire un petit passage au jardin des animaux sera bien plus bénéfique pour moi que n’importe quel soin. Après je te reviendrai dans un corps physique en bonne santé.

Pour mes cendres, je te laisse le choix, pour moi ce n’est que les poussières de mon corps physique et elles n’ont aucune importance. L’âme, mon âme est toujours là et c’est ce qui compte. Les cendres tu les poseras à l’endroit que tu estimeras le plus approprié pour toi. C’est à toi de ressentir ce qui te fait le plus de bien.

Mais ne t’attardes pas sur ces détails, pense et crois à mon retour qui ne sera pas très long et nous aurons tous les deux le plaisir de nous câliner et de nous faire des bisous à nouveau. C’est cette vision de la vie que tu dois avoir, pas celle d’une petite urne posée sur la commode.

Je lui transmettrai notre échange Voslo, es-tu prêt maintenant à rejoindre le pont des fleurs où je pourrai t’y accompagner ? Et lorsque je m’arrêterai n’aie pas peur, continue ton chemin et tu pourras gravir les marches de l’escalier de l’arc en ciel.

Je n’ai pas peur, je suis prêt.

Il s’est avancé à mes côtés, il en a allègrement profité pour tournoyer autour de moi et se frotter à moi, je l’ai caressé, il s’est mis à ronronner de plaisir et nous avons emprunté le chemin, au départ très escarpé et rocailleurs, mais qui s’est très vite transformé en un chemin recouvert d’un épais tapis de mousse avec des petites fleurs blanches et qui s’est illuminé de plus en plus.

Arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée, il m’a regardée et m’a remerciée :

Dis-lui merci, merci de m’avoir permis de faire cette belle transition, merci pour tout l’amour qu’elle a en elle et que je suis pressé de la retrouver.

Puis il a continué sa route et s’est noyé dans les lumières de l’arc en ciel.

Au revoir Voslo et à bientôt.

Ice m’attendait tristement sur le chemin, assis sur le train arrière. Avant que je ne m’adresse à lui, il m’a dit :

Que je suis heureux que tu viennes me voir avant Noël, car j’ai compris que tu vas m’aider à rejoindre le jardin des animaux et j’aspire tellement à m’y retrouver et encore avant les fêtes. Tant que je reste ici, je leur puise leur énergie et ils ne peuvent commencer leur deuil.

Oui Ice je t’aiderai à rejoindre le jardin des animaux après t’avoir donné le message et les questions de tes gardiens :

Ice me manque beaucoup car nous étions très proche
peut-on avoir des derniers messages?
pour calmer la douleur de la séparation

Je sais que je leur manque et à moi aussi ils me manquent. J’étais son petit garçon, elle était ma maman et elle m’a choyé et aimé comme son bébé. J’ai été très heureux, je me suis senti aimé et câliné et moi aussi je les remercie pour ce grand bonheur.

Je suis content qu’ils me donnent un dernier adieu, cela va m’aider aussi à enfin faire ma transition. Je sais que ce départ est très cruel pour eux et surtout à la veille des fêtes, mais dis-lui que je lui reviendrai. Mon passage dans l’au-delà sera très court, quelques semaines à peine pour me ressourcer et je lui reviendrai dans le corps physique d’un petit chiot sous la même forme pour continuer ma mission.

Celle-ci n’est pas terminée, je dois l’aider à se reconnecter à sa source pour l’aider à faire table rase du passé, de ce qui pourrait encore entraver son épanouissement. L’aider à s’aimer et à s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Je suis parti, certes trop tôt, mais ici je ne souffre pas, ici je me sens léger, je me sens bien et prêt à me ressourcer pour préparer mon retour.

Dis-lui que je l’aime, que je les aime, et que mon court passage dans leur foyer fut synonyme de pur bonheur et bien-être. Elle est une personne exceptionnelle, dotée d’une grande empathie et mérite qu’on le lui dise, car elle a parfois des états d’âme où elle se trouve en quête d’identité, où elle a besoin de savoir qui elle est et quelle est sa mission, quel est son chemin de vie sur terre.

Moi je lui ai été envoyé pour la guider (ancêtre) et lui faire comprendre que même si la mort est douloureuse, après la mort il y a la renaissance. La perte d’un être cher est toujours très difficile mais fait partie d’un cycle de vie qu’on ne peut éviter. Mais avec la foi de savoir que l’âme est éternelle, qu’on peut continuer de communiquer, d’échanger avec elle, de savoir qu’elle peut vous revenir, qu’on peut se retrouver, doit lui permettre de faire son deuil et d’avoir du baume au cœur.

Même si le manque physique est très présent, de savoir que je suis en paix et très serein au paradis des animaux, doit la remplir d’amour et de joie. Ce ne sera pas mon premier passage et je sais que l’endroit est magnifique.

Si tu te sens prêt Ice, je peux t’accompagner un petit bout de chemin ?

Oui maintenant que tu vas lui laisser mes messages, je peux tranquillement penser à  rejoindre ce haut lieu magique.

Il est venu à côté de moi et nous avons emprunté ce chemin très austère au départ, qui s’est au fur et à mesure de nos pas illuminé, plus on avançait, plus la lumière devenait très vive. Il y avait des milliers d’étoiles qui scintillaient autour de nous, des petites étoiles dorées, argentées et il m’a dit :

C’est vrai Noël c’est demain.

Dis-lui d’être attentive, même si elle ne peut me voir, elle pourra me ressentir, je me manifesterai à elle pour lui souhaiter un joyeux Noël. Qu’elle ne soit pas triste, qu’elle ne pleure pas, que son cœur au contraire soit rempli d’amour et de joie.

Je me suis arrêtée au pont des fleurs et avant de le traverser, il m’a dit :

Dis-lui merci pour tout, merci de m’avoir aidé à faire la transition, merci de m’emmener vers le paradis des animaux avant la nuit sainte. Celle-ci est célébrée majestueusement et la bénédiction vient de la source pour tout le travail que nous accomplissons auprès de vous sur le plan terrestre.

Puis il s’est empressé de traverser le pont des fleurs et s’est dépêché de monter l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Ice, merci à l’univers de m’avoir permis d’aider Ice à rejoindre le paradis des animaux avant Noël.

La rencontre avec Nico s’est faite au milieu d’un chemin très tortueux et très ombragé. Il était allongé sur ses 4 pattes et me regardait comme s’il n’avait jamais vu un humain avant moi. Je lui ai expliqué que ses gardiens m’envoyaient vers lui pour lui donner des messages et aussi parce qu’ils avaient des questions à lui poser.

Je suis au courant, tu vois que je suis toujours là, tu vois que je ne suis pas bien parti et ils n’arrivent pas à trouver la paix, ils se demandent ce qui a pu m’arriver et s’ils ont bien fait de m’aider à partir. Cela les empêche de faire leur deuil et tant que je reste dans leur entourage, je puise dans leur énergie. Dis-leur qu’il n’y avait plus rien à faire d’autre que de m’aider à partir.

Ces plaies sur mon nez et dans ma bouche m’ont beaucoup fait souffrir et je ne pouvais plus ni manger, ni boire. C’était trop douloureux, je ressentais de vives brûlures. Le feu était en moi, je me sentais oppressé et je n’avais plus de forces pour me défendre.  Plus aucune immunité pour combattre cette infection. Celle-ci a été affaiblie, fragilisée avec des défenses amoindries. La manifestation brûlante montrait qu’il y avait de l’irritation, de la colère, une surcharge d’énergie émotionnelle négative. Il n’y avait pas d’autre choix que de m’aider à partir et vous avez pris la bonne décision.

Je n’aimais pas cette nouvelle demeure, où règnent de nombreuses énergies négatives. Cette maison est nocive pour vous et pour vous protéger je me suis chargé l’été dernier d’absorber une énergie, une entité particulièrement mauvaise. C’est la raison pour laquelle je ne pouvais plus rester avec vous  dans la maison et les miaulements étaient des miaulements de désespoir parce que je n’arrivais pas à m’en défaire ; Je me suis battu mais il n’y avait rien à faire, pas moyen de m’en débarrasser et l’arrivée de Nina a encore amplifié la situation.

Je suis devenu agressif, manipulé par ces forces maléfiques et il fallait coûte que coûte que je ne la laisse pas prendre ma place. Je suis désolé, je n’y pouvais rien, c’était plus fort que moi et les médicaments que vous me faisiez prendre et que je détestais ont complètement annihilé mes défenses immunitaires.

Mon corps, tel une explosion a réagi de suite et s’est exprimé de manière violente. Maintenant je me sens bien, je me sens à nouveau plus léger, je n’ai plus de douleurs et je suis de nouveau moi. De l’autre côté du voile, je ne peux plus sentir ces forces maléfiques et elles m’ont libéré, mais tant que je reste ici entre deux, je ne peux me reposer et me ressourcer. Ici ce n’est plus ma place et j’ai besoin d’aide pour partir au jardin des animaux.

Je suis là pour ça Nico, je dois d’abord encore te demander si ta vie a été heureuse avec tes gardiens et aussi te donner un message d’amour de leur part.

 Ce mois de décembre, cela fera deux ans que nous avons emménagé dans cette maison à Peralada. On savait que tu n’étais pas complètement heureux comme ces dix dernières années (peut-être pour la maison, peut-être parce qu’on sortait plus) mais tu continuais à te comporter comme d’habitude avec nous, avec amour et tendresse. Puis vint le mois de juin où ton comportement a changé radicalement. Tu passais toutes les journées et les nuits dans le garage.  Pendant la nuit, tu miaulais sans cesse, comme de souffrance. . Tu ne venais presque plus nous voir. Nous t’avons emmené chez le vétérinaire pour te faire un examen général afin de savoir si un mal physique ou psychique était à l’origine de ton comportement. Tu étais en pleine forme. Nous avons alors pris la décision au mois de juillet d’adopter Nina, une chatte de 4 ans pour te tenir compagnie. On pensait que tu te sentais seul. Malheureusement, c’est la goutte qui a fait déborder le vase.

Tu nous as très vite fait comprendre que tu ne voulais pas partager l’amour que nous avions avec Nina. Nous avons fait venir une comportementaliste pour essayer de résoudre la situation. Mais malheureusement elle a échoué. Les trois mois qui ont suivi, nous avons tant bien que mal vécu au jour le jour, protégeant Nina de tes attaques. Tu t’es alors réfugié dans les combles pour éviter les confrontations avec la nouvelle venue jusqu’à cette dernière semaine de novembre où tu n’arrivais plus à contrôler ton agressivité envers Nina. Nous avons alors décidé après une longue consultation avec notre vétérinaire et un diagnostic du trouble du comportement, de te faire médicaliser. Nous savons que tu as fait un effort considérable en prenant des cachets, toi qui les a toujours rejetés auparavant. Tu as tenu un mois et puis des plaies purulentes sont apparues sur ton nez et dans ta bouche rapidement. Tu n’arrivais plus à manger ni à boire. Et tu as décidé de partir. Mamie a respecté ta décision de t’en aller et de t’aider à le faire.

Aujourd’hui, l’émotionnel a pris le dessus sur le rationnel. La peine que nous ressentons a fais surgir le doute. Avons-nous fait le bon choix, y avait-il une autre solution. Nous avons besoin de savoir si nous avons bien agi ou non à t’aider à partir?

Y a t-il quelque chose que tu voudrais nous dire et que nous avons pas pu résoudre concernant ton changement de comportement?

Peux-tu nous dire si c’est la minette qui est venue te chercher?

As-tu atteint le haut astral et comment te sens tu?

As-tu eu une vie heureuse avec nous?

Messages:

L’ambiance à la maison est des plus tristes. Ta présence nous manque énormément et même Nina n’a plus la joie d’auparavant. Mamie a une angoisse constante qui revient chaque soir, le doute d’avoir fait une erreur la ronge et l’empêche d’avancer. Moi je n’ai plus d’énergie.

Malgré cela, sache que l’on t’envoie tout l’amour que nous avons et que tu resteras à jamais dans nos cœurs et nos esprits.

On te remercie mille fois de l’amour inconditionnel que tu nous as donné pendant toutes ces années.

Et si un jour tu te réincarne, retrouve nous pour que l’on puisse refaire un bout de chemin ensemble si tu le souhaites bien sûr. Voilà “mi niño” comme te disait mamie. On t’aime profondément et tu nous manques énormément.

N’ayez pas de doutes, j’ai été très heureux avec vous, mais cette maison est- particulièrement néfaste et j’ai eu beaucoup de travail pour transmuter ces énergies chaque jour, jusqu’à me faire prendre et ne plus arriver à m’en défaire. Merci pour votre message, vous aussi vous me manquez et je suis triste de vous voir tristes et malheureux. Je vous pompe votre énergie tant que je reste là et c’est très perturbant et inconfortable pour Nina.

J’ai essayé de vous protéger tant que j’ai pu, mais maintenant que vous savez ce qui se trouve ici, faites svp venir quelqu’un pour nettoyer ce lieu. Il y va de votre santé physique et psychique. Nina elle seule ne pourra vous rendre ce service.

Ne t’inquiète pas Nico, je leur transmets tes messages et si tu te sens prêt maintenant, je vais t’accompagner jusqu’au pont des fleurs.

Oui je le suis et mon âme n’aspire qu’à cela. Dis-leur merci aussi pour ces belles années de pur bonheur et surtout dis-leur que si la maison est zen, j’aimerais leur revenir lorsque je me serai reposé et ressourcé.

Puis il s’est mis debout, est venu à mes côtés et nous nous sommes doucement avancés sur ce chemin, au départ très ombrageux bordé d’ombres très bizarres, et au fur et à mesure que nous nous sommes rapprochés du pont des fleurs, le chemin s’est illuminé. Il y brillait mille lumières, des petites étoiles dorées et argentées et des petits cœurs rouges. L’ambiance devenait féérique et il m’a dit « j’adore les petits cœurs ».

Je me suis arrêtée juste avant le pont des fleurs, et il l’a traversé sans hésitation. Arrivé de l’autre côté, il était attendu par un autre chat et ensemble ils ont pris l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Nico, paix à ton âme.

Vick m’attendait sur le chemin, il avait l’air perdu, il m’a regardée avec des yeux très tristes et quand je lui ai expliqué que ses gardiens avaient un message pour lui, son regard s’est illuminé et il s’est rapproché de moi :

Vick on t’aime énormément. On a été heureux avec toi. Merci d’avoir été un merveilleux compagnon. On a passé des moments inoubliables avec toi  (jouer, balade en montagne etc…) mais maintenant il faut que tu ailles au paradis des animaux. On pense à toi, On t’aime et Glider t’aime aussi.

On t’accompagne de tout notre cœur sur ce chemin que tu dois à présent parcourir.

Que je suis heureux qu’après tout ce temps ils ont compris qu’ici ce n’est plus ma place et que tu sois venue me libérer, que tu sois venue pour m’aider à partir au jardin des animaux.

Moi aussi je les aime et j’ai des souvenirs merveilleux avec eux. J’ai été heureux d’être élevé avec les enfants, de les voir arriver et de vivre ces naissances avec beaucoup de joie. Je me suis senti être leur garçon aussi, malgré la différence, ils m’ont considéré comme leur enfant et ce fut le grand bonheur.

Maintenant j’aspire à me reposer et me ressourcer. Je leur reviendrai, mais un petit peu plus tard, j’ai besoin d’un peu plus de temps.

Puis il est venu à mes côtés et nous nous sommes avancés vers le pont des fleurs. Lorsque je me suis arrêté, il s’est arrêté aussi et m’a dit :

Merci pour ce que tu fais, merci à eux

Et il a traversé le pont et s’est dépêché de monter les marches de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Vick, paix à ton âme, repose et ressource toi.

La rencontre avec Sushi s’est faite sur un chemin de terre très austère, il m’attendait et m’a regardée avec des yeux empreints d’une immense tristesse. Je me suis présentée, je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui et il m’a répondu :

Oui je sais, impossible pour elle de faire son deuil tant que je suis dans son entourage et impossible pour moi de partir tant qu’elle est dans cette souffrance. J’en suis triste et malheureux pour elle et cela m’empêche de rejoindre le jardin des animaux.

Je lui ai expliqué que je savais tout ça et que je l’aiderai après lui avoir donné le message de sa gardienne et posé quelques questions, à passer le pont des fleurs et accéder au paradis des animaux.

Je suis heureux, ça fait trop de temps que j’attends ce moment car même si elle n’a pas voulu le reconnaître, si elle n’a pas voulu l’accepter, j’étais sur mon chemin depuis presque un an et mon état physique s’était vraiment dégradé ces dernières semaines.

J’ai eu la chance de pouvoir passer tant d’années auprès d’elle et j’ai eu une vie remplie d’amour. C’était parfois un peu difficile lorsque les enfants étaient plus petits car ça chahutait beaucoup, mais je me suis toujours considéré comme leur grand frère. Oui j’étais son petit garçon aussi, le premier, et ma vie dans leur famille fut synonyme de bonheur.

Qu’elle ne s’inquiète pas, j’étais sur mon chemin,  j’avais bien préparé mon départ et le moment était venu pour moi de faire le grand saut. De partir dans un dernier souffle dans ses bras, était une joie immense car c’était mon souhait. Je n’avais pas envie qu’on m’aide à partir, je souhaitais faire la transition à mon rythme et j’ai eu la chance, grâce à ce vétérinaire qui manque grandement d’empathie, de partir sans euthanasie. Il n’y a pas de hasard, dis-lui que si cet homme a refusé de nous recevoir la première fois, c’est, j’en suis certain, parce que mon vœu était de partir sans la contraindre à prendre cette terrible décision qui lui coutait tant.

J’étais ton petit garçon, c’était un peu comme si tu m’avais donné la vie, et c’était trop difficile pour toi de me l’enlever. Je l’avais compris depuis fort longtemps et j’ai bien géré les douleurs. C’était supportable même la dernière nuit que tu as passé à mes côtés, et mes gémissements n’étaient pas des gémissements de souffrance physique, c’était plus des pleurs, des pleurs pour toi, des pleurs de savoir que tu étais en grande souffrance psychique et que tu paniquais et avais du mal à gérer la situation.

Mais n’aie aucune crainte, tu as fait ce qu’il fallait faire. Tu étais à mes côtés pour partir de l’autre côté et je sais que tu m’aimes et moi aussi.

J’aimerais Sushi te lire son message et ses questions :

Mon petit Sushi avait 16 ans quand il est parti le 26 novembre dernier.

Etait-ce son heure ? Le savait-il ? Aurais-je dû faire le scanner et l’opération mais je ne voulais pas qu’on le « charcute » pour un petit répit ?

Mais cela l’aurait-il sauvé finalement ?

 Pourquoi errait-il parfois dans la maison comme s’il était perdu, il se dirigeait vers le grand miroir et le fixait puis je le voyais me regarder dans le miroir. Y avait-il une signification ? Voyait-il quelqu’un / l’invisible ? Il se dirigeait souvent vers les murs / dans l’encoignure des portes.

La nuit de son agonie, comment l’a-t-il vécue ? A-t-il souffert ? Il a gémi au matin. Sont-ce ses organes qui ont lâché ?

 A-t-il su que je n’arrivais pas prendre la décision de l’euthanasie.

L’ai-je retenu ? A-t-il eu un sursis (après détresse respiratoire où j’avais été chez la veto de garde le 16 oct.), aurait-il dû partir quelques semaines avant déjà ?

Encore une fois, je sais que tu m’aimes et je l’entends lorsque tu me parles, lorsque tu m’appelles. Cela te fait du bien, mais te fait aussi du mal. Tu dois accepter de me laisser partir pour que je puisse me reposer et me ressourcer. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste là, je puise votre énergie et je vous empêche de faire votre deuil. Surtout toi ma maman d’amour.

Tu as bien fait de refuser toute investigation supplémentaire ; J’avais un bel âge et je mérite maintenant, que ma mission est terminée, de remonter me reposer et me ressourcer quelque temps avant de te revenir pour un nouveau travail auprès de toi. Tu as su, par ta grande détermination, me garder encore quelques semaines de plus et fort heureusement refusé l’euthanasie car mon heure était venue. Aussi bien mon cœur que ma tête et tout mon corps ont lâché.

Oui j’ai souffert d’un problème à la tête et je me sentais souvent perdu. J’avais des absences et par moment des difficultés à savoir où je me trouvais. Ces problèmes neurologiques (tumeur) m’ont perturbé et j’avais l’impression de ne plus être moi-même. Ce n’était pas douloureux mais ça me créait des peurs et des angoisses. J’avais du mal à reconnaître les lieux, à te reconnaître, je voyais des formes, des ombres et je cherchais des repères (murs, encoignure des portes). Cela n’a rien à voir avec des êtres invisibles rassure-toi, ils en passent mais ne restent pas.

Ma mission consistait à la protéger, à l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur et le chérir lorsqu’elle me câlinait. J’étais là pour qu’elle arrive à faire la paix avec elle-même et l’aider dans son rôle de mère, l’aider à élever et éduquer ses enfants. J’ai bien réussi cette mission et je lui reviendrai sous la même forme pour reprendre ce travail et l’amener à les rendre indépendants et voler de leurs propres ailes lorsque le moment sera venu.

Lorsqu’elle se mettra à ma recherche, elle n’aura aucun doute, elle saura qui je suis au premier regard et qu’elle ne doute pas, c’était bien mes cendres, c’était bien moi dans la petite urne. J’étais là à ses côtés dans ce dernier recueillement, cette dernière étape et de me voir froid et recroquevillé sur le chariot l’a énormément choqué.

Dis-lui que ce n’était que mon corps physique, mon vieux corps usé, endolori et malade qui était couché là. Mon âme, elle est éternelle et restera toujours reliée à elle. Qu’elle y croit, c’est important, car mon âme lui restera toujours fidèle et se réincarnera dans le corps d’un autre chien qu’elle aimera et chérira tout autant et encore plus car il y aura le plaisir, la grande joie des retrouvailles. C’est important de le savoir, cela doit lui permettre de commencer son deuil et d’attendre mon retour.

Je lui transmettrai tes messages et tes réponses Sushi. Es-tu prêt maintenant à rejoindre le paradis des animaux ?

Oui je le suis, de là-haut je pourrai lui envoyer des signes.

Puis il s’est mis debout à côté de moi et ensemble nous avons emprunté le beau chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Arrivés au pont des fleurs je me suis arrêtée et il l’a traversé d’abord très lentement, puis de plus en plus vite, attiré par ce magnifique escalier de l’arc en ciel qui l’attendait de l’autre côté. Il s’est arrêté juste avant et m’a fait un salut de la tête et s’est empressé de gravir l’escalier et s’y est noyé.

Au revoir Sushi, profite de ce havre de paix pour te reposer et te ressourcer.

Ma rencontre avec Charly s’est faite dans cette belle prairie qui se trouve juste après le pont des fleurs et juste avant le paradis des animaux. C’est un endroit extrêmement agréable avec des herbes vert fluo et des petites fleurs de toutes les couleurs. Il était debout sur ses 4 pattes et se promenait un peu par ci un peu par là d’un air nonchalant et heureux. Ses yeux pétillaient et lorsque je me suis présentée et que je lui expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui, il m’a répondu :

Je m’en doutais, je savais qu’elle se manifesterait d’une manière ou d’une autre, et j’attendais ce moment avec impatience.

Tu veux donc bien répondre à quelques-unes de ses questions Charly ?

Charly as-tu été heureux près de moi et de mes petites chéries ?

 

– Depuis plus d’un an, tu déclinais (aveugle, sourd, cœur fatigué…), mais j’avais l’impression que tu étais heureux malgré tout. Tu me montrais ta joie quand je rentrais du travail, nous partagions de grands moments de câlins. J’ai tout fait pour te rendre la vie agréable et facile… enfin, je crois. Ai-je bien agi en faisant tout pour te garder près de moi le plus longtemps possible ?

 

– Tu es parti à la maison et malgré ma douleur, j’ai l’impression que tu es parti sereinement.  Est-ce que c’est le cas ? Tu étais si calme, si tendre pendant cette dernière heure. J’ai l’impression que tu m’as fait un merveilleux cadeau juste avant de partir en m’offrant ce moment de tendresse incroyable. As-tu été accueilli à ton arrivé par des êtres aimés ? Ils sont nombreux, humains et animaux, à t’avoir aimé et à être partis avant toi.

 

Enfin, si tu le peux ou si tu le veux, s’il te plait, envoie moi un signe (dans un rêve ou autre).

Bien sûr que je vais y répondre, je sais combien mes réponses sont importantes pour elle. C’est ma gardienne d’amour et ma mission comme celle de la précédente était de l’aider à se reconnecter à sa source, à son petit enfant intérieur pour l’aider à avancer sur son chemin et surtout l’aider à prendre confiance en elle.

Elle sait au plus profond d’elle que j’ai été très heureux avec elle et dans sa demeure. Et elle a malgré tout besoin que je la rassure, que je le lui confirme et j’en profite pour lui dire que je n’ai pas terminé ma mission et que je lui reviendrai pour la continuer et la guider, plus sur un autre plan spirituel.

Avant de lui répondre, je dois lui dire que j’étais déjà chez elle, même si elle ne peut le croire, elle a quand même du comprendre que Wasp c’était moi. Elle m’a adopté et se turlupinait l’esprit car elle n’arrêtait pas de penser à son croisé labrador et lévrier et les doutes l’ont envahie, elle s’est demandé si elle a bien fait, si elle arriverait à m’aimer. Pourtant dès le premier regard nos âmes étaient en connexion et je croyais qu’elle avait compris que même si je n’avais plus la même enveloppe physique, mon âme était reliée à elle et de retour chez elle.

Pour moi, tout est très rapidement revenu comme avant et j’étais heureux de retrouver ma maman d’amour. Elle me l’a bien rendu, la relation a vite repris un sens un peu plus fusionnel et j’étais comblé.

Elle aussi, je le sais, tant de fois nous nous sommes câlinés et elle a retrouvé son double, son enfant intérieur en moi. Quelle quiétude de pouvoir s’ouvrir à tant d’amour, ce qui rend mon départ d’autant plus difficile pour elle. Les moments de tendresse que nous passions ensemble dépassaient toute forme ou autre nature.

J’étais sur mon chemin, c’est exact et cela depuis plus d’un an. J’avais en effet des problèmes de santé, j’étais aveugle et sourd et le cœur fatigué, mais malgré cela, toujours heureux d’être à tes côtés et surtout j’avais le souhait de faire la transition à mon rythme à la maison et de t’accompagner le plus longtemps possible. Cette joie m’a été donnée, tu l’avais compris, tous les deux nous avions besoin de temps et surtout nous souhaitions un départ dans la lumière avec beaucoup d’amour et de tendresse.

J’étais prêt et j’ai eu de l’aide. Oui les êtres de la Nature étaient là, nombreux à me tendre la patte, des humains aimés et adorés et d’autres animaux aussi. Je n’avais pas peur, j’étais en totale confiance et surtout je me sentais serein et apaisé et j’ai passé cette dernière heure avec toi dans l’amour et la compréhension mutuelle. Plus d’un de mes congénères aimerait vivre un tel départ. J’ai été accompagné dans la lumière et il me suffit à présent de pousser la porte du paradis pour me reposer et me ressourcer. Ce ne sera pas long car toutes les conditions étaient réunies pour que je parte et accède très vite à ce haut lieu magique où ne règne que paix et harmonie.

Oui je peux t’envoyer des signes, je t’en ai déjà envoyés, comme l’autre jour lorsque tu as eu l’impression de me sentir, oui c’était ma présence que tu percevais et il y en aura d’autres. Mais n’oublie pas que nous sommes reliés et que je veux te revenir. Dès que tu te mettras à ma recherche, je serai comme par le passé, fidèle au rendez-vous. Même si cela ne fait pas partie de tes croyances, la réincarnation existe et je suis pressé de te retrouver.

Je t’aime, tu es ma maman d’amour.

Lorsque je suis arrivée sur le chemin, Jackpot, assis sur son arrière train, m’attendait. Je me suis présentée à lui et il m’a regardée d’un air penaud. Il a baissé la tête et semblait ne pas comprendre la raison de notre rencontre. Je lui expliqué que sa gardienne m’avait envoyée vers lui pour lui donner un message et qu’elle souhaitait aussi par mon intermédiaire, lui poser quelques questions. Il a relevé la tête, il avait un regard perdu et ses yeux exprimaient une grande tristesse. Je lui ai lu le message et les questions :

Mon Jackpot. 

Tu m’as comblée d’amour, de tendresse, de présence, de soutien pendant ces 3 ans et 8 mois. Tu m’as tellement apporté et j’ai beaucoup appris sur moi. Je t’en remercie. Merci d’avoir partagé ma vie. Tu me manques tellement. Tu laisses un vide en moi et autour de moi. Je te sens et te vois partout. Le moindre fait et geste, tu es là. Je sais que tu es encore là, pas loin. Tu étais un chien extrêmement gentil et affectueux. 

Tu es et tu resteras à tout jamais dans mon cœur. L’univers a décidé que nos chemins devaient se séparer. Le plus dur, pour aujourd’hui, est de l’accepter mon titoune. Tout ce que j’aimerais, c’est que tu passes de l’autre côté avec sérénité. Si tu te sens mieux maintenant, je serai rassurée et j’irai mieux. Je t’aime tellement, ne l’oublie pas. 

 

Questions : 

– les vétérinaires m’avaient dit qu’ils avaient tout fait. Mais je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser mon Loulou. Lorsqu’ils t’ont apporté, tu étais dans un tel état d’excitation que j’avais peur que tu sois entrain de souffrir !!!  Ai-je tout fait pour ta maladie ? Ai-je bien fait ? Ai-je bien fait de les écouter ?

– quelle était ta mission auprès de moi pour être parti aussi tôt ? 

– comment te sens-tu maintenant ? 

– est-ce que tu te plais là où tu es ? 

– est-ce que tu reviendras, un jour, auprès de moi ?

Je t’aime ♥♥♥♥

 Lorsque j’avais terminé, il m’a regardée et cette fois-ci son regard s’est illuminé. Ses yeux reprenaient vie et je pouvais y apercevoir des petites étoiles qui y brillaient. Il m’a dit :

Merci, dis-lui merci, je n’ai pas compris ce qui m’arrivait, je n’avais pas préparé mon départ et j’ai pris cela comme un abandon. Dis-lui merci pour ce beau message d’amour, dis-lui que moi aussi je l’aime et que même si je suis toujours dans son entourage,  elle me manque aussi.

Ensemble nous avons vécu ces années avec beaucoup d’amour l’un pour l’autre. Nous étions très fusionnels, ce n’était pas ma gardienne, c’était ma maman et j’étais et je resterai toujours son petit garçon.

Bien sûr que je reviendrai chez elle, mais pour cela je dois d’abord partir, tant que je reste là à puiser son énergie, tant que je ne suis pas monté pour me reposer et me ressourcer, je ne peux pas lui revenir.

Je suis là pour ça Jackpot, je te guiderai jusqu’au pont des fleurs après notre échange, mais acceptes-tu de répondre à ses questions ?

C’est nécessaire car le doute et la culpabilité se sont installés en elle. Dis-lui que je n’étais pas prêt, je n’avais pas compris ce qui m’arrivait, je n’avais pas préparé mon départ. Mais même si on me l’avait expliqué, je ne l’aurais probablement pas compris davantage. J’étais très malade depuis bien longtemps et ces crises (épilepsie) ont bien et pratiquement totalement détruit les cellules de mon cerveau. Je n’avais presque plus de répit, les attaques s’enchaînaient les unes après les autres et j’en souffrais beaucoup.

D’avoir pris la décision de m’aider à partir a été une sage décision, je dois le lui dire, car maintenant je n’ai plus de douleur, je me sens bien et j’attends de pouvoir rejoindre le jardin des animaux, car ici ce n’est plus ma place.

Je pouvais partir depuis un moment, ma mission auprès d’elle était terminée depuis près d’une année, et je souhaite cette fois-ci lui revenir avec une nouvelle mission. J’étais chargé de l’aider dans un moment difficile de sa vie. J’étais là pour lui montrer que la dépendance et la co-dépendance (le sens exact de notre relation) dans cette incarnation étaient des états, des fonctionnements néfastes qui l’empêchent de vivre, qui l’empêchent d’être bien dans sa tête et dans son corps, qui nuisent terriblement à sa santé et altèrent et détruisent toutes les cellules de son corps, mais aussi les relations avec les autres.

On vit, on s’enferme à l’intérieur de soi et plus rien n’est cohérent et logique. Et puis il y a la peur, la peur de l’abandon, car notre esprit ,lorsqu’il est lucide, a bien conscience qu’à un moment ou un autre, on risque d’être abandonné et inconsciemment on va chercher des êtres qui ne sont pas dignes de nous et nous mettent dans cette situation… Tout cela se traduit par un processus très difficile à dénouer et j’étais là pour te mettre en face de tes responsabilités.

J’ai réussi ma mission et j’en suis très heureux. Tu as réussi à trouver la voie, ta mission de vie et à travers celle-ci, tu vas aider de nombreux humains en difficulté, mais aussi toi à te reconnecter à une existence qui mérite d’être vécue dans l’amour, la joie et la confiance. Et je veux revenir chez toi pour t’aider à avancer sur ton chemin spirituel aussi, et vivre une relation d’amour inconditionnel à tes côtés. Je veux t’aider à construire une relation durable empreinte de respect et d’amour.

Je me charge de lui transmettre tes messages Jackpot, es-tu maintenant prêt à rejoindre le paradis des animaux ?

Oui plus que jamais.

Il est venu tout frétillant à mes côtés, nous avons commencé à marcher sur ce très beau chemin de lumière qui s’ouvrait à nous et il a traversé le pont des fleurs en courant et aboyant. Arrivé de l’autre côté, il faisait des grands sauts de joie. Il était content et s’est dépêché de gravir l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Jackpot, ton âme a trouvé la paix.

Opale assise sur son arrière train m’attendait sur un chemin en béton. A mon approche elle s’est levée et elle est venue vers moi. Je me suis présentée et elle m’a dit :

Que je suis heureuse de savoir que tu me vois et que tu sais que je ne suis pas encore partie au jardin des animaux et j’espère que je pourrai le rejoindre après.

Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui poser quelques questions et je l’ai rassurée que j’allais l’accompagner au pont des fleurs après notre échange.

Mon départ lui est très difficile, plus qu’elle ne pouvait se l’imaginer. Sa souffrance et sa culpabilité m’empêchent de partir, elle n’était pas prête et elle a peur de ne pas avoir fait le bon choix.

Dis-lui que je ne lui en veux pas, elle a pris la bonne décision, il n’y avait plus rien à faire pour moi et m’aider à partir a été un réel soulagement. S’acharner à m’opérer ne servait à rien sauf à te faire dépenser de l’argent pour rien. J’aurais gardé un handicap. Maintenant je n’ai plus aucune douleur, mais je ne suis pas heureuse ici. Je ne peux l’être, ce n’est plus ma place ici et tant que je reste dans leur entourage elle ne peut trouver la paix et faire son deuil et Even en est perturbé. Je pompe leur énergie et ils ressentent une grande fatigue, une grande lassitude.

Dis-lui que je l’aime, que je suis tout le temps à côté d’elle, que je l’entends lorsqu’elle me parle mais que tant que je suis entre deux je ne peux pas lui envoyer de signe. Et c’est traumatisant pour Even car ici ce n’est plus ma place et je ne pourrai communiquer et leur envoyer des signes que lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux.

Dis-lui que j’étais sur mon chemin, je préparais mon départ et de pouvoir me reposer et me ressourcer quelques semaines avant de lui revenir dans un corps physique en pleine forme, est nécessaire. Mais pour cela elle doit me laisser partir et comprendre que même si parfois on se trouve dans des situations désespérantes, on n’est pas seul, qu’il suffit de chercher de l’aider, de regarder autour de soi, d’oser exprimer sa peine et son désarroi et on trouve une solution et quelqu’un qui vient à votre secours.

Elle est d’une nature très cartésienne et assez méfiante. Elle a peur de croire en ce qui n’existe pas et pourtant cela existe vraiment.

Dis-lui que nous les animaux nous sommes entre deux, le monde visible et le monde invisible. Nous pouvons voir ce que vous voyez, mais nous pouvons aussi voir de que vous ne voyez pas. Even me voit mais sait qu’ici ce n’est plus ma place et elle ressent beaucoup de peine. Le manque de ma présence physique, mais aussi de la tristesse de me savoir bloquée ici. Lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux, vous ressentirez un mieux-être et vous serez apaisés.

Mirabelle, je ne pourrai la rencontrer de l’autre côté, Mirabelle c’était moi, oui nous étions déjà ensemble et je croyais que tu l’avais compris. Jody elle, elle m’attend, je sais qu’elle se trouve de l’autre côté du pont pour me guider dans l’au-delà. Elle est souvent venue me voir mais ta peine et ta douleur m’empêchaient de la suivre.

J’avais une mission auprès de toi, celle de t’aider à avancer sur ton chemin et à t’ouvrir à l’amour inconditionnel. Je ne l’ai pas terminée cette mission, je t’ai aidée à te reconnecter à ton petit enfant intérieur mais tu n’as pas encore eu le temps de faire la paix avec lui, de lui demander pardon de le faire toujours encore manquer d’amour. Tu es un être sensible et tu dois prendre confiance en toi et en la vie et l’univers te le rendra.

Moi je te reviendrai en « golden » bien entendu. Tu n’attends que cela et je me mettrai sur ton chemin lorsque tu te mettras à ma recherche, et je serai très heureuse de reprendre mes services auprès de toi, car toi aussi tu as le droit d’être heureuse et de vivre la vie, la vraie vie dans le présent, dans l’ici et maintenant et pas dans le passé. De vivre avec des bagages que l’on refuse de déposer nous empêche d’évoluer et d’avancer sur son chemin et elle a besoin de reconnaissance et de savoir quelle est sa mission sur cette terre. Je serai là pour l’accompagner, l’aimer et la soutenir. Je l’aime, c’est ma maman et je suis reliée à elle et oser dire qu’on aime aussi, exprimer ses sentiments et ce que l’on ressent nous libère et nous ouvre la porte pour faire entrer le soleil dans notre cœur. Qu’elle ose l’ouvrir cette porte, cela changera bien sa vie.

Je lui transmets tes messages Opale, es-tu maintenant prête à partir ?

Oui je le suis.

Elle est venue à côté de moi, elle a tourné autour de moi et de sa tête me donnait des petits coups dans les fesses, je l’ai caressée, elle n’attendait que ça, l’expression de ses yeux en disait long, elle a poussé des petits soupirs de satisfaction et ensemble nous nous sommes avancées sur le chemin. Celui-ci très triste au départ s’est transformé en un magnifique chemin avec des petites lumières de partout, et elle m’a dit :

J’espère que mon départ lui rendra la joie et le sourire. De là-haut je pourrai lui envoyer de bonnes énergies et je lui ferai des petits coucous qu’elle n’aura aucun mal à reconnaître, il faut juste qu’elle y soit un peu attentive.

Arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée et elle m’a dit :

Merci, merci à elle, à toi

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans ce magnifique arc en ciel.

Au revoir Opale, tu es précieuse et tu portes bien ton nom !

Communication du 23/12/2017 :

La connexion avec Opale s’est faite au jardin des animaux. Elle était couchée sur son ventre et m’a regardée d’un air très reconnaissant.

Encore merci de m’avoir accompagnée jusqu’au pont des fleurs, après c’était facile, je me suis sentie aspirée et je me suis dépêché de gravir l’escalier de l’arc en ciel.

Dis-lui qu’ici je suis bien, tout est tellement beau et harmonieux et que j’essaye de lui envoyer des signes, mais elle ne les reconnaît pas. Elle n’est tellement pas bien qu’elle est fermée à tout ce qui se passe autour d’elle et elle ne voit rien. Et pourtant, le nombre de fois qu’elle pouvait me voir dans le ciel, dans les nuages, cette silhouette de Golden, oui c’était bien moi.

Et on communique avec Even depuis que j’ai rejoint le paradis des animaux et elle va mieux, sauf qu’elle est inquiète pour notre gardienne et qu’elle se fait du souci pour elle.

Dis-lui que lorsqu’elle ira mieux, Even ira mieux aussi.

Dis-lui aussi de penser à mon retour et de ne pas douter lorsqu’elle se mettra à ma recherche. Je me mettrai sur son chemin et elle saura me reconnaître. La confiance n’est pas son fort, elle n’a confiance ni en elle ni en la vie et j’ai  encore beaucoup de travail auprès d’elle.

Dis-lui que si je ne me suis pas réincarnée dans le corps physique de Jody c’est parce que je ne le pouvais pas. Lorsque Jody est arrivée, j’étais encore là car la souffrance qu’elle a ressentie à la mort de Mirabelle était aussi très vive et douloureuse et il n’y a qu’avec l’arrivée de Jody qu’elle a pu faire son deuil et moi ça m’a libérée et j’ai pu rejoindre le jardin des animaux. Voilà la raison pour laquelle Mirabelle n’a pas pu lui revenir tout de suite, voilà pourquoi elle a été obligée d’attendre jusqu’au départ de Jody.

Si à travers notre 1er échange elle n’a pas su me reconnaître, c’est tout simplement parce qu’elle n’a toujours pas accepté mon départ, c’est parce qu’elle n’est pas elle et qu’elle a des doutes. Nous étions très fusionnelles toutes les deux et j’adorais me coucher à ses pieds.

Elle était ma gardienne d’amour et j’étais là pour lui donner tous les câlins et l’amour dont elle avait besoin et je lui reviendrai pour ça aussi.

Néo m’attendait assis sur son arrière train. Il m’a regardée avec des yeux tristes et lorsque je me suis adressée à lui, il m’a dit :

Je sais pourquoi tu es là, je suis toujours encore là à ses côtés, sa culpabilité m’empêche de partir et je suis ici entre deux. Ce n’est plus ma place et je commençais à croire que j’allais encore y rester très longtemps, car elle m’a aidé à partir mais elle n’était pas prête, moi non plus, ce qui fait que j’ai du mal à faire ma transition et partir au jardin des animaux.

Je suis très content que tu sois venue jusqu’à moi et j’espère que tu m’aideras à rejoindre le pont des fleurs. Je le connais, ce n’est pas ma première incarnation et mon 1er départ, je suis déjà passé de l’autre côté du pont et je sais que l’endroit est merveilleux.

Je t’accompagnerai jusqu’au pont Neo, mais j’ai d’abord des messages et des questions de la part de ta gardienne.

Je souhaiterai que vous lui disiez que je regrette ce que j’ai fait et qu’il me manque énormément que je n’étais pas prête à notre séparation. Que je ne me rendais pas compte de la place et l’amour qu’il apportait à ma vie


Demandez-lui comment il va, est-il en heureux, en paix et est ce qu’il me pardonne pour ce que je lui ai fait.


Dites-lui que je l’aime et qu’il sera toujours dans mon cœur.

Je sais que tu n’étais pas prête, d’où cette grande souffrance et cette culpabilité. Moi aussi j’aurais aimé mieux préparer mon départ, mais les choses sont ainsi et il ne faut pas vivre dans les regrets. Il faut toujours assumer ses choix en cœur et âme, sinon on vit dans le passé, dans les regrets et on n’avance plus dans la vie. Je sais que tu n’avais pas conscience de la place que j’occupe dans ton cœur parce que justement tu ne vis pas toujours dans l’ici et maintenant, tu n’es pas centrée et reliée à la terre.

Trop de stress ? Trop d’angoisses ? Peut-être… mais ma mission consistait à te ramener à toi, à ta source, à ton petit enfant intérieur pour te permettre de vivre dans le présent. Je n’ai pas terminé cette mission et lorsque je me serai reposé et ressourcé, je pourrai te revenir pour la continuer.

Moi aussi je t’aime et il m’importe que tu prennes conscience qu’il faut toujours trouver et garder un équilibre dans la vie. C’est incontournable pour pouvoir avancer sur son chemin. Tu n’as pas encore compris quel est ton chemin de vie et je reviendrai aussi pour te montrer la voie. J’étais là pour te permettre de chérir ton petit enfant intérieur, mais tu n’en as pas compris le sens et mon départ doit justement t’aider à comprendre qu’il est important d’être aligné avec son cœur et son esprit. Lorsqu’on ne l’est pas on ne vit pas les choses, on les subit et on ne peut trouver le bonheur et le bien-être. Je ne vais pas mal, je n’ai plus aucune douleur mais je reste ici à pomper ton énergie et tant que je suis là tu ne peux faire ton deuil.

Surtout ne reste pas dans les regrets et pense que si tu le veux bien, je peux te revenir. Nous les animaux pouvons, après avoir fait un passage là-haut, vous revenir très vite. Et lorsque tu te mettras à ma recherche, je saurai me mettre sur ton chemin. Nous pourrons cette fois-ci, tous les deux, nous retrouver pour vivre une nouvelle aventure ensemble et mon aller/retour t’aura permis de comprendre bien des choses.

Je me charge de transmettre les messages Néo. Es-tu prêt à partir maintenant ?

Je n’attends que ça depuis tout ce temps, j’étais dans son ombre et je puisais dans ses ressources. Mon départ lui permettra de se sentir mieux, de lâcher prise avec sa culpabilité et de retrouver la paix dans son cœur et son esprit.

Il s’est mis debout, il est venu à mes côtés, et ensemble nous avons emprunté le chemin qui s’ouvrait à nous. Celui-ci tout d’abord austère s’est transformé en un joli chemin de lumière avec des  petites fleurs de toutes les couleurs. Arrivés au pont des fleurs, il s’est arrêté et m’a dit :

Merci, merci pour ce que tu fais pour nous et dis-lui surtout  que je ne lui en veux pas. Je l’aime et je n’ai qu’une seule envie, c’est de la retrouver après mon passage dans l’au-delà.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans cette magnifique lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Néo, paix à ton âme !

La connexion avec Uchamakan s’est faite dans un immense pré avec des herbes hautes d’un vert et jaune presque fluo. Il était entouré de lumière, d’une lumière d’un jaune pâle avec des rayons dorés et oranges. Il gambadait dans ce pré, il avait l’air heureux et s’est arrêté lorsque je l’ai appelé. Il s’est retourné apparemment surpris de me voir dans ce lieu magique et je lui ai expliqué que sa gardienne et sa maman avaient des messages pour lui et des questions à lui poser :

Nos messages et questions pour lui:

-Uchamakan nous n’avons pas voulu nous débarrasser de toi, nous t’avons envoyé pour te faire soigner. Mais tu étais très malade, ils n’ont pas réussi à te soigner.

-Ta maman aimera savoir si tu savais que tu allais partir? Si tu as eu mal et peur?
-Ton Dadou t’aime, tu lui manques beaucoup, mais il est très courageux et accepte de rester seul au pré et au box.

-Ta maman: «  Je te remercie pour tous les merveilleux moment que tu m’as fait vivre. Merci d’avoir été ce cheval si compliqué mais aussi si facile avec un cœur énorme. Merci de m’avoir fait grandir et amené dans une équitation plus belle. Merci de m’avoir fait devenir une jeune femme équilibré et tournée vers la compréhension de ce monde. Merci de m’avoir fait rêver en me donnant autant. Merci de m’avoir pardonné mes erreurs pour lesquels je m’excuse encore du font du cœur. Tu es parti de ma vie aussi vite que tu y es entré, mais tu l’auras changé à jamais en lui donnant un sens. Tu as été le maitre de vie dont j’avais besoin. Je ne te l’ai surement jamais assez montré mais je tenais énormément à toi. Tu seras gravé dans mon âme pour toujours. C’est surement égoïste mais j’aimerai que tu me reviennes vite. Pourtant je sais que tu as surement à faire auprès d’autres personnes. Tu es un être rempli de bonté et de sagesse. J’espère que ceux qui auront la chance de croiser ta route sauront t’écouter, afin de découvrir la réalité dure et merveilleuse que tu pourras leur apporter. Je suis si fière de toi. Je t’aime mon magnifique petit ange, sois heureux. »

-Ta deuxième maman: «  Je t’aime, tu me manques beaucoup. Je te souhaite beaucoup de bonheur et de bien être là où tu es. Je garde dans mon cœur les bons moments où nous avons ri ensemble. Là bébé là. Vas bébé vas. »

-Choupy t’aime aussi. Les ânes et Trésor te font coucou et t’aiment.

-Est-ce que tu reviendras avec nous bientôt? Fais-nous un signe alors que l’on sache.

Après lui avoir lu les messages et questions, il est venu à moi et plus il se rapprochait, plus il devenait gigantesque de par sa taille. J’ai tout de suite saisi que j’avais affaire à un cheval pas comme les autres et il a pris la parole :

Oui je ne t’attendais pas dans cet endroit, cette dimension qui n’est pas la tienne, mais si tu y as accès, c’est que ton âme est pure et ton cœur rempli d’amour et d’empathie. Je suis heureux de te recevoir dans ce havre de paix.

Dis-leur que je sais très bien qu’ils n’ont pas voulu se débarrasser de moi et je suis bien triste pour elles, mais ma maladie n’était pas une maladie en soi, elle s’est manifestée parce que j’avais terminé ma mission auprès de toi (Manon) et que je devais remonter pour me reposer et me ressourcer quelque temps afin de pouvoir redescendre pour un nouveau travail. C’est vrai je suis un sage, un être de lumière envoyé (homme âgé ancêtre) et que j’étais chargé de veiller sur toi et t’aider à grandir. Je savais que j’allais partir et mon départ était préparé depuis bien longtemps, depuis presque un an. Ma douleur était tout à fait supportable, j’ai placé mon esprit au-dessus des souffrances et je n’avais pas peur.

Ne vous inquiétez pas pour moi et ne culpabilisez pas. Vous avez fait ce que vous deviez faire pour moi et je vous remercie de m’avoir aidé. J’ai été rappelé, car pendant quelques semaines on a besoin de moi là-haut pour une mission très particulière et qui touche le monde animal sur un plan terrestre bien maltraité à l’approche de ces fêtes (volailles, oies, canards…)  De là-haut je serai plus efficace pour leur venir en aide.

Je suis triste et navré de vous causer de la peine, mais je n’avais pas le choix, il fallait que je parte, mais où que je sois, je reste relié à toi car envoyé par ton ange gardien.

Moi aussi je t’aime et c’est moi qui suis heureux et fier de la jeune femme que tu es devenue. C’était ma mission, c’était mon travail et je l’ai réussi sans trop de difficultés car même si tu as eu des doutes, tu sais qui tu es et tu as très vite pris confiance en toi. Comme les grands maîtres, mon énergie auprès de toi t’a entourée et noyée avec beaucoup d’humilité et de bonté, et ton cœur aujourd’hui est aussi rempli d’amour et d’empathie.

Tu as bien compris que je vibrais sur un autre plan et cette énergie t’a empreinte d’une grande maturité et sagesse. Je sais que je manque à Dadou, mais il n’est pas le seul, physiquement oui, mais tu sais que nous les âmes du règne animal communiquons avec l’au-delà et nous nous parlons souvent. Il m’arrive aussi de venir le voir et vous aussi, même si vous ne l’avez peut-être pas compris. Pareil pour Choupy et Trésor. Ils savent que je suis bien et heureux et surtout eux ils savent tous que je vais vous revenir.

J’ai accompli mon travail en partie, celui de t’aider à grandir et entrer dans la vie, mais tu auras encore besoin de moi et je serai heureux de t’accompagner dans ta vie et encore plus t’enseigner la coopération et t’ouvrir à l’amour inconditionnel. Ma 2e maman comme elle le dit si bien est aussi présente dans mon cœur, je l’adore et ne l’oublie pas.

Dis-leur que je leur ferai un joli signe pour les fêtes le soir du réveillon, ils auront un magnifique signe de ma part et que j’espère qu’elles se mettront à ma recherche après les fêtes car je compte bien leur revenir. Je suis un guide et je pourrai leur envoyer de bonnes ondes de là-haut, mais ma mission consiste à partager du temps avec elles et surtout d’apporter à ma gardienne cette relation fusionnelle dont elle a besoin lorsque nous sommes ensemble. Cela la rempli de force et de courage.

Je les aime.

La connexion avec Sophia s’est faite sur un chemin très accidenté. Elle était allongée sur son flanc droit et m’a dit, après m’être présentée à elle :

Je suis très heureuse qu’on m’envoie quelqu’un capable de me comprendre et de m’entendre car j’ai besoin d’aide pour faire mon passage dans l’au-delà. Ici ce n’est plus ma place mais les souffrances accumulées au cours de ma courte vie terrestre m’empêchent de partir au jardin des animaux.

Je t’aiderai Sophia à faire le passage, mais dis-moi si tu es au courant de ton adoption prévue en France chez une gardienne avec un cœur rempli d’amour et d’empathie pour les animaux et surtout les chats ?

Oui je le savais, mais je ne voulais pas y aller. J’ai tellement souffert de la cruauté humaine que la pauvre aurait eu beaucoup de mal même avec un cœur rempli d’amour, de me mettre en confiance et surtout mon handicap (incontinence) aurait été très difficile pour elle. J’ai préféré partir (blocage des reins) pour me reposer et me ressourcer afin de pouvoir peut-être un jour lui revenir dans le corps physique d’un chat en bonne santé.

Dis-lui que c’est tout à son honneur de vouloir s’occuper de chats handicapés, mais Dieu sait que ça reste une tâche difficile à assumer et elle n’a pas à se sacrifier pour un chat qui n’a, pour être honnête, aucun lien spirituel avec elle. Celui-ci se serait créé et se peut encore, car de là-haut je pourrai la guider et l’accompagner sur son chemin de vie.

Amour et gratitude à cet être empreint d’une grande générosité, capable du don de soi pour le monde animal. Si son action pouvait servir d’exemple et donner une leçon de vie aux humains, l’univers le lui rendra.

Je transmettrai ton message Sophia, es-tu maintenant prête à partir ?

Elle est venue à côté de moi et je l’ai accompagnée jusqu’au pont des fleurs. Elle l’a traversé sans se retourner. Arrivée de l’autre côté, elle m’a dit merci à elle, merci à toi et s’est noyée dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Sophia, retrouve la paix dans ton âme.

Sans grande surprise, Gaya m’attendait sur le chemin, un chemin tortueux avec des herbes très hautes et des ronces. Elle m’a regardée et m’a dit :

Oui l’endroit ici n’est pas très avenant, et j’ai hâte de rejoindre le jardin des animaux.

Je suis là pour t’accompagner Gaya, mais j’ai d’abord un message de ta gardienne et elle souhaite aussi te poser quelques questions :

Je suis vraiment désolée de ne pas avoir compris pendant toutes ces années qu’elle avait un problème de reins et que c’est pour cela qu’elle faisait pipi dans la douche ou sur les tapis. Je m’en veux terriblement car c’était vraiment mon bébé d’amour, ma petite princesse et je l’aime de tout mon cœur. J’ai l’impression de ne pas avoir été une bonne maman. Je ne sais pas comment me pardonner à moi-même. J’espère qu’elle est soulagée maintenant. Elle me manque terriblement et à mes parents aussi. J’ai très mal, c’était très dur de la laisser partir et maintenant d’imaginer le futur sans elle. Je la remercie de m’avoir choisie il y a 6 ans et grâce à elle j’ai ouvert mon cœur. J’espère la recroiser même sous une autre forme.

 Question à lui poser :

A-t-elle été heureuse avec moi ?

Quel moment elle a préféré dans son incarnation?

A-t-elle réussie à aller au bout de sa mission de vie ? 

 A-t-elle un message pour moi ?

Comment puis-je surmonter son absence ?

Oui je sais que mon départ est très difficile pour toi, tu n’étais pas vraiment prête, alors que moi ce départ je l’avais préparé depuis début de cette année. Moi j’étais sur mon chemin et tu l’as bien compris, on ne pouvait pas me soigner, je suis née avec cette grave insuffisance et l’heure de tirer ma révérence était venue pour moi.

Seulement la douleur et la culpabilité m’empêchent de partir vers le paradis des animaux. Je comprends ton profond désarroi, tes questions, mais tu dois comprendre aussi qu’ici ce n’est plus ma place et tant que je reste dans ton entourage, je ne peux me reposer et me ressourcer et toi tu ne peux trouver la paix. Tant que je reste là, tu ne peux commencer ton travail de deuil et je pompe ton énergie.

Je ne t’en veux pas, sois rassurée, tu ne pouvais savoir qu’étant aussi jeune, je puisse être malade, mais l’énergie de mes reins, à la naissance, était déjà quasi nulle, et comme mon tempérament était plutôt de nature craintive et anxieuse cela n’a pas arrangé les choses, car j’ai cristallisé ces énergies de peurs dans mes reins. Le tout conjugué, mes reins étaient très malades et mes pipis souvent bien involontaires.

Mais tu ne dois pas t’en vouloir, tu ne pouvais deviner que c’était de nature physique et non comportementale. Je sais que j’ai été ton bébé d’amour et malgré tous les regrets que tu as aujourd’hui, je te rassure, tu as été une bonne maman pour moi et moi aussi je t’aime. J’ai été très heureuse avec toi, une vraie petite vie de princesse et je n’ai jamais manqué de rien.

La santé oui, mais celle-là tu ne pouvais pas me la donner, c’était une anomalie que j’ai ramenée d’une autre vie et pas guérissable. Je suis venue à toi car guidée par un de tes ancêtres pour t’aider à grandir, à t’affirmer, pour calmer tes peurs et tes angoisses et prendre confiance en toi et en la vie. J’ai réussi cette mission et je l’avais terminée. Je pouvais donc préparer mon départ et songer un retour au paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer.

J’aime beaucoup la belle personne que tu es devenue et la compassion et l’empathie que tu as dans ton cœur et j’aimerais que tu continues à la développer et la mettre au service de ceux qui en ont besoin.

Je sais que je te manque, que mon absence t’est difficile, mais tu dois aussi apprendre le détachement, avoir la foi qu’on peut aimer et souffrir du manque de l’autre sans se morfondre dans des regrets et des culpabilités. Il est important de pouvoir faire son deuil lorsqu’on perd un humain ou un animal.

Moi, si tu le désires aussi, j’aimerais, après quelques semaines de passage là-haut, te revenir pour une nouvelle mission et t’apprendre le détachement affectif qui permet de mieux gérer ses émotions, ses peines de cœur et ce en toute humilité. Cela te permettra aussi d’ouvrir encore plus ton cœur sans appréhensions, sans peurs de devoir en souffrir.

Les meilleurs moments que j’ai passé dans cette incarnation sont les moments où nous étions toutes les deux, où nous partagions des moments très fusionnels. J’étais toi, tu étais moi et inversement. Tantôt je me suis sentie être ton bébé, tantôt j’ai ressenti que c’était toi mon bébé et cet état d’être a rempli mon cœur d’amour.

Je ne veux pas que tu souffres de mon départ, je voudrais que tu te réjouisses que je sois bien, d’être soulagée, et que je puisse me ressourcer pour te revenir. N’oublie pas, je suis ta petite princesse et tu es ma maman d’amour.

Je transmettrai tes messages et tes réponses Gaya, es-tu prête maintenant à partir ?

Oui je le suis

Et toutes les deux nous avons suivi le chemin qui s’est transformé en un joli chemin bordé de fleurs avec des herbes très vertes et lorsque je me suis arrêtée au pont des fleurs, Gaya l’a traversé sans se retourner et a gravi sans hésitation l’escalier du pont de l’arc en ciel.

Au revoir Gaya, profite de ce magnifique havre de paix pour te reposer, te ressourcer et préparer ton retour !

Ma rencontre avec Mymie s’est faite sur une route très mouillée, il y avait des flaques d’eau et elle était en train de boire cette eau glacée. Je me suis présentée à elle et expliqué que sa gardienne avait besoin, par mon intermédiaire de lui poser quelques questions et de lui dire qu’elle l’aime, qu’elle lui manque énormément et qu’elle laisse un grand vide dans son cœur.

Oui je sais, je suis consciente du choc et du traumatisme que mon accident a créé et j’en suis très triste pour elle. Moi aussi je l’aime et ne voulais pas lui occasionner cette peine, mais je n’ai pas eu de chance, j’étais dans les nuages, très émoustillée par cet oiseau qui me narguait et après qui je courais lorsque cette voiture est arrivée et  que je n’ai même pas entendue et évidemment pas pu l’éviter. C’était très violent et je suis aussitôt sortie de mon corps.

Je me suis vue comme je me vois toujours encore, allongée, mon corps physique sans vie et mon âme elle au-dessus de ça, et je savais qu’il me serait impossible de le réintégrer. Je n’ai pas souffert, c’était beaucoup trop rapide, je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qui m’arrivait, je suis aussitôt sortie de mon corps. Qu’elle ne s’inquiète pas pour ça et qu’elle ne culpabilise pas, elle n’y est pour rien. Physiquement je me sens bien, je n’ai aucune douleur, mais je reste là entre deux et ici ce n’est plus ma place.

C’est difficile de faire la transition correctement lorsqu’on n’a pas pu préparer son départ et lorsqu’on n’a pas pu se dire au revoir. Moi ça m’empêche de partir, et elle, elle n’arrive pas à faire son deuil. Tant que je reste là, à végéter, tant que je suis dans son entourage et que je lui puise son énergie, elle n’arrivera pas à trouver la paix.

J’ai besoin que tu m’aides à rejoindre le jardin des animaux, car un passage là-haut me permettra de lui revenir très vite. Je sais qu’elle attend mon retour mais pour cela je dois d’abord partir.

Dis-lui qu’elle est ma maman d’amour, je me suis sentie sa petite dernière et j’ai eu quelques années de pur bonheur avec elle, câlinée et choyée. Je lui reviendrai, ce ne sera pas long, car je n’ai pas terminé ma mission auprès d’elle. Je suis chargée de la nettoyer énergétiquement, mais aussi de lui apprendre à aimer d’un amour inconditionnel sans rien attendre en retour.

J’étais déjà chez elle (chien noir et blanc) et nos âmes sont reliées où que je sois, et mon retour doit lui permettre de s’ouvrir davantage à la vie, aux autres et de les aimer sans à priori ni jugement.

Elle me manque aussi, et de la voir dans une telle souffrance me fend le cœur. Dis-lui que je souhaite qu’elle se mette à ma recherche très vite après mon arrivée au jardin des animaux et je tâcherai de me mettre sur son chemin. Elle saura qui je suis, qu’elle n’en doute pas.

Je lui transmets tes messages, Mymie, es-tu maintenant prête à partir ?

Oui, depuis tous ces jours où je rêve de passer le pont des fleurs, je n’attends que ça.

Elle est venue à mes côtés, elle m’a regardée avec yeux pleins d’espoir, et toutes les deux nous avons marché quelques instants sur un trottoir de bitume noir qui s’est très rapidement transformé en un magnifique chemin avec des lumières qui scintillaient, des milliers de paillettes, d’étoiles dorées et argentées. Arrivées au pont des fleurs, je me suis arrêtée et avant de la traverser, elle m’a dit :

Vous rentrez, vous les humains, dans cette féérique magie des fêtes de fin d’année où brillent mille lumières. Au jardin des animaux, cette magie et ces lumières brillent ardemment toute l’année. Vous pouvez imaginer la splendeur des lieux, et nous les animaux, parce que nous vous aimons, nous faisons des aller/retours pour vous aider à avancer et à évoluer dans votre vie spirituelle.

Puis sans hésitation, elle a traversé le pont des fleurs et s’est rapidement noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Mymie, paix à ton âme en attendant ton retour !

Ma rencontre avec Sherkhan s’est faite dans une jolie prairie d’un vert fluo. Il y avait des coquelicots et des marguerites partout. Il m’a regardée et m’a dit avant même que je ne me présente à lui :

Heureusement que j’étais en paix avec moi-même, heureusement que j’avais préparé mon départ depuis bien longtemps, car elle m’a aidé à partir et se pose tout de même des questions à savoir si j’étais prêt.

C’est très juste Sherkhan, elle aimerait savoir si tu avais encore envie de vivre quelque temps auprès d’eux ?

Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision, j’étais sur mon chemin depuis bien longtemps et je souhaitais qu’on m’aide à partir. J’avais terminé ma mission depuis l’arrivée de la petite puce et remonter pour me reposer et me ressourcer et lui revenir avec une nouvelle mission, était nécessaire.

J’étais chargé de l’aider et on m’avait envoyé vers elle (femme âgée ? grand-mère aux cheveux blancs) pour l’aider à faire un travail sur elle qui lui permettrait de lâcher prise avec son mental, afin que cette petite puisse avoir la chance de voir le jour dans son foyer. Elle a été très attendue et moi j’étais chargé de veiller à ce que toutes les conditions soient réunies pour permettre cette arrivée.

Qu’elle ne pense pas que j’ai souffert de son arrivée ou que j’ai pu en être jaloux, pas du tout, c’est bien le contraire, j’avais accompli mon travail et mon énergie s’est de plus en plus cristallisée dans mes reins afin de pouvoir partir, et s’ils ont encore envie de m’accueillir dans leur maison, pouvoir leur revenir avec cette fois-ci une mission auprès d’elle (petite fille), pour la protéger et l’aider à grandir. Veiller à son bien-être, à son éducation et surtout lui permettre de se sentir aimée et de trouver un équilibre qui lui apportera de la force et du courage et rendra son avenir plus facile et plus serein.

Ta gardienne me charge aussi de te remercier d’avoir partagé toutes ces années auprès d’eux.

C’est à moi de les remercier pour leur présence et leur amour. Je me suis senti un membre de la famille et j’étais longtemps leur petit garçon. Comme tout petit j’ai grandi à leur côté et me suis préparé à mon envol. Celui-ci a eu lieu et je me sens bien et heureux ici dans ce beau jardin. Je les vois et je sais que c’est une famille unie et heureuse. Ils sont fiers des avancées de la petite, ils sont heureux et cela me remplit de bonheur pour eux.

Je suis fier de moi aussi car j’ai bien accompli mon travail. Après notre échange, je pousserai la porte du paradis des animaux et me reposerai et me ressourcerai. Dis-lui que je serais très heureux de leur revenir et attendrai cette occasion avec beaucoup de patience, cela pourrait être un petit chien aussi pour la mission future.

Elios m’attendait, assis au pied d’un canapé couleur foncé (gris anthracite ou chocolat). Il m’a regardée et m’a dit :

Je sais qui tu es et pourquoi tu es là, il est encore tellement dans la douleur, dans l’incompréhension, il n’a toujours pas encaissé mon départ si brutal, et moi ça m’empêche de partir. Je ne me sens pas le droit de le laisser, de l’abandonner, je l’ai tant de fois consolé et montré que la vie est belle et que je l’aime. Je n’ai pas non pluseu le temps de préparer mon départ. Je n’étais pas prêt, c’était brutal et violent (rupture d’anévrisme) et cela aussi m’empêche de partiJe suis là pour t’aider

Elios, mais je dois d’abord te transmettre un message et ton gardien a aussi quelques questions à te poser :

« Mon Elïos, tu ne portais pas ce nom par hasard, tu étais mon petit rayon de soleil et je t’aimais énormément. Je suis très triste depuis ton départ, tu tenais une telle place dans ma vie… j’essaye de tenir bon et de m’occuper au maximum de Scratch et Nouby, de profiter au maximum de leur présence comme j’aimerais encore profiter de la tienne. Merci mille fois d’avoir été dans ma vie, je n’aurais pas pu rêver d’avoir un chat plus adorable que toi, il n’y en avait pas deux comme ça, si fidèle, si craquant ! J’ai beaucoup de gratitude pour les moments que nous avons passé ensemble pendant toutes ces années, j’aurais aimé en vivre tellement d’autres avec toi… J’espère que tu le sais mais je te le redis, je t’aimais du plus profond de mon cœur, même lorsque je te disputais (monsieur était un filou et pas le dernier à faire des bêtises pour s’amuser). Tes câlins et ton amour vont énormément me manquer. Ta joie de vivre également. Tu  étais le premier à me consoler lorsque j’avais des passages à vide, un vrai pilier, et maintenant que la peine provient de ta disparition, c’est d’autant plus dur, mais je garde ce que j’ai appris de ta présence à mes côtés et je vais m’y tenir : la vie est un jeu, une aventure, un émerveillement. Il faut la vivre pleinement. J’espère que maintenant tu pourras épancher davantage ta soif de découverte du monde, des autres mondes. Je te souhaite une belle exploration, mon loulou »  


En questions, j’aimerais surtout m’assurer qu’il va bien de son côté, qu’il n’a pas trop souffert, qu’il n’est pas trop déboussolé face à cette transition brutale et qu’il parviendra à s’élever paisiblement (car je ne pense pas qu’il a pu préparer son départ…). Quelqu’un l’attend-t-il de l’autre côté pour l’aider ? 


Pour l’instant j’ai l’impression qu’il est toujours présent dans l’appartement, il me semble encore le sentir. Si c’est le cas pourrait-il se manifester, tout du moins auprès de son demi-frère Scratch ? Ce n’est pas simple pour lui. Ils ont toujours été ensemble, depuis tout bébé, et Scratch est perdu en ce moment. Il miaule et cherche beaucoup son frère, il est en manque de jeux et de câlins et je ne sais pas comment lui faire comprendre qu’Elios ne reviendra pas. Sa sœur Nouby est aussi perturbée, mais elle le montre moins. C’est une femelle, plus distante, qui préfère vivre sa peine à l’écart. 


Elïos voulait toujours profiter au maximum, il n’était heureux que lorsqu’il avait des bisous, des câlins, qu’il était dans les bras ou sur les genoux… Il aurait voulu qu’on s’occupe de lui 24/24h ! Savait-il que sa vie serait si courte et voulait-il que nous profitions un maximum l’un de l’autre avant qu’il ne soit obligé de partir ?

 

J’aimerais enfin comprendre, un peu, pourquoi cette séparation a été si brutale et rapide. C’est comme si on l’avait rappelé d’un coup… pour quelque chose de plus important que d’être avec moi ? Parce que je ne le méritais pas ? Pour m’apprendre une leçon ? Je suis perplexe et désemparé. Avait-il une mission ici, auprès de moi ? Avait-il « terminé » ? Nos routes se recroiseront-elles ?

Dis-lui merci pour son message rempli d’amour et d’espoir. Ses mots me rendent heureux, ils sont la preuve que j’ai bien rempli ma mission. Je suis un chat timbre-poste et je n’étais pas comme les autres, il l’avait bien ressenti. Je vibrais sur un autre plan et on m’avait envoyé vers lui. J’étais un guide et j’étais chargé de lui apporter de l’amour, beaucoup d’amour, il en avait énormément besoin car il en a beaucoup manqué. Ma mission accomplie, on m’a rappelé pour remonter me reposer et me ressourcer avant de lui revenir pour une autre.

Cela peut lui paraître incompréhensible et très cruel, mais c’est réel. Lorsqu’on vibre sur un autre plan, on peut être rappelé après un court temps, parce qu’on a besoin de notre énergie, de notre puissance pour aider ailleurs et de là-haut c’est ce qui m’est arrivé, ayant terminé ma mission. Mais cela ne signifie pas que je ne lui reviendrai pas, bien au contraire, je suis un guide envoyé par sa maman, je suis relié à lui et le resterai toute la vie.

Seulement pour pouvoir lui revenir, il est impératif de faire un petit passage au paradis des animaux. Tant que je reste assis là à attendre, je puise leur énergie et Scratch et Nouby en souffrent.  Surtout Scratch qui a envie de me voir monter dans la lumière.

Et puis je préfère pouvoir m’asseoir, me coucher confortablement sur le canapé ou jouer, m’amuser avec mes compagnons plutôt que de végéter ici. Lorsque je serai parti, ils iront mieux. Je savais qu’une fois ma mission accomplie, je serai rappelé pour un petit laps de temps et j’ai mis le paquet pour lui donner tout l’amour et tous les câlins dont il avait besoin.

Dis-lui que je l’aime et que nos routes se croiseront à nouveau bientôt, mais que cette fois-ci ma mission sera de l’aider à comprendre que la mort et la renaissance existent chaque jour et que chaque étape de notre vie correspond à une fin de quelque chose pour entreprendre autre chose. Cela nous permet, même si parfois c’est difficile parce qu’on est obligé de lâcher quelque chose, quelqu’un à qui l’on tient, d’évoluer et de changer de plan (peur de la mort).

Ma mission sera cette fois-ci de l’aider à se reconnecter à sa source pour lui permettre de trouver son chemin de vie et d’avancer sur celui-ci. Lorsque je serai au paradis des animaux, je pourrai lui envoyer des signes qui lui montreront que mon âme est éternelle et que je veille et pense à lui.

Je me charge Elios, de lui transmettre tes messages, et si tu es maintenant prêt, je vais t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs.

Je le suis, amour et gratitude à toi et à mon gardien d’amour d’avoir fait appel à toi. J’aspire à faire un aller/retour et j’espère qu’il m’acceptera à nouveau dans son cœur et sa maison.

Puis il est venu à mes côtés et nous avons pris le chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Elios était très impatient, il faisait des petits bonds tel un cabri et au passage s’amusait à attraper des mouches, lorsque est apparu un énorme nuage de papillons blancs qui l’ont entouré et l’ont mené jusqu’au pont des fleurs. Se sont rajoutés des centaines de papillons dorés et ensemble ils ont traversé le pont des fleurs et ont pris l’escalier de l’arc en ciel.

Elios avait trouvé son chemin et s’est noyé dans la lumière. Au revoir Elios !

Dragibus m’attendait assise sur un caillou, je pouvais à peine l’apercevoir. Elle me semblait très craintive et je m’en suis approchée avec beaucoup de précautions. Lorsqu’elle m’a aperçue ou entendue, elle a eu un moment de panique et je la sentais prête à prendre la fuite. Tout doucement je lui ai dit :

Ta gardienne Aurélie m’envoie vers toi pour te donner un message. Elle s’est figée et ses petits yeux me regardaient avec une grande curiosité, je voyais son museau et ses oreilles frétiller et j’ai senti que je gagnais sa confiance. Je lui ai expliqué qui j’étais et que sa gardienne voulait lui transmettre un message.

Je sais, elle est en grande souffrance, pour elle la vie n’est pas facile, elle a du mal à se trouver un équilibre et a plutôt tendance à s’autodétruire que de s’aider à aller mieux. Cela m’empêche de partir, cela me retient et si son message pouvait me libérer, j’en serais bien heureuse.

Dragibus, tu as rendu ma vie meilleure, tu m’as apporté un amour fort fusionnel et sincère. Un lien fort nous unis et je penserai toujours à toi comme au premier jour et je t’aimerai infiniment de tout mon cœur pour toujours. merci d’avoir apaisé mes chagrins juste en regardant ton doux visage et tes yeux innocents, Merci pour tes attentions, ta bonté et ta gentillesse tu as un grand cœur et ton âme est pure, tu es mon meilleur cadeau que le Ciel  m’a accoré.  J’ai une chance immense de t’avoir oui car je suis sûre que je ne t’ai pas totalement perdu, tu veilles sur moi et me protège mon ange, une dame a prié pour moi aujourd’hui car mes crises d’angoisses sont dures, Elle demande à Dieu de m aider.VA vers La Lumière et la paix que tu mérites dignement et j’unis tout l’amour que J’ai et que J’aurai à jamais pour toi mon jiji

J’espère que tu as été heureux avec moi et que tu le seras également dans ton nouveau monde.  Je voulais te sauver Je te voyais vieillir mais pas malade. J’ai eu un choque quand Elle m’a dit on ne peut pas te guérir.  Excuse-moi pour L’euthanasie tu connais ma sensibilité et te voir souffrir m’était insupportable je souffrais en même temps  Je ne voulais pas te voir agoniser même pour être prêt de toi car je pense à toi avant de penser à moi et excuse-moi pour L’incinération  je n’aurais pas supporté voir ton corps Mort ET de cette façon. C’est pour ça que Je suis sorti de LA pièce après t’avoir répété combien je t’Aime.

Je fais attention aux enfants même si J’ai Du mal avec Andrew j’espère que Alvin est près de toi je L’Aime aussi le bout d Chou. Le jour où viendra Mon tour ce sera toi Qui me cherchera et je pourrais te rendre visite et communiquer avec toi

En attendant J’essaie de faire ma vie au mieux comme tu m’as aidée et apprit à faire .j’ai Vu une étoile filante aujourd’hui pour la première fois c’est bon présage 😊prends soin de toi Mon amour tu mérites le meilleur tu es le meilleur parfait à mes yeux

Je t’Aime Fort très Fort et pour toujours Mon grands roi Dragibus.❤ Des milliers de bisous passionnels et éternels pour toi et alvin

Tu comprends à présent combien elle est tourmentée et se morfond dans une douleur qui l’empêche d’avancer sur son chemin et de trouver la lumière. J’ai eu de la chance d’avoir passé ces années avec elle et d’avoir pu l’aider à calmer et soulager ses angoisses. J’ai été très heureux à ses côtés et il me tarde de la retrouver à nouveau mais pour cela un passage au jardin des animaux est nécessaire.

Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision, j’étais sur mon chemin et j’étais prête à partir. Je souhaite me reposer et me ressourcer pour pouvoir lui revenir dans un corps en forme physiquement afin de l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur et lui permettre de se pardonner de lui infliger toutes ces souffrances et surtout l’aider à faire un travail sur elle qui l’aidera à prendre conscience qu’elle mérite et a le droit de vivre, d’aimer et d’être aimée. Elle doit se reconnecter à sa source pour pouvoir avancer sur son chemin.

J’aimerais qu’elle prenne soin de mes petits, ils l’aideront dans ce passage difficile en attendant mon retour, car je compte bien revenir chez elle et sur un plan terrestre.

Je me charge Dragibus de lui transmettre tes messages. Es-tu prête à partir ?

Oui je le suis.

Elle est venue à mes côtés et je me suis sentie devenir toute petite et très humblement je l’ai conduite jusqu’au pont des fleurs. Elle l’a traversé très rapidement et s’est noyée dans cette magnifique lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Dragibus.

Figaro était complètement esseulé, triste et m’a regardée avec des yeux remplis d’espoir.

Je suis heureux que tu sois là, je voudrais que tu dises à ma gardienne qu’elle ne doit plus être dans la souffrance, qu’elle ne doit plus culpabiliser, et me laisser partir. Ici ce n’est plus ma place et j’ai très envie de partir au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Je lui transmets ton message Figaro, et je dois de sa part te dire qu’elle t’aime très fort et qu’elle est désolée de t’avoir empêché de partir vers la lumière. Elle me demande de t’accompagner et si tu es prêt je vais venir avec toi jusqu’au pont des fleurs. Tu pourras le traverser et rejoindre l’escalier de l’arc en ciel. N’aie aucune crainte, tu ne seras pas seul, de l’autre côté on viendra t’accueillir pour te guider.

Je n’ai pas peur, depuis tout le temps que je reste là à leur pomper leur énergie.

Il est venu à mes côtés et ensemble nous avons emprunté un chemin qui s’ouvrait à nous et devenait au fur et à mesure de notre avancée, de plus en plus blanc. Arrivés au pont des fleurs je me suis arrêtée et il m’a remerciée :

Je retrouve la joie et je suis si heureux de pouvoir enfin me reposer. Excuse-moi si je suis un peu pressé de traverser le pont maintenant, mais j’aperçois l’escalier de l’arc en ciel et il me tarde de le gravir. Dis merci à ma gardienne, moi aussi je l’aime et de là-haut, je pourrai enfin veiller sur elle et lui envoyer de bonnes énergies.

Puis très souplement, il a rapidement traversé le pont et s’est noyé dans l’arc en ciel.

Au revoir Figaro, paix à ton âme !

Ma rencontre avec Baxter s’est faite dans une très jolie prairie remplie de lumière. Il y avait de l’herbe d’un vert fluo éblouissant et des petites fleurs de toutes les couleurs. Baxter était couché de tout son long dans les herbes et s’amusait à regarder les papillons blancs, jaunes, oranges tournoyer autour, et c’était très rigolo à observer car sa tête tournait dans tous les sens. Je lui ai expliqué que sa gardienne me demandait de lui donner un message et lui poser quelques questions.

Tu peux la rassurer j’ai passé le pont des fleurs entouré d’êtres de la nature, ils m’ont accompagné jusque-là et si je n’ai pas encore poussé la porte du jardin des animaux, ça ne va pas tarder. J’avais envie de faire un petit arrêt ici car l’endroit est magnifique et il y règne une grande paix. Je sais qu’au paradis des animaux c’est encore mille fois plus beau avec encore beaucoup plus de lumière, de la paix et beaucoup d’amour, mais j’avais envie de profiter de ce lieu car je sais qu’elle t’a contactée pour communiquer avec moi.

S’il n’y avait qu’un mot à te transmettre, ce serait Un immense Merci pour ces presque 11 années passées avec toi. Une énorme boule d’amour, de tendresse et de gentillesse qui font de toi un géant pacifique au cœur tendre ! Tu nous manques terriblement et nous croyons te voir à chaque coin de la maison. Nous te souhaitons une transition tout en douceur vers cet autre plan et espérons reconnaitre bientôt des signes de ta manifestation. Ton souvenir  restera gravé à tout jamais dans nos cœurs et nous  t’envoyons tout notre amour.

Voici quelques questions:

 -les vétérinaires t’avaient déjà condamné il y a 5 ans à cause d’une insuffisance cardiaque sévère mais tu as réussi à maintenir ton cœur en état de marche pour nous donner ces 5 magnifiques  années supplémentaires, nous espérons que tu n’as pas souffert ces dernières semaines: quelle était ta mission auprès de nous?

 – comment est ton nouvel environnement, es-tu avec d’autres êtres, animaux ou humains?

 – nous enverras-tu des signes ou reviendras-tu parmi nous ?

Merci et beaucoup de gratitude pour ce merveilleux message d’amour. Vous m’avez grandement aidé dans ma transition grâce à votre amour et votre immense compassion. J’étais sur mon chemin depuis quelques mois et ces derniers temps je ressentais une grande fatigue, une énorme lassitude. Je n’ai pas trop souffert mais souvent je sentais mon cœur et mon corps complètement usés. J’ai préparé mon départ cette fois-ci, alors qu’il y a 5 ans je ne voulais pas partir. Et pour preuve, j’ai vécu encore de très belles années avec vous et j’en suis très heureux.

Vous avez compris que cette fois-ci j’étais prêt à partir et je vous dis merci de m’avoir permis de faire cette belle transition. Comme chaque animal, j’étais au service à Dieu, à la source et j’avais une mission auprès de toi. Oui c’est toi ma maman, ma gardienne de cœur et d’amour. J’étais là pour te protéger et t’ouvrir au monde et te guider sur ton chemin spirituel. J’étais très proche de tous mais c’est auprès de toi que j’avais un rôle, une mission à remplir et je suis fier d’avoir accompli ce travail, car je t’ai aidée à te reconnecter à ton petit enfant intérieur pour lui permettre de supprimer et d’éliminer les souffrances du passé. Tu étais souvent dans tes pensées, nostalgique tout en n’en comprenant pas la raison ni le sens. De t’être reconnectée à la source te permet aujourd’hui de vivre en paix et en harmonie avec toi-même.

Je ne tarderai pas à pousser la porte du jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer, car je souhaite bien évidemment vous revenir dans quelques semaines. Ca ne sera pas très long et je n’ai pas peur, je sais que vous saurez me reconnaître. Je me mettrai sur votre chemin et le doute ne vous assaillira pas. Ce sera une évidence et nous pourrons nous retrouver pour une nouvelle aventure. Je vous aime et aspire à vous retrouver pour une nouvelle mission.

Vous avez de la chance vous les humains, car nous les animaux avons la possibilité de faire plusieurs passages dans votre vie et tu l’avais bien ressenti, nous sommes liés l’un à l’autre et étions déjà ensemble (chien). Je sais que je vous manque et pourrai, dès que j’aurai accédé au paradis des animaux, vous envoyer des signes. L’escalier que je souhaitais tant emprunter c’est l’escalier de l’arc en ciel. Je le voyais avec ces lumières si éblouissantes et il me tardait de le prendre pour faire le grand saut. Je sais que tu ne pouvais pas comprendre, mais pour moi il était magique et rempli d’espoir. L’espoir que de partir dans de bonnes conditions, me permettrai de vous revenir très vite. La lumière et l’énergie qui s’en dégageaient était très puissantes et très tentantes et je ne me suis pas privé de le gravir après le passage du pont des fleurs.

Ici tout est beau et je me sens bien, plus aucune douleur, plus aucune fatigue mais malgré tout cela c’est sur le plan terrestre que j’aimerais vous retrouver très vite.

Merci à vous pour toutes ces années de bonheur et celles qui sont encore devant nous.

Communication du 07/12/2017 :

J’ai rencontré Baxter au jardin des animaux. Il était allongé de tout son long sur le ventre et regardait autour de lui avec beaucoup de curiosité.

Ici tout est tellement beau et harmonieux qu’on se sent vraiment très bien. Ici c’est le paradis des animaux et j’adore observer tout ce qui se passe autour de moi. Il y a des anges blancs et oranges, mais aussi des papillons, beaucoup de papillons de cette couleur et des animaux de toutes les races. Ici tout le monde vit en harmonie et l’espace-temps n’est plus le même que sur la terre. Je me sens en forme et je peux à nouveau, quand l’envie me prend, gambader comme une jeune gazelle à travers ce havre de paix et j’en suis très heureux. Je me repose et me ressource et comme promis je ne tarderai pas à vous revenir.

Même si l’endroit ici est magique, c’est auprès de vous que je souhaite vivre avec une nouvelle mission et toujours auprès de ma maman d’amour. Oui je peux vous voir et viens de temps à autre vous faire un petit coucou. Ce sont les moments où lorsque tu penses à moi, tu ressens une pointe de douleur et de nostalgie.

Mais rassure toi, ce ne sera pas long, je te reviendrai en chien avec bien entendu une mission de chien, celle de t’ouvrir à l’amour inconditionnel. T’aider à te détacher du passé est une mission que j’ai bien réussie et t’apprendre maintenant à t’ouvrir davantage à la vie et aux autres avec beaucoup d’amour inconditionnel sera le prochain travail que je t’aiderai à accomplir. Cela se fera en douceur et avec beaucoup de parcimonie, n’aie crainte. J’endosserai le costume d’un grand chien car tu as besoin de l’énergie d’un chien puissant de par sa taille aussi. Et à vrai dire, tu as envie de me retrouver sous la même forme, alors cherche sans hésitation aucune de ce côté-là.

J’étais déjà avec elle (chien blanc poils longs) et j’adorais me baigner avec elle. J’étais à ses côtés dans les moments de joie mais aussi de peurs et de tristesse et je l’ai consolée et chérie de tendresse dans les moments difficiles.

Le message que je souhaite leur faire parvenir est celui de se faire confiance. De faire confiance à la vie et en Dieu. Rien n’est perdu en Dieu et une solution quelconque est toujours trouvée. Je les aime et je veillerai toujours sur eux et je leur montre la voie en cas de doutes.

Des signes il y en a souvent et parfois aussi dans le ressenti et l’odeur. Ils ne peuvent pas dire qu’ils ne ressentent pas de temps à autre ma présence. Je fais des aller/retours mais je reviendrai définitivement  dans un corps incarné que lorsqu’ils seront prêts.

Dis-lui que la maison sans moi et une maison sans âme et que mes passages doivent justement ressourcer les lieux. J’ai eu la chance d’être entouré d’êtres de la nature pendant toutes mes incarnations terrestres et elle aussi en est entourée depuis toute petite. Qu’elle n’hésite pas à leur demander de se manifester à elle. Dis-lui qu’ici il y a des animaux de toute sorte et j’ai croisé des humains pendant ma transition, mais ils n’ont pas pu traverser le pont des fleurs. Ils sont restés dans la 4e dimension.

Tes gardiens Baxter t’envoient à nouveau tout leur amour.

Merci et moi aussi je leur envoie tout l’amour dont je suis empreint de la tête jusque dans mes pattes. Je les aime.

Ma rencontre avec Séthy s’est faite sur un chemin bordé d’arbres de chaque côté. Il était couché sur son flanc droit et semblait m’attendre. Lorsque je lui ai expliqué que sa gardienne m’avait envoyée vers lui et que tous les deux avaient un message pour lui, il m’a répondu :

Je sais, je suis à leur côté à chaque instant, leur immense souffrance m’empêche de partir, je ne m’en sens pas le droit. Ma présence leur manque et ils sont totalement désemparés. Ils n’arrivent pas à faire leur deuil et tant que je suis dans leur environnement, ils ne pourront y arriver. Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le jardin des animaux.

Dis-leur que je les aime, que je comprends leur douleur mais pour retrouver la paix et l’harmonie dans le cœur, il est nécessaire que je parte dans l’au-delà. Ici je vais bien, je ne souffre plus, je me sens léger mais souhaite aller au paradis pour me reposer et me ressourcer.

Je t’aiderai Séthy à faire le passage mais je dois d’abord te donner un message et te poser quelques questions. Acceptes-tu d’y répondre ?

Oui si cela peut alléger et soulager leur douleur, je répondrai à toutes les questions, espérant qu’ils retrouveront la paix dans leur esprit et leur cœur.

Petit Séthy, tu le sais déjà, mais je tiens à le redire, nous t’avons aimé et t’aimons énormément, profondément.
Pendant toutes ces années, presque 16 ans, tu as été la joie de notre vie, le centre de toutes nos attentions, tout tournait autour de toi.
Il est vrai que tu étais un petit chien tellement beau, intelligent, gentil, drôle et têtu…comme tous les cairns ! Tu méritais bien notre affection, car tu étais vraiment un amour, notre « Petit Grand Amour »
Merci petit Séthy, d’avoir rempli notre vie de bonheur et de plein de moments de joies.
Tu étais notre « petit garçon », notre « enfant »… unique ! Car il n’y en aura pas d’autres.
Le vide que tu as laissé est immense ! Et ne plus te revoir ici-bas, une épreuve déchirante. Quelque chose s’est brisé en moi depuis ton départ, mon petit bonhomme, mais fort heureusement, je sais que là où tu es, tu ne souffres plus, c’est notre seule consolation.
N’oublie pas, petit Séthy, que Philippe et moi t’aimons et t’aimerons toujours; Et notre désir, notre souhait le plus profond, est de pouvoir un jour…. te revoir, te retrouver

QUESTIONS:
1) La dernière fois que nous t’avons laissé en garde, 8 jours, QUE S’EST-IL PASSÉ ? Pour que tu nous reviennes TOTALEMENT AVEUGLE ? (sans explication aucune, mais en plus avec dissimulation de la gardienne)
2) As-tu beaucoup SOUFFERT de cette CÉCITÉ soudaine ?
3) As-tu ressenti un ABANDON de notre part ?
Comme je culpabilise, mon petit Séthy ! nous avions confiance en cette personne, que tu connaissais déjà et qui t’aimait je crois ? nous serions revenus immédiatement, si elle nous avait prévenus, nous étions toujours tellement attentifs à tes moindres besoins et problèmes de santé !
4) Le hasard n’existant pas, cet « épisode douloureux » était-il dans l’ordre des choses ? Karma pour toi et Karma pour nous, car nous en avons terriblement souffert.
5) Lorsque nous t’avons emmené à l’hôpital pour la dernière fois le 24/11/2016, est-ce que tu SAVAIS POURQUOI ?
6) Le dernier jour tu ne t’alimentais plus, étais déshydraté…… et cet AVC ? te faisait-il SOUFFRIR ?
7) Tu sais petit bonhomme, nous n’avons assisté qu’á ton « anesthésie », et non à l’injection fatale d’euthanasie, afin de garder un souvenir de toi « vivant », tu L’AS BIEN COMPRIS ainsi ?

8) QUI t’a ACCUEILLI de l’autre côté ?
9) QUE FAIS-TU ? ES-TU HEUREUX là où tu es ?
10) Est-ce que tu NOUS VOIS et NOUS ENTENDS ? (Nous pensons à toi, et parlons de toi tous les jours, nous te voyons dans tous les chiens que nous rencontrons !)
11) Avons-nous été de BONS « PARENTS » pour toi ?
12) Depuis que tu es parti, je ne te vois pas en RÊVE (2 ou 3 fois seulement) POURQUOI ?
13) QUELLE MISSION as-tu eu avec nous ?
14) Peux-tu nous faire des SIGNES que l’on comprenne bien, de ta présence auprès de nous ?
15) A notre âge (74 ans), nous n’allons pas reprendre un autre chien, aussi pas de réincarnation possible avec nous, alors ? QUAND et COMMENT nous REVERRONS-NOUS ?
16) Tous les jours, surtout le soir nous avons un petit « RITUEL » avec toi, est-ce que tu le vois ? Tu aimes ?
17) Tes cendres sont dans notre oratoire, le 24 novembre, cela fera un an que tu nous auras quittés mon petit Séthy, nous allumerons une bougie et prierons pour toi, est-ce que tu pourras te JOINDRE À NOUS ? Et nous FAIRE UN SIGNE

Oui je sais que c’est très difficile pour vous de vivre sans votre petit garçon. Je sais combien vous m’étiez attachés, combien je comptais pour vous et que sans moi, vous ressentez un grand vide et que vous vivez depuis dans un foyer sans âme. Avec mon départ vous avez perdu la joie de vivre et vous vous sentez complètement désemparés, perdus.

Dis-leur que moi aussi je les aime et que j’aspire à rejoindre le jardin des animaux parce qu’un passage là-bas est obligatoire pour pouvoir revenir. Oui j’ai bien entendu leur message et leur question, mais explique-leur qu’à leur âge tout est encore possible. Dis-leur que nous les animaux, à partir du moment où on est bien parti, nous avons la faculté de nous réincarner et de vous revenir dans le corps physique d’un animal qui vous plaît et qui peut aussi avoir un certain âge. Même si c’est difficile à croire pour vous, sachez qu’il peut y avoir un transfert d’âme et que s’ils le souhaitent je peux leur revenir dans le corps physique d’un petit chien qui a déjà quelques années. Et puis ils sont encore jeunes et pourront encore longtemps apprécier ma présence.

Si malgré tout ils s’obstinent à rester sans compagnon, je serai là le jour où ils partiront et les accompagnerai un petit bout de chemin, mais ce serait bien dommage, car ils ont tous les deux besoin de l’énergie d’un chien dans leur maison.

Dis-leur de ne pas se tourmenter et de ne pas culpabiliser. J’avais un bel âge et j’ai vécu une vie de prince auprès d’eux. J’étais leur petit bonhomme et ils me câlinaient et me choyaient. J’ai vraiment été très heureux de partager tous ces moments de bonheur avec eux. J’étais sur mon chemin depuis presque un an et je préparais mon départ. J’avais beaucoup de tensions dans la tête, je me sentais souvent terriblement oppressé, une vive et très forte pression dans la tête et dans les yeux. La lumière et le soleil surtout m’étaient très difficiles à supporter les dernières semaines et l’accident que j’ai eu alors que j’étais en pension me serait peut-être arrivé à la maison.

J’ai senti une très vive douleur dans l’œil et puis plus rien, le noir total. Je n’ai pas compris tout de suite et me suis senti enfermé dans le noir, c’était angoissant et je crois bien qu’elle ne s’en est pas rendue compte tout de suite. Lorsqu’elle a compris ce qui m’était arrivé, elle a eu peur des conséquences et a préféré ne rien dire. Elle a eu peur de ne pas avoir su réagir à temps mais très honnêtement ? il vous serait arrivé la même chose. Vous vous en seriez aperçu tout de suite mais c’était déjà trop tard. J’ai de tout temps eu des pressions oculaires (depuis l’âge de 5 ans) et ça n’a rien à voir avec le karma.

Ne soyez pas tristes et n’ayez pas de regrets, les choses se sont faites comme elles devaient se faire et j’étais prêt lorsque vous m’avez emmené pour m’aider à partir. Je savais que vous le faisiez par amour pour moi et combien cette décision était difficile pour vous. Je ne pouvais plus manger et les pressions dans ma tête étaient douloureuses. Maintenant je ne souffre plus, je me sens léger et pourrai être heureux quand j’aurai rejoint le paradis des animaux. J’ai bien compris qu’ils ne pouvaient me voir mourir, mais explique leur que seul mon corps physique n’est plus, mon âme elle est éternelle. Elle est reliée à elle et le restera toujours.

Ils ont été des parents adorables, remplis d’amour et de compassion pour leur petit garçon et je suis heureux d’avoir réussi à la faire se reconnecter à son petit enfant intérieur afin d’y trouver la paix et s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Ils m’ont choyé comme la prunelle de leurs yeux, peut-être trop, car complètement dépendants et co-dépendants de moi.

Aujourd’hui mon absence pèse terriblement, ils parlent de moi, je les entends et je suis omniprésent dans leur quotidien. Cela aussi m’empêche de partir et tant que je leur puise leur énergie, ils ne seront pas bien. Je suis avec eux chaque soir et les assiste pendant leur rituel (bougie à côté de l’oratoire) mais ne peux leur manifester ma présence tant que je suis entre deux. Lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux, je pourrai leur envoyer des signes et je pourrai venir les voir et faire des allers/retours et bien sûr que je viendrai le jour anniversaire.

Ma mission a été aussi de les protéger, de les aider à faire le passage de la vie professionnelle à celle d’aujourd’hui et je pourrai à nouveau veiller sur eux. Mais encore une fois, réfléchissez et laissez-vous tenter par une autre aventure avec moi, où que vous me cherchiez je serai fidèle au rendez-vous.

Je me charge de leur transmettre tous les messages Sethy, es-tu prêt maintenant à rejoindre le jardin des animaux ?

Plus que jamais, je sais qu’ils pourront enfin retrouver la paix et commencer leur deuil.

Puis il est venu à côté de moi et ensemble nous avons emprunté le chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Lorsqu’elle est devenue trop vive, je me suis arrêtée. Il a continué son chemin, s’est arrêté juste avant le pont des fleurs et m’a dit :

Merci, merci de m’avoir accompagné et merci à mes gardiens d’amour pour tout le bonheur qu’ils m’ont donné chaque jour. Je veillerai sur eux quoi qu’ils décident.

Puis il a traversé le pont des fleurs et s’est noyé dans la lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Séthy, paix à ton âme.

J’ai rencontré Stumpf au jardin des animaux. Il était allongé sur ses 2 pattes avant et s’est laissé approcher sans crainte alors que d’habitude il était plutôt d’un tempérament peureux et réservé. Je lui ai expliqué que sa gardienne avait des messages et quelques questions à lui poser :

Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis

Aujourd’hui tu n’es plus près de moi, et je suis anéantie.  Tu étais si sensible, si affectueux, tu faisais la sieste avec moi, tu venais vers moi quand je t’appelais, un vrai petit chat chien.  Avec ta jolie bouille ronde et ton petit nez aplati tu étais si mignon.

Et puis tu es tombé malade et ce fut un vrai calvaire pour toi et pour moi. Toute cette souffrance, cette hospitalisation, cette opération, tout ça pour rien. Je m’en veux de t’avoir fait subir tout cela. J’ai tellement de regret…

La veille de ton départ tu es allé dans le jardin, te reposer à cet endroit que tu affectionnais tant et lorsque je t’ai cherché une larme a coulé sur ta joue. Tu savais que c’était la dernière fois. Et la nuit suivante tu m’as appelé et tu es venu mourir dans mes bras. C’est le dernier cadeau que tu m’as fait et je t’en remercie de