width=Lorsque j’ai fait la connexion avec Lewis, il était assis sur son arrière train et attendait qu’on vienne le voir. Ses yeux si expressifs me parlaient et je pouvais ressentir sa grande détresse. Je lui ai expliqué que se gardienne m’envoyait vers lui pour lui transmettre des messages et lui poser des questions :

Lewis, mon bébé, mon âme-chat,

Ce dimanche 8 avril à 21h tout s’est effondré autour de moi et une partie de moi s’est envolée avec toi. J’étais et me sentais si impuissante tu sais… J’espère que tu ne t’es pas senti abandonné, que tu n’as pas souffert et que tu as vu que maman était là. Malgré toute ma douleur et ma souffrance j’ai fait mon possible pour que tu rejoignes la lumière, tu le mérites tellement mon ange. Tu étais mon bébé, ma raison de continuer et d’avancer même lorsque c’était difficile, tu m’as apporté tellement de bonheur et j’espère que nous t’avons rendu heureux aussi.

Je t’ai toujours protégé comme je l’ai pu et aujourd’hui, depuis trois mois tu me manques terriblement. Nos habitudes, ta tendresse envers moi et ta façon pot de colle d’être avec moi me manque. C’est si dur sans toi, tu es présent partout.

Je pense tous les jours à toi et vais te voir tous les jours pour te parler, je ne sais pas si tu le vois ou le ressens… Je suis tellement désolée mon amour, ta place était auprès de nous. Cela me brise le cœur. Tout s’est passé si vite.

L’amour que nous nous portions ne s’envolera jamais mon bébé je te le promets. Maman sera toujours là pour toi et tu resteras à jamais dans mon cœur. Je t’aime plus haut que les étoiles mon petit Mouh.

Ta maman qui t’aime et t’aimera toujours, ne l’oublie jamais.

 Où es-tu maintenant mon ange ? Es-tu auprès de nous ou peux-tu nous voir ?

Ce soir-là était-ce un accident ? Que s’est-il passé ?

Me sens-tu toujours proche de toi ?

Est-il possible que tu reviennes un jour auprès de moi ? Et comment pourrais-je te reconnaitre ?

Peux-tu communiquer avec les autres chats de la maison ?

 Je suis triste pour elle, son chagrin, ses grandes souffrances sont pires que les miennes. Elle n’arrive  pas à trouver la paix dans son cœur et son esprit, et se pose mille questions. Tout cela m’empêche de partir. Je reste là entre deux et je végète dans leur entourage. Je leur puise leur énergie et tant que je reste là, elle ne pourra faire son deuil et pour moi il est impossible de me reposer et me ressourcer. Cela perturbe tout le monde et surtout mes congénères qui me voient, qui voient ma pauvre âme en errance alors qu’ils savent que ce n’est plus ma place. Cela est très difficile pour eux aussi et si je n’arrive pas à me libérer, ils vont finir par tomber malade et ma maman va faire une dépression.

J’ai besoin qu’on m’aide, j’ai besoin que tu m’aides !

Ses yeux, son regard m’implorait et je l’ai rassuré et lui ai répondu :

Ne t’inquiète pas, Lewis, après notre échange, je t’aiderai à faire le passage.

Merci, merci d’être venue à moi, cela fait si longtemps que j’attends qu’il se passe quelque chose.  Nous ne pouvons quand même pas rester dans cet état alors que je sais que le jardin des animaux est un endroit magnifique, je le connais, nous le connaissons tous ici (autres animaux). Je sais aussi qu’un passage là-bas est obligé si je veux lui revenir.

Dis-lui merci pour son merveilleux message d’amour. Moi aussi je l’aime et je ne l’oublierai jamais. Elle est ma maman de cœur, je suis son bébé, je l’ai déjà été dans une autre vie, mais en tant qu’être humain, oui cela va peut-être la surprendre, mais j’étais déjà avec toi et j’étais déjà ton petit garçon. Et il m’était arrivé un accident aussi et la séparation fut tout aussi cruelle.

Ce soir-là je n’étais pas centré, j’étais sorti de mon corps et je faisais des allers/retours, et ce qui ne devait pas arriver, arriva. Je me suis senti emporté, c’était très violent et le choc m’a fait comprendre que c’était fini et qu’il serait impossible de revenir dans mon corps physique.

Pardonne-moi de t’avoir infligé cette peine, je ne voulais pas sauter (voiture), mais c’était un peu comme une force qui m’a poussé et impossible d’y résister. Je sais que tu ne veux que le meilleur pour moi, que tu ne veux pas me retenir, que tu souhaites que j’aille vers la lumière, mais mon départ trop rapide et non programmé m’en empêche aussi.

Je reste là à côté de vous et je vous suis partout, mais je ne peux plus me manifester et c’est très désagréable. Ma place est auprès de toi et je dois te revenir, mais pour cela je dois d’abord monter pour pouvoir redescendre. Ce ne sera pas très long, je n’étais pas malade et je te reviendrai dans le corps physique d’un jeune chat noir.

Tu as besoin de moi, ma mission consistait à t’apprendre le détachement affectif. J’étais  un chat de type timbre-poste et je devais t’aider à supprimer tous les manques affectifs que tu as pu avoir dans ta vie, celle passée aussi pour te donner de la force et de la confiance.

Je devais veiller que tu ne sois pas en souffrance et que tes relations soient vécues sans dépendance ni co-dépendance. Que tu ressentes en toi cette grande force, cette puissance que l’on connaît lorsqu’on se sent aimé et qu’on a l’impression qu’à l’intérieur de nous on est plein.

Depuis mon départ tu te sens de nouveau vide, tu as de nouveau des angoisses et des doutes. Mon travail n’est pas terminé et je te reviendrai très vite, sois en certaine.  Lorsque tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin et tu me reconnaîtras sans problème. Tu sauras tout de suite que c’est moi.

Le temps passé avec toi a été du bonheur, que du bonheur, j’ai vécu une vie de petit privilégié, j’ai été ton BB et je le resterai toujours. Et lorsque je serai de retour, je m’activerai coute que coute à remplir ma tâche auprès de toi. Nous sommes reliés bien au-delà des étoiles et ce lien ne sera jamais rompu.

Sache que ta souffrance est pire pour moi que les maux physiques, je te rendrai bientôt le sourire et la joie de vivre.

Je lui transmettrai tes messages Lewis. Es-tu maintenant prêt à partir ?

Oui je suis.

Sans aucune hésitation il s’est mis debout  et ensemble nous avons pris un chemin qui s’est ouvert à nous. Plus nous avancions, plus ce chemin devenait lumineux bordé de jolies petites fleurs rouges en forme de cœur. Et lorsque nous nous sommes arrêtés devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci. Maintenant que tu vas la rassurer, je peux traverser le pont sans peurs ni angoisses. Merci à ma merveilleuse et adorable maman d’amour de t’avoir envoyée à moi.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la lumière de l’arc en ciel. Au revoir Lewis.

Maintenant il a rejoint le paradis des animaux.