La rencontre avec JESSY LOO s’est faite dans cette belle prairie d’un vert fluo qui se trouve juste avant le jardin des animaux. Lorsqu’elle m’a aperçue, elle s’est levée pour venir à ma rencontre et m’a dit, avant que je n’aie le temps de lui expliquer qui j’étais et la raison de ma présence :

Tu es venue pour me parler, je le sais, c’est ma maman qui t’envoie. Elle sait parler aux animaux, mais lorsqu’il s’agit de ses proches, elle est perdue et perd ses moyens et toute objectivité.

Dis-lui que c’est dommage car elle s’est reconnectée à sa source grâce à la communication animale et elle devrait davantage se faire confiance.

Tu la connais mieux que moi JESSY LOO et tu dois savoir que tu dis vrai, mais ton départ si rapide, si brutal l’a choquée et elle a besoin de moi pour te transmettre des messages et te poser quelques questions :

Messages à lui transmettre:

-Coralie, Michaël et Lili Pop t’aiment d’un amour infini, de tout leur cœur et pour toujours.

-Merci pour ton passage auprès de nous et pour nous aider à grandir et avancer.

-Merci pour tout l’amour que tu nous as donné.

-Sois libérée de la souffrance et continue ton chemin.

 Questions à lui poser:

-As-tu intégré ton départ de la matière?

-Avais-tu une mission particulière auprès de nous?

-Avais-tu un karma particulier qui t’a obligée à traverser 2x la même façon de mourir? (tu es morte de la même pathologie lors de ton incarnation précédente).

-As-tu retrouvé des âmes que tu connais là où tu te trouves actuellement?

-Que se passe-t-il pour ton âme en ce moment?

Dis-leur merci pour leur message d’amour. Moi aussi je les aime, ils me manquent et je ne pourrai les oublier, je leur reviendrai très vite. Je suis reliée à ma gardienne et où que je sois, le resterai toujours mais ma place n’est pas au jardin des animaux même si un passage là-haut est obligé, ma place est auprès d’eux. Ils ont besoin de moi, de mon énergie pour construire leur vie affective et familiale et je me dois de les protéger même si pour cela il m’arrive de porter des énergies qui ne m’appartiennent pas.

Dis-leur que là où je suis tout est beau et en parfaite harmonie. Je m’y sens bien et me sens physiquement délivrée de toute entrave qui m’empêchait de vous accompagner comme il se doit en toute sérénité. Ici tout est lumineux et il y règne une paie absolue.

J’ai bien entendu, malgré la brutalité de mon décès, préparé mon départ ; Je suis en effet revenue sur le plan terrestre avec la même pathologie et mon cœur se fatiguait vite. J’étais sur mon chemin, je savais que je ne resterai pas longtemps dans cette incarnation terrestre, j’étais revenue trop vite et avec la même maladie. La structure de mes veines manquait de tonicité, tout comme moi et alourdissait mon corps, et une grande fatigue s’accumulait.

Ce n’est pas un karma, mon corps exprimait un sentiment de subir, d’être obligé d’accepter les choses qui nous empêchent d’être vraiment heureux. Cela rappelle toujours encore une situation de victime et sans que cela change. Le retour de la vie se fait mal, on est désabusé et on se fige (caillot) dans les plans fragiles, telles que les relations (père ?)

Ma mission consistait à vous nettoyer énergétiquement bien entendu, mais j’avais surtout un travail à accomplir auprès de toi et t’apprendre le détachement affectif (père), et mon passage sur cette terre doit te permettre d’avoir cette prise de conscience afin de de faire un travail sur toi pour trouver la paix dans ton cœur et ton esprit sans souffrir de dépendance ou co-dépendance.

Ne t’inquiète pas pour moi et ne culpabilise pas. Je suis là pour toi,  je suis reliée à toi et après mon échange avec Christiane, je pousserai la porte du paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer. Et dans très peu de temps, je te reviendrai et cette fois-ci sans problèmes veineux, le sang circulera normalement et ma vitalité sera au top.

Je pourrai t’accompagner sur ton chemin et t’aider à faire table rase de ce qui t’empêche encore d’être toi-même. Sois rassurée, je t’aime et je ne t’ai pas abandonnée, au contraire, mon retour sur terre, t’aidera à te reconnecter à ton petit enfant intérieur pour te permettre de trouver un équilibre et être en alignement avec ton cœur et ton esprit pour ne plus ressentir le manque de l’absence de ton papa et vivre la relation sans souffrir.

Voilà ce à quoi mon âme aspire et le travail que je dois accomplir auprès de toi. J’ai vécu une belle vie de chat auprès de vous et je suis pressée de vous retrouver tous les trois pour me faire câliner et choyer comme une petite princesse. C’est si bon de vivre avec vous et il me tarde de revenir en pleine forme.

Ne soyez pas tristes, ce ne sera pas très long, et nous pourrons enfin vivre une belle aventure ensemble tous les 4. Je vous adore.

La connexion avec SACHA a eu lieu dans cette belle et lumineuse clairière qui se trouve juste avant l’entrée du jardin des animaux. Dès que je me suis approchée de lui, il s’est levé, s’est étiré, d’abord sur ses pattes avant puis arrière, puis il est venu à ma rencontre.

Je lui ai expliqué que j’avais des messages et questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

« J’aimerais que tu saches que tu m’a comblée de bonheur durant ces 14 années et aujourd’hui je me sens vide. Clovis (mon fils) a été très triste aussi, c’est pourquoi il avait tenu à venir te dire au revoir quelques jours avant.

 J’espère que tu seras heureux là où tu es, là où tu vas, tu resteras dans ma tête et dans mon coeur mon petit ange. Sois tranquille, malgré le temps qui passera je ne t’oublierai pas.

 Cet indispensable rituel le soir de poser ma main sur toi, sur ton bidon, et dans la nuit quand je me réveillais, me manque terriblement. Tu rechargeais mes batteries. Je crois que ce sont ces moments qui me manqueront le plus.

 Est-ce que tu as été heureux avec nous, avec moi ? 

 Je voulais aussi te demander pardon car ce 2 décembre après ta sieste, quand tu as voulu te lever  et que tes pattes arrière ne marchaient plus, j’ai tellement vu de la terreur et de l’incompréhension dans tes yeux, que j’ai pris la décision de suite d’abréger tes souffrances. 

 Je t’aime mon petit ange, même si je te disais souvent que tu étais immortel et que tu n’avais pas le droit de mourir, malgré ton absence, tu vis toujours dans mon coeur. Sois heureux, je pense à toi. »

Je sais que je lui manque beaucoup, qu’elle se sent très seule sans moi surtout pendant cette période de fêtes, et je sais aussi que malgré qu’elle m’ait aidé à partir et qu’elle l’a fait par amour pour moi, il subsiste une petite culpabilité et surtout un profond désarroi parce qu’elle n’était pas prête.

Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision, mon cœur était malade depuis un bon moment et j’étais sur mon chemin. J’avais préparé mon départ, même si cette paralysie soudaine a un peu précipité les choses. J’aurais bien aimé rester à tes côtés pour ces fêtes saintes, mais tu l’as bien compris, de perdre l’usage de mes membres, ne plus pouvoir avancer et me mouvoir comme je le voulais me terrifiait et l’angoisse et le stress étaient intenses.

Tu as fait le bon choix et je te dis merci, je sais que cela a été difficile mais que tu l’as fait par amour pour moi. Je te suis si reconnaissant, la respiration était compliquée aussi, je sentais un grand poids et une grande oppression dans ma poitrine. Mon cœur était fatigué, usé et mon âme aspirait à faire le grand saut pour me reposer et me ressourcer.

J’ai mis du temps pour me détacher de toi, je suis resté longtemps près de toi, dans ton entourage et je t’accompagnais partout où tu allais. Puis elle est venue me chercher (grand’mère) et elle m’a guidé et fait traverser le pont des fleurs. Elle ne voulait pas que je puise ton énergie, elle est là pour te protéger sur le plan de la santé mais aussi moralement. Tu as déjà bien souffert dans la vie et de là-haut elle veille sur toi, tout comme j’étais chargé de le faire sur le plan terrestre.

Maintenant que je suis depuis quelques jours dans cette magnifique prairie très verte et fleurie, je me repose et me ressource, mais je peux aussi t’envoyer des signes et te faire des petits coucous. Sache que je vais bien, je me sens de nouveau bien dans mon corps et mes pattes et je peux courir et gambader à ma guise.
Mais mon vœu le plus cher, lorsque j’aurai poussé la porte du paradis des animaux après notre échange, sera de me ressourcer et de préparer mon retour. Je suis un chat de type timbre-poste et tu as besoin de moi pour te protéger, pour te nettoyer énergétiquement, mais aussi et surtout pour t’apporter de l’amour et beaucoup de tendresse.

J’ai vécu une vie de prince à tes côtés et j’ai été très heureux. J’ai eu beaucoup d’affection et de plaisirs à partager avec vous et j’étais là pour t’apporter ce dont tu manques le plus, l’amour.

Depuis que je suis parti, tu te sens vide et il te manque une partie de toi. Tu as besoin de moi pour continuer à avancer sur ton chemin.

Moi aussi je t’aime et je peux te donner ce sentiment de te sentir pleine en ma présence, car ma mission consiste aussi à t’apprendre à vivre le côté affectif sans manque, ni dépendance ou co-dépendance. Les maux du cœur expriment votre difficulté à vivre l’amour, à accepter et gérer vos émotions et moi je souhaite te revenir pour t’aider à te détacher et vivre les relations affectives pleinement.

Je n’ai rien à te pardonner, tu as toujours fait ce qu’il fallait faire pour moi et pour C… aussi et nous avons beaucoup de gratitude pour toi. Tu l’as toujours dit toi-même, je suis immortel et mon âme   l’est effectivement. Elle est reliée à toi et le restera toujours.

Alors ne réfléchis pas et mets-toi à ma recherche dès que tu sentiras le moment, et je te reviendrai car tu es ma maman aussi et je suis ton autre garçon,  je t’aime et ma place n’est pas au paradis des chats, même si un passage pour te revenir en pleine forme est nécessaire, ma place est auprès de toi, à tes côtés. Tu ne dois pas en douter, je me mettrai sur ton chemin et tu sauras me reconnaître ma douce et tendre moitié.

La rencontre avec EMMIE s’est faite dans un pré très vert avec des herbes hautes, elle était allongée sur son ventre et s’est très rapidement relevée lorsque je me suis approchée d’elle. Je lui ai expliqué la raison de ma présence et je lui ai dit que j’avais un message et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne.

Pourquoi es-tu partie si vite, que s’est-il passé, est ce que tu as eu des difficultés à te relever ? 

Tu étais mon rayon de soleil, chaque jour j’étais auprès de toi, tu m’as donné tant de joie, tu portais mon moral, je sais qu’il y avait un lien très fort entre nous, dis-moi si tu es heureuse là où tu es partie, ton absence est très dure à vivre pour moi, je t’aime de tout mon cœur et je t’envoie tout l’amour qu’il est possible d’envoyer à un être cher, mon Emmie que j’aime tant. 

 

Tu as vu comme je me suis relevée sur mes 4 pattes ? Tu as vu que je n’ai plus aucune difficulté et que je suis aussi souple qu’une marionnette, je peux courir, sauter et me mouvoir très facilement.

Dis-lui que maintenant j’ai retrouvé toutes mes capacités et fonctions et surtout une grande mobilité. Je suis née avec un handicap énorme et je ne peux pas me plaindre, elle s’est occupée de moi et m’a chérie et aimée, je n’ai jamais manqué de rien sauf que je n’étais pas comme les autres,  je me sentais par moments triste et diminuée et j’avais peur de tomber.

J’ai parfois eu de grands instants de stress et d’angoisse et je sentais bien que tu les captais et les ressentais  autant que moi (miroir). C’était une malformation et mes muscles,  et mes fonctions motrices étaient gravement atteintes. Maintenant je me sens bien comme tous mes congénères, et c’est un réel plaisir de savoir que je suis libre de bouger comme je l’entends.

Si je suis partie aussi vite, aussi jeune, c’est parce que j’ai justement envie de vivre une vie terrestre plus que normale avec la joie d’être aimée sans craintes et sans angoisse. J’étais sur mon chemin et je préparais mon départ, je savais que ce serait extrêmement difficile pour toi de me voir partir, mais c’est la seule possibilité pour moi de pouvoir te revenir en pleine forme, en bonne santé et sans déficiences motrices.

Ne culpabilise pas si tu n’as pas été là pour m’aider à me relever, j’étais sur mon chemin et c’est ce que je voulais. Maintenant j’ai besoin qu’on m’aide à faire le passage parce que ta souffrance et ta culpabilité m’empêchent de monter, alors que mon âme aspire à faire un passage là-haut pour me ressourcer et te revenir très vite.

Moi aussi je t’aime,  tu me manques et je souhaite te revenir pour t’aider à avancer sur ton chemin. Nous étions très liées et nous le serons encore plus, car ma mission auprès de toi consiste à t’aider et à t’apprendre le détachement affectif, de vivre sereinement, en paix et en harmonie sans dépendances ni co-dépendances.  La relation que nous avons connue ensemble ces quelques mois était une forte relation de dépendances (miroir) et c’est pour te permettre d’en prendre conscience que mon passage sur terre a été très court. Maintenant tu dois l’accepter en âme et conscience et avec amour, car tu as à présent les réponses à ton mal-être.

Nous nous sommes déjà connues dans une autre vie et j’étais ton enfant, ta fille handicapée qui est partie bien trop vite et trop jeune et tu en as terriblement et injustement souffert. Et ces miroirs sont restés et sont profondément ancrés. Mon passage dans ta vie doit te permettre aujourd’hui de faire un travail sur toi pour te débarrasser de toutes ces douleurs et peurs qui t’habitent depuis trop longtemps.

Nous sommes reliées pour l’éternité et je te reviendrai pour t’aider à te guérir de toutes ces souffrances du passé et être enfin toi, à te reconnecter avec joie et amour à ton petit enfant intérieur, à ta source.

J’endosserai le costume qui te plaira et je serai une vache si tu le préfères, mais un animal domestique tel qu’un chat ou un chien te serait plus bénéfique. Mais encore une fois, je te laisse choisir et me mettrai sur ton chemin dès que tu te sentiras prête à m’accueillir de nouveau.

Je t’aime, tu es ma maman, ma maman de cœur à jamais.

Je lui transmettrai tes messages EMMIE, es-tu prête maintenant à rejoindre le jardin des animaux ?

Plus que jamais.

Puis elle est venue à côté de moi et nous avons emprunté un chemin de terre bordé de milliers de petites pâquerettes, qui devenait de plus en plus lumineux au fur et à mesure que nous nous approchions du pont des fleurs. Lorsque je me suis arrêté devant, elle l’a franchi  en courant, tellement elle était pressée de se noyer dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir EMMIE, à bientôt, ressource toi très vite !

La rencontre avec ATHOS s’est faite sur un chemin bordé d’herbe et de fleurs de toutes les couleurs. Il m’a regardée lorsque je me suis approchée de lui et s’est levé pour venir à ma rencontre. Il m’a parlé en premier et m’a dit :

Quel plaisir de te voir, j’allais tout doucement me mettre en route pour rejoindre le pont des fleurs, mais si tu m’y accompagnes ce sera bien plus simple et plus rapide. Depuis 2/3 jours, ce chemin très austère s’est mis à fleurir, il y a des petites fleurs rouges et blanches qui sont apparues et depuis hier il y a aussi beaucoup de jaunes de tous les tons qui sortent de terre, mais sont aussi projetées de là-haut pour illuminer ma route qui me guidera au jardin des animaux.

Cela a mis un peu de temps, ils savent qu’ils ont pris la bonne décision, mais les regrets et la culpabilité subsistant, je suis resté encore un peu auprès d’eux et je les ai accompagnés dans leur quotidien à chaque instant de leur vie.

Mais ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le jardin des animaux. Depuis 2/3 jours elle va mieux, je sais que c’est le moment pour moi de partir et je suis très heureux et soulagé de savoir que tu m’aideras à faire le passage. Dis-leur qu’ils ont pris la bonne décision, je n’étais souvent déjà plus dans mon corps et me réfugiais dans l’astral pour mieux gérer mes douleurs et je les remercie d’avoir eu le courage de m’aider à partir. Je sais combien ce choix a été cruel et difficile pour eux, mais c’était le bon.

Depuis mon départ, je ne ressens plus aucune souffrance, je me sens bien et je sais qu’après un passage au jardin des animaux, où je pourrai me reposer et me ressourcer, je pourrai aussi leur revenir.

Je lui transmettrai tes messages ATHOS, mais tu sais que tu es très entreprenant depuis mon arrivée, tu me parles et je n’ai même pas pu te dire que c’est ta gardienne qui m’envoie vers toi pour te transmettre des messages et te poser des questions :

Les questions que j’avais à lui poser sont:

 Nous en veut-il de l’avoir fait piquer ? 

Est-il heureux là où il se trouve actuellement ? 

A-t-il était heureux pendant ses 13 années passé avec nous ? 

 Les messages que je vous voudrais qu’il reçoive sont: 

 Qu’on l’aime très fort et pour toujours et qu’on ne l’oubliera jamais.

Qu’il nous a rendu heureux et qu’on le remercie pour tout le bonheur et l’amour qu’il nous a procuré 

Qu’on est désolé d’avoir pris la décision de mettre fin à ses jours mais qu’on ne voulait plus qu’il souffre et que cette décision a été très dure pour nous 

Et qu’il aura été le meilleur compagnon qu’on  puisse avoir.

Oh pardon, c’est vrai que j’ai toujours été un compagnon plein de vie et en demande d’attentions. J’avais besoin d’affection et de câlins et je la suivais au pas. Cela doit bien leur manquer depuis que mon corps commençait à être fatigué et usé, j’ai dû lâcher et me calmer un peu. Mais au fond de moi je suis resté le même et je leur reviendrai avec la même énergie, avec la même fougue dans le corps d’un jeune chien en pleine forme.

Dis-leur que je les aime très fort aussi et ils me manquent. Même si je peux les voir, les entendre, ne plus pouvoir se câliner me coûte autant qu’à eux. J’ai vécu une vie de roi auprès d’eux. J’étais le pacha pour elle et je l’ai accompagnée sur son chemin tant que j’ai pu. J’étais son bébé, son petit garçon et ma vie terrestre a été merveilleuse. Que du bonheur et même si au paradis des animaux c’est le paradis, moi j’ai très envie de leur revenir pour continuer notre belle histoire ensemble.

Je ne suis pas malheureux, loin de là, mais ma vie est avec elle et auprès d’eux. Là-haut ne règnent que l’amour, la paix en toute harmonie. Mais ici-bas je retrouve la même chose, les mêmes joies avec le plaisir de se faire dorloter et chouchouter en plus. Quoi de plus normal d’être pressé de les retrouver ?

Dis-leur que je les aime et que ce ne sera pas très long.

 Puis il s’est frotté à mes jambes pour avoir quelques caresses et j’ai vu son regard s’illuminer, ses yeux brillaient de petites étoiles scintillantes.

Oui je suis un toutou espiègle et je suis ravi de l’être et de savoir qu’un passage dans l’au-delà me permettra de leur revenir. Cela me remplit de joie et de bonne humeur. Dis- leur merci de m’avoir tellement choyé, ce n’est que du bonheur (miroir).

Puis nous nous sommes avancés sur ce chemin qui est devenu, au fil de nos pas, de plus en plus lumineux, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a regardée d’un air tendre, un regard qui m’a enveloppée de chaleur dans tout mon corps.

Merci d’être toujours là pour nous, je ne t’oublierai jamais, tu es une fée.

Puis il a traversé le pont des fleurs et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir ATHOS, repose et ressource toi très vite !

La rencontre ave Broute s’est faite sur un chemin de bitume très austère. Elle était assise sur son train arrière et semblait figée, collée au sol. A mon approche elle a levé la tête et ses yeux exprimaient une immense détresse. Son regard était triste, et lorsque je me suis présentée à elle pour lui expliquer qui j’étais et la raison de ma venue, elle m’a dit :

Dieu soit loué, je commençais à désespérer. J’étais persuadée que je resterais ici à vie, je n’avais plus guère d’espoir et te voilà, ma maman a trouvé le moyen de m’aider, de nous aider, car depuis mon départ je suis malheureuse, mais elle l’est encore plus.

Puis elle s’est mise à pleurer. Je pouvais voir les larmes perler et couler sur ce sol froid et triste. Je lui ai demandé la permission de la caresser, et après quelques instants, elle s’est levée et est venue se frotter à mes jambes. Je lui ai caressé la nuque, elle poussait des petits ronrons et des miaulements de plaisir. Lorsqu’elle s’est calmée, je lui ai dit que j’avais un message pour elle et aussi quelques questions :

Je voulais te dire que tu es celle que j’ai aimé et que j’aime encore le plus au monde. Je t’aimerai toujours et tu me manques terriblement depuis presque un an. Je suis tellement désolé de t’avoir confrontée à mes angoisses durant tes dernières années. Est ce que tu m’en veux? Est-ce mon stress qui a provoqué ton cancer? Je suis désolé de ne pas l’avoir vu a temps ce cancer… J’espère que j’ai été quand même une bonne maman pour toi … Je t’aime et je t’aimerai toujours Broute.

Dès que j’avais terminé de lui lire le message, elle s’est remise à pleurer. J’ai essayé de la câliner pour la calmer, et après un petit moment, elle m’a dit :

Merci, que c’est bon les câlins, ça fait si longtemps que j’ai oublié combien c’était bon de se faire cajoler. Dis-lui qu’elle aussi me manque, moi aussi je l’aime et je suis tellement triste de la voir en souffrance. Même si je me sens un peu ankylosée, je me rends compte que je n’ai plus de douleurs et que je me sens bien physiquement. Mais sa grande souffrance et sa culpabilité m’empêchent de partir au jardin des animaux. Je suis toujours encore dans son entourage et je l’accompagne dans son quotidien, mais elle ne peut plus me voir et l’absence de ma présence physique lui manque.

Elle avait besoin de mon énergie pour continuer à avancer et surtout pour l’aider à vivre et soulager les moments difficiles. Dis-lui de ne pas culpabiliser, elle ne pouvait pas voir que j’étais malade, le mal me rongeait de l’intérieur et elle ne pouvait pas le remarquer. C’était mieux pour elle, elle a assez souffert dans sa vie avec de fortes périodes de stress et d’angoisses, et de me soigner plus tôt n’aurait servi qu’à la rendre plus malade encore.

J’étais sur mon chemin et on ne pouvait rien pour moi. Qu’elle n’ait aucun doute ni regret à ce sujet et qu’elle ne pense pas que c’est de sa faute si j’étais si malade.

Dis-lui que ma mission consistait à la nettoyer énergétiquement et lui apprendre le détachement affectif. Oui j’étais un chat de type timbre-poste et je devais l’aider à vivre sa vie et ses relations avec plus de liberté et de zénitude. Je n’ai pas terminé ma mission auprès d’elle et il est important que je puisse rejoindre le paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer, mon âme aspire fortement à lui revenir pour continuer mon travail. Mais tant que je reste là entre deux, ce n’est pas possible. Un passage dans l’au-delà est nécessaire et tant que je suis là et que je m’accroche à elle, elle ne peut faire son travail de deuil et moi je lui pompe toute son énergie et cela la rend encore plus malade et dépressive.

Dis-lui qu’elle a été une maman merveilleuse pour moi, nous avons été très fusionnelles et elle m’a donné beaucoup d’amour. C’était du bonheur de partager de doux moments de tendresse ensemble et que j’ai très envie de lui revenir. Après un petit passage là-haut, ce sera possible. Qu’elle écoute son cœur et ne me ferme pas sa porte, nous pourrons de nouveau vivre une belle histoire ensemble.

Je me charge de lui transmettre tes messages Broute, es-tu maintenant prête à partir ?

Je le suis, j’attends ce moment depuis si longtemps.

Puis nous nous sommes avancés sur le chemin de bitume qui s’est, au fur et à mesure que nous avancions, transformé en un beau chemin de lumière. Il y avait de petites étoiles dorées et argentées qui brillaient dans le ciel. Arrivées au pont des fleurs je me suis arrêtée et elle m’a dit :

Merci, toute ma gratitude pour ce que tu fais pour nous et merci, mille merci à ma maman d’avoir fait appel à toi. Dis-lui que je l’aime et qu’elle doit écouter son cœur et se mettre bientôt à ma recherche. Je me mettrai sur son chemin et nous retrouverons notre si belle complicité avec amour, beaucoup d’amour.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Broute, paix à ton âme !

La rencontre avec KAYM s’est faite dans un jardin, il était couché de tout son long dans l’herbe et me regardait m’approcher de lui. Juste avant que je n’arrive à sa hauteur, il s’est levé et a commencé à tourner autour de moi pour me renifler. Je l’ai laissé faire, j’ai attendu et lorsqu’il s’est arrêté c’est lui qui m’a parlé en premier.

Désolé pour cette prise de contact, j’ai bien vu que tu dégageais de bonnes ondes, tu es enveloppée de belles couleurs mais j’avais aussi besoin de te sentir. C’est plus fort que moi c’est un peu comme ça qu’on fonctionne ici, la méfiance est de rigueur (imagedu  gardien/miroir). A vrai dire, je l’ai fait par automatisme, je savais dès que je t’ai vue que j’avais de la chance, car tu es venue pour nous aider mon papa et ma maman et moi à ce qu’ils puissent enfin commencer leur deuil et m’aider à faire le passage. Heureusement qu’il existe des âmes comme la tienne car tant que je reste là, je ne suis pas bien, je suis entre deux et mon âme errante les accompagne à chaque instant de leur vie. Je leur puise leur énergie, je m’accroche à eux au détriment de leur santé physique et émotionnelle.

Dis-leur que je les aime mais qu’ici ce n’est plus ma place et qu’un passage là-haut est obligatoire pour me permettre de me reposer et me ressourcer si je veux leur revenir, et mon âme n’aspire qu’à cela. Ils sont mes parents aussi, je fais partie de leur famille comme un membre à part entière et je suis leur garçon. Ils ont besoin de moi tous les deux pour continuer à avancer sur leur chemin, surtout lui mon papa.

J’étais relié à lui, il était mon gardien et ma mission consistait à l’ouvrir à l’amour inconditionnel. J’étais là pour l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur. Et lorsqu’il me chérissait, c’était son petit enfant intérieur qu’il nourrissait de tendresse (manque d’amour dans l’enfance).

La maison leur semble vide depuis mon départ, mais c’est pire, c’est leur cœur qui est vide et ils ont besoin de moi pour se sentir à nouveau plein à l’intérieur d’eux. Depuis mon absence, il leur manque une partie d’eux-mêmes et c’est affreux pour lui. Il s’enferme dans sa douleur et ne se laisse plus approcher, il a peur de montrer sa grande souffrance s’il sort de sa zone de confort.

Dis-lui qu’il a besoin de vivre, d’exprimer son deuil et qu’ils retrouveront toute la famille, la paix et l’harmonie dans leur cœur et leur esprit lorsque j’aurai fait le passage. Qu’ils ne culpabilisent pas, le mal me rongeait de l’intérieur (cancer) et ils ne pouvaient pas le voir. Moi je le pressentais, je savais que j’étais sur mon chemin et que le docteur ne pouvait plus rien pour moi. Je me suis vu à la clinique lorsqu’ils m’ont opéré et je suis sorti de mon corps, j’étais en lévitation et je les ai vu et entendu faire, je savais qu’lls ne pouvaient plus rien pour moi, qu’il me serait impossible de le réintégrer. Mon cœur était fatigué, il ne l’a pas supporté.

Je sais que le choc a été brutal pour vous tous et que vous avez encore du mal à comprendre ce qui est arrivé, surtout aussi vite. Je suis si triste de vous voir me pleurer, de voir votre grande détresse alors que je souhaite que votre bonheur. J’ai été si heureux avec vous et il me tarde de vous retrouver pour continuer notre belle histoire ensemble.

Je manque aussi aux enfants, il leur manque un frère, eux aussi ont envie de me retrouver dans le costume d’un bébé chien. Ne doutez pas, la réincarnation peut se faire très vite, mais pour cela un petit passage là-haut est nécessaire. Je sais que vous ne voulez pas me remplacer, c’est moi qui dois vous revenir, et lorsque vous vous mettrez à ma recherche, je me mettrai sur votre chemin. Même si cela ne fait pas partie de vos croyances, n’en doutez pas, vous serez guidés et saurez me reconnaître au 1er regard. Faites-vous confiance et donnez-vous cette chance. Je vous aime et ma place est auprès de lui et de toute la famille.

Je me charge KAYM de leur transmettre tes messages, es-tu prêt maintenant à rejoindre le paradis des animaux ?

Plus vite j’y serai, plus vite je pourrai leur revenir.

Puis nous nous sommes avancés sur un chemin de lumière où brillaient des milliers d’étoiles dorées et argentées. Lorsque nous sommes arrivés au pont des fleurs, il s’est arrêté et m’a dit :

Merci, amour et gratitude à toi, je peux enfin me ressourcer et j’ai la chance de le retrouver très vite et merci aussi à ma douce et tendre maman d’avoir fait appel à toi pour nous aider.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir KAYM, bon voyage !

La rencontre avec Chaussette s’est faite sur un chemin de terre, elle était- assise sur son ventre et semblait m’attendre. Je me suis doucement approchée d’elle et avant même que je lui explique la raison de ma présence, elle s’est levée et elle est venue vers moi pour me dire :

Je sais que c’est ma maman qui t’envoie, elle y songe depuis un petit moment et je suis heureuse de pouvoir te donner des messages pour elle. Mon départ la rend très malheureuse et elle n’arrive pas encore à s’habituer à mon absence. Son cœur est vide, et lorsqu’elle rentre le soir, elle a l’impression de ne plus être chez elle. Et pourtant je suis encore partout avec elle, je la suis comme son ombre partout où elle va, je vois ce qu’elle fait, j’entends ce qu’elle dit et je suis triste de la voir si triste.

Dis-lui que je lui reviendrai, car depuis mon départ, même si mon âme est errante et s’accroche à elle et lui pompe son énergie, c’est comme si c’était vide dans son cœur et dans son âme. Elle se rend bien compte que de vivre sans animal n’est pas possible. Nous les animaux sont là pour vous, pour vous aider à avancer sur votre chemin de vie et depuis mon départ elle est un peu perdue Elle a besoin de ton aide et moi aussi, car si je veux lui revenir, un passage au jardin des animaux est obligé.

Tu as raison Chaussette, c’est une des raisons pour lesquelles je suis ici, mais j’ai aussi des messages pour toi et des questions :

Le message que je souhaite lui passer est que je l’aime de tout mon cœur, bien plus que beaucoup de gens de mon espèce. Que je la remercie d’avoir été ma meilleure amie, qu’elle a été absolument parfaite. Elle me manque, sans pouvoir décrire à quel point son absence est un déchirement dans mon cœur. Je la remercie d’avoir été sur mon chemin et de m’avoir tant apporté, et je la remercie également pour la qualité de la relation que nous avons pu avoir. Je lui souhaite d’être heureuse et de ne plus souffrir, naturellement.

 Concernant mes questions, en espérant ne pas trop en poser et pouvoir obtenir le réconfort d’une réponse : 

 – Quelle a été sa mission dans ma vie ? 

– A-t-elle été heureuse dans la globalité de son existence terrestre à mes côtés ? L’ai-je soignée comme il le fallait ? 

– A-t-elle souffert de quelque chose moralement ? 

– S’est-elle sentie seule parfois ou m’en ai-je bien occupée ? ( A-t-elle reçu suffisamment d’amour ? )

– Ai-je fait le bon choix de l’euthanasie, et a-t-elle été heureuse que je l’accompagne jusqu’à son dernier souffle ?

– Vient-elle près de moi de temps en temps et se retrouvera-t-on ici ou de l’autre côté ? 

– A-t-elle quelque chose d’important à me dire en rapport avec ce qu’elle pouvait observer de ma vie ? 

Dis-lui d’abord merci de m’avoir aidée à partir, même si elle culpabilise maintenant. Il ne faut pas, elle a pris la bonne décision et je lui en suis si reconnaissante. Je ne ressens plus aucune douleur et me sens à nouveau très légère.

Dis-lui aussi que je l’aime plus qu’une amie, elle était ma maman, je me suis sentie être sa fille et nous étions très liées. Nous étions très fusionnelles et savions toutes les deux de quoi l’autre avait besoin. Si mon absence la fait autant souffrir, c’est tout simplement parce que nous sommes des âmes sœurs. Nous avons déjà vécu plusieurs vies ensemble dans d’autres incarnations à elle aussi, et bien entendu je lui reviendrai pour continuer notre aventure ensemble.

J’ai eu une belle vie de chat, j’ai été très heureuse à ses côtés et je n’ai jamais manqué de rien. Elle s’est toujours bien occupée de moi, même si parfois elle me laissait seule, ce que je n’aimais pas.. Mais je n’avais pas peur qu’elle m’abandonne, je savais qu’elle avait des obligations ailleurs et qu’elle reviendrait.

J’ai eu beaucoup d’amour de sa part et ce fut réciproque. J’étais un chat de type timbre-poste et ma mission consistait à la nettoyer énergétiquement et surtout à lui apprendre le détachement affectif. Ma présence lui a permis de se reconnecter à son petit enfant intérieur, et lorsqu’elle me chérissait, c’est son petit enfant intérieur qu’elle nourrissait de tendresse. Cela lui a permis d’oublier et de ne pas souffrir des carences affectives qu’elle a subies.

Je n’ai pas souffert moralement, mais lorsqu’on la faisait souffrir je ressentais son désarroi, son mal-être et j’en souffrais aussi. Dis-lui qu’elle a beaucoup d’empathie et de compassion avec les animaux, bien plus qu’avec les  humains et que ce serait bien pour elle d’apprendre à communiquer avec eux. Cela lui ouvrirait d’autres portes pour se reconnecter à sa source et connaître sa mission de vie à elle.

Elle a une belle âme et elle mérite qu’on l’aime pour ce qu’elle est, et apprendre à parler aux animaux lui donnerait un centre d’intérêt qui l’obligerait à sortir de sa zone de confort pour s’affirmer et aller vers les autres.

Ma mission auprès d’elle n’est pas terminée et je souhaite pouvoir lui revenir très vite. Qu’elle n’ait pas de crainte, ni de regret, elle m’a bien soignée et je me sentais être sa petite princesse. Si tu m’aides maintenant à faire le passage, je pourrais me ressourcer, et elle pourra commencer son deuil et se mettre à ma recherche.

Je vais t’accompagner jusqu’au pont Chaussette et il suffira de le traverser lorsque je m’arrêterai devant.

Je n’ai pas peur, ce n’est pas la première fois que je le traverse et je sais que de l’autre côté l’endroit est merveilleux.

Puis nous nous sommes avancées et arrivées devant le pont, elle m’a dit :

Merci, merci pour ce que tu fais et merci à ma maman d’avoir et d’être toujours encore là pour moi. C’est la seconde fois qu’elle me laisse partir aujourd’hui et elle va le ressentir. Elle se sentira apaisée et retrouvera la paix dans son cœur et son esprit. Dis-lui que je l’aime et que mon âme aspire à la retrouver très vite.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Chaussette, à bientôt !

La rencontre avec MIKE s’est faite sur un chemin tout blanc, givré. Il était assis et a levé la tête vers moi. J’ai pu apercevoir des yeux jaunes/dorés, des yeux qui me regardaient avec beaucoup d’espoir. Avant même que nous échangions le moindre mot, je pouvais lire dans son regard qu’il était content de me voir. Je lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions pour lui :

Il prenait une très grande place dans nos cœurs.

On veut pour commencer savoir s’il va bien ?

Ou est-il exactement?

Pense t il a revenir près de nous?

Je veux qu’ il sache qu’ on aura toujours une place pour lui ici-bas.

Tu manques beaucoup a pantoufle (une chatte de 13 ans qui partage notre foyer).

Elle ne mange presque rien depuis que tu es parti.

Maman souffre trop sans toi elle veut continuer sa vie avec toi a ses cotés.

On attend de tes nouvelles très vite.

Des énormes bisous.

A bientôt Mike

Que je suis heureux qu’ils aient fait appel à toi. Tu es venue pour m’aider à faire le passage, je le sais, ça se voit dans ton aura que tu as cette empathie et cette compassion, et je suis rassuré, je suis soulagé. J’avais peur d’être obligé de rester là longtemps. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste entre deux, dans leur entourage, ni  eux, ni moi, ni Pantoufle ne trouveront la paix. Et c’est très inconfortable pour Pantoufle, elle peut me voir et elle sait que je leur pompe leur énergie et que si ça dure trop longtemps, ils vont finir par tomber malade ou souffrir de dépression.

Ne t’inquiète pas MIKE, je suis là pour les aider et t’aider toi à rejoindre le jardin des animaux.

Dis-leur que j’étais sur mon chemin et j’avais préparé mon départ depuis un petit bout de temps. Nous les animaux ne restons que très peu de temps auprès de vous, mais lorsqu’on part dans de bonnes conditions et qu’on a la chance de pouvoir se reposer et se ressourcer au paradis des animaux,on peut aussi vous revenir très vite. Je sais que je leur manque beaucoup et c’est réciproque, même si moi je peux les voir et les entendre. Mais ne plus pouvoir se câliner et ronronner sur ses genoux me manque aussi.

Maintenant je vais bien, je ne ressens plus aucune douleur, au contraire, je me sens léger, j’ai presque l’impression de flotter tellement je me sens souple. Mais tant que je reste ici-bas, je ne peux vous revenir et mon âme aspire à vous revenir pour veiller sur vous et vous protéger.

Je suis relié à elle (mère), elle est ma maman et je suis son garçon. J’étais là pour la protéger mais aussi pour lui apprendre le détachement affectif, l’aider dans les passages difficiles de sa vie et lui permettre de ne jamais perdre pied. J’ai bien rempli cette tâche, mais je dois quand même lui revenir pour continuer de l’aider à avancer sur son chemin et la guider sur son chemin spirituel.

Je lui avais déjà été envoyé par un ancêtre dans cette vie-là et la précédente.

Dis-leur que je les aime et qu’ils  ont besoin de mon énergie, Pantoufle quant à elle ne pourra pas assumer tous les rôles, elle est plus reliée à H….. (fils) et vous verrez que lorsque je serai vraiment parti, elle se remettra à manger. Un court passage est nécessaire pour pouvoir vous revenir, ce ne sera pas très long et dès que vous vous mettrez à ma recherche, je saurai venir à votre rencontre. Pas de doutes, lorsque vous me verrez, ce sera une évidence pour vous. Vous saurez au premier regard que c’est moi.

En attendant, dès que je serai là-haut, je vous enverrai des petits signes et viendrai même vous faire des petits coucous. Ma place est dans vos cœurs et vous êtes dans le mien,  mais elle est avant tout avec vous, à côté de vous et sur le plan terrestre.

Je me charge de leur transmettre tes messages Mike, es-tu prêt maintenant à faire le passage ?

Je le suis

Aussitôt il s’est mis debout et est venu à côté de moi. Nous avons emprunté un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Il y avait des étoiles qui scintillaient, de toutes les couleurs, et arrivés au pont, il l’a traversé sans hésiter et s’est noyé dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Mike, à bientôt !

La rencontre avec BELIZA a eu lieu dans un jardin, elle était assisse et regardait m’approcher d’elle sans bouger. Je lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions de la part de sa gardienne :

Ma Béliza, je suis si triste de ton départ, sans avoir pu te dire au revoir. Tu devais souffrir ces derniers jours, c’est arrivé si vite, je ne pensais pas te perdre si brutalement. Avant ça, tu mangeais bien, tu jouais et je pense que tu étais devenue copine avec Brooklyn . Je n’ai pas vu la maladie s’installer. Je t’aime tant ma Béliza ! Est-ce que le « passage » c’est bien passé ? Pourquoi ne m’as-tu pas attendu ? Tu sais, quand j’ai pris Brooklyn c’était pour que tu ne déprimes pas, que tu ne restes pas seule et pour moi c’était Voslo qui était revenu, le savais tu ? Tu me manques ma jolie Béliza , si douce et si gentille, tes câlins me manquent et tes doux ronrons ! Parle-moi ma douce, dis-moi si tu reviendras ?? Vas-tu retrouver Voslo ?? Plein de câlins à ma poupette . Je t’aime pour toujours

Je sais que mon départ a été brutal pour elle, elle est sous le choc et n’arrive  pas à comprendre pourquoi ce fut si rapide. Dis-lui que j’arrivais à gérer les douleurs, je me réfugiais dans l’astral et je n’étais déjà plus dans mon corps lorsqu’elle m’a emmenée chez le vétérinaire. C’est vrai que ce fut rapide, je n’ai moi-même pas eu le temps de préparer correctement mon départ. Maintenant je suis là, entre deux et j’attends qu’on m’aide à faire le passage. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste dans leur entourage, je leur pompe leur énergie. C’est très inconfortable pour BROOKLYN qui me voit, et tant que je reste là, elle n’arrivera pas à faire son deuil.

Dis-lui de ne pas s’inquiéter, je ne souffrais pas trop, je gérais, et dis-lui aussi de ne pas être trop triste de n’avoir pu me dire au revoir. Je le sais et je sais combien cela lui torture l’esprit. Mais il n’y a que mon corps physique qui n’est plus, mon âme est éternelle et elle la suit comme son ombre.

Dis-lui aussi de ne pas culpabiliser, elle ne pouvait pas voir ma maladie, elle a fait tout ce qu’il fallait faire pour moi et elle a toujours pris soin de moi. Cette maladie était sournoise et elle m’a emportée sans me laisser aucune chance. Dis-lui aussi de ne pas culpabiliser pour BROOKLYN, nous sommes redevenus des copains. Je savais qui il était mais son retour a été difficile pour moi, même si je l’attendais. Il m’avait dit au moment de son départ qu’il nous reviendrait, c’était un peu compliqué parce qu’il est revenu en pleine forme et avec beaucoup d’énergie. C’était surprenant et en même temps normal.

Moi aussi je me sens de nouveau légère maintenant et lorsque je serai monté au jardin des animaux je pourrai de nouveau courir et gambader à droite à gauche. Je pourrai me ressourcer et me reposer et lorsque je vous reviendrai, je pourrai de nouveau jouer et m’amuser avec lui. Ne t’inquiète pas, tu as bien fait de le reprendre, il a sa place chez nous et auprès de toi et je me suis adaptée à sa fougue.

Je sais que je te manque, mais ce ne sera que pour une courte durée. Si j’ai aujourd’hui la chance de monter au paradis des animaux, je pourrai dans très peu de temps songer à préparer mon retour. Toi aussi tu me manques, tu es ma maman et j’étais ta fille, ton bébé. J’adorais lorsque tu me disais que j’étais la plus jolie. C’est vrai que je l’étais ! Mais mon âme qui est reliée à la tienne (miroir) est encore plus belle.

J’avais la mission de t’apprendre le détachement affectif, oui j’étais un chat de type timbre-poste et je trouve que j’ai bien effectué ce travail. Tu peux à présent vivre sans souffrir de dépendance ou co-dépendance et lorsque je te reviendrai, j’aurai la belle mission de t’aider à avancer sur ton chemin et t’accompagner dans ta voie spirituelle.

Moi aussi je t’aime d’un amour profond et sans faille et cet amour nous le partagerons de nouveau. Garde confiance et accepte que ce départ soit la fin de quelque chose pour le renouveau, la naissance d’une nouvelle vie ensemble. Mais pour cela un passage là-haut est nécessaire.

Je me charge de lui transmettre tes messages BELIZA, et si tu es prête je vais maintenant t’accompagner jusqu’au pont des fleurs ?

Je le suis et j’ai hâte de le traverser. Elle pourra enfin commencer son travail de deuil, et d’ici peu de temps elle pourra se mettre à ma recherche.

Puis elle est venue à côté de moi et nous nous sommes avancé toutes les deux sur un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs elle m’a dit :

Merci et merci à ma maman de cœur de se mettre à ma recherche afin que je puisse à nouveau la soigner avec mes câlins et mes doux ronronnements.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir BELIZA. A bientôt !

 

La connexion avec ERMES s’est faite dans cette magnifique prairie qui se trouve après le pont des fleurs et juste avant le paradis des animaux. Il était assis dans un champ de coquelicots et tout était rouge autour de lui. Je me suis adressée à lui pour lui expliquer que sa gardienne me chargeait de messages et de questions pour lui :

Je souhaite que vous puissiez lui dire :

– que je l’aime de tout mon cœur et que je l’aimerai toujours

– Qu’il me manque beaucoup. Il était mon compagnon, mon confident et mon chat d’amour comme je lui disais.

– Que je souhaite qu’il monte vers la lumière, au paradis.

– que je regrette de ne pas avoir compris assez tôt qu’il était malade, que c’était grave et je m’en veux beaucoup.

– Que je regrette d’avoir dû le faire euthanasie, mais je ne voulais pas qu’il souffre pour mourir.

– Que je regrette aussi de ne pas lui avoir laissé plus de liberté, mais j’avais si peur qu’il lui arrive quelque chose. Je voulais le protéger.

 Maintenant, j’ai quelques questions à lui poser si c’est possible :

– Est-ce qu’il a été heureux avec moi ?

– Est-ce qu’il est bien là où il est.

– Pourquoi est-il parti si vite.

– avait-il une mission  auprès de moi, laquelle,

– Quand il s’essayait et regardait souvent dans un coin ou devant un mur de ma chambre en suivant quelque chose d’invisible pour moi, me protégeait-il de quelque chose ? De quoi?

– Est-ce qu’il pense que j’ai besoin de reprendre un autre compagnon pour me protéger ?

  Car si cela n’est pas nécessaire je n’en reprendrai pas vu mon âge (69 ans) car je ne voudrais pas partir avant lui et le laisser avec d’autres personnes qui ne sauraient pas s’en occuper comme moi. Car il le sait, avec moi mon compagnon est un roi.

 Je lui envoie tout mon amour et  j’espère le retrouver là-haut comme je lui ai dit lorsque je lui ai dit au revoir à la clinique. Dites-lui que j’ai été heureuse de lui avoir servie de maman sur terre.

Je sais qu’elle a beaucoup de mal à faire son deuil, je sais combien c’est difficile pour elle de me laisser partir et j’ai mis un peu de temps à pouvoir faire le passage. Maintenant je suis dans ce lieu magique et après notre échange, je pousserai la porte du jardin des animaux qui se trouve juste derrière moi pour rejoindre mes congénères et toutes sortes d’animaux.

Dis-lui qu’elle aussi me manque, elle était ma maman d’amour, j’étais son chat d’amour. Moi aussi je l’aime et ne plus pouvoir se câliner est une triste épreuve pour moi aussi. Nous étions très fusionnels et nous partagions tant de choses. Dis-lui de ne pas s’en vouloir, elle ne pouvait pas se rendre compte de mon état. C’est une maladie très sournoise, mais qui hélas intoxique tout le corps lorsque les reins ne filtrent plus et c’est douloureux.

Elle a fait le bon choix, elle a pris la bonne décision de m’aider à partir et je sais combien cela lui a été difficile, mais il n’y avait pas d’autre alternative. J’étais sur mon chemin, je préparais mon départ et je lui suis si reconnaissant de m’avoir accompagné. Maintenant je vais bien, je me sens de nouveau tout jeune et je peux à nouveau me promener et courir à droite et à gauche. Je m’amuse de regarder les abeilles et les papillons voler de fleur en fleur.

C’est vrai que j’aurais aimé profiter de l’extérieur pour me ressourcer avec les énergies de la terre, mais je savais qu’elle avait trop peur de me perdre. Nous avons été très heureux ensemble et j’ai vécu une belle vie de chat. Je me suis senti comme un roi, elle a raison de le dire, avec elle j’étais considéré comme un être humain et j’étais le centre d’intérêt. C’était chez moi et c’est elle qui habitait chez moi. Elle m’a respecté comme son égal, j’étais son compagnon de vie et son confident. Lorsqu’elle n’allait pas bien je le savais tout de suite, il suffisait que je la regarde et je pouvais lire ses inquiétudes et ses soucis dans ses pensées.

J’étais là pour la nettoyer énergétiquement et pour l’aider à avancer sur son chemin. Pour cela il a fallu lui apprendre le détachement affectif, mais aussi professionnel. J’étais là pour l’assister et la soutenir à une étape de sa vie. Sa vie sentimentale n’a pas toujours été comme elle aurait voulu qu’elle soit et j’étais là pour lui apporter tout l’amour dont elle avait besoin pour le lui faire oublier et ne pas vivre dans la frustration. Et puis j’étais là aussi lorsqu’elle a arrêté son activité, elle n’était pas seule à cette période charnière.

Dis-lui qu’elle a beaucoup de peurs et de croyances en elle et son rapport à la vie dans ce qu’il y a de plus profond. Il existe encore de vieilles mémoires, cela a cristallisé les énergies des reins et j’étais là pour la protéger.  Ma mission consistait aussi à la protéger énergétiquement et je me chargeais de nettoyer le lieu et de la libérer des énergies qui ne lui appartenaient pas.

Oui elle a besoin de reprendre un autre compagnon. Elle ne peut pas rester sans, depuis mon départ elle se sent vide et son foyer est vide, dénué de toute âme. Et moi j’ai bien entendu envie de lui revenir. Ma mission auprès d’elle n’est pas terminée et même si la réincarnation ne fait pas partie de ses croyances, nos âmes sont reliées et la mienne aspire à la retrouver sur un plan terrestre et pas là-haut.

Dis-lui que si ses peurs sont trop présentes, je peux lui revenir dans le corps physique d’un chat qui a déjà un certain âge. Il ne tient qu’à elle et j’endosserai le costume du chat qui lui plaira et dont elle aura besoin. Explique lui qu’il y a des transferts d’âmes qui se font chez les animaux et que j’ai la faculté de lui revenir dans le corps d’un chat ayant déjà un certain âge si elle le préfère. Qu’elle se laisse un peu de temps pour la réflexion avant de nous fermer la porte qui nous permettrait de nous revoir très vite et de continuer notre belle histoire ensemble.

Je la remercie pour tout l’amour qu’elle m’a donné, je me suis senti être son garçon, elle était ma maman et lorsqu’elle me câlinait, c’était son petit enfant intérieur qu’elle nourrissait de tendresse. C’était tellement doux et j’ai profité de ces instants merveilleux.

Je vais maintenant pousser la porte du paradis des animaux pour me ressourcer. Dis-lui que ce ne sera pas très long et qu’il ne tient qu’à elle pour nous retrouver.

Je l’aime ma mamounette d’amour !

Communication du 23/11/2018 :

Il me dit que vous devez encore réfléchir et que si vous changez d’avis il pourra à tout moment se réincarner dans le corps physique de ce petit chat ou un autre puisque il y a des transferts d’âme chez les animaux.

Quoi que vous décidez il restera toujours relié à vous que ce soit sur le plan terrestre ou dans l’au-delà.

Il vous aime et c’est bien dommage que vous ne vous autorisez pas à le reprendre.

Vous avez besoin d’amour et il est prêt à vous en donnez beaucoup.

Camera

La rencontre avec Natacha s’est faite à l’entrée d’une grotte d’où émergeait une lumière blanche très vive. Elle était assise et semblait m’attendre. Lorsque je me suis présentée à elle, elle m’a tout de suite dit :

Je t’attendais, je sais que mon papa a fait appel à toi pour nous aider et je suis contente que tu sois là. Regarde et admire cette belle forêt autour de toi, c’est ici qu’il a enterré mon corps, mon enveloppe physique et il vient me voir toutes les semaines. Il m’a aussi aménagé un petit autel dans cette petite grotte et vient prier pour nous. J’aimerais que tu m’accompagnes dans ce lieu où il allume des bougies et de l’encens, c’est un endroit où règnent de très bonnes énergies.

Puis elle est rentrée et m’a invité à la suivre. J’ai dû fermer les yeux et les rouvrir doucement tellement la lumière était aux abords très éblouissante puis s’est transformée dans les jolies couleurs de l’arc en ciel. Elle m’a dit :

Regarde, tu sens l’énergie qui règne ici ? Tu sens tout l’amour qu’il apporte ici, toute l’empathie et la compassion qui inondent cet endroit ? C’est lui, c’est mon papa d’amour qui véhicule et transmute tout son état d’être ici. Je lui manque, il se sent profondément démuni, il lui manque une partie de lui sans moi, et me pleure beaucoup. Ici aussi il verse des larmes à chaque passage, c’est très douloureux pour lui et en même temps c’est tellement fort que ça se transforme en bonnes ondes et en énergie divine.

Moi je m’y sens bien et je le remercie de tout mon cœur. Je pourrais rester ici pour l’éternité tellement l’endroit est magique, mais ce n’est pas ma place. Les êtres de lumière sont là aussi, ils sont présents au quotidien et attendent que je sois prête pour les suivre et traverser le pont des fleurs avec eux.

Je le suis et je suis aujourd’hui rassurée de pouvoir te donner un message pour lui et lui dire combien je l’aime, que mon âme est éternelle et que ma place n’est pas ici, même si c’est devenu un sanctuaire d’amour et de paix, ma place est auprès de lui. Et pour cela un passage au paradis des animaux est nécessaire.

Je suis là Natacha pour te donner également un message de sa part :

Je veux lui dire que je lui demande pardon de l’avoir fait euthanasier. Dites-lui que je l’aime de tout mon cœur. Elle est toujours ma petite fille chérie, je ne l’oublierai jamais. Elle restera dans mon cœur pour toute l’éternité. Je la remercie pour tout le bonheur qu’elle m’a apporté, et de m’avoir donné tellement, tellement d’amour.

Je sais qu’elle est maintenant en compagnie des êtres de lumière qui sont venus la chercher.

J’aimerais qu’elle me dise comment est sa vie maintenant, et qu’elle me dise si elle a un message à me transmettre.

A-t-elle été heureuse avec moi pendant ces 10 années que nous avons vécues ensemble ?

 Dis-lui que j’étais sur mon chemin et qu’il a pris la bonne décision de m’aider à partir. Ce n’était plus possible de me médicamenter, je me réfugiais de plus en plus souvent dans mon corps astral pour supporter cette fatigue et cette oppression, et lorsqu’on m’a aidé à passer de l’              autre côté, je n’étais déjà plus dans mon corps.

Je sais combien cette décision lui a été difficile et je sais qu’il l’a fait par amour pour moi et lui en suis très reconnaissante. C’était le meilleur des choix qu’il pouvait faire pour moi avec en sus l’endroit qu’il a choisi pour mon enveloppe corporelle.

De par sa foi et son amour, il a su tout me donner et je suis et me sens entourée de pensées d’amour et de lumière. J’ai vécu une merveilleuse vie de princesse avec lui pendant toutes ces années, et j’étais là pour l’aider à avancer sur son chemin, pour lui donner toute la tendresse et l’amour qu’il mérite. Il n’a pas toujours eu la vie qu’il rêvait d’avoir, il a eu de grands moments de déception avec des attentes profondes radicalement différentes de ce qu’il attendait ou avait idéalisées. Les distorsions ont été trop fortes et j’étais là pour l’aider à vivre ces moments difficiles.

C’est un homme au cœur très sensible et je l’aime plus que tout. Mon âme est en paix et aspire, malgré la somptuosité du lieu à le retrouver sur un plan physique dans la réincarnation d’un autre chat. Lorsque je serai partie au jardin des animaux, son âme à lui ressentira aussi la paix et il pourra commencer son travail de deuil.

Dis-lui que dès que je serai là-haut, je vais préparer mon retour. Je n’ai déjà plus besoin de me reposer et me ressourcer. Le temps passé ici m’a aidé à me délester de toutes les douleurs et souffrances et je le remercie encore pour tout. Dis-lui de ne pas se sentir abandonné, il pourra continuer de venir ici pour se nourrir d’amour et de lumière et dis-lui aussi que si ça ne fait pas partie de ses croyances, je veux et je vais lui revenir.

Qu’il se mette maintenant très vite à ma recherche et je me mettrai sur son chemin. Je n’ai pas besoin que tu me guides jusqu’au pont des fleurs, les êtres de lumière sont là pour moi et je n’ai pas peur, je sais que c’est le chemin pour pouvoir lui revenir.

Puis elle est sortie de la grotte, je l’ai suivie et j’ai vu des êtres de lumière de toutes les tailles, de toutes les couleurs. J’en ai eu le souffle coupé, un rêve éveillé ! J’étais tellement sous l’effet de la surprise que je suis restée là pour les voir partir, mon cœur rempli d’amour. Quelle belle transition, merci à toi Natacha et merci à ton gardien de m’avoir permis de vivre ce moment très fort.

La connexion avec Frimousse s’est faite dans ce pré très luxuriant rempli de petites fleurs fluo de toutes les couleurs. Il était couché de tout son long sur son ventre, les pattes allongées devant et derrière lui, telle une grenouille. Il semblait prendre plaisir à regarder les papillons blancs et jaunes voler d’une fleur à l’autre. A mon approche, il s’est levé pour venir à ma rencontre et je lui ai expliqué que son gardien m’envoyait vers lui pour lui transmettre un message et lui poser des questions :

Dites lui

 1) tout l’attachement et toute l’affection que je continuerai à avoir pour lui

 2) Dites-lui de me faire part de ses besoins même s’il est désormais derrière le voile.

 3) Dites-lui de se manifester et de ne pas m’ abandonner sous quelque forme que ce soit.

Rêves, illusion d’apparition etc.

 4) Faites-lui toutes mes excuses au cas où j’aurais manqué d’attention ou de soin à son égard.

 5) Dites-lui s’il a besoin de quoi que ce soit qu’il vous le fasse savoir.

 6) Est-il satisfait de l’endroit où il est enterré ?

 7) Qu’il ne m’oublie pas Qu’il se manifeste de temps en temps.

 8) Restez attentive à ce qu’il vous dira, en vous priant de me transmettre fidèlement ce qu’il aura à me dire.

Je sais que je lui manque et que mon départ est difficile pour lui. Il a du mal à faire son deuil et à comprendre pourquoi je suis parti si jeune, alors que nous avions encore tant d’années à vivre ensemble. Heureusement qu’il a la foi et qu’il m’a envoyé beaucoup de lumière pour me permettre de faire la transition. Cela m’a beaucoup aidé à faire le passage.

Dis-lui que je me trouve maintenant dans cette magnifique clairière qui se trouve juste devant l’entrée du paradis des animaux et que j’avais besoin de rester là un petit moment, parce que je savais qu’il aurait besoin de prendre contact avec moi, qu’on le lui a fortement conseillé, afin de savoir si tout va bien pour moi.

Dis-lui que je me sens de nouveau tout léger et que je ne souffre plus de cette maladie. Dis-lui aussi de ne pas culpabiliser, cette insuffisance rénale sournoise m’a fait préparer mon départ et j’étais prêt à partir de l’autre côté. J’ai eu de l’aide et je n’ai pas souffert. Je n’avais pas peur non plus. J’étais sur mon chemin et j’ai préféré partir alors qu’il n’était pas là. C’était plus facile pour lui de ne pas être obligé de prendre cette terrible décision. J’ai choisi de partir en son absence par amour pour lui.

Dis-lui que je l’aime et qu’il me manque aussi, même si je peux le voir et venir lui faire des petits signes. De là où je suis, je veille sur lui et le ferai tout au long de sa vie terrestre. Tous les deux nous sommes reliés, nous avons déjà vécu ensemble auparavant, c’était il y a bien longtemps (petite enfance) et si je lui suis revenu dans cette incarnation, c’était pour l’aider à faire le passage d’une étape à l’autre (retraite)

J’aimerais bien lui revenir, mais je sais que lui n’a pas envie de reprendre un autre chat, mais va savoir ? Et s’il change d’avis, je saurai me mettre sur son chemin. Dis-lui de n’avoir aucune crainte, je ne peux pas l’oublier, c’est mon ami le plus fidèle que j’ai connu et je n’ai rien à lui excuser. Je savais lorsqu’il s’absentait qu’il reviendrait et je ne l’ai jamais vécu comme un abandon.

J’ai vécu une belle vie de chat à ses côtés et il m’a toujours respecté comme un humain, comme son semblable. J’ai été très heureux, je l’ai aidé à avancer sur son chemin et à se reconnecter à son soi profond, sa source.  J’ai bien rempli ma mission, il a, lorsqu’il me câlinait, nourrit de tendresse son petit enfant intérieur et apporté la paix et l’harmonie dans son cœur et son esprit.

Où que je sois, mon âme restera relié à la sienne et il sentira toujours ce lien, il ne se sentira pas abandonné.

Lorsque nous aurons fini d’échanger ensemble, je pousserai la porte du jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer en présence des anges blancs, orange et dorés qui y règnent et je lui enverrai de bonnes énergies, car c’est un lieu absolument magique. Mon âme est là-haut et en paix avec elle-même. Mon corps physique n’était que mon enveloppe corporelle et l’endroit qu’il m’a choisi lui appartient, pour moi cela n’a pas d’importance. L’essentiel pour moi est qu’il puisse faire son deuil et continuer à avancer sans ma présence.

Je viendrai lui faire des petits coucous et serai fidèle au rendez-vous s’il se décide à me reprendre.

Dis-lui que je respecte ses choix et que je l’aime.

J’ai rencontré BIBOU sur un chemin très austère, il faisait  gris et il y avait beaucoup de nuages dans le ciel. Il était assis sur son ventre, les deux pattes avant et arrière recroquevillées sous lui, l’image me faisait penser à une poule, une poule couvant son œuf. A mon approche, il a levé la tête et je pouvais apercevoir des yeux d’un bleu puissant, son regard m’a traversée et j’en ai eu des frissons de la tête aux pieds. Il était triste, perdu et donnait l’impression d’être posé là pour l’éternité.

Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour lui transmettre des messages et lui poser des questions :

 Bibou,

Chaque jours sans toi est très difficile depuis ton départ.

Je suis très en colère de la décision que j’ai dû prendre ce soir du 24 Juin, à peine tu as eu le temps de voir notre nouvel appartement. J’espère que tu es à mes côtés tout le temps, c’est pas juste tout ça. J’ai gardé ta boite de pâté et ton petit doudou c’est à toi et personne ne peux le prendre. Ta maladie t’a emporté si soudainement, pourquoi?

Mon cœur est brisé et quand je regarde les dernières photos prises chez le vétérinaire je vois des larmes dans tes yeux, je suis pas bien, pourquoi nous avoir séparés alors que nous étions si heureux?

Ta présence, tout me manque, j’ai besoin que tu reviennes, je sais que tu le sais, je faisais tout pour toi, je sais que tu m’aimes et JE TAIME Bibou. Tu es impossible à oublier. J’attends ton retour et fais-moi des signes afin que je puisse te reconnaitre. Je t’attends Je t’aime. Tu es mon rayon de soleil Bibou. « Aller aller Bibou » notre petit code, je t’attends. Je souhaite Bibou que tu ailles au jardin des animaux. Je t’aime c’est trop dur..

(JENNIFER, ma fille): Tu me manques mon petit bibou d’amour, j’aimais trop quand on jouait ensemble, je t’oublie pas, fait moi des signes quand t’as l’occasion ça fera plaisir et me montrera que tu penses à moi, je t’aime.

 Questions:

  -Est ce que tu m’aimes? Est-ce que je me suis bien occupée de toi?

  -Es-tu à mes cotés même dans le nouvel appartement?

  -Comment puis-je voir tes signes?

  -Tu te souviens de nos derniers instants?

  -M’en veux-tu pour l’euthanasie, tu le souhaitais également ou c’était une erreur?

  -Je voudrais prendre un sacré de Birmanie couleur Lila seras-tu ce petit bébé?

  -Quand me reviendras-tu?

(JENNIFER):

  – Pourquoi es-tu venu dans mes bras avant de mourir?

  -As-tu sentit que tu allais partir?

  -M’aimais-tu?

  -Trouves-tu que je t’ai bien chouchouté à la naissance et durant toute ta vie?

Tu vois bien que je suis toujours là. Dis-lui que sa souffrance, sa grande douleur m’empêchent de partir au jardin des animaux. Dis-lui que son chagrin me retient, que je reste là entre deux, et que je suis toujours avec elle. Je l’accompagne comme son ombre partout où elle va. Je m’accroche à elle et je lui pompe son énergie. Ce n’est pas bon pour elle, elle va finir par tomber malade et moi je ne peux partir au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Je suis triste pour elle, je sais qu’elle était sous le choc, qu’elle n’était pas dans son corps lorsqu’elle a dû prendre la décision de m’aider à partir et je suis encore plus triste qu’elle éprouve de la colère, car cela va finir par lui créer de sérieux problèmes de santé. Dis-lui qu’elle a fait le bon choix, il n’y avait pas d’autre solution, que mes reins étaient complètement bloqués, qu’ils ne faisaient plus leur travail et ne filtraient plus les toxines et mon pauvre cœur en était très affecté. Il était fatigué et mes poumons aussi.

Est-ce la raison des larmes dans mes yeux ? Est-ce parce que je savais qu’on allait être séparés tous les deux pendant un certain temps ? Je ne peux le dire, les deux s’en doute.

Bien sûr que je t’aime et que tu t’es bien occupé de moi. Bien sûr que je suis restée avec toi dans le nouvel appartement, mais tant que je reste là à m’accrocher à votre énergie, tu ne peux me voir, je ne peux te faire des signes et tu ne peux faire ton deuil.

J’ai été très heureux avec toi, j’étais ton bébé, tu étais ma maman et j’ai vécu une belle vie de chat,  presque d’humain avec toi. Je me suis senti un membre de la famille et j’ai eu la chance, même si ce fut court, de t’aider à avancer sur son chemin, surtout après le départ de Godille. Sa disparition totalement incompréhensible a été compliquée pour toi et l’est encore. Je sais qu’il est en vie et chez quelqu’un et j’aimerais tant qu’il te revienne.

Lorsque tu m’auras aidé à rejoindre le paradis des animaux, j’œuvrerai pour t’envoyer des petits coucous et des petits signes pour que tu trouves la paix dans ton cœur et ton esprit, et je suis certain qu’un jour il te reviendra. Vous étiez très fusionnels aussi, tout comme tu l’as été avec moi, et lorsque les âmes sont reliées, elles se retrouvent toujours.

Accepte mon départ maintenant et donne-toi les moyens de faire ton deuil. Ne projette pas les peurs de nous perdre au risque de les cristalliser dans l’énergie des reins. Je ne souffre plus maintenant, je me sens très léger et je n’aurai pas besoin de beaucoup de temps pour me ressourcer. Un passage là-haut est obligé et je te reviendrai très vite. Si tu as envie de reprendre un bébé sacré de Birmanie, je serai ce bébé, j’endosserai le costume qu’il te plaira, peu importe lequel, l’essentiel est de nous retrouver, j’ai une mission auprès de toi et je suis loin de l’avoir terminée.

Je suis chargée de te nettoyer énergétiquement après tes retours du travail et de t’apprendre le détachement affectif, et je suis loin d’avoir terminé ce travail.

J’ai beaucoup aimé J… aussi, elle était ma grande sœur et cela a été terrible pour elle de me voir partir. Je suis venu dans ses bras pour lui faire comprendre que tu aurais besoin d’elle pendant ta période de deuil et qu’elle devait te soutenir et t’entourer d’amour et de tendresse. Tu en as un grand besoin, surtout en ce moment et qui mieux qu’elle peut te donner de l’amour, de l’amour fille-mère. Elle s’est toujours très bien occupée de moi. Dis-lui merci pour son empathie envers les animaux et sa grande force et son courage. Une petite dame ayant de la volonté, beaucoup de volonté, elle ira loin dans la vie et je suis heureux pour elle.

Quant à toi ma mamounette d’amour, ne t’inquiète pas, tu me retrouveras très vite, j’ai eu tellement peur de devoir rester ici pour l’éternité, mais je sais maintenant, qu’après avoir fait le passage, mon retour sera possible très vite et je suis impatient.

Puis il est venu à côté de moi, et ensemble nous nous sommes avancés sur ce chemin très gris qui s’illuminait progressivement pour prendre les couleurs vives de l’arc en ciel. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont, il m’a dit :

Merci, merci pour tout

Puis il s’est précipité sur le pont et s’est noyé dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir BIBOU, à très vite !

La rencontre avec NOA s’est faite sur un chemin de terre. Il était assis et regardait le magnifique soleil qui se couchait à l’horizon. Je me suis approchée très doucement de lui, il semblait apeuré, il avait un regard triste et perdu. Je me suis présentée à lui pour lui dire que j’avais de longs messages pour lui de la part de sa gardienne et aussi quelques questions :

Mon Amour,

Avant même de te rencontrer pour la première fois j’ai tout de suite su que j’allais t’aimer plus que tout au monde. Et toi, tu as tout de suite été reconnaissant de cette deuxième chance que je t’offrais et ce n’est pas moi qui t’es adopté, c’est toi qui m’a adopté. Tu es rentré dans ma vie comme un rayon de soleil, tu étais ma joie de vivre. Je pouvais ressentir ton amour comme jamais personne ne m’en avait offert. Tu avais ce don de pouvoir m’apaiser. Nous avons vécu beaucoup de choses ensemble en 2ans, et peut être que c’est tous ses changements qui t’as essoufflé….

2ans… tu étais beaucoup trop jeune pour partir aussi vite… Ton départ me fait mal… beaucoup trop mal…. C est un deuil beaucoup trop difficile pour moi car ta présence était pour moi indispensable.

Tout le monde se moquait de moi quand je leur disais que j’avais trois chats, mais moi je n’ai jamais trouvé que tu étais de trop au contraire j’avais Besoin de toi dans ma vie.

Tu es parti beaucoup trop vite, je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qu’il s’est passé, car certes  je te voyais un peu fatigué a cause de ta patte mais tu me faisais quand même des câlins…. Ce matin-là quand je me suis levé et que l’on s’est dit bonjour je n’aurai jamais pu penser une seule seconde que quelques heures plus tard tu ne serais plus là.

Aujourd’hui je regrette énormément de chose comme d’être resté souvent tard au travail car au final c’était du temps perdu avec toi… tous ses déménagements mais surtout le dernier… j’étais tellement heureuse de pouvoir enfin vous offrir un jardin que je t’ai laissé sortir beaucoup trop rapidement, je sais que le chien du voisin te faisais peur et que cette liberté était peut-être trop grande pour toi. Tu sortais déjà d’une petit période difficile à cause de ton hématome, qui m’a d’ailleurs beaucoup touché, de te voir t’exclure dans la litière et devenir sale sur toi, je ne comprenais pas. Néo te crachais beaucoup dessus, pourquoi te rejetait-il autant? Était-ce juste une histoire de dominance? avez-vous eu un conflit?

Bien évidemment lorsque nous sommes arrivés dans cette maison il ressentait ta peur et te rejeté toujours. Vous sembliez tellement proche avant qu’est ce qu’il s’est passé…

Lorsque tu t’es enfui de la maison cela m’a déchiré le cœur et je me posé un milliard de questions, pourquoi es-tu parti, est ce que tu étais malheureux avec moi, est ce qu’il tes arrivé malheur ou est-ce une famille qui te séquestre chez eux pensant bien faire? j’ai passé trois semaines à me morfondre de tristesse avec la peur de ne plus jamais te revoir.

Lorsque le fameux voisin m’a appelé pour me dire que tu étais dans leur jardin, mon âme est revenue je savais que j’avais eu raison de garder espoir et les affichettes et annonces sur internet n’avaient pas servi à rien car cette famille t’avais vu partout! De te voir aussi maigre et fragile tu ne peux pas savoir comme cela m’a fait de la peine et je t’imaginais erré  dans les rues tout seul, et la j’ai compris que tu n’étais pas parti volontairement mais bien que tu t’étais perdu.

Il n’a fallu que quelques jours pour que tu te casse la patte. J’espère que tu ne m’en a pas voulu de t’avoir enfermé dans le cellier mais je devais a tout pris éviter que tu ne marche trop pour que tu es une belle rééducation. Quand j’ai vu que tu commençais à savoir ouvrir la porte j’ai eu qu’une peur c’était que tu te re sauvé et je ne l’aurai pas supporté. Je pensais que tu serais heureux de revenir dans la chambre mais je n’arrête pas de me dire que c’est ce qui t’a été fatale. Es-tu tombé de l’escalier? de la mezzanine? est ce le fait que j’ai laissé le vélux un peu trop ouvert ? Je me sent coupable de ta disparition et je n’arrête pas de me dire en boucle que j’ai tué mon bébé… je pensais prendre soin de toi et au final je ne l’ai pas fait assez… j’ai besoin de savoir ce qu’il s’est passé ce jour-là, comment es-tu mort? est ce que Christophe était là? est ce qu’il ta vu? je crois que ne pourrai pas faire mon deuil tant que je n’aurai pas réponse à toutes mes questions… Quand Christophe m’a envoyé ce texto pour me dire que tu ne bougeais plus, je ne voulais pas y croire c’était techniquement pas possible puisque le matin même tu étais vivant! il est venu me chercher et dans la voiture j’étais partage entre le fait que tu sois parti et le fait que peut être à mon arrivé tu reviendrai. En sortant de la voiture je me sentais mal avec cette envie de rentrer dans la maison pour connaître la vérité mais avec cette peur de la voir en face. Je marché la boule au ventre, m’envoie de reculer et pendant la seconde ou je t’ai vu au sol j’ai su que c’était finis. Et la le drame, on m’a tout retiré, mon coeur, mon souffle, mon âme, tout… tu étais une partie de moi et tu le seras toujours. Quand je me suis mise à côté de toi je savais que ce n’étais plus toi et que ton âme était partie. Je ne réalise pas que je ne pourrai plus jamais sentir ton odeur, te prendre dans mes, entendre tes ronronnements… J’ai l’impression que si je vais me coucher tout ce mauvais rêve n’aura jamais existé et j’espère te revoir a mon réveil, sauf que le réveil est horrible car tu n’es plus la…

Dis moi ce que tu as pensé de Néo et Néa, est ce que vous vous entendiez bien? pourquoi ils n’étaient pas content de te revoir après ta fugue ? est ce qu’ils savent que tu es mort? Comment ont-ils réagit à ça? qu’elle était ta relation avec Christophe ? Pourquoi des fois tu lui grognait dessus et le soir tu dormais sur lui? t’a t’il déjà fait du mal ?

Et-moi… est-ce que tu as été heureux avec moi ? est-ce que tu ressentais tout l’amour que j’avais pour toi? est ce que j’ai fait des choses qui t’ont blessé ? comment as tu réagit quand j’ai quitté ton père? as-tu un conseil à me donner pour Néo et Néa ? es tu toujours a mes côtes ? Et me reviendras tu dans une réincarnation? Comment je serai que c’est toi?

Mon petit ange, je suis aujourd’hui la maman la plus triste du monde. Tu me manques tellement… J’ai qu’une envie c’est de venir te rejoindre…

On dit que les animaux ont leur paradis est ce que cela veut dire que lorsque se sera mon tour nous n’allons pas nous retrouver la haut?

Repose toi mon petit chaton, je ne t’oublierai jamais, tu reste pour moi mon petit garçon que j’aime plus que tout au monde.

J’attends que tu me répondes mon petit Noa.

Je T’aime

ps: aimais-tu ton prénom?

Je sais que je lui manque et que mon départ lui est incompréhensible. Elle est en grande souffrance, elle culpabilise et tout cela m’empêche de faire la transition et de partir au jardin des animaux. Son grand désarroi, sa grande détresse me retiennent et je suis toujours encore là, entre deux et ma pauvre âme est en souffrance aussi.

Dis-lui que moi aussi je l’aime, dis-lui qu’elle me manque aussi et dis-lui surtout que je lui reviendrai. J’ai vécu des moments merveilleux avec elle, j’étais son garçon, elle était ma maman et j’ai été très heureux jusqu’au jour où j’ai eu cet hématome. Cela m’a beaucoup fragilisé et j’ai attrapé beaucoup d’énergies qui ne m’appartenaient pas. Cela m’a rendu très vulnérable physiquement et a énormément contrarié mes deux compagnons qui me crachaient dessus pour les faire fuir. C’est vraiment que nous étions très proches avant, mais à partir de là je portais des énergies qui leur faisaient peur et les mettaient en colère contre moi.

Je suis parti pour m’auto nettoyer avec les énergies telluriques mais je n’avais pas encore suffisamment reconnu le territoire et je me suis perdu. Je n’étais pas très loin mais je tournais en rond. Probablement « qu’on » ne voulait pas que je revienne. Toutes ces énergies sur moi m’avaient énormément épuisé et je souffrais d’énormes carences. Je me suis cassé la patte et c’était encore plus difficile pour moi après.

J’avais été dehors toutes ces semaines et il n’était plus possible de m’obliger à rester enfermé. Cela a été d’un très grand inconfort pour moi et le traumatisme était omni présent. Oui je suis tombé de la mezzanine et j’étais faible et trop déséquilibré pour me rattraper. Le choc a été violent (coup de lapin), je suis aussitôt sorti de mon corps, je me suis vu flotter dans les hauteurs et je savais que c’était fini, que je n’arriverais plus à le réintégrer. Ch… est venu à côté de moi, il m’a vu, mais m’a-t-il vu tomber ? Je ne pourrai te le dire. Le cordon d’argent qui reliait mon corps physique à mon âme s’est immédiatement brisé.

Ce dont j’ai besoin maintenant c’est qu’on me libère, qu’on m’aide à rejoindre le paradis des animaux pour me permettre de me reposer et de me ressourcer.

Acceptes-tu NOA de répondre à ses questions ?

Oui bien sûr, dis-lui que j’ai beaucoup aimé mes compagnons, mais que eux m’ont pris et considéré comme un danger. Déjà parce qu’ils savaient que nous étions très proches, très liés, et surtout à cause des énergies négatives. Ils continuent à me voir dans votre entourage et c’est très perturbant pour eux, car ils savent qu’ici ce n’est plus ma place. Lorsque j’aurai fait le passage, ils se sentiront mieux et toi aussi. Tant que je reste ici, je pompe votre énergie et toi tu n’arrives pas à trouver la paix et à faire ton deuil.

Ch.. j’étais chargé de le nettoyer énergétiquement et c’est le travail que je faisais lorsque j’étais sur lui, mais avec lui c’était aussi un éternel recommencement. Et lorsqu’il portait trop de choses, je ne pouvais m’empêcher de le lui faire comprendre et lui grogner dessus, mais il ne m’a jamais fait de mal, ne t’inquiète pas.

Toi tu as été ma maman d’amour, nous étions déjà ensemble dans une autre vie et je te reviendrai. Grâce à ma présence, tu as pu te reconnecter à ton petit enfant intérieur, qui lui aussi était en grande souffrance. Je n’ai pas terminé ce travail, ne sois pas triste, un petit passage là-haut est nécessaire et lorsque tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin et c’est sur un plan terrestre que nous continuerons notre histoire ensemble.

Mon prénom ? Pourquoi pas. Mais peu d’importance, cela en a plus pour vous les humains, maintenant avoir 3 chats ayant un prénom avec les mêmes résonnances, c’est un peu perturbant pour nous. L’intonation lorsque tu en appelles un est le même pour les autres. Ce serait mieux de me choisir un autre nom dans la prochaine vie. NEO et NEA sont tous les deux tristes de te voir malheureuse. Sois un peu plus proches d’eux et câlines les un peu plus, ils en ont besoin. Montre leur que tu les aimes aussi, c’est important, les déménagements et tous les changements de territoires et gardiens ont été difficiles pour tous les trois, mais nous t’aimons et avons respecté tes choix.

Et puis dernière chose pour tous ceux qui t’ont critiqué parce que tu avais 3 chats, Ch.. t’expliquera qu’il existe 3 types de chats et que c’est bien d’en avoir un de chaque type. Retrouve la joie et le sourire, je t’aime et dès que j’aurai franchi le pont je me ressourcerai et préparerai mon retour.

Puis il s’est mis sur ses 4 pattes et plus aucun problème, il avançait très souplement avec une démarche très aérienne et il est venu se frotter à mes jambes, réclamant d’un petit miaou une caresse. Je l’ai câliné et ensemble nous nous sommes avancés sur le chemin pour nous rapprocher du coucher du soleil. Lorsque je me suis arrêtée avant le pont des fleurs, il m’a dit :

Dis-lui merci même si ça a été court, le lien qui nous unit est très fort et profond. Nos âmes sont reliées et le resterons même si aujourd’hui je monte au paradis des animaux. Je lui enverrai des petits signes et nous nous reverrons bientôt. Merci à toi pour ta précieuse aide, amour et gratitude.

Puis il a traversé le pont en courant et s’est noyé dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir NOA, paix à ton âme !

ViviLnk

La connexion avec Maturin s’est faite au paradis des animaux. Dès qu’il m’a vue, il s’est levé et est venu à moi pour m’accueillir. Il était entouré de congénères et d’anges blancs et dorés. Il m’a,  avant même que je ne le salut, poussé la main avec son museau pour que je le caresse.

Voici le message et les questions que je dois te transmettre de la part de ta gardienne :

Es-tu bien arrivé là-bas, mes grands-parents t’ont-ils accueilli, ou bien Harry?

As-tu aimé ta vie avec nous?

Est-ce que tes 8 années passées au refuge (avant chez nous) ont été dures pour toi?

As-tu retrouvé des copains du refuge?

As-tu retrouvé Harry, ton copain chat?

As-tu quelque chose à dire sur Duck (le caniche) et les chats Frimousse, Noisette et Nala?

Et as-tu un message pour moi?

Je veux te remercier aussi pour tes beaux messages reçus le soir où tu es parti et le lendemain.

 Je suis tellement heureux de te voir. J’ai eu la chance, grâce à ma maman et à toi, de partir dans les meilleures conditions, j’ai été bien entouré. Tous les animaux rêvent d’une aussi belle transition, accompagnés du Deva des animaux et des Etres de la Nature, et puis ils étaient là, le papi et la mamie et aussi Harry, et avec lui je passe beaucoup de temps. Je profite  encore de lui car il prépare son retour, mais en attendant il est souvent à mes côtés.

Ici tout est beau et harmonieux. Il n’y a que la paix et tout le monde vit avec tout le monde en toute quiétude. C’est un endroit merveilleux pour se reposer et se ressourcer et je suis content que ma vielle carapace, mes vieux os se soient aussi vite ressourcés.

Dis à ma gardienne que je suis redevenu jeune, que mon corps physique a repris l’apparence d’un jeune chien et que je me sens tout léger. Je ne ressens plus aucune fatigue ni douleur et je peux à nouveau courir et sauter dans tous les sens. J’ai aussi retrouvé des copains du refuge, il y en a qui préparent leur retour et d’autres qui préfèrent rester au jardin des animaux.

Moi, j’ai très envie de vous revenir, mais pas tout de suite, j’ai besoin d’un peu plus de temps, cela me permet de t’envoyer des énergies divines et je ne vais pas m’en priver. Ces années avec vous ont été que du bonheur et je vous remercie, j’ai tellement de reconnaissance, car j’ai eu la chance d’être adopté dans une famille où le respect et l’amour pour les animaux est sans égal.

Je t’ai attendue au refuge, cela a été long, mais je savais que tu allais venir. Je n’avais pas de doute, car nous sommes reliés tous les deux. J’ai déjà été avec toi (chien) et c’est tout naturellement chez toi que je devais revenir, tu l’as compris tout de suite en me voyant. Tu m’as offert une seconde jeunesse et je t’en remercie du fond du cœur.

Le plus difficile dans les refuges, c’est de vivre en cage et de ne pouvoir nous promener à notre guise et puis il y a l’angoisse des adoptions. Chaque animal rêve de trouver une famille et de quitter ce lieu triste et confiné mais il y a le stress de ne pas trouver la bonne famille, sa famille. Même si ce fut long, l’univers nous a permis de nous retrouver. Merci, merci…

Ma mission auprès de toi consistait à t’ouvrir à l’amour inconditionnel et DUCK, même s’il prend de l’âge, a accepté de prendre le relai auprès de toi pour te guider sur ton chemin. Tu as changé de plan et tu as besoin d’être entouré pour évoluer sur le plan spirituel. De là-haut j’y veillerai. Et puis les chats Frimousse, Noisette et Nala ont tous leur rôle à jouer. Un chat « timbre-poste, un chat « nettoyeur’ et un chat « sentinelle », le trio est au complet pour remplir un rôle bien spécifique à chacun.

Si tu es aussi bien entourée, ce n’est pas un hasard, c’est tout simplement ta mamie et ton papi qui œuvrent pour te permettre de trouver ta mission de vie et t’envoient et te donnent les moyens de le faire. Tu as beaucoup de chance qu’ils soient là, ils l’ont toujours été et le sont encore plus depuis leur départ. Même si leur présence physique et la nôtre avec Harry te manquent, nous sommes toujours avec toi et t’envoyons de bonnes ondes.

Merci à toi pour tout l’amour et l’empathie que tu as en toi, je t’aime.

La rencontre avec JECK s’est faite sur un chemin de terre, il était assis sur une grosse touffe d’herbe et semblait m’attendre. A mon approche, il a levé la tête vers moi et je pouvais lire une grande tristesse dans ses yeux. Je lui ai dit que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne, son regard s’est illuminé et il est venu vers moi. Cette fois-ci il m’a regardée d’un air interrogateur et je lui ai lu le contenu :

Mon chien Jeck, (mon louloubo) ton surnom comme on t’appelait toute la famille. Tu nous manques à tous, ainsi qu’à tes 2 potes à 4 pattes Benjy ton fidèle pote qui te pleure avec qui tu étais tout le temps ensemble et Eloy.

Je voulais te remercier mon chien pour ces 14 ans et 4 mois de belles années ensemble, nous étions fusionnels et tu m’as tellement apporté. J’étais toujours là pour toi comme toi aussi ;). Tu es et a été mon plus grand bonheur et ma joie de vivre. Tu es un chien tellement positif, battant et courageux, toujours câlin, joyeux et très intelligent ;). Je t’aime fort mon chien, tu me manques tellement, je pense à toi chaque jour et ton absence est si dure. Je t’ai accompagné jusqu’au bout et cette décision difficile que j’ai dû prendre me fait de la peine car tout a été tellement vite (euthanasie).J’espère que tu te souviens on était tous réunis avec toute la famille,( mikael, alexandre,louis, simone, moi ta patronne, alexandre et benjy ton fidéle pote à 4 pattes) sur la pelouse pour profiter de cette dernière journée ensemble avec toi et aussi te dire un dernier au revoir, c’était beau tous réunis et en même temps tellement dur de ce dire que je devais prendre cette décision, j’étais en colère et triste. J’espère que tu n’as pas souffert, car le vétérinaire m’a dit que tu saignais de temps en temps à l’intérieur mais que tu avais quelques douleurs quand ça saignais mais que tu ne souffrais pas, tu voulais encore te battre ça se voyait mais ton corps te lâchait à mon grand désespoir. Tu as même failli mourir dans mes bras avant que tout le monde vienne comme si un arrêt cardiaque arrivait mais tu as résisté comme toujours tu l’as fait mais ça t’a donné un coup quand même. Tu m’épates mon chien, tu avais soif de vivre c’est sûr !!!J’ai essayé de faire les choses bien mais ça fait tellement du mal de vivre ça. Mais je t’ai accompagné dans mes bras jusqu’au bout. Maintenant tes cendres reposent à la maison à côté de moi et de ton nouveau patron alexandre que tu as connu si peu mais qui t’aimais déjà fort, tellement tu étais attachant. Mon louloubo, sache que je te t’oublierais jamais, donne nous la force d’avancer, et repose en paix mon chien tu le mérites amplement !. JE T’AIME POUR LA VIE JECK …. Donne nous de temps en temps des signes, comme tu as déjà pu le faire je pense .Je ne sais pas si j’aurais un jour un autre labrador mais sache que pour moi, j’aurais toujours toi dans ma vie et ce nouveau petit chien.

Sois heureux mon pépère, ta patronne qui t’envoie plein d’amour et de caresses et de bisous truffes comme tu aimais 😉 bon ok des fois j’en faisais trop et tu me taquinais 😀 … tout ça me manque c’est fou, mais tu vis toujours à côté de moi et dans mon cœur et je parles de toi tous les jours. Je mets de temps en temps une bougie près de ton urne pour penser à toi et te parler, j’espère que tu m’entends et chaque jours je te fais une caresse.

 

Message de alexandre son 2 ème patron qu’il a peu connu malheureusement

Coucou Jeck, toi le fidèle compagnon qui m’a parfaitement accepté dès le début. Je garde et je garderai toujours un bon souvenir des quelques moments que nous avons pu partager, toi, moi et ta maitresse qui es à mes côtés. Comme je te l’ai promis, je fais de mon mieux pour prendre soin de ta maitresse, manuela, au quotidien même si je sais que tout n’est pas toujours parfait. Nous avançons malgré les obstacles qui de présentent à nous et nous nous marions l’année prochaine : ce jour-là nous aurons une grosse pensée pour toi et je sais que tu nous observeras depuis là où tu es.

J’espère que tout se passe bien pour toi dans ton nouveau « chez toi et que tu profites de chaque bon moments comme tu l’as toujours fait quand tu étais à nos côtés. Je t’embrasse fort et je te souhaite plein de bonheur.

 Mes questions :

– Jeck comment va tu ?

– Jeck que fais-tu maintenant? ou es-tu ?

– M’en veux-tu d’avoir pris cette décision difficile (euthanasie)?

– Ais tu heureux mon chien maintenant?

– Jeck m’envoie tu des signes?

– Jeck tu te sens bien maintenant?

– as-tu été heureux dans ces 4 dernières années chez mes parents car je n’ai pas pu te récupérer, car j’ai eu une douloureuse séparation de 13ans et je m’en veux tellement, j’aurais voulu te reprendre mais j’étais en appart…j’essayais d’aller te voir tous les Week end, et j’essayais de t’aider en te faisant des séances d’accupuncture , vétérinaire, massage, soins etc…Et surtout te voir pour te dire que je t’aimais toujours autant et que je serais toujours là pour toi mais moi de mon côté tu me manquais de ne pas  t’avoir près de moi et je le regrette 🙁 mais je sais que tu étais chouchouté chez mes parents et c’est ce qui comptais le plus c’est que tu sois heureux mon chien.

– La transition s’est elle bien passé vers la lumière?

– as-tu souffert physiquement ces derniers mois? arthrose ou autre

– as-tu trouver des camarades de jeu au paradis des animaux?

– as-tu apprécié ton 1 er patron yann? Car je sais que tu avais des moments d’agressivité envers lui et je pense parce que tu savais qu’il me faisait du mal…. tu m’as toujours protégé je le sais

– Que penses-tu de ton nouveau patron alexandre ?

 

Lorsque j’avais terminé, il s’est à nouveau assis et m’a dit :

Viens, assieds-toi à côté de moi

C’était drôle son invitation et je lui ai dit que ce ne serait pas aussi confortable pour moi que pour lui et je me suis assise. Aussitôt installée à côté de lui, il m’a poussé le bras avec son museau tellement fort que j’ai failli tomber à la renverse, puis je l’ai caressé longuement. Il était avide de caresses et lorsque je me suis arrêtée, il m’a dit :

Continue, je peux te répondre tout en me câlinant. Même si je donne l’impression d’être un gros nounours, j’adore les câlins et j’ai besoin de beaucoup de tendresse, tout comme ma maman (miroir).

Dis-lui que physiquement je vais bien maintenant et que je ne ressens plus aucune douleur, mais que tant que je reste ici, sur le chemin et dans son entourage, je ne peux me reposer et me ressourcer. Et elle ne pourra pas faire son deuil. Je sais que je lui manque et elle aussi me manque, même si je suis encore toujours à côté d’elle, ses câlins me manquent énormément.

Dis-lui aussi qu’elle a pris la bonne décision de m’aider à partir. J’étais sur mon chemin depuis un bon moment, mon cœur et tout mon corps étaient usés. J’avais des bobos dus à mon âge et je me réfugiais déjà souvent dans mon corps astral pour mieux le supporter. Je sais combien le choix de m’aider à partir a été difficile pour elle et je sais aussi qu’elle l’a fait par amour pour moi et pour m’aider à partir dignement.

J’ai été son BB, son garçon, elle était ma maman et c’est toujours très cruel de devoir laisser partir sa moitié, une partie de soi. Mais elle ne doit pas culpabiliser, elle ne doit pas douter et ne pas s’en vouloir de n’avoir pu me garder à ses côtés ces dernières années. J’en connaissais la raison et je savais qu’elle ne m’avait pas abandonné, même si ça a été difficile pour tous les deux, nous avions la chance de nous retrouver souvent.

J’ai préparé ma transition doucement, à mon rythme et j’étais prêt lorsque j’ai fait le grand saut. Maintenant je me sens de nouveau léger, très léger et j’ai besoin d’aide pour monter au jardin des animaux, d’où je pourrai te faire des coucous et t’envoyer des signes. Je sais que tu es maintenant entre de bonnes mains et qu’il te donne tout l’amour et le respect que tu mérites.

J’étais là pour te protéger et t’aider à avancer sur ton chemin et je n’aimais pas ton compagnon, il ne te méritait pas et t’a fait beaucoup de mal. J’en ai été très triste et perturbé pour toi. Tu es bien accompagnée à présent et je peux partir en paix. Tu es heureuse maintenant et je suis heureux pour toi, pour vous. Tu es en train de te reconstruire et la vie et l’amour te sourient à nouveau. Que de joies que je partagerai de là-haut avec vous !

J’ai eu une belle vie de chien auprès de toi et de tes parents, n’aie aucune crainte, moi aussi je t’aime et je t’aimerai toujours. Nos âmes sont reliées où que nous soyons et n’aie pas de doute, nous nous retrouverons un jour.

En attendant je suis complètement rassuré de te confier à A… et de lui confier l’entière responsabilité de te rendre heureuse. C’est du pur bonheur pour moi de vous voir ensemble main dans la main marcher dans la même direction, ce qui n’était pas le cas avant.

Je me charge de lui transmettre tes réponses JECK. Si tu te sens prêt, je vais t’accompagner jusqu’au pont des fleurs ?

Je le suis, je n’ai pas peur, je sais qu’on m’attend de l’autre côté et puis surtout je sais qu’elle pourra enfin commencer son travail de deuil, pendant que moi je pourrai me ressourcer pour lui revenir le jour où elle se sentira à nouveau prête à m’accueillir. De là-haut je veillerai à leur apporter de bonnes énergies et je serai fidèle au rendez-vous le grand jour.

Puis nous avons emprunté le chemin qui s’est illuminé et a pris toutes les couleurs de l’arc en ciel, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci, dis-lui que je l’aime et que je serai toujours là pour elle.

Puis il a traversé  le pont et s’est noyé dans la lumière.

La connexion avec AMOS s’est faite au jardin des animaux, dans cette belle prairie d’un vert très fluo. Il était couché de tout son long sur son flanc droit. A mon approche il s’est levé et est venu à moi, visiblement heureux de me voir. Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour lui transmettre des messages et lui poser des questions :

  • Je t’aime de tout mon cœur Amos, nous t’aimons tous tellement, tu vas énormément nous manquer, la maison est bien vide sans toi..
  • Tu as été mon rayon de soleil pendant toutes ses années passées avec toi. 
  • Je ne t’oublierais jamais tu auras toujours une immense place dans mon cœur et un jour nous serons de nouveau réuni.

 Voici les questions que j’aimerais lui poser:

 Est ce que tu m’en veux de mettre endormi pendant ton départ?

Est ce que tu as souffert quand tu es parti car je n’ai rien entendu? (pourtant j’étais à tes côtés)

  • Est ce que tu es bien ou tu es?
  • Est ce que les heures miroirs sont des signes? (5h55 le 18 octobre, 20h20 le 19 octobre..)
  • Est ce que tu as retrouvé Tamaris?
  • Est ce que tu as été heureux à mes côtés? 

 Je me sens bien ici, je n’ai plus aucune douleur et j’ai retrouvé toute la souplesse de ma jeunesse, mais elle me manque aussi. Dis-lui que moi aussi je l’aime et que je sais combien son cœur sans moi est triste et inconsolable. Je sais que la maison sans moi lui semble vide, tout comme elle se sent vide à l’intérieur d’elle.

J’étais son rayon de soleil comme elle le dit si bien, mais j’étais bien plus que ça. J’étais son double, son âme sœur, et avec mon départ elle a perdu une partie d’elle. Depuis mon départ elle se sent profondément démunie et n’arrive plus à nourrir et chérir son petit enfant intérieur. Grâce à moi elle a su nourrir son âme de tendresse et elle aura toujours besoin de moi, de mon énergie pour continuer à s’aimer et ouvrir son cœur pour aimer les autres.

Dis-lui de ne pas culpabiliser de s’être endormi pendant mon départ, que je n’ai pas souffert et que mon âme ne souhaitait pas qu’elle assiste et soit choquée au moment où j’ai poussé mon dernier souffle. Lorsque le cordon d’argent est rompu, un petit râle sort de la bouche et elle aurait pu avoir peur que j’ai souffert, mais il n’en est rien, je suis bien parti et elle de par sa présence et la volonté de me laisser partir, m’a bien accompagné.

Maintenant je suis bien et je peux me reposer et me ressourcer. Tout à l’heure je pousserai la porte du paradis des animaux pour rejoindre TAMARIS. Il était présent depuis plusieurs jours et m’a aidé à faire le passage. Il se trouvait de l’autre côté du pont et je n’ai pas eu peur de le traverser. Je me sentais en toute confiance et je peux dès à présent songer à préparer mon retour.

TAMARIS préfère attendre, moi j’ai été tellement heureux à tes côtés et je sais que tu as tellement besoin de moi pour continuer à avancer sur ton chemin que mon âme aspire à te retrouver très vite. Même si cela ne fait pas partie de tes croyances, sache que c’est la réalité car nos âmes sont éternelles et restent toujours reliées.

Tu es ma maman, je suis ton garçon et être séparés l’un de l’autre est difficile pour l’un et pour l’autre. Je t’envoie des signes pour te le faire comprendre, oui les heures miroirs sont des signes, mais il y en a d’autres. Regarde, sois attentive aux reflets, aux nuages et prépare toi à te mettre à ma recherche.

Même si j’avais de sérieux problèmes de vue, je te verrai et je me mettrai sur ton chemin. Ne doute pas, aie confiance et le soleil reviendra dans ton cœur et ton esprit. J’y veille, car je t’aime, tu es moi, je suis toi !

La connexion avec SHADOW s’est faite dans cette magnifique clairière qui se trouve après le pont des fleurs et juste avant l’entrée du jardin des animaux. Il est tout de suite venu à ma rencontre et m’a dit :

Merci, tu ne peux savoir combien je vous suis reconnaissant à toi et ma gardienne de m’avoir aidé à faire le passage dignement et de m’avoir accompagné avec amour.

Je lui ai répondu que sa gardienne avait encore un message pour lui et souhaitait aussi le remercier et lui poser quelques questions :

 » Mon Shadow,

Voici une semaine que tu es parti rejoindre le jardin des animaux et que tu nous manques énormément. Je souhaitais te laisser un message et te poser quelques questions.

Mon Shadow j’espère avant tout que tu as eu une vie heureuse à nos côtés durant 15 ans. Je souhaitais te remercier pour tout ce que tu nous as apporté, pour ta gentillesse et ton amour. Tu as été un chat exceptionnel et j’espère avoir été à la hauteur de tes attentes en tant que « maman ».

 Shadow j’ai quelques questions concernant ta fin de vie difficile :

– Est ce que tu souffrais ? Ou avais tu mal ?

– Etait ce pour toi le moment de partir ? Est-ce que c’est ce que tu souhaitais ?

– M’en veux-tu d’avoir pris cette terrible décision de te laisser partir ?

– Est ce que je t’ai assez accompagné durant ces derniers instants. J’ai le terrible sentiment de ne pas avoir été la hauteur, même si j’étais à tes cotés.

– Es-tu heureux là où tu es ? As-tu retrouvé Neslie et Flocon ?

 Mon Shadow j’espère que tu nous reviendras dans un autre corps, saches que tu seras à jamais dans mon cœur, et que je t’aime et t’aimerai toujours.

Tu me manques tellement. Je t’embrasses très fort. »

Oui je sais, elle a pris la décision de m’aider à partir très vite, elle a peur d’avoir été trop rapide, mais tu peux la rassurer et lui dire qu’elle a fait le bon choix. J’étais sur mon chemin depuis un petit moment et surtout ces dernières semaines. Je préparais mon départ, elle l’a remarqué mais avait du mal à l’accepter car elle ne comprenait pas de quoi je souffrais.

Dis-lui que c’était un mal qui me rongeait de l’intérieur et qui m’opprimait la poitrine. J’avais du mal à respirer, j’avais par moments l’impression d’étouffer, et mon cœur et mes reins étaient très usés. C’était le moment pour moi de tirer ma révérence, je me réfugiais dans l’astral la plupart du temps pour ne pas souffrir, pour mieux le supporter et je n’avais plus envie de continuer comme ça.

Lorsque je sortais de mon corps, c’était supportable et je gérais les douleurs, mais dès que je le réintégrais, c’était difficile et les bobos dus à mon âge étaient exacerbés.

J’aimerais lui dire merci, merci pour toutes ces années de bonheur auprès d’eux, j’ai vraiment eu une belle vie de chat dans cette incarnation terrestre et j’ai été très heureux de pouvoir l’accompagner aussi longtemps. Elle était ma maman, j’étais son petit garçon et nous étions très liés.

J’étais un chat de type timbre-poste et j’avais terminé ma mission auprès d’elle. Je voudrais aussi la remercier de m’avoir permis de partir dans de bonnes conditions et de m’avoir accompagné jusqu’à mon dernier souffle. Merci aussi pour toutes ces présences, le Deva des animaux et les Etres de la Nature qui m’ont amené et guidé au pont des fleurs et merci à NESLIE et FLOCON qui m’attendaient de l’autre côté. Ils sont tous les deux au paradis des animaux et je pousserai la porte pour les rejoindre après notre échange.

Peux-tu dire à ma maman que je l’aime et qu’elle me manque aussi. Mais dis-lui surtout que je suis heureux ici où je peux me reposer et me ressourcer sans douleurs, et qu’elle ne doit surtout pas culpabiliser et douter de ne pas avoir été à la hauteur. Au contraire, j’ai eu la chance de faire la transition dans les règles de l’art, comme tout animal mériterait de le faire, et que cela m’aidera à leur revenir très vite. Plus le passage est facile, plus vite nous pouvons vous revenir.

C’est dommage que tu ne puisses me voir, mais Christiane pourra te dire que j’ai retrouvé ma jeunesse et la souplesse d’un chat en bonne santé et qui, si tu te mets à ma recherche, pourra revenir très vite. Je n’ai pas besoin de beaucoup de temps, cela dépendra de ta seule volonté de vouloir me retrouver très rapidement.

Tu es ma maman de cœur et j’aspire à te retrouver pour continuer notre belle histoire d’amour. Je t’aime.

dav

La rencontre avec LACMAT s’est faite au bord d’une route. Il était assis et regardait les voitures passer. Il tournait la tête à droite, à gauche et les suivait du regard. A mon approche, il s’est retourné et ses yeux très tristes me regardaient si intensément que j’ai senti la détresse dans laquelle il se trouvait. Je lui ai expliqué que ses gardiens me demandaient de lui transmettre des messages et lui poser des questions :

Mon bébé Lacou,
Tu as fait notre bonheur pendant 3 ans, tu as été notre premier bébé, et tu le sais nous ne pourrons jamais t’oublier… Ce lien était si fort être nous.
En plus de ça, et tu le sais, tu étais le plus beau des chiens, le plus beau du monde, on a du te le dire 10 000 fois et à chaque fois tu nous faisais tes yeux doux pour en rajouter une couche ! Petit coquin !! Papa et moi t’aimons très très fort, pour toujours.

Tu t’es sauvé et cette voiture t’a fauché sans te laisser aucune chance de survie, papa te courait après mais il est arrivé 2 secondes trop tard. Tu sais, il s’en veut énormément, il a ses images en tête. Maman était au travail, loin de toi… Si je n’avais pas accepté ce salon, rien de tout cela ne serait arrivé et je m’en veux énormément aussi…
Je t’ai abandonné.
Mon bébé, excuse nous de ne pas avoir su prendre soin de toi. Tu étais pourtant tout pour nous.

Tes mamies, tes papis, tes tatas, Julia et Timothée, ta copine jedi, ton copain Bobby, tes copains du garage Gates, forest et Cali ont perdu un être cher, un copain fou, un ami…
Tes 3 frères et sœurs chats Tigresse, pingui et mimine à la mais