width=Cambouis m’est apparu à mi-chemin, à la fois complètement recroquevillé sur lui et en même temps en lévitation. Il était clair qu’il n’était plus de ce monde et n’avait pas pu faire sa transition et partir au jardin des animaux. A ma question « es-tu en vie sur cette terre ici et maintenant. »

Non, mais en même temps, comme tu peux le constater, je ne suis pas bien parti et ma pauvre âme est en errance depuis tout ce temps. Je sais que ma gardienne est à ma recherche, qu’elle ne comprend pas ce qui a pu m’arriver et qu’elle en souffre. Cette incertitude de ne pas savoir ce qui m’est arrivé, l’empêche de faire le deuil de mon départ et m’empêche aussi de partir. Le choc m’a fait sortir aussitôt de mon corps et je n’ai souffert que quelques secondes, mais de ne pouvoir y retourner et de ne pouvoir faire ma transition correctement, lorsque j’ai compris que je n’étais plus en vie, me pèse beaucoup et j’en suis triste et malheureux.

Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Que s’est-il passé, Cambouis ?

Je suis allé faire ma promenade quotidienne, mais ce jour-là je n’ai pas eu de chance. Je divaguais en reniflant les odeurs au sol, c’était à l’endroit où je me promenais tous les jours. Il y régnait une ambiance spéciale ce jour-là, c’était assez bruyant et à cause de mon âge, je n’ai pas entendu cette camionnette arriver (blanche avec des traits verts clairs).  L’arrière de ce véhicule m’a heurté à la tête, le choc était violent et l’espace de quelques secondes je suis sorti de mon corps. Elle ne s’est pas arrêtée, mais je crois bien que le conducteur n’a même pas remarqué ce qui venait de se passer. Je ne peux lui en vouloir, j’ai été très imprudent, je n’ai rien entendu, je commençais à avoir des pertes d’audition et je suis tombée la tête en avant. Je suis resté là un petit moment, pas très longtemps et on m’a chargé dans une autre camionnette, je ne pouvais pas rester là, il y avait du passage et ce n’était pas bien vu. Mon corps physique a été enlevé, mais mon âme est restée sur place.

Dis-lui que je suis navré, j’aurais tant aimé retourner chez moi, mais cela ne m’était plus possible et après tout ce temps j’aimerais partir au paradis des animaux.

Je l’aime, j’ai eu la chance de vivre avec une gardienne merveilleuse et si elle le souhaite, je pourrais lui revenir après quelque temps.

Je me chargerai de lui transmettre ton message Cambouis et si tu le souhaites, je vais maintenant t’aider à faire le passage pour te permettre de trouver enfin la paix et l’harmonie.

Je suis prêt et le souhaite de tout cœur.

Il s’est approché de moi et ensemble nous avons emprunté un chemin qui ressemblait à une digue. La lumière est devenue de plus en plus vive et lorsque je me suis arrêtée, il s’est dépêché de rejoindre le pont des fleurs et d’escalader l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Cambouis. Paix à ton âme !