width=Tes gardiens me chargent de te transmettre des messages et de te poser des questions :

Grany est une femelle douce et effacée, elle est « retraitée » depuis de nombreuses années.
Est-elle traumatisée par l’attitude d’Oahnie qui est une femelle reproductrice qui a eu 2 chatons il y a 6 jours et qui l’empêche de se rendre dans certaines pièces de l’appartement.
A-t-elle des peurs ?
Est-ce qu’elle se sent bien chez nous, avec nous et avec tous les chats qui l’entourent ?
Quelle est sa mission ?
Qui est son gardien ?
Pourquoi ne vient-elle plus se lover dans les bras de sa mamou ?
A-t-elle des bobos dont il faut s’occuper ? Sa sciatique la fait-elle souffrir ? Elle ronfle de temps en temps, est-ce que ça la gêne ?
Quels sont ses souhaits ?

Et tout ce qu’elle voudra bien vous dire.

Messages à lui transmettre :

On l’aime beaucoup, on la trouve très belle et on la remercie pour tous les beaux chatons qu’elle nous a donnés.
On ne veut pas qu’elle se sente délaissée, même si les chatons nous occupent beaucoup.
Merci de la rassurer 

Dis-leur merci pour leur message d’amour, dis-leur merci pour leur empathie et leur compassion. Et surtout dis-leur merci pour les compliments qu’ils me font, cela me fait chaud au cœur qu’ils continuent à me dire que je suis belle. Même si je suis craintive, que je ne me sente pas toujours en sécurité depuis que j’ai pris ma retraite, je suis un chat de tempérament au caractère assez fort et lorsque ma maman me disait que je suis belle et qu’elle était fière de moi, je le ressentais au plus profond de mon être et ma personnalité en était renforcée.

De m’entendre  dire encore après toutes ces années, malgré que je ne peux plus leur donner de chatons, que je suis belle me fait du bien, beaucoup de bien et je sais bien qu’ils sont très occupés avec les bébés et qu’ils ont forcément moins de temps pour moi. Nous sommes une grande famille et il faut composer avec. A chacun ses moments privilégiés, vous les humains vous diriez « son heure de gloire » et après il faut vivre et continuer à avancer sur son chemin autrement.

Lorsqu’on a été une maman reproductrice et qu’on a donné de nombreux et beaux chatons, on a forcément de la frustration lorsque ça cesse. Pendant la période de gestation on se sent rempli d’amour, et c’est décuplé car cet amour on l’a pour vous on est heureux de vous donner des bébés et on l’a aussi pour les bébés qu’on va mettre au monde. Dès leur arrivée on allaite, on pouponne, on les socialise, on a du travail et un grand rôle auprès d’eux et de vous. Et lorsque ça s’arrête on est frustrée et on se sent un peu rejetée.

Je sais que vous m’aimez et que pour vous cela ne change rien, mais le regard que vous portez sur moi n’est plus le même, pour vous la vie continue autrement et c’est naturel. Il n’y a rien à vous reprocher, c’est normal. Pour moi c’est un peu plus difficile surtout lorsqu’une peste comme Oahnie me dit « regarde les 2 chatons que j’ai mis au monde, ce sont les miens, c’est moi la génitrice et qui doit les sevrer, toi tu ne t’approche pas, ce sont les miens et tu dois rester dans ton coin. »

Cela m’agresse et me crée des peurs, je me dis parfois, tu vieillis et plus tu avances dans  l’âge, plus les plus jeunes vont te faire comprendre que ton heure est passée et que tu dois leur laisser la place. Nous sommes des animaux remplis d’amour inconditionnel, mais lorsque nous sommes élevés dans un élevage, nous sommes confrontés aux mêmes problèmes que les humains, dès lors qu’on a un double rôle à assurer.

Je suis un chat timbre-poste et je suis reliée à toi ma maman,  j’avais aussi la mission de t’aider à ne pas trop t’attacher à tous ces petits qu’il fallait laisser partir au bout de quelques semaines, et je pense avoir bien rempli ce travail. Tu as de moins en moins besoin de moi,  je laisse ma place et préfère me mettre en retrait, même que nos câlins me manquent, tu es fort occupée et tu dois te partager avec tous. Je ne voudrais surtout pas partir, être confiée à un autre gardien, tu es ma maman, il est mon papa, ici je suis chez moi et je sais que je dois composer avec cette famille nombreuse.

Je ressens parfois des pincements assez vifs, je ne peux pas parler de souffrance, je gère, mais lorsque les pressions sont plus douloureuses je me réfugie dans le corps astral pour les gérer. Je ronfle ? Probablement l’âge ? Mais ça ne me gêne pas. Si j’ai des souhaits ? Oui qu’on me laisse en tant que mamie (sourire) vivre ma retraite comme je l’entends, je m’occupe de plus en plus de l’énergie du lieu et cela aide mes compagnons et les décharge d’une tâche tout de même assez ingrate. C’est bien plus plaisant de materner.

Je vous aime et je suis heureuse avec vous, même si parfois il y a du stress et que c’est plus pesant de ne pas être la seule, l’unique…