La rencontre avec Babou s’est faite sur un chemin de terre sec et aride, quelques touffes d’herbes par ci par là, un endroit vraiment bien triste, aucune fleur, aucune petite brise d’air, aucun souffle, seule Babou était là, assise sur son arrière train avec le regard vide. Elle semblait figée, comme plantée au milieu de nulle part et j’ai pris beaucoup de précautions pour m’en approcher doucement. Je craignais de lui faire peur, j’avançais à pas de loup.

Lorsque je suis arrivée près d’elle, elle m’a sentie et a tourné la tête vers moi, son regard perdu exprimait beaucoup de tristesse et rien que de me voir, elle changeait déjà l’expression de ses yeux. Je pouvais aussitôt y lire une petite lueur d’espoir.

Je me suis arrêtée, me suis présentée et lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui transmettre des messages et lui poser des questions. Elle s’est tout de suite levée et est venue à côté de moi. Cette fois-ci ses yeux étaient vifs et pétillants et avant même que je lui lise le contenu de ma missive, elle m’a dit :

Que je suis contente de te voir, que je suis soulagée qu’elle t’envoie à moi, que je suis rassurée de pouvoir lui dire combien je l’aime et de pouvoir te donner des messages pour elle.

Dis-lui que je l’aime d’un amour inconditionnel et que j’ai eu une vie de princesse auprès d’elle. Dis-lui de ne pas culpabiliser, elle a fait le bon choix en prenant la décision de m’aider à partir et que je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi, pour soulager mes douleurs qui lui étaient devenues insupportables. Elle a fait ce qu’il fallait faire pour moi, mais ses doutes, son chagrin, leur grande souffrance et surtout sa culpabilité me retiennent ici et m’empêchent de rejoindre le jardin des animaux.

Dis-lui que je ne souffre plus, que je me sens très légère dans mon corps, mais qu’ici ce n’est plus ma place.

Je l’ai rassurée, lui ai lu les messages, et lui ai dit qu’après notre échange je l’accompagnerai un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs :

Nous aimerions savoir si elle nous en veut d’avoir dû en arriver là. Est-ce qu’elle savait en partant qu’elle ne rentrerait pas chez elle ? De quoi souffrait-elle car on ne l’a finalement jamais su ?
Est-ce qu’elle est « passée » de l’autre côté ou bien notre tristesse la bloque-t-elle ??
On l’aime de tout notre cœur et elle nous manque énormément, on pense à elle tous les jours et on espère qu’elle est bien, et entourée d’amour. On l’embrasse fort.

Dis-leur merci pour leur message d’amour, moi aussi je les aime, elle est ma maman et je suis son bébé, sa petite dernière et ma vie avec elle a été merveilleuse. J’ai eu beaucoup d’attentions et d’amour dans cette incarnation terrestre. J’étais sur mon chemin, je préparais mon départ et j’étais prête à faire le grand saut. Les douleurs, de vives oppressions dans le crâne (tumeur) et dans tout le corps m’obligeaient à me réfugier dans le corps astral pour les rendre supportables. Je me sentais comme envahie par la démence, et de m’avoir aidée à partir a été un grand et beau cadeau pour moi. Je savais que mon heure était arrivée et j’espérais qu’elle ait le courage de me libérer.

Seulement voilà, il faut aussi maintenant avoir le courage de me laisser partir. Tant que je reste là vous ne pourrez faire votre deuil, cela est inconfortable pour les compagnons chats et moi je ne peux me reposer et me ressourcer. Ici ce n’est plus ma place et je puise dans votre énergie au détriment de votre santé physique et émotionnelle.

Vous me manquez aussi et j’ai très envie de vous revenir, mais un passage au paradis des animaux est nécessaire pour pouvoir le faire. Ne dis pas que tu ne veux pas me reprendre parce que tu es trop âgée ou que tu ne peux le faire, je ne serai pas à la rue s’il devait t’arriver quelque chose. Tu as besoin de moi et de mon énergie pour continuer à avancer sur ton chemin et ton cœur et ta maison te semblent bien vide depuis mon départ. Alors que si tu te mets à ma recherche, lorsque tu te sentiras prête, nous pourrons encore nous apporter beaucoup d’amour l’une à l’autre et continuer notre belle aventure ensemble.

Je t’aime et t’enverrai des petits signes de là-haut pour te montrer que mon âme est éternelle et qu’elle reste reliée à la tienne. Je vous fais plein de petits poutous et espère vous revenir très vite.

Puis toutes les deux nous nous sommes avancées sur ce chemin triste, qui au fur et à mesure de nos pas commençait à devenir de plus en plus fleuri et lumineux. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle m’a dit merci, elle m’a léché la main pour me faire un bisou puis elle a traversé le pont en trottinant doucement. Arrivée de l’autre côté, elle a fait un grand saut et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Babou, paix à ton âme, repose et ressource toi.