A mon arrivée sur le chemin, Maxou était couché sur son flanc droit, son regard était hagard, vide, il semblait perdu. Je lui expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour l’aider à partir au jardin des animaux et que j’avais un message pour lui, qu’elle l’aime et qu’il restera à jamais son BB. Aussitôt il s’est mis debout sur ses 4 pattes, puis s’est assis sur son train arrière. Ses yeux reprenaient vie et il m’a dit : width=

J’avais espoir qu’il se passe quelque chose et je suis très content que tu sois là. Je n’ai pas compris ce qui m’était arrivé, c’est allé très vite, 2 chiens se sont jetés sur moi, j’ai eu très peur, pas moyen de leur échapper, j’ai senti des morsures, des douleurs vives et lancinantes et je suis aussitôt sorti de mon corps pour me réfugier dans l’astral. J’ai eu peur, très peur, j’ai vu ces fauves s’acharner sur moi et j’étais là à me regarder. Le sang coulait mais je n’avais plus mal hormis le choc, la peur, les douleurs étaient supportables et puis ils ont abandonné, ils sont parti et m’ont laissé, mon pauvre petit corps abimé, meurtri. J’ai compris qu’il m’était impossible d’y retourner et je me voyais là, allongé et sans vie.

Je ne voulais pas qu’elle me retrouve dans cet état, je savais que le choc et la souffrance seraient terribles pour elle, cela aussi me retient ici et m’empêche de partir. La brutalité, la violence de ma mort et son chagrin ne me permettent pas de traverser le pont des fleurs, alors que mon âme aspire à remonter pour me ressourcer et lui revenir.

Kiki est derrière la porte et me tend les pattes, mais tant que je ne me sens pas le droit de partir, je ne peux accepter son aide.

Dis à ma maman que je l’aime et que je regrette le mal que je lui fais. Je suis navré, ce fut un accident tout bête, j’ai entendu les piaillements, les gazouillis d’un magnifique oiseau bleu et jaune, j’ai sauté sans réfléchir et je suis tombé. Je ne voulais pas partir et je n’ai pas compris ce qui m’est arrivé. Lorsque je me suis retrouvé sur le sol, ce n’était pas très haut et pourtant je me sentais déboussolé, un peu sonné et je ne savais pas quoi faire. J’ai eu peur et je me suis éloigné pour me cacher. Je n’ai pas eu de chance, ces chiens erraient tous les jours dans les environs et je me terrais et n’osais me manifester lorsqu’un humain était à proximité. Jusqu’au jour, où le ventre bien vide, je me suis décidé à bouger, j’avais faim, très faim et eux visiblement aussi.

Dis à ma petite maman de ne pas culpabiliser, elle ne pouvait pas me trouver, ce n’est pas de sa faute, je sais qu’elle a tout fait pour me retrouver. J’avais la mission de l’aider à se détacher affectivement afin qu’elle vive ses relations affectives d’une manière plus fluide, et je n’ai pas terminé ce travail.

Dis-lui qu’elle peut mettre mes cendres là où ça lui fera le plus de bien à elle. Pour moi ce ne sont que les reste de mon corps physique, c’est de la poussière alors que mon âme est éternelle, qu’elle est et restera toujours reliée à elle et que je souhaite, après un court passage au jardin des animaux, lui revenir pour continuer mon travail auprès d’elle.

C’est un message d’amour que je lui donne, j’ai tant envie qu’elle reprenne son petit BB dans ses bras. Nous sommes très fusionnels tous les deux et de me revoir en petit chaton lui fera plus de bien que de regarder mes cendres sur un meuble ou rebord de fenêtre.

Je lui donnerai tes messages et réponses Maxou, es-tu maintenant prêt à rejoindre le pont des fleurs ?

Oui maintenant je le suis et je suis très heureux de rejoindre Kiki.

Tous les deux nous avons emprunté le magnifique chemin de lumière qui s’est ouvert devant nous et au fur et à mesure que nous avancions il prenait toutes les couleurs, des couleurs très chatoyantes et lorsque je me suis arrêtée, il m’a dit :

Merci, merci à toutes les deux, je suis heureux car après un petit passage, je pourrai lui revenir.

Puis il a passé le pont et s’est noyé dans la lumière de l’arc en ciel.