width=La connexion avec Kumiko s’est faite dans un jardin. Elle était couchée sur son ventre, les 2 pattes avant allongées. Elle se trouvait exactement dans la même position que celle de la photo que ses gardiens m’avait envoyée. A mon approche elle s’est levée et elle est venue vers moi pour me dire :

Tu es la bienvenue chez nous. Ici c’est la maison du bonheur et j’ai beaucoup de mal à la quitter et laisser ma famille et mon compagnon (M…) J’aurais besoin d’un petit coup de pouce pour me guider jusqu’au pont des fleurs afin que je puisse quand même partir au jardin des animaux.

Ici ce n’est plus ma place et mon départ soudain est incompréhensible et leur occasionne une grande souffrance. Moi-même je me sentais fatiguée et j’avais du mal à marcher, mes pattes arrière me faisaient défaut et cette faiblesse je l’ai sentie s’installer depuis quelque temps. Je me doutais bien que ça n’allait pas en s’améliorant et que je me devais de commencer à préparer mon départ. Mais pas aussi rapidement, ça me rend triste et j’ai de la peine de les voir malheureux.

Ils n’étaient pas préparés à ce départ brutal et cela les empêchent de faire leur deuil.

C’est la raison pour laquelle ils me chargent aujourd’hui Kumiko de te transmettre un message et te poser quelques questions :

Message à lui faire passer :

Nous aimerions lui dire que nous pensons très fort à elle, que nous ne l’oublieront jamais et nous la remercions pour sa présence à nos côtés et ce qu’elle nous a apporté. Nous l’aimons de tout notre cœur.

 Questions :

Kumiko a-t-elle des choses à nous dire ou des messages à nous laisser (pour nous, nos enfants, parents, ou notre autre chien Mercure) ?

 Est-elle partie trop tôt ou était-ce son moment ? A-t-elle choisit son lieu de départ ? (Elle est partie dans la maison de vacances avec mes parents Etienne et Catherine qui étaient aussi présents. Kumiko vivait à Aigrefeuille d’Aunis (17) mais est partie à Bretignolles sur Mer (85)).

 Se sentait-elle fatiguée ou avait-elle mal ? Ai-je bien fait de l’emmener chez le vétérinaire ? (je l’ai emmené le matin car elle ne marchait plus et en urgence l’après-midi elle avait une embolie pulmonaire et elle est partie très vite sous oxygène sans ma présence à ses côtés ce qui reste terrible pour moi car je voulais être là avec elle).

 Restera-t-elle en lien à jamais avec un d’entre nous ?

 A-t-elle besoin de pensées particulières ?

Merci pour votre message d’amour. Je me suis sentie beaucoup aimée et j’ai eu toute ma place auprès de vous. J’ai été votre enfant, votre fille et votre première princesse. Et je me sens bien nostalgique de devoir vous laisser quelques semaines. Mais le passage au paradis des animaux est nécessaire pour me reposer et me ressourcer.

J’ai choisi de partir dans cette maison de vacance, car pour moi le retour n’était plus possible. Je l’ai su dans la nuit, je n’avais plus de force pour me lever et subitement j’ai compris que c’était la fin et qu’il valait mieux que je m’en aille tout de suite.

Ne t’inquiète pas si tu n’as pas pu rester avec moi chez le vétérinaire, je savais qu’on ne t’as pas autorisé à rester et je n’ai pas eu peur, je savais que tu ne m’abandonnais pas. J’ai pensé très fort à vous tous, vous êtes dans mon cœur et je vous aime. Tu as bien fait de m’emmener, j’avais beaucoup de mal à respirer, je me sentais de plus en plus oppressée et ce fut un réel soulagement lorsque le docteur m’a aidé à respirer et je suis partie sans douleur.

J’aurais tellement souhaité pouvoir rester jusqu’à l’arrivée du bébé, mais j’ai été rappelée avant et si j’arrive à faire ma transition pour me reposer et me ressourcer, je pourrai vous revenir très vite et veiller sur ce petit mec.

Je me suis sentie un membre entier de la famille, je suis reliée à toi et j’ai toute ma place au sein de la famille. Les enfants ne peuvent pas grandir sans moi à leurs côtés. Je suis leur protecteur et je veille tel un ange sur eux. Je les aime et j’adore lorsqu’ils se chamaillent et se courent après. Tantôt ils se disputent et tantôt ils sont comme larrons en foire, et j’adore partager cette complicité.

J’ai vécu dans une famille unie et tout le monde m’a apporté de la tendresse et du respect. M… est un être empreint d’une grande force, d’une grandeur d’âme sans égal. Et toi et tes parents vous êtes mes parents et ce n’est pas la première fois que j’étais chez vous.

Tu es mon gardien sur le plan terrestre et je suis le tien sur le plan spirituel. Ma mission consiste à t’ouvrir à l’amour inconditionnel pour t’aider à avancer sur ton chemin. Nos âmes sont reliées depuis ton plus jeune âge et je veille sur toi. Je te donne de la force pour assurer le bien-être de ta famille et avoir une ouverture d’esprit qui te rend serein et te décharge des scories de la journée pour vivre en toute harmonie avec toi-même.

Tu l’as bien compris, je vibre sur un autre plan et toi aussi et cela empêchera toute croyance de nous réunir à nouveau.

Lorsque j’aurai rejoint l’au-delà, M.. ira mieux et vous aussi. Vous pourrez commencer à faire votre deuil mais aussi de par les signes que je vous ferai, croire en mon retour. Mon âme aspire à vous retrouver très vite car votre maison sans moi est comme une maison sans âme. Vous pouvez penser à moi autant de fois que vous en avez envie, mais ne me pleurez pas, ne soyez pas tristes et malheureux. Seul mon corps physique n’est plus et je peux me réincarner dans le corps d’un petit chien en pleine forme et tous les 7 nous pourrons continuer notre belle aventure.

Je me charge de transmettre tes messages Kumiko, es-tu maintenant prêtre à partir au paradis des animaux ?

Je le suis. A présent je peux partir le cœur léger. Je sais qu’il sera plus apaisé et que mon départ dans l’au-delà va tous les libérer.

Dis-lui merci de t’avoir envoyée à moi afin que je puisse trouver la paix et lui aussi. C’est surtout les enfants qui auront les premiers signes de moi, dans les nuages et ils seront contents de voir que je pense à eux.

Puis elle est venue à mes côtés et ensemble nous nous sommes dirigées vers le pont des fleurs. Lorsque je me suis arrêtée, elle m’a regardée et ses yeux exprimaient une grande reconnaissance. Avec sa tête, elle poussait ma main pour que je la caresse et j’ai passé ma main dans sa fourrure. C’était merveilleux de sentir ce doux contact.

Puis elle a traversé le pont sans se retourner et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Kimiko, paix à ton âme.