myrtilleMyrtille m’attendait sur le chemin.

C’est justement aujourd’hui que je t’attendais, c’est une journée propice (1er novembre) pour m’aider à partir. Je sais qu’elle ne veut pas me retenir, mais mon départ si brutal l’empêche de faire son deuil et elle est encore sous le choc.

Oui ta gardienne aimerait savoir si tu t’es vue mourir, si tu as souffert. As-tu vu qu’ils étaient paniqués ? Elle a essayé de te réanimer mais tu étais déjà partie.

Oui le choc a été violent, mon cœur a arrêté de battre et je me suis vue sortir de mon corps, je savais que c’était fini, que je ne pouvais y revenir. Je n’ai pas eu peur, je n’ai pas souffert, juste l’espace de quelques secondes, mais de voir leur état, de voir leur souffrance a été difficile pour moi. Je ne voulais pas leur infliger cette douleur et cela m’empêche maintenant de rejoindre le jardin des animaux. Dis-lui que j’ai été très heureuse avec eux et que même incompréhensible, mon départ a sa raison d’être. Il s’agit de ne pas oublier, de se donner de quoi « vivre ». Il s’agit d’oublier un peu ses notions de devoir ou d’efficacité et de ne pas consacrer toute son énergie et son temps au sens des responsabilités ou des affaires. Il s’agit de se donner les moyens de se laisser vivre, de se donner du temps et de l’attention pour nourrir sa vie avec des espaces ou des projets de plaisir, de bonheur, de simplicité.

Si je suis partie aussi jeune, c’est parce qu’on m’a rappelée et que je dois faire un aller/retour pour revenir avec plus d’ancrage pour remplir ma mission. Celle-ci était une mission où je devais lui apprendre le détachement. Je lui reviendrai en tant que chat et quelle que soit la couleur de ma robe, elle saura que c’est moi et me reconnaîtra au premier regard. Qu’elle se fasse confiance, encore un point à travailler, mais avec mon énergie, elle y arrivera. Dis-lui qu’elle arrête de culpabiliser, la culpabilité est aussi un frein, un obstacle et l’empêche d’avancer. Je l’aime et ne supporte pas de la voir triste. Elle a beaucoup d’amour et de compassion dans son cœur, mais s’oublie trop souvent. Et moi je lui reviendrai pour lui en faire prendre conscience.

Elle aimerait savoir ce que tu préférais à la maison ou un petit détail qui lui ferait du bien ?

Mais il n’y a pas une chose, il y en a plusieurs. Tous les endroits négatifs, son bureau, son lieu de travail, je les ai nettoyés et tous les endroits douillets, je les ai adorés (canapé, lit…) Confiance, qu’elle fasse confiance et en la vie et les autres.

Je dois aussi te dire que Luna t’aime et que tu lui manques énormément ainsi qu’à ton maître qui a trouvé l’amour des chats grâce à toi.

Oui je sais et j’espère que Luna ne sera pas trop longtemps triste. Une petite fille de son âge ne doit pas subir la perte d’un être ou d’un animal qui lui était cher, et c’est aussi pour elle que je me dois de ne faire qu’un aller/retour. Mais pour cela tu dois maintenant m’aider à partir. Ils en ressentiront tous une grande paix et moi aussi.

Es-tu prête Myrtille ?

Oui je suis prête.

Ensemble nous avons pris le chemin et la lumière laissait transparaître au fond le pont des fleurs, entouré de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Lorsque je me suis arrêtée, Myrtille m’a dit merci.

Dis-lui merci aussi de m’avoir laissée partir vers la lumière. Je lui serai fidèle et lui reviendrai très vite.

Puis elle s’est noyée dans cette magnifique lumière.