width=Cocotte est assise sur le chemin. Elle m’attend tristement et lorsque je lui ai  expliqué que sa gardienne souhaite lui délivrer un message et lui poser quelques questions :

  • Comment s’est passé ton passage de la terre jusqu’au paradis des chats?
  • Est-ce que tu as souffert et eu peur lorsque tu es partie? –
  • Est-ce que tu m’en veux de t’avoir fait partir car je croyais que tu n’allais pas bien du tout? Au moins est ce que tu sais que je t’aime? 

Message: Ma belle amour, même si je t’ai énormément agacée, que tu étais « névrosée » envers nous, saches que je suis extrêmement désolée, que je ne voulais pas en arriver là, mais ça paraissait la meilleure solution, et saches que je t’aime énormément. Ces 9 ans avec toi ont été formidables malgré les hauts et les bas. Je pense encore souvent à toi et j’en pleure encore, je t’adore Cocotte » 

Elle m’a répondu :

Oui, mon départ lui pose problème, elle navigue entre remord et culpabilité. Elle a des doutes sur son  choix de me faire euthanasier, elle est triste, je lui manque et tout cela m’empêche de rejoindre le jardin des animaux. Je te remercie de l’aider, de nous aider. Grâce à toi elle pourra commencer son deuil et moi je pourrai passer le pont des fleurs. Dis-lui que je n’ai pas souffert lorsque je suis partie, cela a été très rapide et je n’ai pas eu peur. Je savais qu’elle n’avait pas tellement d’alternative concernant mon comportement et qu’elle est trop jeune pour comprendre certaines situations. Je n’étais pas névrosée, j’avais tout simplement des problèmes d’ordre neurologiques qui me créaient d’énormes handicaps pas soignables. Je sais qu’elle s’imaginait que je souffrais d’un problème mental, mais ce n’était pas le cas. Je n’étais tout simplement pas toujours bien centrée dans mon corps et j’ai préféré partir pour me ressourcer, avec l’espoir de revenir dans un chat normal. Je sais qu’elle m’aime et moi aussi je l’aime et je souhaite de tout cœur de pouvoir lui revenir avec cette fois-ci la possibilité de remplir ma mission et de l’aider à grandir et à mûrir.

Je me charge de lui transmettre ton message Cocotte et si tu es prête, je vais t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs pour que tu puisses enfin rejoindre le paradis des animaux.

Je suis prête et je te remercie, pour elle, pour moi.

Puis elle s’est mise debout à mes côtés et ensemble nous avons emprunté le magnifique chemin qui s’ouvrait à nous. Lorsque je me suis arrêtée, elle a continué et s’est noyée dans la lumière.

Au revoir Cocotte !