La rencontre avec Cachoute s’est faite sur un chemin de terre, sec et froid, elle était debout sur ses 4 pattes et semblait m’attendre. Son regard si triste m’a profondément émue, et je me suis approchée lentement pour ne pas trop rapidement rentrer dans sa zone de confort. Lorsqu’elle ma vue ou senti ma présence, ses yeux si tristes quelques instants auparavant ont repris  une lueur d’espoir et se sont mis à pétiller, sa queue frétillait et sa tête se penchait à droite et à gauche comme si elle attendait que je la caresse, et sans hésiter je me suis avancée, me suis présentée et lui ai demandé l’autorisation.

J’aime trop les câlins, j’ai eu, même si ce fut court pour elle, j’ai beaucoup eu de la part de ma maman, beaucoup de tendresse, j’ai été choyée, câlinée et respectée comme un humain et cela me manque. Depuis mon départ, je la suis comme son ombre, je rôde dans son environnement, je l’accompagne dans son quotidien, je m’accroche à elle et à mon papa pour leur puiser et me nourrir de leur énergie, mais je ne peux plus me manifester physiquement à elle et ne peut plus ressentir ses cajoleries. J’ai besoin d’aide pour faire le passage, et elle aussi a besoin de sentir que je suis bien montée au jardin des animaux et de savoir que je vais bien. Tant que je reste ici dans ce bas-astral entre deux, ni l’une, ni l’autre ne pouvons trouver la paix.

Je l’ai rassurée et lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait à elle pour lui donner des messages et lui poser quelques questions, et qu’après notre échange je l’accompagnerai jusqu’au pont des fleurs. Elle s’est mise à japper de joie, m’a léché la main plusieurs fois :

Merci, merci à toi, merci à ma maman, je lui suis si reconnaissante d’avoir fait appel à toi.

Puis sans tarder je lui ai lu le contenu des missives de sa gardienne :

MERCI d’abord pour l’amour inconditionnel que tu m’as donné tout au long de ces 5 années et demi de combat permanent pour te garder joyeuse auprès de nous

Quelle était ta mission de vie auprès de moi ou de ton maître et moi ?
Qu’es tu venue m’apprendre?
Ta mission était t’elle de me protéger de certaines forces obscures ? As tu pris pour moi des attaques qui ne t’étaient pas destinées?
As tu senti l’amour et la lumière que je t’envoyais les derniers jours ?
Tu es venue combler une solitude affective et un manque de tendresse atroce ( mère et sœur non aimantes, malfaisantes, mari dépressif, 2 filles très personnelles … qui fuient ma souffrance trop plombantes … ) mais t’accompagner, te soigner, vouloir le meilleur pour toi … m’a aussi usée et rongée de découragement et de désespoir
Je t’en demande pardon.
Es tu heureuse là où tu es
J’ai eu petite une chienne ( j’ai 65 ans… j’avais entre 6 et 8 ans ) nommée Odi aux Comores à Moroni dans l’océan indien
Et puis j’ai eu India … chatte orientale qui a vécu 13 ans
Es tu la réincarnation de ces 2 animaux ?
Vas tu continuer à me protéger depuis ton paradis ?
As tu été accueillie par des défunts de ma famille qui ne t’ont pas connue ?

Je voudrais pouvoir communiquer avec toi régulièrement…
Ma vie ne me permet pas de te rappeler de suite

Mais Dieu que je t’ai aimée et Dieu que je t’aime
T’est tu sentie heureuse chez nous
As tu souffert d’être souvent confiée à Frederique?
On était tellement épuisés par ton hyper activité

… Et j’ai tellement mal vécu cette solution ..,
Je t’en demande pardon et je prie pour que ton ascension se passe dans l’Amour et la Lumière
Ta maman
Isabelle
Ton papa
Jean Paul

Tu vois, elle culpabilise, elle se torture l’esprit à se demander si c’est pour la protéger que j’ai absorbé des énergies qui m’ont bien rendue fragile et vulnérable, et tout cela rajouté à sa grande souffrance, à sa grande détresse m’empêche de prendre ce chemin qui mène à la lumière. Je reste là à attendre qu’on m’aide, qu’on me libère.

Dis-lui merci pour son message empreint d’un amour fort, puissant et surtout dis-lui que moi aussi je l’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel. Dis-lui qu’elle est ma maman et je me suis toujours considérée comme son bébé, sa petite fille, son petit amour. De petite taille, mon amour pour elle était plutôt incommensurable et immense, illimité et j’ai tellement de peine à lui faire de la peine. Cela aussi m’empêche de partir, elle a tant besoin de moi et de ma présence physique pour continuer d’avancer sur son chemin. Depuis que j’ai fait le grand saut elle se sent complètement démunie et sa vie n’a plus aucun sens.

J’étais là pour l’ouvrir à l’amour inconditionnel, pour l’aider à vivre dans la joie et pas dans le manque et la tristesse. Elle a pu à travers moi lorsqu’elle me nourrissait de tendresse, se chérir elle, son petit enfant intérieur. Elle s’est reconnectée à son âme, à sa source et j’étais là pour l’aider à panser toutes les blessures surtout affectives du passé. Oui nous étions déjà ensemble, j’étais bien Odie la petite chienne de son enfance et je suis revenue dans cette incarnation physique pour veiller sur elle et la protéger. On la jalouse, on lui veut du mal et on lui, on leur envoie de bien mauvaises énergies. Depuis des années qu’elle, qu’ils ne vont pas bien et attirent à eux encore d’autres énergies malveillantes qui profitent de leur fragilité et les épuisent physiquement et psychiquement.

Dis-lui de ne pas culpabiliser, ma mission était justement de lui permettre de se reconnecter à son petit enfant intérieur, et de l’aider à trouver en elle la force et le courage de panser enfin toutes les blessures du passé. Elle a cette force et ce courage en elle, elle doit juste y croire, se faire confiance et garder la foi. Et de là-haut, lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux, je veillerai sur elle, en attendant que je me sois reposée, ressourcée, réparée et que je prépare mon retour.

De race plutôt très fragile car beaucoup de consanguinité, j’étais vulnérable de naissance et si je n’ai pas pu rester longtemps avec elle et que ma santé de tout temps était peu stable et s’est dégradée de plus en plus, c’est aussi pour lui permettre à elle de lâcher prise avec le passé et les gens qui l’entourent et lui veulent du mal, et de s’occuper de moi et de mes besoins. Elle s’est soignée elle à travers les bons soins qu’elle m’a prodigués, même si pour cela elle s’est épuisée physiquement et mentalement. Mais cela lui a permis de comprendre beaucoup de choses et renouer avec cette enfance, ce passé encore et toujours bien présent et douloureux, et dont il est grand temps maintenant de tourner la page et de couper les ponts.

Il y a des ancêtres à elle qui m’attendent de l’autre côté, un monsieur, un grand monsieur, son grand-père et sa grand’mère sont là, ils sont prêts à me tendre les bras, et moi je suis à présent pressée de les rejoindre un petit bout de chemin et de continuer la montée dans l’escalier de l’arc en ciel pour rejoindre ce haut-lieu magique.

Dis-lui que même très active, toujours sur le qui-vive et en mauvaise santé avec des crises terribles et de plus en plus rapprochées (épilepsie) je n’ai connu que des moments de pur et grand bonheur avec elle. Je me suis sentie bichonnée comme sa petite princesse et je n’ai pas souffert lorsqu’elle me confiait à Frédérique. Je savais qu’elle ne m’abandonnerais jamais, ma confiance en elle était totale. Et cette confiance, elle perdure tout comme mon âme qui est éternelle et reste reliée à la sienne où que je sois, et que la mienne espère vivement à lui revenir très vite. Elle a besoin de moi à ses côtés sur le plan terrestre pour faire table rase de toutes les souffrances du  passé et continuer son chemin et notre belle aventure et histoire d’amour ensemble.

Il me tarde maintenant de faire le passage afin de la retrouver très vite. Dis-lui que je me mettrai sur son chemin dès qu’elle se mettra à ma recherche, et j’incarnerai le costume qui lui plaira. Qu’elle me fasse confiance aussi, qu’elle garde la foi et l’univers nous permettra de nous retrouver très vitre. Je l’aime et mon papa aussi.

Puis toutes les deux nous avons emprunté un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle s’est mise à aboyer joyeusement, m’a léché plusieurs fois la main et m’a dit :

Maintenant que je vais monter dans ce merveilleux paradis des animaux je sais aussi que mon retour sera possible dès qu’elle sera prête, et que ce sera un aller/retour dans la joie et plus dans les pleurs, le grande et terrible souffrance de perdre l’être, le seul et unique être qui vous apporte de la tendresse, de l’amour, du réconfort et du courage. Fais-moi confiance ma tendre et adorée maman, bientôt nous serons à nouveau ensemble. Je t’embrasse très fort.

Puis en sautillant elle a traversé allègrement le pont et s’est noyée dans la magnifique lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Cachoute, repose-toi, ressource-toi et à bientôt !