maikyMaïky était sur le chemin, il m’attendait.

Je suis très content qu’elle ait fait appel à toi, car mon départ est un choc énorme et une souffrance terrible pour elle. Même si elle prie et souhaite que je parte au jardin des animaux pour rejoindre Lévy qui m’attend, je ne peux pas partir avant de t’avoir donné un message pour elle.

Cette pleurésie foudroyante, ce départ si brutal la plonge au plus profond des ténèbres. Je suis arrivé très vite après la mort de Lévy, à peine 2 jours après et c’était lui qui m’avait guidé vers elle. C’était lui qui m’avait envoyé pour lui permettre de supporter ses souffrances, et voilà qu’après quelques mois, moi, d’une manière très brutale, je pars et la laisse à nouveau dans une souffrance incompréhensible. Cela m’empêche de partir. Dis-lui que j’ai été très heureux avec eux, je me plaisais beaucoup chez eux, mais j’étais un petit chat fragile, et mon immunité n’était pas top. Je suis revenu avec cette vulnérabilité et c’était prévu que je ne reste que quelque temps avec eux.

Pourquoi ?

Pour lui permettre de recevoir le message que je vais te donner maintenant. L’état inflammatoire signe la présence d’émotions négatives, telles que la colère ou la rancœur. La personne atteinte est en train de vivre une situation qui l’a percutée en force et en profondeur. Il s’agit d’un vécu qui rappelle des souffrances ayant déjà existées. La douleur ressentie, qui peut être très forte, handicape la plupart des mouvements et les grandes inspirations. Ceci montre que le vécu génère une impression d’empêchement à vivre, de souffrance à vivre, de contraintes à gérer, canaliser la vie et cela l’empêche elle de « vivre » tranquillement en paix avec son esprit. Dis-lui que c’est le moment d’en prendre conscience et de faire un travail pour l’aider à inverser la situation, afin de trouver la paix dans son cœur et son esprit. Qu’elle ne culpabilise pas de m’avoir laissé chez le vétérinaire les 2 dernières heures de ma vie, j’étais sur mon chemin et déjà plus dans mon corps, et je n’ai pas souffert. Je sais que je leur manque, mais lorsque je serai parti, ce sera plus facile pour eux aussi, ils se sentiront libérés.

Ta gardienne espère que ses prières et mon aide vont te permettre de monter au paradis des animaux. Ton papa et elle t’aime toujours, toi leur petit ange, et elle espère qu’un jour elle vous retrouvera tous les 2 toi son titou d’amour et bébé Lévy. Si tu le vois au paradis, reste auprès de lui et guidez votre maman le jour où vous serez prêts pour lui revenir tous les 2 ensemble. Votre maman vous aime de tout son cœur et elle vous attendra avec impatience, votre amour lui manque tellement. A bientôt les amours de sa vie.
Lévy m’attend de l’autre côté, il est là pour m’accueillir et m’accompagner dans la lumière. Je peux à présent le rejoindre, je me sens prêt. Dis-lui que nous ne nous quitterons pas, nous resterons ensemble et comme elle le souhaite, ensemble nous lui reviendrons. Ce ne sera pas très long, la prise de conscience, et nous dans l’au-delà, l’aideront à avancer sur son chemin, à se reconnecter à son petit enfant intérieur. Et lorsqu’elle sera prête, tous les deux ensemble nous lui reviendrons. Nous l’aimons notre maman d’un amour inconditionnel et ne la laisserons pas sans nos câlins et nos bisous.

Puis sans que j’aie eu le temps de lui proposer de l’accompagner un petit bout de chemin, il s’est levé et s’est dirigé vers la lumière qui devenait de plus en plus vive. Je l’ai laissé partir, il n’avait pas besoin de mon aide. Sur le chemin est apparue une porte en forme de cœur, une porte rouge vermillon qui s’est ouverte dès qu’il s’en est approché et j’ai cru apercevoir dans la magnifique lumière un chat. Lévy ? Oui sans aucun doute c’était bébé Lévy qui l’attendait et lui tendait les bras. Dès qu’il l’eut franchi, un splendide arc en ciel a illuminé l’horizon. Il était parti, Titou le petit ange avait rejoint le paradis des animaux. Au revoir Maïky, titou d’amour.