width=Je suis arrivée sur un chemin bordé de hautes herbes et Moustik était assis en plein milieu de ces herbes sur son train arrière. Il m’attendait, et avant même que je ne lui explique qui je suis et pourquoi je prends contact avec lui, il m’a dit :

De par son métier, elle sait que les humains qui doivent partir, restent sur le chemin un petit bout de temps et qu’il faut les aider et les laisser partir vers la lumière. Explique-lui que c’est pareil pour nous les animaux, et moi j’étais sur mon chemin depuis un bon moment, depuis l’aube de mes 12 ans. J’ai pu préparer mon départ et ma transition se serait faite correctement si elle n’avait pas autant culpabilisé. Elle avait pourtant compris lorsqu’elle a vu que je m’isolais, que je le faisais pour qu’elle puisse se détacher de moi et me laisser partir. Mais sa souffrance de me laisser était immense et elle le ressentait un peu comme un abandon.

Et aujourd’hui elle se fait du souci et se pose la question si elle a bien fait de m’aider à partir. Dis-lui de ne pas culpabiliser, de ne pas s’en vouloir, car cela m’empêche de continuer mon chemin et de partir au jardin des animaux. Elle a pris la bonne décision, qu’elle n’en doute pas. Je commençais à m’isoler et je n’étais déjà souvent plus dans mon corps pour ne pas souffrir. Cela m’aidait à supporter les douleurs et me soulageait.

Maintenant je me sens très léger et je sais qu’elle a fait le choix par amour pour moi. Une question d’éthique aussi. En tant que soignante, elle se devait de m’aider, mais malgré cette certitude, le choix était difficile à assumer en son âme et conscience.

Moi je lui dis merci, oui dis-lui que je lui suis très reconnaissant de l’avoir fait, mais qu’elle doit aussi maintenant pour se sentir apaisée et pouvoir faire son deuil, me laisser partir.

Elle a un message pour toi Moustik :

« Je souhaiterais lui dire qu’il gardera toujours une énorme place dans mon cœur, le remercier pour tous ces moments de complicité et de câlins qu’il m’a donné, lui dire qu’il a été un très fidèle compagnon et que son absence est d’autant plus grande aujourd’hui.

J’aimerais savoir s’il va bien, où il est, est ce qu’il m’en veut d’avoir pris cette terrible décision chez le vétérinaire…est ce qu’il a beaucoup souffert, car il commençait à s’isoler…

Mais surtout si vous pouvez dites-lui que je l’aime très fort »

Moi aussi je l’aime très fort et je suis heureux de toutes ces années passées ensemble. C’est vrai qu’il y eu entre nous cette complicité mère/fils et que les câlins nous ont fait beaucoup de bien à tous les deux. J’avais ma mission auprès d’elle, celle de la nettoyer énergétiquement et de lui apprendre le détachement. Et j’avais aussi le rôle d’un chat guérisseur. Oui j’étais le timbre-poste, le nettoyeur et à la fois le guérisseur. De par son métier, elle avait besoin d’un chat qui puisse assumer cette polyvalence car elle ramenait souvent des énergies qui ne lui appartenaient pas.

Malgré ses airs un peu sévères, c’est une femme au cœur très tendre sur qui il fallait veiller et protéger. Dis-lui qu’elle ne peut pas rester sans chat. Moi, après quelque temps, quand je me serai reposé et ressourcé, je souhaite lui revenir pour continuer  ma mission. Elle n’est pas terminée et ne le sera pas de sitôt, du moins pas tant qu’elle sera en activité. Nous sommes reliés et elle a besoin de mon énergie au quotidien.

Dis-lui que nous les animaux avons la faculté, à partir du moment où nous sommes bien partis, de vous revenir très vite, et que moi j’aspire à remonter pour pouvoir redescendre dans les meilleures conditions. Tant que je reste là, dans ces herbes, sur ce chemin, je lui pompe son énergie et ici ce n’est plus ma place.

Tes messages lui seront fidèlement transmis Moustik. Te sens-tu à présent prêt à prendre le chemin du pont des fleurs et l’escalier de l’arc en ciel ? Je vais t’y accompagner un petit bout et lorsque je m’arrêterai tu continueras la route vers la lumière.

Dis-lui merci pour tout ce qu’elle a fait pour moi. Dis-lui merci de t’avoir envoyée à moi et merci à toi de m’aider à faire le passage. Je suis très impatient et il me tarde de rejoindre le paradis des animaux.

Il est venu à côté de moi, il s’est frotté la tête contre ma cheville et nous avons emprunté le chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Celui-ci est devenu très beau avec des petites herbes dans lesquelles poussaient des petites fleurs de toutes les couleurs. Il m’a dit :

C’est elle qui les envoie, elle aime tant les fleurs et les couleurs vives et chatoyantes.

Lorsque je me suis arrêtée, il a continué sa route et s’est retourné pour me faire un salut de sa patte gauche, la patte du cœur avant de traverser le pont et de grimper l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir, à bientôt adorable et tendre Moustik !