width=La rencontre avec Mimie s’est faite au bord d’une route très escarpée, elle était assise le regard triste, absent. Je me suis approchée doucement pour ne pas l’effrayer, et lorsqu’elle m’a aperçue, elle s’est levée précipitamment, elle est venue se frotter à mes jambes. Elle ronronnait et réclamait des caresses. Après l’avoir câlinée quelques instants, je lui ai expliqué les raisons de ma présence et lui ai lu les messages et questions de sa gardienne :

On avait tous une existence heureuse.

Elle nous a quittés le dimanche 22 vers 3 à 4h du matin par un accident de voiture.

J’aimerai savoir mimie pourquoi tu es parti si vite ?

 Étais tu pas heureuse avec nous?

Est-ce que le départ de ton papa pour sa mission professionnel vers la métropole t’a chagriné ?

Ma chérie tu es arrivée dans notre vie par le plus grand des hasards. Ton papa et moi on a pris soin de toi .Tu nous a donner beaucoup  d’amour. Tu remplissais la maison de bonheur. J’ai eu souvent peur pour toi et on me reprochait de te surprotéger. 

La fois où tu Tai perdue  le jour de la stérilisation et je tai retrouver   car j’entendais tes petit cris ds ma tête et surtout quand tu as sauté dans la cours  du voisin et le gros chien  t’as  coursé j’ai cru mourir de peur qu’il  t’arrive quelque chose.

Tous  les matins je sentais ta chaleur  ton odeur  surtout quand il pleuvait tu restais au chaud contre moi.

Tu étais propre et autonome que tu sortais par la salle de bain pour atterrir sous le garage  et ce samedi cette dernière  journée tu es partie ….je tai attendue toute la nuit. Pourquoi n’est tu pas rentrer au moins vers les 1h du mat ?pourquoi ?j’ai pas fermer l’œil de la nuit. Vers 3h j’ai entendu ton frère Kaaris le chien pleurer sa douleur mon cœur a fait si mal .j’ai pris ta photo j’ai essayé de te contacter en télépathie  et la mon cœur a failli s’arrêter sous effets la douleur. Tu as déjà coupé le fil de la vie qui te retenais a moi.

J’ai  attendu le jour s’éclaire  et à 4h du mal je tai appeler …rien .j’ai pris la voiture te chercher  rien . Je suis rentrée à la maison j’ai  prié saint François d’assises tt les anges de venir m’accompagner pr te trouver et on m’a enmener sur cette tache de sang . Je me suis effondrer et fait un malaise. Mon frère est venu et on  t’as  enterré  dans la cour.

Je suis restée 1h à pleurer sur ton ti corps tt froid  je tai caresser et parler longuement. 

Je n’ose pas y croire que tu es parti si vite !!!! 

Dit le moi pourquoi? Est-ce que tu étais malheureuse?

 Au retour de ton père il désire réaliser un petit jardin fleuri  sur ta petite tombe. 

 Je t’aime ma jolie mimie tu nous manques terriblement  que j’en suis malade. 

 Qui était tu ma mimie ?

Quel était ta mission ici-bas ? 

As-tu souffert longtemps  avant que tu partes

Pourquoi tu es n’est pas rentré comme prévue vers les 1h du matin 

 Tu sais je ne suis encore qu’un bébé et j’ai besoin qu’on s’occupe de moi, qu’on me caresse et me câline. Ma maman ne s’est jamais occupée de moi et ce sont mes gardiens qui eux sont devenus mon papa et ma maman, qui l’ont remplacée. J’ai été choyée, couvée et élevée comme un humain. C’était si bon de sentir tout cet amour, cette empathie et cette immense compassion pour moi, je me suis sentie toute petite être une princesse, leur princesse.

Je sais que je leur manque et c’est réciproque. J’ai connu pendant ces quelques mois des moments de douceur et de bonheur intenses. Elevée au biberon j’étais leur bébé, leur petite fille, leur Minouchka. Mon départ leur est d’autant plus cruel que nous avions encore de si belles choses à vivre ensemble.

Dis-leur que je les aime et que je leur demande pardon pour la grande souffrance que mon imprudence leur inflige. Je n’ai pas été très prudente, j’ai bravé le danger et je me suis fait percuter par une voiture, éblouie par les phares alors que je traversais la route pour rentrer à la maison. C’était un peu plus loin, un peu plus haut et le choc a été violent. J’ai géré la souffrance en me réfugiant dans mon corps astral et j’ai essayé de retrouver la maison. Mais c’était trop tard, impossible de réintégrer mon corps physique, et je me suis traînée jusque-là où tu m’as trouvée.

Je savais que ce serait un grand choc pour toi, je savais que tu serais dans une grande détresse et que mon départ si rapide, si brutal allait te plonger dans une grande détresse. C’était injuste pour toi et ça l’est toujours, mais ce sont des accidents de la vie et on n’y peut rien. On est obligé de l’accepter et de vivre son deuil, mais tant que je reste ici dans ce bas-astral, tant que je ne serai pas montée vers la lumière ce sera impossible pour toi. J’ai besoin d’aide pour faire le passage et je te remercie de m’avoir envoyée cette dame pour me permettre de te donner des messages et de répondre à tes questions, et surtout parce que je sais qu’après notre échange elle va m’accompagner pour partir au jardin des animaux.

Je te redemande pardon pour la peine immense, à moi tu me manques aussi même si je peux encore te voir, t’entendre et te suivre dans ton environnement. Mais ici ce n’est plus ma place, et tant que je reste là je ne peux me ressourcer et toi tu ne peux faire ton deuil. Tant que je reste entre deux je puise dans ton énergie et tu vas finir par tomber malade.

Mon papa est parti pour son travail, je le sais, mais il m’a beaucoup manqué et son absence est aussi cruelle pour toi, car tu as besoin de sa présence pour te consoler et te réconforter. J’étais très attachée à lui aussi, pour qui j’étais son petit bébé aussi, mais j’étais reliée à toi ma petite maman chérie. C’est auprès de toi que j’avais la mission de chat timbre-poste et j’étais chargée de t’apprendre le détachement affectif.

Mon travail consistait à t’aider à vivre ses absences de la manière la plus fluide possible, d’être là pour veiller sur toi et te protéger et je n’ai pas beaucoup travaillé cette mission auprès de toi. J’étais trop jeune et comme tout bébé j’en ai profité pour me faire dorloter et chouchouter. C’était si bon de venir me blottir contre toi la nuit, de sentir ta chaleur et d’être entourée de tes bras.

Ce drame ma arrachée à toi et mon âme aspire à te revenir très vite pour continuer à remplir mon rôle auprès de toi. Mon âme est éternelle et reste reliée à la tienne où que je sois, mais c’est sur un plan terrestre que je veux te retrouver, car tu as besoin de moi pour avancer sur ton chemin.

Je t’aime et dans cette cour ne se trouve que mon enveloppe corporelle, je sais qu’il tarde à mon papa de pouvoir la fleurir. Faites-le si cela vous fait du bien, mais ce qu’il faut surtout faire, c’est de vous mettre à ma recherche afin que nous puissions très vite continuer notre belle aventure ensemble. Tu le sais la mort est une renaissance, tu as cette foi et vous l’avez tous les deux.

Je sais que mon papa m’a sauvée et que j’ai survécu grâce à lui,  je serai un cadeau du ciel pour tous les deux lorsque nous nous retrouverons. Ne te torture plus l’esprit, c’était un accident, j’ai été trop téméraire et imprudente et cette voiture ne m’a laissée aucune chance. Je n’ai pas souffert, c’était bien trop rapide, mais de te voir dans un tel tourment et dans une si profonde douleur me fait souffrir beaucoup plus.

Il est temps pour moi maintenant de monter au paradis des animaux, et de là-haut je pourrai t’envoyer des petits dignes et te faire des coucous. Et puis Karris en sera soulagé aussi, de me voir comme ça entre deux est très perturbant pour lui. Ces quelques mois avec vous ont été remplis de pur et grand bonheur et j’ai hâte de vous revoir. Ce ne sera pas long, l’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas, et lorsque tu te mettras à ma recherche, je me mettrai de nouveau sur ton chemin, car tu l’as bien compris, nous étions déjà ensemble et je te reviendrai encore.

Après mon passage, tu retrouveras la paix dans ton cœur et ton esprit et tu pourras commencer ton deuil en attendant que je te revienne dans le corps physique d’un autre petit chaton. Je t’aime ma petite maman chérie, à bientôt.

Puis toutes les deux nous nous sommes avancées sur un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs elle l’a traversé en sautillant et s’est noyée dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Minouchka, ressource-toi et à très vite !