La rencontre avec GUIZMO s’est faite devant le pont des fleurs. Elle était assise et regardait tristement de l’autre côté du pont où on pouvait voir les belles lumières de l’arc en ciel, et je pouvais ressentir qu’elle avait très envie de le traverser. Je me suis approchée doucement, je l’ai appelée par son nom pour ne pas l’effrayer et elle s’est retournée vers moi pour me dire :

Approche, ne crains rien, je n’ai pas peur, je sais que c’est ma maman qui t’envoie vers moi. J’étais à côté d’elle lorsqu’elle t’a sollicitée et je t’attendais.

Je sais que mon départ la plonge dans une grande souffrance et nous avons toutes les deux besoin de ton aide, moi pour faire le passage afin de pouvoir monter me reposer et me ressourcer, et elle afin de pouvoir enfin commencer son travail de deuil et retrouver un peu de paix dans son cœur et son esprit.

Je l’ai rassurée et lui ai expliqué que c’était la raison de ma présence, mais que sa gardienne souhaitait avant lui transmettre des messages et lui poser quelques questions :

Ma chérie où es tu maintenant?

 Je suis désolée de ne pas avoir eu le courage de t’endormir plus tôt, j’espère que tu n’as pas trop souffert, pardonne moi s’il te plaît

 Est-ce que tu as eu peur chez le vétérinaire avant la piqure? Est-ce que tu as eu mal de la piqure?

 Pourquoi tu as refusé de prendre des médicaments, j’ai espéré tellement qu’ils te prolongeraient la vie encore un peu

 Pourquoi tu ne me regardais plus avant la piqure

 Est-ce que tu reviendras chez moi sous une autre forme?

 Je t’aime et je t’aimerai toujours tu me manques tant

 MERCi pour tout ton amour pendant toutes ces années, grâce à toi j’ai surmonté toutes ces épreuves

 Est-ce que tu étais heureuse avec moi?

 Herve t’aime et tu lui manques tant

Dis-lui que depuis le message qu’elle t’a écrit, j’ai fait du chemin, je suis venue jusque devant ce magnifique pont des fleurs mais que j’hésite encore à le traverser parce que sa douleur et sa culpabilité m’en empêchent. Dis-lui qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait faire pour moi et qu’elle a pris la décision au bon moment.

J’étais sur mon chemin depuis bien longtemps et j’étais prête, mais elle, elle ne l’était pas et il fallait qu’elle le soit aussi, sinon je ne serais de toute manière pas bien partie. Elle a fait le bon choix, c’était le moment pour moi de tirer la révérence et je peux la rassurer, j’arrivais à gérer les douleurs, je me réfugiais la plupart du temps dans mon corps astral et j’arrivais à les gérer et les supporter.

Je ne voulais plus prendre les médicaments, mon âme était prête à remonter afin de pouvoir me reposer et me ressourcer, et ce n’était pas compatible et cohérent de continuer à les prendre pour prolonger ma vie terrestre dans ce corps physique. Excuse-moi si cela t’as fait de la peine.

Je sais combien tu voulais me garder encore longtemps auprès de toi et combien cela t’a coûté de devoir m’aider à partir. Je ne te regardais plus chez le vétérinaire, cela te faisait trop de mal et je ne voulais pas voir ton regard triste et déchirant.

Je n’avais pas peur, je savais que tu le faisais par amour pour moi et que je serais enfin soulagée de tous ces maux. La piqûre, je ne l’ai pas sentie, j’étais dans mon corps astral et plus rien ne pouvait m’atteindre.

Je t’aime que tu as été une maman merveilleuse. Je me suis sentie être ton bébé, ta fifille et j’ai adoré toutes ces années de grand bonheur avec toi, même si la vie a été parfois difficile et cruelle avec toi, que nous avons traversé toutes les deux des périodes avec des épreuves très tristes. Nous étions ensemble et j’étais là pour te protéger et veiller sur toi et ton évolution spirituelle.

Ma mission consistait à t’aider à te reconnecter à ta source, à ton petit enfant intérieur pour t’aider à régir toutes ces souffrances du passé et t’aider à dépasser celles présentes et surtout t’accompagner sur ton chemin de vie. Je n’ai pas terminé ce travail auprès de toi. Tu as encore besoin de moi, de ma présence sur un plan terrestre pour continuer ta route, et un petit passage au jardin des animaux me permettra de me ressourcer et de préparer mon retour.

Dis à Hervé que je l’aime aussi, son âme tout comme la tienne est empreinte de douceur et surtout d’une grande compassion et empathie et cela me rend si heureuse.

Tu te sens vide à l’intérieur de toi et je sais que seule moi peux le remplir, et mon âme aspire à te revenir très vite. Ce ne sera pas long, l’espace-temps là-haut n’est pas le même qu’ici-bas et dès que tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin. Sois confiante, aie confiance en moi comme je l’ai toujours eu en toi.

Je t’aime ma maman d’amour et à bientôt.

Je lui ai dit que je me chargerai de transmettre ses messages et elle m’a remercié :

Merci, merci pour tout, beaucoup, beaucoup de gratitude

Et sans hésitation elle s’est empressée de traverser le pont pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Guizmo est vraiment au paradis des animaux maintenant, Au revoir Guizmo, à très bientôt !