Ta gardienne me demande de te transmettre des messages Chica :

 Après lui avoir lu le contenu, elle est venue tournoyer à côté de moi, poussant des petits jappements pour me faire comprendre qu’elle était contente, et lorsqu’elle se fut calmée elle m’a dit :

Dis-lui merci pour son message, dis-lui que moi je l’aime même si parfois je reste un peu en retrait, que j’exprime une petite crainte parce qu’elle me rappelle ma précédente gardienne qui me malmenait beaucoup. Elle me mettait souvent en cage, m’enfermait des journées entières et je le craignais, car elle était capable de me pousser avec les pieds ou même avec un balai ou le bâton pour que je lui laisse le passage. Mon gardien était plus cool, même s’il la laisser faire, lui au moins me traitait avec plus d’empathie et me respectait.

Ils ne m’ont pas beaucoup éduquée, j’étais là et je devais tout apprendre de moi-même, bien trop  vite séparée de ma génitrice, c’était difficile pour moi. J’étais là et je ne devais surtout pas lui donner du travail, et mes petits accidents de malpropreté la rendaient très méchante.

Je sais que tu m’aimes et que tu as le cœur rempli de compassion, que tu ne me feras jamais aucun mal, mais parfois lorsque je te regarde, les images de mon existence avant mon arrivée chez vous se superposent, et je la vois à ta place. Rien à voir, mon attitude avec toi est juste due à ces mémoires qui resurgissent de temps à autre. Ça vient à moi et difficile de maîtriser ou de contrôler, c’est beaucoup plus fort que tout le reste.

Depuis le soin je me sens nettement mieux et je suis contente que tu m’aides, j’ai beaucoup de reconnaissance pour toi et je sais que tu feras tout ce que tu pourras pour effacer ces traumatismes. Pas socialisée correctement, c’est parfois très angoissant de me trouver devant des situations que j’ai un peu de mal à gérer. Il manque la confiance, confiance en moi et en l’humain, même si avec mon papa je me sens plus sereine. Il y a très peu de choses de ma vie d’avant que j’aimais, peut-être juste qu’il me laissait sortir de la cage lorsqu’elle partait un long moment. Abandonnée après si peu de temps, déjà laissée pour compte.

Ici je suis bien, je suis heureuse, je me sens aimée et respectée et on me donne même la parole. Que demander de plus ? Qu’on m’aide à trouver la paix intérieure afin de rester zen et sereine en toute circonstance.

Duna me manque beaucoup, c’est trop dommage que tu sois fâchée avec sa maman, j’aimais tant jouer avec elle et cela me permettait aussi de prendre confiance en moi et d’oublier pendant ce temps les angoisses, les peurs qui émergent parfois du plus profond de mon être. Ce n’est pas bon d’être fâchée avec sa gardienne, cela te travaille et elle aussi. Ce serait bien mieux et plus judicieux de vous expliquer. Parlez-vous et trouvez un compromis ensemble. Cela nous tient à cœur à toutes les deux et permettra de rééquilibrer mon état émotionnel. Avec Duna je me sens libre, avec toi je me sens tout de même bien encadrée et je sais que je dois veiller sur la maison.

Tu as toi-même besoin d’avoir des repaires, un cadre de vie bien précis pour avancer sur ton chemin, et tu fonctionnes de la même manière avec tes proches et attend un retour en ce sens de leur part. Moi ça me met la pression et je prends du recul vis-à-vis de toi, mea culpa. Laisse faire les choses un peu plus naturellement et ce sera bien plus simple pour toutes les deux. J’ai encore à apprendre, mais en douceur et confiance stp.