Tes gardiennes souhaitent te dire qu’elles t’aiment très fort, elles me chargent de te transmette des messages et de te poser quelques questions :

Je souhaite lui dire que nous l’aimons très fort et qu’elle a toujours toute sa place à la maison. Berlioz est jeune, plein de vie. Il n’est pas arrivé à la maison pour remplacer Cookies, qu’elle le comprenne bien. Amalia va partir en études, c’est un déchirement pour moi sa mère, mais aussi pour son jeune frère Andrea. Le décès de Cookies ajouté au départ à venir d’Amalia a généré des angoisses pour mon jeune fils, Andrea. Berlioz est un peu son bébé dont il peut s’occuper. Ensuite nous avons pensé que Juliette se sentirait moins seule car nous savons que le départ d’Amalia fin août va beaucoup l’affecter.

Juliette, ta petite maman Amalia t’aime très fort mais ce n’est plus l’enfant avec laquelle tu as grandi, c’est désormais une jeune femme qui doit partir pour suivre son chemin. Sache que je sèche ses larmes régulièrement car elle est triste de te laisser et elle sait que vous allez beaucoup vous manquer. Elle reviendra te voir aux vacances et pensera toujours à toi. Ce n’est pas un abandon mais un changement de vie, et tu seras avec elle dans son cœur, et en photos dans sa nouvelle maison. Elle aurait voulu t’emmener mais c’est interdit dans sa résidence et tu aurais été enfermée dans 20m2. Le mieux pour toi, c’est de pouvoir continuer à gambader et te ressourcer dans la nature. D’ailleurs, où passes-tu tes journées ? Ça nous intrigue. As-tu une 2ème famille ?

 

De mon côté, je ne suis pas ta maman mais je ferai au mieux pour t’apporter des câlins si tu acceptes de les recevoir. Concernant Berlioz, il est très jeune et va s’assagir en grandissant. Cookies a fait preuve de patience et de pédagogie quand tu es arrivée chez nous, nous aimerions que tu acceptes Berlioz comme un futur compagnon pour toi et un support émotionnel pour Andrea.

Pour ma part, je ne suis pas encore prête à retrouver mon Cookies, son manque est encore trop présent.

 

Je souhaite sincèrement que tu t’apaises et retrouve ta place parmi nous. Nous t’aimons tout simplement.

 

Après lui avoir lu le contenu, Juliette, le regard curieux quelques instants auparavant, prit un air triste un peu mélancolique et m’a dit :

Dis-leur merci pour leur message d’amour et dis-leur que moi aussi je les aime beaucoup. C’est ma famille, ma maman, ma sœur et confidente, ma compagne humaine et mon petit frère. Je les aime tous d’un amour pur, profond et inconditionnel et je suis très sincèrement désolée pour le tracas que mon comportement agressif leur implique. Mea culpa, je ne me rends pas bien compte, mais l’arrivée de ce bébé me crée beaucoup de stress et d’angoisse. Il veut jouer et moi je ne suis pas ouverte à ça.

Cookies même si vous ne le voyez pas est toujours là avec vous, et cela me perturbe encore plus depuis l’arrivée de ce compagnon. Tant qu’il reste là entre deux il ne peut trouver la lumière pour se reposer et se ressourcer et surtout il ne pourra pas vous revenir alors que c’est son souhait et le mien aussi. Il a besoin d’aide, moi et nous tous aussi. Lorsqu’il aura fait le passage, l’ambiance sera plus sereine ici et je ferai des efforts pour être un peu moins agressive vis-à-vis du bébé et ne pas systématiquement l’attaquer ou lui cracher dessus. C’est très inconfortable pour moi  en ce moment, et encore une fois je suis désolée des soucis que mon attitude vous crée. Cookies me manque, il nous manque à tous et il a besoin d’aller vers la lumière.

Je l’ai rassuré et lui ai promis que je ferai le nécessaire afin que vous puissiez tous faire un travail de deuil et elle m’a répondu :

Merci, merci, beaucoup d’estime et de gratitude pour toi. Nous n’avons pas fait le deuil du départ de notre compagnon, bébé, frère… Que nous voilà déjà en situation de séparation et de devoir accepter, même si ce n’est pas définitif le départ de ma maman. Cela me rend bien triste aussi, elle va terriblement me manquer. Je suis reliée à elle, et ma mission consiste justement à lui apprendre le détachement, l’aider à devenir indépendante et à construire solidement sa vie, et cette mission je ne l’ai pas terminée, elle a encore beaucoup besoin de mon énergie pour avancer sur son chemin. Dis-lui de revenir le plus souvent possible, je l’aime.

Lorsque je disparais je vais me recharger les batteries, beaucoup trop d’émotions et de mal-être chez nous, et les énergies telluriques me permettent de me ressourcer. Aucune autre famille, ne vous inquiétez pas. Si au passage je trouve quelque nourriture, je ne vais bien sûr ne pas m’en priver.

J’ai bien compris le message et vais m’appliquer à accepter la présence de Berlioz, il a bien entendu sa place chez nous et avec nous.