La connexion avec ALFIE s’est faite au paradis des animaux. Il était assis et s’amusait à regarder les oiseaux, les papillons, les libellules virevolter dans tous les sens. Sa tête se tournait à droite, à gauche et il semblait émoustillé par toute cette farandole de toutes les couleurs. C’était tellement rapide que les couleurs des sujets : jaunes, blancs, bleus, rouges se mélangeaient et se joignaient comme une complémentarité aux magnifiques rayons de l’arc en ciel.

Le voyant très occupé à s’amuser, je me suis approchée de lui tout doucement, et juste avant que je n’arrive à sa hauteur, il a tourné la tête vers moi pour me dire :

Approche, tu ne me déranges pas, j’ai tout le temps ici pour savourer et admirer le ballet de toutes ces créatures et je prends beaucoup de plaisir. Mais ce ne sont pas les seuls, si tu avances encore un peu tu pourras apercevoir aussi les anges blancs, dorés et oranges, eux aussi se mélangent à ces couleurs multicolores et ici ne règnent que paix et harmonie.

Tout est amour et chacun se respecte, plus envie de les chasser ou les attraper, ici toutes les énergies sont harmonisées et pacifiées, chacun vit à son rythme pour se reposer et se ressourcer.

Je lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

A notre cher Alfie,

On ne connaissait pas ton âge, un jour au début de l’été 2005, un de nos chats avait disparu , peinée Vinciane est allée à la SPA pour prendre un chaton, il n’y en avait pas , alors elle a fait le tour et elle t’a vu dans une cage avec d’autres chats. Tu ressemblais beaucoup au chat qui a disparu. Tu étais presque blanc avec quelques taches tigrées. Alors, elle a décidé de te prendre. Je pense que tu avais déjà, toi-même, ébauché cette idée, et peut-être rêvé d’avoir une famille, d’être aimé. Tu étais très craintif. On nous avait dit que tu as été trouvé au bord d’une route, presque mourant. A la SPA, ils t’ont soigné ne donnant pas cher pour ta vie, tellement tu étais mal en point. Mais, ils ne se doutaient pas qu’ils étaient en présence d’une force de la nature. Tu as guéri et tu étais en attente d’une famille adoptante. C’est peut-être nous que tu attendais, c’est aussi pour nous que tu t’es accroché à la vie. 

Une fois à la maison, tu as tout de suite pris tes marques. Je pense que cela te plaisait, une grande maison, un grand jardin, un pré derrière. Il y avait nos deux vieilles chattes Sunny et Moïnoï. Moïnoï était une chatte sauvage qui était solitaire. Tu es devenu le chef, le gardien de la maison. Tous les chats te respectaient et préféraient passer leur chemin plutôt que devoir t’aborder.

Puis est arrivé le chaton blanc et noir Mimou de la ferme de Mr Porché en 2005. Tu t’en es occupé comme une maman. En 2006, il y a eu les petits blanc et noir de la ferme, Miki et Boubi. Miki s’est tout de suite fait écraser par une voiture. Toute la tête broyée, je me souviens encore quand je l’ai ramené à la maison. Je l’ai porté à la cave et tous les chats étaient descendus pour voir ce qui s’était passé. Car bien sûr vous reveniez tous de chez Madame Schneider sans faire attention aux voitures, et Miki n’avait pas eu le temps de traverser. C’était un moment douloureux, surtout que Boubi essayait de réveiller son frère mais il était bien mort. Très choqué, Boubi est allé sous un meuble pendant des jours tellement il  a été affecté de la mort de son frère. En 2007, c’est Boubi qui s’est fait écraser au même endroit que Miki. Puis un chaton tigré est arrivé de la SPA, Itsi Bitsi, tu l’as aussi pris sous ton aile pour l’éduquer. Ensuite est arrivé, la même année Rouki qui était déjà grand et qui a été abandonné à l’écurie chez Gilles où se trouvaient nos juments. Il était très affamé. On l’a nourri et il est entré dans la voiture pour venir avec nous. Il nous avait adoptés. Et toi aussi tu l’as bien accepté.

Ensuite est arrivée la Chétie, écaille de tortue en 2008.

Sunny est morte en 2007 d’un cancer des mamelles.La caniche Nisie en 2010. Moïnoï en 2012, elle saignait souvent du nez, devait avoir une maladie grave, elle était très vieille, aussi une force de la nature.

En 2012, est arrivé Tommy de la ferme de Mr Porché, chat errant qui était désespéré parce que personne ne le voulait et il était condamné à errer dans le froid sans nourriture. Prises de pitié, nous l’avons ramené à la maison et je sais que tu l’éduquais aussi en lui montrant qu’il fallait faire pipi dans les bacs. Lui aussi est mort du Sida en janvier 2016. On a plus revu Itsi Bitsi depuis le 8 août 2015. Nous pensons qu’il lui est arrivé aussi quelque chose de fâcheux.

Ensuite il y a eu Orange, chat roux qui était très malade, il venait de Baccarat et nous avait choisis pour avoir une famille aimante avant de mourir. Vous les chats n’avez pas été très gentils avec Orange, combien de fois vous l’avez éjecté de la maison. j’ai dû mettre de l’ordre parmi vous pour que vous l’acceptiez. La petite Chissie qui n’a pas vécu longtemps, elle s’est coincée dans la fenêtre de la buanderie en 2016. Vous étiez tous tristes. Et Orange nous a quitté le 8 novembre 2016. Puis Rouki en janvier 2017 , de la leucose.

Et toi, mon pauvre Alfie, ta vie a été jalonnée par ces douleurs intestinales qu’on ne pouvait soigner juste atténuer avec des piqûres. En janvier 2019, on a dû te couper les oreilles à cause des tumeurs que tu grattais et faisais saigner. Quand je t’ai ramené de la clinique, cela allait bien. Et tout d’un coup, tu t’es mis à maigrir. Il n’y avait plus que les os et les poils. C’était très rapide. Tu t’affaiblissais. Cela n’allait pas fort. Avec l’aide de Christiane, médium, tu t’étais un peu remis à manger et buvais surtout du lait. J’avais l’impression que tes problèmes intestinaux commençaient à s’arranger. Mais le reste n’a pas suivi. Bientôt, tu n’arrivais plus à marcher. Le lundi 11 février 2019, nous avions RV à la clinique, le vétérinaire voulait t’euthanasier, ta vie ne tenait plus qu’à un fil suite à une embolie pulmonaire. J’ai refusé parce que je pensais que tu voulais mourir parmi les tiens et tant que tu ne souffrais pas cela te faisait du bien d’être encore avec nous, encore un petit moment, encore quelques instants.  Le soir du 11, notre Onyx nous a quittés, buté par une voiture. Je te l’avais annoncé. Et Toi, tu as encore eu quelques jours à vivre en famille et vendredi le 18 tu t’es éteint à 20h40. Nous t’avons veillé toute la journée, Honoria était restée près de toi et te léchait. J’ai vu que tu avais peur, mais je t’ai tenu et caressé. Je t’ai parlé dis que tout allait bien se passer, que l’on était avec toi, qu’on ne te laissait pas, que tu ne devais pas avoir peur parce qu’on était là avec toi. Et tu as rendu ton dernier souffle. Tout est devenu silencieux, il ne nous restait que le chagrin pour compagnie. On t’avait perdu, toi qui a vécu le plus longtemps avec nous presque 15 ans , ce n’est pas rien. Le lendemain, Honoria allait regarder le berceau dans lequel tu t’étais endormi et aussi les endroits où tu aiamais dormir dans la cave. La Pauvre, comme nous, elle est triste. Deux chats perdus en une semaine. Une semaine maléfique.

Dis-lui tout d’abord que je l’aime, qu’elle est ma maman, j’étais son garçon mais aussi son compagnon, le patriarche de la famille et que j’ai vécu une vie merveilleuse auprès d’eux, malgré mes problèmes de santé récurrents. J’étais là pour elle, pour l’aider à avancer sur son chemin, mais aussi en tant que chef de famille, je me devais de m’occuper de l’éducation et du bien-être de toute la fratrie. Je l’ai fait avec amour parce que c’était mon rôle, c’était ma mission auprès de toi et de toute la famille.

Je sais combien mon départ et celui d’Onyx la même semaine ont été difficiles pour vous, mais soyez rassurés, nous vous reviendrons tous les deux. Nous sommes ensembles et si je suis parti si rapidement c’est parce que je le voyais et que je sentais sa grande détresse, j’avais peur, oui j’avais très peur de ne pouvoir l’aider et l’accueillir de l’autre côté pour le guider en toute confiance jusqu’au jardin des animaux.

Je me devais de remplir mon rôle auprès de chacun de vous et ce pauvre petit avait vraiment besoin de moi de l’autre côté. Je me suis dépêché de partir, le Créateur a entendu ma demande et le Deva des animaux, toi et les Etres de la nature étaient tous là pour m’accompagner et traverser le pont des fleurs.

Merci pour ton amour, merci d’avoir fait appel à Christiane qui a fait le nécessaire pour m’aider le mieux possible dans ma transition. Ne t’inquiète pas, j’étais bien entouré et je ne souffrais pas trop, c’était supportable même si je me sentais très faible et de plus en plus diminué. Tu as fait ce qu’il fallait faire pour que je puisse partir à mon rythme et sans le départ brutal d’Onyx, j’aurais encore pu tenir un peu.

Mais tu le sais, tu l’as dit toi-même, j’étais le chef et je ne pouvais m’empêcher d’être là et d’accompagner le petit dans ce merveilleux lieu où il fait si bon vivre tout en préparant son retour.

Mon âme aspire à te revenir lorsque tu te sentiras prête. Mets-toi à me recherche et je me mettrai sur ton chemin, nos âmes sont reliées et j’étais déjà avec vous, oui j’étais déjà celui que vous cherchiez à remplacer lorsque vous m’avez adopté. Pour nous les animaux, le retour peut-être très rapide et il se fait souvent des transferts d’âme, cela nous donne l’avantage de vous retrouver très vite. Je me suis tout de suite senti chez moi à ma place, même si les problèmes de santé avec lesquels je suis revenu m’ont rendu cette existence terrestre un peu difficile.

Cela ne m’a pas empêché d’être le plus chéri et heureux des chats, je me suis battu pour garder cette place très longtemps. J’adorais lorsque tu me disais que j’étais très beau, que j’avais les plus beaux yeux du monde, et je reviendrai avec la même âme et le même regard, les mêmes yeux, tu sauras me reconnaître tout de suite.

A bientôt ma compagne, ma douce et tendre maman que j’adore et merci à toi, merci à ma grande sœur pour toute la compassion et l’empathie que vous portez au règne animal. Sans vous, il manquerait cette merveilleuse maison aux portes toujours ouvertes aux animaux.

Je vous aime !