La connexion avec Valdie s’est faite au jardin des animaux. Elle était entourée de plusieurs dizaines de congénères, et derrière elle se trouvait aussi un chat qui semblait veiller sur elle. Je me suis approchée et me suis présentée à elle. Je lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions de la part de sa gardienne :

J’aimerais savoir comment elle va.

Quelle a été sa mission auprès de moi ?

A- t- elle été heureuse à mes côtés ? Quel est son plus beau souvenir ?

A- t- elle un message à mon attention ? Des messages ?

Y- a-t- il quelque chose que je puisse faire pour honorer sa mémoire ?

 Merci de lui dire qu’elle a été ma douce Valdie, une douce maman pour moi, qu’elle aura toujours une place au chaud dans mon cœur.

 Merci de lui dire que je m’excuse sincèrement. J’espère qu’elle sait pourquoi et qu’elle me pardonne.

 Peut-être pourra- t- elle m’éclairer : lorsqu’elle était à mes côtés, je rêvais tout le temps d’elle. A l’instant où elle est décédée, plus rien. Il y a quelques temps, je crois me souvenir avoir rêvé d’elle entourée de 2 chiens ?!

 J’ai aussi des impressions. Peut-être pourra- t- elle aussi m’expliquer ?

 Lorsque j’avais fini de lui lire les missives, elle s’est avancée vers moi et s’est assise à côté de moi.

Que je suis contente, que je suis heureuse de pouvoir répondre à ses questions. Dis-lui merci d’avoir pris contact avec toi et merci à toi d’être notre intermédiaire. J’ai mis beaucoup de temps à faire le passage, sa souffrance et sa culpabilité m’en empêchaient, mais dis-lui que je ne lui en veux pas, elle n’a pas à s’excuser, je n’ai rien à lui pardonner, je sais qu’elle ne pouvait pas me garder et que les aléas de la vie font que parfois on prend de la distance, qu’on est obligé de se séparer un laps de temps, mais que souvent, oui très souvent on se retrouve plus tard.

Nous ne faisons qu’un, tout est relié, et mon âme est reliée à la sienne où que je sois. J’ai mis très longtemps et n’ai passé le pont des fleurs que depuis ce printemps, ce sont les deux compagnons qui m’entourent aujourd’hui qui sont venus me chercher et qui m’ont guidée dans ce haut-lieu magique. Envoyés par sa grand-mère maternelle, ils sont venus et m’ont accompagnée au paradis des animaux afin qu’elle puisse, elle, enfin commencer son travail de deuil et retrouver paix et harmonie dans son cœur et esprit pour continuer d’avancer sur sa route sans porter le poids de sa culpabilité.

Dis-lui que je l’aime et que je vais bien maintenant. De rester à ses côtés, entre deux et dans son entourage au quotidien, n’était bon ni pour elle, ni pour moi. Depuis que j’ai rejoint l’au-delà je peux me reposer et me ressourcer et lui faire des petits signes ou coucous. De m’avoir vu dans son rêve avec mes 2 potes, qu’elle et ses ancêtres ont connus, était une manifestation de ma part. Tant que je n’avais pas traversé le pont et l’escalier de l’arc en ciel, il était impossible pour moi de me manifester à elle ou dans ses rêves. Maintenant je le peux de nouveau et je ne vais pas m’en priver.

J’ai vécu une belle vie de chien à ses côtés. Je l’ai veillée et protégée comme mon bébé, ma petite fille, et ma mission consistait à l’aider à grandir.  Mon plus beau souvenir ? Il y en a plusieurs mais essentiellement lorsque je pouvais dormir avec elle, c’était du pur bonheur pour moi. Et aussi lorsque nous allions nous promener et qu’elle me laissait fureter, courir et chasser les poules et les oiseaux.

Dis-lui que je l’aime comme la prunelle de mes yeux et notre séparation n’a que trop duré. Elle a besoin de ma présence pour se sentir pleine à l’intérieur d’elle. Depuis tout ce temps, son petit enfant intérieur a manqué de tendresse et j’aimerais tant lui revenir, lorsqu’elle se sentira prête et pourra me reprendre, pour lui apporter cet amour dont elle a tant besoin.

Ses relations affectives ne suffisent pas à combler ce vide qu’elle peut ressentir au plus profond de son être et qu’elle ne peut s’expliquer. Avec mon énergie et ma présence, elle pourra enfin faire un travail sur elle pour lui permettre de lâcher prise avec les souffrances du passé et l’aider à se construire, à s’affirmer et à trouver un bel équilibre avec force et confiance.

Je sais, cela mettra un peu de temps, mais en attendant c’est à son petit enfant intérieur qu’elle doit demander pardon de le faire souffrir, et elle trouvera la voie et les moyens de continuer sa route vers la lumière.

Je la guide ces derniers mois et viens lui faire des petites visites. Elle en a conscience et tout est en route pour tôt ou tard continuer notre belle aventure terrestre ensemble. En attendant qu’elle se laisse inonder par les bonnes ondes et les énergies bénéfiques qui lui arrivent. Plus elle s’y ouvre, plus elle sera réceptive et en sentira les bienfaits.

A bientôt ma tendre et chère petite moitié. Pense à moi et à me retrouver lorsque ce sera le moment et laisse-moi de nouveau vivre dans tes rêves, mon âme est éternelle et reste reliée à la tienne. D’en avoir pleine conscience te permet d’honorer mon existence. Je t’aime.

La connexion avec Flocon s’est faite dans ce magnifique havre de paix du paradis des animaux. Il était entouré de plusieurs congénères, et lorsque je me suis approchée de lui, c’est Kiya, partie il y a quelques semaines, qui est venue vers moi pour me dire :

Je suis très contente de te revoir, comme ça tu pourras dire à ma maman qu’il est bien monté, je suis un peu la matrone et je me suis occupée de le chercher au bord de cette route pour l’aider à traverser le pont des fleurs.

Dis-lui de ne pas s’inquiéter, je l’ai accueilli avec beaucoup de tendresse et il n’avait pas peur. Il savait qu’il était entre de bonnes « pattes » et que tout se passerait bien pour lui. Mais pose-lui la question, il pourra te le confirmer lui-même, mais laisse-moi juste avant te demander de dire à ma maman que je l’aime, que je suis triste lorsqu’elle est triste et qu’elle ne doit pas culpabiliser, ce n’est pas de sa faute si Flocon est venu rejoindre les étoiles. Je suis là, je veille sur lui et sur elle et surtout mon papa qui est très affecté de son départ.

Puis elle s’est mise de côté pour me laisser le passage et Flocon est aussitôt venu vers moi. Je lui ai dit que sa gardienne lui demandait pardon car elle n’avait pas demandé ce jour-là à son ange gardien de le protéger. Que je devais aussi lui demander pourquoi il n’a pas été prudent, S ’il a été heureux ou malheureux chez eux ? Qu’il lui manque beaucoup tout comme Kiya, et qu’elle lui souhaite d’être très heureux là où il est et que leur bonheur à tous les deux passe largement avant le leur.

Mea Culpa, je ne voulais pas lui causer cette terrible souffrance, je sais que je n’étais pas prudent, et que ce n’est pas de sa faute, elle n’a rien à se pardonner même si elle n’a pas manifesté verbalement ou en pensée la protection pour moi ce jour-là, cette intention fait partie intégrante de son être, que ce soit pour moi ou pour tous les animaux et êtres de la terre.

C’est si bon de vivre à ses côtés, elle est entourée de lumière, tout son être transpire l’amour et la compassion dont elle est empreinte et on n’a pas voulu la punir. Mais quelle idée ? Comment peut-elle seulement douter de la foi qui l’entoure et qui lui donne la force d’avancer sur son chemin ?

Non c’était un malheureux accident, et si je suis parti c’est pour lui permettre de garder un ou plusieurs de mes congénères qui ont eux aussi besoin d’être pris sous leurs ailes. Je sais que mon départ les perturbe beaucoup, mais de là-haut je peux veiller sur eux et leur apporter de l’énergie divine. J’ai connu des semaines très intenses avec eux, c’était du pur bonheur de vivre dans leur entourage.

Mon départ les affecte non seulement parce que j’étais encore un bébé, mais surtout parce que j’étais leur bébé, leur garçon, celui qu’ils auraient tant aimé avoir. Pour mon papa ce lien était très fort, encore plus que pour ma maman qui avait Kiya et qui est toujours reliée à elle, et bien entendu à Senti.

Dis-leur que je les aime tous les deux et que je suis désolé pour la grande souffrance que mon manque de maturité et mon imprudence m’ont fait oublier les règles de prudence. Dis-leur aussi que je vais bien et que je suis heureux dans ce haut-lieu magique. Je vibre sur un autre plan et ne descendrai plus sur terre. De là-haut je veillerai sur eux comme un sage et leur enverrai de bonnes ondes pour continuer le travail qu’ils font ensemble et les guiderai dans leur évolution spirituelle.

Je les aime, ils sont mon papa et ma maman sur un plan terrestre et je reste bien entendu relié à leur être divin à tous les deux. Amour et gratitude pour eux, pour toi et pour tous les humains qui de près ou de loin vous ressemblent.

Et là, il m’a fait un petit clin d’œil qui m’a fait sourire… !

dav

La connexion avec Nabucco s’est faite aussitôt que j’ai demandé au Créateur de me donner la communication. Je n’ai même pas eu le temps de me connecter à son âme qu’il est déjà venu se présenter à moi. Un chat majestueux, magnifique, entouré de lumières très vives de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Il brillait de milliers d’étoiles or et argent et il était entouré d’un immense cœur constitué de milliers de petits cœurs rouges.

Ce n’est pas tous les jours que je demande une communication avec un sage, un Etre de lumière et je me sens toujours très petite en face d’un Etre d’une telle puissance et mes yeux et mon cœur palpitent. Les émotions sont fortes, je suis émue, je sais que je m’adresse à un chat qui vibre sur un autre plan et que je dois, encore plus que d’habitude, m’adapter, l’écouter et rester très humble.

De par les quelques connexions de ce genre qu’il m’est arrivé d’avoir, je sais que je ne maîtrise ni ne contrôle la situation et que c’est Nabucco qui va prendre la parole pour me parler et me dire ce qu’il a envie de me dire. Instantanément, il m’a dit :

C’est très juste, aujourd’hui c’est moi qui suis venu à toi et pas l’inverse. Je suis venu, déjà pour te remercier toi pour tout le travail que tu fais auprès des animaux et pour l’aide que tu apportes à leurs humains. Tu mérites toute cette reconnaissance, et le règne animal te donne la force et t’encourage à le faire. Cette énergie est un don du ciel et si on te la donne c’est parce que tu la mérites et que tu en as bien besoin pour avancer sur ton chemin et aider toute âme que tu rencontres, quelle que soit le plan sur lequel elle évolue.

Et aujourd’hui tu es toi amenée à changer encore de plan, à monter dans les sphères de l’irréel pour les rendre réelles. On te donne, on t’envoie de la force et de l’amour pour t’aider à mettre ton pouvoir intérieur en action. Ne cherche pas à en comprendre les raisons, les clés du mystère te seront dévoilées au fil du temps, jour après jour. C’est une magie qui opère et qui rayonne sur ton entourage et tout ce que tu approches.

Moi, de là où je suis, oui explique à ma gardienne qui était ma maman, ma maman chérie, adorée sur le plan terrestre, que je me trouve maintenant bien au-delà du jardin des animaux, dans une autre dimension, et que même si je reste relié à elle, à son âme, je ne pourrai jamais redescendre dans le corps physique d’un autre animal.

Je suis à présent chargé de veiller sur elle et sur tous les animaux et êtres de la terre. J’étais là pour aider tous ses animaux, à un moment ou un autre, de faire le passage et j’étais très heureux de le faire. Dis-lui que j’avais terminé ma mission auprès d’elle et qu’on m’a rappelé parce que le travail que je fais en ce haut-lieu est bien plus efficace pour la terre et le cosmos depuis ce plan divin.

Je suis monté directement sans même passer par les différentes étapes qui peuvent parfois mettre 8 à 10 jours, et ce malgré sa grande souffrance, qu’elle ne s’inquiète pas. Je sais qu’elle m’aime et que je lui manque encore, mais dis-lui que je suis là en tout temps et à chaque fois que c’est nécessaire, je me charge de rendre l’insupportable, supportable.

Dis-lui que ce n’est pas un hasard si elle s’est adressée à toi, à tes services, elle a été guidée par moi qui désormais lui montre très souvent le chemin qu’elle doit prendre.

Moi aussi je l’aime et j’ai un très grand respect pour la dame qu’elle est. Une personne remplie d’amour, de compassion et d’empathie. Elle aussi, elle a une grande force en elle, même si elle ne soupçonne pas l’once de cette magie intérieure qu’elle pourra mettre au service de ses tiers (humains et animaux), lorsqu’elle en aura compris la puissance et qu’elle l’utilisera pour se soigner elle. C’est une vérité qui se trouve en elle tout comme la tienne et qu’elle a besoin de découvrir à travers toi et les communications qu’elle te demande.

Dis-lui que je serai présent, que je l’entoure pendant les nuits saintes et que c’est le moment propice pour elle et pour tous, de méditer et de demander l’aide de là-haut pour que le monde aille mieux.

J’aurais pu te parler et te dire des choses très personnelles, mais elle comprendra que notre échange s’est fait sur un autre plan et que le quotidien est plus que dérisoire. L’amour, la loyauté et la gratitude nous remplissent de force et nous comblent de joie, c’est la priorité des priorités, bien que la priorité n’existe pas dans cette dimension.

La rencontre avec Bidule s’est faite au bord d’une route. Il était assis et regardait les voitures passer. Je me suis approchée doucement pour me présenter et lui expliquer que j’avais des messages de la part de sa gardienne et aussi quelques questions à lui poser :

J’aimerais savoir ce qui lui est arrivé ?
Lui demander s’il a souffert ?
Je veux lui dire que je suis désolée de ne pas l’avoir retrouvé à temps.
Lui dire que je l’aime de tout mon coeur et qu’il me manque énormément.
Je voulais aussi savoir pourquoi il était si peureux même avec moi ?
Est-ce qu’il va revenir auprès de moi ?
Est ce qu’il est auprès de Matchu ?
Et dite lui aussi que je l’embrasse très fort sur le front, le seul endroit qu’il acceptait que je touche.

Je suis heureux qu’elle ait fait appel à toi. Moi aussi j’ai besoin de ton aide pour faire le passage. Cette route est dangereuse et cette voiture ne m’a laissé aucune chance. Le choc a été violent, je suis aussitôt sorti de mon corps, je me suis vu flotter au-dessus de celui-ci et je savais qu’il m’était impossible d’y retourner. Tout comme Matchu, je reste là à attendre qu’on vienne me libérer.

Dis-lui que je n’ai pas souffert, c’était bien trop rapide, je me suis réfugié dans mon corps astral et plus moyen de réintégrer mon corps physique. J’étais parti faire un petit tour et je me suis fait enfermer. J’étais coincé dans un endroit d’où je ne pouvais m’échapper et j’ai eu peur de devoir rester longtemps dans ce lieu où personne n’habitait ni ne circulait. En même temps ça me rassurait qu’il n’y ait personne, car lorsque j’ai entendu des pas j’ai eu une grosse frayeur et je me suis caché dans un recoin très sombre. La porte a claqué, et après plus aucun bruit, ni mouvement.

Et je suis resté là à attendre que tu viennes me chercher ? Je savais, je sentais que tu essayais de me retrouver, mais je ne pouvais pas m’échapper, j’étais enfermé et lorsque ce matin-là la porte s’est ouverte, j’étais derrière et le monsieur a poussé un cri lorsqu’il m’a vu sauter au-dessus du seau qu’il portait et j’ai encore une fois eu une grosse frayeur.

J’étais complètement paniqué et je ne voulais qu’une chose, retrouver la maison, la sécurité de notre foyer et te retrouver. Seulement voilà, je n’ai pas été très prudent, j’ai voulu traverser cette route et je n’ai pas eu de chance.

Ne t’inquiète pas, je n’ai pas souffert. La peur que j’ai éprouvée lorsque j’ai entendu le cri de cette personne m’avait déjà très choqué et j’étais déjà dans un état second. Je n’ai pas ressenti de douleur, un grand coup, puis plus rien. Je t’ai vue lorsque tu m’as ramassé et je sais que ce fut terrible pour toi, je suis triste et désolé de t’avoir causé ce choc terrible. Ne culpabilise pas, tu ne pouvais rien pour moi et pardonne-moi pour tout le mal que cela t’a fait.

Je sais que tu m’aimes et que je te manque. Tu as déjà été très éprouvée par le départ de Matchu qui s’est malheureusement déroulé dans des circonstances presque identiques et je regrette, je suis désolée de te causer la même peine.

Face à ces 2 drames, tu es complètement désemparée, tu n’y peux rien et ne pouvais pas nous protéger pour les éviter. C’est Matchu et moi qui sommes navrés d’être aussi imprudents et de te causer de tels désarrois et souffrances.

Mea culpa, moi aussi je t’aime et j’espère tout comme Matchu te revenir. Il est là souvent, il peut me voir et je sais qu’il m’attend de l’autre côté du pont pour m’accompagner dans ce magnifique jardin des animaux. Maintenant que tu vas avoir mes messages, je sais que je peux le suivre et que tu vas enfin pouvoir retrouver un peu de paix dans ton cœur et commencer ton travail de deuil.

Mais tous les deux nous n’avons pas terminé notre mission auprès de toi et la mienne consistait à nettoyer le lieu, l’extérieur et tout le quartier. Oui j’étais un chat de type sentinelle et je n’avais pas vraiment peur, je n’aimais tout simplement pas que l’on me touche parce que ce n’était pas mon truc. Un peu peut-être, le bisou sur le front j’adorais, surtout sur mon 3e œil mais je n’aimais pas les caresses, je n’avais pas l’habitude et n’en avais pas besoin.

De personnalité assez réservée, les câlins n’étaient pas prioritaires et je préférais garder mes distances. Je sais que cela te manquait et c’est aussi la raison pour laquelle tu dois nous reprendre tous les deux, Matchu et moi et chacun retrouvera son rôle, sa mission auprès de toi.

Tu as fait appel à la bonne personne, elle saura t’expliquer le travail et la mission des chats et tu comprendras. Ne sois pas triste et mets-toi à notre recherche très vite car tu as besoin de nous, nos âmes qui sont reliées à toi aspirent à te revenir.

Ce n’est pas parce que je n’étais pas un chat timbre-poste que je ne t’aimais pas, au contraire, mais d’une manière différente et sans dépendance vis-à-vis de toi.

Je me chargerai de transmettre tes messages, es-tu prêt à faire le passage maintenant ?

Je le suis, trop longtemps que j’attends ce moment.

Ensemble nous avons emprunté cette route, qui s’est transformée dans un magnifique chemin de lumière où brillaient des milliers d’étoiles. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs il m’a dit :

Merci, merci pour tout ce que tu fais pour ma maman et pour nous ses compagnons. Matchu m’attend de l’autre côté et je suis très heureux de le retrouver.

Puis il a traversé le pont et j’ai pu apercevoir Matchu, pressé de le prendre dans ses pattes pour gravir ensemble l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Bidule, à très bientôt, repose et ressource-toi !

La connexion avec Calinou s’est faite au paradis des animaux. Lorsque je suis arrivée dans ce havre de paix, il était assis dans un magnifique pré et s’amusait à regarder les abeilles virevolter d’une fleur à l’autre. Il y avait aussi beaucoup de papillons blancs et dorés, des anges tout blancs et tout orange.

Je me suis approchée doucement, et lorsqu’il m’a aperçue il s’est levé et s’est approché de moi, le regard anxieux. Ses yeux exprimaient de la curiosité ou plutôt je pouvais ressentir qu’il s’interrogeait et se demandait pourquoi je venais le voir, ou si c’est bien lui que je venais voir. Je me suis aussitôt présentée et lui ai expliqué que j’étais envoyée par sa gardienne et que j’avais des messages à lui transmettre et des questions à lui poser :

Mon petit Calinou. Quand tu es parti je n’arrivais pas à l’accepter. Tu es parti si vite. Quand ta maladie a été détectée c’était trop tard. J’ai essayé de te garder mais tu allais trop mal. Est-ce que tu souffrais ? J’ai dû t’amener chez le veto pour t’aider à partir mais c’était très dur. Quand j’ai pris ma décision je t’ai encore garde une nuit près de moi…je t’ai pris dans mes bras et je t’ai fait pleins de caresses pour te dire combien je t’aimais.et pour te dire au revoir. Tu avais pris une grande place dans ma vie. Tu as été tout de suite adopté par ton copain Rouky (chien).tous les deux vous étiez toujours ensemble à jouer ou à vous reposer sur le canapé .toujours collés l’un à l’autre. Tu lui léchouillais toujours les oreilles. Tu as du lui manquer aussi. As-tu été heureux avec nous? Pourquoi cette maladie? Quelle mission avais tu pour moi ? je t’envoie tout mon amour. es-tu au paradis?es-tu heureux? As-tu pu te ressourcer et passer le pont des fleurs? Tu as retrouve la santé? Veux-tu me dire quelque chose ? Je voudrais savoir ce que tu ressens As-tu retrouve Rouky et es-tu venu le chercher quand il est parti? Es-tu avec lui en ce moment? J’ai tellement hâte d’avoir de tes nouvelles.je t’aime mon Calinou .reviendras-tu sur mon chemin? Un autre petit chat? Rouky et toi vous êtes et vous resterez toujours dans mon cœur. Ta maitresse qui ne t oublieras jamais.

Que je suis heureux de te voir, que je suis heureux de pouvoir te donner des messages pour elle, je sais qui tu es, je t’ai souvent vue et sentie auprès de Roucky pendant sa transition et puis j’étais là tout à l’heure lorsque tu es venue lui parler. J’étais très heureux pour lui et surtout très heureux que notre maman puisse avoir de nos nouvelles, et quelle joie de te revoir et de recevoir tous ses messages qui me vont droit au cœur et me remplissent de bonheur.

Dis-lui que je l’aime, j’étais son bébé, son petit et dernier garçon, j’ai vécu une vie terrestre certes très courte, mais très intense auprès d’elle. J’étais là pour lui apprendre le détachement affectif, pour l’aider à ne pas souffrir de dépendance ou co-dépendance et lui apprendre à aimer d’une manière légère, fluide, sans peur de se tromper.

Et puis j’étais surtout là pour la protéger contre les énergies négatives et veiller sur sa santé. J’étais un chat guérisseur et c’était plus simple pour moi de transmuter les énergies et l’en débarrasser en faisant un petit passage au jardin des animaux.

Dis-lui de ne pas s’inquiéter, je n’ai pas trop souffert, je me réfugiais dans mon corps astral et tout devenait plus supportable. Je ne voulais pas lui montrer la maladie ni sa gravité. Elle ne doit pas culpabiliser, elle ne pouvait pas s’en apercevoir plus tôt parce que je ne voulais pas qu’elle le voit, c’était plus bénéfique de partir me ressourcer dans ce haut lieu magique.

Sa souffrance m’a longtemps empêché de faire le passage et je ne suis pas monté depuis si longtemps. Je n’avais pas le courage de la laisser, c’est seulement début de cette année que j’ai eu la force, aidé par sa mère, de traverser le pont des fleurs afin de pouvoir être présent et aider et accompagner mon tendre et fidèle compagnon Roucky qui était sur son chemin aussi. C’est lui qui m’a donné la force de le faire et j’ai eu le soutien de ses ancêtres.

Maintenant nous sommes à nouveau ensemble et profitons de nous reposer et nous ressourcer, mais aussi de jouer et se donner beaucoup d’amour et de tendresse.

Dis-lui que je l’aime, que je l’aime d’amour profond et de la voir si triste et nostalgique me fait beaucoup de peine. Mon âme, tout comme celle de Roucky est reliée à la sienne et tous les deux nous souhaitons la retrouver très vite. Dis-lui que nous ne voulons plus être séparés et que nous aspirons tous les deux à la revoir et le plus vite sera le mieux, pour elle et pour nous. Tant que je n’étais pas monté ce n’était pas possible, mais maintenant ça l’est et ce serait cruel pour nous si l’un de nous redescendait sans l’autre.

Je n’ai pas terminé ma mission auprès d’elle et mon grand frère en a une autre auprès d’elle, c’est pourquoi nous lui demandons de très vite se mettre à notre recherche. Je serai de nouveau un chat et Rouky un chien et notre présence lui est nécessaire pour retrouver joie, paix et harmonie dans son corps, son cœur et son esprit.

Dis à notre maman que nous l’aimons, qu’elle est une belle personne empreinte d’amour et d’empathie et que notre présence l’aidera à avancer sur son chemin en toute confiance et quiétude.

La communication avec Rouky s’est faite dans ce magnifique havre de paix au paradis des animaux. A mon arrivée, il était couché sur son ventre, les pattes avant allongées devant lui et il était entouré d’autres congénères. Je me suis approchée doucement, et avant même que je l’appelle par son petit nom, il s’est levé pour venir vers moi.

Je te connais, je sais que c’est moi que tu viens voir.

Il s’est ensuite adressé aux autres compagnons et leur a dit :

C’est la gentille fée qui nous a aidé ma maman et moi pendant ma transition. Grâce à elle les Etres de la Nature et le Deva m’ont accompagné et m’ont aidé à faire le passage dans les meilleures conditions. Je n’ai pas eu peur et j’ai tiré ma révérence entouré de ma petite maman et de tous ces Etres de Lumière. Que je lui suis reconnaissante de t’avoir envoyé à moi et merci, merci pour tout ce que tu as fait pour nous. Grâce à toi mon passage s’est effectué dans les règles de l’art et je suis monté directement au jardin des animaux.

Je sais qu’aujourd’hui c’est encore ma maman qui t’envoie à moi et je suis si content de pouvoir lui donner des messages.

Je lui ai confirmé la raison de ma présence et lui ai lu les messages et questions de sa gardienne :

Mon petit Rouky. Es-tu au paradis? As-tu retrouve ta santé? Comment tu te sens ? Es-tu heureux? Quelle mission avais tu pour moi? Je sais que je me pose trop de questions.et toi? As-tu quelque chose à me dire ?.J’aimerai tellement te revoir. Tu vas revenir ?. Tu me manques tellement. !. As-tu été heureux avec moi? As-tu retrouve ton copain ? mon Rouky.je sais que tu es près de moi.. Ton petit signe (sur le tableau que je peignais) m’a beaucoup ému et m’a rendu très heureuse. Je sais que tu es mon ange gardien maintenant…je t’aime de tout mon cœur mon petit loulou. Je te fais pleins de caresses et Sylvia aussi .je pense très souvent à toi. Sois heureux au paradis. Tu as été un petit chien très cool et adorable. .reviens moi vite si c’est ton choix. Je t’aime.

Après lui avoir lu la missive, il m’a regardée tout ému et m’a dit :

Je sais que je lui manque beaucoup, son message est empreint d’une grande et triste nostalgie, elle est en manque de moi et se sent bien seule à l’intérieur d’elle. Nous étions très proches, très fusionnels, elle était ma maman et j’étais son fils, son garçon, nous avons partagé tant de belles choses ensemble. Toutes ces années auprès d’elle, même si la vie ne l’a pas épargnée non plus et qu’elle a rencontré des épreuves difficiles, ont été du grand et pur bonheur pour moi.

Dis-lui que j’ai vécu une vie de chien merveilleuse avec elle. Je me suis toujours senti considéré et aimé comme un être humain et ma mission consistait à l’ouvrir à l’amour inconditionnel, à l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur et le nourrir de tendresse à travers moi.

Elle a manqué d’amour dans sa vie et j’étais là pour lui apporter paix et harmonie dans son cœur et esprit et surtout l’aider à se faire confiance et se détacher des souffrances du passé. J’avais terminé ma mission et le moment était venu pour moi de remonter pour me reposer et me ressourcer.

Dis-lui que maintenant je me sens très bien, je me sens léger, plus aucun bobo et je peux à nouveau courir et sauter comme une petite gazelle. Je me suis bien reposé et ressourcé et je prépare déjà mon retour. Car même si ma mission était terminée, une autre m’attend déjà et de là-haut je continue de veiller sur elle et de la protéger, mais elle a besoin de mon énergie, elle a besoin de remplir ce grand vide qu’elle ressent à l’intérieur d’elle et dans sa maison, et c’est sur un plan terrestre que je peux l’aider à continuer d’avancer sur son chemin et de l’accompagner dans son évolution spirituelle.

Dis-lui que je suis bien entouré, Calinou et mon copain étaient tous les deux présents lorsque j’ai fait le passage, ils m’attendaient et sont avec moi dans cet endroit magique où tout est amour et lumière. Ici règne la paix, il y a des anges et des papillons blancs et dorés, on se sent heureux, il fait bon y vivre et chacun se ressource à son rythme et espère pouvoir retrouver son gardien très vite.

Moi je me sens prêt, Calinou aussi et tous les deux espérons maintenant te retrouver. Je suis ton ange gardien et le resterai jusqu’à la fin de tes jours, mais c’est sur terre que je veux pouvoir te protéger et partager mon existence avec toi. Nous avons encore de belles choses à vivre ensemble. Je t’aime, j’ai hâte de te retrouver, d’être choyé et câliné et surtout de redescendre dans un corps physique en bonne santé.

Mets-toi maintenant à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin et n’oublie pas Calinou, lui aussi fait partie de notre famille et attend depuis tout ce temps pour nous retrouver.

Dis à Sylvia que j’adore ses caresses et qu’elle aussi je suis pressé de la revoir. Et puis vous tous, vous m’avez apporté tant de bonheur. Je vous aime et vous envoie tous les jours des signes, soyez très attentifs !

La rencontre avec GUIZMO s’est faite devant le pont des fleurs. Elle était assise et regardait tristement de l’autre côté du pont où on pouvait voir les belles lumières de l’arc en ciel, et je pouvais ressentir qu’elle avait très envie de le traverser. Je me suis approchée doucement, je l’ai appelée par son nom pour ne pas l’effrayer et elle s’est retournée vers moi pour me dire :

Approche, ne crains rien, je n’ai pas peur, je sais que c’est ma maman qui t’envoie vers moi. J’étais à côté d’elle lorsqu’elle t’a sollicitée et je t’attendais.

Je sais que mon départ la plonge dans une grande souffrance et nous avons toutes les deux besoin de ton aide, moi pour faire le passage afin de pouvoir monter me reposer et me ressourcer, et elle afin de pouvoir enfin commencer son travail de deuil et retrouver un peu de paix dans son cœur et son esprit.

Je l’ai rassurée et lui ai expliqué que c’était la raison de ma présence, mais que sa gardienne souhaitait avant lui transmettre des messages et lui poser quelques questions :

Ma chérie où es tu maintenant?

 Je suis désolée de ne pas avoir eu le courage de t’endormir plus tôt, j’espère que tu n’as pas trop souffert, pardonne moi s’il te plaît

 Est-ce que tu as eu peur chez le vétérinaire avant la piqure? Est-ce que tu as eu mal de la piqure?

 Pourquoi tu as refusé de prendre des médicaments, j’ai espéré tellement qu’ils te prolongeraient la vie encore un peu

 Pourquoi tu ne me regardais plus avant la piqure

 Est-ce que tu reviendras chez moi sous une autre forme?

 Je t’aime et je t’aimerai toujours tu me manques tant

 MERCi pour tout ton amour pendant toutes ces années, grâce à toi j’ai surmonté toutes ces épreuves

 Est-ce que tu étais heureuse avec moi?

 Herve t’aime et tu lui manques tant

Dis-lui que depuis le message qu’elle t’a écrit, j’ai fait du chemin, je suis venue jusque devant ce magnifique pont des fleurs mais que j’hésite encore à le traverser parce que sa douleur et sa culpabilité m’en empêchent. Dis-lui qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait faire pour moi et qu’elle a pris la décision au bon moment.

J’étais sur mon chemin depuis bien longtemps et j’étais prête, mais elle, elle ne l’était pas et il fallait qu’elle le soit aussi, sinon je ne serais de toute manière pas bien partie. Elle a fait le bon choix, c’était le moment pour moi de tirer la révérence et je peux la rassurer, j’arrivais à gérer les douleurs, je me réfugiais la plupart du temps dans mon corps astral et j’arrivais à les gérer et les supporter.

Je ne voulais plus prendre les médicaments, mon âme était prête à remonter afin de pouvoir me reposer et me ressourcer, et ce n’était pas compatible et cohérent de continuer à les prendre pour prolonger ma vie terrestre dans ce corps physique. Excuse-moi si cela t’as fait de la peine.

Je sais combien tu voulais me garder encore longtemps auprès de toi et combien cela t’a coûté de devoir m’aider à partir. Je ne te regardais plus chez le vétérinaire, cela te faisait trop de mal et je ne voulais pas voir ton regard triste et déchirant.

Je n’avais pas peur, je savais que tu le faisais par amour pour moi et que je serais enfin soulagée de tous ces maux. La piqûre, je ne l’ai pas sentie, j’étais dans mon corps astral et plus rien ne pouvait m’atteindre.

Je t’aime que tu as été une maman merveilleuse. Je me suis sentie être ton bébé, ta fifille et j’ai adoré toutes ces années de grand bonheur avec toi, même si la vie a été parfois difficile et cruelle avec toi, que nous avons traversé toutes les deux des périodes avec des épreuves très tristes. Nous étions ensemble et j’étais là pour te protéger et veiller sur toi et ton évolution spirituelle.

Ma mission consistait à t’aider à te reconnecter à ta source, à ton petit enfant intérieur pour t’aider à régir toutes ces souffrances du passé et t’aider à dépasser celles présentes et surtout t’accompagner sur ton chemin de vie. Je n’ai pas terminé ce travail auprès de toi. Tu as encore besoin de moi, de ma présence sur un plan terrestre pour continuer ta route, et un petit passage au jardin des animaux me permettra de me ressourcer et de préparer mon retour.

Dis à Hervé que je l’aime aussi, son âme tout comme la tienne est empreinte de douceur et surtout d’une grande compassion et empathie et cela me rend si heureuse.

Tu te sens vide à l’intérieur de toi et je sais que seule moi peux le remplir, et mon âme aspire à te revenir très vite. Ce ne sera pas long, l’espace-temps là-haut n’est pas le même qu’ici-bas et dès que tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin. Sois confiante, aie confiance en moi comme je l’ai toujours eu en toi.

Je t’aime ma maman d’amour et à bientôt.

Je lui ai dit que je me chargerai de transmettre ses messages et elle m’a remercié :

Merci, merci pour tout, beaucoup, beaucoup de gratitude

Et sans hésitation elle s’est empressée de traverser le pont pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Guizmo est vraiment au paradis des animaux maintenant, Au revoir Guizmo, à très bientôt !

La rencontre avec Johnny s’est faite sur un chemin très triste et sombre, pas d’ensoleillement, pas d’herbes ni de végétaux, un chemin sec, des pierres et des cailloux. Il était assis sur son ventre, les pattes avant allongées devant lui. Je me suis approchée doucement. Malgré qu’il ait l’air de faire partie du paysage, figé comme une statue, j’ai pris beaucoup de précautions pour ne pas lui faire peur et me suis avancée vers lui. Lorsque j’étais à 4/5 mètres, je me suis arrêtée, il a tourné la tête vers moi et m’a dit :

Non, ne t’arrête pas, continue d’avancer, viens vers moi, je t’attends. Depuis si longtemps que j’attends cet instant, depuis si longtemps que je pense faire partie de ces pauvres âmes errantes qu’on a du mal à laisser partir, qu’on retient parce que la souffrance est encore trop vive, qu’on n’arrive pas à faire son deuil, que c’est encore très douloureux d’accepter notre triste sort, et que moi je reste là, entre deux, toujours dans son entourage au quotidien et que je n’arrive pas à faire le passage pour monter au jardin des animaux me reposer et me ressourcer, car bien entendu ici ce n’est plus ma place. Depuis toutes ces années je me sens complètement ankylosé et j’ai l’impression de faire partie de ces pierres et de ce chemin sans lumière.

Je l’ai tout de suite rassuré et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions pour lui de la part de sa gardienne et qu’après notre échange je l’aiderais à rejoindre enfin le jardin des animaux :

Liste des Messages de Ching yi à Johnny

Mon cher Johnny ! Mon chien de compagnie d’enfance, mon ami de cœur, tu m’avais beaucoup, beaucoup manqué depuis ces vingt-huit dernières années et je pense souvent à toi et j’ai rêvé de toi il y a un mois.

Je suis vraiment désolée de partir en étude à l’étranger sans me rendais compte a quel point notre vie nous à séparé depuis cette journée la….

Tu as était mon ami fidèle et très important de toutes ces années quand nous vivons ensemble ! Je t’aime beaucoup.

Quand mes parents t’ont abandonné dans la rue ! Je n’ai rien pu faire car j’étais à l’étranger et je ne l’ai appris seulement après. J’étais tellement triste et en colère d’apprendre ce qu’ils t’ont fait et je me sentais démunie de être pas capable de faire quelque chose pour toi. Je suis tellement triste !

Je me sentais toujours coupable et triste de pas savoir où tu es allée ? Est-ce tu as pu trouver une personne de cœur pour s’occuper de toi, et comment était ta fin de vie,  Est ce tu as beaucoup souffert ?

Je te demande de me pardonner pour pas pu faire quelque chose et s’occupe de toi de ton vieux âge. Donc je me sens toujours coupable vingt ans après. Et je rêve encore de toi et je pense à toi si souvent !

 

J’ai pensé souvent à toi et de fait de pas savoir où tu étais et comment tu as terminé ta vie me fait énormément souffert intérieur de moi.

 

Question de Ching yi à Johnny

 

  • Est-ce que tu me pardonnes ?
  • Est-ce que tu gardes un bon souvenir de moi ?
  • Est-ce que je me suis bien occupée de toi ?
  • Est-ce que tu as beaucoup souffert dans la rue ? (j’ai rêvé que tu étais attaché et que tu souffrais et que deux gros chiens te faisaient du mal, est-ce que c’est arrivé ? est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?)
  • As-tu trouvé quelqu’un qui s’est occupé de toi ?
  • Je sens que tu es encore là près de moi mais est-ce c’est bien toi ?
  • Est-ce que ta réincarnation s’est bien passée ?
  • Est-ce que je vais te revoir un jour ?
  • Je veux de nouveau un chien l’année prochaine, est-ce que ce sera toi ?
  • Est-ce que tu as un message pour moi ?

 

Après lui avoir lu la missive, il s’est mis à pleurer, ses yeux étaient à la fois tristes et en même temps son regard s’éclairait et il m’a dit :

Mais je sais déjà tout ça, je sais qu’elle ne m’a pas abandonné. Je sais qu’elle est partie pour faire ses études et j’espérais tant pouvoir la retrouver à son retour. J’étais très malheureux et la pleurais souvent. Ses parents n’ont pas supporté mon état et sans aucune hésitation ni scrupule, m’ont lâchement abandonné dans la rue. Ils n’avaient aucune compassion ni empathie pour moi et n’ont même pas essayé de me trouver un nouveau maître ou au moins un refuge. Non, dehors et sans se poser la question de ce que j’allais devenir.

J’ai eu très peur et me suis senti désemparé, je pensais tellement à toi, tu me manquais et je savais que pour toi la vérité de mon triste sort serait difficile à assumer, que tu culpabiliserais et que tu aurais beaucoup de mal à t’en remettre.

Mais tu sais, tu n’as rien à te reprocher, je sais que tu n’y est pour rien et je n’ai rien à te pardonner. J’ai trouvé refuge chez un monsieur avec beaucoup d’empathie mais qui avait déjà plusieurs autres grands chiens d’un gabarit bien plus grand et fort que moi et qui n’arrêtaient pas de me chercher querelle. Je n’étais pas attaché comme dans ton rêve, mais ils en avaient toujours après moi, me grognaient dessus et me montraient leurs crocs. J’étais le petit chien habitué à être câliné par sa gardienne et ils ont senti tout de suite mon grand désarroi, ma grande détresse et souffrance d’être loin de toi et ma sensibilité, ma vulnérabilité leur faisaient peur je crois.

Ils avaient sans doute peur que leur gardien s’attache à moi et que je prenne trop de place dans son cœur, alors que moi je n’en avais pas envie du tout, je lui suis encore aujourd’hui très reconnaissant de m’avoir recueilli et nourri, mais ma place n’était pas avec lui et j’ai choisi de partir et arriva ce qui devait arriver, ce que je souhaitais le plus afin de pouvoir te retrouver dans une autre incarnation. Je me suis fait écraser par un grand camion, je n’ai pas souffert n’aie pas peur, je me suis aussitôt réfugié dans mon corps astral et je savais qu’il me serait impossible de retourner dans mon corps physique.

Mais seulement voilà, je n’avais pas préparé mon départ et la brutalité du choc, la violence de l’accident m’ont empêché de monter au paradis des animaux. Et depuis tout ce temps, toi ma gardienne, ma sœur, mon amie de cœur tu n’as pas non plus trouvé la paix dans ton esprit, alors que je t’ai retrouvée, que j’étais avec toi, à côté de toi partout où tu étais et au quotidien.

Mon âme s’est accrochée à la tienne, tu l’as bien ressentie et cela t’a bien empêché de faire ton deuil. Même si tu ne pouvais me voir, je t’ai puisé ton énergie et je suis si heureux aujourd’hui de pouvoir enfin monter pour me reposer et me ressourcer afin de préparer mon retour, car je sais que tu es maintenant de nouveau prête à me reprendre et à m’accueillir dans ton cœur et ton foyer.

C’est ce qui m’importe le plus, j’étais ton bébé, ton garçon et il est grand temps que nous puissions enfin continuer notre route ensemble. Je t’aime, tu es la personne qui compte le plus dans ma vie et je suis là pour t’aider à grandir et construire ta vie de femme et de famille, et mon âme qui est toujours restée reliée à toi, aspire à te revenir sur un plan terrestre dans un corps physique d’un chien en pleine forme.

Après un petit passage dans l’au-delà, mets-toi vite à ma recherche et je me mettrai sur ton chemin. Tu es une belle âme, tu as beaucoup d’amour et de sensibilité en toi et tu ne dois pas, pour ton évolution spirituelle, continuer à vivre dans la culpabilité, car c’est un obstacle qui t’empêche de te reconnecter à ta source, à ton petit enfant intérieur, à ton essence et de faire table rase de toutes les souffrances du passé. Tu auras besoin de moi, de ma présence pour t’affirmer et prendre confiance que tu as à l’intérieur de toi une grande force. Je t’aime.

Je lui ai promis de transmettre tous ses messages et lui ai demandé s’il était prêt à faire le passage.

Plus que jamais

Et il s’est mis debout et ensemble nous avons emprunté ce chemin qui s’est transformé en chemin de lumière. Arrivés devant le pont des fleurs il l‘a rapidement traversé pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Johnny, profite de ces quelques temps au paradis pour revenir le cœur rempli de joie et d’amour.

La connexion avec Chaky s’est faite dans ce magnifique havre de paix, au paradis des animaux. A mon arrivée, il était couché sur son flanc droit, au milieu de plusieurs autres congénères et tous ensemble s’amusaient à regarder les papillons blancs et dorés virevolter autour d’eux. Il y avait des petites fleurs de toutes les couleurs et des anges blancs et orange, j’ai ressenti beaucoup d’amour et de sérénité dans ce lieu magique.

A mon approche, Chaky s’est détaché du groupe pour venir vers moi. Je me suis présentée et lui ai expliqué que j’étais envoyée par sa gardienne et que j’avais plusieurs messages à lui transmettre et des questions à lui poser :

Mon Chaky d’amour, cela fait maintenant 16 jours que tu es parti. J’espère que tu vas bien là où tu es et que tout s’est passé au mieux pendant ton passage. Comment vas-tu mon petit ange ? Tu me manques tellement mon Chaky d’amour, quel vide immense sans toi. Je t’aime tellement mon ange et savoir que je vais te retrouver m’aide énormément. Je tiens bon car je sais que tu es là près de moi.

 

Est-ce que tu as pu te ressourcer ? Est-ce que tu te sens mieux ? Est-ce que tout se déroule comme tu le souhaites ? Est-ce que tu as trouvé un autre corps en bonne santé, en faisant un contrat d’âme avec un autre chat, pour revenir ?

 

MERCI de tout mon cœur, je suis tellement reconnaissante pour tout ce que tu as fait pour moi et pour m’avoir autant facilité les choses en partant au moment que tu as choisi. Car finalement je n’étais pas seule pour gérer matériellement ton départ (pour te/me faire une jolie cérémonie d’au-revoir) et mon attention était orientée ailleurs, avec la famille présente pendant la semaine qui a suivi ton départ, ce qui m’a permis de ne pas sombrer totalement dans le chagrin. J’aurai tellement préféré que tu partes dans ta maison et que je sois à tes côtés, je pensais que tu avais encore quelques jours et voulais simplement te soulager un peu en t’emmenant chez la vétérinaire (qui ne m’a pas autorisé à rester près de toi là-bas pour la nuit), j’aurai tellement aimé être près de toi et t’accompagner pour ton départ mon petit coeur. Mais je sais que nous étions reliés pour toi et que tout cela n’a plus d’importance, ce qui compte c’est maintenant, et que je te retrouve, que tu me reviennes vite, et que l’on puisse continuer à avancer ensemble.

 

J’ai compris que cette épreuve marque le passage de cet état de « mal-à-die », pour repartir sur de nouvelles bases en bonne santé physique et psychique. Et reprendre son pouvoir, sa souveraineté.

 

Est-ce qu’il est temps que je me mette à ta recherche ou est-ce que c’est encore trop tôt ? Quand puis-je commencer à te chercher mon Chaky ? Est-ce que c’est le moment ? 

Est-ce que j’ai encore des choses sur lesquelles je dois travailler pendant ton absence, comme le détachement, la dépendance affective… ?

 

Comment vas-tu mon chéri d’amour ? Est-ce que tu as pu récupérer, est-ce que tu as besoin de rester encore dans une dimension plus élevée pour travailler à distance ?

 

Où es-tu en ce moment ? Est-ce que tu es déjà de retour ? Si c’est le cas, depuis longtemps ? Es-tu en sécurité ? Bien traité ?

Comment est-ce que je vais savoir que c’est bien toi ? Comment vais-je te reconnaitre ? 

 

Si je peux commencer à te chercher, peux-tu me donner quelques informations déjà sur le lieu où tu te trouves : association (où il y a beaucoup de chats), famille (où tu es déjà le chat de quelqu’un), famille d’accueil (où tu es en attendant qu’on te trouve une famille)… ?

 

Est-ce que tu peux me donner des informations sur toi, comment tu es physiquement, ta couleur, si tu es un mâle, un adulte…  ?

 

Est-ce que tu peux m’envoyer des signes ? Seras-tu le même, avec les mêmes habitudes, qui me permettrons de savoir que c’est bien toi ? 

On peut se dire par exemple, pour que je sois certaine que c’est bien toi quand je te croiserai : que je m’allonge avec une couverture sur moi et que tu t’allonges sur moi en étirant tes pattes, comme on aimait tant faire ?

 

Comment je saurais qu’il ne s’agit pas de fausses synchronicités ou interférences pour que l’on ne se retrouve pas, car à la différence de 2007 lorsque tu m’as retrouvé, je n’étais pas encore éveillée et n’avais pas encore conscience de tout ce qui se jouait ? 

 

Est-ce que tu seras le même, je veux dire auras le même caractère, les même habitudes, la même façon d’être qui me confirmeront que c’est bien toi ?

Est-ce que tu te rappelleras de tout, de moi, de mon odeur, de ta maison et ton jardin, des odeurs, de ton territoire, de ta nourriture, de ton nom… ?

 

J’ai tellement hâte de te retrouver mon Chaky chéri. 

 

Il y a un petit chat qui est arrivé il y a un peu plus d’une semaine au Breuil (le village de mes grands-parents) chez Marie-France, Séverine sa fille (que tu connais) m’a demandé si je le voulais, ce n’était pas toi n’est-ce pas ? (ça me semblait trop rapide et trop tôt pour moi, je n’avais pas encore commencé à te chercher). Apparemment il était perdu et depuis ils ont retrouvé sa famille.

 

Aujourd’hui je suis prête, j’ai juste besoin d’être aidé pour aller dans la bonne direction.

 

Est-ce que tu aurais des conseils à me donner ? J’essaie de me connecter à mes guides et à toi mais je ne sais pas si la Communication passe ?

 

Est-ce que je pourrais revenir vers toi à un autre moment par le biais de Christiane, si je ne te trouve pas, lorsque tu auras plus d’informations ?

De toute façon lorsque je penserai que c’est toi, j’enverrai une photo à Christiane pour qu’elle te le demande par la Communication et me le confirme.

 

Est-il temps que l’on se retrouve ?

 

Je me surprends moi-même à tenir et ne pas m’effondrer car je sais si fort au fond de mon coeur que je vais te retrouver mon ange ! Merci du plus profond de mon coeur pour tout ce que tu fais pour moi. 

Avec amour, avec mon amour inconditionnel. Avec une joie infini de te retrouver très bientôt mon Chaky. Prends grand soin de toi. Je t’aime. 

 

Avec Coeur, avec tout mon Amour, toute ma Gratitude, en Unité.

 

Ce n’était pas la peine de me dire qui tu es, nous nous connaissons si bien, tu es venue plusieurs fois me parler et j’ai toujours été si content que tu puisses nous permettre avec ma tendre et douce maman de communiquer et d’échanger ensemble. Mille mercis à toi et à ma maman de nous avoir donné les moyens de le faire.

A la plupart de ses questions, je pense que tu pourrais répondre à ma place, tu me connais si bien et tu sais combien elle a encore besoin d’avoir de mes nouvelles et d’être rassurée quant aux bonnes conditions de mon départ et de mon état d’être depuis que j’ai fait le passage.

Dis-lui tout d’abord merci pour son merveilleux et chaleureux message d’amour, moi aussi je l’aime très fort et je suis conscient que je lui manque et qu’elle ressent à l’intérieur d’elle un grand vide, mais dis-lui ou plutôt rappelle-lui que je reviendrai très vite le remplir ce vide, car sans moi elle aurait beaucoup de difficultés à continuer d’avancer sur son chemin.

Ensuite il faut qu’elle sache que mon passage s’est fait dans la joie, dans l’amour et la lumière. J’étais bien accompagné et entouré de plusieurs Etres de la Nature, du Deva des animaux et j’ai fortement ressenti la présence, l’Etre divin de ma maman. Je n’avais pas peur, j’étais prêt depuis cet été à faire le grand saut et j’ai choisi de partir chez la vétérinaire alors que je savais que tu ne serais pas seule pour affronter cette semaine et souffrir de mon absence.

Ne culpabilise pas, c’est par amour pour toi que je suis parti loin de la maison, et c’est aussi par amour pour toi que je suis monté au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer. La jolie fée qui se trouve devant moi (oui je l’ai toujours vue comme une fée, comme toutes ces gentilles fées que l’on rencontre et côtoie dans la nature) pourra te rassurer et te dire que maintenant je vais bien. Je me sens en pleine forme et je profite pour faire le tour du jardin des animaux, enfin d’explorer une partie, car il est immense et je n’aurai jamais assez de temps pour le traverser. Je suis bien trop pressé de te retrouver et le plus vite sera le mieux pour toi et pour moi.

Je me suis déjà bien reposé et ressourcé et te remercie encore de m’avoir donné la possibilité de partir dans de si bonnes conditions, et me voilà prêt à redescendre. Je te reviendrai avec la même mission, t’apprendre le détachement affectif, t’aider à t’affirmer et à exprimer ce que tu as à dire. Ce sera plus facile pour toi cette fois-ci car tu as déjà fait un grand travail sur toi et surtout tu sais qu’il y a une vie après la mort et tu as entière confiance en tes croyances. C’est en pleine conscience que tu me retrouveras lorsque tu te mettras sur mon chemin.

Ne te torture pas l’esprit et ne cherche pas à savoir où, quand et comment. Laisse-toi guider par tes sens et mets-toi dès à présent à ma recherche. J’endosserai le costume qu’il te plaira et ne crains rien, ce sera une évidence pour toi. Mais encore une fois, ne te turlupine pas l’esprit et laisse-toi guider par ton ressenti. Moi je suis prêt et je te reviendrai avec le même tempérament et les mêmes habitudes, fais-moi confiance comme je te l’ai toujours fait.

Tu as bien senti que tu ne devais pas prendre ce petit chat, tout simplement parce que ce n’était pas moi et pas parce que tu n’étais pas prête. Si c’avait été moi, tu l’aurais capté de suite car tu ne pourras pas passer à côté de moi. Rien que de voir dans mes yeux, le regard que nous échangerons sera une certitude pour toi. N’oublie pas que nos âmes sont reliées et le resteront toujours. Je suis ton ange jusqu’à la fin de tes jours et nous nous retrouverons même au-delà dans d’autres incarnations physiques, mais beaucoup, beaucoup plus tard.

Je ne te donnerai pas plus de détails quant à mon aspect physique ou le lieu où tu pourras me retrouver, parce que je me mettrai sur le chemin, là où tu chercheras et aussi pour ne pas t’influencer. Si je te donne plus d’informations tu seras perdue. Enfin si, peut-être juste le sexe, un male, ton petit ange te reviendra en garçon, ton petit garçon.

Je t’aime et ne suis pas inquiet, je sais que nous serons très vite ensemble, mais il faut agir et ne pas se poser mille questions. Fais confiance à l’univers et il te guidera. A bientôt ma maman d’amour, ton petit ange t’attend.

La rencontre avec KIYA s’est faite devant le pont des fleurs. Elle était assise et regardait tantôt avec beaucoup de nostalgie vers le chemin lumineux bordé de fleurs, et tantôt vers l’autre côté du pont où la lumière vive prenait toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Je me suis présentée et lui ai dit que sa maman l’aimait très fort et qu’elle était heureuse pour elle, qui, même si elle lui manque beaucoup, elle doit maintenant continuer sa route et traverser le pont.

Je suis bien heureuse que tu sois là, je sais bien qu’elle ne veut que mon bonheur, mais dans son malheur, dans sa détresse elle s’est arrêtée sur le chemin, elle ne m’a pas accompagnée jusque devant le pont et sa souffrance et ses pleurs m’ont retenue, je n’ai pas eu la force de le traverser toute seule.

Je n’ai pas peur et je sais qu’on m’attend de l’autre côté. Il y a sa maman et puis d’autres ancêtres, il y a aussi des ancêtres à mon papa qui m’a adoptée comme si j’étais sa fille et qui nous a donné bien du bonheur depuis que ma maman l’a rencontré et que nous partagions notre existence avec lui.

Dis-leur merci à tous les deux et merci d’être là pour m’encourager à monter au jardin des animaux. Senti se sentira beaucoup moins perturbée après mon départ et ma maman sera apaisée et pourra commencer à faire son deuil. Et puis elle a la foi et elle sait que je lui reviendrai un jour, lorsqu’elle se sentira prête, je me mettrai à nouveau sur son chemin.

Je l’aime et j’ai vécu parfois des moments très tristes avec elle, mais aussi des grands moments de pur bonheur et c’était tout simplement Amour. Gratitude pour sa grande compassion et empathie envers les animaux et tous les Etres de la terre.

A bientôt ma douce et tendre moitié. Je t’aime.

La rencontre avec Vanille s’est faite dans un jardin. Elle était assise et s’amusait à regarder les abeilles virevolter d’une fleur à l’autre. Je me suis approchée doucement, curieuse, elle s’est retournée vers moi. Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui transmettre des messages et lui poser des questions. Ses yeux tristes ont changé d’expression, je pouvais y lire de la joie.

Que je suis contente de te voir, que je suis pressée d’entendre ce que tu vas me dire, approche-toi, viens à côté de moi et dis-moi.

Ma jolie doucette, mon bel amour, mon tout petit bébé, 

Dire que tu me manques est tellement en deçà de la vérité; tu es partie il y a maintenant quatre longues semaines et le vide que tu as laissé ici est infini. C’est un crève le cœur de rentrer à la maison et de ne pas t’y voir, je t’y cherche partout mais tu n’y es pas, je t’y attends, je t’appelle en dormant, je t’espère derrière la vitre à me regarder partir …

 Tu étais si petite et pourtant tellement présente, toujours près de nous, toujours près de moi. Du jour où tu es arrivée à la maison tu nous as suivi partout attachée à nos pas.

Pendant ces 11 années tu nous as apporté tant de bonheur, d’amour et de tendresse; on avait organisé nos vies pour te laisser seule le moins possible, on t’emmenait partout ou presque choisissant nos vacances en fonction de si tu pouvais nous y accompagner ou non et je ne regrette rien.

La maladie t’a arrachée à nous.

 Peut-être aurais-je dû accepter de te faire opérer quand tu étais petite mais j’avais si peur de l’anesthésie que je n’ai pas voulu.

 J’espère que tu n’es pas seule là où tu es, tu avais si peur quand tu étais seule, j’espère que tu es heureuse, paisible, que tu ne souffres plus. J’espère que tu es près de nous mon cœur, que tu nous vois et nous entend, que tu sais que l’on t’aime et que le jour où l’on t’a accompagné chez le vétérinaire, c’était un geste d’amour pur qui nous a, à tous, arraché un morceau du cœur.

 J’avais toujours tellement peur pour toi peur que l’on te laisse sortir que tu ais un accident ou que tu te perdes, peur de te laisser seule et que tu sois malade, que tu te sentes abandonnée

 Ma petite chérie toute douce, maintenant, j’aimerais pouvoir te poser quelques questions. Tu me connais si bien que tu ne seras pas surprise que j’attende des réponses précises.

 Sais-tu comment cette maladie a commencé et si quelque chose en particulier l’a déclenchée ?

 As-tu souffert longtemps? As-tu compris que nous essayons de soulever des montagnes pour te soigner? Avais-tu compris avant moi que je me battais contre plus fort que moi? Ai-je compris au bon moment qu’il était temps de te laisser partir ou suis-je allée trop loin ?

 Peux-tu m’expliquer ce qui te fascinait le soir précédant ton départ? Que regardais tu que nous ne voyions pas ? Quelqu’un t’attendait il? Quelqu’un que je connaissais? Aurais-tu croisé Caroline?

 Comment s’est déroulé ton passage de l’autre côté? La nourriture ne te manque-t-elle pas trop ma jolie gourmande ?

 À t’on fait le bon choix pour ton inhumation? Nous étions tous d’accord, nous te voulions près de nous, mais est-ce que tu aurais choisi cela ou aurais tu préféré autre chose?

 Depuis que tu es partie as-tu pu nous faire des signes et quels sont-ils? J’ai bien cru en percevoir mais j’ai besoin d’être sûre pour me rassurer et apaiser mon chagrin.

 Est-ce que nous nous étions déjà rencontrés au cours de cette vie et comment tu te situais par rapport à moi et à nous tous? Pour moi, pour nous, tu étais un membre à part entière de notre famille, ma petite fille, mon bout de chou, mon Bébé mais toi, j’aimerai savoir comment tu percevais tout cela, Tu répondais à nos appels comme une maman avec ses bébés, câline et affectueuse mais j’étais aussi comme ta maman.

 Je ne suis pas prête à prendre un autre chaton c’est juste hors de question car ne sera pas toi .. Peut-être un jour dans très longtemps … pour les petits enfants!!

 Tu me manques horriblement mon petit ange j’espère que tu es heureuse dans la lumière et que mes larmes ne t’empêchent pas d’évoluer comme tu le mérites. Je sais combien tu détestais quand on pleurait mais c’est si dur aujourd’hui de m’en empêcher.

 Je te fais un énorme câlin en te prenant dans mes bras toute serrée contre moi et je te sens toute douce surtout à côté de tes oreilles.

Tu te souviens de ce qu’on disait ?

 Pleins de bisous ma chérie, va en paix et sois heureuse

Ta maman qui t’aime

 Je lui ai lu la missive de sa gardienne, et lorsque je me suis arrêtée, elle m’a dit :

Moi aussi je l’aime, je les aime et même si je suis encore avec eux au quotidien, même si je l’accompagne partout dans tout ce qu’elle fait, même si je peux les voir et les entendre, ne plus pouvoir me manifester physiquement à eux me manque terriblement aussi.

Je sais que mon départ la plonge dans une grande souffrance et qu’elle culpabilise parce qu’elle pense qu’elle aurait pu empêcher ma maladie, mais elle a fait tellement pour moi, elle a tellement pris soin de moi et espérait pouvoir m’aider, que tu dois lui dire de ne plus culpabiliser, de ne plus se poser de questions et d’arrêter de se torturer l’esprit.

Dis-lui qu’ici ce n’est plus ma place, bien que j’aurais aimé pouvoir sortir dans le jardin et m’amuser à regarder les abeilles butiner, maintenant je suis là, je les observe mais tant que je reste là elle ne pourra faire son deuil et moi je ne peux me reposer et me ressourcer. J’ai besoin qu’on m’aide à faire le passage et cela l’aidera aussi à tarir ses larmes et à retrouver la paix dans son cœur et son esprit.

Dis-lui que le mal me rongeait de l’intérieur, personne ne pouvait plus rien pour moi et que de monter me ressourcer au jardin des animaux me permettra après un petit passage, de lui revenir dans un corps physique en pleine forme.

Dis-lui aussi merci pour son message d’amour et toutes ces années de bonheur. J’étais son bébé, sa petite fille, sa petite princesse et je leur suis tellement reconnaissante pour tout leur amour et leur tendresse. Je me suis sentie aimée, respectée et ma vie à leurs côtés a été du pur bonheur, une vie remplie et pleine tout comme la sienne, et depuis mon départ il lui manque son rayon de soleil et elle se sent bien vide à l’intérieur d’elle.

Dis-lui que j’étais sur mon chemin depuis l’entrée de l’hiver dernier et je préparais mon départ. Je gérais mes souffrances en me réfugiant souvent et surtout les dernières semaines, dans le corps astral pour les supporter et je savais que tu espérais tant pouvoir m’aider à guérir et me garder encore longtemps avec toi. Tu l’as fait par amour pour moi et tu avais besoin de le faire parce que tu as la foi et tu es une personne qui se bat et ne baisse pas les bras au moindre problème. C’était ta manière à toi de te préparer psychiquement et d’accepter de me laisser partir, tu n’as rien à craindre tu as eu une prise de conscience au bon moment et j’étais prête à faire le grand saut.

Maintenant je me sens bien, plus aucune douleur et surtout plus besoin de me nourrir, si ce n’est de votre énergie et cela vous pompe et risque de vous faire tomber malades ou dépressifs. Il est temps à présent pour moi de monter au paradis des animaux. Je ne peux te dire ce qui a déclenché ma maladie, c’était en moi, peut-être un mal-être, un inconfort hormonal, je ne sais pas et ce n’est pas important. J’étais sur mon chemin et je me sentais prête à souffler la flamme de ma bougie, et avant mon départ je voyais les Etres de la nature et d’autres congénères et aussi une dame (ancêtre, grand-mère). Il y avait beaucoup de monde qui m’attendaient de l’autre côté et je n’avais pas peur, seulement ta grande détresse m’a retenue dans ton entourage et je ne me sentais pas le cœur de te laisser.

Vous avez fait le bon choix pour mon inhumation, mais ce n’est pas important pour moi, ça l’est pour vous et c’est très bien de pouvoir me savoir proche de vous, mais pour moi ce ne sont que les restes, les poussières de mon corps, mon enveloppe physique alors que mon âme est toujours près de vous et surtout elle est éternelle et n’aspire qu’à te revenir.

Oui j’étais déjà avec toi (chat) et je sais que je te reviendrai encore, nous étions très fusionnelles et cette complicité perdure dans l’au-delà et jusqu’à mon retour. Des coucous et aller/retours je pourrai vous en faire après mon passage, en attendant j’ai essayé de me manifester à toi par des bruits, des odeurs et des ronrons. Tu as du ressentir ma présence dans ton sommeil et je continue à te protéger et veiller sur toi.

J’étais un chat timbre-poste et j’étais chargée de t’apprendre le détachement affectif, t’apprendre à aimer sans peur de perdre l’être aimé et sans dépendance ni co-dépendance. Je n’ai pas terminé ma mission et je te reviendrai avec la même, car la maison et ton cœur sans moi te semblent bien vides et seule moi peut le remplir et le combler ce vide et je sais que tu as besoin de ton petit poussin, ton petit cœur, le petit être qui te permet d’avancer dans la vie.

Tu me disais souvent que je sentais bon, que je sentais la vanille et sois confiante, tu me retrouveras telle que j’étais, mais dans un corps physique en bonne santé. Garde la foi et l’espoir de me retrouver très vite et surtout ne me ferme pas la porte de ton cœur et ta maison. Mets-toi dès demain à ma recherche et je me mettrai sur ton chemin.

Tu as besoin de mon énergie pour te connecter à ton petit enfant intérieur et le nourrir de tendresse et je serai, crois-moi, fidèle au rendez-vous et nous pourrons continuer notre belle aventure ensemble, remplie de câlins et de tendresse.

Je t’aime ma douce et tendre maman d’amour.

Je lui ai dit que je me chargerais de transmettre ses messages et lui ai demandé si elle était maintenant prête à faire le passage.

Je le suis.

Puis toutes les deux nous nous sommes avancées sur un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle m’a dit :

Merci, merci pour elle, pour moi, on m’attend de l’autre côté. Dis à ma maman que tout va bien et que je lui reviendrai très vite, qu’elle me promette de se mettre à ma recherche.

Puis elle l’a traversé pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Vanille, paix à ton âme.

La rencontre avec NAYA s’est faite au bord d’une route, elle était assise et regardait les voitures passer, certaines à vitesse modérée, et d’autres très rapidement. Je me suis approchée doucement pour ne pas l’effrayer, elle s’est retournée pour me dire :

Approche, je suis très contente de te voir, je t’attends depuis quelques jours. Je sais que ma maman est en grande souffrance et je suis soulagée de savoir qu’elle a fait appel à toi, car nous avons toutes les deux besoin de ton aide

Je lui ai confirmé que j’avais un message pour elle :

 Dites-lui svp: pipoutche mon amour maman, papa et Léon t aiment et tu nous manques terriblement, mais quel vide tu nous laisses dans cette maison ton odeur et ta chaleur contre moi me manque, je t’aime ma puce, je te laisse partir et veille sur nous, merci pour ton amour, ta gentillesse ta douceur avec nous et ta graine de folie et comme tu nous faisait rire. J’espère avoir été à la hauteur pour te rassurer ce jour maudit ou tu es partie… On t’aime nayoutte d’amour, on ne t oubliera jamais. Repose en paix ma fifille. 

 Après le lui avoir lu, ses yeux, ses beaux et grands yeux se sont remplis de larmes (les miens aussi…) et elle m’a dit :

Je sais que je leur manque, je sais que mon départ les plonge dans une grande tristesse et je sais que ma maman se torture l’esprit et culpabilise de n’avoir pu me sauver. Dis-lui qu’eux aussi me manquent même si je suis encore à leurs côtés au quotidien, que je peux les voir et les entendre. Mon grand frère me voit, il sait que je suis toujours là et pour lui, mon absence pèse moins, même s’il ne peut plus jouer avec moi.

Mais ici ce n’est plus ma place et tant que je reste là, que je m’accroche à eux et leur puise leur énergie, ils ne peuvent pas faire leur deuil et ma maman, ma petite maman chérie va tomber malade et dépressive. Nous avons toutes les deux besoin de toi, afin que moi je puisse faire le passage et qu’elle, elle retrouve la paix et l’harmonie dans son cœur et son esprit.

Dis-lui de ne pas culpabiliser, et demande-lui pardon de lui infliger une telle douleur, j’étais par moments un peu fofolle, je partais dans mon corps astral et n’étais plus du tout centrée dans le ici et maintenant et reliée à la terre. Et le danger de cette route est omniprésent, j’ai été très imprudente et je n’ai pas eu de chance, la voiture m’a percutée violemment mais je n’ai absolument rien senti, j’étais déjà dans mon corps astral au moment de l’accident. Je me suis vue allongée sur le bitume et je savais que c’était fini pour moi, qu’il me serait impossible de retourner dans mon corps physique.

Tu es arrivée en courant et j’ai eu très peur pour toi, je savais que le choc serait terrible et je te demande pardon pour toute cette souffrance. Tu m’as rassurée, tu m’as accompagnée et je te remercie pour tout, tu es une personne merveilleuse avec une âme très sensible et je suis désolée pour la peine, la grande peine que tu éprouves. Tu étais ma maman et j’étais, je remplaçais ta petite fille, la petite sœur de Léon et avec mon départ tu te sens amputée, comme si on avait arraché une partie de toi. Tu ressens un grand vide dans la maison, mais surtout à l’intérieur de toi et tu as besoin de moi pour le remplir. Nos âmes sont reliées et le resteront toujours, n’oublie pas je suis ton petit bébé, la petite dernière et mon âme aspire à te revenir très vite.

Mais pour cela un passage au jardin des animaux est nécessaire et je te remercie d’avoir fait appel à Christiane, je sais qu’elle va maintenant te transmettre mon message, te dire combien je t’aime, je vous aime tous les 3, te dire aussi que tu dois très vite te mettre à ma recherche et que je me mettrai sur ton chemin.

Je l’ai rassurée et lui ai dit que je transmettrai fidèlement son message. Je lui ai demandé si elle était prête à les laisser et à monter au paradis des animaux maintenant ?

Je le suis

Elle est venue à côté de moi et ensemble nous avons emprunté un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle m’a léché la main pour me dire merci

Dis-leur que je ne les abandonne pas et que je veux leur revenir très vite

Puis elle a traversé le pont pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Naya, paix à ton âme.

La connexion avec FIFI s’est faite dans cette belle prairie qui se trouve juste devant l’entrée du paradis des animaux. Elle était couchée sur son ventre, les pattes avant allongées et je pouvais ressentir qu’elle profitait de la chaleur des rayons de lumière qui l’irradiaient.

Je me suis approchée lentement, elle m’a dit avant même que je ne lui explique qui je suis et les raisons de ma présence :

Je suis très contente de te voir. Quelques jours déjà que je sais que tu vas venir, que je sais que ma petite et tendre maman a fait appel à toi pour venir me parler, et j’ai préféré t’attendre ici dans cette radieuse et lumineuse clairière où je peux profiter et me concentrer sur notre échange avant de rejoindre ma petite fille et mes autres congénères dans le jardin des animaux.

Je lui ai confirmé que j’avais en effet des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

Déjà dites-lui qu’on l’aime très très fort, qu’elle a offert que du bonheur dans nos vies et que bien entendu on ne pourra jamais l’oublier, que ça soit moi, mon papa, ma maman, mon petit frère et mes grands-parents. 

 Fifi était une chienne en or, elle aimait tellement qu’on s’occupe d’elle, elle mangeait comme nous, elle raffolait des plats de ma mamie…. Toujours derrière nous…. Tous les soirs elle venait me chercher devant la voiture et tous les matins on se consacrait 10 minutes avant que j’entame une journée. Je l’ai eu à l’âge de 6 ans et ça a été le coup de foudre immédiat, mon père me dit souvent : vous aviez quelque chose dans le regard que tu n’as jamais eu, je n’ai pas pu ne pas te la prendre…. Et ce samedi, on a dû l’aider à s’en aller car je ne voulais pas qu’elle souffre…. Je l’ai accompagnée jusqu’à la fin, je voulais être la dernière personne qu’elle verrait, qu’elle ressente tout l’amour que j’ai pour elle, comme le premier jour où nos regards se sont croisés… J’ai du mal à m’y faire, je la cherche encore le matin, je rêve d’elle, la douleur est insoutenable, mais je voulais abréger ses souffrances… 

 On t’aime fifi, tu resteras mon bébé, je ne t’oublierais jamais, tu laisses un grand vide dans nos vies…. 

 – a-t-elle beaucoup souffert avant son départ ?

 – nous en veut-elle d’avoir précipité son départ afin de la soulager ? 

 – est ce que tu as été heureuse dans ta vie ? J’espère que tu n’as manqué de rien, on te comprenait toujours.. 

 – est-elle heureuse de retrouver sa fille décédée quelques années auparavant ? 

 – à tu des choses à nous demander pour qu’on nous honorions ta mémoire ? 

 – es-tu contente d’être enterrée dans le jardin ou tu as grandi auprès de ta fille ? 

 Et surtout : es-tu heureuse de la vie que tu as eu, des personnes qui t’ont aimées, es-tu mieux maintenant que tu ne souffres plus ? 

Tout d’abord, en tout premier je dois te préciser qu’elle était bien plus que ma gardienne. Elle était ma maman, j’étais son petit bébé, nous avons grandi ensemble, elle est devenue ma sœur, mon amie, ma confidente, mais elle était surtout mon âme sœur. Notre rencontre n’était pas un hasard et elle m’a reconnue tout de suite, au premier regard, le coup de cœur a opéré, c’était à la fois si rassurant qu’elle me reconnaisse de suite et si magique de se retrouver après tant de temps.

Oui nous étions déjà ensemble et nous étions 2 sœurs, des jumelles qui avions été séparées à cause d’une maladie qui m’a emportée, et elle avait besoin de me retrouver dans cette vie-là pour aider son âme à oublier cette douleur et surtout l’aider à vivre son enfance et à grandir entourée des siens dans la confiance, dans l’amour et la joie, sans ressentir au fond d’elle cette peur, cette angoisse, ce manque qu’on peut ressentir au plus profond de soi lorsqu’on n’a pas fait le deuil.

On m’a guidée vers elle (ancêtre, père ou grand-père paternel) et ma mission consistait à l’accompagner et avancer sur son chemin. C’était facile de tenir et de remplir ce rôle auprès d’elle et toutes ces années passées ensemble nous ont, à toutes les deux, permis de retrouver le temps perdu et ça a été du pur bonheur que de vivre auprès d’elle et dans cette famille.

Elle a, grâce à moi, senti son âme vibrer, elle a senti qu’elle a à l’intérieur d’elle une grande force, un grand trésor.

Dis-lui merci pour son merveilleux message d’amour. Dis-lui que je l’aime, que je les aime tous et que je lui suis si reconnaissante d’avoir eu le courage et toute l’empathie et la compassion de m’accompagner sur mon chemin. Je préparais ma transition depuis les fêtes de Noël et j’étais prête à faire le grand saut. Ils ont pris la bonne décision de m’aider à partir. C’était le moment idéal, juste avant la toussaint et je suis très contente d’être dans le jardin, je sais que cela la rassure de me savoir tout près des restes de ma fille et qu’elle peut venir me voir et me parler tous les jours.

Dis-lui merci, je la voie mais dis-lui aussi que ce ne sont que les restes de mon corps physique, mon âme est éternelle et elle est montée au jardin des animaux pour se reposer et se ressourcer. Ma fille est là aussi, elle m’a aidé à faire le passage et elle est restée au paradis des animaux car son souhait, comme le mien, serait de vous retrouver. Mon âme aspire à te revenir ma petite maman, ma petite sœur, et j’espère que tu te mettras bientôt à ma recherche.

Je me réfugiais souvent dans mon corps astral pour ne pas souffrir et surtout des bobos dus à mon âge. Les douleurs étaient supportables et lorsque je me serai ressourcé, je te reviendrai dans le corps physique d’un toutou en pleine forme.

Je me sens très légère et je peux de nouveau courir et sentir, mais c’est auprès de toi que je souhaite revenir après un petit passage au paradis des animaux. N’honorez pas ma mémoire, mon âme est éternelle et ne demande qu’à vous revenir, reprenez-moi très vite. Les années passées ensemble ne peuvent s’oublier, ni pour vous, ni pour moi et ma place est avec vous sur un plan terrestre. Tu as besoin de ma présence pour préparer ton avenir sereinement.

Je t’aime plus que tout.

Ton bébé, ta fifi …

La rencontre avec Ganesch s’est faite sur un chemin de terre très triste sans lumière. Je lui ai expliqué que j’étais venue pour l’aider à faire le passage et l’aider à monter au jardin des animaux, que sa gardienne l’aimait et qu’elle souhaitait qu’il puisse se reposer et se ressourcer.

Dis-lui que moi aussi je l’aime et je suis désolé de lui avoir causé cette souffrance. Je sais que mon départ les perturbe tous et que tant que je reste là, ils ne pourront pas faire leur deuil.

Puis il est venu à côté de moi et ensemble nous avons emprunté ce chemin de terre qui s’est ouvert en un beau et magnifique chemin de lumière avec des petites fleurs de toutes les couleurs. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci, merci pour elle, pour mes compagnons, pour moi et il l’a traversé pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Ganesch, paix à ton âme.

La rencontre avec ANOUMI s’est faite dans cette belle prairie qui se trouve juste avant l’entrée du paradis des animaux. Il était allongé de tout son long sur le flanc droit et s’amusait à regarder les papillons blancs et dorés tournoyer autour de lui. Je l’ai observé quelques instants, il tournait la tête à droite, à gauche et faisait semblant d’essayer de les attraper avec sa patte gauche ou de les toucher avec son museau, mais je pouvais bien voir qu’il ne s’agissait que d’un jeu. Je me suis avancée lentement pour me présenter à lui et lui expliquer que j’avais des messages et des questions pour lui de la part de sa gardienne.

Approche, je t’attendais. Je savais qu’elle avait besoin de me contacter et j’ai préféré me reposer un peu dans cet endroit merveilleux avant de pousser la porte du jardin des animaux qui se trouve juste derrière moi. Cet échange est pour moi un moment privilégié, et j’avais besoin et envie d’être seul à t’accueillir. Après j’irai rejoindre mes congénères et les animaux qui font leur passage pour se reposer et se ressourcer.

Je lui ai lu les messages et les questions :

Mon Anoumi, Mon Chat, mon bébé, mon petit poulet… Aujourd’hui, il y a un « avant » et un « après » toi… Un avant rempli de ta présence, de tes câlins du soir, de tes miaous du matin… Et un après qui, je le sais, me réserve encore de belles choses… mais qui me laisse aussi un grand vide de toi… Ta litière, tes gamelles, ton arbre à chat sont encore là… Nous rangeons mais pas trop vite… Il y a des traces de toi partout dans la maison… les effacer me semble irréel et insurmontable…

Aujourd’hui je suis soulagée et heureuse pour toi mais triste pour moi. Je ne veux pas te retenir et t’empêcher d’aller vers la lumière et le jardin des animaux…  Tu le mérites et tu en as besoin je le sais. 

Je me souviens encore comme si c’était hier de ce jour où, il y a un peu plus de 11 ans, j’ai croisé ton regard. Tu étais parmi tes frères et sœurs dans cette cage vitrée, tu étais le plus frêle d’entre eux, une toute petite tête avec de longues moustaches et de hautes pattes… Tu semblais si fragile. Je t’ai regardé, tu t’es avancé vers moi et nous nous sommes choisis. J’ai su que c’était toi et pas un autre !

Depuis ce jour, je t’ai chéri et je n’ai eu de cesse de vouloir t’offrir le meilleur. Je me suis aussi fait bien du souci, hésitant à te laisser sortir de peur que tu ne rentres pas… combien de fois j’ai guetté dans le jardin ton retour avec angoisse même si tu ne partais jamais bien loin et longtemps…, culpabilisant de te laisser à la maison aux mains d’autres personnes quand nous partions en vacances… mais je garde aussi de formidables souvenirs et de tendres moments partagés avec toi.

Dès l’instant où je t’ai eu dans mes bras, j’ai redouté ce jour où tu partirais… Il est arrivé… Je t’ai aidé à le faire, du moins je l’espère… Quelle décision terrible à prendre ! Cela a été rapide, je n’avais rien prémédité mais au fond de moi je savais que c’était inéluctable… Je ne pouvais plus te voir devenir l’ombre de toi-même. Je ne pensais pas pouvoir le faire mais tu étais Mon Chat et je te le devais…  Je voulais que tu restes ce chat beau, élégant et fier que j’aimais.

 Je t’aime Mon Chat et je te remercie de toutes ces belles années passées à tes côtés.

 Et voici la liste de tout ce que j’aimerais lui demander :

Depuis combien de temps te préparais-tu à partir ? Qu’est ce qui a finalement causé ta maladie ? Était-ce le bon moment quand je t’ai accompagné et ais-je fait le bon choix ? As-tu voulu me transmettre un message lorsque tu as passé ta patte à travers le grillage de la caisse de transport ce jour-là ? Et ce regard avant de partir ?

Est-ce que tu souffrais ? Ais-je commis des erreurs en essayant de t’aider ? Aurais-je pu te causer du tort malgré moi ?

Es-tu venu me prévenir ce dimanche matin dans le lit qu’il était temps pour toi de partir ?

Qu’as-tu vu, ressenti, en quittant ton corps chez le vétérinaire ?

Quelqu’un t’attendait-il de l’autre côté ?

Était-ce la première fois que nous nous rencontrions dans cette vie ?

Quelle était ta mission auprès de moi et ta relation aux autres membres de la famille, notamment les enfants ? As-tu quelque chose à leur dire ?

As-tu un message particulier, un conseil à me transmettre ?

 Je n’exclues pas d’ouvrir notre foyer à un chat à l’avenir mais j’hésite aussi car j’ai tellement eu peur pour toi à chaque fois que tu sortais même si tu es toujours revenu… nous reviendras-tu forcément sous cette forme ? Ou pourrais-tu faire partie d’une autre espèce comme un chien par exemple ? Comment dans ce cas saurais-je que c’est toi ?

M’as-tu déjà fait ou me feras-tu un signe ? Je t’ai invité dans mes rêves… Es-tu venu ?

 

Et pendant la lecture, je voyais des larmes perler à ses yeux, une puis deux, puis 3, elles tombaient sur ses grandes et belles moustaches et il essayait de les rattraper avec sa patte. C’était à la fois très émouvant et très amusant. Les larmes montaient à mes yeux et en même temps cette image de ce beau et majestueux chat me faisait sourire. Lorsque j’eu terminé ma missive, il m’a dit :

Avant même que je la remercie et réponde à ses questions, il faut que tu saches qu’elle était ma gardienne, mais c’était bien plus que ça. Elle était ma maman, mon âme sœur et j’étais son bébé, son garçon mais surtout son double. Nous étions liés au plus profond de nous-même et depuis tout temps. Nous nous sommes reconnus tout de suite, je me suis avancé vers elle et le déclic s’est fait aussitôt pour elle.

J’étais déjà avec elle, nous étions déjà ensemble dans cette vie terrestre, mais cela remonte encore à bien plus longtemps avant et nous étions des jumeaux, de vrais jumeaux et nous nous ressemblions comme deux gouttes d’eau. Personne, pas même nos géniteurs étaient capables de nous reconnaître. Nous étions des humains, des frères, qui avons hélas été séparés dans notre jeune enfance à cause de cette maladie qui m’a emporté très vite (leucémie). Depuis tout ce temps ma moitié a souffert de cette absence et n’a jamais vraiment réussi, malgré les bonnes conditions de vie et tout l’amour et le bonheur qu’on lui a donné, à oublier et effacer cette souffrance.

Lorsqu’elle m’a pris dans ses bras la première fois dans cette incarnation physique, un bref instant son inconscient l’a ramenée à cette blessure et elle a toujours eu peur pour moi, peur de me perdre et d’être à nouveau séparés.

Dis-lui que je l’aime et que je la remercie pour son merveilleux message d’amour. J’ai vécu des années de pur bonheur auprès d’elle, auprès d’eux tous et je sais que je représentais bien plus qu’un animal dans son cœur. Je me sentais être un membre de la famille et nos âmes resteront toujours reliées.

Dis-lui que j’étais sur mon chemin depuis l’entrée de l’hiver dernier et je préparais mon départ. J’étais prêt lorsqu’elle m’a accompagné, elle a fait le bon choix au bon moment, mais qu’elle soit rassurée, elle ne pouvait pas se tromper. Nous étions tellement fusionnels, elle était moi, j’étais elle et les deux nous ressentions au même moment ce que l’autre ressentait.

Je ne peux te dire ce qui a causé ma maladie, je sais et je peux seulement te dire que c’est pour pouvoir te permettre de comprendre et de faire table rase de ce que tu as encore à l’intérieur de toi et qui fait souffrir ton petit enfant intérieur. Tu as maintenant la possibilité de comprendre ce mal-être qui parfois t’assaille et te mine, et surtout tu dois avoir conscience que tu peux le travailler pour réparer ce manque et cette frustration.

Lorsque j’ai passé la patte à travers la caisse et lorsque je t’ai regardée avant mon départ, ce n’était pas pour te dire adieu mais c’était pour te dire au revoir et te dire que je te reviendrai et que nous pourrons tous les deux continuer notre belle vie ensemble, sans peur pour toi de me perdre, de partager notre existence sans dépendance, ni co-dépendance et en toute confiance.

Ne t’inquiète pas et ne culpabilise pas, tu n’as pas fait d’erreurs et je gérais mes souffrances, je me réfugiais parfois dans mon corps astral et tout devenait plus léger. Et lorsque je suis venu te voir ce matin-là dans ton lit, tu as bien compris le message et je te remercie pour tout l’amour et l’empathie que tu m’as apporté, je sais combien cette décision était difficile et cruelle pour toi.

Je n’ai pas eu peur lorsque je suis sorti de mon corps, je l’ai fait plus d’une fois mais je savais que cette fois-ci je ne le réintègrerai pas, que le moment était venu pour moi de rejoindre l’autre côté du voile. J’étais bien entouré, j’avais de l’aide de là-haut et on m’attendait de l’autre côté du pont (femme, mère des jumeaux ?).

Ma mission consistait à te reconnecter à ton petit enfant intérieur, de le chérir et lui permettre de réparer cette blessure ancienne et profonde afin de vivre cette vie-là avec plus de légèreté et de fluidité. Mon rôle était aussi d’apporter à la famille et surtout aux enfants une vie épanouie dans le partage et le respect de l’autre. Dis-leur que je les aime et que leur compagnon de jeu, après un petit passage là-haut pour me ressourcer, espère très vite les retrouver. Ne me fermez pas la porte de votre maison, nous avons encore de belles choses à vivre ensemble et je sais que ce sera, cette fois-ci pour toi, plus facile à vivre car tu auras compris bien des choses.

Tu es ma moitié, mon âme sœur mais aussi ma maman, ma merveilleuse maman remplie d’amour et de compassion. Sache que tu as à l’intérieur de toi une grande force et elle te sera désormais d’une grande aide, elle te remplira de plénitude pour continuer à avancer sur ton chemin.

Je t’aime, je vous aime tous, vous êtes ma famille et ma place est avec vous et auprès de vous. A très vite, mon âme aspire à vous retrouver pour que vous retrouviez le sourire et la joie de vivre.

La connexion avec SNOOPY a eu lieu dans cette magnifique clairière qui se trouve après le pont des fleurs et juste avant l’entrée du paradis des animaux. Snoopy était couché de tout son long sur le ventre et regardait les abeilles et les papillons butiner et voler d’une fleur à l’autre. Il semblait fasciné par leur danse et tournait la tête à droite, à gauche et aussitôt qu’il m’a vue, il a fait un bond pour se lever et venir à moi.

Je me suis présentée, lui ai expliqué que j’avais des messages et questions de la part de sa gardienne :

Voici mes questions :

Son décès :

– Comment est-il mort ?

– a-t ‘il souffert ?

– savait-il qu’il allait mourir ?

– a t’il choisi sa mort ? 

– a t-il pensé que je l’avais abandonné ?

– voulait- il mourir pendant mon absence ? 

– était-il attendu de l’autre côté ? 

– où est-il maintenant ? 

– qui s’occupe de lui maintenant ? (mes défunts, mes chiens décédés ????)

– Pourquoi ne m’a t’il pas attendu, je devais le récupérer dans les 5 jours ?

Sa vie :

– a t’il était heureux avec moi ?

– a t’il souffert de sa maladie ?

– ai-je été une bonne mère (gardienne) pour lui ?

– Est-ce qu’il m’en veut de l’avoir laissé à Gérard (pendant mon absence) ?

– Est-ce que j’aurais dû le faire soigner davantage ?

– Ai-je fait une erreur alimentaire ?

– Ai-je fait ce qu’il ne fallait pas ?

– a-t’il quelque chose à dire à  Gérard ? Qui se culpabilise aussi de son décès ?

 Son retour :

– va t’il revenir ? Réincarnation possible ?

– Sera t’il réincarné dans la Petite PRUNELLE Coton de tulear Née le jour de son décès ?

– Va t’il m’en vouloir d’adopter une petite Prunelle ?

 Clin d’œil ou messages de sa part :

– comment va-t-il se manifester ?

– est-il déjà venu me voir ? Dans les nuages ou ailleurs ?

 Messages d’amour pour Snoopy

 Je t’aime énormément mon bébé, mon choupinou d’amour et je pense à toi souvent, tu me manques beaucoup. Je te souhaite d’être heureux et de vivre en pleine forme ! Je te demande de  penser  à moi et de me faire des signes. Je ne t »oublierais JAMAIS. Tu as pris une place importante dans mon cœur, et tes cendres seront dans un petit cœur blanc près de mon lit avec ta photo.

Je t’embrasse tous les jours et je te parle ! Je t’adore mon Snoopy !

Toutes les personnes que tu as connues ont eu de la peine de ta disparition subite. Profite de ton Paradis ! Mon gâté !

Je t’attendais, depuis quelques jours je sens qu’elle pense encore plus à moi et je savais qu’elle allait avoir besoin de me contacter pour avoir des réponses à ses questions. Dis-lui tout d’abord merci, merci pour son message d’amour et surtout merci pour les merveilleuses années que nous avons passé ensemble. Je sais que mon départ est difficile pour elle, c’était brutal et trop rapide, elle n’était pas là et la culpabilité de ne pas être présente, de ne pas savoir ce qui s’est passé est grande. J’ai mis beaucoup de temps à me détacher d’elle, sa douleur et son incompréhension m’en empêchaient et ça ne fait pas très longtemps que j’ai traversé le pont pour monter dans cet endroit qui est très beau et où ne règnent que paix et harmonie. Comme je savais qu’elle allait prendre contact avec moi, je suis resté ici à t’attendre afin de profiter de ta présence en toute intimité.

Dis à me gardienne que je l’aime et qu’elle me manque même si je peux la voir, sa présence et ses câlins me manquent. Dis-lui aussi que je savais que nous ne nous reverrions pas lorsqu’elle m’a laissé pour aller se reposer. Je pressentais depuis quelque temps que mon départ était proche, j’avais souvent des douleurs très vives et intenses dans la poitrine et mon pauvre cœur était fatigué.
J’étais sur mon chemin depuis le début de l’année et c’est bien mieux que je sois parti lorsqu’elle n’était pas là, le choc qu’elle aurait eu en me trouvant aurait été violent et elle aurait eu beaucoup de mal à effacer cette image et le traumatisme de sa tête.

Je me suis bien amusé avec les autres chiens la veille, peut-être un peu trop, mais ce n’est jamais assez, n’est-ce pas ? Et cette nuit-là j’ai ressenti une forte douleur et oppression dans ma poitrine et mon cœur n’a pas résisté. Je n’ai pas souffert longtemps, ce fut fulgurant et je suis aussitôt sorti de mon corps pour me réfugier dans le corps astral. Je me suis vu, je savais qu’il ne m’était plus possible de revenir dans mon corps physique et j’ai pensé très fort à toi en me disant que ça allait être cruel et terrible pour toi, du fait que je sois parti pendant son absence.

Mais crois-moi c’est mieux, pour te protéger j’ai préféré mettre un peu de distance entre nous. Je n’avais pas peur, j’étais prêt et surtout je savais qu’on m’attendait, dès que je me sentirais le droit de te laisser, pour m’aider à faire le passage.  Il y avait des humains (homme très proche de toi, père ?) mais aussi tes grands-parents, une femme, 1 homme et compagnons que j’ai connus et avec qui j’ai partagé des moments dans mon existence. Ils étaient là et ils ont patiemment attendu que je sois prêt à partir au jardin des animaux.  Maintenant je suis juste devant l’entrée de ce magnifique paradis et je pousserai la porte après notre échange.

Dis-lui que je ne me sentais pas abandonné, je savais qu’elle me laissait pour des raisons de santé, et pour sa santé à elle, pour la préserver, j’ai préféré ne pas l’attendre. Pardon si cela te fait tellement de peine, mais s’il te plait accepte mon choix et prends-le comme un cadeau pour toi.

J’ai eu une vie de chien merveilleuse, j’étais ton bébé, ton petit garçon, j’avais déjà été abandonné par mon précédent gardien et nous avions un lien très fort tous les deux, tu sais et tu comprendras lequel (miroir).

Je ne peux pas dire que j’ai souffert de ma maladie, parfois un peu fatigué mais ne t’inquiète pas, tu n’as pas fait d’erreur alimentaire et tu ne pouvais guère faire plus pour me soigner. Tu as toujours été une bonne et tendre maman et je ne peux t’en vouloir pour rien. Au contraire, je me suis senti exister et être un membre à part entière dans ta vie, choyé et respecté. Je n’ai pas connu ça avec le précédent gardien, qui ne pensait qu’à se débarrasser de moi. Quel bonheur de t’avoir trouvée ou plutôt retrouvée.

Oui j’étais déjà chez toi dans une autre vie et j’ai eu beaucoup de chance que tu m’ais cherché et repris avec toi. Je t’aime et me suis senti aimé, tu étais moi et j’étais toi. Seulement voilà, pour continuer notre belle aventure ensemble, car tu as encore bien besoin de moi dans ton quotidien pour avancer sur ton chemin, il valait mieux que je monte me reposer et me ressourcer, afin de pouvoir redescendre dans le corps physique d’un petit chiot en bonne santé.

Je sais que tu es prête, et après notre échange je pousserai la porte du paradis des animaux pour me ressourcer et préparer mon retour. N’aie aucune crainte, je serai fidèle au rdv et tu me retrouveras en Prunelle, n’est-ce pas un signe son jour de naissance ? Et tu auras encore d’autres signes de ma part avant que je revienne à la maison. Sois attentive et tu verras.

Depuis que je suis dans cette belle clairière, je peux te faire des coucous et je ne m’en prive pas.

Mes cendres ne sont que les restes de mon corps physique, ce qui est important c’est mon âme qui elle, est éternelle et aspire à te retrouver très vite. Demande pardon à Gérard de ma part de l’avoir choqué et d’être parti alors qu’il avait la responsabilité de me garder et me protéger. Mea culpa, il ne doit pas culpabiliser, mais accepter cette fatalité comme un cadeau de ma part à toi ma maman adorée.

Mais ma place, après ce petit passage dans l’au-delà, est de nouveau auprès de toi, et lorsque je serai descendu dans le corps de cette petite, tu le sauras tout de suite, ce sera une évidence pour toi et nous pourrons continuer notre route ensemble.

A bientôt, je t’aime.

La rencontre avec Simba s’est faite sur un chemin très caillouteux. Elle était assise et me regardait m’approcher d’elle. Je me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

Bonjour Simba ma chérie. Voilà enfin qu’après ces 2 longues semaines de tristesse, de culpabilité, de questions je vais pouvoir communiquer avec toi et que grâce à Madame Saarbach tu vas pouvoir être dans le jardin des animaux. Tu resteras dans mon cœur pour toujours. Tu as été une chatte sage et courageuse. Je t’aime tellement et tu laisses un tel vide. Je m’en veux de ne pas t’avoir emmené chez le vétérinaire depuis 2 ans et demi, mais tu sais avec les problèmes de santé que j’ai eu et le mal-être que je vis dans cette maison m’ont fait oublier cela. Je regrette de ne pas y avoir pensé. Je voulais tant que l’on ai déménagé pour que tu sois bien pour ta fin de vie. J’ai l’impression de ne pas t’avoir donné depuis notre arrivée dans cette maison l’amour et l’attention dont tu avais besoin. Pardon mais je m’y sens tellement mal dans cet endroit que je suis passé à côté de beaucoup de choses.
Aussi j’aimerais te demander

M’en veux-tu pour l’euthanasie ? Car ça a été très vite et le diagnostic cancer des oreilles et détresse respiratoire était brutal pour moi. Même si j’avais remarqué que tu ronflais je ne pensais pas que c’était si grave. J’aurais tant aimé te garder encore plus longtemps, mais non si c’était pour te voir souffrir et étouffer.

Quelle était ta mission auprès de nous?. Tu me semblais absorber les énergies des lieux, jai même l’impression que c’est ce qui t’a rendu malade, plus le soleil et les croquettes.

As-tu été heureuse ? .

Ai-je commis des erreurs avec toi ?.

Reviendras-tu vers nous.

Devrais-je quitté cette maison pour un lieu vibratoirement sain?

Je te remercie ma chérie d’avoir partagé notre vie. Ton départ a été très dur pour les enfants surtout Florian qui aurait voulu te dire au revoir. As-tu un message pour eux? Je te souhaite plein de guérison, ressource et bonheur au jardin des animaux. Je t’aime pour toujours.

Elle s’est aussitôt mise sur ses 4 pattes et elle est venue se frotter à mes jambes. Je lui ai demandé la permission de la caresser et elle s’est mise à ronronner de plus en plus fort.

Cela fait du bien de savoir que tu existes, de savoir que tu peux me voir et me transmettre des messages de ma maman et de surtout que moi je puisse t’en donner pour elle. Je suis partie depuis quelques jours déjà et je suis toujours encore là, dans son entourage au quotidien. Je la voie et je l’accompagne partout mais elle, elle ne peut me voir. Elle sent bien ma présence, elle sait que je suis encore auprès d’elle et elle sait qu’ici ce n’est plus ma place.

Je l’ai rassurée et lui ai dit que je l’accompagnerai au pont des fleurs après notre échange pour l’aider à faire le passage.

Dis-lui merci, merci pour son message d’amour et merci de t’avoir envoyée à moi. Dis-lui de ne pas culpabiliser, j’étais sur mon chemin et je préparais mon départ depuis bien longtemps, j’étais prête à faire le grand saut.

J’ai eu une belle vie de chat avec vous tous, je me suis sentie aimée et entourée, même si toi tu penses m’avoir négligée. Il n’en est rien, rassure toi, je n’ai jamais manqué de rien et je préparais ma transition à mon rythme et pour cela j’avais aussi besoin de beaucoup de repos et de m’isoler un peu afin que tu puisses toi aussi te préparer doucement à me laisser partir.

Alors ne regrette rien et surtout ne culpabilise pas, tu as pris la bonne décision, tu as fait le bon choix  au bon moment, je commençais à être en détresse respiratoire et sortais très souvent de mon corps pour me réfugier dans l’astral où je pouvais le gérer, mais le moment était venu de souffler la flamme de ma bougie et j’étais prête.

Seulement ici ce n’est plus ma place et j’ai besoin d’aide maintenant pour pouvoir monter me reposer et me ressourcer. Ta souffrance et ta culpabilité m’en empêchent et je te dis merci d’avoir fait appel à Christiane qui va m’accompagner.

Moi aussi je t’aime et je sais que mon absence crée un grand vide dans vos cœurs et dans votre maison. Dis aux enfants et surtout à Florian que je les aime, que tous les jours je me trouvais souvent à ses côtés, et de le voir si triste me rendait malheureuse. Explique-leur que la mort est un nouveau soleil et que nous les animaux avons la faculté de nous reposer et ressourcer très vite pour vous revenir dans le corps physique d’un animal (chat) en bonne santé, mais qu’un passage dans l’au-delà est nécessaire pour nous le permettre.

J’étais un chat de type nettoyeur et aussi guérisseur, et je reviendrai pour toi, car nous sommes reliées toutes les deux et tu as besoin de moi pour sortir de ce mal-être dans lequel tu vis depuis trop longtemps. J’étais trop âgée pour pouvoir t’aider plus, mon corps était fatigué et usé et la maison et le lieu demandent beaucoup d’énergies pour le rendre un peu plus zen.

Oui l’endroit où vous demeurez n’est pas top et mériterait un grand nettoyage, et de changer de maison serait bien entendu l’idéal pour toi, mais un sérieux et réel équilibrage des énergies pourrait suffire à harmoniser et pacifier les énergies. Une fois les mémoires effacées, la maison peut devenir un havre de paix car il y règne aussi de bonnes ondes, qui sont malheureusement enfouies sous les mauvaises.

Mais ne crains pas que c’est ce qui m’a rendue malade. J’avais un âge où l’on mérite de partir au jardin des animaux pour pouvoir vous revenir en pleine forme.

J’ai aimé les croquettes et j’aime le soleil, que c’était bon de le sentir sur mon corps qui souffrait des bobos dus à mon âge !

Mon âme aspire à te revenir, toujours en chat, oui j’étais déjà avec toi avant cette incarnation car tu as besoin de moi pour t’aider à avancer sur ton chemin et pour retrouver la santé physique et surtout morale. Ce ne sera pas très long et lorsque tu te mettras à ma recherche je me mettrai sur ton  chemin. N’aie aucun doute et fais-moi confiance, nos âmes sont reliées et nous nous reverrons très vite. Je t’aime et il me tarde de vous revenir.

Je lui ai dit que je transmettrais ses messages et lui ai demandé si elle était prête à partir au paradis des animaux.

Oh que oui, plus que jamais.

Nous nous sommes avancées sur un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous et plus nous avancions, plus le chemin devenait beau et lumineux. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle m’a dit :

Merci, dis-lui merci, je les aime et j’espère les revoir très vite.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

J’ai rencontré MYA assise au bord d’une route, elle semblait esseulée et son regard exprimait une grande tristesse. Je me suis approchée doucement et lorsqu’elle a tourné la tête vers moi, je pouvais lire dans ses yeux une lueur d’espoir. Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui donner des messages et lui poser des questions :

Les questions sont : 

– Est-ce qu’elle a souffert ? 

– Comment elle a vécu la relation avec le deuxième chat ? Si elle se sentait moins aimé vu qu’elle avait été habituée à être qu’avec moi 2 ans

– Comment elle est actuellement

– Comment elle m’a considéré 

 Lui dire que je l’aime et que quoi qu’il arrive je ne l’oublierais jamais que je prenne un autre chat ou non le sentiment restera le même.

Que je l’aimerai toujours et que je souhaiterais qu’elle reste près de moi en pensée 

 Dieu soit loué, j’ai eu très peur de devoir rester assise ici, j’ai besoin d’aide pour traverser le pont des fleurs et je sais que si je n’arrive pas à faire le passage, je ne peux pas me ressourcer pour lui revenir. Le départ était brutal, violent, le choc m’a fait sortir de mon corps et lorsque je me suis vue, je savais que c’était fini pour moi, qu’il me serait impossible d’y retourner. J’ai eu peur et j’ai pensé à ma maman, je savais que ce serait un drame et une grande souffrance pour elle. Je lui demande pardon, j’ai été très imprudente lorsque j’ai voulu traverser cette route et je n’ai pas eu de chance. J’ai ressenti une vive douleur mais ça n’a duré qu’un bref instant, je suis aussitôt sortie de mon enveloppe terrestre, mais plus moyen de le réintégrer.

J’ai maintenant besoin qu’on m’accompagne, cet accident n’était pas prévu, je n’ai pas préparé ce