La rencontre avec Johnny s’est faite sur un chemin très triste et sombre, pas d’ensoleillement, pas d’herbes ni de végétaux, un chemin sec, des pierres et des cailloux. Il était assis sur son ventre, les pattes avant allongées devant lui. Je me suis approchée doucement. Malgré qu’il ait l’air de faire partie du paysage, figé comme une statue, j’ai pris beaucoup de précautions pour ne pas lui faire peur et me suis avancée vers lui. Lorsque j’étais à 4/5 mètres, je me suis arrêtée, il a tourné la tête vers moi et m’a dit :

Non, ne t’arrête pas, continue d’avancer, viens vers moi, je t’attends. Depuis si longtemps que j’attends cet instant, depuis si longtemps que je pense faire partie de ces pauvres âmes errantes qu’on a du mal à laisser partir, qu’on retient parce que la souffrance est encore trop vive, qu’on n’arrive pas à faire son deuil, que c’est encore très douloureux d’accepter notre triste sort, et que moi je reste là, entre deux, toujours dans son entourage au quotidien et que je n’arrive pas à faire le passage pour monter au jardin des animaux me reposer et me ressourcer, car bien entendu ici ce n’est plus ma place. Depuis toutes ces années je me sens complètement ankylosé et j’ai l’impression de faire partie de ces pierres et de ce chemin sans lumière.

Je l’ai tout de suite rassuré et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions pour lui de la part de sa gardienne et qu’après notre échange je l’aiderais à rejoindre enfin le jardin des animaux :

Liste des Messages de Ching yi à Johnny

Mon cher Johnny ! Mon chien de compagnie d’enfance, mon ami de cœur, tu m’avais beaucoup, beaucoup manqué depuis ces vingt-huit dernières années et je pense souvent à toi et j’ai rêvé de toi il y a un mois.

Je suis vraiment désolée de partir en étude à l’étranger sans me rendais compte a quel point notre vie nous à séparé depuis cette journée la….

Tu as était mon ami fidèle et très important de toutes ces années quand nous vivons ensemble ! Je t’aime beaucoup.

Quand mes parents t’ont abandonné dans la rue ! Je n’ai rien pu faire car j’étais à l’étranger et je ne l’ai appris seulement après. J’étais tellement triste et en colère d’apprendre ce qu’ils t’ont fait et je me sentais démunie de être pas capable de faire quelque chose pour toi. Je suis tellement triste !

Je me sentais toujours coupable et triste de pas savoir où tu es allée ? Est-ce tu as pu trouver une personne de cœur pour s’occuper de toi, et comment était ta fin de vie,  Est ce tu as beaucoup souffert ?

Je te demande de me pardonner pour pas pu faire quelque chose et s’occupe de toi de ton vieux âge. Donc je me sens toujours coupable vingt ans après. Et je rêve encore de toi et je pense à toi si souvent !

 

J’ai pensé souvent à toi et de fait de pas savoir où tu étais et comment tu as terminé ta vie me fait énormément souffert intérieur de moi.

 

Question de Ching yi à Johnny

 

Est-ce que tu me pardonnes ?
Est-ce que tu gardes un bon souvenir de moi ?
Est-ce que je me suis bien occupée de toi ?
Est-ce que tu as beaucoup souffert dans la rue ? (j’ai rêvé que tu étais attaché et que tu souffrais et que deux gros chiens te faisaient du mal, est-ce que c’est arrivé ? est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?)
As-tu trouvé quelqu’un qui s’est occupé de toi ?
Je sens que tu es encore là près de moi mais est-ce c’est bien toi ?
Est-ce que ta réincarnation s’est bien passée ?
Est-ce que je vais te revoir un jour ?
Je veux de nouveau un chien l’année prochaine, est-ce que ce sera toi ?
Est-ce que tu as un message pour moi ?

Après lui avoir lu la missive, il s’est mis à pleurer, ses yeux étaient à la fois tristes et en même temps son regard s’éclairait et il m’a dit :

Mais je sais déjà tout ça, je sais qu’elle ne m’a pas abandonné. Je sais qu’elle est partie pour faire ses études et j’espérais tant pouvoir la retrouver à son retour. J’étais très malheureux et la pleurais souvent. Ses parents n’ont pas supporté mon état et sans aucune hésitation ni scrupule, m’ont lâchement abandonné dans la rue. Ils n’avaient aucune compassion ni empathie pour moi et n’ont même pas essayé de me trouver un nouveau maître ou au moins un refuge. Non, dehors et sans se poser la question de ce que j’allais devenir.

J’ai eu très peur et me suis senti désemparé, je pensais tellement à toi, tu me manquais et je savais que pour toi la vérité de mon triste sort serait difficile à assumer, que tu culpabiliserais et que tu aurais beaucoup de mal à t’en remettre.

Mais tu sais, tu n’as rien à te reprocher, je sais que tu n’y est pour rien et je n’ai rien à te pardonner. J’ai trouvé refuge chez un monsieur avec beaucoup d’empathie mais qui avait déjà plusieurs autres grands chiens d’un gabarit bien plus grand et fort que moi et qui n’arrêtaient pas de me chercher querelle. Je n’étais pas attaché comme dans ton rêve, mais ils en avaient toujours après moi, me grognaient dessus et me montraient leurs crocs. J’étais le petit chien habitué à être câliné par sa gardienne et ils ont senti tout de suite mon grand désarroi, ma grande détresse et souffrance d’être loin de toi et ma sensibilité, ma vulnérabilité leur faisaient peur je crois.

Ils avaient sans doute peur que leur gardien s’attache à moi et que je prenne trop de place dans son cœur, alors que moi je n’en avais pas envie du tout, je lui suis encore aujourd’hui très reconnaissant de m’avoir recueilli et nourri, mais ma place n’était pas avec lui et j’ai choisi de partir et arriva ce qui devait arriver, ce que je souhaitais le plus afin de pouvoir te retrouver dans une autre incarnation. Je me suis fait écraser par un grand camion, je n’ai pas souffert n’aie pas peur, je me suis aussitôt réfugié dans mon corps astral et je savais qu’il me serait impossible de retourner dans mon corps physique.

Mais seulement voilà, je n’avais pas préparé mon départ et la brutalité du choc, la violence de l’accident m’ont empêché de monter au paradis des animaux. Et depuis tout ce temps, toi ma gardienne, ma sœur, mon amie de cœur tu n’as pas non plus trouvé la paix dans ton esprit, alors que je t’ai retrouvée, que j’étais avec toi, à côté de toi partout où tu étais et au quotidien.

Mon âme s’est accrochée à la tienne, tu l’as bien ressentie et cela t’a bien empêché de faire ton deuil. Même si tu ne pouvais me voir, je t’ai puisé ton énergie et je suis si heureux aujourd’hui de pouvoir enfin monter pour me reposer et me ressourcer afin de préparer mon retour, car je sais que tu es maintenant de nouveau prête à me reprendre et à m’accueillir dans ton cœur et ton foyer.

C’est ce qui m’importe le plus, j’étais ton bébé, ton garçon et il est grand temps que nous puissions enfin continuer notre route ensemble. Je t’aime, tu es la personne qui compte le plus dans ma vie et je suis là pour t’aider à grandir et construire ta vie de femme et de famille, et mon âme qui est toujours restée reliée à toi, aspire à te revenir sur un plan terrestre dans un corps physique d’un chien en pleine forme.

Après un petit passage dans l’au-delà, mets-toi vite à ma recherche et je me mettrai sur ton chemin. Tu es une belle âme, tu as beaucoup d’amour et de sensibilité en toi et tu ne dois pas, pour ton évolution spirituelle, continuer à vivre dans la culpabilité, car c’est un obstacle qui t’empêche de te reconnecter à ta source, à ton petit enfant intérieur, à ton essence et de faire table rase de toutes les souffrances du passé. Tu auras besoin de moi, de ma présence pour t’affirmer et prendre confiance que tu as à l’intérieur de toi une grande force. Je t’aime.

Je lui ai promis de transmettre tous ses messages et lui ai demandé s’il était prêt à faire le passage.

Plus que jamais

Et il s’est mis debout et ensemble nous avons emprunté ce chemin qui s’est transformé en chemin de lumière. Arrivés devant le pont des fleurs il l‘a rapidement traversé pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Johnny, profite de ces quelques temps au paradis pour revenir le cœur rempli de joie et d’amour.