IMG_0084Iguane, ta gardienne me dit que tu aboies beaucoup, le voisin vient réclamer et cela la stresse et l’énerve. Au début tu ne faisais pas ça, qu’est-ce qui se passe ?

Je suis désolée de lui créer des soucis, j’ai une mission importante auprès d’elle et je dois être là pour la guider et lui rendre la vie plus simple et plus légère. Alors qu’au contraire je lui complique la situation, je comprends. Je suis une chienne pleine de bon sens, j’ai été éduquée pour être à son service, mais j’ai aussi besoin de me dépenser physiquement et une promenade ne me suffit pas. J’aboie pour le lui faire comprendre puisque je ne peux pas lui parler, mais cela la stresse, elle s’énerve et je ressens doublement les tensions. C’est un peu compliqué pour les 2, les voisins aussi et ça devient difficile. Je sais qu’elle a besoin de moi et compte sur moi, je suis encore jeune et cela me met beaucoup de pression. J’aimerais, lorsqu’on se promène qu’elle me fasse plus confiance et qu’elle m’accorde des moments de liberté où je peux courir et me dépenser.

Elle aimerait bien t’accorder cette faveur Iguane, et en même temps elle a peur, elle a le sentiment que tu n’es pas assez mature, par exemple hier en vous promenant au bord du Rhin avec une amie, elle t’a détachée de la laisse et tu t’es retrouvée dans une situation périlleuse en voulant courir après du pain qui flottait dans l’eau. Son amie t’a récupérée de justesse sur la berge. Ta gardienne seule, n’aurait pas pu t’aider et la situation devenait dangereuse pour toi et pour elle.

Oui je sais c’est une bêtise de ma part, je regrette.

Il semblerait que tu es très gloutonne et que tu ne te maîtrises plus lorsque tu vois ou sens la nourriture ?

Oui, je suis gourmande, j’aime manger même du pain, en même temps c’est un peu normal, je ne peux pas vivre que de restrictions et je compense.

As-tu un message pour ta gardienne ?

Oui je l’aime et je souhaite la rendre heureuse. Je souhaite aussi que notre relation soit fluide et qu’on ne soit pas dépendantes l’une de l’autre. Je suis là pour l’aider, mais elle doit, malgré son handicap, se sentir libre. Pour me faire confiance, elle doit se faire confiance aussi, car moi aussi j’ai besoin de me sentir libre pour faire du bon travail avec elle. Même si je suis chez elle pour un travail bien précis, je me sens reliée à elle et au lieu de devenir dépendante de moi, elle doit plutôt me considérer comme un compagnon qui partage sa vie.