IMG_3989Il est là sur le chemin, il attend. Aussitôt qu’il me voit, il s’approche et me dit :

Ce n’est pas trop tôt, elle espère me retrouver très vite mais pour pouvoir lui revenir, je dois d’abord partir et je suis très heureux que tu viennes me libérer.

Oui, je suis venue pour t’aider toi mais aussi ta gardienne qui vit très mal ton départ et en souffre beaucoup. Elle a des questions, des questions qui lui turlupinent l’esprit et elle aimerait savoir si tu as souffert lorsque tu t’es fait renverser. Elle s’en veut de t’avoir laissé sortir à 6h du matin sans s’être levée, et quand à 6h45 elle a appris ta mort, elle est tout de suite venue te chercher et elle a comme l’impression que tu l’as guidée vers celui qui t’as écrasé.

Peu importe la voiture qui m’a percuté, dis-lui que je n’ai pas souffert, c’est allé très vite et le temps que je réalise, j’étais déjà sorti de mon corps. Le corps qu’elle a cherché n’était déjà plus que l’enveloppe que j’avais choisie pour cette incarnation terrestre. Mon âme n’y était plus, elle n’est pas morte, elle est éternelle. Dis-lui aussi de ne pas culpabiliser et de ne pas me pleurer, cela me rend triste, très triste et m’empêche de partir. Dis-lui aussi que ce départ était programmé pour moi. C’est la raison de ma tristesse les jours précédents. Je n’étais pas triste pour moi, j’étais triste pour elle, je savais que le choc et la douleur serait terrible. J’ai choisi ce départ brutal parce qu’il était rapide et que je devais partir. On m’a guidé, on m’a envoyé vers elle pour l’aider dans un passage difficile à aller mieux.

Ta gardienne dit que tu es arrivé dans sa vie, tu étais son bébé, et sa vie s’est illuminée. Elle avait l’impression de n’avoir jamais vécu sans toi, et aujourd’hui un morceau de son cœur s’est arraché, tu es parti son ange, tout de toi lui manque tellement, pourquoi ?

Parce que j’ai ramassé des énergies qui ne m’appartenaient pas, des énergies qui ont beaucoup nuit à ma santé physique et que j’avais attrapé un mal, un mal très sournois qui me condamnait. Le choix de mon départ rapide était pour la protéger, afin qu’elle ne souffre pas de me voir malade. De savoir que ce mal était incurable et d’être obligée de prendre une décision pour m’aider à partir étaient autant de souffrances que je voulais lui éviter. Ce départ, même s’il est cruel pour elle, elle doit l’accepter et le recevoir comme un acte d’amour, un acte d’amour pour  tout l’amour qu’on s’est( porté. Et cet amour, comme mon âme est éternel.

Elle espère que tu es heureux et en paix, elle souhaite tellement te retrouver et espère que tu la guideras le jour où ça arrivera. Ta maman t’aime Levy, son bébé d’amour.

Je ne pourrai être heureux et en paix que lorsque j’aurais rejoint le paradis des          animaux, et cela l’aidera aussi. En attendant je lui ai envoyé un petit chat qui doit l’aider à faire son deuil. Il me ressemble beaucoup et il lui apportera également beaucoup de joies et de bonheur. Dis-lui de s’en occuper, de le cajoler comme si c’était une partie de moi qu’elle câlinait. Dis-lui aussi qu’il faudrait faire un travail de nettoyage afin d’harmoniser le lieu et les occupants. Et lorsque je me serai ressourcé, je pourrai revenir la voir, et j’espère qu’elle sera prête à m’accueillir de nouveau. Moi aussi je l’aime et ne souhaite que de la voir sourire et heureuse.

Bébé Lévy, ton message lui sera transmis. Tu peux tranquillement aller rejoindre le paradis des chats maintenant. Emprunte le chemin, avance un peu et attrape la patte du chat qui vient vers toi, regarde la belle lumière qui arrive, et ensemble traversez le pont des fleurs.

Lévy est parti maintenant au jardin des animaux. Au revoir bébé Lévy.