width=La rencontre avec Maki a eu lieu sur un chemin de terre triste et austère. Pas une seule herbe n’y poussait, il était allongé sur le sol, le regard vide. Je me suis approchée le plus près possible, afin de me présenter à lui et lui expliquer les raisons de ma présence, et ce n’est qu’arrivée à sa hauteur qu’il a levé la tête vers moi. Je lui ai dit que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

J’aimerais savoir s’il est bien là où il est maintenant, s’il avait une mission particulière dans cette vie, s’il a quand même été heureux avec nous et surtout, s’il me pardonne.

Et en message à lui transmettre, un énorme pardon pour ce que j’ai fait et la manière je me suis comportée avec lui depuis l’arrivée de notre fille. Que nous l’aimions et qu’il nous manque

Après lui avoir lu le contenu, il a tourné la tête vers moi et son regard commençait à reprendre vie. Ses yeux exprimaient toujours autant de tristesse, mais il commençait à bouger et s’est mis debout.

Que je suis content qu’elle ait fait appel à toi, que je suis content que tu sois là, car aussi bien elle que moi avons besoin de ton aide. Moi j’ai besoin de toi pour m’aider à faire le passage, et elle a besoin de savoir que je suis au jardin des animaux pour pouvoir faire son deuil et retrouver un peu de paix et de sérénité dans son cœur et esprit. Elle a des regrets, beaucoup de regrets et surtout de la culpabilité, beaucoup de culpabilité. Des remords aussi, et tout cela m’empêche aujourd’hui de rejoindre le paradis des animaux.

Tant que je reste là, dans son entourage au quotidien, elle ne peut trouver la paix. Je m’accroche à elle, je puise dans son énergie et elle finira par tomber malade ou dépressive. Alors que sa petite fille qui m’a remplacé dans son cœur, qui était son plus grand centre d’intérêt dès sa naissance, a besoin de sa maman et d’une maman qui soit en paix avec elle-même.

Dis-lui que la culpabilité et les regrets sont des obstacles, ils ne sont pas positifs, au contraire, ils tirent vers le bas, et moi ça m’empêche de faire la transition et de monter pour me reposer et me ressourcer.

Dis-lui merci de t’avoir contactée, je lui en suis si reconnaissant, car elle va enfin pouvoir se sentir apaisée, et moi je vais pouvoir rejoindre ce haut-lieu magique. Oui que j’ai été heureux avec eux, moi aussi je me suis considéré comme son bébé, son petit garçon, et l’arrivée de ma petite sœur m’a beaucoup perturbé, mais j’ai bien compris qu’elle était sa priorité et je ne lui en ai jamais voulu. Après tout c’est toujours le petit dernier qui retient le plus l’attention et qui a tous les privilèges.

Je sais que j’occupais une grande place dans le foyer et qu’il fallait que je lui laisse la place, je lui pardonne, je ne lui en tiens pas rigueur, même si je n’aimais pas rester seul et enfermé. J’ai bien compris qu’elle était un peu dépassée par la situation, et je ne peux lui en vouloir.

Après tout ma mission consistait à lui apprendre à grandir, à devenir indépendante, de se responsabiliser pour pouvoir s’assumer et affronter les difficultés du quotidien. J’ai un peu manqué de faire ce travail pour elle avec l’arrivée de ma petite sœur, je me suis senti rejeté et au lieu d’endosser ma mission de lui apprendre le détachement, je me suis moi-même isolé, et de plus en plus dans mon corps astral, et mon énergie n’était plus vraiment présente.

Mais je l’aime et je suis touché qu’elle me dise dans son message qu’elle m’aimait, qu’ils m’aimaient aussi. Rien de plus rassurant de se savoir aimé, cela donne de la force et des ailes pour affronter le quotidien et tous les tracas qui peuvent arriver. Ils me manquent aussi, même si je peux encore les accompagner dans leur quotidien, ne plus se manifester à eux est difficile pour moi et puis j’ai besoin de rejoindre le paradis des animaux pour me reposer un laps de temps et me ressourcer.

Dis-lui qu’après la mort il y a la renaissance. La mort est un nouveau soleil, et il nous sera donné  la possibilité et la chance de nous retrouver. Elle a compris maintenant que ma présence n’enlevait rien à l’amour qu’elle apporte à sa fille et que je peux l’aider à avancer sur son chemin pour trouver un équilibre et la force et confiance dont elle a besoin. C’est un peu son point faible, et mon énergie va la réconforter et la stabiliser. Mon âme est éternelle et prête, après un petit passage dans l’au-delà de les retrouver.

Je lui ai promis de transmettre ses messages et lui ai demandé s’il était à présent prêt à faire le passage. Il m’a répondu « plus que jamais » et il est venu frôler mes jambes, je l’ai caressé et il m’a dit :

Que c’est bon, que c’est agréable, du pur bonheur.

Puis nous nous sommes avancés sur ce chemin triste et gris, qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux. Lorsque je me suis arrêté devant le pont des fleurs, il l’a traversé sans hésiter et s’est noyé dans la magnifique lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Maki, chat de toute beauté à la fourrure si soyeuse. Paix à ton âme !