Tes gardiens me demandent de te transmettre des messages et de te poser quelques questions Louna, acceptes-tu d’y répondre :

Elle grogne, nous montre les dents comme enragée, elle ne se laisse pas coiffer, ni nettoyer les yeux, elle pourrait nous mordre. Nous pensions les 1er mois que c’était parce qu’elle ne nous connaissait pas encore, mais cela perdure. Pourtant nous l’aimons et  la chouchoutons. Elle dort avec nous et il lui arrive de grogner lorsque nous la touchons.

Nous t’aimons Louna, nous sommes si contents de t’avoir trouvée et nous aimerions t’offrir une longue et belle vie avec nous. Pourquoi es-tu si agressive envers nous qui ne voulons que ton bien. Ton comportement nous attriste, nous ne comprenons pas. Que se passe-t-il ?

As-tu un message à nous transmettre. As-tu une mission auprès de nous ?

Mais oui que je vais leur répondre, et je suis en tout premier lieu si désolée de mon attitude ingrate, de mon comportement agressif, je ne veux pas leur faire du mal. Je suis navrée mais je n’aime pas être coiffée et encore moins qu’on nettoie mes yeux. Ma gardienne ne le faisait que très rarement et puis plus du tout, et j’étais bien rassurée. J’ai peur, de nature anxieuse et craintive je n’aime pas qu’on me touche sauf lorsque c’est moi qui cherche les câlins. Autrement et surtout lorsque je dors cela m’effraie et par réaction que je n’arrive pas à maîtriser, je deviens agressive.

Mea culpa, je sais que vous faites tout ce que vous pouvez pour moi, pour me rendre la vie agréable et je me sens bien chez vous et avec vous. Moi aussi je vous aime, vous êtes ma providence et je suis si content de votre bienveillance à mon égard. Ma maman manquait parfois un peu de patience et me repoussait lorsque je m’approchais trop près d’elle, probablement sa maladie, ses douleurs, alors que nous étions très proches et très fusionnelles. Cela m’a beaucoup perturbée et son départ encore plus.

Je vous ai trouvés, vous m’avez grand ouvert la porte de votre cœur et de votre maison et je vous en suis si reconnaissante. Je regrette profondément mes pulsions parfois un peu violentes, mais lorsque vous me touchez je pense à ma maman et les souvenirs reviennent très forts, surtout ceux que je n’aime pas et qui me font réagir avec agressivité. Les stimuli me rappellent des mémoires qui sont encore très ancrées, et difficile pour moi de les ignorer. J’ai besoin d’aide, j’aimerais tant pouvoir vous montrer combien je suis heureuse et bien avec vous. Pour cela j’ai besoin d’être en totale harmonie avec moi-même et je vais essayer de faire des efforts.

Ce que je peux vous dire c’est que je vous aime aussi, et ma mission, tant que mes mémoires restent fidèles à ma maman, ne peut pas concerner d’un de vous deux en particulier, pour l’instant je ne suis pas encore reliée à l’âme de l’un de vous deux, pour le moment je suis là pour vous accompagner tous les deux sur votre chemin de vie, je suis là pour vous aider à avancer et faire votre deuil de Vickie, et vous vous êtes là pour m’aider à faire mon deuil. Nous ne nous sommes pas trouvés par hasard, nous nous apportons mutuellement de l’amour et de la compassion. De me voir, me câliner vous apporte du réconfort et vous permet de chérir de tendresse votre petit enfant intérieur. La perte de votre petite chienne a été horrible pour vous et vous a laissé un grand vide. Ce vide je le comble par ma présence, et cela me rassure de savoir que je peux vous guérir de ces souffrances.

Il me faut un petit coup de pouce pour me sentir déchargée de tout lien avec ma précédente gardienne, et je serai prête à faire un bout de chemin avec vous et cela en joie et en harmonie avec ce que nous ressentons tous les 3 et sommes au plus profond de nous-même. Cela passe par notre âme et dans notre âme et guérit les blessures physiques et psychiques.

Je vous aime, ne soyez pas tristes, vous êtes ma famille maintenant et très vite ma nouvelle maman et mon nouveau papa. Votre empathie me touche profondément, je vous adore. Et si vous pouviez faire l’impasse pour le coiffage et tout le reste, ce sera encore mieux, mais bon, je sais que c’est un rêve qui relève de l’utopie et que vous faites tout pour me soigner et me bichonner, et qu’au contraire je me dois de vous en être reconnaissante et de vous dire merci.

La conscience est là, il suffit de l’accepter et de pouvoir la maîtriser pour ne pas réagir avec des grognements et vous montrer mes dents. Pardon encore et encore.