Ta gardienne souhaite te dire que tu comptes beaucoup pour elle, qu’elle sent un lien très particulier avec toi qui lui ressemble de caractère, et elle pense que tu le sais. Que tu es un chien hyper beau avec les oreilles les plus douces qui soient. Qu’elle te remercie pour ta patience et d’avoir supporté stoïquement une vie pas idyllique pour un chien comme toi (appartement – promenades en ville…)

Oui je sais et elle aussi compte beaucoup pour moi. Je suis son garçon et son miroir, elle l’a bien compris. Elle me dit souvent que je suis beau et j’en suis très fier. J’aime lorsqu’elle me caresse les oreilles.

L’appartement je m’y sens bien, je me sens en sécurité, pas besoin de maison avec jardin, mais c’est vrai que des promenades en forêt, dans les prés, détaché de la laisse, m’auraient beaucoup tentées. D’autant plus que j’ai toujours, avant ma maladie, eu beaucoup d’instincts et flairer les odeurs des animaux sauvages m’auraient beaucoup plu. Mais je ne peux pas me plaindre, je vis des années très heureuses auprès d’elle.

Tu me parles de ta maladie Max, es-tu conscient de tes problèmes neurologiques ? En souffres-tu moralement ou physiquement ? Qu’est-ce qui peut te soulager lorsque tu « perds la tête » ? As-tu des demandes particulières ?

Oui je suis tantôt conscient de mon état et en ce moment plus que d’autres. Là en ce moment même, j’ai l’esprit clair, alors que d’autres fois je me sens plutôt très perdu, désorienté et c’est stressant et angoissant. Je ressens une forte pression dans la tête, j’ai des troubles visuels et je ne sais plus où je suis. Je sors de mon corps, je me réfugie dans l’astral et c’est supportable. De m’enfermer dans ma caisse de transport m’aurait beaucoup inquiété et traumatisé avant. Maintenant je me sens rassuré, c’est réconfortant d’être dans un cadre où je ne peux pas tourner en rond.

Si j’ai des demandes particulières ? Bien sûr que non, je suis sur mon chemin et cela elle doit le comprendre. Elle l’a d’ailleurs bien compris et se pose des questions à ce sujet. Explique-lui que nous les animaux avons tous une mission auprès de vous. La mienne était celle de l’aider à avancer sur son chemin et de s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Je pense avoir pas mal réussi ma mission qui n’était pas si simple que ça, car beaucoup de souffrance intérieure. Elle est à présent sur son chemin, un chemin beaucoup plus empreint de recherche spirituelle, et moi je peux en toute quiétude préparer mon départ et ce serait bien qu’elle s’y prépare aussi. Pour l’instant il n’y a pas d’urgence, mais je sais que lorsque le moment sera venu, elle saura prendre la bonne décision pour m’aider dans ma transition. Je lui fais confiance et je sais qu’elle ne m’abandonne pas lorsqu’elle m’enferme dans ma caisse quand elle s’absente pour faire les courses. J’ai souffert du syndrome d’abandon et je sais reconnaître la différence. Elle en est d’ailleurs toujours très inquiète et je suis navrée qu’elle ne puisse songer à faire ses emplettes en toute tranquillité.

Ta gardienne s’inquiète surtout pour le weekend du 25 et 26 février qui est un weekend important pour elle et où elle sera absente très tôt le matin jusqu’à très tard le soir.

Je comprends les choses par intermittence en ce moment, mais ne créerai aucun obstacle à son weekend. Je m’adapterai, mais préfèrerai rentrer et la retrouver le soir. Je suis relié à elle-même lorsque nous ne sommes pas ensemble et cela m’aide grandement.