JAMES, ta gardienne aimerait te donner des messages et te poser quelques questions :

Tu es mon grand amour mon James. Notre lien si particulier ne changera jamais. Personne ne prendra ta place. Merci d’être venu partager ma vie.
Je suis désolée que la présence de Dipsy te cause autant de peine et d’anxiétés , tu as changé depuis sa venue et tu n’as plus jamais été le même. Toujours inquiet et malade. J’ai essayé de ménager tout le monde , au mieux ! Ma relation avec Dipsy est différente, je l’aime et je respecte son côté sauvage et libre. C’est un pépère, qui comme toi auparavant, a eu une vie difficile et mérite une retraite tranquille.

 En plus de tout ce souci,  tu as supporté de me protéger et de prendre soin de moi. Que cela a dû être difficile pour toi mon chat ! J’ai entendu tes messages via Christiane, « que je remercie du plus profond du cœur , pour son aide dans tous les moments très compliqués et pour nos communications » sache que j’ai travaillé, je n’ai fait que ça , et j’ai compris , je m’en veux, il m’a fallu du temps ! Maintenant je suis sur ma route mais à mon rythme ! Je te remercie pour  toute cette énergie déployée, tout cet amour durant ces années , maintenant, tu dois accepter de te reposer. Ton travail est accompli…
La seule chose vraiment importante pour moi est te savoir en meilleure santé, libre, heureux, et surtout mon compagnon de vie encore très longtemps.

 As-tu des douleurs autres que ton virus de la muqueuse buccale ?
Est-ce que le problème vient de tes reins ?
Est- ce que tu souffres tout le temps ?
Est-ce que le vétérinaire doit faire plus d’examens et chercher autre chose ?
Est-ce que l’homéopathie te soulage ? Te dérange ? Veux-tu que je continue en plus des traitements vétérinaires ?
Depuis quelques mois, tu ne veux plus jouer ?
Est-ce lié à tes problèmes de santé ?
Est-ce quelque chose en particulier te dérange ?
Dans mon attitude avec toi ou un souci à la maison ? 

 Après lui avoir lu les missives, il m’a regardée et s’est levé pour s’approcher de moi.

En temps normal je suis plutôt méfiant et j’aurais eu tendance à partir, mais je sais que je n’ai rien à craindre et je suis très heureux que ma maman me donne ce message d’amour.

Dis-lui que je l’aime, que pour moi aussi elle compte beaucoup et que notre lien est très fusionnel. Je suis relié à elle depuis fort longtemps et mon âme est en souffrance lorsque la sienne l’est. Dis-lui aussi de ne pas s’inquiéter pour Dipsy, même si je ne l’ai jamais accepté, je le tolère parce que je sais qu’il a sa place ici et son rôle auprès d’elle. Grâce à nous tu as pu comprendre certaines choses et je suis fier de toi, car tu as eu une grande ouverture d’esprit et mis ta conscience, toute ta conscience en œuvre pour faire un important travail sur toi qui t’a libéré de lourdes entraves du passé et tu t’es reconnectée à ton petit enfant intérieur.

Certes tu as encore de la route à faire, mais comme tu le dis, tu le fais à ton rythme car tu as enfin retrouvé ton chemin de vie. Ici les énergies ne sont pas toujours top et j’ai encore du travail, malgré que je me sente une petite forme, que je me sens physiquement usé, fatigué. Je ne peux te dire l’origine de mon mal, je ressens parfois des douleurs lombaires, je suis vite essoufflé et surtout les douleurs dans la bouche sont vives. Parfois, et surtout lorsque j’aimerais manger, les douleurs sont intenses et je suis obligé de me réfugier dans mon corps astral pour mieux les supporter. C’est très douloureux, mais après un moment et jusqu’au prochain repas, j’arrive à supporter et à gérer.

Cela me prend beaucoup d’énergie et je ne me sens plus trop ni la force, ni le cœur à jouer. Je sais que cela te pose problème, que cela te peine, mais tu dois pour pouvoir m’accompagner sur mon chemin à moi, l’accepter.

Je n’aime pas trop les médicaments que tu me donnes quels qu’ils soient, si tu pouvais les arrêter je serais heureux, mais en même temps je sais que je n’ai pas trop le choix si je veux encore continuer notre belle histoire d’amour ensemble.

Pour le vétérinaire je ne peux te répondre, si ce n’est que moins je le vois et j’y vais, mieux je me sens, ça tu dois le comprendre aussi. Tu es là et ta présence me soulage et me rassure, je sais que quoiqu’il arrive tu m’accompagneras avec amour et cela me fait le plus grand bien et remplit mon pauvre cœur fatigué de bonheur.

Ne sois pas triste et ne te fais pas trop de soucis, car les soucis et le stress que mon état t’engendre me crée à moi aussi de l’anxiété et des états d’âme. Accepte de me soigner le mieux que tu peux, mais accepte aussi d’écouter les conseils du docteur lorsqu’il te propose une alternative qui te rebute.

Lorsque tu vas bien, je vais bien aussi et j’aime te voir rire et sourire, reconnais que ce n’est pas souvent que l’ambiance ici est légère et harmonieuse. Tu as toujours peur de mal faire et c’est un tort car ton cœur est tellement empreint d’amour et de compassion que tu ne peux faire les choses que d’une manière juste et équitable. Laisse faire les choses et le temps, tu ne peux hélas pas maîtriser tout ce que tu voudrais ou aimerais et tu le sais. Parfois on se sent démuni et on ne sait plus comment faire, mais il faut faire confiance en une loi plus forte et en l’univers.

J’aimerais aussi pouvoir encore t’accompagner très longtemps, mais je sais aussi que quoiqu’il arrive nous nous retrouverons encore et toujours. Garde la foi, tu es ma maman de cœur.