width=J’ai rencontré Fidji, assise sur son train arrière dans l’herbe et elle m’a regardée d’un air triste, un peu comme si elle attendait que je lui vienne en aide. A mon approche, elle s’est mise à bouger et je voyais sa queue qui frétillait. Elle était contente de me voir, ça m’a rassurée, elle savait que je l’aiderais à faire le passage du pont des fleurs. Je lui ai expliqué que j’avais un long message de sa gardienne et aussi quelques questions :

Ma Fidji ma fidèle compagne ma confidente tu savais à travers ton regard me rassurer tu venais à mes côtés poser ta tête sur ma jambe quand tu me voyais triste et pleurer je te confiais mes problèmes mes souffrances comme on se confie à une personne humaine pour moi tu étais une belle âme forte courageuse je me sentais protégée avec toi. Tu ressentais toutes mes émotions. Tu prenais une grande place autant dans ma vie que dans la maison. Tu as été un amour de chienne tout le monde  t aimait et te respectait tu dégageais une telle énergie une telle puissance. La maison est vide sans toi j’ai même pensé à déménager j’ai le sentiment que tout s’est arrêté qu’il n y a plus de vie j’ai l’impression de te voir par moment et de te ressentir j’ai du mal a ouvrir la porte et à me dire que tu n’es plus là pour m’accueillir et sauter de joie quand tu me voyais rentrer. Je te cherche mais je ne te vois plus je ne  t’entends plus respirer fort ou ronfler. Tout s’est précipité en 3 jours j’ai eu l’impression que le temps  c’était arrêté. Ça a été un choc car c’est arrivé trop brutalement. J’ai gardé jusqu’au bout  l’espoir  que nous pouvions te guérir suite à cet maladie subite  que nous ne comprenions pas mais le destin en a décidé autrement. Je me sens terriblement seule et dévastée. J’ai l’impression que je ne me suis pas assez occupée de toi-même si j’étais chaque jour avec toi je me dis que j’aurai pu profiter encore plus de toi. Je te demande pardon pour ces moments où je ne te donnais peut être pas l’attention que tu méritais trop préoccupé par mon travail mais nous étions ensemble chaque instant. J’espère t avoir donné une vie heureuse que tu emportes avec toi le souvenir de toutes ces années de complicité et d’amour que nous avons partagé. Tu es irremplaçable tu restes à jamais gravée dans mon cœur. Je te remercie de ta présence à mes côtés de l’amour que tu m’as donné de ta douceur de ta gentillesse. Je t’aime pour toujours ma jolie Fidji.

 Questions

Quand tu as eu cet accident le mercredi sentais tu déjà que tu partirais et as-tu senti que j’avais un mauvais pressentiment ?

Qu’à tu ressenti au moment de ton départ ?

As-tu retrouvé Engie ta maman et micheline ?

Es-tu déjà revenue à la maison  y reviens tu souvent ?

Est-ce que l’endroit dans la maison ou j’ai mis l’urne te convient ?

J’ai le ressenti que nous étions  des Ames sœurs le resterons nous même si nous ne sommes plus sur le même plan ?

Bb chat est triste depuis ton départ est ce qu’il te voit par moment dans la maison ?

Est-ce que tu reviendras me voir et me feras tu sentir ta présence ?

Tu avais une mission auprès de moi sais-tu laquelle ?

Quel meilleur souvenir emportes-tu avec toi ?

J’étais à ses côtés lorsqu’elle t’a contactée et écrit. Je sais que je lui manque terriblement, c’est presque viscéral ce manque qu’elle a de moi et c’est réciproque. J’étais son bébé, sa fille, mais avant tout et surtout sa compagne, sa confidente. Notre relation était très fusionnelle et nous nous comprenions au simple regard. Je savais ce qu’elle pensait, je lisais dans sa tête et elle aussi était très proche et pouvait comprendre ce que je voulais lui dire.

Dis-lui que je l’aime et qu’elle ne doit surtout pas culpabiliser ou avoir des regrets. J’ai vécu une vie de chien merveilleuse avec elle. J’ai été sa princesse et je me suis sentie très aimée et choyée. Elle a toujours fait ce qu’il fallait pour me rendre la vie belle et agréable à ses côtés, même dans ses moments de tristesse, dans ses moments de grands doutes et de peines.

Dis-lui que la brutalité de mon départ et sa souffrance m’empêchent de partir. Dis-lui aussi qu’ici ce n’est plus ma place et qu’elle n’arrivera pas à faire son deuil tant que je reste dans son entourage. Je lui puise son énergie et elle se sent bien vide.

Oui je savais que c’était fini pour moi et que je partirais. Oui je savais que le choc serait violent pour elle et qu’elle n’avait pas le temps de se préparer, même si elle a eu l’intuition qu’il n’y avait plus rien à faire pour moi. Entre le ressentir et le vivre, la différence est énorme et ni son cœur, ni son esprit ne pouvaient l’entendre. Moi j’ai pu très rapidement me préparer à rejoindre l’au-delà, je n’avais pas peur, mais de savoir que la vie allait basculer pour elle, que ce serait une douloureuse épreuve m’a retenue et je n’ai pas réussi à faire ma transition.

Et je suis toujours là, dans son entourage, dans la maison, même si elle ne peut me voir ni m’entendre respirer fort ou ronfler. Mon cœur était fatigué et mon âme aspire à présent à rejoindre le jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer. Mon départ la libérera aussi, elle pourra commencer son travail de deuil et BB chat sera soulagé aussi. Pour lui, de me voir entre deux, de sentir que je m’accroche à lui est très perturbant, car il sait que je dois partir pour que tout aille mieux pour moi et pour eux.

J’avais une mission de vie auprès d’elle et celle-ci s’est terminée, mais je lui reviendrai pour une autre, même si ce retour ne fait pas partie de ses croyances. Ma mission consistait à l’aider à se détacher de relations affectives qui faisaient mal. Je devais l’aider à comprendre que la vie pouvait lui offrir autre chose que la misère du cœur. Que la vie pouvait lui offrir des joies et de l’amour mais que pour cela il fallait être confiant et s’ouvrir, ouvrir son cœur. Lorsqu’il reste fermé parce qu’il a souffert, l’univers ne peut pas lui apporter ce dont on a besoin : la paix, l’harmonie et la sérénité.

Je l’ai aidée à avoir confiance en elle et en la vie et lorsque je lui reviendrai, je l’aiderai à avancer et l’accompagnerai sur son chemin de vie.

Dis-lui que l’endroit où elle a mis mon urne m’importe peu, ce qui est important pour moi c’est de monter pour me reposer et me ressourcer pour pouvoir lui revenir. Ce qui est important c’est qu’elle ait envie de me retrouver aussi et qu’elle m’ouvre à nouveau son cœur et sa porte.

C’est vrai que nous étions des âmes sœurs, nous étions déjà ensemble dans une autre vie, nous sommes reliées et le resterons toujours. Après la mort il y a la renaissance et elle a bien compris que la maison sans moi était vide et son cœur aussi. Déménager ne servirait à rien, elle ressentirait exactement la même chose.

J’emporte avec moi le souvenir d’une gardienne heureuse, remplie d’amour et de compassion. Et j’ai envie de la retrouver et de pouvoir encore partager des balades et des moments privilégiés avec elle, tel que le bain en pleine nature et les promenades en voiture. Dis-lui aussi que ce ne sera pas long, que là-haut l’espace-temps n’est pas le même qu’ici-bas et que ça pourrait être très rapide. L’été est une période propice pour éduquer un petit chiot.

Je lui transmettrai tes messages Fidji, est-tu maintenant prête à partir au paradis des animaux ?

Je le suis, je peux à présent que tu vas lui transmettre mes messages et mes réponses et surtout lui dire que je souhaite lui revenir, rejoindre ce havre de paix. Je n’ai pas peur, je sais qu’on m’attend de l’autre côté pour m’accompagner, et je suis heureuse de rejoindre ma maman. Elle m’attend pour m’aider à passer le pont, je ne serai pas toute seule.

Puis nous nous sommes avancées toutes les deux sur le chemin de lumière qui s’est ouvert à nous, et lorsque je me suis arrêtée, elle m’a remerciée et m’a dit :

Je continuerai de la protéger de là-haut, mais c’est à ses côtés que je me dois de la protéger, c’est auprès d’elle que j’ai ma place, je ne resterai que le temps qu’il lui faudra pour se préparer à mon retour.

Puis elle a traversé très vite le pont des fleurs et s’est noyée dans la lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Fidji, ressource-toi en paix !