width=J’ai eu la grande tristesse de rencontrer Apy sur un chemin de terre très sec, la terre étant tellement sèche qu’elle craquelait et Apy était assis là, le regard triste, morne, il avait l’air d’être abandonné et semblait avoir peu d’espoir de pouvoir accéder à une vie meilleure. Lorsque je lui ai expliqué que Noémie souhaitait lui donner un message et lui poser 2 questions, il m’a répondu :

Tu ne peux pas savoir combien cette demande me rend heureuse, car je sais que notre échange l’aidera à faire enfin son travail de deuil et que moi tu vas certainement m’aider à partir. Aider mon âme à passer le pont des fleurs, me libérer enfin après plus de deux ans.

C’est juste Apy, je t’aiderai et t’accompagnerai un petit bout de chemin pour partir au jardin des animaux, mais voici d’abord son message :

Avons-nous su te rendre heureux et épanoui à nos côtés ?

Pourquoi m’avoir lancé ton dernier regard à moi, Nohémie ?

J’aimerai que tu saches que malgré ces deux ans et demi sans toi, la douleur ne s’estompe pas. J’ai grandi avec toi et eu la chance de t’avoir comme meilleur compagnon toute mon enfance. Tu nous manque énormément, à tous. Personne ne t’oublie et j’espère que tu le sais. Tu étais un chien exemplaire avec beaucoup d’amour à revendre. J’espère qu’on a su te rendre heureux, c’est tout ce que tu méritais. J’espère que tu vas mieux où tu es. 

J’ai toujours eu la sensation que tu étais parti trop tôt à cause de moi, que si 2 semaines auparavant on n’avait pas joué tous les deux et que tu ne t’étais pas blessé à la patte, ça t’aurais demandé moins d’efforts pour ta guérison. Je m’en veux, je me sens tellement coupable.

Tu as été et tu seras toujours le chien de ma vie, je te le promets. Merci pour toutes ces belles années et ces beaux moments. Tu m’as marqué à tout jamais. Je t’aime infiniment, vraiment, je t’aime tellement. Tu nous manque à tous énormément. 

Repose en paix mon bonhomme. 

Son message d’amour mais aussi de regrets et surtout empreint d’une grande culpabilité me donne envie de pleurer.

Il s’est mis à pleurer, c’était très triste de le voir dans cet état et j’ai pleuré avec lui. Malgré ces multiples connexions, malgré tout le bonheur et la joie que j’ai pu ressentir en aidant un animal et son gardien, la douleur et la souffrance de ces derniers m’affectent toujours énormément. Après quelques instants, Apy m’a regardée et m’a dit :

Je suis désolé de te causer de la peine, tu es venue nous aider et voilà que je te fais pleurer aussi. Mais c’est sa souffrance, son chagrin, sa culpabilité et ses tourments qui me font rester.

C’était elle ma gardienne, c’était auprès d’elle que j’avais une mission, celle de la protéger, de l’aider à grandir et de passer en toute quiétude son adolescence. Je l’aime et j’ai été très heureux dans leur famille. Je me suis tantôt senti être son petit frère et tantôt son petit garçon. Elle était parfois ma maman et moi j’étais parfois son papa. La protéger contre toute agression extérieure, lui donner de l’amour, me faire câliner et chérir et en même temps chérir son petit enfant intérieur.

J’ai bien rempli ma mission, mais celle-ci n’est pas terminée et mon dernier regard voulait lui dire « Ne t’inquiètes pas, ce n’est pas ta faute si mon corps n’a pas eu la force de combattre ma maladie, ce n’est pas de ta faute si je me suis blessé à la patte, j’étais sur mon chemin et j’avais commencé à préparer mon départ. Mais voilà, ta souffrance, ta culpabilité m’empêchent de partir et tant que je suis dans ton entourage, je te pompe ton énergie et je t’empêche de faire ton deuil.

Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le pont des fleurs et le paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer. Ici sur le plan physique je me sens léger, plus aucune douleur, mais pour pouvoir te revenir et remplir une nouvelle mission, celle de t’aider à avancer d’un pas serein et avec beaucoup de confiance dans ta vie de jeune adulte, je dois faire un passage au jardin des animaux. J’aspire à le rejoindre très vite, cela fait trop longtemps que j’attends ici et sans ce passage, il m’est impossible de revenir. Je t’ai marqué mais ce n’est pas terminé, nous avons encore de belles aventure à vivre ensemble et lorsque tu seras prête à m’accueillir de nouveau, je saurai me mettre sur ton chemin.

Je t’aime et espère très vite avoir la joie et le bonheur de me serrer contre toi et monter sur tes genoux. La vie est trop belle auprès de toi et toute la famille ma manque.

Je me chargerai Apy de lui transmettre ton message, es-tu prêt maintenant à faire le passage.

Oui je le suis et t’en suis très reconnaissant  pour moi mais aussi pour elle. Tu es une gentille fée et je ne t’oublierai jamais.

Puis toutes les deux nous avons emprunté ce chemin aride et tortueux qui s’est très vite transformé en un magnifique chemin de lumière avec des fleurs et des herbes de toutes les couleurs. Lorsque je me suis arrêtée, il m’a encore une fois remerciée et s’est empressé de continuer sa route jusqu’à se noyer dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Apy, ton âme a enfin trouvé la paix et tu peux à présent te reposer, te ressourcer et peut-être bientôt préparer ton retour.