La rencontre avec Chaussette s’est faite sur un chemin de terre, elle était- assise sur son ventre et semblait m’attendre. Je me suis doucement approchée d’elle et avant même que je lui explique la raison de ma présence, elle s’est levée et elle est venue vers moi pour me dire :

Je sais que c’est ma maman qui t’envoie, elle y songe depuis un petit moment et je suis heureuse de pouvoir te donner des messages pour elle. Mon départ la rend très malheureuse et elle n’arrive pas encore à s’habituer à mon absence. Son cœur est vide, et lorsqu’elle rentre le soir, elle a l’impression de ne plus être chez elle. Et pourtant je suis encore partout avec elle, je la suis comme son ombre partout où elle va, je vois ce qu’elle fait, j’entends ce qu’elle dit et je suis triste de la voir si triste.

Dis-lui que je lui reviendrai, car depuis mon départ, même si mon âme est errante et s’accroche à elle et lui pompe son énergie, c’est comme si c’était vide dans son cœur et dans son âme. Elle se rend bien compte que de vivre sans animal n’est pas possible. Nous les animaux sont là pour vous, pour vous aider à avancer sur votre chemin de vie et depuis mon départ elle est un peu perdue Elle a besoin de ton aide et moi aussi, car si je veux lui revenir, un passage au jardin des animaux est obligé.

Tu as raison Chaussette, c’est une des raisons pour lesquelles je suis ici, mais j’ai aussi des messages pour toi et des questions :

Le message que je souhaite lui passer est que je l’aime de tout mon cœur, bien plus que beaucoup de gens de mon espèce. Que je la remercie d’avoir été ma meilleure amie, qu’elle a été absolument parfaite. Elle me manque, sans pouvoir décrire à quel point son absence est un déchirement dans mon cœur. Je la remercie d’avoir été sur mon chemin et de m’avoir tant apporté, et je la remercie également pour la qualité de la relation que nous avons pu avoir. Je lui souhaite d’être heureuse et de ne plus souffrir, naturellement.

 

Concernant mes questions, en espérant ne pas trop en poser et pouvoir obtenir le réconfort d’une réponse : 

 

– Quelle a été sa mission dans ma vie ? 

– A-t-elle été heureuse dans la globalité de son existence terrestre à mes côtés ? L’ai-je soignée comme il le fallait ? 

– A-t-elle souffert de quelque chose moralement ? 

– S’est-elle sentie seule parfois ou m’en ai-je bien occupée ? ( A-t-elle reçu suffisamment d’amour ? )

– Ai-je fait le bon choix de l’euthanasie, et a-t-elle été heureuse que je l’accompagne jusqu’à son dernier souffle ?

– Vient-elle près de moi de temps en temps et se retrouvera-t-on ici ou de l’autre côté ? 

– A-t-elle quelque chose d’important à me dire en rapport avec ce qu’elle pouvait observer de ma vie ? 

 

Dis-lui d’abord merci de m’avoir aidée à partir, même si elle culpabilise maintenant. Il ne faut pas, elle a pris la bonne décision et je lui en suis si reconnaissante. Je ne ressens plus aucune douleur et me sens à nouveau très légère.

Dis-lui aussi que je l’aime plus qu’une amie, elle était ma maman, je me suis sentie être sa fille et nous étions très liées. Nous étions très fusionnelles et savions toutes les deux de quoi l’autre avait besoin. Si mon absence la fait autant souffrir, c’est tout simplement parce que nous sommes des âmes sœurs. Nous avons déjà vécu plusieurs vies ensemble dans d’autres incarnations à elle aussi, et bien entendu je lui reviendrai pour continuer notre aventure ensemble.

J’ai eu une belle vie de chat, j’ai été très heureuse à ses côtés et je n’ai jamais manqué de rien. Elle s’est toujours bien occupée de moi, même si parfois elle me laissait seule, ce que je n’aimais pas.. Mais je n’avais pas peur qu’elle m’abandonne, je savais qu’elle avait des obligations ailleurs et qu’elle reviendrait.

J’ai eu beaucoup d’amour de sa part et ce fut réciproque. J’étais un chat de type timbre-poste et ma mission consistait à la nettoyer énergétiquement et surtout à lui apprendre le détachement affectif. Ma présence lui a permis de se reconnecter à son petit enfant intérieur, et lorsqu’elle me chérissait, c’est son petit enfant intérieur qu’elle nourrissait de tendresse. Cela lui a permis d’oublier et de ne pas souffrir des carences affectives qu’elle a subies.

Je n’ai pas souffert moralement, mais lorsqu’on la faisait souffrir je ressentais son désarroi, son mal-être et j’en souffrais aussi. Dis-lui qu’elle a beaucoup d’empathie et de compassion avec les animaux, bien plus qu’avec les  humains et que ce serait bien pour elle d’apprendre à communiquer avec eux. Cela lui ouvrirait d’autres portes pour se reconnecter à sa source et connaître sa mission de vie à elle.

Elle a une belle âme et elle mérite qu’on l’aime pour ce qu’elle est, et apprendre à parler aux animaux lui donnerait un centre d’intérêt qui l’obligerait à sortir de sa zone de confort pour s’affirmer et aller vers les autres.

Ma mission auprès d’elle n’est pas terminée et je souhaite pouvoir lui revenir très vite. Qu’elle n’ait pas de crainte, ni de regret, elle m’a bien soignée et je me sentais être sa petite princesse. Si tu m’aides maintenant à faire le passage, je pourrais me ressourcer, et elle pourra commencer son deuil et se mettre à ma recherche.

Je vais t’accompagner jusqu’au pont Chaussette et il suffira de le traverser lorsque je m’arrêterai devant.

Je n’ai pas peur, ce n’est pas la première fois que je le traverse et je sais que de l’autre côté l’endroit est merveilleux.

Puis nous nous sommes avancées et arrivées devant le pont, elle m’a dit :

Merci, merci pour ce que tu fais et merci à ma maman d’avoir et d’être toujours encore là pour moi. C’est la seconde fois qu’elle me laisse partir aujourd’hui et elle va le ressentir. Elle se sentira apaisée et retrouvera la paix dans son cœur et son esprit. Dis-lui que je l’aime et que mon âme aspire à la retrouver très vite.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Chaussette, à bientôt !