width=La rencontre avec Juju s’est faite sur un chemin, il était assis dans l’herbe et semblait m’attendre. Lorsqu’il m’a aperçue, il a levé la tête vers moi et ses yeux exprimaient une grande tristesse. Je me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne, et avant même que je ne lui lise le contenu, il a dressé ses oreilles, il m’a regardé avec des yeux remplis d’espoir, et sa tête se penchait à droite, à gauche, puis au bout de quelques instants n’y tenant plus, il est venu à côté de moi. La queue frétillait et il tournait autour de moi, jappant de joie. Je l’ai caressé et lui ai lu les missives de sa gardienne :

Message :

 Je suis désolée de ne pas avoir été à tes côtés au moment de ta mort et surtout d’avoir décidé pour toi l’heure du départ. Si nous l’avons fait c’est vraiment parce que c’était insupportable de te voir souffrir de la sorte.

J’espère que nous ne t’avons pas fait trop de mal

Je ne t’ai jamais abandonné et sache que je t’aimerais toujours. Tu es mon beau bébé. 

 Questions :

– il était très malade à la fin et le jour de son départ il ne pouvait pas respirer pendant quelques instants (eau dans les poumons). C’est comme s’il se noyait à chaque crise. Même vieux et malade le véto a été obligé de lui donner une dose très largement supérieure à son poids pour qu’il parte. Sa force et volonté de vivre me laissent penser qu’il voulait rester pour une raison quelconque. Pourquoi juju ne voulait pas partir?

– le mois dernier mon frère et moi-même avons rêvé qu’il était dans un trou accompagné d’un autre chien et nous devions les sortir du trou. Nous souhaitons savoir pourquoi ce rêve.

– s’il a un message pour nous.

Depuis si longtemps que je suis parti, depuis si longtemps que le cordon d’argent qui reliait mon âme à mon corps physique s’est rompu et je suis toujours encore là, dans ce bas-astral à errer dans son environnement, à l’accompagner dans son quotidien, à lui, à leur puiser leur énergie, et elle ne peut faire son deuil et moi je ne peux pas rejoindre le jardin des animaux.

Dis-lui que je l’aime, elle est ma maman, j’étais son garçon, son bébé et si je ne voulais pas encore partir, c’est parce que je voulais faire la transition à mon rythme, mais surtout parce qu’elle n’était pas prête. Je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi et je sais combien ce choix lui a été difficile, qu’elle a pris cette décision pour ne plus me faire souffrir et pour moi cela n’aurait pas posé de problème si elle avait été prête, or elle ne l’était pas. Elle avait encore trop besoin de moi, de ma présence à ses côtés et elle avait surtout, avec sa souffrance à travers la mienne, besoin de comprendre combien c’était difficile de laisser partir un être aimé, mais qu’on pouvait le faire avec amour et le guider pas à pas, l’accompagner dans la lumière. Elle n’en a pas eu la force, je ne lui en veux pas, au contraire, sa souffrance et sa grande détresse me font beaucoup de peine et je n’arrive pas à la laisser,  j’ai besoin d’aide pour faire le passage.

Si j’ai résisté lorsque le vétérinaire m’a aidé à partir c’est parce que je savais qu’elle allait culpabiliser et avoir des regrets. Dis-lui que ce sont des obstacles qui nous empêchent tous les deux d’avancer, elle dans son deuil et moi dans la lumière.

Le message que j’aimerais lui transmettre aujourd’hui, c’est d’avoir le courage de reconnaître qu’elle l’a fait parce que ma souffrance lui était devenue insupportable et de se connecter à son petit enfant intérieur et lui pardonner, lui demander pardon de n’avoir pas eu la force de m’accompagner dans ma transition à mon rythme. C’est humain et personne ne peut lui en vouloir, ni elle, ni moi, ni le Créateur. Le tout c’est d’avoir cette ouverture de conscience et cela l’aidera à retrouver la paix et l’harmonie dans son cœur et son esprit.

J’étais son petit garçon et mon départ si compliqué doit l’amener à trouver la force qu’elle a à l’intérieur d’elle, pour lui permettre d’avancer sur son chemin et surtout de s’ouvrir d’autre portes qui vont la mener vers d’autres horizons.

Avec son frère ils ont fait le même rêve, ils ont tous les deux compris que je n’étais pas monté au jardin des animaux, que j’étais entouré d’un autre chien et d’ailleurs de plusieurs autres âmes errantes et que j’avais besoin qu’on m’accompagne, qu’on me libère afin que je puisse enfin me reposer et me ressourcer.

Je l’ai rassuré et lui ai dit que je l’aiderai à faire le passage après notre échange.

Dis-lui que je sais qu’elle ne m’a pas abandonné, et dis-lui aussi que je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi. Ce qu’elle doit comprendre maintenant c’est qu’après la mort il y a la renaissance. Mon âme perdure, elle reste reliée à la sienne où que je sois. Une âme, qu’elle soit humaine ou animale, est éternelle et ne meurt jamais, mais tant qu’elle n’est pas montée dans la lumière, elle ne peut trouver la paix, se reposer et se ressourcer.

Mon corps physique était bien malade, je ressentais de fortes oppressions dans la poitrine et cela m’empêchait de respirer, c’était très douloureux et je me réfugiais souvent dans mon corps astral pour le supporter. Depuis que je suis parti, je ne ressens plus aucune douleur et je peux encore te voir et t’entendre, mais ma place n’est plus ici. J’ai besoin maintenant de rejoindre le paradis des animaux, car c’est la seule condition qui me permettra, après m’être ressourcé, de te revenir.

J’ai vécu une vie de chien qui ressemblait à une vie humaine, choyé, respecté, je n’ai connu que des moments de grand et pur bonheur, et j’ai bien entendu, surtout après tous ces mois où je suis entre deux, très envie de te retrouver sur un plan terrestre. Peu importe la forme, c’est toi qui choisiras le costume, et lorsque tu te sentiras prête et te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin. Ce ne sera pas long, l’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas et ça peut être très rapide, à toi de décider, à ton petit enfant intérieur de t’ouvrir cette porte lorsqu’il aura retrouvé la paix intérieure. Je t’aime et c’est mon plus grand souhait, ma place est avec toi et auprès de toi.

Puis il m’a regardée avec des yeux remplis d’espoir, je l’ai caressé un long moment avant que nous empruntions un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci, mille mercis à toi, à ma maman. Dis-lui que je l’aime et que je veux lui revenir très vite.

Puis il a traversé rapidement le pont des fleurs et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Juju, repose-toi et ressource-toi.