width=Harry, Amelia la nounou que tu connais bien me dit que tu as eu quelques problèmes, tu as perdu les poils de ton ventre et poitrail. Peux-tu me dire ce qui se passe ? En connais-t-u la raison ?

Si je connais la raison ? Bien sûr que je connais la raison de mon stress, de mon mal-être. J’ai subi non pas une mais plusieurs maltraitances, j’ai encaissé de gros chocs émotionnels et je suis malheureux comme une pierre, une grande tristesse, une grande détresse.

Peux-tu m’expliquer ce qui se passe Harry ?

Je suis son garçon, elle est ma maman et je suis le papa de beaucoup de mes congénères et du jour au lendemain plus rien. Du jour au lendemain, elle décide de me mettre à l’écart, pire au rencart et pire encore, elle m’abandonne. Mais ici c’est chez moi et je l’aime. Je ne suis pas seulement le géniteur de son élevage, je suis aussi son compagnon et j’ai une mission auprès d’elle. C’est déjà triste de se sentir considéré comme un objet, d’être remplacé par un autre, sans aucune considération, de se faire enlever sa virilité alors que pendant toutes ces années j’ai été fier de leur apporter mes services et d’assurer la descendance et voilà qu’elle m’abandonne.

Elle m’a donné sans aucun scrupule, et moi je me suis senti rejeté, trahi et misérable. Non pas que la dame ne s’occupait pas bien de moi, mais ce n’est pas chez moi et les peurs et les angoisses m’ont fait perdre tout espoir de revenir chez moi. Je me suis beaucoup gratté et les poils sont tombés tout seul.

Puis elle est revenue me chercher. J’ai eu une lueur d’espoir, mais je sens bien qu’elle ne veut plus de moi. Dis-lui que c’est ma maison, c’est mon jardin, c’est mon territoire et si je dois faire un effort, je peux le partager, mais je ne veux plus partir.

J’ai un rôle de chat timbre-poste et en dehors de mon travail de géniteur, j’ai la mission de la nettoyer énergétiquement et de lui apprendre le détachement matériel.

Aimerais-tu aller vivre avec la nounou Amelia qui vient parfois te garder ?

Non, qu’elle ne soit pas triste, ça n’a rien à voir avec elle, je l’aime bien, mais ici c’est chez moi et je veux y rester. J’ai besoin de me promener dans le jardin pour me ressourcer et j’ai surtout besoin de me sentir aimé et apprécié pour ce que je suis et pas ce que je fais ou ne peux plus faire depuis qu’elle m’a mis à la retraite.

Je ressens des peurs et des angoisses terribles et ne supporterai pas une nouvelle séparation.

Dis à ma maman que je l’aime d’un amour profond de chat et qu’elle doit bien réfléchir en âme et conscience et se poser la question « ais-je le droit de l’abandonner ? Ne suis-je pas capable d’avoir plus de compassion et d’empathie envers mon garçon qui est un être, une âme sensible ? Est-ce que je ne l’aime pas assez et ne suis-je  pas capable de le garder et de gérer la situation ? »

Au fond d’elle elle sait qu’elle peut le faire et me rendre heureux. Je l’ai bien mérité et l’univers le lui rendra. Et j’aurai la chance de revoir ma nounou lorsqu’elle aura besoin qu’elle s’occupe de nous. Elle est gentille et adorable et pour elle la question ne se poserait pas. Alors pourquoi ma maman agit-elle avec si peu de sentiments, a-t-elle connu l’abandon, le manque de considération (miroir) ?

Cela m’affecte au plus profond de moi-même et je suis triste pour moi et pour elle.