width=La rencontre avec JECK s’est faite sur un chemin de terre, il était assis sur une grosse touffe d’herbe et semblait m’attendre. A mon approche, il a levé la tête vers moi et je pouvais lire une grande tristesse dans ses yeux. Je lui ai dit que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne, son regard s’est illuminé et il est venu vers moi. Cette fois-ci il m’a regardée d’un air interrogateur et je lui ai lu le contenu :

Mon chien Jeck, (mon louloubo) ton surnom comme on t’appelait toute la famille. Tu nous manques à tous, ainsi qu’à tes 2 potes à 4 pattes Benjy ton fidèle pote qui te pleure avec qui tu étais tout le temps ensemble et Eloy.

Je voulais te remercier mon chien pour ces 14 ans et 4 mois de belles années ensemble, nous étions fusionnels et tu m’as tellement apporté. J’étais toujours là pour toi comme toi aussi ,). Tu es et a été mon plus grand bonheur et ma joie de vivre. Tu es un chien tellement positif, battant et courageux, toujours câlin, joyeux et très intelligent ,). Je t’aime fort mon chien, tu me manques tellement, je pense à toi chaque jour et ton absence est si dure. Je t’ai accompagné jusqu’au bout et cette décision difficile que j’ai dû prendre me fait de la peine car tout a été tellement vite (euthanasie).J’espère que tu te souviens on était tous réunis avec toute la famille,( mikael, alexandre,louis, simone, moi ta patronne, alexandre et benjy ton fidéle pote à 4 pattes) sur la pelouse pour profiter de cette dernière journée ensemble avec toi et aussi te dire un dernier au revoir, c’était beau tous réunis et en même temps tellement dur de ce dire que je devais prendre cette décision, j’étais en colère et triste. J’espère que tu n’as pas souffert, car le vétérinaire m’a dit que tu saignais de temps en temps à l’intérieur mais que tu avais quelques douleurs quand ça saignais mais que tu ne souffrais pas, tu voulais encore te battre ça se voyait mais ton corps te lâchait à mon grand désespoir. Tu as même failli mourir dans mes bras avant que tout le monde vienne comme si un arrêt cardiaque arrivait mais tu as résisté comme toujours tu l’as fait mais ça t’a donné un coup quand même. Tu m’épates mon chien, tu avais soif de vivre c’est sûr !!!J’ai essayé de faire les choses bien mais ça fait tellement du mal de vivre ça. Mais je t’ai accompagné dans mes bras jusqu’au bout. Maintenant tes cendres reposent à la maison à côté de moi et de ton nouveau patron alexandre que tu as connu si peu mais qui t’aimais déjà fort, tellement tu étais attachant. Mon louloubo, sache que je te t’oublierais jamais, donne nous la force d’avancer, et repose en paix mon chien tu le mérites amplement !. JE T’AIME POUR LA VIE JECK …. Donne nous de temps en temps des signes, comme tu as déjà pu le faire je pense .Je ne sais pas si j’aurais un jour un autre labrador mais sache que pour moi, j’aurais toujours toi dans ma vie et ce nouveau petit chien.

Sois heureux mon pépère, ta patronne qui t’envoie plein d’amour et de caresses et de bisous truffes comme tu aimais ,) bon ok des fois j’en faisais trop et tu me taquinais 😀 … tout ça me manque c’est fou, mais tu vis toujours à côté de moi et dans mon cœur et je parles de toi tous les jours. Je mets de temps en temps une bougie près de ton urne pour penser à toi et te parler, j’espère que tu m’entends et chaque jours je te fais une caresse.

 

Message de alexandre son 2 ème patron qu’il a peu connu malheureusement

Coucou Jeck, toi le fidèle compagnon qui m’a parfaitement accepté dès le début. Je garde et je garderai toujours un bon souvenir des quelques moments que nous avons pu partager, toi, moi et ta maitresse qui es à mes côtés. Comme je te l’ai promis, je fais de mon mieux pour prendre soin de ta maitresse, manuela, au quotidien même si je sais que tout n’est pas toujours parfait. Nous avançons malgré les obstacles qui de présentent à nous et nous nous marions l’année prochaine : ce jour-là nous aurons une grosse pensée pour toi et je sais que tu nous observeras depuis là où tu es.

J’espère que tout se passe bien pour toi dans ton nouveau « chez toi et que tu profites de chaque bon moments comme tu l’as toujours fait quand tu étais à nos côtés. Je t’embrasse fort et je te souhaite plein de bonheur.

 Mes questions :

– Jeck comment va tu ?

– Jeck que fais-tu maintenant? ou es-tu ?

– M’en veux-tu d’avoir pris cette décision difficile (euthanasie)?

– Ais tu heureux mon chien maintenant?

– Jeck m’envoie tu des signes?

– Jeck tu te sens bien maintenant?

– as-tu été heureux dans ces 4 dernières années chez mes parents car je n’ai pas pu te récupérer, car j’ai eu une douloureuse séparation de 13ans et je m’en veux tellement, j’aurais voulu te reprendre mais j’étais en appart…j’essayais d’aller te voir tous les Week end, et j’essayais de t’aider en te faisant des séances d’accupuncture , vétérinaire, massage, soins etc…Et surtout te voir pour te dire que je t’aimais toujours autant et que je serais toujours là pour toi mais moi de mon côté tu me manquais de ne pas  t’avoir près de moi et je le regrette 🙁 mais je sais que tu étais chouchouté chez mes parents et c’est ce qui comptais le plus c’est que tu sois heureux mon chien.

– La transition s’est elle bien passé vers la lumière?

– as-tu souffert physiquement ces derniers mois? arthrose ou autre

– as-tu trouver des camarades de jeu au paradis des animaux?

– as-tu apprécié ton 1 er patron yann? Car je sais que tu avais des moments d’agressivité envers lui et je pense parce que tu savais qu’il me faisait du mal…. tu m’as toujours protégé je le sais

– Que penses-tu de ton nouveau patron alexandre ?

 

Lorsque j’avais terminé, il s’est à nouveau assis et m’a dit :

Viens, assieds-toi à côté de moi

C’était drôle son invitation et je lui ai dit que ce ne serait pas aussi confortable pour moi que pour lui et je me suis assise. Aussitôt installée à côté de lui, il m’a poussé le bras avec son museau tellement fort que j’ai failli tomber à la renverse, puis je l’ai caressé longuement. Il était avide de caresses et lorsque je me suis arrêtée, il m’a dit :

Continue, je peux te répondre tout en me câlinant. Même si je donne l’impression d’être un gros nounours, j’adore les câlins et j’ai besoin de beaucoup de tendresse, tout comme ma maman (miroir).

Dis-lui que physiquement je vais bien maintenant et que je ne ressens plus aucune douleur, mais que tant que je reste ici, sur le chemin et dans son entourage, je ne peux me reposer et me ressourcer. Et elle ne pourra pas faire son deuil. Je sais que je lui manque et elle aussi me manque, même si je suis encore toujours à côté d’elle, ses câlins me manquent énormément.

Dis-lui aussi qu’elle a pris la bonne décision de m’aider à partir. J’étais sur mon chemin depuis un bon moment, mon cœur et tout mon corps étaient usés. J’avais des bobos dus à mon âge et je me réfugiais déjà souvent dans mon corps astral pour mieux le supporter. Je sais combien le choix de m’aider à partir a été difficile pour elle et je sais aussi qu’elle l’a fait par amour pour moi et pour m’aider à partir dignement.

J’ai été son BB, son garçon, elle était ma maman et c’est toujours très cruel de devoir laisser partir sa moitié, une partie de soi. Mais elle ne doit pas culpabiliser, elle ne doit pas douter et ne pas s’en vouloir de n’avoir pu me garder à ses côtés ces dernières années. J’en connaissais la raison et je savais qu’elle ne m’avait pas abandonné, même si ça a été difficile pour tous les deux, nous avions la chance de nous retrouver souvent.

J’ai préparé ma transition doucement, à mon rythme et j’étais prêt lorsque j’ai fait le grand saut. Maintenant je me sens de nouveau léger, très léger et j’ai besoin d’aide pour monter au jardin des animaux, d’où je pourrai te faire des coucous et t’envoyer des signes. Je sais que tu es maintenant entre de bonnes mains et qu’il te donne tout l’amour et le respect que tu mérites.

J’étais là pour te protéger et t’aider à avancer sur ton chemin et je n’aimais pas ton compagnon, il ne te méritait pas et t’a fait beaucoup de mal. J’en ai été très triste et perturbé pour toi. Tu es bien accompagnée à présent et je peux partir en paix. Tu es heureuse maintenant et je suis heureux pour toi, pour vous. Tu es en train de te reconstruire et la vie et l’amour te sourient à nouveau. Que de joies que je partagerai de là-haut avec vous !

J’ai eu une belle vie de chien auprès de toi et de tes parents, n’aie aucune crainte, moi aussi je t’aime et je t’aimerai toujours. Nos âmes sont reliées où que nous soyons et n’aie pas de doute, nous nous retrouverons un jour.

En attendant je suis complètement rassuré de te confier à A… et de lui confier l’entière responsabilité de te rendre heureuse. C’est du pur bonheur pour moi de vous voir ensemble main dans la main marcher dans la même direction, ce qui n’était pas le cas avant.

Je me charge de lui transmettre tes réponses JECK. Si tu te sens prêt, je vais t’accompagner jusqu’au pont des fleurs ?

Je le suis, je n’ai pas peur, je sais qu’on m’attend de l’autre côté et puis surtout je sais qu’elle pourra enfin commencer son travail de deuil, pendant que moi je pourrai me ressourcer pour lui revenir le jour où elle se sentira à nouveau prête à m’accueillir. De là-haut je veillerai à leur apporter de bonnes énergies et je serai fidèle au rendez-vous le grand jour.

Puis nous avons emprunté le chemin qui s’est illuminé et a pris toutes les couleurs de l’arc en ciel, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci, dis-lui que je l’aime et que je serai toujours là pour elle.

Puis il a traversé  le pont et s’est noyé dans la lumière.