La connexion avec Hobby s’est faite dans cette belle et luxuriante prairie qui se trouve après l’escalier de l’arc en ciel et juste avant l’entrée du paradis des animaux. Lorsque je suis arrivée dans cette belle clairière où toutes les couleurs étaient très flashy, les herbes de tous les tons de verts très fluos, des fleurs petites, moyennes, grandes de toutes les couleurs très vives, j’ai d’abord dû m’arrêter quelques secondes pour m’habituer à ces lumières éblouissantes. J’ai cligné plusieurs fois les yeux avant de voir Hobby, couché de tout son long sur son ventre, entouré de plusieurs congénères. Il y avait aussi un chat noir à côté de lui et des papillons, des anges, blancs, orange et dorés qui virevoltaient autour d’eux et formaient des farandoles de danses magnifiques à admirer. Il y régnait une paix absolue et une grande harmonie.

 J’avais juste envie de m’asseoir à côté d’eux et de me laisser envahir par cette grande quiétude que je pouvais ressentir, et me suis rappelée au bout de quelques instants que j’étais venue voir Hobby pour lui donner des messages de sa gardienne. Ce haut-lieu qui est le jardin des animaux est tellement magique que j’avais pendant un petit laps de temps oublié que c’était à Hobby tout spécialement que ma visite était destinée. Je l’ai appelé 1 fois par son nom et tous les congénères rassemblés autour de lui se sont écartés pour me laisser la place de m’approcher de lui. Par contre le chat est venu à moi pour me dire :

Je suis Doudou et j’ai appelé toute cette tribu qui l’entourait pour passer ces nuits saintes avec lui. Je sais qu’il est resté là dans l’espoir que notre chère et merveilleuse maman vienne le contacter, mais je n’avais pas le cœur de le laisser seul pendant ces fêtes où nous sommes tous rassemblés en famille, et nous pouvons maintenant te le confier, nous retournons tous derrière cette porte dorée que tu peux apercevoir derrière moi et il viendra enfin nous rejoindre lorsque tu repartiras.

Dis à ma maman que je l’aime et si je suis parti si vite cet été, c’est pour pouvoir être là lorsque mon cher et fidèle compagnon ferait le grand saut. J’avais l’âge de tirer ma révérence et je suis bien monté au jardin des animaux,  j’étais là pour l’accueillir de l’autre côté.

Puis il s’est empressé de suivre tout le petit troupeau et je suis restée seule avec Hobby. Je me suis présentée, lui ai expliqué les raisons de ma présence et il m’a dit :

Je suis si content de te voir enfin. Depuis mon départ je savais que ma chère et tendre maman t’avait contactée, et j’attendais dans cette belle prairie que tu viennes pour nous permettre cet échange, mais même si ici on n’a plus du tout, mais absolument plus aucune notion du temps, j’ai tout de même cette impression d’être dans l’attente, voulue bien entendu, mais tout à l’heure je suis pressé de rejoindre Doudou et tous les autres animaux.

Je lui ai confirmé que j’avais des questions de la part de sa gardienne et qu’elle me chargeait de lui dire qu’elle l’aime beaucoup et qu’il lui manque énormément :

Que me dit-il ?

A-t-il été heureux avec moi ?

Est-ce qu’il a souffert  ? 

Lorsque je l’ai amené chez le vétérinaire, savait-il qu’il allait mourir ?

J’avais pris une petite chatte pour lui tenir compagnie car mon dernier chat Doudou était mort au mois de juillet 2022. Est-ce que l’arrivée de cette petite chatte l’a dérangé ?  

Est-ce qu’il est bien actuellement ?

Vais-je le revoir lorsque je serai comme lui passée dans l’autre monde ?

Il y a plein de choses que j’aurai voulu savoir mais comme ça par écrit c’est difficile. J’aurais aimé lui parler avec vous en direct.

 

Pendant que je lui lisais le contenu, je voyais quelques larmes perler à ses yeux, tomber sur sa truffe et il les attrapait avec sa patte pour les lécher.

Je suis très ému, je sais qu’elle m’aime, dis-lui que je l’aime aussi d’un amour pur, profond et inconditionnel. D’entendre qu’elle se pose des questions à savoir si j’ai été heureux avec elle me fait mal, mal pour elle. Comment peut-elle se poser ce genre de question ? Nous étions si proches, si fusionnels, j’étais son bébé, son petit bébé, j’étais elle et elle était moi. Elle était ma maman et je l’adore. Nous vivions l’un pour l’autre et je la suivais comme une ombre. J’étais la prunelle de ses yeux et elle voyait à travers moi.

Je sais que mon départ la plonge dans une grande et effroyable souffrance et sa tristesse, son grand désarroi me fait beaucoup de peine. Je suis si désolé, je sais que depuis que je suis parti elle se sent totalement désœuvrée et n’arrive pas à faire son deuil. Elle se sent vide à l’intérieur d’elle, sa maison lui semble vide, et c’est si perturbant malgré la présence de sa petite compagne.

Dis-lui que j’étais bien malade, un mal qui me rongeait de l’intérieur, mon cœur, mes reins et tout mon système digestif étaient bien usés, la respiration était difficile et lorsque j’avais des douleurs je me réfugiais dans mon corps astral et tout devenait bien plus supportable. J’arrivais à gérer, les douleurs n’étaient plus lancinantes et j’étais prêt lorsqu’elle m’a emmené chez le vétérinaire. Je savais que je ne reviendrais plus et je n’avais pas peur. La vessie me posait grand problème aussi, j’avais préparé ma transition depuis le début de l’année et Doudou était là, accompagné de plusieurs congénères, je n’avais pas peur, j’ai passé le pont des fleurs et j’ai gravi les marches de l’escalier de l’arc en ciel bien entouré.

Maintenant je vais de nouveau bien, me suis déjà bien reposé et ressourcé et me sens de nouveau tout léger, je peux jouer, courir et m’amuser. Je vais bien et ici tout est très beau, c’est féérique, mais même si ici c’est le paradis, c’est auprès de toi que je souhaite revenir et continuer un bout de chemin ensemble. Toutes ces années auprès de toi ont été des années merveilleuses, des années de pur et grand bonheur et ma mission consistait à te permettre de te reconnecter à ton âme, à ton petit enfant intérieur, à la source et te nourrir de tendresse lorsque  tu me chérissais. Tu en as beaucoup manqué depuis ta petite enfance, et cela, depuis que j’ai fait le grand saut, te manque encore plus maintenant.

La compagne que tu as adoptée ne m’a pas dérangé, je n’avais juste plus assez de force pour jouer avec elle et j’en suis navré. Mais tu sais que tout est encore possible. Mon âme est éternelle, elle perdure et aspire à te revenir. Tu as besoin de moi sur le plan terrestre et bien avant que tu ne passes dans l’autre monde. Alors ne te pose pas mille questions, mets-toi très vite à ma recherche. J’endosserai le costume qu’il te plaira et nous pourrons continuer notre belle aventure ensemble. Je suis déjà prêt et Doudou aussi (petit sourire et clin d’œil)

A bientôt, il me tarde de te retrouver très vite.