LONGUIADès que je suis arrivée sur le chemin et avant même que je lui explique qui je suis, Louguia m’a remerciée d’être venue, qu’elle allait profiter de cette belle lumière dont j’étais entourée pour essayer de monter vers le jardin des animaux. Je lui ai répondu que c’était le but, la communication devait, comme elle n’était pas bien partie, l’aider à se libérer. Que sa gardienne en souffrance m’envoie vers elle, et qu’elle avait beaucoup de choses à lui dire. Elle m’a regardée tristement :

Oui je sais qu’elle est en grande souffrance, et nous avons besoin de ton aide toutes les deux.  J’étais à ses côtés lorsqu’elle t’a écrit et les larmes n’ont pas cessé de couler. Tu comprends qu’il m’est impossible de partir, elle a besoin qu’on l’aide à retrouver la paix dans son cœur et dans son âme.

Louguia , elle me charge de dire que tu lui manques énormément, et elle aimerait revenir sur les circonstances de ta mort, car elle l’a très mal vécue. Elle me demande de t’expliquer comment tout cela s’est passé car elle culpabilise pour tout, de ne pas t’avoir amené le 1er jour où tu n’as pas mangé, de ne pas avoir demandé un avis supplémentaire après l’opération, de ne pas être restée pour la dernière piqûre, de ne pas t’avoir expliqué ce qui risquait de se passer, elle a l’impression de ne pas être allée au fond des choses à 100 % :

« Je veux te demander de me pardonner si tu n’étais pas prête à partir, moi non plus je n’étais pas prête du tout, j ‘étais dans un état second, comme dans un cauchemar, et ma décision a été uniquement motivée par le fait que je ne voulais pas te faire souffrir, te sachant condamnée. Le vétérinaire a été très gentil, m’a dit que l’euthanasie représente dans ton cas, une ultime décision d’amour. Pour te garder un peu je ne peux pas t’imposer cette douleur. Devais-je te laisser souffrir pour ne pas te sauver ? J ‘étais partie pour te sauver (ôter la tumeur) et non pour entendre que tu étais condamnée, ça je ne m’y attendais pas .M’en veux –tu ?

Peux-tu m’aider à me pardonner ? à vivre en harmonie avec cette décision ? Etais tu  mourante comme le véto me l’a dit, avais- tu  mal ? Etais tu  soulagée de ne pas avoir à souffrir avant de mourir rapidement ? Aurais-je du te laisser te réveiller et demander un 3ème avis vétérinaire, t’amener à Paris, à New York, je ne sais où ? Aurais-je pu te sauver ou juste te prolonger un peu la vie, l’agonie ? »

De la culpabilité, des regrets, des doutes, beaucoup de souffrance. Depuis tout ce temps elle se torture l’esprit et sa santé devient de plus en plus fragile. Et moi ça m’empêche de partir. Je reste là, à côté d’elle, je suis présente dans tout ce qu’elle fait, et ce n’est bon ni pour elle, ni pour moi. Elle a besoin de son énergie pour sa santé physique mais aussi psychique. Et moi il me tarde de partir vers la lumière. Dis-lui qu’elle a fait les choses comme elle devait les faire, c’est vrai qu’elle n’a pas eu le temps de se préparer à mon départ, et je suis désolée de lui avoir créé autant de désespoir. Mais qu’elle ne culpabilise pas, moi j’étais prête, j’étais sur mon chemin et si elle n’a pas remarqué que j’étais très malade, c’est parce-que je ne voulais pas qu’elle le voie, c’était pour la préserver. J’ai eu de la chance, je n’ai pas souffert, et elle a fait le bon choix. Mon esprit n’était déjà plus dans mon corps depuis plusieurs jours, et je n’ai pas eu mal, ni peur. C’était difficile de la laisser, je savais que le choc serait violent pour elle, mais je savais qu’elle prendrait cette décision par amour pour moi.

Elle espère que tu as été heureuse avec elle ?

« J’espère que tu as  été heureuse pendant ta vie avec moi. Je t’ai beaucoup couvée et je te  demande pardon de ne plus t’avoir laissée sortir après ton accident, mais je ne pouvais pas émotivement revivre ces jours terribles après son accident, la perte de ton œil (liée à l’accident), ta souffrance après les opérations, l’angoisse de te retrouver écrasée .J’ai toujours choisi des logements avec balcon pas trop haut au cas où tu ferais une chute, et en habitant avec mon compagnon je t’ai sortie le plus souvent possible dans le jardin que j’avais fait grillager, t’ai laissé l’accès au balcon toute la journée.

Je te  demande de m’excuser pour mes angoisses qui t’ont limitée, mais habiter à côté d’une grande route, c ‘était impossible à gérer pour  moi surtout que tu ne devais plus avoir de choc après l’accident et que tu n’avais plus qu’un œil. »

Si j’ai été heureuse avec elle ? Mais c’était une maman d’amour toujours présente et attentive à mes besoins. Elle a fait tout ce qu’elle a pu pour moi pour me permettre d’avoir une vie normale après cet accident qui m’a beaucoup traumatisée. Grâce à elle j’ai encore vécu de belles années, et j’ai été très heureuse à ses côtés. Je ne pouvais pas lui en vouloir de ne plus me laisser sortir seule, d’ailleurs je n’en avais plus envie, et plus tard le jardin grillagé était un vrai havre de paix pour moi. Qu’elle n’en doute pas, je n’ai manqué de rien, telle sa petite fille, elle m’a gâtée et câlinée, et d’ailleurs il serait temps maintenant de penser un peu à elle, de recouvrer la santé émotionnelle afin de vivre dans le présent et plus dans le passé et d’avoir des projets.

Je lui transmettrai tes messages Louguia, mais elle a encore d’autres questions, acceptes-tu d’y répondre ?

Oui je sais, j’étais à ses côtés, et même si elle en doute, elle a bien senti mon énergie. Je sais qu’elle a des questions, je sais qu’elle aimerait savoir quelle était ma mission auprès d’elle et je sais aussi qu’à cause de ce terrible accident de voiture, je n’ai pas su la remplir. Au contraire, cet accident l’a vulnérabilisée et fragilisée davantage, et lorsque je me serai reposée et ressourcée, je reviendrai la voir avec la même mission, celle de lui apprendre le détachement affectif, celle de l’aider à aimer sans peurs et sans angoisses.

Reviendras-tu en chat ?

Oui et avant l’automne si tu m’aides à partir au jardin des animaux maintenant.

Doit-elle prendre un chat de la SPA ?

Oui et qu’elle me fasse confiance, elle saura que c’est moi.

Elle a justement peur de se tromper en adoptant un autre chat ou chien ?

Elle ne se trompera pas, qu’elle se fasse confiance, la vie n’est pas que souffrance et moi j’ai très envie de revenir la voir, je l’aime et nous avons encore beaucoup d’amour à partager ensemble.

Elle se pose la question si elle était ta gardienne ? Tu demandais souvent des caresses à son compagnon et elle était un peu jalouse, elle te demande pardon.

J’étais reliée à elle, la question ne se pose même pas, et lui apprendre le détachement affectif, c’est aussi lui apprendre à aimer sans possessivité et sans crainte d’être moins ou mal  aimée. J’ai aussi aimé son compagnon, c’est quelqu’un de sincère et de généreux et elle peut lui faire confiance. Au lieu de souffrir de jalousie, voilà le genre de réflexions qu’elle doit avoir si elle se sent bien dans sa tête.

Elle te demande de l’aide depuis ton départ, elle est déprimée et ne peut effacer 12 ans de vie commune en 2 mois, elle s’en excuse si son chagrin te retient et c’est la raison de cette communication avec toi.

Je sais, mais son bébé d’amour pour lui revenir, doit faire un passage au paradis des chats, c’est impossible autrement. Et lorsque je serai là-haut, je pourrai lui envoyer de bonnes énergies pour se ressourcer physiquement et moralement aussi. Dis-lui d’oublier ces 3 mois difficiles et de me garder dans son esprit et son cœur, que les belles années que nous avons encore pu partager ensemble après cet accident. Que son accord pour l’euthanasie fût un acte d’amour de sa part afin de m’éviter de terribles douleurs et que cela me permettra de me ressourcer plus rapidement. Ce ne sera pas très long, quelques semaines à peine, et même si je ne suis pas là physiquement, je n’oublierai pas de lui envoyer de la belle lumière et de bonnes énergies. Dis-lui que je veux la voir sourire et profiter pleinement de son engagement et de cette fête tout en sachant que je suis là et que je veille sur elle.

Louguia profite maintenant de cette lumière qui m’accompagne pour partir, elle se sentira libérée aussi. Vas-y,  n’hésites pas le pont des fleurs t’attend. Elle m’a remerciée et s’est noyée dans la lumière.