Lorsque je suis arrivée sur le chemin, Bruce m’y attendait. Un chemin gris, triste, la terre aride, aucune herbe ni fleur n’y poussaient. Il était assis et me regardait avec des yeux tristes, éteints. Je me suis avancée doucement vers lui et lorsqu’il m’a vue, ses yeux se sont mis à pétiller, je voyais qu’il était content de me voir et sans tarder je me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions de la part de ses gardiens. Il s’est aussitôt levé, le regard rempli d’espoir pour me dire :

Je suis très heureux et soulagé que tu sois là, j’ai besoin, nous avons besoin tous les deux de ton aide pour rejoindre le jardin des animaux, et tant que nous restons ici à errer dans leur quotidien, dans leur environnement, ni Nalah, ni moi ne pouvons-nous reposer et nous ressourcer, et eux ne peuvent faire leur deuil et retrouver la paix et la sérénité. Oui regarde-moi bien, je ne suis pas seul, Nalah depuis son départ, depuis tout ce temps, est accrochée à moi, et depuis que j’ai fait le grand saut, nous sommes tous les deux dans une grande peine à errer dans ce bas-astral. Je suis très content que tu sois là et je remercie ma maman et mon papa d’avoir fait appel à toi. Nalah depuis tout ce temps n’a pas réussi à faire le passage et cela m’a beaucoup perturbé, elle nous pompait notre énergie et ce n’était bon ni pour eux, ni pour moi.

Je sais qu’ils sont tous les deux dans une grande souffrance, et que d’avoir été obligé de faire le choix pour m’aider à partir est cruel pour eux, et j’en suis désolé. Cela me fait de la peine, beaucoup de peine pour eux, et je tiens à les remercier d’avoir eu le courage de prendre cette décision, car on ne pouvait plus m’aider et les crises de plus en plus régulières m’exténuaient. J’étais arrivé au bout de mes forces et surtout, surtout je devais faire quelque chose pour ma compagne, pour lui permettre à elle aussi de monter au paradis des animaux.

Depuis son départ je me sentais bien seul, même si je pouvais encore la voir, de la voir léviter autour de nous était traumatisant pour moi. Cela m’a rendu malade, et c’est grâce à ma maladie qu’aujourd’hui nous aurons tous les deux la chance de rejoindre ce haut-lieu magique. Les derniers jours au réveil je pleurais pour dire à Nalah que c’était bientôt terminé de ces souffrances, et que tous les deux nous trouverions un moyen pour monter nous reposer et nous ressourcer. Merci, beaucoup de gratitude d’être là pour nous accompagner.

Puis profitant d’un instant de silence j’ai enfin pu lui lire le contenu des missives :

Alors Bruce qu’as tu ressenti cette nuit de samedi à dimanche ? Qu’as tu voulu nous dire ? Et tout est reparti, les crises se sont enchaînées, j’étais si démunie, je ne pouvais pas te câliner car le veto nous disait de ne pas trop t’approcher pendant les crises et après de se méfier car ton Malheureux cerveau était déconnecté.. je n’ai pu que te parler, te donner à boire et à manger quand tu pouvais te lever …puis je t’ai perdu, tu n’es plus revenu mais que ressentais-tu ? Qu’attendais-tu de moi ?Je culpabilise, je ne sais pas ce que j’aurais du faire, j’ai fini par chercher un Veterinaire pour venir te soulager à la maison, tu étais bien trop mal pour que je puisse t’emmener en voiture et trop lourd car oui tu étais mon gros bébé de 74 kg ! Le veto disait que tu devais maigrir mais nous savions que tu étais malade et nous t’avons fait plaisir comme on a pu avec les plaisirs de la bouche puisque ce n’était plus que ta seul réjouissance.. oh mon Bruce, depuis quand es-tu parti ? Je voyais bien que depuis un mois tu n’étais plus le même, j’ai bcp bcp angoissée à l’idée de te perdre, c était impossible pour moi ! Alors est-ce que tu voulais rejoindre Nalah ? Tu n’étais plus bien seul chez nous même si tu avais aussi 3 chats autour de toi ?
Et puis, pourquoi depuis 2 semaines, au levé du jour tu commençais à pleurer? Tu as jamais fait ça avant ? Que ressentais-tu ? Je voudrais tant comprendre, en tout cas je me levais de suite pour t’ouvrir la maison’ je ne supportais pas de te savoir triste mon bébé..tu vois bcp de questions sur ta fin de vie..
je voulais te dire oh combien tu as été un bon chien, ton papa aussi est très triste, tu nous a rempli de joie et de bonheur, ta présence était indispensable au quotidien, tu t’es toujours adapté ànosdéménagements, tes nouveaux territoires, dodos, jamais méchant avec nous, LE BON CHIEN J’espère que nous t’avons rendu heureux ? Dis moi ? Je n’arrive pas à ranger tes affaires, je te parle comme je te parlais tous les jours, je sais que je dois te laisser partir mais c’est si dur..mes enfants, ma famille, les amis et Lulu sont très tristes aussi d’avoir appris ton décès … tu étais notre rayon de soleil, notre bébé et nous ne t’oublierons jamais, une boule d’amour, j’espère que nous te l’avons rendu ?
Maintenant, j’espère que tu es soulagé ? As-tu rejoins Nalah, Éden ? Marcel ? Et tous mes anciens compagnons ? Que puis-je faire pour toi ? Stp, de tout cœur, si tu peux me montrer des signes de ta présence près de moi, fais le
Tu sais j’ai vu un très bel arc en ciel 1h environ après ton départ, j’ai pensé que c’était toi mon gros bébé …le vétérinaire était si gentil, il parlait de toi en disant « le petit chien « quand il t’a endormi, es-tu que tu savais qu’on était près de toi avec ton papa ?

Reviendras-tu ? Tu sais que j’ai toujours eu des chiens autour de moi depuis mon enfance, j’ai besoin de vous, de toi ? Est toi qui reviens à chaque fois dans ma vie ? Je voudrais tant, tu où vous faites partie de moi…
Je te veux heureux, j’espère que le passage se passe bien, tu le mérites mon bon chien, et surtout si tu reviens, montre-moi que c’est toi, je te rendrai le plus heureux possible car toi et moi c’est à jamais au-delà de la mort.
Je te serre aussi fort que je peux et que j’aurais tant aimé pourvoir faire, ressens mon amour Bruce, tu m’en as tant donné…j’ai hâte d’avoir de tes nouvelles, je sais qu’il faut un peu de temps, je patienterai bien sûr, l’essentiel c’est que tu sois bien.
Reviens vite ! Ton papa va j’espère avoir un autre travail et il n’aura plus besoin d’aller à l’hôtel, donc tu ne seras plus seul, et puis nous t’emmènerons partout !
Je t’aime Bruce tout plein et te fais de gros câlins et des gros bisous ; Repose en paix et reviens vite

Dis-lui merci pour son message d’amour et surtout dis-lui de ne pas culpabiliser et ne pas se torturer l’esprit. Elle ne pouvait pas voir et comprendre ce qui se  passait, et elle a fait ce qu’il fallait faire pour me soigner. Pendant toutes ces années j’ai vécu une vie de prince, de roi, et cela a été tout simplement merveilleux de pouvoir la retrouver. Si ce petit chiot qu’elle avait choisi était parti ce n’est pas un hasard, c’est tout simplement parce qu’il n’était pas pour elle. C’est moi qui lui étais destiné et elle l’a compris tout de suite. Je me suis avancé vers elle et cela a été un coup de foudre, une évidence, car nous étions déjà ensemble (chat) et j’étais en effet resté très attaché au lieu et au territoire.

Ma mission consistait bien évidemment à l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur, à sa source, pour lui permettre à travers tout l’amour dont elle nous nourrissait, de se chérir elle et de panser toutes les blessures du passé. Cette mission je ne l’ai pas terminé et mon âme à condition qu’elle puisse monter se réparer, aspire bien entendu à lui revenir pour reprendre mon rôle auprès d’’elle.

Dis-lui que moi aussi je l’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel. Je les aime très fort tous les deux, et je sais qu’ils sont en grande souffrance, cela me crée tellement de peine. Ces crises répétées me plongeaient de plus en plus dans mon corps astral et cela me permettait de gérer mon état et de ne pas trop en souffrir. Ne t’inquiète pas, je ne ressens plus aucune douleur maintenant et  je suis pressé de rejoindre avec Nalah à mes côtés, elle le mérite depuis tout ce temps, les compagnons de route et bien d’autres qui nous attendent de l’autre côté du pont. Ils ne sont pas seuls,  il y a aussi des humains, des ancêtres à toi et je sais que nous serons bien guidés pour monter au jardin des animaux, malgré que ce soit le nirvana là-haut, moi et tous les deux nous souhaitons vous retrouver sur le plan terrestre.

Ma petite maman, nous étions très complices, très fusionnels et depuis mon départ il te manque une partie de toi.. La maison te semble vide, ton cœur est vide, à l’intérieur de toi c’est le grand vide et seul moi, ma présence physique pourra le combler ce vide. Mon âme est éternelle, elle perdure et lorsque tu te sentiras prête et te mettras à ma recherche, je me mettrai de nouveau sur ton chemin. Nalah était plus reliée à papa et lorsqu’il aura un travail moins contraignant où il sera plus présent, il aura j’espère également envie de la retrouver, et tous les deux nous pourrons  continuer notre aventure avec vous.

Je t’aime et je reste relié où que je sois ne l’oublie pas, bientôt nous serons de nouveau  ensemble.

Puis tous les deux nous avons emprunté ce chemin gris et triste qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs il m’a dit :

On m’a toujours aimé, respecté et choyé comme leur bébé, leur petit garçon. Je me suis senti être un membre de la famille et j’ai eu une bonne éducation. En tant que bon garçon je la remercie du fond de mon cœur pour Nalah et moi, amour et gratitude à toi, à eux. Dis-leur que je les aime.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la magnifique lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Bruce, repose et ressource-toi.