width=Lorsque je suis arrivée sur le chemin, Marcel assis m’y attendait. Son regard triste s’est tourné vers moi et aussitôt qu’il m’a vu, il s’est levé pour venir à ma rencontre. Je me suis présentée et lui ai expliqué les raisons de ma présence, que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

Mon Marcel comme je t’aime et je t’aimerai tjs, j’ai en tête ce dernier soir où tu es sorti sur la terrasse, tjs magnifique aux aguets, c’est après qu’il t’est arrivé qque chose ? Mais quoi ?

Peux-tu nous dire ce qui t’a emporté si vite ? J’espère que tu n’as pas trop souffert ? Es-tu rentré le lendemain soir pour nous revoir une dernière fois ? Tu te sentais partir ? Mon Marcel je n’imaginais pas que tu nous quitterais ! Je pensais que ce serait bénin qd on t’a emmené.. chez la vétérinaire.. j’ai pu te faire que 2 caresses avant qu’elle ne te mette sous l’oxygène, il fallait aller vite disait-elle..

j’ai culpabilisé de t’avoir laissé sortir mais tu étais si heureux, m’en veux-tu ? Tu sais avant toi, Garfield était avec nous, il nous a quitté suite à un cancer foudroyant, lui aussi sortait et si heureux, j’ai le sentiment que toi lui ne faites qu’un, est-ce vrai ? Étais tu heureux chez nous ? Bientôt deux nouveaux chatons viendront vivre à nos côtés, si seulement tu étais l’un d’eux..je suis si triste, Xavier aussi, tu nous manques tant, un grand vide.. je regarde le ciel et la mer et me dit que tu es là, libéré et heureux je l’espère. Mais tjs pourquoi, 3 années avec nous, c’est trop peu ..

Reviens-nous Marcel, nous t’aimons tant, fais nous signe, je te fais plein de gros câlins, je t’aime

 Dis-lui merci d’avoir fait appel à toi car nous avons tous les deux besoin de ton aide. Tant que je reste ici dans son entourage au quotidien, elle ne peut trouver la paix et faire son deuil, et moi je ne peux faire le passage pour rejoindre le jardin des animaux pour me reposer et surtout me ressourcer. Car bien entendu mon vœux le plus cher est de les retrouver le plus rapidement possible et de redescendre pour m’incarner dans le corps physique d’un de ces petits bébés qu’ils vont bientôt accueillir.

Dis-lui que c’est possible, il y a des transferts d’âme qui se font chez les animaux, les humains d’ailleurs aussi, et la seule condition pour que ce soit possible pour moi c’est de faire un petit aller/retour là-haut. Même si le paradis des animaux est un endroit merveilleux et magique, ma place est auprès de ma maman sur un plan terrestre.

Il parlait vite et lorsqu’il s’est arrêté, je l’ai rassuré et lui ai dit que j’étais justement là pour l’accompagner de l’autre côté, et que pour lui tout sera possible après. Il a poussé un gros soupir de soulagement et a commencé à tourner autour de mes jambes. Je l’ai caressé et il m’a dit :

Je peux encore la voir, je peux l’entendre, mais les câlins c’est ce qui me manque le plus. Ici ce n’est plus ma place, je m’accroche à eux et je leur pompe leur énergie. Je suis si content qu’après notre échange tu lui transmettes mes messages.

Dis-lui que j’ai eu un grand et violent choc, une voiture m’a percuté et j’ai ressenti une forte, très forte pression dans ma poitrine, j’avais beaucoup de mal à respirer, ça m’a coupé le souffle. Je me suis aussitôt réfugié dans le corps astral pour supporter mon état et je n’ai pas trop souffert. Tu peux lui dire de ne pas d’inquiéter, de ne pas se torturer l’esprit, j’arrivais à le gérer et j’ai même réussi à rentrer chez nous. Je savais que j’étais sur mon chemin et qu’on en pouvait plus m’aider, je savais que j’allais partir et j’ai préparé mon départ du mieux que j’ai pu, mais je ne voulais pas partir loin de chez nous, j’avais besoin de vous revoir et de vous dire au revoir.

Vous ne l’avez pas capté, j’ai compris que vous n’aviez pas saisi la gravité de mon état, et j’ai eu beaucoup de peine pour vous et surtout pour toi ma petite maman d’amour, car je savais que le choc serait violent et la douleur terrible. Mea culpa j’ai été imprudent cette nuit-là. Je me suis fait éblouir par des phares et je suis resté planté sur la route lorsque la voiture m’a cogné, et après j’ai mis du temps à réaliser que j’étais dans mon corps astral et qu’il fallait que je rentre vous voir une dernière fois, afin que vous sachiez aussi ce qui m’était arrivé et que ce serait moins douloureux pour vous de me voir partir chez le vétérinaire que de me retrouver sur la route.

Ne culpabilise pas, tu n’y es pour rien, je n’ai pas eu de chance, et peut-être que si on me rappelle maintenant, c’est pour que vous puissiez enfin tous les deux faire votre deuil de Garfield, qui malgré son retour dans mon corps physique, oui j’étais bien lui et son âme s’est réincarnée dans mon enveloppe terrestre, et malgré que vous l’aviez compris et fortement ressenti, vous aviez toujours encore du mal à faire votre deuil, et cela vous empêchait de vivre dans le moment présent, dans le ici et maintenant.

Vous devez savoir que dans la vie il ne faut pas vivre dans le passé ni dans le futur, bien que ce soit positif d’avoir des projets et une vision de l’avenir, ce qui est important c’est de profiter de ceux qu’on aime à chaque instant, de le vivre sans peur de perdre l’autre ou de vivre dans la dépendance ou co-dépendance de l’autre.

Et c’est ma mission auprès de toi. Je suis chargé de t’apprendre le détachement affectif et de t’aider à vivre tes relations avec beaucoup plus de fluidité et de confiance en toi et en la vie. Je sais que ces 3 années auprès de vous ont été trop courtes et je vais bien entendu revenir vous voir, déjà pour continuer mon travail auprès de toi, car celui-ci n’est pas terminé, et aussi parce que tu as besoin et vous avez tous les deux besoin de ma présence pour vous rendre le home et la vie agréable. Sans l’âme d’un animal, il vous est impossible de vivre tous les deux, et vous faites bien de reprendre deux compagnons.

Moi je te serai toujours relié puisque je suis ton double, et l’autre chaton sera relié à papa. De là-haut je pourrai te faire des signes, mais n’oublie pas que mon âme redescendra très vite dans le corps d’un de ces petits.

Je t’aime et c’est du pur et grand bonheur de vivre avec vous et crois-moi, notre belle aventure ensemble est loin d’être terminée. Ne me pleure plus et réjouis-toi de me retrouver bientôt. Et stp ne nous empêchez pas de profiter de l’extérieur, de pouvoir nous ressourcer avec les énergies de la terre nous fait le plus grand bien.

Je lui ai promis de transmettre ses messages et tous les deux nous nous sommes avancés sur ce chemin qui s’est transformé dans un magnifique chemin de lumière Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs il m’a dit

Merci, merci de nous permettre de nous retrouver très vite car tous les deux nous attendons ce retour et sans toi ce n’était pas possible. Maintenant ça l’est.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Marcel, à très vite !