La connexion avec HUGO s’est faite au paradis des animaux. Il était entouré de beaucoup de congénères, ils étaient tous assis en cercle autour d’un oasis où tournoyaient des milliers de papillons blancs et dorés. Il y avait aussi des anges, des dizaines d’anges blancs, orange et dorés. Rien que de voir et de ressentir le bien-être qui se dégageait de ce magnifique jardin des animaux m’a apaisée et remplie le cœur de plénitude.

Je me suis approchée tout doucement du groupe et j’ai appelé Hugo qui s’est aussitôt détaché du clan pour venir s’asseoir à côté de moi. Je lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions de la part de sa gardienne.

Elle était ma maman bien plus que ma gardienne. J’étais son bébé, son petit garçon et je le resterai jusqu’à la fin des temps. J’étais déjà avec elle et je lui reviendrai encore. Dis-lui de ne pas s’inquiéter, nous pourrons nous retrouver dès qu’elle le souhaitera. Mon départ a été trop rapide et brutal pour elle et l’a plongé dans un profond désarroi. Sa souffrance, sa culpabilité et ses remords m’ont longtemps empêché de passer le pont des fleurs. Je suis resté très longtemps, trop longtemps dans son environnement au quotidien et cela l’a empêché de faire le deuil et moi de me reposer et me ressourcer.

Mais voilà tout de même 4 saisons que j’ai pu rejoindre ce magnifique havre de paix et je me sens prêt à redescendre pour continuer ma belle mission auprès d’elle. Car celle-ci n’est pas terminée, nous étions beaucoup trop attachés l’un à l’autre, beaucoup trop fusionnels et je ne lui ai pas appris le détachement affectif. Elle vivait à travers moi et mon absence l’a profondément perturbée, elle s’est sentie abandonnée, depuis mon départ elle se sent vide à l’intérieur d’elle, il lui manque une partie d’elle, et seul moi peut le remplir ce vide.

Dis-lui merci pour son message d’amour, il est merveilleux et empreint d’amour pour moi. Moi aussi je l’aime, je me suis senti être son compagnon, mais surtout son garçon comme si j’étais une partie d’elle, et j’ai vécu des moments exceptionnels auprès d’elle. Dis-lui de ne pas culpabiliser, mon cœur était fatigué, j’étais sur mon chemin depuis quelque temps et je préparais mon départ.

Je savais que malgré ses promesses, elle ne pourrait pas me sauver et je préparais ma transition. Seulement elle, elle n’était pas prête ce matin-là et sa souffrance fut immense. Moi j’étais prêt et je savais que le vétérinaire ne pouvait plus rien pour moi et j’ai voulu souffler la flamme de ma bougie en sa présence. De partir chez le véto aurait été cruel et incompréhensible pour toi. N’aie pas de regrets, les choses se sont passées comme elles le devaient et ça n’a rien à voir avec la peur du chien.  J’étais au bout, usé et tu l’as compris dans mon dernier regard que j’étais en paix et prêt à tirer ma révérence.

Seulement je ne me sentais pas le droit de te laisser et j’ai attendu avant de faire le passage que ta souffrance se soit un peu atténuée. Te voir dans une telle détresse m’a fait beaucoup de peine et je suis heureux aujourd’hui de savoir que tu vas mieux et que surtout tu sauras que j’ai très envie de te retrouver maintenant.

Je n’ai rien à te pardonner si ce n’est que tu mets trop de temps à te mettre à ma recherche pour me retrouver. Ici l’endroit est magique et on s’y sent très bien : paix et harmonie et les énergies sont totalement pacifiées. De pouvoir y accéder est un cadeau vraiment privilégié et je suis très content que tu m’ais envoyé Christiane.

Je peux enfin de dire que Capucin c’était bien moi, bien que tu l’avais compris et ressenti. Et je peux aussi te dire que tu es un être merveilleux rempli d’empathie, d’amour et de compassion et que tu as besoin de moi pour continuer ton chemin et ton ouverture spirituelle.

Ici la vie est un rêve, mais de vivre à tes côtés sur un plan terrestre l’est encore beaucoup plus pour moi et je te reviendrai en chat bien entendu. Je te fais des signes et des petits coucous depuis que je suis là-haut et il me tarde de pouvoir à nouveau être choyé et câliné. Je ne me suis jamais ennuyé ni senti abandonné, nos âmes sont reliées et même lorsque nous étions ensemble, nous étions proches par la pensée et nos sentiments.

Je t’aime et continue de préparer mon retour. Prépare-toi à me chercher et m’ouvrir de nouveau la porte de ton foyer.

A très vite j’espère ma petite maman chérie, je t’aime.