Ta gardienne me charge de messages pour toi et aimerait te poser quelques questions :

Hello ma p’tite Fairness d’amour,
Je t’écris ce soir car je sens bien que qqchose ne va pas bien. Depuis quelques jours ton comportement canin me laisse penser que tu es très anxieuse, que tu ne te sens pas bien et que tu passes de mauvaises nuits. Et quand tu ne vas pas bien, toute notre famille se fait du souci. Nous avons fait des examens qui disent que physiquement tu vas bien. Je ne souhaite que le meilleur pour toi et Par l’intermédiaire de Christiane, nous aimerions te poser les questions suivantes:

– as-tu peur? Si oui, de quoi?
– souffres-tu? As-tu mal à la tête ? Ou autre part?
– que pouvons-nous faire pour t’aider?

Sache que nous t’aimons par-dessus tout et que nous te remercions du fond du cœur d’avoir veillé sur Florence. Mais l’heure est venue pour toi aussi d’être heureuse, nous ne voulons que ton bien même si au plus profond de moi, je sais que tu es heureuse d’être ici, avec ton papounet, Doucette, Harmony et Popy . Je ferai tout pour toi ma Fairness d’amour, je t’aime du fond du cœur.

Dis-leur merci pour ce merveilleux message d’amour, empreint de chaleur et de tendresse. Mais elle n’avait pas besoin de me le dire, je le sais qu’ils m’aiment, je suis choyée et dorlotée. Nous le sommes toutes, nous sommes leurs bébés, leurs enfants à 4 pattes et une queue. Mais cela ne change rien à l’amour qu’ils nous donnent, on se sent considérée chacune comme un membre unique, et à la fois nous faisons partie de la famille et je suis si heureuse d’être leur fille, leur Fairness d’amour.

Dis-leur que moi aussi je les aime, elle est ma maman et il est mon papa, je me sens comblée malgré les soucis de santé que je rencontre en ce moment. Ma petite sœur me manque et j’y pense particulièrement ces derniers temps, car je pense savoir ce qu’elle pouvait traverser et ressentir avec sa maladie. J’ai toujours veillé sur elle, guettant le moindre signe de crise et j’avais peur pour elle. Elle est partie se reposer et se ressourcer dans la lumière et nous continuons à échanger ensemble. Maintenant c’est elle qui veille sur moi, sur toi et sur nous tous. Cela fait chaud au cœur.

Je sais que vous faites tout ce que vous pouvez pour m’aider et je vous en suis si reconnaissante. Je ne peux pas dire que j’ai mal, mais je ressens souvent de fortes tensions dans ma tête, surtout du côté du front et cela me fait peur. Malgré que nous les animaux vivons dans le moment présent, cela me rappelle Fli-Flo et ce qu’elle a pu traverser. Cela me crée des angoisses, j’ai peur de devoir vivre la même chose et je suis sur le qui-vive à la moindre alerte, au moindre signe qui pourrait être le début d’une crise. Je deviens de plus en plus sensible et l’état d’anxiété est accru et redoublé.

Pardon de te causer des soucis, je sais que tu fais tout pour m’aider, mais les mémoires sont là et je ne sais comment faire pour être sereine et en paix avec mon esprit. Je ne suis pas en souffrance physique, mais je ressens quelques états d’âme. J’ai déjà connu et vécu cette situation et vous aussi, et j’ai confiance, j’ai un tempérament naturel fort et joyeux et je pense que Popy m’apportera un équilibre, elle est pleine de vie et c’est joyeux à vivre.

Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et aimerait que tu puisses répondre à ses questions :

Impact depuis que nous nous sommes rencontrés le 26 février 2015 tu as émerveillé ma vie d’un grand soleil
Grâce à toi j’ai acquis plus d’autonomie de sécurité j’ai retrouvé confiance en moi tu m’a redonné une vie sociale tu m’a remis le soleil la lumière dans mon âme
Avec toi je n’ai plus peur
J’adore nos ballades nos parties de jeux nos fous rires
Impact je t’aime plus que tout au monde
Nous formons un binôme extraordinaire
Impact tu es un chien-guide formidable tu accomplis ton travail toujours avec un grand sérieux
Paquito et Fripouille (nos chats)tes frères t’aiment énormément
Impact merci pour tout l’amour que tu m’apporte je t’aime

Impact tu es a jamais dans mon cœur

Mes questions

Impact est-ce que je t’ai apporté ce que tu attendais ?
Impact quel est le niveau de ta douleur ?
Impact accepte tu que je prenne la décision de te faire partir dans le jardin des chiens au paradis ?
Impact m’aime tu autant que je t’aime ?
Impact est-ce que Paquito et Fripouille vont te manquer ?
Impact dis moi ce que t’a apporté notre binôme depuis ces 5 années et 10 mois vécus ensemble ?

 

Dis-lui merci pour son merveilleux message d’amour. Dis-lui merci pour tout cet amour et cette empathie qu’elle a dans son cœur. Dis-lui merci de m’avoir ouvert la porte de son cœur et de son âme, de m’avoir fait confiance et de partager avec moi ses états d’âme, tout ce qu’elle sent et ressent au plus profond d‘elle.

Je suis arrivée chez elle avec une mission bien définie. Mon rôle consistait, en tant que chien d’aveugle, de la guider et de l’aider à avancer en toute sécurité sur son chemin. Notre relation s’est bien vite transformée et elle a, grâce à moi, pu se reconnecter à son petit enfant intérieur et le nourrir de tendresse en me chérissant et en me câlinant.

Dis-lui que je l’aime d’un amour pur, profond, inconditionnel. Je lui ai permis de se reconnecter à son âme afin de trouver la paix intérieure dans son cœur et son esprit, et je l’ai fait vivre à travers moi. Elle a pu me faire entière confiance, et a grâce à moi retrouvé cette confiance en elle. Je lui ai donné de l’amour, de la joie et surtout je lui ai permis de voir à travers mes yeux, à travers mon âme.

Nos deux âmes sont désormais reliées à tout jamais. Nous ne faisons qu’un, et de perdre l’autre est une épreuve terrible, car c’est perdre une partie de soi. Dis-lui que ces années que nous avons partagées ensemble ont été des années de grand et pur bonheur, et que je suis bien triste de ce qui m’arrive, car j’aimerais encore tant pouvoir l’accompagner dans son quotidien, et j’espère qu’on pourra me soigner.

Je ressens des douleurs et parfois très vives, mais lorsque je me réfugie dans mon corps astral j’arrive à les gérer. C’est douloureux mais ça reste supportable. J’aimerais bien qu’on puisse me soulager, et lorsque ce ne sera plus possible, oui j’aimerais que tu me laisses partir. Je sais que tu le feras par amour pour moi, alors que cette décision, ce choix te déchire le cœur, et je t’en serai éternellement reconnaissant.

Il faut que tu saches et c’est très important d’avoir cette conscience, nous les animaux avons la faculté de vous revenir très vite si vous nous laissez partir dans de bonnes conditions. Depuis hier soir je suis déjà bien entouré et je n’ai pas peur. Il y a des Etres de la nature avec moi et le Deva des animaux, je me sens rassuré, ils m’aideront à faire le passage lorsque le moment de faire le grand saut sera venu et ils t’aideront aussi à mieux me laisser partir. C’est hélas une condition sine qua none pour permettre à mon corps de se réparer.  Mais pour l’instant il faut d’abord me donner toutes les chances de pouvoir encore t’accompagner dans ton quotidien. Puis lorsque ce sera nécessaire je monterai au jardin des animaux pour me reposer et me  ressourcer. Ce ne sera pas long, je n’ai pas besoin d’y rester très longtemps, l’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas et mon désir sera  de te revenir très vite. Ton âme a besoin de moi et moi j’ai besoin de t’aider à avancer sur ton chemin et ta voie spirituelle.

Même si cela peut te sembler peu probable, il y a des transferts d’âme qui se font et je te reviendrai dans le corps physique de ton prochain chien guide. N’aie aucun doute à ce sujet, ça ne peut être autrement.

Tu me demandes si je t’aime autant que tu m’aimes ? Mais ça ne peut pas être différemment ma petite maman, même si c’est moi qui veille sur toi et te protège, je suis ton garçon, ton plus jeune garçon et je te considère comme ma maman chérie, ma maman adorée. Tes enfants, tes petits enfants sont loin et tous les deux nous avons cette chance de partager des moments précieux ensemble, avec Paquito et Fripouille qui eux aussi ont tous les deux une mission auprès de toi. Nous formons une petite famille et ce n’est pas la mort qui va nous séparer. Après la mort, il y a la renaissance, mon âme perdure et te reviendra, n’aie aucune crainte.

En attendant ce retour vous me manquerez physiquement, mais je continuerai d’échanger avec Paquito et Fripouille et je te ferai des petits signes. N’aie pas peur, je continuerai à être ton soleil, ton rayon de lumière. J’aimerais bien pouvoir rester  et profiter des enfants pendant ces fêtes, je les aime comme si c’était les miens et j’ai hâte de les voir.

Ne pleure pas, ne sois pas triste, l’univers m’a envoyé à toi et me renverra encore, je n’ai pas terminé mon travail auprès de toi, tu as besoin de ma présence sur le plan terrestre.  En attendant profitons du moment présent, à chaque instant, dans le ici et maintenant. Je t’aime, nos âmes sont fusionnelles, je suis toi et tu es moi, elles ne peuvent pas rester séparées très longtemps, l’une a besoin de l’autre et c’est du grand et pur bonheur de tout partager ensemble.

Ne l’oublie pas, lorsque le moment de se séparer viendra, rappelle-toi c’est juste pour un petit laps de temps nécessaire pour me ressourcer et revenir dans un corps physique en bonne santé et en pleine forme.

Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Comment il se sent ?
S’il sort assez en promenade ?
Si le rythme des promenades n’est pas trop rapide ?
Si sa nourriture lui plait ?
Qu’est ce qu’il aimerait faire ?
S’il a besoin de quelque chose de particulier
S’ il pouvait cligner des yeux quand je communique avec lui ou un autre signe
Et lui dire que je le remercie pour tout et que je l’aime énormément

Dis-lui merci et surtout dis-lui que moi aussi je l’aime énormément. Mais elle le sait et moi je le savais aussi. Nous communiquons ensemble, seulement elle n’a pas confiance en elle et c’est bien dommage, car elle a un fort ressenti et surtout beaucoup d’amour et de compassion, et c’est tout ce qu’il faut pour que nous les animaux allions vers vous et avons très envie d’échanger avec vous. Avec des mots ou des pensées ou images, peu importe selon comment vous fonctionnez, et le principal dans la communication animale c’est de lâcher prise avec votre mental, d’y croire et d’y mettre la volonté et vous faire confiance.

C’est là que le bât blesse pour elle, elle a encore du travail sur la planche. Dis-lui que je ne me sens pas si mal que ça, malgré cette maladie qui me fatigue et me pompe beaucoup d’énergie, mes reins et mon cœur qui sont fatigués et usés, tout mon corps me fait mal, c’est dû aux bobos liés à mon âge. Et lorsque les douleurs ou tensions sont un peu plus importantes, je me réfugie dans mon corps astral et tout devient beaucoup plus supportable.

Je ne peux pas me plaindre, je vais assez souvent me promener et c’est très bien pour moi et pour elle, cela nous aide tous les deux à nous régénérer et nous ressourcer avec les énergies de la terre. Parfois selon le climat, l’humidité j’ai un peu plus de mal à me balader, mes articulations et toute ma carapace étant plus sensibles, et c’est un peu trop rapide pour moi.

La nourriture me plaît mais sans plus, je sais bien qu’elle est adaptée à mon âge et j’aimerais bien manger ce qu’elle mange, c’est naturel non ? Parfois un peu frustrant, mais je fais avec, je sais qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour soulager mes bobos et qu’elle s’inquiète plus de ma santé que de la sienne. Je n’ai rien envie de faire en particulier, je suis sur mon chemin mais ne suis pas encore prêt à tirer ma révérence. C’est bien trop tôt, j’aimerais juste qu’on me trouve un traitement pour équilibrer et réguler ma maladie.

Le stress me gagne assez souvent aussi, alors entre grosses fatigues où je traîne ma vie et grosses angoisses liées à mon stress c’est parfois difficile à gérer pour moi et j’ai besoin de trouver une stabilité et un équilibre.

Tu me demandes de cligner des yeux ou un autre signe ? Nous les animaux vivons dans l’instant présent, dans le ici et maintenant et n’avons pas l’habitude de vous faire des signes comme vous le faites entre vous les humains. Lorsque nous voulons être caressés, nous venons vers vous et vous le montrons. Lorsque nous avons besoin de sortir, pareil on vous le montre. Idem lorsque nous avons faim. Cligner des yeux, nous le faisons certainement, mais c’est naturel, je ne peux pas associer cet automatisme lorsque tu me parles.

Non tu dois te faire confiance et si c’est trop difficile avec moi car trop d’affect en jeu, commence à le faire avec d’autres animaux et tu pourras échanger avec leurs gardiens qui eux te valideront la communication. Cela demande de l’entrainement et te permettra de développer ton intuition. Cela n’est pas si difficile pour toi, car ton âme est empreinte d’empathie envers tous les Etres de la terre.

Je t’aime ma petite maman et je suis si heureux et fier d’être ton garçon.

Ta gardienne me demande de te transmettre un message :

« Mon cher Gigi, tu sais que nous t’aimons beaucoup. 

Nous avons l’impression que tu t’ennuies : tu aimes les interactions, jouer avec nous, explorer…

mais nous ne répondons pas beaucoup à tes demandes !

Nous avons aussi constaté que tu es très attaché à moi et que tu as du mal à être à l’aise avec d’autres individus (humains et chats)

Pour toutes ces raisons, nous avons accueilli la belle Mira : elle peut être pour toi une compagnie douce et joueuse.

Elle est affectueuse et drôle. Tu sais, elle avait un frère comme toi : un beau noir soyeux !

Nous vous aimons tous les 2 et voulons veiller sur vous le mieux possible.

Vous voir chacun enfermé à un étage de la maison nous fend le cœur.

Nous aimerions que vous puissiez développer chacun votre territoire dans toute la maison en toute sécurité.

Même avec Mira à la maison, tu restes mon loulou préféré… et Mira est ma louloute préférée !

Je l’aime beaucoup. Sois gentil avec elle, s’il te plaît. »

 Dis-lui merci pour son message, je sais qu’ils m’aiment et je suis désolé d’être tellement craintif, peureux et surtout possessif. De nature anxieuse, pas socialisé comme il se doit par ma maman biologique, je suis d’un tempérament assez réservé et un peu sur le qui-vive. Vous m’avez choisi une compagne pour m’accompagner dans mon quotidien, pour me sentir moins seul, mais c’est l’inverse qui se passe pour moi. Je me sens rejeté et je n’ai surtout pas envie de partager. Ce tempérament un peu exclusif te renverra à ton image, tu n’aimes pas partager non plus et tu peux me comprendre.

Je suis un chat de type  timbre-poste et mon rôle auprès de toi consiste à t’apprendre le détachement affectif. T’apprendre à aimer en toute fluidité, en toute confiance et sans dépendance ou co-dépendance. Mira a un peu la même mission auprès de toi et cela me pose problème. On se marche sur les pattes plutôt que de s’entre aider et cela me crée des peurs, des angoisses et du stress supplémentaires.

Mea culpa, je sais que tu m’aimes et que je suis ton loulou préféré, je suis confus des tracas que notre relation et mes malpropretés génèrent au quotidien. Pardon je sais que c’est compliqué et très désagréable ces pipis et ces cacas, mais je n’arrive pas à maîtriser les pulsions, cela me libère d’une grosse tension lorsque je te montre et exprime par ce biais mon mal-être. Je sais que ce n’est pas bien et j’ai besoin de votre aide pour me sentir bien dans mes patounes et dans mon esprit.

Je t’aime, je vous aime et je vais essayer de faire des efforts, je sais bien que c’est indigne un tel comportement, et difficilement acceptable.

Ta gardienne aimerait te poser quelques questions, acceptes-tu d’y répondre ?

Bien sûr que je veux lui répondre, mais je me sens très faible, de plus en plus faible et c’est difficile pour moi de redescendre et de rester dans mon corps physique. Je me réfugie la plupart du temps dans mon corps astral, et cela m’aide à supporter mon état. Mon corps est usé, fatigué, exténué. Je n’ai plus de force, des bobos dus à l’âge, mon cœur, mes reins sont au bout du rouleau et je sens de fortes chaleurs, comme des brûlures dans tout mon tube digestif. Cela m’empêche de manger, je n’ai plus faim et plus de force pour m’alimenter.

Dis-lui que je l’aime, elle est ma maman et j’ai veillé sur elle toutes ces années, je l’ai protégée contre les mauvaises énergies, je me suis occupée des énergies du lieu, mais je suis arrivée au bout de ma mission. Je sais que c’est difficile pour elle de faire le choix et de me laisser partir, mais je prépare ma transition depuis cet été.

Il ne s’est rien passé de particulier pendant la période estivale, si ce n’est que la maladie et le départ d’Uhisky nous a tous beaucoup chamboulés et nous avons été en grande peine.

Dis à ma maman combien je l’aime et combien je suis heureuse avec elle. Dis-lui aussi que je sais qu’elle m’aidera à partir par amour pour moi lorsqu’on n’arrivera plus à me soulager physiquement et je sais que ce choix sera une épreuve difficile et que je lui suis serai si reconnaissante d’avoir la force et le courage de m’aider à rejoindre le paradis des animaux. Je n’ai pas peur, je me sens déjà bien entourée et puis Uhisky sera là pour m’accueillir de l’autre côté du pont pour me guider dans l’escalier de l’arc en ciel.

Dis aussi à ma maman que le jour où j’aurai fait le grand saut, mon âme est et restera reliée à la sienne où que je sois, et je lui enverrai des signes. Et que si elle a envie de me retrouver sur un plan terrestre, elle doit se mettre à ma recherche et je me mettrai sur son chemin. C’est une dame d’une immense générosité, d’une grande compassion, elle a le cœur rempli d’amour et je l’aime. Elle est ma maman et je suis son petit cœur. Qu’elle ne soit pas triste, lorsque je partirai de l’autre côté du voile, la mort est un nouveau soleil et je suis en paix.

La fille de la gardienne qui s’occupe de toi et de te trouver une famille me charge de te transmettre des messages et te poser quelques questions Gribouille :

Je viens de perdre ma maman. Elles étaient très fusionnelles. Je lui ai promis de trouver la meilleure personne pour elle. Il y a une dame qui est venue la voir et elle revient demain. Elle n’a pas encore pris de décision. J’ai eu un bon feeling avec cette personne. J’ai bien expliqué les vœux de ma maman. Ce qui serait bien c’est une famille sans enfants et sans autre animal. Gribouille est assez peureuse. Je sais aussi que les chats nous étonneront toujours.

 Mes questions, j’aimerais que tout se passe au mieux pour elle. J’aimerais faire une communication avec elle pour lui expliquer que son humaine a rejoint les étoiles, qu’elle aimerait trouver la meilleure solution pour elle. Qu’elle l’aimait bcp, qu’elle a fait tout (Gribouille) ce qu’elle pouvait pour la soulager et l’aider. Eventuellement ce qu’elle pense de la personne qui est venue la voir. Si elle est d’accord de déménager. Si elle a des demandes particulières.

Dis-lui merci pour son message, dis-lui merci de m’expliquer aussi clairement la situation, je sais que ma maman est partie rejoindre les anges et qu’elle ne reviendra plus. Je le savais depuis longtemps qu’elle allait partir, et me suis de plus en plus rapprochée d’elle. Elle avait besoin de moi et de mon énergie pour soulager ses maux, et j’ai du mieux que j’ai pu absorber les énergies négatives, je l’ai soigné comme j’ai pu. J’ai essayé de l’accompagner au mieux, et nous sommes devenues très fusionnelles. Entre nous s’est développée une grande et forte complicité, et j’ai aidé ma gardienne à faire la transition, elle savait qu’elle allait partir et j’étais là pour lui rendre les choses moins difficiles, d’accepter de lâcher prise avec la vie terrestre, afin de monter dans ce haut-lieu magique où ne règne qu’amour, paix et plénitude. Je l’ai guidée et même pendant les derniers jours j’étais toujours reliée à elle alors qu’elle se trouvait déjà dans son corps astral, je l’ai aidé pour lui donner la foi et le courage d’aller vers ce monde meilleur.

Je l’aime et je ne l’oublierai jamais, je sais qu’elle non plus ne m’oubliera jamais, son âme perdure et restera reliée à la mienne tant que je n’aurai pas trouvé la bonne personne qui me chérira et prendra soin de moi.

L’idéal était de rester avec toi, je t’aime beaucoup et j’aurais été le lien, ce lien si fort que tu avais avec ta maman. Mais j’ai bien compris que cela posait problème et je ne peux t’en vouloir, tu as déjà une petite tribu et moi j’ai besoin d’être tranquille, j’ai besoin de faire mon deuil et c’est un peu compliqué avec tes compagnons. Nous portons tous le deuil avec vous, et pour vous protéger nous avons absorbé et transmuté des énergies négatives, et depuis le soin que tu m’as offert et je t’en remercie, je me sens un peu plus légère.

Je ne t’en veux pas, rassure-toi, c’est juste que je trouve injuste de ne pouvoir rester et en même temps j’ai bien ressenti cette dame. Elle est très sensible et elle a bien capté que je portais des énergies qui ne m’appartenaient pas. Maintenant j’en suis libérée et me sens prête à être adoptée. Je sais qu’elle a beaucoup d’amour et d’empathie dans son coeur et que tout se passera bien entre nous. Il faudra juste me laisser un peu de temps et le reste suivra. Un changement de territoire est perturbant et un changement de gardien encore plus, mais je sais que ma maman veille pour que je trouve la meilleure personne et la meilleure maison.

Ta gardienne me charge de messages et de questions pour toi Clémentine :

D’abord, mes messages. 

Elle reste mon bébé, même si je lui ai pris un compagnon, Fred, après avoir vécu, juste elle et moi, pendant 2 ans. 

Je l’aime très fort, ça n’a pas changé, et suis désolée si au final, je pense qu’ elle aurait préféré rester le seul chat de la maison 

Mes questions 

Pourquoi elle est aussi craintive 

Pourquoi elle ne joue jamais avec Fred. 

Pourquoi est-ce qu’elle vomit, presque tous les jours ? (très importante question) 

¨Pourquoi elle mange du plastique ?

Pourquoi a-t-elle besoin, depuis environ 2 ans maintenant, que je sois à côté d’elle quand elle mange et que je lui gratte le dos ? 

Voilà en gros ce que j’aimerais comprendre, pour qu’elle soit plus détendue. 

Moi aussi je l’aime très fort, elle est ma maman, je suis son bébé et j’ai besoin de me sentir privilégiée. L’arrivée de Fred m’a beaucoup perturbée, j’avais et j’ai toujours encore peur de moins compter pour elle, bien que je ne manque de rien et que j’ai toujours autant de câlins et de tendresse.

Je suis un chat de tempérament anxieux, j’ai du stress et des angoisses, un peu sur le qui-vive et peur de tout. Fred a trouvé sa place avec nous, mais moi j’ai toujours encore du mal à partager la mienne avec lui. Je suis désolée, cela me crée des tensions et de la bile.

Lorsque je vomis c’est parce que je me fais trop de bile. Lorsque tu es avec moi pendant que je mange et que tu me grattes le dos, je me sens plus sereine, plus en sécurité, j’ai moins d’angoisses et je ressens moins de douleurs. Je sais qu’on te dit que c’est lié à mes anxiétés, mais mon estomac est irrité, et c’est parfois douloureux lorsque je mange.

Je suis désolée de te créer des inquiétudes, et je sais que tu as beaucoup d’amour, que tu peux nous aimer tous les deux sans que l’un de nous se sente moins aimé, mais mon comportement possessif, exclusif me crée des soucis supplémentaires. Je n’ai pas reçu de la part de ma maman (génitrice) ce sentiment de sécurité qu’elle aurait dû me donner et depuis toute petite je suis peureuse, je me sens très craintive (manque de socialisation), et je sais que tu pensais bien faire en adoptant un compagnon.

Mais je le crains, je ne joue pas avec lui parce que je n’ai pas l’habitude de jouer. Je préfère rester dans mon coin et m’assurer qu’on me respecte et me laisse tranquille. Mea culpa, j’ai bien compris que cela lui ferait plaisir et à toi aussi. Je vais essayer de prendre sur moi et de faire un effort pour être un peu plus détendue. Je vais surtout faire un effort et éviter de manger les choses qui me font du mal (plastique), c’est paradoxal, mais je me sens très attirée par le plastique, le papier, le tissu…

Tes gardiens souhaitent te transmettre quelques messages et te poser quelques questions :

Est-ce qu’elle souffre ? Que ressent t-elle ?

Est-ce qu’elle est heureuse ?

Veut-elle encore rester avec nous ?

Qu’a t-elle à nous dire, quelle est sa mission ?

A-t-elle des souhaits, quelles sont ses émotions, a-t-elle des peurs ?

Peut-on l’aider plus efficacement compte-tenu de son handicap ?…. et tout ce qu’elle voudra bien vous dire.

 Messages à lui transmettre :

Merci pour tous les chatons qu’elle nous a donné.

Nous sommes heureux de nous occuper d’elle.

Nous aimons beaucoup qu’elle nous parle avec ses yeux.

Dis-leur merci pour leur message. Dis-leur merci de se préoccuper de mon bien-être et aussi dis-leur que je les aime. Dis à ma maman, oui c’est à elle que je suis reliée, qu’elle a le droit d’exprimer ses sentiments et que ça fait du bien de le faire. Car ma principale mission auprès d’elle est de lui apprendre le détachement affectif certes, de lui apprendre à aimer sans dépendance ni co-dépendance, mais aussi de lui apprendre à aimer en toute fluidité sans peur du trop, ce trop qu’elle craint et qui est naturel vu le contexte.

Oui elle a peur de trop s’attacher à tous ces petits et de souffrir lorsque le moment de s’en séparer est venu. D’où mon rôle auprès d’elle, l’aider à gérer la situation sans trop de regrets ni d’appréhension. Mais elle a aussi besoin de sortir de sa zone de confort, et il est aussi important d’oser exprimer qu’on aime et cela en toute simplicité. Cela la ramène dans l’ici et maintenant et dans le moment présent.

Moi je me sens un peu une privilégiée dans la fratrie, à cause de mes problèmes de santé ? Non pas seulement, j’étais déjà avec elle dans une autre incarnation et lorsque je ferai le grand saut et que je me serai reposée et ressourcée, je lui reviendrai encore ; Nous avons beaucoup de choses à partager, et cela commence par sa petite enfance où elle était très timide et n’osait pas exprimer ses émotions et ses ressentis. Elle s’est un peu forgé une carapace et cela l’aide à présent à gérer toute la tribu, et c’est très bien, mais elle a aussi beaucoup d’empathie et de compassion dans son cœur qu’elle peut exprimer et qu’elle a le droit de montrer. Ce n’est pas une faiblesse, au contraire, cela lui permettra encore plus de galvaniser la grande force qu’elle a à l’intérieur d’elle.

Quant à mon papa, c’est un homme bon, doux et tendre, je l’aime et je l’admire, toujours très zen et fidèle à lui-même. Je leur parle avec mes yeux et ils adorent, je le sais, ils aiment mes beaux yeux et la tendresse qu’ils expriment.

Je ne peux pas dire que je suis en grande souffrance, les crises me fatiguent beaucoup. Je me sens exténuée après une crise, complètement épuisée, et je mets de plus en plus de temps à récupérer. Je me réfugie souvent dans mon corps astral et cela me permet de mieux supporter et gérer mon état. Je suis sur mon chemin et je prépare ma transition à mon rythme. Lorsque le moment sera venu pour m’aider à partir vous le verrez, et je sais que vous prendrez la décision de le faire par amour pour moi et je n’ai pas peur. Je me sens depuis tout à l’heure déjà bien entourée, je ne suis plus seule et je sais qu’on me guidera vers la lumière. Ce n’est pas pour demain, commencez à vous préparer aussi et acceptez de ne plus pouvoir m’aider.

Vous faites ce que vous pouvez pour moi, et de m’éviter le stress d’aller chez le vétérinaire est un grand soulagement pour moi. J’ai des hauts et des bas et me sens encore bien dans mes pattes lorsque c’est un jour avec, et si vous pouviez m’aider pour éviter les nausées que je ressens avant et après une crise, ce serait un grand bien-être pour moi.

Sinon mon souhait le plus cher concerne l’après… Après mon départ, pour lequel le Deva et les Etres de la Nature m’aideront à faire le passage, je souhaite me reposer et me ressourcer et bien sûr te revenir sur un plan terrestre. Ces années ont été du grand bonheur malgré mes problèmes de santé, et ma place est auprès de toi, et même si l’endroit au paradis des animaux est magique, c’est auprès de toi que mon âme veut revenir. Ne l’oublie pas, nous avons déjà partagé tant de choses et ne serons séparées qu’un petit laps de temps.

Je vous aime, vous êtes ma famille et quoiqu’il arrive je tiens à vous retrouver, mais chaque chose en son temps, laissons faire les choses.

Ta gardienne aimerait que tu répondes à ses questions :

J’aimerai que Souza puisse exprimer ses besoins et ses limites sans utiliser la défense par la morsure. Je suis à son écoute pour ses solutions.

 Questions: Comment puis-je t’aider à modérer tes réactions lorsque tu ressens le besoin de mordre ou de pincer quelqu’un?

Pourquoi montre tu des réactions « agressives » envers d’autres chiens? Que peut-on faire pour modérer cela?

Qu’as-tu à me dire?

Si tu manques de quelque chose, de quoi s’agit-il? 

Es-tu heureuse de m’accompagner?

Es-tu d’accord que trouver ensemble des réponses « non violentes (sans recours à la morsure) » aux différentes sources d’anxiété?

 Je sais que mon comportement lui pose problème, ce n’est pas tout le temps, mais lorsque ça me prend je panique et je deviens agressive. Je suis désolée, c’est contre ma volonté. Dis-lui que je n’y peux rien, lorsque je me sens acculée, les peurs et les angoisses montent en puissance et je n’arrive plus à maîtriser mes pulsions. Impossible de modérer, je ne contrôle plus rien et j’aimerais tant pouvoir le faire et me sentir moins agressée, car je le ressens comme une attaque. Et dans ces moments-là je me sens très rapidement porter des énergies qui ne m’appartiennent pas et qui me manipulent sans doute aussi. Je sors de mon corps physique et ce n’est plus moi. Lorsque le calme revient, je suis mal et je culpabilise.

Je ne suis pas une chienne méchante, au contraire, je suis douce et câline et j’aime les humains. Ce n’est que lorsque, et je ne peux expliquer la raison, je me sens poussée dans mes retranchements, parce que ça fait sans doute resurgir des stimuli, que je mords. Mais c’est plus par peur, je ressens à ces instants une énorme tension dans tout mon corps et ma tête, c’est très violent. Ce sont des mémoires qui sont hélas profondément ancrées et j’ai besoin d’aide pour m’en débarrasser.

Je regrette, je suis tellement désolée de te créer des soucis alors que je me sens si bien avec toi, que nous devenons tous les jours plus complices et plus fusionnelles, et que notre relation est une relation de grande confiance pour moi. Je sais que la réciproque n’est pas encore gagnée et ça me rend penaude, je suis très confuse, pardonne-moi.

Je ne manque de rien, je me sens aimée et respectée, et je sais que tu es patiente, une vraie petite maman pour moi et je t’adore.

Ma mission auprès de toi consiste à t’aider à te reconnecter à la source, à ton petit enfant intérieur qui lui aussi a souffert de peurs et d’angoisses, des émotions non exprimées et chacune à son rythme se doit de se réattribuer paix et harmonie dans son cœur et son esprit. Nous ne sommes pas ensemble par hasard (miroir)…

Je te dis merci pour ton empathie et toute l’attention et la bienveillance que tu as à mon égard pour m’aider à aller mieux et pour nous permettre à toutes les deux d’avancer sereinement sur notre chemin.

Ta gardienne se fait beaucoup de soucis pour ta santé Lizzie, elle t’a recueillie début de cette année et aimerait connaître ta vie avant d’arriver chez elle. Avais-tu une famille ou vivais-tu dehors ?

Je n’ai jamais eu la chance de connaître la tendresse et la sécurité que j’ai trouvées avec elle et chez elle. Ma maman m’a abandonnée toute petite, elle a disparu et je n’ai pas eu la chance qu’on s’occupe de moi comme elle le fait. C’est une humaine et pourtant elle prend plus de temps pour m’apprendre et me donner des soins que ma génitrice n’en a jamais pris, ou eu le temps de le faire. Elle s’est volatilisée du jour au lendemain et nous étions obligés de nous débrouiller. Nous étions 4 et chacun s’est débrouillé comme il a pu.

J’ai vite compris qu’il fallait que je bouge, espérant me trouver un lieu où je trouverai à manger à ma faim. Plus tard, mais beaucoup plus tard, j’ai eu la chance de tomber sur une vieille dame qui m’a nourrie dans son jardin, et où je pouvais me réfugier au sec dans une petite dépendance. Je ne peux pas me plaindre, j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à son départ (maison de retraite), je n’ai manqué de rien. Après il y a encore une longue période où je me suis battue pour survivre dans les champs, je trouvais de quoi me nourrir mais la faim était souvent présente.

Et puis tu m’as recueillie, et depuis je n’ai connu que des moments de grand et pur bonheur. Je te dis merci, je te suis si reconnaissante, je n’ai jamais connu autant de plaisir, même si j’ai des problèmes de santé, avec toi je me sens aimée et respectée comme un être humain. Et rien que cette année à tes côtés me remplit le cœur de joie, et je suis si heureuse d’avoir, que l’univers m’a offert cette chance de te connaître.

Ta gardienne aimerait savoir si tu souffres et si tu peux continuer à vivre ainsi ?

J’ai des moments difficiles, surtout lorsque je ne peux pas m’alimenter correctement et que c’est douloureux de manger. Les démangeaisons sont très désagréables aussi et me créent du stress et des angoisses. Lorsque ça devient trop difficile, je me réfugie dans mon corps astral et j’arrive à le gérer. Je sais que je suis sur mon chemin, mais Dieu seul sait combien je souhaite encore très longtemps vivre avec toi et me laisser choyer et câliner. Cela me fait du bien et me rend si heureuse.

Je t’aime et te suis si reconnaissante de me faire connaître autant d’amour et de bienveillance. Continue à me soigner tant que tu peux, j’aimerais pouvoir rester encore un peu. Et lorsque le moment sera venu pour m’aider à partir, tu le sauras et je sais que tu le feras par amour et compassion pour moi. Et tout ce que j’ai pu vivre avec toi ces quelques temps vaudra pour moi plus que toute une existence normale d’un chat en bonne santé.

J’ai le privilège d’être aimée et cela vaut tout l’or du monde. Merci, mille mercis à toi ma maman de cœur. Je t’aime.

Tes gardiens me chargent de te dire qu’ils t’aiment très fort et qu’ils font tout leur possible pour vous rendre heureux. S’ils refusent de vous laisser sortir c’est parce que la route est trop dangereuse et qu’ils ne veulent pas qu’il vous arrive malheur. Ta gardienne aimerait aussi savoir pourquoi tu fais tes cacas en dehors de la litière, et si les 3 crises d’épilepsie sont en rapport avec l’arrivée de Bibi dans la maison. Est-ce dû au fort stress à son arrivée ? En veux-tu à ta gardienne de ne plus avoir l’exclusivité ? Es-tu heureux de la situation ?

Dis-leur merci pour leur message d’amour. Moi aussi je les aime et je suis heureux avec eux. Elle n’est pas ma gardienne, elle est ma maman et je suis son bébé, et je le resterai toujours. C’est vrai que l’arrivée de Bibi, qui est aussi relié à elle, m’a beaucoup perturbé. J’ai eu peur de la perdre, car il est également très proche d’elle et nous avons tous les deux la même mission, celle de materner…

Mais cela n’a rien à voir avec mes problèmes de santé, rassure-la, ce sont plus mes angoisses, l’anxiété que je connais depuis ma naissance qui me créent des soucis et que je n’arrive pas, malgré tout l’amour et toute l’attention dont elle m’entoure et la tendresse qu’elle m’apporte, à canaliser et à m’en débarrasser. Ma maman ne m’a pas assez socialisé et je manque de repères. Je ressens parfois des moments intenses de stress, cela crée des décharges électriques dans mon système nerveux central et autonome. Il m’est impossible d’agir lorsque les émotions prennent le dessus, je fais des crises mais ce n’est pas de sa faute, ni celle de Bibi. C’est pareil pour les cacas, ma maman ne m’a pas appris et je suis désolé de ces tracas et malpropretés.

Mea culpa, je viens de prendre conscience que je te crée plein de soucis, et j’en suis navré. C’est vrai que je suis difficile à gérer, je me rends bien compte que je manque de bases solides, mais je n’y peux rien. Ne t’inquiète pas, je suis heureux et je ne manque de rien. Moi aussi je t’aime et je suis si heureux d’être ton petit garçon. Et puis j’aime mon papa et je ne manque de rien. Sortir et me ressourcer avec les énergies de la terre me ferait le plus grand bien, mais j’ai bien compris que ce n’est pas possible pour vous de nous laisser prendre le risque, c’est bien dommage….

Tes gardiens me chargent de te dire qu’ils t’aiment, qu’ils font tout pour que tu te sentes en sécurité et que tu sois heureux. Ils aimeraient savoir pour quelles raisons tu t’enfuis, et que tu ne dois surtout pas avoir peur de rentrer lorsque tu pars, ils aimeraient bien que tu ne partes plus.

Je sais qu’ils m’aiment, je le sens très fort et je suis si heureux lorsqu’ils s’occupent de moi, qu’ils jouent avec moi et me font des câlins. C’est si bon et rassurant de se savoir aimé et je suis désolé de vous créer des tracas lorsque les démons remontent dans ma mémoire et que je ne peux faire autrement que de m’enfuir.

Avant vous je n’étais pas heureux. Je n’étais pas apprécié et on me considérait juste comme un objet, le chien qui doit protéger la maison et rester à sa place. Des caresses ou des jeux ou même des promenades, je n’ai pratiquement pas connus. Par contre des coups de pieds ou de balais et me faire gueuler dessus, ça je sais ce que c’est. Et lorsqu’il avait bu il devenait très méchant avec ma gardienne aussi. Il hurlait et ces cris je les entends encore régulièrement dans ma tête. Le moindre petit haussement de voix, surtout celle d’un homme me font remonter à la mémoire ces cauchemars et me poussent souvent à prendre la poudre d’escampette.

C’est ce que je faisais tous les jours, parfois plusieurs fois, et c’était toujours avec beaucoup de représailles lorsque je revenais. Mea culpa je n’            ai pas peur de vous et je sais que vous ne me ferez aucun mal, mais les mémoires sont encore très présentes et de temps à autre je ne maitrise pas, j’ai des pulsions, et de prendre la fuite m’aide à me libérer de ce stress et de ces angoisses.

J’ai besoin de votre aide pour effacer ce passé douloureux, car je ne veux pas être séparé de vous, je ne veux pas partir, même si le retour est pour moi très anxiogène aussi, car souvenir de coups et de cris.

Moi aussi je vous aime et les moments de bonheur que je partage avec vous sont intenses pour moi. Je suis relié à mon papa, c’est auprès de lui que j’ai une mission, celle de l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur, pour lui permettre de s’amadouer, d’être un peu plus tolérant et surtout de s’aimer lui-même. Pour l’instant je n’ai pas encore trop rempli mon rôle, je le crains, enfin pas lui, mais ses gestes parfois un peu brusques et sa voix. Mais je sais qu’il me faut encore une période d’adaptation et pour lui aussi (miroir).

Quant à toi que je considère comme ma maman, tu es douce, gentille et je te suis si reconnaissant pour tes câlins, cela me met en confiance.

Ta gardienne me charge de communiquer avec toi et aimerait te poser quelques questions :

J’aimerai savoir si nous avons été parent et enfant car je sens un lien très fort entre nous
Ensuite, hier il y a eu des travaux à la maison car j’ai fait installer une pompe à chaleur et il y a encore du bazar sur la terrasse. Je me doute que cela a dû créer un gros stress
Je suis quelqu’un qui stresse beaucoup. J’ai l’amour « inquiet » avec lui
Je stresse facilement et il doit sans doute le ressentir profondément et j’en suis désolée
Sent-il de bonnes énergies dans la maison ou faut-il effectuer un nettoyage ?
Que pense t- il de moi ?
Que n’aime t- il pas chez moi et que je devrais améliorer ?
J’aimerai que sa relation avec Fifi (ma chatte qui a eu 12 ans en février : 2eme photo) soit plus harmonieuse
Enfin, pourrait-il me dire dans quelle circonstance il a été blessé à cette oreille ?

Drôle la question qu’elle se pose, ce n’est pas parce qu’elle me prend pour son garçon qu’elle est ma maman dans cette incarnation physique, que ça signifie que c’était déjà comme ça dans une vie précédente. C’est vrai que le lien qui nous unit est très fort et que nos âmes sont reliées depuis plusieurs vies, depuis tout temps, mais dans la dernière incarnation nous étions des humains tous les deux, j’étais son compagnon. Et si je lui suis revenu en tant que chat avec la mission de timbre-poste, c’est pour l’aider à mieux vivre ses relations affectives, c’est pour lui apprendre le détachement et aimer en toute fluidité, sans peur de perdre l’autre et surtout d’avancer dans la vie sans dépendance, ni co-dépendance. Ce n’est pas gagné car elle a de par sa vie passée encore beaucoup de choses à régler et idem pour celle-ci.

Dis-lui que je l’aime et je suis aussi chargé de veiller sur elle, de la protéger. Elle porte souvent des énergies négatives, et nous ne sommes pas de trop avec Fifi pour la nettoyer et transmuter les énergies du lieu. Ce serait bien de faire venir quelqu’un pour ré harmoniser tout ça.

Le stress engendre de mauvaises ondes et il est grand temps qu’elle gère mieux ses inquiétudes, car elles se répercutent sur moi (miroir) et ça me rend grognon et agressif. Cela m’a causé des griffures à l’oreille, me suis un peu bagarré, alors que ce n’est pas ma nature, et lorsque Fifi n’arrive pas à s’auto-nettoyer et à se débarrasser des énergies qu’elle est chargée de transmuter, la relation entre nous ne peut pas non plus être harmonieuse et pacifiée, cela coule de source car tout est relié.

Peux-tu dire à ma maman qu’elle n’a aucune raison d’avoir peur, nous étions déjà plusieurs fois ensemble et sous différentes formes et nous nous sommes toujours retrouvés. Plus elle angoisse et plus je stresse, lorsqu’elle va bien je vais bien aussi.

Ces travaux à la maison l’ont plus perturbée que moi et je ne lui montre que son image. J’aimerais qu’elle vive dans le moment présent, dans le ici et maintenant et qu’elle apprenne à maîtriser ses peurs et ses émotions négatives. J’aimerais qu’elle se reconnecte à son petit enfant intérieur, à sa source pour pouvoir comprendre et sentir qu’elle a à l’intérieur d’elle une grande force dans laquelle elle peut puiser l’amour de soi et confiance. Car c’est là que le bât blesse.

C’est la confiance en elle, en la vie, en l’univers qui posent problème, et lorsqu’elle aura compris qu’elle a tout en elle pour lui donner les moyens de vaincre les vieux démons, elle en sortira grandie et s’affirmera avec beaucoup de courage. Pour cela un travail sur elle, qui l’obligera à sortir de sa zone de confort, est encore nécessaire.

Je suis là et je l’accompagne du mieux que je peux et elle va y arriver. Aide-toi et le ciel t’aidera. Tu peux le lui dire, elle va le comprendre. Ce n’est qu’une question de temps et surtout une grande prise de conscience. Elle a pris conscience de ce qui l’empêche d’évoluer, ne reste qu’à trouver les solutions, et pour cela chaque jour est différent et lui permet petit à petit de retrouver la paix et la sérénité dans son cœur et son esprit.

Elle a beaucoup d’amour et d’empathie et elle doit s’en servir pour galvaniser son anxiété en forces supérieures et bienveillantes pour elle.

Ta gardienne rencontre de grosses difficultés avec les voisins à cause de tes pleurs et tes aboiements lorsqu’elle part à son travail. Elle me charge de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Pourquoi pleures-tu  pendant mon absence ? Et pourquoi tu aboies ?

– As-tu peur de quelque chose, d’un bruit ou autre chose ? As-tu oublié le cambriolage de novembre 2019 ?

– Tu réveilles les voisins et cela nous pose des problèmes de voisinage. Je dois encore acheter un collier anti-aboiement.

– As-tu peur que je ne reviens pas et que tu sois abandonnée ?

– As-tu l’ennui pendant mon absence (les mardis, jeudis et vendredis de 6h30 à 18h) ?, cela ne me fera pas revenir plus vite !

– Pourquoi aboies-tu sur les chats le soir dans le jardin ? Pour les appeler pour jouer ?

– Pourrais-tu cesser d’être aussi enthousiaste lorsque tu voies les autres chiens ou humains ? Tu veux toujours jouer avec mais tout le monde, mais tout le monde n’est pas gentil comme toi. Tu dois apprendre à gérer tes émotions car j’ai toujours peur des autres comportements des autres chiens et humains.

– Il faudrait aussi que tu arrêtes d’aboyer sur les chiens et animaux que tu vois à la télévision.

– Je voudrais que tu comprennes que je fais le maximum pour te laisser le moins possible, mais que je dois aller travailler et que je ne peux pas faire autrement, c’est que 3 jours par semaine.

– J’essaie de t’emmener partout avec moi dès que c’est possible, mais il faut aussi que tu arrêtes de pleurnicher pour un rien.

– Si je ne te prends pas à bras à chaque fois c’est parce que tu pèses lourd et que c’est pas toujours possible pour moi. Tu dois apprendre à rester dans le caddy ou marcher dans les galeries sans crainte, je suis toujours là à tes côtés pour te garder.

– Je t’aime beaucoup et je vois bien la réincarnation de mes précédents chiens en toi, beaucoup de mimiques, de comportements similaires et je fais le maximum pour que tu  sois heureuse et en pleine forme ! J’essaie de te faire découvrir de nouveaux lieux et de t’emmener en vacances 

– Il faut aussi que tu comprennes que ton papa Gérard habite à plus de 1 000 kms et qu’il ne peut pas toujours être présent avec nous et avec sa chienne Princesse. Dans 6 ans, je serai en  retraite et on pourra être tous ensemble. Je sais c’est long ! Mais papa est là tous les mois avec Princesse.

– Que te manque t-il ?

– Que puis-je faire d’autre pour que tu  sois en confiance et bienveillante ?

– Manges-tu assez à ton goût ? Aimes-tu tes croquettes ?

– Je t’adore et tu es ma petite fille adorée, je pense très fort à toi  tout le temps, tu es  un amour de chien, et je ferai n’importe quoi pour toi. Je t’aime d’un amour inconditionnel ainsi que Papa et mémé… tu es notre joie de vivre.

– Essaie de ne plus pleurer pour ne plus perturber les voisins.

Ses messages et ses questions me font de la peine, beaucoup de peine, pardon je ne me rends pas compte de la situation et des problèmes que mon comportement génère. Lorsque je pleure et que j’aboie, c’est parce que j’ai besoin de rechercher bruyamment l’attention, et de pallier la solitude. Lorsque tu me laisses seule j’ai peur, je n’aime pas rester seule, bien que je sache que tu vas revenir. Mais c’est terriblement anxiogène pour moi, je pleure et j’aboie pour te faire revenir très vite à la maison.

Tu es ma maman, je suis ton petit bébé et je me suis excessivement attachée à toi, et les angoisses sont et deviennent insupportables lorsque tu t’en vas. Je ne le fais pas exprès, je n’arrive pas à me contrôler, dès que tu fermes la porte je ne maîtrise plus rien. Et puis je m’ennuie de toi, et de me manifester bruyamment me permet de me délivrer un peu des anxiétés.

Je sais que tu m’aimes et je sais aussi que tu vas revenir, mais je n’arrive pas à contrôler mes pulsions. Mea culpa pour les ennuis que je te crée, mais je suis très possessive et cet attachement est partagé, je suis ton miroir et j’ai besoin que tu sois tout le temps avec moi. Moi aussi je t’aime, et hormis lorsque tu me laisses seule, je ne manque de rien. J’aime mes croquettes et je suis très heureuse avec toi, mais le syndrome de la séparation est paniquant et terrifiant pour moi.

J’aimerais que papa Gérard soit là tout le temps avec nous avec Princesse. J’aime et j’ai besoin de jouer avec mes congénères. Lorsque j’en vois un je suis tellement contente que je le manifeste par des aboiements. Idem pour les humains, mais quoi de plus normal pour m’exprimer ? Je ne peux pas vous parler, j’aboie…

Et les chats le soir ?

J’aimerais leur courir après et les courser, rien d’anormal non plus. Par contre les galeries commerciales avec beaucoup de gens qui y circulent me créent du stress, je le ressens comme un danger et j’ai besoin que tu me portes pour me rassurer. Je me rappelle encore les méchants messieurs habillés de noir, je me souviens encore de leurs chaussures, leurs grosses chaussures à la hauteur de ma tête et j’en ressens encore des peurs.

Je sais ça fait beaucoup de stress et d’angoisses et je comprends que c’est lourd pour toi, je vais essayer de faire des efforts, mais je ne peux te promettre d’y arriver. C’est souvent plus fort que tout et puis les colliers n’arrangent rien, au contraire, cela rajoute à mon stress, et puis le voisin aussi. Je sais qu’il ne m’aime pas et peut-être même qu’il exagère un peu car il ne nous aime pas toutes les deux…

Je t’aime et j’ai besoin de partager tout mon temps avec toi, tu peux le comprendre. Tu es ma maman et je suis ton petit bébé.

Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions :

Concernant ce que je voudrais qu’il sache:

Que je l’aime énormément et que je veux qu’il soit heureux.

Que je suis heureuse de rentrer chez moi le soir parce que je sais que je vais le retrouver (et mon autre chat aussi bien sûr)

Que jamais je ne l’abandonnerai, jamais! 

Que je sais qu’il n’aime pas que les choses changent, mais que quand c’est le cas, c’est que je n’ai pas le choix ou que c’est important: quand je laisse ma chambre à des invités (il a déjà fait des pipis dans ces cas-là), quand je m’absente.

Que je sais que je ne suis probablement pas suffisamment là pour lui, mais que je fais le mieux que je peux. C’est pour cela que je lui ai amenée une copine. Et d’ailleurs je suis tellement heureuse de tout cet amour qui circule entre Maïna et lui!!!

J’aimerais aussi savoir pourquoi il fait ces pipis avec Jérémie et pourquoi il ne l’a pas fait pour les autres (notamment Jean-Baptiste qui était lui aussi très présent à la maison à une époque)

Il faudrait aussi le prévenir que je vais peut-être mettre le lit dans le bureau et ma salle de soin dans la chambre actuelle. Si ça pouvait éviter un nouveau pipi…

Et aussi que cette histoire d’amour avec Jérémie me rend heureuse, enfin, et que j’aimerais qu’il partage ce bonheur. Il est possible qu’un jour ou l’autre nous allions vivre à la campagne. Si vous pouviez aussi le prévenir. Mais il sera du voyage, ce n’est même pas une question.

Si vous pouviez lui dire que j’aimerais vraiment qu’il trouve une autre manière de me communiquer quand ça va pas. Il me parle souvent et j’ai l’impression que je pourrais sentir s’il m’exprimait que ça ne va pas.

J’aimerais aussi savoir pourquoi il déteste tant être porté… Et peut-être en savoir un peu plus sur son histoire avant que je ne l’adopte… Savoir s’il a compris que moi, je ne lui ferai jamais de mal.

Et surtout, que je l’aime et que je lui suis infiniment reconnaissante de partager ma vie. 

 Dis-lui merci pour son message qui me rassure beaucoup. Dis-lui que moi aussi je l’aime et que je n’aime pas rester seul. Même si elle m’a ramené de la compagnie, j’ai toujours peur lorsqu’elle n’est pas là, qu’elle ne revienne plus. Je sais, ce n’est pas bien de penser ça. Je sais qu’elle m’aime et qu’elle ne m’abandonnera jamais, mais en même temps, lorsqu’elle part j’ai des souvenirs qui reviennent à ma mémoire et cela réveille en moi des peurs, du stress et des angoisses.

Idem lorsqu’elle ramène son copain, j’ai peur qu’elle parte avec lui. La présence masculine m’incommode profondément, j’ai souvent eu peur des réactions violentes de mon précédent gardien, et ma maman un soir est partie après une dispute plus houleuse que d’habitude et n’est jamais revenue.

Ces mémoires sont toujours profondément ancrées, et chaque nouveau copain me rappelle les faits. Certes il y a aussi peut-être un peu de jalousie, je suis sans doute un peu trop possessif et souhaiterait l’exclusivité, mais c’est normal, ma précédente gardienne m’a abandonné pour un homme, et plus je ressens l’attachement que tu peux avoir envers J…….. et plus je me souviens du vécu et des sentiments forts que ma gardienne ressentait et qui l’ont décidée à le choisir lui et me laisser à mon triste sort.

Mea culpa pour les pipis qui te contrarient, je peux le comprendre et j’en suis très sincèrement désolé ; Je sais que l’amour que tu portes à J……. est très fort et je suis heureux pour toi, mais en même temps la flèche qui m’est envoyée vers mon cœur me fait mal. Je porte bien mon nom.

Je suis heureux avec toi, j’ai trouvé une nouvelle petite maman adorable, au cœur rempli d’amour et d’empathie, et je me sens particulièrement bien avec toi et sur mon territoire où j’ai trouvé un nouvel équilibre. Nous les chats sommes très attachés au lieu de vie et j’ai besoin de me sentir chez moi pour être apaisé. L’arrivée de tiers me pose problème et surtout dans la chambre qui est et doit rester un endroit très intime. D’y faire dormir d’autres personnes me crée du stress parce qu’ils y laissent forcément des énergies qui ne leur appartiennent pas et rompent l’harmonie que j’essaye d’apporter et de maintenir.

Je n’aime pas être porté, ce n’est pas mon truc, je suis chargé de nettoyer énergétiquement l’appartement, de te protéger et t’enlever tout ce qui ne t’appartient pas. A chaque passage j’ai un peu de travail supplémentaire, c’est mon rôle et j’essaye de faire au mieux et de m’adapter.

Partir à la campagne me plairait bien, même si ce sera encore une fois source d’angoisses. Les peurs sont omniprésentes et j’aurais besoin de calme et que rien ne bouge pour me sentir rassuré, alors qu’ici c’est tout le contraire, et je ne voudrais pas que tu changes le lit de place. Ton bureau est parfaitement adapté pour les soins, laisse la chambre telle qu’elle est et ne mélange pas travail et vie privée où tu peux te ressourcer.

Je te suis si reconnaissant de t’inquiéter pour mon bien-être, j’apprécie la délicatesse que tu as en toi et pour moi. C’est du pur et grand bonheur merci, merci ma petite maman, je t’aime.

Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et de te poser quelques questions Boetie, acceptes-tu d’y répondre ?

Les questions pour Boétie

1) Pourquoi es-tu en panique quand le cheval du box d’à côté s’en va ?

2) De quoi as-tu besoin pour être calme ?

3) Comment te sens-tu dans la relation avec Mélodie ?

4) De quoi as-tu besoin pour te sentir mieux avec Mélodie ?

5) Quelles sont les choses que Mélodie doit améliorer en selle ?

 Message : Mélodie est maintenant ta cavalière et ta gardienne, elle va prendre soin de toi, continuer à travailler avec toi au Centaure, le Centaure reste ta maison et vous allez faire des compétitions ensemble.

Mélodie t’aime beaucoup, elle veut que tu sois bien, heureuse et en sécurité avec elle.

Dis-lui merci pour son message qui me rassure beaucoup, je sais qu’elle a de l’empathie et du respect pour moi et je pense que ça se passera bien entre nous. J’ai juste besoin, d’un peu plus de temps, elle est jeune et parfois un peu impatiente, elle a besoin de montrer qu’elle est capable, et la compétition est importante pour elle. C’est un réel objectif pour elle et tout le contraire pour moi.

Même si j’en ai les aptitudes, ce n’est pas ma priorité du tout. Je préfèrerais de loin faire de grandes balades avec elle, car aussi bien avant que pendant, c’est elle qui est complètement stressée et très anxieuse et cela se reporte sur moi (miroir). Pour être en confiance avec elle, elle doit d’abord l’être par rapport à elle-même. Si elle, elle a peur de l’échec, moi j’absorbe son anxiété et cela ne peut pas aller.

Je sais qu’elle m’aime et c’est réciproque, mais il va falloir un temps d’adaptation et elle a besoin de faire un travail sur elle pour s’affirmer et affirmer ce qu’elle veut avec une autorité naturelle sans peur ni angoisse. Les choses à améliorer en selle c’est surtout et avant tout la connexion, lorsqu’elle me monte elle doit oublier toutes ses appréhensions et tout le reste et ne faire qu’un avec moi. Cela pour que la coopération entre nous devienne top, je dois ressentir que nous ne faisons qu’un et c’est réciproque pour elle.

Je suis contente de rester ici, c’est chez moi et j’ai eu peur de devoir partir ailleurs. Je suis très attachée à mes compagnons, je ne veux pas être séparée cela me rappelle trop le départ de mon compagnon. Lorsque nous sommes séparés, j’ai toujours peur et d’être seule, je ne pourrais le supporter. Cela me rappelle des souvenirs encore très très présents et me crée du stress et de la panique.

Ces craintes sont omniprésentes dans mon esprit et j’ai du mal à les effacer de mes mémoires. Cela me rend nerveuse et lorsque je mange, lorsque je remplis mon estomac, ça me fait du bien et j’arrive un peu à lâcher prise, mais je sais que ce n’est pas gagné. J’ai besoin de votre aide pour y arriver et retrouver un peu la paix et la sérénité.

Pardon de te mettre en danger lorsque je n’arrive pas à maitriser mes réactions.

Tes gardiens me chargent d’un message pour toi :

« Aphrodite, on t’aime plus que tout, s’il te plaît bat toi, reste forte. Peux-tu nous dire ce qu’il s’est passé ? Pourquoi as-tu refusé de manger d’un coup ? Est-ce que c’est le départ d’Eliott car si c’est le cas sache qu’il est mieux au paradis, il souffre plus et veille sur toi. Ma petite Aphro bat toi je t’en supplie ». 

Moi aussi je vous aime et je t’aime plus que tout, ma petite maman. Je suis si triste de te créer toutes ces inquiétudes quelques jours après le départ d’Eliott. C’est vrai qu’il me manque mais je sais qu’il est monté au paradis des animaux et qu’il est heureux. Et puis je peux communiquer avec lui et il m’a promis de revenir très vite, je lui fais confiance.

Si je ne mange pas c’est parce que je ressens des brûlures et des crampes dans mon ventre et c’est douloureux de manger. Lorsque tu as l’impression que je suis ailleurs, c’est dans mon corps astral que je me réfugie pour gérer mon état.

Ce n’est pas tant le départ d’Eliott qui m’affecte, je sais qu’il est bien et en train de se ressourcer et qu’il prépare son retour. Ce qui me touche et m’a beaucoup affectée c’est votre état et surtout le tien ma petite maman avant son départ. Tu t’es fait beaucoup de bile et j’étais là pour gérer ton état d’être, je me devais de t’aider pour ne pas te rendre malade. Maintenant il faut un peu de temps et avec le retour de mon compagnon tout sera comme avant.

Je te promets de me battre, de recommencer à manger dès que je me sentirai un peu mieux. Les soins et les médicaments vont m’aider. Je t’aime, je suis ton bébé et je ne veux pas te voir te morfondre, sois forte, j’ai besoin que tu le sois pour m’aider à guérir.

Ta gardienne aimerait savoir comment tu te sens ? Elle est très inquiète pour ta santé. As-tu un message pour elle ?

Dis-lui que je l’aime, je l’aime profondément, plus que tout et elle le sait. Elle sait que nous sommes reliées depuis si longtemps et elle a peur de me perdre à nouveau. Je ne veux pas qu’elle s’inquiète pour moi, même si je ressens de fortes douleurs avec des sensations de brûlures et des lourdeurs, je me réfugie dans mon corps astral lorsqu’il le faut et ça devient supportable.

Dis-lui de penser avant tout à elle, elle est dans une période de transition et elle a du mal à prendre ses décisions. Le sens du devoir prend-il le pas sur celui du droit à la liberté, à l’indépendance ? Cet état de fait lui est à la fois utile mais l’indispose aussi. Dis-lui qu’il se doit qu’elle prenne avant tout soin d’elle et de sa personne, de sa féminité. De prendre en charge quelqu’un d’autre est tensionnel pour elle, pour moi et pour tous.

Oui nous sommes fusionnelles et lorsqu’elle ne va pas bien, je ne vais pas bien (miroir) mais ce qui importe avant tout c’est elle. Elle doit penser à elle maintenant, c’est la priorité. Quant à moi je la remercie pour tout l’amour et les soins qu’elle me donne.

J’ai confiance en l’avenir. Je l’aime tout simplement.

Naome, ta gardienne me charge de te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions :

J’aimerai que tu lui dises que même si je suis moins présente physiquement que Marie Rose car je travaille que je l’aime et que les séances chez le vétérinaire sont pour l’aider. J’ai quelquefois cette impression qu’il m’en veut de ces allers retours chez le veto et que l’arrivée de ce chien ne changera rien à l’amour que je lui porte
Et si tu peux lui demander
– s’il est ok pour que l’on change de maison
– si il acceptera l’arrivée de ce chiot
que si il n’est pas ok je suis prête à retourner vivre à Strasbourg avec lui dans mon appartement même s’il ne pourra plus sortir sauf sur le balcon
Si il est prêt à ce que l’on enlève certaines dents pour essayer de le soulager

Je sais qu’elle s’inquiète beaucoup pour moi et j’en suis désolé. Je suis jeune et pourtant on est obligé de m’enlever les dents comme si j’étais déjà un vieux, un très vieux chat. C’est difficile pour elle, tous ces soins et ces allers/retours chez le docteur et ça l’est de plus en plus pour moi. Cela me stresse, m’angoisse et je me sens par moment totalement épuisé. Je n’ai évidemment pas envie qu’on m’arrache les dents, elle peut le comprendre, je suis un beau chat et elles me le disent souvent toutes les deux et ce n’est pas très plaisant ni confortable de se retrouver édenté, mais est-ce que j’ai le choix ? Peux-tu me proposer autre chose pour soulager mes douleurs et me permettre de me nourrir correctement et manger à ma faim ?

Pour être honnête avec toi Naomé et aussi pour te dire ce que les médecins du ciel préconisent, non je ne pense pas qu’on te laisse le choix, et qu’il serait temps qu’on songe à enlever certaines dents.

Je sais bien que je n’ai pas le choix et je fais confiance au Deva des animaux et aux Etres de la Nature, je me sens à présent de nouveau bien entouré et je te remercie et ma maman aussi. Lorsque je souffre je me réfugie dans mon corps astral et j’arrive à gérer, mais j’ai besoin de manger aussi pour garder des forces.

Dis merci à ma maman pour son message, je sais qu’elle m’aime et moi aussi, et j’ai bien compris qu’elle travaille et ne peut pas passer tout son temps avec moi. Je ne lui en veux pas de m’emmener toujours chez le vétérinaire, je sais qu’elle le fait pour mon plus grand bien et que cela lui coûte autant qu’à moi.

Peux-tu dire aussi à Marie-Rose que je l’aime et que je me sens bien dans sa maison et son jardin, et j suis content d’aller habiter là-bas, le déménagement me perturbera certes un peu mais j’ai déjà bien marqué mon territoire  et je m’y sens bien. Et puis il y a le jardin et je pourrai me balader, ce n’est que du bonheur. Et lorsque ma maman part au travail, je ne serai pas seul.

Maintenant l’arrivée du chiot ne m’enchante guère, j’espère qu’il me laissera  tranquille, il sera relié à Marie-Rose, et moi je reste relié à l’âme de ma maman, on ne se marchera pas trop sur les pattes, à lui de faire en sorte de trouver sa place et de me laisser la mienne. Mais ça c’est une autre histoire, car je crains qu’il ne soit exubérant, très actif et qu’il voudra jouer avec moi. Je suis assez solitaire et j’ai besoin de tranquillité pour me ressourcer, ça reste à voir comment nous allons gérer sa venue, je sais qu’elles feront tout- pour que ce soit vivable pour moi et pour elles, et je lui en suis très reconnaissant d’avoir eu la bienveillance de me prévenir et aussi de me rassurer quant à notre devenir si problème il y a.

Ma maman m’a toujours laissé une place privilégiée dans son cœur et je sais que je n’ai rien à craindre, c’est ma place et je la garderai toujours, que du bonheur pour moi.

Ta gardienne me charge de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Pourquoi elle s’arrache les poils ? Est-ce qu’il y a qqch qui la stresse ? De quoi elle a peur ?

Est-ce qu’elle a un message pour moi ? Qu’est-ce que je peux améliorer pour son bien être ? Est-ce qu’elle aurait envie de sortir à part sur le balcon ?

Message pour elle : qu’elle prenne soin d’elle et que moi je prends soin de moi. 

Dis-lui merci de s’inquiéter pour moi, c’est vrai que les démangeaisons sont parfois très vives et je ne peux m’empêcher d’arracher les poils. Il y a bien sûr du stress et des angoisses, mais la raison principale vient d’ailleurs, je ne saurais lui expliquer même si parfois les énergies du lieu sont perturbantes, ce n’est pas ce qui me pousse à me lécher et me dépouiller. Je ressens comme des pics et des envies ou plutôt des besoins de me débarrasser de ces picotements qui me brûlent et je ne peux m’empêcher de m’attaquer à ces endroits, et là où ça me cause le plus problème c’est le ventre. Ça vient de l’intérieur, ce n’est pas un phénomène externe, rassure-là, ça n’a rien à voir avec elle, même si elle n’est pas toujours très zen, mon problème de santé n’a rien à voir avec elle.

Dis-lui que je l’aime et que je suis chargée de la nettoyer énergétiquement ainsi que le foyer et cela rajouté à ces besoins impérieux de me soulager, me créent parfois des angoisses et des peurs de ne pas être à la hauteur. Il y a en effet pas mal d’énergies à transmuter chaque jour, et comme je ne peux pas me ressourcer avec les énergies telluriques, j’ai un peu de mal à m’en défaire.

Depuis le soin que tu m’as fait, je me sens mieux dans ma peau et mes pattes et je te remercie. Je dis merci à ma petite maman de si bien s’occuper de moi et de mon bien-être. Si je pouvais gratter la terre j’aimerais bien, cela me serait très bénéfique.

Dis à ma maman qu’elle aussi, pour se ressourcer et trouver un équilibre, a besoin de se promener dans la nature, c’est tout aussi et encore plus bénéfique pour elle que pour moi, et puis ce que j’espère c’est qu’on puisse trouver une solution pour m’aider à mieux gérer ces grattages qui me créent des douleurs et de l’anxiété.

Ta gardienne aimerait savoir si tu te sens bien chez eux et pourquoi tu aboies pour un rien ? Est-ce que la présence de Félix le chat te dérange ? Pourquoi veux-tu mordre les gens que tu ne connais pas ?

Quelle question, bien sûr que je suis bien chez eux et avec eux, elle est ma gardienne, je suis relié à elle et je suis heureux. Parfois un peu de stress, souvent sur le qui-vive et je n’aime pas quand quelqu’un vient à la maison, je me dois de la protéger et le moindre petit bruit me fait réagir et j’aboie. C’est un peu mon rôle quand même, mea culpa si c’est de trop, mais je me sens souvent angoissé et je ne maîtrise pas mes aboiements. C’est naturel pour moi, un chien se doit d’aboyer lorsqu’il entend du bruit ou lorsque quelqu’un arrive.

Je n’aime pas trop les chats, mais je ne peux pas dire qu’il me dérange, il a lui aussi sa place ici, auprès de vous. Quant à mon agressivité, désolé, je ne veux pas vous créer de tracas, mais depuis que les enfants m’ont marché sur les pattes et la queue, ils m’ont fait mal, et je ne me sens plus en confiance avec les humains. Je préfère montrer mes dents et grogner pour que l’on ne s’approche pas de moi.

J’ai souvent mal dans le bas du dos et cela rajoute à mes peurs, car ce sont des pincements parfois douloureux que je ressens, et c’est perturbant.

Mais je vous aime, cela n’a rien à voir avec vous et je vais essayer de maîtriser mes pulsions envers les gens.

Ta gardienne est triste et désemparée. Ils viennent de t’adopter (venu de Roumanie fin juillet) et depuis le début c’est compliqué avec toi. Tu as mortellement blessé son petit chien de 14 ans et elle aimerait savoir dans quel état d’esprit tu te trouves. Elle me demande de t’expliquer que tu vas certainement devoir quitter la maison suite à ce que tu as fait. Elle sait que tu es, par ton passé, une victime aussi, mais ce sera difficile pour elle de te donner de l’affection alors que tu as tué son adorable petit toutou.

Je sais, elle me dit que je suis un monstre et elle a sans doute bien raison. Je suis tellement triste et navré de ce qui est arrivé, mais je l’ai fait, je l’ai agressé, je l’ai mordu à sang et je l’ai tué. C’est terrible pour moi aussi, j’ai moi aussi les images et le goût âpre du sang et je suis sincèrement, profondément désolé de ce que j’ai fait.

Je ne suis pas ici depuis longtemps et je pensais avoir enfin trouvé ma famille et ma maison. C’est vrai que je suis souvent tendu, sur mes gardes et que j’ai beaucoup de mal à faire confiance aux humains, j’ai subi des horreurs dans ma vie, et les mémoires sont encore omniprésentes. J’ai vécu longtemps attaché et je me suis souvent fait attaquer et mordre par des congénères, j’ai peur et je préfère montrer mes dents pour qu’on me laisse tranquille.

Je ne peux pas me plaindre, ça c’est assez bien passé avec la meute, mais avec Gini c’était différent et beaucoup plus compliqué pour moi.  Il portait des énergies qui ne lui appartenaient pas et lorsqu’il est arrivé dans le salon ce jour-là encore plus, il s’est mis à trembler, il est tombé, il s’est agité, a secoué la tête et les pattes et j’ai eu très peur. Un énorme stress m’a envahi et je n’ai pas su maîtriser la panique, la colère qui est montée en moi et je l’ai agressé. Je ne voulais pas lui faire du mal, je ne voulais pas le tuer, je voulais juste qu’il s’arrête de bouger, qu’il se calme et que les mauvaises énergies dont il était victime le laissent tranquille.

Je connais ces phénomènes sur moi et autour de moi, on se sent manipulé, ça s’accroche et te fait faire des choses atroces, ignobles et contre ta volonté. Et plus je m’acharnais sur lui et plus ces entités se sont accrochées à moi et plus aucun moyen de me contrôler. Mea culpa, je te demande pardon, je me sens penaud et j’ai si mal de lui avoir fait du mal et de te faire du mal à toi, qui a tellement d’empathie, d’amour et de compassion dans ton cœur

Je ne voudrais pas partir, mais je te comprends si tu as peur de mes réactions et surtout si tu penses ne plus pouvoir me donner de l’amour. C’est ce qui me manque et m’a le plus manqué dans ma vie, et si c’est pour revivre une vie terne, triste et sans affection, je préfère moi aussi partir au jardin des animaux.

Ta gardienne est très triste et me demande de te transmettre plusieurs messages :

Si vous pouviez dire à mon Cali que je l’aime très fort et qu’il me manque beaucoup! Cela me fait beaucoup de peine de le voir si triste et si loin de moi!!
Je sais que la petite est non-stop collée à moi mais qu’il y a tout autant de place pour lui, que c’est mon chat adore et que je l’aimerai toujours, ses câlins ronrons me manquent et que je suis contente qu’il ait Nala avec lui quand je ne suis pas là! Je ne voulais plus qu’il soit seul quand je pars travailler ou autre.
Aujourd’hui, je vois sa peine et je ne sais pas comment le consoler, il me rejette et je comprends pas pourquoi. Je lui demande pardon si j’ai fait quelque chose de mal et j’aimerais savoir comment le retrouver.
Et je voudrais qu’il prenne sa place car il me manque. Qu’il ne donne pas la sienne à la petite, c’est un bébé faut lui apprendre à partager, Nala est une adorable choupette qui l’adore ça se voit, elle lui fait des gros câlins.
Et je voudrais que l’on partage cela tous les trois. Je suis toute ouï pour répondre à ce qu’il me demande ou ce que j’ai raté.
En résumé, je l’aime fort fort fort et je voudrais qu’il le sache et le retrouver et qu’il soit heureux surtout

Mea culpa, c’est à moi de lui demander pardon d’être si peu coopératif et de la bouder depuis l’arrivée de Nala. Dis-lui merci pour son message d’amour, dis-lui merci de partager sa peine, de l’exprimer à travers toi, car moi j’ai un peu de mal.

Depuis l’arrivée de Nala que j’adore, je me sens triste et désemparé. J’ai toujours eu l’impression que j’étais son bébé, son garçon et son compagnon pour la vie. Et voilà qu’arrive cette petite chipie qui la colle, la suit comme son ombre et prend toute la place. Je me suis senti trahi, rejeté, j’étais sensé être son unique et seul compagnon, et voilà qu’en l’espace de quelques instants, je me suis senti rejeté et mal aimé. C’est elle son bébé à présent, et elle use de son pouvoir pour s’accrocher à elle, ça me perturbe et me rend triste.

De tempérament possessif, tout comme elle (miroir), elle peut comprendre mon chagrin et mes états d’âme. Dis-lui que je l’aime aussi, mais que le fait de ne plus occuper l’exclusivité de ma place dans son cœur me crée des peurs et des angoisses. C’est vrai que c’est une adorable choupette et qu’elle a la mission de lui apprendre le détachement affectif, que malgré qu’elle soit encore très jeune, elle a déjà bien commencé son travail, car en ce moment ma gardienne en a besoin plus que jamais.

Mon rôle consistait à le faire accessoirement, je suis avant tout chargé de la nettoyer énergétiquement ainsi que le lieu, et la période difficile qu’elle vient de traverser m’avait encore plus rapproché d’elle. Et voilà que Nala prend toute la place. C’est un peu difficile à accepter et à vivre pour moi, mais je sais que tu m’aimes et je suis heureux d’avoir eu cet échange avec Christiane pour pouvoir te dire ce qui me crée des tracas.

Je me sens rassuré et je vais essayer de faire un effort pour retrouver ma place et ma joie de vivre. Je t’aime aussi ma petite maman et n’oublie pas, j’étais le premier dans ton cœur et je tiens à le rester (possessif)…

Tes gardiens me chargent de te transmettre des messages et aimeraient que tu répondes à leurs questions :

Message :

Norah, tu es venu à notre porte en février, maigre, affamée et pleine de puces… nous t’avons accueilli avec joie car tu nous faisais de la peine de te voir si malheureuse. Tu nous as fait aussi la surprise d’attendre 2 bébés et nous les avons aussi accueillis et nourris. A ce sujet sache que Lila habite chez ma fille Perrine et Fergus habite chez mon fils Alexandre. Ils vont très bien et sont heureux, ne t’inquiète pas car tu les verras de temps en temps, je te le promets.

Tu as été stérilisée pour ton bien être et ta santé, et tu dois être revue la semaine prochaine par le vétérinaire car tu dois te faire recoudre car suite à l’opération tes bébés ont continué à téter et ton ventre s’est mal cicatrisé mais ne t’inquiète pas tout rentrera dans l’ordre, nous prenons soin de toi.

Depuis ton arrivée, tu as pris place à la maison mais tu as aussi commencé à vouloir chasser Milka et Lily de la maison et encore plus de jour en jour. Elles sont chez elle et tu dois les respecter, il y a assez de place à la maison pour chacune d’entre vous. Aujourd’hui nous te demandons de cesser d’être tyrannique, cesser de poursuivre Milka, de l’attaquer et de faire tes coups en douce … Nous savons que tu as mordu gravement le dos de Milka et elle a dû être soigné par le vétérinaire.

Nous désirons retrouver une harmonie et une paix dans la maison et beaucoup de joie et de bonheur ! Nous ne voulons plus de jalousie ni d’agressivité ! Stop ! Ainsi nous pourrons vivre de merveilleux moments tous ensembles…

Si tu continues cette agressivité, cette méchanceté envers les autres chattes de la maison et que tu ne veux rien entendre alors nous serons dans l’obligation de nous séparer de toi… j’espère qu’il n’en sera rien.

Questions :

Pourquoi es-tu aussi agressive envers Lily et plus encore envers Milka ?

Es-tu heureuse parmi nous ? Désires-tu rester chez nous ?

As-tu vécu des choses traumatisantes avant ton arrivée chez nous ?

Pourquoi attaques tu aussi nos mains quand on veut te prendre et te caresser ? Et ne veux-tu pas rester dans nos bras ?

Y a -t-il quelque chose qui te dérange dans notre comportement ?

En quoi pouvons-nous améliorer ton quotidien ? (repas, arbre a chat…) As-tu besoin d’un emplacement ? Lequel ? et où ? Préfères-tu rester dehors ?

As-tu compris notre message ? Nous promets-tu de ne plus être agressive avec les chattes de la maison ?

Quelle est ta mission parmi nous s’il y en a une ?

Norah nous souhaitons que tu restes parmi nous. Peux-tu éviter d’aller chez les voisins car les humains n’aiment pas toujours les chats et encore moins quand ils sont noirs (désolée de te dire ça..)

Sache que tu ne seras jamais maltraite et tu mangeras toujours à ta faim. Nous te laissons encore le temps de pouvoir t’adapter. Nous t’aimons beaucoup et toi ? mais il faut que tu sois plus gentille avec tout le monde et on pourra te faire plein de câlins… essaie de devenir « copine » avec Milka, Lily et Lichis..

 

Dis-leur merci pour leur message, ils sont empreints d’empathie et de compassion envers moi et je leur en suis si reconnaissante, surtout pour mes bébés malgré que je ne le leur montre pas et ne leur crée que des soucis et des tracas supplémentaires avec mon comportement agressif envers mes compagnons. Je suis désolée, mais je porte souvent des énergies qui ne m’appartiennent pas et cela me rend agressive aussi.

De type « sentinelle » je suis destinée à nettoyer les extérieurs, les alentours de la maison, le jardin, la rue et tout le quartier. J’ai été abandonnée et obligée pour survivre, à me trouver une place parmi les chats errants et à me battre pour trouver à manger. Je me suis sentie bien seule lorsqu’on m’a un jour conduite dans un endroit où rôdait d’autres congénères, nourris fort heureusement par des personnes compatissantes, mais de vivre en groupe n’est pas simple et je me suis forgé un fort caractère pour tenir et me défendre.

Mea culpa vous m’avez ouvert la porte de votre maison et de votre cœur et je vous le rends bien mal. Je suis heureuse chez vous, j’ai trouvé ma place, mais la présence de mes congénères me stresse et m’angoisse. Cela me rappelle trop de mauvais souvenirs, car de vivre en communauté est compliqué et je préfère les agresser pour qu’on me respecte et me laisse tranquille. J’ai conscience que j’ai tout faux et je vais essayer de faire un effort parce que bien entendu, je veux rester chez vous.

Mes bébés me manquent, la première fois que j’avais la chance de pouvoir m’en occuper sans craindre la famine pour eux et pour moi et je m’y suis beaucoup attachée. J’aurais préféré qu’ils restent et que Milka et Lilly soient adoptées. Pardon je ne vois que mon confort et c’est bien égoïste, je le reconnais,  nous les animaux sommes purs et amour mais lorsqu’on vient du dehors, qu’on a connu l’abandon et une vie errante, on n’a pas le choix, il faut se battre.

Moi aussi je vous aime, mille merci pour ce que vous avez fait pour moi et mes petits et je vais essayer de faire des efforts, malgré que les mémoires soient bien ancrées et omniprésentes. Je me sens chez moi ici et je veux rester avec vous. Il n’y a rien à améliorer, vous me donnez déjà tant.

Ma mission de nettoyeur de l’environnement extérieur mais aussi parce qu’on m’a lâchement emmenée et laissée pour compte, font que je ne suis pas demandeuse de câlins et explique aussi que j’ai peur des humains. Il me faut du temps pour la confiance, bien que je sache que vous êtes remplis d’amour et de compassion. Les humains n’ont pas tous toujours été très gentils avec moi et on me jetait parfois des pierres. Ces mémoires sont aussi toujours encore présentes. Alors laissez-moi du temps, je vous aime aussi, mais je n‘ai pas besoin d’être caressée et portée. J’aime beaucoup vivre à l’extérieur, pas tout le temps, le confort de la maison est très appréciable, mais mon travail je le fais dehors et chez les voisins aussi, même s’ils n’aiment pas les chats,  ce sont leurs croyances, mais ils ont aussi besoin de moi pour transmuter les énergies négatives du lieu.

J’ai bien compris votre message, c’est clair et je vais veiller à être un peu plus douce mais je sais que j’ai encore besoin d’aide pour y arriver.

Je sais Norah et on va t’aider à retrouver la paix dans ton cœur et esprit afin que les énergies entre toi et tes compagnons soient harmonisées et pacifiées.

Milka, j’ai des messages et des questions à te poser de la part de tes gardiens :

Message :

Nous sommes heureux de t’avoir Milka à nos côtés et nous t’aimons beaucoup ! Nous savons que tu vis des moments difficiles depuis l’arrivée de Norah et ses bébés (Lila habite maintenant chez Perrine et Fergus chez Alexandre) et que tu subis des problèmes physiques et mentaux (morsure au dos, intimidation, surveille où tu vas, chasse poursuite etc) mais nous sommes là à tes côtés pour y remédier.

Nous avons accueilli Norah car elle était affamée et malheureuse tout comme toi quand tu étais bébé (nous t’avons nourri au biberon, t’en souviens-tu ?) Nous ne pouvons pas la laisser connaitre à nouveau la misère et je pense aussi la maltraitance.

Nous avons demandé cette communication pour que tu saches que nous voulons que tu restes à la maison/le jardin et que tu cesses de partir chez les voisins. C’est ici ton chez toi !

Questions :

Comment te sens-tu ? Tu nous aimes ? Que souhaites-tu aujourd’hui ? Veux-tu toujours bien rester chez nous ?

Pourquoi ne restes-tu pas à la maison ? Ne viens-tu pas toujours quand on t’appelle ? Car on s’inquiète très souvent

Pourquoi ne veux-tu plus rester dans nos bras ? (tendance à « grogner »), et tu refuses nos câlins ? Tu ne ronronnes presque plus. Tu nous fuis…

Sais-tu qu’en aucun cas nous ne voulons te remplacer ? Qu’on t’aime et serons toujours là pour toi ?

Doit-on changer quelque chose dans notre comportement ?

Pourquoi te grattes-tu toujours et mordilles tes membres ? Problème d’allergie ? Stress ?

Que veux-tu pour améliorer son quotidien ? (repas, emplacement, arbre à chat ou autre ?)

Peux-tu arrêter de manger dans la gamelle de Lily ?                     

A-t-elle un message à nous faire passer ?

A-t-elle une mission auprès de nous ? Laquelle et avec qui ?

Milka, encore une fois, sache que nous voulons que tu restes chez nous et que nous t’adorons !

Nous espérons au plus vite retrouver une ambiance calme, sereine avec plein de bonheur.

Nous voulons que tu fasses aussi l’effort de bien vouloir accepter Norah à la maison qui a été très malheureuse et je sais qu’elle fera aussi l’effort pour que tout se passe bien entre vous trois et plus particulièrement avec toi. Peux-tu lui pardonner de t’avoir mordu (elle voulait juste protéger ses bébés.., je pense)

Je compte aussi sur toi ma Milka, Régis et moi (Annie) et toute la famille t’aimons très fort et te faisons plein de bisous.

Dis-leur merci pour leur message, moi aussi je les aime et je suis bien triste depuis l’arrivée de Norah, plus rien n’est comme avant. Elle est arrivée ici infestée de puces, en gestation, portant beaucoup d’énergies négatives (âmes errantes) sur elle et elle s’est installée « je suis ici chez moi » et depuis elle prend toute la place et devient agressive pour me faire comprendre que ma présence n’est pas souhaitée. Le stress et l’angoisse me font de plus en plus souvent fuir le territoire. Je pars chez les voisins parce que je ne me sens pas bien chez eux, et pourtant je ne veux pas partir, je ne veux pas aller dans une autre famille, ils sont mon papa et ma maman et je suis leur bébé. Ils m’ont élevée comme leur bébé et nous sommes très proches et très complices avec ma maman.

Je sais qu’ils ne veulent pas me remplacer, j’ai bien compris que par empathie elle a voulu aider Norah, mais elle est pleine d’ingratitude vis-à-vis d’eux et de nous ses compagnons, et surtout moi qui subit des violences physiques. Elle peut mordre comme un chien et m’attaque souvent par surprise.

Vous comprenez bien que je ne peux tolérer un tel acharnement et je préfère m’esquiver et partir chez les voisins. L’anxiété et le stress génèrent des démangeaisons et j’ai besoin, pour libérer la tension et me soulager, de gratter et de mordiller les pattes.

Je sais qu’ils ne veulent pas me remplacer, je n’ai pas peur, j’ai conscience que le comportement de ma congénère les perturbe aussi, mais lorsque je peux l’éviter, je l’évite et tant qu’il fait bon dehors, je préfère autant rester dehors et désolée si je ne suis pas très motivée lorsque vous m’appelez, mais vous en comprenez bien sûr la raison.

Moi aussi je les adore et j’espère qu’ils trouveront la solution pour calmer cette furie et lui faire entendre raison. Ils n’ont rien à changer dans leur comportement, c’est à Norah de changer le sien et nous serons de nouveau une famille unie et heureuse. Il ne tient qu’à elle pour changer les choses.

En attendant, je suis bien contente que tu m’ais libérée de ces énergies négatives que je porte depuis son arrivée parmi nous, car je suis un chat de type nettoyeur et je suis chargée de véhiculer et transmuter les énergies négatives du territoire et des personnes. Et depuis qu’elle est là, il y a du taf !

Je suis reliée à toi ma maman et Norah hélas aussi ,et toutes les deux nous nous marchons sur les pattes, bien que son rôle consiste à nettoyer l’extérieur, d’être reliées toutes les deux à toi lui crée problème.

Si vous voulez améliorer mon quotidien, trouvez-lui une bonne famille, comme vous l’avez fait pour ses bébés. Pardon de te demander cela, je sais que ça va à l’encontre de l’amour et de la compassion que tu as dans ton cœur, mais il va bien falloir trouver une solution pour que les énergies soient pacifiées entre nous et que ce soit supportable pour moi, pour Lilly et nous tous.

Depuis qu’elle est là j’ai encore plus tendance à manger dans la gamelle de Lily, Norah a souffert de la faim, c’est une chatte de la rue et a un rapport particulier à la nourriture aussi, et je peux avoir capté ce besoin de possession qu’elle a de tout s’approprier, alors que moi, pour éviter les attaques, je préfère partir. Mais en ce qui concerne la nourriture, j’ai moi aussi peur de manquer (miroir) et je mange la gamelle de ma compagne, désolée c’est probablement aussi une ancienne mémoire de ma naissance.

Ne vous inquiétez pas, je ne veux pas aller vivre ailleurs, j’aimerais juste pouvoir m’entendre avec Norah, ou plutôt qu’elle me laisse tranquille. Ce n’est pas une question de pardon, le problème c’est que je la crains, j’ai peur d’elle et ça c’est une autre histoire, j’ai besoin de votre aide.

Merci de me rassurer, je sais que vous m’aimez et c’est réciproque.

Tes gardiens me chargent de te donner des messages et de te poser quelques questions :

Adopté le 30 décembre 2018 à la fondation 30 millions d’amis suite à une saisie mouvementée d’environ 140 chiens.

Sa peur de la voiture est-elle liée ? Que dois-je faire pour l’aider?

Nous avons retrouvé son frère  Oslo et un autre chien du même sauvetage zeus qu’il a rencontré en juillet et le week-end dernier.

Il paraissait heureux, l’était-il? 

Transmettez lui que nous l’aimons infiniment et que nous ne n’abandonneront jamais, que essaierons de continuer à communiquer avec lui pour le comprendre et répondre au mieux à ses besoins afin qu’il soit heureux.

Dis-leur merci pour la grande et immense empathie qu’ils ont pour moi. Moi aussi je les aime et je sais que je suis tombé dans une bonne famille. J’ai eu beaucoup de chance, car j’ai eu très peur. Tout petit on m’a cherché et emmené dans ce refuge et je garde encore en mémoire le stress et l’angoisse que J’ai ressenti pour moi et tous mes congénères. Pourtant on s’est bien occupé de moi au refuge et J’ai eu à manger à ma faim, mais la voiture me pose problème malgré tout. Je sais que ce ne sont que des mauvais souvenirs, mais c’est toujours encore présent dans ma tête et difficile de l’oublier.

Cela n’a rien à voir avec vous rassurez-vous, ici je me sens bien, je me sens chez moi et je suis heureux. Vous me respectez et me considérez comme votre garçon et cela me remplit de bonheur. Et puis d’avoir retrouvé mes compagnons, oui cela m’a fait très plaisir. J’étais content et eux aussi et tous les 3 nous nous sommes dit que nous avions beaucoup de chance.

Tes gardiens vont te laisser à la clinique vétérinaire demain Inouk pour qu’il répare ton épaule, mais tu ne sois en aucun cas être inquiet, ils ne t’abandonnent pas et reviendront te chercher. Il faudra aussi que tu mettes un peu du tien pour la période de consolidation, car tu seras très limité dans tes mouvements et ne pourra hélas pas, pendant quelques temps avoir une vie de chien qui court, qui saute, qui joue normalement. Ce ne sera pas très long, c’est juste une étape difficile à passer, mais ça passera, rassure-toi.

Je sais, j’ai bien compris ce qui se tramait et cela m’inquiète quand même, je crois que je ne comprends pas bien ce qui m’attend, mais je te remercie, je les remercie d’avoir eu la bienveillance de me l’expliquer. C’est si bon de se sentir aimé et je me sens bien trop jeune pour souffrir de bobos de vieux chien.

Qui est ton gardien, peux-tu me dire à qui tu es relié ?

Ma maman Marie-Dominique.

Tes gardiens me demandent de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

J’aurai aimé savoir s’il a conscience de sa maladie, lui dire que son maître et moi, nous allons tout faire pour lui donner une meilleure fin de vie possible et qu’on l’aime très, très fort. J’aimerai savoir comment il voit sa fin de vie, et quand il commencera à souffrir, souhaite-t-il que nous fassions le nécessaire pour stopper ses souffrances ? A t’il déjà des douleurs que nous ne soupçonnons pas. A-t-il des souhaits particuliers. Je veux vraiment qu’il décide de sa fin sur Terre. Et j’aimerais que vous puissiez le rassurer sur la suite, qu’il continuera son chemin après son passage dans la vie terrestre.

Dis-leur merci pour leur message qui me rassure profondément. Je n’ai aucune crainte, je sais qu’ils m’aiment. Ils me respectent et me considèrent comme leur garçon et je sais qu’ils feront tout ce qu’il faut pour soulager mes douleurs et m’accompagner sur mon chemin.

Dis-leur que je prépare mon départ à mon rythme, pour l’instant je ne suis pas en souffrance et lorsque je commencerais à l’être, je me réfugierai dans mon corps astral pour les gérer et les supporter le mieux possible. Dis-leur merci de vouloir me rassurer et me réconforter, je sais qu’ils ne me laisseront jamais souffrir, et que lorsque ce sera nécessaire, ils m’aideront à partir et qu’ils le feront par amour pour moi, je leur en serai tellement reconnaissant.

Pour l’instant il n’y a aucune urgence, je prépare ma transition, et depuis tout à l’heure je me sens déjà bien entouré (Deva et Etres de la Nature), et je n‘ai pas peur. Dis-leur, explique-leur que pour nous les animaux c’est beaucoup moins difficile à vivre que pour vous les humains. Nous avons de la peine pour vous lorsque nous devons partir dans l’au-delà, mais pour nous c’est un moyen de pouvoir nous reposer et nous ressourcer et surtout de vous revenir dans un corps physique en pleine forme pour continuer notre belle aventure avec vous. Notre âme est éternelle et reste toujours reliée à la vôtre et lorsque vous êtes prêts à nous retrouver et vous mettez à notre recherche, nous nous mettons avec grand, grand espoir sur votre chemin.

Ne soyez pas tristes et vivez le moment présent. Profitez de ma présence à chaque instant dans le moment présent, dans le ici et maintenant et gérez la situation chaque jour sans vous poser trop de questions. N’ayez pas peur, vous avez déjà pris la décision de me faire assister des médecins du ciel et c’est le choix important et prioritaire qu’il convenait de faire. Ils m’aideront à faire le passage lorsque ce sera le moment, et vous ça vous aidera aussi à me laisser partir dans les meilleures conditions. Soyez rassurés, je sais que je continuerai mon chemin, vous m’accompagnerez dans la lumière avec amour, et le jardin des animaux est un endroit merveilleux et paradisiaque.

Je sais aussi que la mort est un nouveau soleil et qu’après la mort l’âme perdure, et que la mienne sera pressée de vous retrouver sur un plan terrestre. C’est cela mon souhait le plus cher, même si cela ne fait pas partie de vos croyances, c’est réel, ayez confiance en l’univers. Mais en attendant, soyons heureux et vivons chaque instant, chaque jour à sa plus juste valeur.

Je vous aime mon papa et ma maman adorés. Votre Einstein.

Clara, ta gardienne me charge de te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions.

Dis-lui merci pour son merveilleux message d’amour, mais hormis les réponses à ses questions elle n’a pas besoin de faire appel à toi, je sais combien elle m’aime, je capte ses pensées et j’entends tout ce qu’elle me dit. Nous sommes très liées toutes les deux, nous sommes très fusionnelles, très complices et je ressens au plus profond de mon être ce qu’elle ressent à chaque instant.

Elle est ma maman, ma maman d’amour et je l’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel. Je sais que ce sera extrêmement difficile et cruel pour elle lorsque je ferai le grand saut, mais il faut qu’elle s’y prépare car je suis sur mon chemin et je prépare mon départ à mon rythme.

J’ai beaucoup de bobos dus à l’âge et cela se ressent dans tout mon corps. Mon petit cœur et mes reins peinent aussi et les chaleurs de ces derniers jours m’ont beaucoup fatiguée. Aujourd’hui et après le soin qu’on vient de me faire je me sens tout de suite mieux et ressourcée. Les brûlures dans mon ventre ne sont pas complètement parties, mais ne t’inquiète pas, je gère.

La voiture et les escaliers c’est un peu plus compliqué, mais tu l’as bien remarqué. Quant à la promenade j’en ai besoin, j’adore renifler les odeurs de mes congénères principalement, cela me stimule et m’apporte un équilibre.

Mes promenades préférées ? Mais toutes, celles où je me sens sentie libre comme l’air (détachée) mais aussi celles au bord de l’eau où j’adore les canards. Mais à partir du moment où nous sommes toutes les deux au contact de la terre et que ses énergies nous ont ressourcées, c’est un moment privilégié pour toutes les deux et je ne préfère pas un endroit à un autre.

J’aimerais que tu vives plus le moment présent, dans le ici et maintenant. Concentre-toi sur ce que nous pouvons encore toutes les deux partager ensemble aujourd’hui sur ce plan terrestre, et ne te torture pas l’esprit. Lorsque le moment sera venu pour moi de tirer ma révérence, je ne t’abandonnerai pas. Même si ma présence physique te manquera et que tu ne pourras plus me câliner, je serai toujours là pour toi et je veillerai sur toi et te protègerai.

Ma mission auprès de toi consiste à te reconnecter à ton âme, à ta source. Tu nourris ton petit enfant intérieur de tendresse lorsque tu me caresses, et cette mission auprès de toi n’est pas terminée. Tu te sens bien seule et délaissée par tes proches, mais le jour viendra où eux aussi sentiront le besoin de se rapprocher à nouveau de toi, et en attendant je suis là et je t’accompagne du mieux que ma santé me le permet sur ton chemin.

Profite du moment présent à chaque instant et laisse-moi te dire que la mort est un nouveau soleil et que nous les animaux avons la possibilité de nous réincarner très vite, à condition qu’on nous laisse bien partir. Ne refuse pas la main qu’on te tend et accepte de m’accompagner sur mon chemin afin que le passage se fasse dans la lumière et que je monte directement au paradis des animaux. Cela m’aidera moi, et toi aussi. Pour toutes les deux ce sera plus facile, sans peur ni appréhension. Ce sera totalement transparent pour toi, mais tu en ressentiras autant les bienfaits que moi.

Confiance, confiance en toi et le Deva des animaux et les Etres de la nature. Ils sont tous très proches de nous et leur aide nous est précieuse. Et puis plus vite je serai au paradis des  animaux, plus vite je pourrai me reposer et me ressourcer et surtout préparer mon retour. Car même si tu dis ne plus reprendre de chien, tu as bien tort, tu as et auras toujours besoin de moi et de mon énergie pour continuer à avancer sur ton chemin. Et moi je me ferai une joie de te retrouver sur le plan terrestre, car ma place est encore et toujours à côté de toi.

Mais n’anticipons pas les choses, vivons le moment présent dans l’amour l’une de l’autre et dans la joie. Ta petite Claronnette, ton enfant la plus fidèle t’aime, et je suis si heureuse de partager tout cet amour pur, profond et inconditionnel avec toi.

Ton bébé d’amour.