P1000126Je rencontre Kaline dans un pré très vert avec des milliers de petites fleurs jaunes. Elle est venue vers moi d’une démarche très souple, presque altière, noble. Je lui explique que sa gardienne est dans l’incompréhension et qu’elle se pose plein de questions quant à sa mort subite.

Oui je sais qu’elle doute et ne croit pas au diagnostic du vétérinaire. Dis-lui que j’étais sur mon chemin depuis le départ de Karting (cheval). Je préparais mon retour, car j’avais très envie de le retrouver. Nous étions très proches et très complices et son absence, même si je pouvais communiquer avec lui, me pesait terriblement.

Tu étais donc malade, Kaline ?

Non je ne me sentais pas malade, j’avais juste de temps à autre une pression dans la tête, tantôt très furtive, tantôt un peu plus longue à passer et un bourdonnement dans l’oreille. Ce qui s’est passé ce fameux 13 août ? Je ne sais pas.

Je veux dire le jour où tu es partie ?

Oui, j’ai eu une pression énorme et je savais que c’était fini. Karting était là, il m’accompagnait depuis quelque temps et j’étais très heureuse de sa présence. Ponette avait compris que mon départ était imminent, lorsque nous avons quitté le Cantal. Je me sentais être le maître des lieux là-bas, et je n’ai pas aimé ce déracinement.

Ton nouvel environnement en Isère ne te plaisait donc pas ?

Si, si, il est très bien, mais ce n’était pas ma place. Et c’était- le moment pour moi de profiter de ce changement pour remonter avec Karting. Ponette (aveugle) est seule, mais saura se débrouiller sans moi, avec Karting nous la guiderons du mieux que nous pouvons. Dis à ma gardienne que grâce à Karting, j’ai passé le pont des fleurs et je suis déjà au jardin des animaux. Ici tout est amour et je lui enverrai de bonnes énergies pour l’aider à trouver une autre maison avec du terrain pouvant accueillir tout le monde. Je l’aime et je veillerai sur eux tous.