width=Ta gardienne me charge de te transmettre des messages et de te poser quelques questions Mayka :

Bonjour ma fille, voilà bientôt 2 mois que tu es revenue parmi nous. J’espère que ton retour ses bien passer et que tu es heureuse d’être auprès de nous a nouveau. Merci ma fille d’être là.

J’ai encore énormément de mal à supporter l’absence de Lynka. Son corps physique me manque atrocement. Nous pensons toujours à Lynka. J’ai du mal à ne pas te comparer à elle. Quand je joue avec toi ou te fait des câlins, je ferme les yeux et m’imagine que ses elle. Je suis désolé si tu le ressens et que cela t’attriste. Mais tu sais Lynka était mon premier chien. J’avais avec elle une connexion tellement forte que lorsqu’elle est partie, une partie de moi ses envolée avec elle. 

 Ma petite Mayka, je suis très heureuse que tu sois parmi nous. Que tu face intégralement parti de notre famille. J’espère que tu arrives à trouver ta place, autant auprès de nous, que de Esya et de Jayden. 

Comment te sens-tu dans ton nouveau corps physique ? Te plait-il ? Es-tu heureuse à nouveau d’être là sans bobos et douleurs ?

 Lorsque tu es revenue auprès de nous, te rappelais-tu de ta vie en tant que Lynka ? Te rappelais-tu de nous ? Ou es que tu as appris à nous connaître, que tu as tous recommencez à zéro?

 Tu as su garder dans ton comportement énormément de manière que Lynka avais et sa ma fille, ça nous fait énormément de bien.

Mon bébé, attend tu quelque chose en particulier venant de nous ? Agissons-nous avec toi comme tu le souhaite ? Tata te demande pardon de te gronder parfois, mais ses juste que tu nous rappelle tellement Lynka et le manques comme je t’es dit et encore très présent et douloureux. Tu es une fille très attachante, douce, joueuse, te promener dehors est un réel plaisir. Tu écoutes vraiment très bien. On est très fière de toi et nous t’aimons très fort. Moi je t’aime très fort ma fille.

 La première fois que je t’es vu attacher à cette petite cabane dehors, j’ai su qu’il fallait que je t’amène avec moi. Je t’es promis que je reviendrais te chercher très vite. Le lendemain à 14h00, je suis revenue avec tata et nous t’avons amener direction ta nouvelle vie de bonheur avec nous. Je t’es retrouver et tu as su nous retrouver également et pour sa, je ne te dirais jamais assez merci. 

 Je t’aime ma fille, vraiment très fort. Je te promets de prendre soins de toi et de te protéger contre tous cette fois-ci.

 

Dis-lui merci pour son message, elle fait bien d’exprimer ce qui la chiffonne et surtout de le faire par écrit car elle a encore tellement de mal à oublier, à supporter l’absence de Lynka comme elle le précise, que je suis très heureuse d’avoir cet échange avec elle à travers ton intermédiaire, et de pouvoir répondre à ses questions et lui donner aussi des messages.

Mais dis-lui avant tout que je l’aime, et que même si elle a encore des doutes et du mal à me retrouver dans ce corps physique en pleine forme, en bonne santé, je ne lui en veux pas. Je peux comprendre son désarroi, mon retour était rapide, elle n’avait pas terminé son deuil, et la différence entre avant et après est tout simplement énorme.

J’étais sur mon chemin et je préparais mon départ. Mon corps était usé, fatigué, au bout du rouleau, la mal me rongeait de l’intérieur malgré que j’étais jeune, et de me retrouver maintenant dans une nouvelle enveloppe corporelle avec toutes les capacités physiques et l’envie de courir, de sauter, de jouer et de m’amuser  lui fait du bien, mais en même temps du mal, car la différence d’avec mon ancienne incarnation physique est énorme.

Dis-lui de ne pas vivre dans les souvenirs, dis-lui que c’est important pour elle aujourd’hui de se positionner dans le présent, dans le ici et maintenant et de se dire qu’elle a beaucoup de chance de m’avoir retrouvée aussi vite, et que moi je suis si heureuse de les avoir retrouvés.

Dis-lui que je l’aime et que ça ne me dérange nullement lorsqu’elle ferme les yeux quand elle me fait des câlins, qu’elle pense à moi ou à Lynka, pour moi aucun problème puisque Lynka c’est moi. Elle a tort de se torturer autant l’esprit, dis-lui de se faire confiance, de s’écouter, d’écouter son cœur et elle sera bien obligé de reconnaître que hormis l’apparence physique, mon comportement, ma manière d’être, ma présence et ma joie de vivre sont identiques à ceux de Lynka petite comme un copié/collé. Et rassure-toi je ne suis pas triste lorsque tu penses à elle, lorsque tu t’imagines jouer avec elle ou la câliner, non ce qui me rend triste c’est que tu vives avec des croyances et que ça te rend triste et nostalgique. Lorsque tu es triste je le suis aussi (miroir). Je comprends ce grand attachement et ce besoin de te rattacher à l’image de Lynka, mais crois-moi Lynka ou du moins son âme qui est et restera toujours reliée à la tienne, est là depuis quelques semaines de nouveau auprès de toi, et que je suis Lynka.

Difficile à croire et en même temps tu en as l’intuition profonde. Ne te pose pas trop de questions non plus me concernant, j’ai trouvé ma place, ou plutôt j’ai retrouvé ma place dans la maison et dans le foyer. Et je suis heureuse de vous avoir retrouvés, je me sens légère, j’ai comme l’impression de pouvoir voler et je me souviens bien entendu encore de mes conditions physiques d’avant.

Et si je me rappelle de vous ? Quelle question ? Encore une fois pour moi, que ce soit sur le plan terrestre ou sur le plan divin, j’étais et je suis toujours reliée à toi, à ton âme, et pour moi rien n’a changé. Pas besoin d’apprendre à vous connaître, pas besoin de recommencer à zéro. Pour moi il est juste important de pouvoir continuer mon travail auprès de toi, de t’aider à avancer sur ton chemin et de continuer notre belle histoire d’amour ensemble.

Je me considère bien entendu de nouveau comme ta petite fille et je suis si contente et fière de l’être. Vous m’aimez et me respectez comme un membre de la famille, comme votre enfant et c’est du pur et grand bonheur pour moi. Je n’attends rien de particulier de vous si ce n’est que ça me ferait grand plaisir que l’image de Lynka, qui est juste dans ton mental, fasse la place à celle Mayka. Dans le cœur j’y suis, puisque au premier regard tu as su que c’était moi. Ton intuition a été très juste et tu n’as eu aucun doute à ce sujet, alors maintenant accepte de me retrouver sous cette forme.

Moi aussi je t’aime et j’aime ma tata même lorsqu’elle me gronde, je sais que c’est parce que le passé est aussi encore douloureux pour elle, et j’ai envie de lui dire « Lâche prise et profite de moi et du moment présent »  laissez-vous porter toutes les deux par ma joie de vivre et soyez reconnaissantes à l’univers, à Dieu de nous avoir permis ces retrouvailles si heureuses. Je vous aime, vous êtes mon papa, ma maman, mon frère, ma tata, ma compagne et papi et mamie. Que du bonheur dont je profite  en pleine conscience, ouvrez-vous aussi cette porte de pleine conscience et elle vous en ouvrira bien d’autres.