width=Ta gardienne se fait beaucoup de soucis pour ta santé Lizzie, elle t’a recueillie début de cette année et aimerait connaître ta vie avant d’arriver chez elle. Avais-tu une famille ou vivais-tu dehors ?

Je n’ai jamais eu la chance de connaître la tendresse et la sécurité que j’ai trouvées avec elle et chez elle. Ma maman m’a abandonnée toute petite, elle a disparu et je n’ai pas eu la chance qu’on s’occupe de moi comme elle le fait. C’est une humaine et pourtant elle prend plus de temps pour m’apprendre et me donner des soins que ma génitrice n’en a jamais pris, ou eu le temps de le faire. Elle s’est volatilisée du jour au lendemain et nous étions obligés de nous débrouiller. Nous étions 4 et chacun s’est débrouillé comme il a pu.

J’ai vite compris qu’il fallait que je bouge, espérant me trouver un lieu où je trouverai à manger à ma faim. Plus tard, mais beaucoup plus tard, j’ai eu la chance de tomber sur une vieille dame qui m’a nourrie dans son jardin, et où je pouvais me réfugier au sec dans une petite dépendance. Je ne peux pas me plaindre, j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à son départ (maison de retraite), je n’ai manqué de rien. Après il y a encore une longue période où je me suis battue pour survivre dans les champs, je trouvais de quoi me nourrir mais la faim était souvent présente.

Et puis tu m’as recueillie, et depuis je n’ai connu que des moments de grand et pur bonheur. Je te dis merci, je te suis si reconnaissante, je n’ai jamais connu autant de plaisir, même si j’ai des problèmes de santé, avec toi je me sens aimée et respectée comme un être humain. Et rien que cette année à tes côtés me remplit le cœur de joie, et je suis si heureuse d’avoir, que l’univers m’a offert cette chance de te connaître.

Ta gardienne aimerait savoir si tu souffres et si tu peux continuer à vivre ainsi ?

J’ai des moments difficiles, surtout lorsque je ne peux pas m’alimenter correctement et que c’est douloureux de manger. Les démangeaisons sont très désagréables aussi et me créent du stress et des angoisses. Lorsque ça devient trop difficile, je me réfugie dans mon corps astral et j’arrive à le gérer. Je sais que je suis sur mon chemin, mais Dieu seul sait combien je souhaite encore très longtemps vivre avec toi et me laisser choyer et câliner. Cela me fait du bien et me rend si heureuse.

Je t’aime et te suis si reconnaissante de me faire connaître autant d’amour et de bienveillance. Continue à me soigner tant que tu peux, j’aimerais pouvoir rester encore un peu. Et lorsque le moment sera venu pour m’aider à partir, tu le sauras et je sais que tu le feras par amour et compassion pour moi. Et tout ce que j’ai pu vivre avec toi ces quelques temps vaudra pour moi plus que toute une existence normale d’un chat en bonne santé.

J’ai le privilège d’être aimée et cela vaut tout l’or du monde. Merci, mille mercis à toi ma maman de cœur. Je t’aime.