width=J’ai rencontré Becat au jardin des animaux. C’est elle qui est venue à ma rencontre, elle m’a dit :

« Avec tous les animaux qui se trouvent ici, je sais que c’est moi que tu viens voir en ce moment précis ».

Je l’ai regardé assez surprise par sa réflexion et surtout de la personnalité qu’elle dégageait. Elle s’est à nouveau adressée à moi et me dit :

« Oui ma maman pense beaucoup à moi tous les jours et j’étais tellement présente dans ses pensées lorsqu’elle t’a écrit le message que je savais que tu ne tarderais pas à venir me voir ». Tu vois, ta présence était attendue une fois de plus car les gardiens ont souvent besoin de toi pour enfin arriver à faire leur travail de deuil et je ne peux que te remercier du travail que tu fais.

Merci à toi Becat pour cet accueil et oui j’ai des messages à te donner et des questions à te poser.

– comment as-tu vécu tes 2 derniers jours, quand tu n’arrivais plus à manger, et ne miaulais plus ? Savais-tu que tu allais partir ?

– avais-tu une mission particulière à mes côtés ? Si oui, laquelle ?

N’aie aucun regret quant à mon départ soudain. C’est vrai que j’étais sur mon chemin depuis plusieurs mois, que je préparais mon départ et que depuis deux jours je n’étais déjà plus dans mon corps. Mon âme avait décidé de partir et je me sentais très légère dans mon corps, je ne souffrais pas, c’est juste dommage que tu ne l’avais pas compris et que tu n’as pas pu vraiment t’y préparer. Les signes étaient pourtant évidents mais tu n’as pas voulu les voir. C’est ainsi et peux être mieux comme ça.

Pour moi, l’essentiel a été que tu sois là à mes côtés et que j’ai senti et vu ta présence lorsque on m’a aidé à faire le grand saut. Et ma transition s’est faîte dans de bonnes conditions. J’ai eu la chance d’être accueillie par (ta mère) et elle m’a guidée jusqu’au pont des fleurs et je n’ai pas eu peur, je me sentais en toute confiance et je l’ai traversé attirée par toutes ces couleurs et cette lumière.

J’ai pris l’escalier de l’arc en ciel, la montée à durée quelques jours mais c’était à mon rythme et en toute sérénité. Cela explique aussi la paix intérieure que tu as pu ressentir malgré la douleur, le chagrin de mon départ.

Ici, je suis bien. Je me repose et me ressource. Oui j’avais une mission particulière auprès de toi. J’étais ton bébé, ta fille et ma présence t’as permis de te reconnecter à ton petit enfant intérieur pour le rassurer, le câliner et le choyer. Lorsque tu me câlinais, tu jouais avec moi, c’était ton petit enfant intérieur que tu chérissais et que tu amusais. Tu en comprendras le sens et la raison.

T……………., je l’ai aimé et adopté tout de suite et je l’ai nettoyé énergétiquement lorsqu’il fallait le faire mais je n’avais pas de rôle particulier pour lui. C’était toi ma gardienne, je l’aimais parce qu’il t’aime et avec réciprocité, lui il m’aimait parce que tu m’aimes.

Son arrivée dans notre vie ne m’a donc nullement perturbée bien au contraire c’était l’élément d’un nouveau départ pour toi. Oui j’ai beaucoup aimé cette maison et comme dans toute maison, il y a énergétiquement toujours du travail et des transmutations à faire.

Je propose de reprendre ce travail dès que je me serai ressourcée car même si ici c’est idyllique, je veux revenir chez toi. J’ai encore beaucoup de choses à vivre avec vous et surtout j’ai envie de te retrouver.

Tu t’es toujours posé la question pour ma petite queue tordue. Rassure-toi ce n’était pas de la maltraitance, c’était plutôt de la maladresse. J’étais la plus petite et la petite dernière de la portée. Ma génitrice n’avait plus assez de force pour m’expulser et on m’a maladroitement aidé à sortir et cassé un morceau de ma queue. Oui j’ai eu peur, oui ça m’a fait mal mais sans cette aide je ne pouvais sortir. Je suis restée craintive, pas sociabilisée c’est juste mais c’est ma maman qui n’a pas vraiment fait son travail. J’étais la petite dernière, trop chétive et un peu mise à l’écart. J’en ai souffert mais tu as été là pour me donner et remplacer tout l’amour, toute l’attention dont je manquais pendant ma période de sevrage. Et tu as fait un travail formidable parce que je suis devenue une chatte au tempérament affirmée et bien dans sa tête et sa peau.

Merci à toi pour tout cet amour. Moi aussi je t’aime et il me tarde de te retrouver. Ce ne sera pas très long. N’hésite pas à te mettre à ma recherche dans quelques temps car je n’attends que ça et que tu le veuilles ou pas, tu ne peux vivre sans chat, sans moi.