Betty, ta gardienne me charge de te demander si tu es heureuse et si tu attends quelqu’un le soir ?

Oui la jeune femme qui venait la voir et me laisser sortir un peu.

Et tu aimerais que ta gardienne te laisse sortir ?

Oui j’aimerais bien aller sur le balcon.

Et peux-tu me dire pourquoi tu la réveilles à 3h du matin en miaulant ?

J’avais l’habitude de manger et après la nuit se passait à peu près bien pour ma gardienne. Les nuits étaient anxiogènes et elle avait beaucoup de mal à dormir. Le stress, les peurs, les angoisses étaient omni présentes et après 3h elle trouvait un peu la paix et la nuit se terminait correctement.

Regrettes-tu ton ancienne gardienne ?

Un peu bien sûr, mais elle est partie et je sais qu’elle ne reviendra jamais, je suis très contente d’avoir trouvé une nouvelle maman. J’ai de la chance, et lorsque les mémoires seront moins présentes je lui montrerai ma gratitude.

Je suis un chat de type nettoyeur, ma précédente maman en avait constamment besoin, à cause du traitement de sa lourde pathologie elle portait beaucoup d’énergies qui ne lui appartenaient pas. Les câlins, ce n’est pas trop mon truc ou du moins pas encore, mais je suis heureuse d’être là. Dis-lui qu’il me faut juste du temps pour oublier ce passé qui est encore tout récent, et pour trouver ma place chez elle et avec elle.

Ta gardienne Lila me demande de te transmettre des messages et aimerait aussi te poser une question :

Ce que je souhaite lui dire c’est qu’elle est en sécurité avec nous et qu’aucun mal ne lui sera fait, qu’elle sera toujours protégée et qu’elle fait partie de notre famille.

Mon mari Yann est triste et très contrarié de ne pas pouvoir l’approcher pour la caresser. Il souhaite partager des choses avec elle et pouvoir en être proche. Elle ne doit plus craindre les hommes.

Merci de lui dire que je l’aime infiniment, qu’elle est un cadeau dans cette vie et que je la remercie pour tout ce qu’elle m’apporte, je la remercie de m’avoir accordé sa confiance. Son regard doux et aimant, sa douceur, sa gentillesse, son élégance, son intelligence, sa fidélité tout est cadeau …

Mon plus grand bonheur est de la voir courir libre et heureuse et la voir s’épanouir jour après jours, mois après mois…

Si elle pouvait éviter de courir après les chats quand nous nous promenons et qu’elle est en liberté ce serait merveilleux car j’ai toujours la crainte qu’elle  fasse du mal à un pauvre chat qui serait sur notre route.

 Question : si elle aimerait avoir une compagne lévrier ? 

Et si oui alors lui dire qu’elle doit d’abord faire confiance à Yann et tisser une relation avec lui afin qu’il soit d’accord pour adopter un congénère…

 Dis-lui merci pour son message si doux et empreint d’amour. J’ai e la chance, beaucoup de chance de l’avoir trouvée, d’avoir trouvé une famille si  aimante et généreuse, jamais de la vie je ne pouvais espérer une telle existence. Depuis mon arrivée chez eux ma vie a changé et je crois rêver.

Je suis libre, plus attachée et prostrée dans ma cage. Lorsqu’elle me laisse courir dans les prés je peux me dépenser, et ne suis pas juste limitée à faire mes besoins. C’est merveilleux, un réel plaisir. Dis-lui que je suis heureuse et que je l’aime, jamais je ne savais ce que d’aimer un humain pouvait signifier, maintenant je le sais.

Même dans l’amour inconditionnel je ne pouvais aimer mon gardien, je n’étais qu’un objet devant lui servir, et je n’ai jamais connu un seul moment où il me respectait au moins un tant soit peu. Il était méchant et j’ai connu et subi des maltraitances, l’homme, le maître de la maison me fait peur.

Mea culpa je sais que mon nouveau gardien est un homme bon et qu’il ne me fera jamais de mal, mais les mémoires sont encore très présentes. Rien que d’entendre le pas masculin, ou la voix, me donne des frissons et envie de fuir ou de me cacher. J’ai peur de la main qui pourrait me faire du mal, des coups de pieds aussi et tous ces souvenirs sont encore omniprésents.

Pardonnez-moi, ce n’est pas de l’ingratitude de ma part, ce sont des peurs qui sont encore très ancrées dans ma tête et le moindre petit stimulus me crée un stress énorme. Il me faut de l’aide, je suis si heureuse ici, il me faut juste un peu de temps. Hélas tout ne s’efface pas d’un coup de   baguette magique, bien qu’ici j’ai l’impression d’avoir trouvé une fée, ma fée et je te suis si reconnaissante pour les câlins et la tendresse que tu me donnes.

J’aimerais avoir un compagnon de jeu, et je pense que ce serait plus lui qui pourrait m’aider à retrouver confiance en l’homme, en mon gardien. J’aimerais pouvoir les observer, les voir jouer ensemble et partager des moments de tendresse. Cela me donnerait envie de participer et d’oublier mes grosses angoisses lorsqu’il s’approche trop près de moi. Je veux y arriver, il me faut juste un peu de temps, désolée ce n’est pas si simple pour moi.

Quant aux chats c’est naturel pour moi de les courser, c’est une réaction impulsive, je ne réfléchis pas, je ne maîtrise pas, je fonce, pardon ce sont mes instincts primaires qui dominent et j’en suis navrée. J’ai beaucoup de choses à apprendre et en tout premier la confiance, et ce n’est pas gagné. Je le sais malgré les grands moments de bonheur que je vis depuis que je suis chez vous.

Ma vie commence aujourd’hui et grâce à vous. Merci, mille mercis.

Ta gardienne me dit que tu miaules pour qu’elle te laisse sortir ou rentrer alors que tu peux utiliser la chatière. Aussi quand elle entrouvre la fenêtre du salon pour te laisser sortir, quelques secondes après tu te mets devant celle de la cuisine pour qu’elle te laisse entrer. Qu’est-ce que tu veux ? On dirait que tu es perdue et que tu ne sais pas ce que tu veux ?

Je suis désolée que mes demandes la dérangent autant, je me rends bien compte que ça l’énerve et qu’elle a beaucoup moins de patience avec moi. Mea culpa ce n’est pas pour la contrarier, mais c’est bien mieux lorsque tu m’ouvres, je commence sérieusement à avoir des bobos dus à l’âge et c’est plus confortable de sortir par la fenêtre que de passer par la chatière. Je le fais lorsque je n’ai pas le choix, mais j’aime autant l’éviter quand je le peux.

Et puis c’est vrai je me sens parfois un peu perdue, envie de sortir et de rentrer, je ne sais pas toujours ce que je veux, c’est aussi l’hiver et je m’ennuie un peu. Je ressens parfois des nausées et me purger avec de l’herbe me fait du bien. Et puis j’ai besoin de prendre un bol d’air, je sens une oppression dans la poitrine et ça me fait tousser.

Tu sais je ne suis plus si jeune, et j’ai besoin que tu me dises que tu m’aimes et que tu es heureuse que je sois là, d’avoir un peu plus de temps pour gérer mon état d’être, ce ne sont pas des caprices, je rentre dans un âge où les habitudes changent et je me sens souvent désorientée aussi.

Je t’aime et je n’aime pas lorsque tu me rouspète.

Tes gardiens vont repartir un mois dans le sud de la France avec la chienne, et ta maman aimerait savoir ce que tu préfères, partir avec eux dans un endroit beaucoup plus exigüe qu’ici ou bien rester seule dans l’appartement où la dame que tu connais bien viendra tous les jours passer un long moment avec toi ?

Ici c’est chez moi et je m’y sens très bien. Je me demande tout juste pourquoi eux ils ont tout le temps la bougeotte, pourquoi eux ils ont tout le temps besoin de partir alors qu’on se sent bien ici. C’est mon territoire, je le nettoie énergétiquement et je veille que le lieu soit le plus zen possible.

Pour eux de vivre à Paris, s’ils ne peuvent sortir et se promener à leur guise, c’est compliqué Mistinguette, alors que dans le sud ils peuvent profiter de l’extérieur. Tu peux le comprendre et c’est important pour Rosa aussi. Dis-moi ce que tu choisis, as-tu envie de les accompagner ?

Bien sûr que j’aimerais partir avec eux, bien sûr que je n‘aime pas rester trop longtemps sans eux, mais en même temps rien que la route me crée des angoisses et du stress et j’ai peur de ne pas me sentir à l’aise là-bas. Ici je suis sur mon territoire et j’ai besoin de me sentir en sécurité. A mon âge il faut vivre dans un endroit où l’on se sente bien et en harmonie. Je m’adapterai à la situation quoiqu’ils décident.

Dis-leur merci de s’inquiéter pour moi et de me demander mon avis, mais sans réfléchir, oui je voudrais partir avec eux, mais rien qu’à l’idée de penser à la cage, non, non je veux rester ici. C’est confortable et c’est douillet, et si la dame continue de venir fidèlement s’occuper de moi, je suis sans doute mieux ici. Pour eux ce sera plus rassurant aussi, je pense bien.

Dis à ma maman que je l’aime et dis-lui aussi de ne pas rester trop longtemps, ils vont tout de même tous me manquer. C’est drôle, la dernière fois je voulais partir avec eux et je ne comprenais pas pourquoi ils ne m’emmenaient pas, et maintenant que j’ai le choix je choisis de les attendre, mais en même temps le trajet est long et la cage me crée beaucoup d’anxiété.

Comment te sens-tu Weepu ?

Patraque, fatigué, envie de rien.

As-tu des douleurs ?

La tête très lourde et le ventre aussi. Je me sens bizarre, un peu oppressé dans la poitrine et j’ai juste besoin qu’on me laisse tranquille.

As-tu compris le message de ton gardien et sais-tu pourquoi vous vous vous trouvez dans les cartons ?

Oui bien sûr et je n’ai pas trop envie de partir. Je suis un chat de type nettoyeur et je m’occupe des énergies du lieu, c’est mon territoire et j’aime à le rendre le plus zen possible. Je me sens bien ici alors pourquoi aller ailleurs voir si l’herbe est plus verte ? Mais elle peut l’être partout, il suffit d’y veiller et de tout mettre en œuvre pour y arriver.

Partir, oui c’est bien, et en même temps c’est perturbant, une période d’adaptation sera fortement nécessaire, je me sens le maître des lieux ici, et même si après j’ai accès à l’extérieur, le changement est radical et significatif pour moi. Et d’ailleurs pour lui aussi, même si c’est une priorité pour son travail et continuer d’avancer sur son chemin. Il faudra un peu de temps pour être sur les rails. Nous vivons plutôt une période de repli sur soi et lui il va de l’avant. Chapeau, ce projet est sur le point d’aboutir, prions le ciel pour nous ouvrir la route, et tant pis pour le stress que ce voyage et ce déménagement va nous générer.

Parfois il faut oser et lâcher prise et les choses se mettent toutes seules en place. Dis-lui que je l’aime et que j’espère retrouver très vite ma forme.

Peux-tu me dire comment tu te sens Tiki ?

Petite forme, envie de rien, grosse fatigue, besoin de me reposer.

As-tu des douleurs ? As-tu mal quelque part ?

Des spasmes dans le ventre, rien de bien précis, et le nez un peu encombré, rien de bien méchant je pense. Faut que je me repose et tout ira mieux. Je n’aime pas aller chez le vétérinaire et je n’aime pas prendre les médicaments.

Ton gardien me demande si tu as bien compris que vous alliez partir loin, dans un autre pays et que dans votre nouvelle maison vous pourrez sortir dans le jardin ?

J’ai bien compris qu’on allait partir, cela me crée du stress et des angoisses, beaucoup de stress et d’angoisses,  je suis attaché à mon territoire et de vais devoir m’habituer à un nouveau lieu, et en plus le voyage sera long et cela me, nous crée des grosses peurs, des frayeurs à tous les deux.

Mais c’est son choix et je suis heureux de savoir qu’il l’assume et a le courage de mener son projet à exécution. Dis-lui que je l’aime et que je souhaite partir avec lui et l’accompagner dans sa nouvelle vie. Il aura besoin de moi et de Weepu aussi, car la vie n’est pas un long fleuve tranquille en cette période difficile pour vous les  humains. Chaque individu préfère jouer profil bas en ce moment et mon papa sort de sa zone de confort pour aller de l’avant. En espérant que le départ sera possible le jour X, cela l’inquiète un peu et c’est légitime.

Dis-lui que je l’aime et qu’il me tarde de retrouver mon entrain, et la paix et l’harmonie pour lui et pour nous.

Tes gardiens t’aiment très fort et aimeraient savoir pourquoi tu fais les pipis en dehors de la litière ?

Parfois je ressens des brûlures très vives et je ne peux m’empêcher de faire des petits pipis à l’endroit où je me trouve.

Comme en ce moment ?

Oui

Et les autres fois il se passe quoi ?

Dans l’ensemble la vessie me pose problème, soit je ressens des brûlures ou des spasmes, soit je me sens tellement stressée, angoissée que ça me fait du bien de leur montrer que je ne vais pas bien.

Sais-tu pourquoi tu ne vas pas bien ? Tu es aimée et câlinée.

Oui mais j’ai peur de l’abandon, ma maman est partie (fille), elle ne m’a pas emmenée alors que c’est à elle que je suis et je resterai toujours reliée. Elle revient, je la voie encore mais je me sens triste et j’ai peur, j’ai peur qu’un jour on me dise « tu n’es pas propre, tu ne fais pas dans la litière » et qu’on me mette à la rue.

C’est ce qui est arrivé à ton frère, parce que toi tu l’as chassé ?

Oui je sais ce n’est pas bien, mais elle était très attachée à lui et j’ai eu tellement peur que pour elle  il compte encore plus que moi, j’ai déjà perdu ma maman, je ne veux pas être la cinquième roue du carrosse, j’ai moi aussi besoin de me sentir aimée et en sécurité. Ma gardienne me manque et je me sens bien seule depuis son départ. Les peurs sont omniprésentes. Lorsque je me trouve dans un état de stress extrême les contrariétés me rendent agressive et je fais des pipis à côté de la litière.

Mea culpa je suis navrée pour les tracas que je vous occasionne, pardon pour mon ingratitude alors que vous me gardez et me dites que vous m’aimez. Moi aussi je vous aime mais je me sens très seule sans ma maman.

Tes gardiens aimeraient te poser quelques questions et te transmettre un message :

IL a avalé deux grosses chaussettes polaire et nous attendons le verdict des vétérinaires… car elles ne sont pas ressorties … 

Nous aimerions savoir pourquoi tu as fait cela ? 

As-tu un message pour nous ?

Pouvons-nous t’aider à éviter cela? 

Tu me semble perturbé en ce moment ? 

Nous t’aimons énormément  et nous faisons notre maximum pour toi, nous ne t’abandonnons pas nous revenons te chercher ne t’en fait pas.. 

Je sais que vous m’aimez et moi aussi je vous aime plus que tout. Pardon pour les bêtises que je fais, je suis désolé, je ne m’attendais pas à avoir autant mal au ventre avec des nausées, et ces chaussettes qui ne passent pas. Purée, quelle galère, impossible de les digérer alors que j’étais tellement attiré et que j’avais tellement envie de les avaler. Je ne sais pas ce qui m’a pris, ce n’est pas pour vous contrarier et vous créer des tracas. Non, une grande pulsion et le plaisir de les ingurgiter. J’aime jouer avec les chaussettes, j’aime les attraper et les prendre dans ma gueule pour les cacher, et là le besoin irrésistible de les avaler, mea culpa.

Que mal m’en prenne, je me sens assez fébrile ces derniers temps, je ressens beaucoup d’énergies autour de moi, bonnes et moins bonnes, et pour me défouler j’aurais besoin de plus de stimuli, de plus d’exercice. Vous avez votre travail et n’êtes pas toujours disponibles non plus, je le sais bien et je suis navré de vous occasionner des soucis et de vous faire faire des dépenses inconsidérées.

Merci de m’aider, merci de me faire soigner, je vous aime vous êtes ma maman, et mon papa et je sais que je me dois d’être un peu plus zen et moins demandeur d’attentions et d’activités. Je sais que vous m’aimez et vous me considérez comme votre enfant, votre petit garçon, et j’en profite bien pour vous solliciter sans cesse.

En pleine croissance je me sens en pleine forme et j’ai besoin de bouger. Je vole les chaussettes par espièglerie aussi, et comme un sale gosse je ne trouve pas mieux que de les mettre en bouche et les avaler. J’espère que ça me servira de leçon, car dans l’action je ne contrôle et ne maîtrise absolument plus rien. Je suis encore un jeune chien et j’ai besoin de me défouler, pardon pour les tracas et les peurs que je vous inflige. Je vous aime.

Tes gardiens me chargent de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

– Qu’il soit moins violent quand il joue avec Tomo, car il est beaucoup plus gros qu’elle et il ne doit pas se rendre compte de sa force et de son poids quand il lui saute dessus et qu’il lui donne des grands coups de pattes dans le dos. À cause de ça Tomo a dû voir 3 fois l’osthéo. Du coup nous sommes toujours à l’affut, dès qu’il lui saute dessus nous arrivons et nous les séparons en lui criant après d’arrêter. Je pense qu’il doit être frustré qu’on l’empêche de « jouer » avec elle, et je ne voudrais pas que ça crée à force un problème entre eux et qu’il n’ose plus l’approcher. Nous avons pourtant essayé des techniques pour qu’il se défoule sur d’autres choses mais rien n’y fait. J’aimerais qu’il comprenne que ce n’est pas contre lui, qu’il ne se sente pas mal aimé face à Tomo, nous les aimons tous les 2 plus que tout, mais c’est pour le bien de sa petite sœur, tant qu’elle est encore petite et fragile. Et nous sommes encore plus après lui cette semaine depuis que Tomo s’est blessée à la patte.

– Qu’il arrête de manger tout et n’importe quoi. Comme je vous avais dit, il a déjà mangé une anse de sac plastique, un lacet en cuir de 15cm, 2 casques audio d’iPhone, et 2 élastiques à cheveux. Pratiquement à chaque fois c’était des objets longs et fins. Pour l’instant nous avons eu la chance de lui faire expulser tout ça de façon naturelle sans qu’il y ait d’occlusion, mais maintenant nous avons un peu peur et devons sans cesse faire attention à ne rien laisser trainer. Sans parler du fait qu’il mange tout ce qui peux trainer par terre, une touffe de poil ou de poussière, du sel, etc…

– Est-il possible de soigner son problème de gingivite ? Il fait aussi parfois du bruit avec son nez quand il inspire, ce qui selon le vétérinaire pourrait avoir un lien avec la gingivite et l’inflammation. Néanmoins il ne sait ce qui provoque cette gingivite, au départ il pensait que c’était du à la pousse des dents mais cela fait plus d’un mois qu’il a fait ses dents, maintenant il pencherait plus vers un petit Coryza ou autre.

– Dernière petite chose. Il ne supporte pas que les portes soient fermées et qu’il soit enfermé, en particulier dans sa caisse de transport. Quand il est dans sa caisse de transport il miaule et halète, sans doute de stress.

Mais Kuma est un chat adorable, d’une gentillesse incroyable, tel que l’étais Sushi.

Aie, aie, oui je me rends bien compte que je suis parfois un peu brutal, mais ce n’est pas pour lui faire mal, c’est ma manière d’être, je ne suis encore qu’un bébé et je voudrais pouvoir le rester encore très longtemps, car quand même, de voir comment la petite princesse se fait bichonner fait envie d’être aussi précieux qu’elle et fait ressortir de la frustration en soi qui t’amène à avoir des réactions encore plus vives vis-à-vis d’elle. Ce n’est pas pour lui faire du mal, au contraire je l’aime, mais son petit côté fragile, à toucher avec délicatesse me fait penser à un bébé en porcelaine et m’exaspère parfois un peu. Elle a du caractère et me tient souvent tête, à elle de prouver qu’elle en est vraiment capable, et aussi physiquement.

Même si je suis un chat très gentil, il y a parfois de quoi être exaspéré lorsque nous jouons ensemble, et surtout lorsque notre maman et papa sont là, elle sait qu’ils la protègent et elle me nargue au point où je n’arrive plus à contrôler mes pulsions. D’ailleurs de personnalité vive et enjouée, j’ai de tout le temps du mal à me contrôler, mea culpa.

Quelle idée que Soba soit revenue dans une chatte aussi délicate. J’ai besoin de bouger, d’avoir de l’activité et j’ai très envie de jouer avec elle et de tester ses limites. C’est normal dans une fratrie humaine ou animale. Il y en a toujours un qui est dominant et c’est moi, du moins pour l’instant à cause de ma corpulence, désolé je ne fais pas exprès, c’est normal.

Je sais qu’ils m’aiment et je vais, pour leur faire plaisir, car moi je les aime tous les 3 aussi, essayer d’être un peu plus doux et d’aborder cette petite princesse avec des pattes de velours.

Je sais que je ne dois pas manger  n’importe quoi, mais je ne peux y résister, je me sens attiré, c’est un réel appel de l’estomac et je ne sais comment faire pour ne pas le faire. Cela me crée du stress d’y résister tout comme m’enfermer me crée des crises de panique. J’ai besoin de me sentir libre, de me sauver si le besoin s’en fait ressentir et d’avoir toujours cette sécurité d’avoir une situation de repli, même si ce n’est pas nécessaire. Ca apaise mon anxiété.

Je vous aime tous les deux et suis vraiment navré, alors que je suis adorable au fond, d’avoir des phobies qui vous créent des tracas et qui font peur à Tomo. Ce n’est pas volontaire croyez moi-même  c’est automatique et impossible de faire autrement.

Ta gardienne est très inquiète pour ta santé Chips, elle aimerait savoir comment tu te sens, es-tu en souffrance ? Peux-tu lui répondre ?

Je sais qu’elle est très inquiète pour moi, je sais que mon état la plonge dans une grande détresse et qu’elle est plus en souffrance que moi. Dis-lui que je l’aime et malgré que je vive souvent dans mon monde, je ne ressens pas de fortes douleurs. J’ai des tensions, surtout dans la tête avec parfois des nausées et des envies de vomir, mais je gère mon état sans difficultés, je navigue entre le corps physique et le corps astral. Cela me rend les choses beaucoup plus supportables, et lorsque je reviens dans mon corps physique j’ai faim, j’ai envie de manger et de jouer.

Dis-lui de ne pas trop se torturer l’esprit, dis-lui de ne pas pleurer, je n’aime pas lorsqu’elle est triste et malheureuse, cela me fait de la peine. Je l’ai toujours entourée et accompagnée dans des périodes de sa vie où elle était en joie, mais aussi dans des périodes plus tristes où il a fallu apprendre à accepter l’échec et à vivre autrement.

Ma mission consistait à l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur afin de lui permettre de trouver force, courage et confiance en elle pour s’aider à s’affirmer dans la vie de tous les jours, et prendre un virage à angle doit lorsque cela s’est avéré nécessaire, car c’est mieux de vivre seule que mal accompagnée.

Je n’ai pas terminé mon travail, elle a encore besoin de moi pour continuer à avancer sur son chemin, et lorsque je ferai le grand saut, je lui reviendrai dès qu’elle sera prête à me retrouver. Dis-lui que je suis sur mon chemin et je que prépare mon départ, je sais qu’elle m’aidera à partir lorsque ce sera devenu trop difficile et douloureux pour moi, mais à aujourd’hui il n’y a pas d’urgence. Lorsque je suis dans mon monde et que je lui semble désorientée, je le suis mais sans souffrance, c’est tout simplement un état d’être. Je prépare mon départ et elle doit s’y préparer aussi et ne pas être triste car ce passage nous permettra de nous retrouver, je lui reviendrai dans un corps physique en bonne santé et en pleine forme. De le savoir doit au contraire la remplir de joie pour me laisser partir sereinement lorsque le moment sera venu.

Dis-lui merci, depuis ce matin je me sens déjà bien entourée (Deva, Etres de la nature) et je n’ai pas peur. Je sais qu’on m’accompagnera vers la lumière et cela me rend très heureuse pour moi et pour toi. Le deuil sera plus facile à vivre pour toi, et moi je pourrai, dès que je serai arrivée là-haut, me reposer, me ressourcer et préparer mon retour. Mon âme est reliée à la tienne et le restera toujours, ne l’oublie pas, car nous nous retrouverons, ce sera juste un petit passage obligé, mais nécessaire pour continuer notre chemin ensemble. Je t’aime.

Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Comment vas-tu ?

Est-ce que tu te sens en sécurité avec moi ?

Qu’est-ce qui a changé depuis mes chutes ?

Est-ce que tu as mal quelque part ?

Je voudrais qu’il sache que malgré mes craintes, mes peurs de la chute, je ne le laisserai pas tomber, que j’ai fait des démarches pour appréhender mes craintes de la chute.

Je voudrais qu’il se sente bien …

Dis-lui merci pour son message, je sais malgré la situation, malgré ses appréhensions de me monter que je peux lui faire confiance. Elle m’a permis de retrouver une vie normale et équilibrée, je m’étais tout de même senti rejeté et abandonné et ce n’était pas gagné. Avec elle, grâce à sa compassion et son empathie, j’ai réussi à continuer mon chemin et je suis bien heureux de l’accompagner sur le sien.

Depuis cet accident, elle a peur et elle ressent une grande détresse lorsqu’elle me monte. Cela traverse depuis son esprit tout son corps et c’est très anxiogène et angoissant pour elle et pour moi aussi. Et c’est là que ça devient compliqué, car à ces moments je ne nous sens plus en sécurité tous les deux.

Explique-lui que j’ai besoin de sentir lorsqu’elle me monte, lorsqu’elle s’assoie sur mon dos, que nous ne sommes qu’un, que nous ne faisons qu’un. Nos chakras doivent être reliés à 100 % et s’ils ne le sont pas, il y a un problème, je ne suis pas bien et elle encore moins. Je ressens parfois une petite douleur, un petit pincement dans le bas du dos au niveau des lombaires, mais ce n’est pas très important et ce n’est pas cela qui me perturbe. Ce qui est frustrant, c’est ce manque de coopération qu’il existe entre nous depuis ces chutes. C’est bien de faire un travail sur elle, elle a grand besoin de se reconnecter à son petit enfant intérieur, parce que ces peurs sont bien profondes et ancrées depuis bien longtemps en elle, et cela a réveillé des choses du passé qu’il est important de pouvoir régler et s’en débarrasser définitivement maintenant.

Dis-lui que je l’aime et qu’elle doit se faire confiance et de nous faire confiance, que lorsque nous sommes ensemble, elle doit profiter de l’instant présent, dans le ici et le maintenant, et ne pas penser au passé, ce qui est arrivé, ni ce qui pourrait arriver. Elle doit se concentrer sur notre promenade et oublier, faire abstraction de toutes les autres pensées. Pour cela des exercices de respiration, de méditation peuvent l’aider, et puis surtout se donner les moyens d’oser exprimer ses peines, de les laisser sortir afin d’en faire table rase.

On ne vit pas dans le passé et on ne vit pas avec le passé. Les projets nous permettent d’avoir de belles visions positives, mais ce qui est prioritaire c’est de vivre chaque chose en son temps et encore une fois dans le moment présent. C’est un grand travail qu’elle a à faire sur elle, mais elle va y arriver, et si elle a besoin d’une aide extérieure, dis-lui que tu peux lui recommander quelqu’un de bien. Elle s’est tournée vers toi et ce n’est pas un hasard non plus.

C’est le moment pour elle de sortir de sa zone de confort et d’aller de l’avant. Dis-lui que j’ai une grande confiance en elle, même si la situation réveille aussi en moi des mémoires que j’avais bien enfouies au fond de mon être, mais qui sont toujours aussi présentes, et que je sais que l’aide qu’elle m’apporte aujourd’hui grâce à cet échange et ces soins vont me faire beaucoup de bien. Je te remercie et je te dis merci aussi.

Dis-lui que lorsqu’elle ira bien, lorsqu’elle se sentira en paix et en harmonie avec elle, je me sentirai bien aussi.