La connexion avec Mimi s’est faite dans cette belle et magnifique prairie qui se trouve après le pont des fleurs et juste avant l’entrée du paradis des animaux. Mimi était assise dans l’herbe couleur vert fluo et entourée de lumière. Il y avait des papillons blancs, oranges et jaunes qui virevoltaient autour d’elle, et cette farandole de danses était magique à voir. Elle sautillait à droite, à gauche, émerveillée par ce si beau paysage, et lorsqu’elle m’a aperçue elle est venue vers moi pour me dire :

Je savais que tu viendrais me voir, je t’attendais. Je suis tellement connectée à ma maman que dès l’instant où elle a songé à m’envoyer un message, je suis montée dans cette belle clairière pour échanger en toute intimité avec toi. Derrière la porte que tu peux voir derrière moi, il y a tous mes congénères et bien d’autres animaux que je suis heureuse de rejoindre après, mais d’avoir cette petite discussion avec toi et que nous deux est un réel privilège pour moi et surtout un immense cadeau que ma maman me fait. Je sais que mon départ rapide et brutal l’a beaucoup choquée, et je suis si contente aujourd’hui de lui dire que je vais bien et surtout la rassurer parce que j’ai bien fait le passage.

Je me suis présentée et lui ai lu le contenu des missives de sa gardienne :

J’aimerais lui dire que je suis tellement désolée pour ce qui lui est arrivé, elle ne méritait pas ça. La manière dont elle est partie est horrible et je m’en sens responsable. Je m’en veux terriblement de ne pas avoir mieux sécurisé son environnement et de ne pas avoir appelé le vétérinaire pour l’aider à nouveau avec ses pertes d’équilibre.

C’était une lapine extraordinaire, chaque personne qui la voyait tombait sous son charme. Elle était si douce et si forte à la fois, elle a survécu à tellement de maladies pour partir aussi injustement et aussi tôt. Je l’aime énormément, c’était mon bébé, elle m’a apporté tellement de paix et de réconfort. Je pense très fort à elle et espère qu’elle est bien là où elle est malgré son départ brutal et qu’elle peut gambader à nouveau comme quand elle était jeune. Mes parents et Francisco l’aiment aussi très fort, je serai toujours là pour elle et espère qu’un jour l’on se retrouvera.

 

Est-ce-qu’elle a beaucoup souffert lors de son accident? Est-ce-que la vétérinaire lui a donné des produits trop forts, de quoi est-elle morte exactement? Est-ce qu’elle souffrait avant son accident à cause de son parasite et ses dents ou avait-elle autre chose? Elle est partie le jour de la naissance de ma grand-mère décédée dont j’étais très proche, y a-t-il un lien quelconque?

Dis-lui merci pour son beau message d’amour. Je sais que je lui manque énormément et que mon départ tragique la plonge dans une grande souffrance et aussi dans une grande culpabilité. Sa grande tristesse, sa grande détresse auraient pu m’empêcher de rejoindre ce haut-lieu magique, mais j’ai bien fait mon passage, j’ai eu de l’aide et je n’ai pas eu peur. Dis-lui que j’étais sur mon chemin, je préparais mon départ depuis le début de l’automne. Qu’elle ne regrette rien, elle ne pouvait rien changer et ne pouvait pas m’aider d’avantage. J’avais souvent de fortes pressions dans ma tête et il m’arrivait déjà de faire des petits accidents, et le jour de mon départ la pression a été beaucoup plus forte (avc), beaucoup plus violente et je me suis réfugiée dans mon corps astral pour ne pas avoir mal,  je n’ai même pas conscience d’être tombée. Lorsque je me suis vue allongée sur le sol je flottais au-dessus de mon corps et je savais que c’était fini pour moi, que je ne pourrais plus réintégrer mon corps physique, malgré les efforts du vétérinaire.

Tu n’as rien à te reprocher, hormis ma chute cela n’aurait rien changé, j’étais prête et je n’avais pas peur de faire le grand saut. Et puis je n’étais pas seule. Depuis quelques jours, elle était là, dans notre environnement et elle nous accompagnait, entourée de sa belle lumière, et le jour de mon départ elle m’a guidée jusqu’au pont des fleurs et nous sommes restées ensemble jusqu’au jour où tu t’es enfin décidée à m’écrire ce message. Depuis ce jour nous avons décidé toutes les deux que je devais continuer ma route et rejoindre le jardin des animaux.

Tu sais bien sûr de qui je parle et je tiens à te dire que ta grand’mère est un être merveilleux, qu’elle est là pour toi, et pour toujours elle sera un guide pour toi. Elle est venue me chercher, elle m’a aidée à faire le passage parce qu’elle t’aime, qu’elle te protège et veille sur toi. Elle m’a chargée de te dire que tu n’as toujours pas fait le deuil de son départ et que tu peux maintenant, à travers moi faire ce double deuil. Tu as aussi compris que d’être partie le jour de sa naissance était un signe et un grand signe porteur d’espoir justement.

Après la mort il y a la renaissance, et d’être partie le jour de sa naissance signifie que je te reviendrai très vite, car la mort est un nouveau soleil et l’âme n’est pas morte, l’âme est éternelle, elle perdure où que l’on soit. Depuis son départ ta grand’mère veille sur toi et sur vous tous, et lorsque je me serai reposée et ressourcée, elle m’enverra à nouveau à toi pour continuer notre belle histoire ensemble. Tu ne dois plus la pleurer et moi non plus, même si depuis quelques jours nous ne sommes plus toutes les deux dans la même dimension, sur le même plan, nous sommes toujours avec toi, à tes côtés et t’enveloppons de notre amour et notre bienveillance. Et moi, où que je sois je reste de toute manière reliée à toi, à ton âme et je te reviendrai avec un peu de ta grand’mère en moi puisqu’elle me guide spirituellement vers toi.

Nous étions très fusionnelles, très proches et tu as besoin de moi sur un plan terrestre pour continuer ton chemin. J’étais ton bébé, ta petite fille avec la mission de t’aider et soulager les périodes difficiles, et surtout te permettre de te reconnecter à la source, à ton petit enfant intérieur. Je t’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel, je vous aime bien entendu tous très fort et j’ai envie de vous revoir tous. Ne te torture pas l’esprit, je n’ai pas souffert et ma mort n’a rien à voir avec le traitement. J’étais prête à tirer ma révérence, j’étais depuis quelques mois en transition et je préparais ce départ.

L’accident n’était pas programmé, mais manque de bol, lorsque j’ai perdu l’équilibre et que j’ai fait mon accident vasculaire j’étais en hauteur et la chute s’en est suivie. Cela me peine pour toi, le choc a été terrible et ça me fait mal pour toi. Pour moi cela n’a rien changé, elle était là, elle m’a prise dans ses bras et elle m’a aidé à faire le passage dans la lumière et avec amour. J’avais des bobos dus à l’âge et je ne peux pas vraiment dire que mes maladies m’ont fait souffrir, j’ai toujours réussi à gérer, et lorsque ça n’allait pas je me réfugiais dans mon corps astral et tout devenait beaucoup plus léger et supportable.

Ne t’inquiète pas ma petite maman, tu as pris soin de moi, tu m’as choyée et câlinée, et tu as donné des beaux moments de bonheur à ton bébé. Je me suis sentie respectée comme un membre de la famille et c’était du pur et grand bonheur. J’étais ton bébé, un peu comme si j’étais une partie de toi et tu te sens bien triste à l’intérieur de toi depuis quelques jours. Moi aussi tu me manques et mon âme aspire à te retrouver très vite.

Lorsque tu te sentiras prête et te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin, alors ne tarde pas trop et nous serons à nouveau très vite ensemble. Ce sera une évidence et tu sauras me reconnaître tout de suite, n’aie aucun doute.

A bientôt, ton bébé qui t’aime.