width=La rencontre avec EMMIE s’est faite dans un pré très vert avec des herbes hautes, elle était allongée sur son ventre et s’est très rapidement relevée lorsque je me suis approchée d’elle. Je lui ai expliqué la raison de ma présence et je lui ai dit que j’avais un message et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne.

Pourquoi es-tu partie si vite, que s’est-il passé, est ce que tu as eu des difficultés à te relever ? 

Tu étais mon rayon de soleil, chaque jour j’étais auprès de toi, tu m’as donné tant de joie, tu portais mon moral, je sais qu’il y avait un lien très fort entre nous, dis-moi si tu es heureuse là où tu es partie, ton absence est très dure à vivre pour moi, je t’aime de tout mon cœur et je t’envoie tout l’amour qu’il est possible d’envoyer à un être cher, mon Emmie que j’aime tant. 

 

Tu as vu comme je me suis relevée sur mes 4 pattes ? Tu as vu que je n’ai plus aucune difficulté et que je suis aussi souple qu’une marionnette, je peux courir, sauter et me mouvoir très facilement.

Dis-lui que maintenant j’ai retrouvé toutes mes capacités et fonctions et surtout une grande mobilité. Je suis née avec un handicap énorme et je ne peux pas me plaindre, elle s’est occupée de moi et m’a chérie et aimée, je n’ai jamais manqué de rien sauf que je n’étais pas comme les autres,  je me sentais par moments triste et diminuée et j’avais peur de tomber.

J’ai parfois eu de grands instants de stress et d’angoisse et je sentais bien que tu les captais et les ressentais  autant que moi (miroir). C’était une malformation et mes muscles,  et mes fonctions motrices étaient gravement atteintes. Maintenant je me sens bien comme tous mes congénères, et c’est un réel plaisir de savoir que je suis libre de bouger comme je l’entends.

Si je suis partie aussi vite, aussi jeune, c’est parce que j’ai justement envie de vivre une vie terrestre plus que normale avec la joie d’être aimée sans craintes et sans angoisse. J’étais sur mon chemin et je préparais mon départ, je savais que ce serait extrêmement difficile pour toi de me voir partir, mais c’est la seule possibilité pour moi de pouvoir te revenir en pleine forme, en bonne santé et sans déficiences motrices.

Ne culpabilise pas si tu n’as pas été là pour m’aider à me relever, j’étais sur mon chemin et c’est ce que je voulais. Maintenant j’ai besoin qu’on m’aide à faire le passage parce que ta souffrance et ta culpabilité m’empêchent de monter, alors que mon âme aspire à faire un passage là-haut pour me ressourcer et te revenir très vite.

Moi aussi je t’aime,  tu me manques et je souhaite te revenir pour t’aider à avancer sur ton chemin. Nous étions très liées et nous le serons encore plus, car ma mission auprès de toi consiste à t’aider et à t’apprendre le détachement affectif, de vivre sereinement, en paix et en harmonie sans dépendances ni co-dépendances.  La relation que nous avons connue ensemble ces quelques mois était une forte relation de dépendances (miroir) et c’est pour te permettre d’en prendre conscience que mon passage sur terre a été très court. Maintenant tu dois l’accepter en âme et conscience et avec amour, car tu as à présent les réponses à ton mal-être.

Nous nous sommes déjà connues dans une autre vie et j’étais ton enfant, ta fille handicapée qui est partie bien trop vite et trop jeune et tu en as terriblement et injustement souffert. Et ces miroirs sont restés et sont profondément ancrés. Mon passage dans ta vie doit te permettre aujourd’hui de faire un travail sur toi pour te débarrasser de toutes ces douleurs et peurs qui t’habitent depuis trop longtemps.

Nous sommes reliées pour l’éternité et je te reviendrai pour t’aider à te guérir de toutes ces souffrances du passé et être enfin toi, à te reconnecter avec joie et amour à ton petit enfant intérieur, à ta source.

J’endosserai le costume qui te plaira et je serai une vache si tu le préfères, mais un animal domestique tel qu’un chat ou un chien te serait plus bénéfique. Mais encore une fois, je te laisse choisir et me mettrai sur ton chemin dès que tu te sentiras prête à m’accueillir de nouveau.

Je t’aime, tu es ma maman, ma maman de cœur à jamais.

Je lui transmettrai tes messages EMMIE, es-tu prête maintenant à rejoindre le jardin des animaux ?

Plus que jamais.

Puis elle est venue à côté de moi et nous avons emprunté un chemin de terre bordé de milliers de petites pâquerettes, qui devenait de plus en plus lumineux au fur et à mesure que nous nous approchions du pont des fleurs. Lorsque je me suis arrêté devant, elle l’a franchi  en courant, tellement elle était pressée de se noyer dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir EMMIE, à bientôt, ressource toi très vite !