width=A mon arrivée sur le chemin, Fidji était couché de tout son long sur le flanc droit et m’a regardée avec des yeux plein d’espoir. Ses yeux exprimaient une demande et avant que je ne lui explique la raison de cette connexion, elle m’a dit :

Je suis heureuse que tu sois là, je savais qu’elle ferait appel à toi. Mon départ la laisse dans une telle tristesse, elle se morfond dans les questions, dans les regrets et même si au fond d’elle elle sait qu’elle a pris la bonne décision, elle a parfois du mal à assumer sa décision et se demande si elle a fait le bon choix. Dis-lui que je l’aime et que j’étais sur mon chemin depuis l’été dernier.  Oui je préparais mon départ, j’ai besoin de me reposer et de me ressourcer. Ces deux dernières années ont été très difficiles pour elle et pour moi. Nous avons toutes les deux vécu l’abandon et avons été énormément traumatisées. Cela nous a rapprochées, le départ de Diabolo aussi, mais j’ai maintenant besoin de rejoindre le jardin des animaux pour me refaire une petite santé avant de lui revenir et de continuer ma mission auprès d’elle. Je ne souffre plus, je me sens légère, mon corps est au repos mais ici ce n’est plus ma place. Tant que je serai dans leur entourage, elles ne pourront faire leur deuil et Hatena à qui je pompe son énergie, est énormément perturbée et risque de tomber malade. Ils se sont bien occupé de moi à l’hôpital de Lille, qu’elle ne s’inquiète pas, mais accepte l’idée qu’elle a pris la bonne décision en m’aidant à partir. L’opération lui aurait coûté de l’argent, mais n’aurait rien changé à la situation. Les séances d’ostéopathie  me faisaient beaucoup de bien, mais ne suffisaient pas à me soulager.

Ce qui cause beaucoup problème à ta gardienne, c’est qu’elle n’a pas remarqué ta maladie et tes hernies cervicales avant. Ça a été si soudain et tu laisses « jolie princesse » un grand vide. Ne plus te voir, te caresser, te câliner, te faire des bisous, lui manquent terriblement et la rapidité de ton départ a été trop brutale.

Je sais qu’elle n’a pas eu le temps de se préparer et j’en suis désolée, mais je ne voulais pas lui créer de soucis et ne voulais pas qu’elle le remarque. Qu’elle ne culpabilise pas, cela n’aurait rien changé, si ce n’est des dépenses qu’elle ne pouvait assumer. Nous avons toujours été très fusionnelles, et elle m’a promis de me retrouver avant mon départ. Moi je n’aspire qu’à me ressourcer quelques semaines et de lui revenir en bonne santé afin de l’aider à avancer sur son chemin. C’est une gardienne d’amour exceptionnelle, et elle a besoin qu’on l’aide à avancer dans cette vie avec assurance et confiance. Elle a besoin d’amour et a besoin de retrouver confiance en elle. Qui mieux que moi peut l’aider à faire ce travail ! Dis-lui que je l’entends quand elle me parle et que c’est naturel qu’elle ressente ma présence. Mais pour pouvoir faire son deuil, elle doit maintenant accepter mon départ. Cela me libèrera et elle et Hatena aussi.

Je me charge de lui transmettre tes messages Fidji, sache qu’elle t’aime à l’infini. Ne plus t’avoir près d’elle est un déchirement. Elle te fait plein de câlins et de bisous. Ta maman qui t’aime.

Merci maman, moi aussi je t’aime et il me tarde maintenant de faire ma transition pour pouvoir t’envoyer de la lumière et de bonnes énergies en attendant mon retour.

Si tu es prête Fidji, je vais maintenant t’accompagner quelques pas sur le chemin, n’aie pas peur lorsque tu feras le passage, tout se passera bien pour toi.

Oui je sais, je n’ai aucune crainte, je sais que de l’autre côté de la porte mes 2 anciens copains m’attendent et qu’ils me guideront jusqu’au jardin des fleurs.

Elle s’est mise debout, très décidée et s’est mise à avancer à mes côtés. Lorsque je me suis arrêtée, elle m’a dit :

Je sens de plus en plus l’énergie d’Ekeul et de Diabolo et je suis pressée et heureuse de les retrouver. Dis-lui merci et merci à toi.

Puis d’un bond, elle a pris son envol dans cette magnifique et éblouissante lumière.

Paix à ton âme Fidji !

Communication du 15/02/2017

« Coucou ma jolie princesse, je viens vers toi pour avoir des nouvelles, car je m’inquiète tu sais. Tu me manques tant. »

Oui je sais que je te manque et je me dépêche pour me ressourcer et te revenir très vite. Moi aussi tu me manques mais ne t’inquiète pas, ici je suis bien. C’est un endroit magnifique et il y a Diabolo. Je ne suis pas seule. Ne te torture pas l’esprit, tu as fait le bon choix, je ne pouvais pas continuer de vivre avec ces douleurs et l’opération n’aurait que fait reculer le problème.

Ce n’était pas mon choix, moi j’ai préféré que tu m’aides à partir, même si je sais que cette décision t’as arraché le cœur. Si j’ai bougé un peu les pattes, ce n’était pas pour que tu envisages l’opération, c’était juste pour me permettre de me rapprocher de toi et te lécher la main pour te dire au revoir. Au revoir et merci pour ces belles années passées ensemble. C’est ce qui m’a donné la force de bouger mes pattes, mais l’opération n’aurait pas réussie et tu dépensais ton argent pour rien.

Ici je peux me ressourcer et te revenir dès le milieu du printemps en pleine forme. Ce sera quand même mieux de pouvoir faire de grandes balades ensemble sans douleurs et sans handicap, et ne te fais pas de bile, tu ne passeras pas à côté de moi, il n’y a aucun risque, fais-moi confiance.

Reposes-toi bien ma jolie princesse et reviens moi en pleine forme. Je t’attendrai. Je t’aime à l’infini. Ta maman.

Moi aussi je t’aime beaucoup.