width=La rencontre avec Diane s’est faite sur un chemin de terre sur lequel poussaient des pissenlits en fleurs. Elle était assise sur son train arrière et semblait m’attendre. Lorsque je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui donner des messages et lui poser quelques questions, elle m’a répondu :

J’aimerais avant tout lui dire que je l’aime intensément, profondément.
Qu’elle me manque et que je suis vraiment très malheureuse d’être séparée d’elle.
Je m’en veux de ne pas avoir pris de mesures plus sécurisantes vis-à-vis de Max, de ne pas avoir su communiquer assez avec elle pour qu’elle puisse le comprendre et le tolérer.
Je m’en veux qu’elle soit « partie » alors que je n’étais pas là pour la soutenir.
Je n’ai pas pu la secourir, lui prodiguer de soin, être à ses côtés ni être présente lors de son départ, je m’en veux… Je suis arrivée trop tard.
Je l’aime tellement… Elle me manque.
Je voudrais aussi lui dire merci d’avoir été une chatte si aimante, si attentive, à l’écoute. Merci d’être arrivée dans ma vie au bon moment, d’avoir été là pour moi et de m’avoir aimée à ce point. Je t’aime aussi Diane.
J’espère que je t’ai offert une vie heureuse et que tu t’es sentie aimée autant que je le fus par toi.

Je voudrais lui demander comment elle va ?
Si elle s’est sentie ou se sent seule ? Si elle a souffert physiquement et si mon absence lui a pesé ?
Je voudrais savoir si elle a peur ou si elle va bien.
Si elle m’en veut ? Si elle a un message à me transmettre ?
Et je voudrais savoir si elle va me revenir (bientôt ?) ou si elle préfère rester dans le paradis des animaux ou aller ailleurs.
Si elle souhaite me revenir, comment savoir si je dois chercher ou attendre, et comment être sûre que ça soit elle ?

Par ailleurs un membre de ma famille souhaite me donner sa petite chatte car elle est seule du matin au soir et malheureuse. J’ai envie de la prendre sous mon aile… Je souhaiterais savoir si Diane s’y oppose et si elle me reviendra via un autre petit chat (ou autre…) tout de même ? J’aimerais beaucoup la retrouver.

Oui je sais, je suis au courant, j’étais à ses côtés lorsqu’elle t’a écrit, elle est triste, elle est en souffrance et je m’en veux maintenant. Je savais que je ne devais pas agresser Max, que ça pourrait mal se terminer, mais en même temps je ne pouvais pas m’en empêcher, c’était plus fort que moi, j’étais parfois poussée par des énergies qui ne m’appartenaient pas. Mon tempérament est assez possessif, exclusif et ce chien je ne l’aimais pas.

Je suis triste pour ma maman, je l’aime et je ne voulais pas la faire souffrir et lui faire éprouver toute cette culpabilité. Je suis désolée, sa peine, sa culpabilité et la violence de ce départ m’empêchent de partir. Je pompe son énergie, et elle ne peut faire son deuil.

Dis-lui que je n’ai pas trop souffert. Je suis aussitôt sortie de mon corps et je savais, lorsque je me suis vue, que je ne pourrais plus y revenir. J’ai compris que je devais partir et je n’ai pas eu peur. Seule l’inquiétude du choc que ma gardienne allait éprouver en apprenant cet accident, m’était insupportable. Dis-lui de ne pas culpabiliser, ce n’est pas de sa faute, elle n’y peut rien, c’est ma seule responsabilité et je reconnais en toute conscience que je savais que ça se terminerait de cette manière.

Maintenant je n’ai plus aucune douleur hormis celle que je lui inflige et qui me torture. Dis-lui que moi aussi je l’aime, que j’ai vécu des moments merveilleux avec elle et que j’ai été très heureuse de remplir une mission auprès d’elle. J’étais un chat de type timbre-poste et j’étais chargée de la nettoyer énergétiquement et surtout de lui apprendre le détachement affectif. J’ai bien accompli ma tâche et j’avais terminé ce travail.

Elle est à présent entre de bonnes mains et ne doit surtout pas, à cause de mon départ, regretter s’être installée ici. Elle doit avancer sur son chemin et construire avec beaucoup d’équilibre sa vie affective. Elle a mis, comme moi, un petit moment à s’adapter et ne doit pas le regretter, elle a toute sa place dans cette famille. Qu’elle ne culpabilise pas de ne pas avoir été présente, au contraire, cela me rassure qu’elle n’ait pas été à la maison, c’eut été terrible pour elle.

Je suis toujours encore dans son environnement et je sais combien je lui manque et qu’elle souhaite me retrouver. Moi aussi j’ai envie de lui revenir, mais pour cela un passage au jardin des animaux est nécessaire. Ici ce n’est plus ma place et elle ne peut faire son deuil.

Je t’aiderai Diane à faire le passage après notre discussion.

Dis-lui merci de t’avoir envoyée pour nous permettre cet échange et me libérer. Qu’elle ne s’inquiète pas, elle n’a pas besoin d’avoir peur, je ne resterai que quelques semaines et je me mettrai sur son chemin lorsqu’elle se mettra à ma recherche. Ce ne sera pas très long et c’est une bonne idée d’adopter cette petite chatte en attendant mon retour. Je m’y ferai, même si je n’aime pas partager. Et puis elle aura sa place auprès d’elle. Moi j’étais sa petite fille, son bébé et je suis pressée de la retrouver et de reprendre ma place.

Si tu es prête, Diane, je vais t’accompagner jusqu’au pont des fleurs, et lorsque je m’arrêterai, tu pourras continuer la route pour partir vers la lumière.

Je n’ai pas peur, je suis prête et contente de monter au paradis des animaux, plus vite j’y serai, plus vite je pourrai lui revenir.

Puis elle s’est mise sur ses 4 pattes, elle est venue se frotter à mes jambes et je lui ai demandé la permission de la caresser. Elle s’est langoureusement frottée contre mes jambes et a poussé un petit miaulement quand je l’ai caressée. Puis nous nous sommes avancées jusqu’au pont, elle l’a traversé sans se retourner et s’est mise à gravir une à une les marches de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Diane, à bientôt.