width=J’ai rencontré Centaure dans un pré fleuri de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Je lui explique que ce serait le jour de son anniversaire, qu’il aurait eu 10 ans aujourd’hui et que sa gardienne me chargeait de lui transmettre un message :

« Bonjour mon garçon

Te voilà parti depuis 15 jours déjà et tu me manques énormément j’ai toujours cette boule au ventre et ce grand vide, je ne pourrai plus jamais te serrer contre moi et te faire des gros câlins mais j’ai respecté ta volonté

 Tu aurais eu 10 ans aujourd’hui  je te fais un énorme bisou

J’aimerai savoir si le fait de ne plus pouvoir aboyer normalement était en relation avec ta maladie ou c’est le fait d’avoir été chez la toiletteuse quelques jours avant ? Est-ce que le stress a pu faire évoluer plus vite ta maladie ?

Plus on approchait du jour J et plus j’étais mal, j’essayais de ne pas trop le montrer pour que tu ne t’inquiètes pas mais je crois que tu le savais tu devais ressentir ma tristesse

J’espère que tu n’as pas souffert lors de ta transition ni de l’injection

J’aimerais avoir de tes nouvelles  maintenant, savoir si tu vas bien si tu peux à nouveau courir et comment  c’est  là-haut et le jardin des animaux

As-tu vu Ginger, ton papa et peut être ma maman ?

Quelques jours avant ton départ une amie à moi a également perdu son toutou il s ‘appelait Hector peut-être que tu l’as vu  et qu’il t’a  transmis un message »

Merci de penser à moi aujourd’hui, merci de prendre de mes nouvelles. Je vais bien, je me sens très léger et je peux à nouveau me promener et courir comme un fou dans ce magnifique pré où je me sens en grande paix et en harmonie. Ici tout est absolument magnifique et je ne ressens plus aucune douleur. Le stress a pu faire évoluer ma maladie plus vite, mais cela ne changeait rien pour moi. J’étais sur mon chemin depuis quelque temps, et j’avais besoin que tu, que vous en preniez conscience pour m’aider à partir dans les meilleures conditions. La douleur me comprimait tout le thorax et c’est ce qui me causait problème pour aboyer. Ce n’est pas à cause de la toiletteuse et j’étais content de partir après un passage chez elle, d’où je sortais beau comme un prince, même si je n’aimais pas trop y aller.

La transition a été une étape formidable, cela faisait une quinzaine de jours que j’étais bien entouré et le jour de mon départ, ces êtres de lumière se sont rassemblés autour de moi pour m’accompagner avec amour dans la lumière. Et ton être divin était également relié au mien et cela m’a énormément aidé et rassuré. Même si je te sentais très triste, je savais que tu le faisais par amour pour moi et ce fut un des plus beaux cadeaux de ma vie. Cela peut te surprendre, mais tu dois comprendre que nous les animaux sommes toujours reliés avec l’au-delà et le départ, s’il se passe dans d’aussi bonnes conditions, est un cadeau merveilleux pour nous. J’ai déjà fait plusieurs allers/retours au paradis des animaux et j’adore m’y reposer et me ressourcer pour revenir en pleine forme et reprendre une mission auprès de toi.

Oui j’ai vu mon papa (Ginger c’était moi) la maman aussi, ils étaient là tous les 2 pour m’accueillir et m’ont accompagné jusqu’au pont des fleurs pour maman et jusqu’au jardin des animaux pour mon papa. Il se sent très bien dans cet endroit et nous nous voyons souvent, mais Hector pas de trace, peut-être n’a-t-il pas terminé sa transition ?

« J’ai commencé à me mettre à la recherche d’un bébé chien comme toi mais cette fois ci une fille, mais c’est très difficile car je ne veux plus un chien avec la maladie que tu avais je ne veux plus voir mon chien se dégrader et souffrir comme cela. Je suis aussi allée le dire à la toiletteuse et lui ai dit qu’on allait reprendre un nouveau chien et il y a 3 jours elle me téléphone pour me dire qu’un éleveur qu’elle connait bien aura une portée mi-février et là je me suis dit que c’est peut être un signe du destin que tu seras parmi les chiots alors j’aimerais savoir si ce n’est pas trop tôt et si tu auras eu le temps de te ressourcer.

Je n’ai qu’une hâte c’est te retrouver même dans un autre corps mais j’ai aussi peur de ne pas te trouver ou te reconnaître et pour cela j’ai besoin que tu me dises comment je vais savoir que je prends le bon c’est-à-dire toi »

Pour l’instant je me repose et me ressource. Mon âme n’est pas encore descendue dans le corps d’un de ces petits qui vont naître, mais ne t’inquiètes pas, je sais que tu attends mon retour et ton papa encore plus, et il me reste encore un peu de temps pour me reposer. Je serai là, je serai au rendez-vous et tu me reconnaîtras tout de suite. Fais-moi confiance, tu ne te tromperas pas, tu ne passeras pas à côté de moi, c’est impossible.

« J’aimerai aussi retourner à l’école avec toi  et t’apprendre à rapporter le bip à papa, serais tu d’accord ? Si tu pouvais cette fois ci éviter de vouloir vivre ta vie que je puisse enlever la laisse lorsqu’on se promène sans avoir peur de devoir te courir après, ce serait vraiment génial.  Ensuite est ce que je dois faire quelque chose de particulier lorsque tu reviendras ? Y avait-il des choses que j’ai faites qui n’étaient pas bien ou que tu n’as pas aimées c’est le moment de tout me dire ?

Veux-tu encore me dire autre chose ? »

J’ai mon caractère et j’avoue que je n’étais pas très coopératif. Je n’ai pas trop aimé l’école, mais je sais combien apprendre à rapporter le bip à ton père lui serait utile et surtout lui ferait plaisir. Je m’engage donc à faire des efforts et me montrer un petit peu plus participatif. J’ai vécu malgré ma maladie, malgré cet énorme handicap, une vie de prince avec toi, et les choses que je n’ai pas aimées, c’est toutes les contraintes que je vous ai imposées à cause de ma maladie. De lire votre souffrance dans vos yeux m’a beaucoup affecté et j’aurais tout donné pour vous l’éviter.

Ce que j’aimerais de te dire, c’est que tu dois vivre dans le moment présent, tu dois accepter les choses comme elles sont et ne surtout pas vivre dans le passé. Ta maman est là où elle doit être et elle se sent bien à présent. Elle veille sur vous et vous protège. Toi tu dois maintenant faire un effort pour enfin faire ton deuil. Tu dois te donner les moyens qui te permettront de vivre les choses plus facilement et avec confiance, avancer chaque jour un peu plus sur ton chemin. Je continuerai ma mission auprès de toi et je t’aiderai à prendre conscience que la vie est belle malgré toutes les souffrances qu’elle peut parfois vous infliger et qu’elle mérite d’être vécue avec harmonie.

« C’était de merveilleuses années et j’ai eu beaucoup de chance de t’avoir avec moi, jamais je ne pourrai t’oublier. Tu es ce que j’avais de plus précieux, tu n’es pas mon chien, tu es mon plus grand Ami. Tu sais que j’ai eu des années très difficiles et tu étais mon réconfort. Je t’attends avec une grande impatience je t’aime très très fort »

Oui c’est juste, j’étais ton ami, ton garçon. Moi aussi je t’aime et suis impatient de te retrouver. A très vite pour vivre une nouvelle et belle aventure ensemble.