Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et de poser quelques questions Misère, acceptes-tu d’y répondre ?

Je voudrais qu’elle sache que je l’aime plus que tout que c’est ma beauté l’amour de ma vie même si je ne lui montre pas tout le temps. Que je m’excuse pour tous les changements et déménagements qu’elle a dû faire avec moi. Que si je l’ai mise chez mamie c’est que je savais qu’elle y serait au calme et chez elle. 

Je voudrais savoir si elle m’en veut de tous ces déménagements si elle a été heureuse malgré tout.

Mais surtout je voudrais savoir comment elle va comment elle se sent.

Est-ce que son diabète ses crises l’a font souffrir. Est ce qu’il lui reste des forces parce que je ne veux pas qu’elle souffre.

 

Bien sûr que je vais lui répondre et je la remercie de m’en laisser la possibilité. Dis-lui que je l’aime d’un amour pur et profond et que je sais, je sens que c’est un amour partagé. Merci pour son message d’amour cela me met du baume au cœur pour la bienveillance qu’elle a de me laisser des messages par ton intermédiaire, et aussi d’avoir besoin de savoir comment je vais, où j’en suis dans ma maladie, comment je la supporte et la gère.

Encore merci pour cet amour et cette grande tendresse qu’elle a pour moi, dis-lui de ne pas s’inquiéter et que je ne peux pas lui en vouloir pour tous ces changements de territoires. C’est vrai que c’était parfois bien compliqué et que ça a créé du stress et des angoisses, mais je l’ai suivie partout, elle ne m’a jamais abandonnée, parce que elle et moi nous sommes reliées d’âme à âme et peu importe les différents changements de lieux, l’essentiel c’était de le faire et de le vivre à deux. C’est comme ça, la vie fait parfois couler beaucoup d’eau, elle n’est  pas toujours un long fleuve tranquille et j’ai toujours su parfaitement m’adapter, je n’ai rien à lui excuser ou pardonner, qu’elle ne regrette rien et ne culpabilise pas.

Ma vie à ses côtés a toujours été du pur et grand bonheur et je me sens aimée, je suis câlinée, respectée et très heureuse d’être avec elle. De type timbre-poste j’étais chargée de lui apprendre le détachement dans tous les sens du terme et j’arrive au bout de ma mission.

Dis-lui que je suis sur mon chemin et je prépare doucement ma transition à mon rythme. Ma maladie me fatigue beaucoup, j’ai parfois des nausées et me sens très bizarre, surtout dans la tête qui commence à chauffer, je ressens comme des bouffées de chaleur et lorsque je sens que je vais faire un malaise je me réfugie dans mon corps astral et tout devient de nouveau supportable. Je perds peu à peu mes forces, j’étais une grande gourmande et cette nourriture ne me plait pas trop, mais je sais que je n’ai guère le choix alors je fais avec…

Je n’aime pas non plus ces piqûres, mais là aussi je sais que je n’ai pas le choix, le tout étant de trouver les bonnes doses pour me permettre de t’accompagner encore un peu.

Je n’ai pas peur pour le jour où tu seras obligée de m’aider à faire le grand saut, car je sais que ce sera fait avec amour pour moi, pour mon plus grand bien et que ça me permettra de bien faire le passage, et que  bien entendu nous nous retrouverons de nouveau sur le plan terrestre pour une nouvelle mission auprès de toi. Prépare-toi doucement à me laisser partir, mais il n’y a aucune urgence, le tout étant de trouver le traitement adéquat. Je t’aime et j’ai toute confiance en toi ma petite maman. Ton petit cœur qui t’aime.