La rencontre avec Liloute s’est faite dans un petit enclos grillagé. Elle était assise sur ses 4 pattes, le regard absent, complétement perdue. Je me suis doucement adressée à elle pour lui expliquer les raisons de ma présence et ses yeux ont aussitôt changé d’expression et elle s’est mise à faire quelques petits sauts. Je lui ai lu les messages et les questions de sa gardienne :

Ce que j’aimerais lui dire

J’ai l’impression de l’avoir abandonnée, trahie et de ne pas avoir su la protéger, de ne pas avoir été là pour elle au moment où elle en a eu le plus besoin

Aujourd’hui elle me manque terriblement et je l’aime très fort et je suis désolée pour ce qui lui est arrivé

Je n’aurais jamais pensé qu’elle me manquerait autant, j’arrive pas à croire qu’elle est partie et qu’elle ne reviendra plus

 Ce que j’aimerais lui demander

Si elle va bien si elle est heureuse et si elle n’a pas trop souffert pendant ses dernières heures

Si elle ne m’en veut pas pour ce qui s’est passé

Si elle a eu une vie heureuse et si elle pourrait me dire s’il s’est passé quelque chose de grave quand elle s’est fait garder pendant mes vacances

Dis-lui que je vais bien, je peux de nouveau sautiller à ma guise, je viens de te le montrer, je ne souffre plus et je me sens très légère. Mais ici ce n’est plus ma place, ici dans ce petit mètre carré d’herbe je me sens comme en prison et j’ai besoin qu’on m’aide à me libérer.

J’ai besoin qu’elle me laisse partir et qu’on m’accompagne, qu’on me guide pour m’aider à rejoindre le jardin des animaux.

Je l’ai rassurée et je lui ai dit qu’après notre échange, je l’emmènerai jusqu’au pont des fleurs.

Je sais, je comprends que pour ma petite, douce et tendre maman mon départ soit difficile à vivre et surtout à accepter. La brutalité et la rapidité de celui-ci, mais aussi la culpabilité l’empêchent de me laisser partir vers d’autres cieux et tant que je reste là, dans son entourage au quotidien, elle ne peut trouver la paix et faire son deuil.

Dis-lui que moi aussi je l’aime et qu’elle me manque. Dis-lui de ne pas se sentir coupable, je ne me suis jamais sentie abandonnée ou trahie en croyant qu’elle n’était pas là au moment où j’en avais le plus besoin, car elle était là, j’ai attendu son retour pour qu’elle puisse m’emmener chez le docteur pour m’aider à partir. J’étais sur mon chemin et je préparais mon départ depuis quelque temps et j’ai prié le Créateur pour qu’il m’aide à attendre son retour.

Je comprends que le choc de cet accident la mette en difficulté et que la compréhension et l’acceptation soit difficiles, mais c’est pourtant la réalité et c’était ma demande là-haut de pouvoir patienter jusqu’à son retour. Mon souhait a été réalisé et elle a fait le bon choix, elle m’a accompagnée avec amour et je sais combien cette décision lui fût difficile.

Mais il faut aussi maintenant ne pas me retenir et me laisser partir vers la lumière. Je n’étais déjà plus dans mon corps physique les dernières heures, je m’étais déjà réfugiée dans le corps astral, ce qui m’a beaucoup aidée et soulagée.

Dis-lui qu’il ne s’est rien passé de grave pendant ses vacances, j’étais déjà sur mon chemin et je préparais ma transition. J’espérais juste et avec l’aide de Dieu de pouvoir attendre son retour, car la souffrance et la détresse auraient été décuplées si j’étais partie pendant son absence.

Cela doit te rassurer de savoir que je l’ai attendue, que je voulais que tu sois à mes côtés jusqu’à mon dernier souffre. J’ai eu une vie merveilleuse à tes côtés, une belle vie de lapine et je sentais que tu t’étais très attachée à moi. Je me considérais un peu comme ton bébé, ta petite fille et ma présence t’a enseigné la coopération dans ton quotidien et la fidélité à toi-même, à ce que tu es, à ton toi profond.

Nos âmes sont reliées et cela doit t’aider à dépasser ton chagrin et surtout à croire que la vie existe après la mort. Un passage au paradis des animaux est nécessaire pour me reposer et me ressourcer et mon vœu le plus cher, après un petit laps de temps, c’est de pouvoir te revenir pour reprendre cette belle vie auprès de toi et encore plus partager les choses après cette grande prise de conscience que tu as eu.

Ne doute pas, mets-toi à ma recherche et on sera de nouveau très vite ensemble. Tu dis toi-même que je te manque terriblement, alors stp ne nous prive pas de la joie de nous retrouver.

Puis elle m’a dit : ouvre moi cet enclos et emmène-moi jusqu’au pont des fleurs, plus vite je serai au jardin des animaux, plus vite je pourrai préparer mon retour.

Je l’ai libérée et toutes les deux nous avons emprunté un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont, elle m’a dit :

Merci, dis-lui que je l’aime et que je serai prête pour le retour très vite.

Puis elle l’a traversé et s’est noyée dans la belle et vive lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Liloute, paix à ton âme !